Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VIVRE SANS FAIRE DU MAL EST POSSIBLE (Religion et autres)


Publié le 10/11/2017 à 16:08:56
EGLISE CATHOLIQUE/ JESUS CHRIST : qui est Jésus Christ ? (dieu, homme, populaire et méconnu)





« Jésus de Nazareth (né entre -7 et -4 et mort entre +30 et +33), appelé le Christ, c'est-à-dire le messie en grec, par les chrétiens ou encore Issa (ou Aïssa) par les musulmans1, est un prédicateur israëlite, crucifié par le gouverneur romain de la Palestine, Ponce Pilate, à la demande des autorités religieuses juives (le Sanhédrin). Jésus est certainement une des personnes ayant eu le plus d'impact sur l'Histoire de l'humanité. Figure centrale du Christianisme, Jésus est considéré par les chrétiens comme l'incarnation de Dieu. Pour l'islam, il est le dernier grand prophète avant Mahomet.

Jésus Christ / Enseignements : Jésus s'adressait aux juifs, aussi son enseignement s'appuie sur la loi hébraïque. Il dit « ne pas être venu abolir la Loi, mais l'accomplir ». Il affirme que les plus grands commandements de cette loi sont l'amour de Dieu ("Tu aimeras ton Dieu de tout ton coeur") et l'amour des autres humains ("Tu aimeras ton prochain comme toi-même"), même les ennemis. On considère que l'essentiel de son enseignement est résumé dans ce que l'on appelle le « sermon sur la montagne », où il dit que le royaume de Dieu appartient aux pauvres et aux simples de cœur. »


Résultat de recherche d'images pour

  

---------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

1 - Pape François : suivre Jésus dans la simplicité de chaque jour

 

La vie chrétienne est simple, les choses étranges ou difficiles ne sont pas nécessaires, il suffit de mettre Jésus au centre de nos choix quotidiens. Le Pape l’a répété ce lundi matin, lors de la reprise des messes à la Maison Sainte-Marthe après trois semaines d'interruption. Après Noël commence un nouveau temps liturgique, le temps ordinaire : mais au centre de la vie chrétienne, a insisté le Pape, il y a toujours Jésus, le première et la dernière Parole du Père, «le Seigneur de l’univers», le «Sauveur du monde. Il n’y en n’a pas d’autre, c’est l’unique.»

 

«C’est cela le centre de notre vie : Jésus-Christ. Jésus-Christ qui se manifeste, se fait voir et nous, nous sommes invités à le connaître, à la reconnaître, dans la vie, dans les tant de circonstances de la vie, reconnaître Jésus, connaître Jésus : "Mais moi, mon père, je connais la vie de ce saint, de cette sainte, ou aussi les apparitions de celui-ci, de celui-là…". C’est bien, les saints sont les saints, ils sont grands ! Mais les apparitions ne sont pas toutes vraies ! Les saints sont importants, mais le centre, c’est Jésus-Christ : sans Jésus-Christ, il n’y a pas de saints ! D’où la question : le centre de ma vie, est-ce que c’est Jésus-Christ ? Quel est mon rapport avec Jésus-Christ ?»


Résultat de recherche d'images pour


Il y a trois devoirs, a affirmé le Pape, «pour s’assurer que Jésus est au centre de notre vie» : le premier devoir, c’est de connaître Jésus pour le reconnaître. À son époque, beaucoup de gens ne l’ont pas reconnu : «les docteurs de la loi, les prêtres, les scribes, les sadducéens, certains pharisiens». Au contraire, «ils l’ont persécuté, ils l’ont tué». Il faut se demander : «Est-ce que ça m’intéresse de connaître Jésus ? Ou peut-être est-ce que je m’intéresse plus aux séries, aux bavardages, aux ambitions, à la vie des autres ?»«Pour connaître Jésus, a expliqué le Pape, il y a la prière, l’Esprit Saint», mais il y a aussi l’Évangile, qui est à apporter toujours avec soi pour en lire un passage tous les jours : «C’est l’unique moyen de connaître Jésus». Ensuite «c’est l’Esprit Saint qui fait le travail. Ceci est le semis. C’est l’Esprit Saint qui fait germer et croître le semis.»

 

Le deuxième devoir est d’adorer Jésus. Ne pas seulement lui demander des choses : le remercier. Le Pape a pensé aux deux façons d’adorer Jésus : «la prière d’adoration en silence», et ensuite «retirer de notre cœur les autres choses que nous adorons, qui nous intéressent plus. Non, seulement Dieu. Les autres choses servent si moi je suis capable d’adorer seulement Dieu.»

 

Le troisième devoir est de suivre Jésus, a souligné le Pape, comme le dit l’Évangile du jour dans lequel le Seigneur appelle ses premiers disciples. Cela signifie mettre Jésus au centre de notre vie : «La vie chrétienne est simple, très simple, mais nous avons besoin de la grâce de l’Esprit Saint pour qu’il réveille en nous cette volonté de connaître Jésus, d’adorer Jésus, et de suivre Jésus»«Pour chaque jour, pour être chrétien, les choses difficiles, étranges, superflues, ne sont pas nécessaires», a précisé le Pape. «Que le Seigneur nous donne la grâce de connaître Jésus, d’adorer Jésus et de suivre Jésus, dans la simplicité de chaque jour», a conclu le Saint-Père.

 

09/01/2017 / (CV)/ (RV)

 

http://fr.radiovaticana.va/news/2017/01/09/pape_fran%C3%A7ois__suivre_j%C3%A9sus_dans_la_simplicit%C3%A9_de_chaque_jour/1284546


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

2 - Pape François : « Jésus-Christ est la plus grande grâce de notre vie »

 

Après une pause due à l’actualité en Afrique, le pape François a repris son cycle de catéchèse sur l’espérance chrétienne dans son audience générale du 23 août 2017, dans la salle Paul VI au Vatican. En dépit des épreuves de ce monde, le souverain pontife désire que les chrétiens fixent leurs yeux sur l’horizon du Ciel. Le Pape a axé sa catéchèse sur la nouveauté de l’espérance chrétienne, en commentant le livre de l’Apocalypse, et notamment la phrase : « Voici que je fais toutes choses nouvelles » (Ap 21, 5-7).

 

« L’espérance chrétienne est basée sur la foi que Dieu crée toujours de la nouveauté dans la vie de l’homme », a expliqué l’évêque de Rome, qui estime que le chrétien ne chemine pas « avec le regard tourné vers le bas, sans lever les yeux vers l’horizon ». Car, affirme le pape François, « l’horizon ultime du chemin du croyant » est la Jérusalem céleste, qui sera semblable à une « immense tente » où Dieu aura une « tendresse infinie » comme un père qui accueille ses fils qui ont tant souffert.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Un Père qui pleure avec nous

Faisant référence aux victimes de Barcelone et au Congo, le souverain pontife explique : « Nous avons un Père qui pleure avec nous. […]. Ceci est la grande espérance chrétienne ». La mort et la haine ne sont pas les « dernières paroles prononcées dans la parabole de l’existence humaine ». « Suis-je une personne de printemps, qui attend des fleurs ou des fruits, ou d’automne ? », telles ces « faces de piment au vinaigre » qui vivent en se plaignant, a questionné le Pape, renvoyant chacun des fidèles à sa conscience « Le futur ne nous appartient pas, mais nous savons que Jésus-Christ est la plus grande grâce de notre vie : c’est l’étreinte de Dieu qui nous attend à la fin, et qui nous accompagne et nous console sur le chemin », a-t-il conclu.

 

Il s’agit de sa 30catéchèse sur le thème de l’espérance chrétienne, pour continuer à « croire, toujours et malgré tout ». Démarré le 4 janvier dernier, le Pape a, durant ce cycle, déjà évoqué des sujets aussi divers que « l’espérance faite femme », »les vraies et fausses espérances », « l’amour hypocrite et l’amour vrai », ou encore « jamais seuls ».

 

 Kévin Boucaud-Victoire/Agence I.Media | 23 août 2017

 

https://fr.aleteia.org/2017/08/23/pape-francois-jesus-christ-est-la-plus-grande-grace-de-notre-vie/


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

3 - Jésus de Nazareth, un révolutionnaire ?

 

En ce 1er mai, fête du travail, on peut se poser la question de savoir si Jésus était un révolutionnaire. La réponse est oui, Jésus peut-être vu comme un révolutionnaire, mais attention ce n'est pas un marxiste, car il n'aurait pas imposé le royaume de Dieu par la violence, mais par le consensus et la voie légale autour de lui. Si, on peut donner une bonne définition du révolutionnaire, c'est un homme qui apporte des transformations fondamentales et Jésussemble entrer dans cette case. Pourtant, il n'aurait pas collaboré avec un pouvoir utilisant la violence comme l'a fait l'Église avec les régimes franquistes et salazaristes, mais aussi ceux d'extrême droite en Amérique latine.

 

L'enseignement de Jésus était révolutionnaire, il bouleversa la société en place et il devait paraître fou en public, il alla vers des gens qu'on avait peur de toucher (par exemple, les lépreux), et effectivement il parlait et il guérissait toutes les personnes. Les scribes et les Pharisiens haïssaient ses paraboles, qui semblaient toujours les mettre en tort. Si l'on suit Marcus Borg, Jésus se révèle être un libérateur social, conduit par la "politique de la compassion" pour défendre les droits des femmes et des pauvres contre un establishment social oppressif.


Résultat de recherche d'images pour


Pour John Dominic Crossan, Jésus animait de ses invectives la rébellion des pauvres contre l'hellénisation de la Palestine. Il prône un égalitarisme radical hostile à toute hiérarchisation sociale. Il partage la compagnie de n'importe qui. Il mange avec tout le monde, pratiquant une «commensalité ouverte» qui fait scandale. Son activité thérapeutique est associée à la magie, car elle opère sur un registre parallèle aux règles religieuses officielles à propos de la maladie. Ses exorcismes s'expliquent par le surgissement fréquent de phénomènes démoniaques dans les sociétés soumises à une occupation coloniale. Le nomadisme de Jésus l'aurait conduit à rencontrer qui le voulait, mais sans intention aucune de constituer un groupe de disciples (on trouve un cas typique : Zachée, qui l'accueille comme hôte et non comme disciple) (Jesus : A Revolutionary Biography, 1994).

 

Il appela les chefs religieux (les scribes et les sadducéens, certains pharisiens), hypocrites. Les conquérants romains haïs et détestés permettaient à ces hommes de conserver leur pouvoir et leur autorité, tant qu'ils gardaient leur peuple dans le rang. Arrive alors ce jeune rabbin qui dit à la foule que ce sont des hypocrites, des aveugles, des serpents, et des vipères : il ne faisait pas preuve de tact - ils le détestait pour cela - mais la foule le suivait. Si l'on suit E.P. Sanders, cela serait normal, car Jésus a prétendu que la fin était proche, que Dieu était sur ​​le point d'établir son royaume, que ceux qui le rejoindront y seraient inclus, et (au moins implicitement) qu' il y régnerait (Jesus and Judaism, SCM Press, 1985).


Résultat de recherche d'images pour


Si l'on suit l'historien Archibald Robertson (A Origin of Christianism, 1954): "Les premières couches de l'Évangile ... pointent vers un mouvement révolutionnaire conduit d'abord par Jean-Baptiste, puis par Jésus ... visant à renverser l'occupant romain et la dynastie d'Hérode en Palestine pour la création d'un "royaume de Dieu" terrestre dans lequel le premier serait le dernier et le dernier le premier, les riches seront renvoyés les mains vides et les pauvres remplis de bonnes choses et des maisons et des terrains leur seront donnés."

 

Les dirigeants complotèrent alors pour tuer Jésus, mais tous ne le font pas, la raison est que Jésus est devenu une menace pour l'establishment qui ne peut être traité que d'une manière. Si l'on suit Crossan, il meurt abandonné; des croyants ensuite interprétèrent sa mort suivant des catégories prophétiques qui donneront naissance au récit de la Passion et de Pâques (Jesus : A Revolutionary Biography, 1994). L'establishment essaya d'empêcher les disciples de cette secte aux croyances révolutionnaires de répandre leur message et ainsi d'obtenir plus d'adeptes. Il ne faisait que se mettre sur les pas de Jésus, qui firent survivre de nombreuses déclarations radicales de Jésus. Par exemple : "Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée." (Matthieu 10, 34) Il dit à plusieurs reprises que le Royaume de Dieu est à portée de main(Archibald Robertson, A Origin of Christianism, 1954).

 

Jésus prouva ses doctrines et ses croyances révolutionnaires à travers sa propre résurrection d'entre les morts. Une révolution fondamentale où les idées anciennes seront remplacées par les nouvelles. Pour Crossan "La crucifixion signifie que le pouvoir impérial avait gagné". La "Résurrection signifiait que la justice divine avait gagné. Dieu est du côté du Crucifié. Les valeurs de Rome sont un problème mort pour lui." (Jesus : A Revolutionary Biography, 1994)


Résultat de recherche d'images pour


En résumé, Jésus avait grandement perturbé la caste dirigeante de son époque, il lui coûta beaucoup d'argent, en bouleversant le statu quo, il avait eu le soutien des masses, car en soulignant l'hypocrisie des autorités, en battant en brèche leurs arguments, et surtout, en sachant les contrer, il devenait dangereux. La planification active de sa mort commença un an avant son arrestation. Comme le dit Crossan, Jésus appelle à la résistance non-violente face à Rome et à la juste répartition des terres et de la nourriture. Il fut crucifié parce qu'il menaçait la stabilité romaine - et non pas comme un sacrifice à Dieu pour les péchés de l'humanité (Jesus : A Revolutionary Biography, 1994).

 

Crossan décrit les événements de la dernière semaine de la vie de Jésus et il nous montre la frustration croissante des autorités romaines qui délibèrent sur ​​la façon de neutraliser Jésus. Crossan dit à plusieurs reprises que les Romains décidèrent de ne pas arrêter Jésus à cause de la foule et leur attrait est évident pour Jésus. Finalement, l'occasion se présente. Judas s'avance avec une offre et promet de trouver Jésus, ce qui avantage l'autorité romaine, il parcourt durant la nuit un chemin entre Jérusalem et Béthanie. Dans les mains des Romains, Jésus se retrouve face à face avec Pilate. Pour Crossan l'échange entre Pilate et Jésus serait parabolique, mais non basé sur des faits historiques. À la fin de son argumentaire, Jésus dit à Pilate : "Le règne de Rome, Pilate, se fonde sur sa protection par la violence." "Mon Royaume de Dieu est basé sur la résistance non-violente comparé à ton Royaume. Pilate, il ne peut même pas me sauver de toi." (Jesus : A Revolutionary Biography, 1994)


Résultat de recherche d'images pour


Jésus était révolutionnaire dans le sens où il aurait introduit une vision du Judaïsme moins rigide, amenant une nouvelle pensée et façon de faire les choses, il bouleversa ainsi l'establishment. En ce sens, il était très certainement un révolutionnaire, et devait mourir. Si Jésus se battait pour ça, il n'est guère étonnant que les Romains l'ont crucifié, et que ses disciples furent persécutés. La raison de son exécution, c'est qu'en montrant le changement d'époque, il avait fait le geste symbolique de trop en renversant les tables de change au temple. C'est l'acte essentiel qui aurait conduit à son exécution, même s'il y avait d'autres causes qui y contribuèrent (E.P. Sanders, Jesus and Judaism, SCM Press, 1985).

 

Beaucoup des premiers chrétiens pratiquaient une mise en commun des biens. Les Actes des Apôtres nous disent : "Les croyants ensemble mettaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, ils donnaient à tout le monde ce dont ils avaient besoin." (2, 45) Ses disciples, après la mort et la résurrection, continuèrent alors à attendre la restauration d'Israël et l'inauguration de la nouvelle ère, et ils ont continuèrent à voir Jésus occupant la première place dans le royaume.

 

Merci !

 

Publié le 1 Mai 2013

 

http://paroissiens-progressiste.over-blog.com/j%C3%A9sus-de-nazareth-un-r%C3%A9volutionnaire/


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

 

4 - Jésus-Christ est-il Dieu ?

 

_ PLUS QU'UNE FOI AVEUGLE, Jésus-Christ est-il Dieu ? Des preuves à partir de la vie de Dieu, et pourquoi ce n'est pas une foi aveugle de croire en lui.

 

Les propos de Jésus sur sa personne étaient pour le moins surprenants. Il s'est vite présenté comme bien plus qu'un prophète ou un enseignant. Il a clairement dit qu'il était Dieu. Qui veut devenir chrétien est obligé de se positionner par rapport à ce qu'il affirme. Il ne s'agit pas seulement de croire que Dieu existe. Comment peut-on adhérer à une chose pareille ? La foi chrétienne est-elle aveugle ? Doit-on apprendre des choses par cœur et les réciter pour s'en convaincre ou y a -t-il un fondement sérieux qui valide la foi ? Et qu'est-ce que cela change que Jésus soit Dieu ou pas ? Pourquoi le christianisme tient-il à ce qu'il en soit ainsi ? Analysons ensemble quelques éléments de réponse...

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Jésus se présente comme l'égal de Dieu

Jésus a fait de son identité le point central de son enseignement. La question primordiale qu'il posait à ceux qui le suivaient était « Qui dites-vous que je suis ? » (Évangile de Matthieu ch.16 verset 15). Devant la foule, il proclamait : « Le Père et moi, nous sommes un. » (Évangile de Jean ch.10 verset 30). C'est pourquoi les autorités juives ont voulu s'en prendre à lui, car selon leur loi, se dire égal à Dieu est le plus haut crime : « À cause de cette parole, les autorités juives cherchaient encore plus à faire mourir Jésus ; car... il disait encore que Dieu était son propre Père et se faisait ainsi l'égal de Dieu. » (Évangile de Jean ch. 5 verset 18 ; voir aussi ch.10 verset 33). Jésus, juif très fidèle à la Torah (l'Ancien Testament), n'était bien sûr pas ignorant de ces choses. Mais cela ne l'a pas empêché de continuer à se comporter selon ce qu'il disait être ! Il demandait à ses contemporains de se positionner par rapport à lui : croire à ce qu'il disait être ou le rejeter.

 

Jésus s'appliquait les fonctions et les attributs seulement propres à Dieu. Un jour, un homme paralysé a été amené à ses pieds pour qu'il le guérisse. Jésus lui a alors tenu ces propos : « Mon fils, tes péchés te sont pardonnés. ». Cette parole a scandalisé les chefs religieux : seul Dieu peut pardonner les péchés. Ils ont là encore pensé qu'il blasphémait (Évangile de Marc ch. 2).

Dans une discussion, Jésus déclarait son éternité : « les Juifs lui dirent : tu n'as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham !? Jésus leur dit : en vérité en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis » (Évangile de Jean ch. 8 v.57-58). Et en affirmant cela, Jésus reprenait à son compte la façon dont Dieu lui-même s'est présenté aux Hébreux : « je m'appelle "je suis" » !

 

Son lien avec Dieu était tel qu'il assimilait l'attitude d'une personne envers lui à une attitude envers Dieu. Ainsi, le voir signifie voir Dieu (Évangile de Jean ch.12 v. 45) ; le connaître signifie connaître Dieu (Évangile de Jean ch.8 verset 19 ; ch.14 verset 7) ; croire en lui signifie croire en Dieu (Évangile de Jean ch.12 v. 44) ; le recevoir signifie recevoir Dieu (Évangile de Marc ch.9 v.37) et le haïr signifie haïr Dieu (Évangile de Jean ch.15 v. 23).


Résultat de recherche d'images pour


_ Les faits viennent-ils appuyer les propos de Jésus ?

Jésus apparaît comme un être humain particulièrement unique car il nous est présenté comme étant sans faute. Lui-même n'avait pas peur de l'affirmer en posant ouvertement la question à ceux qui l'entouraient : « Qui d'entre vous peut prouver que j'ai péché ? » (Évangile de Jean ch.8 verset 46). Il n'a eu que le silence comme réponse, alors que face à lui se trouvaient des personnes qui cherchaient à le condamner.

 

Jean, Paul et Pierre, tous trois ayant vécu 3 ans de pérégrination en permanence avec lui (donc l'ayant vu vivre au quotidien), et tous trois convaincus de l'universalité du péché, ont rendu témoignage à tous leurs contemporains et aux autorités juives de ce caractère exceptionnel, sans péché, du Christ : « Il n'a pas commis de péché, aucun mensonge n'est jamais sorti de sa bouche. » (Première Épître de Pierre ch.2 verset 22). Le gouverneur romain Pilate, qui était loin d'être ami avec Jésus, demanda aux accusateurs de Jésus : "Quel mal a-t-il donc commis ?" car il reconnaissait son innocence. Enfin, un des criminels crucifié en même temps que lui s'est exclamé : « Pour nous c'est justice car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes ; mais celui-là n'a rien fait de mal ».

 

Aucun homme ne peut prétendre à une telle pureté d'âme : motivations gratuites, absence de mensonges, pensées toujours honnêtes et bonnes, actes en conformité avec un cœur droit et bon. Nous sommes tous enclins au mal, dès notre naissance. Jésus-Christ est le seul homme au monde de toute l'Histoire de l'humanité sur lequel il nous est rapporté de semblables assertions. Son caractère moral semble correspondre à ses dires. Cela pose question.

 

Deuxièmement, Christ a montré un pouvoir extraordinaire sur les forces de la nature. Il a calmé une violente tempête dans la Mer de Galilée. Ceux qui étaient avec lui dans le bateau, effrayés, se sont exclamés : « Qui est cet homme, pour que même le vent et les flots lui obéissent ? » (Évangile de Marc ch.4 verset 41). Plus tard, sur cette même mer, il a marché sur l'eau jusqu'au milieu du lac, montrant ostensiblement qu'il dominait les lois de la pesanteur (Évangile de Marc ch.6 versets 45-52).

Il a nourri à deux reprises 5000 et 4000 personnes à partir de quelques pains et poissons. En d'autres termes, devant une foule très importante il a montré un pouvoir de création ex-nihilo (Évangile de Marc ch.6 et 8) !

 

Il nous est également rapporté qu'il guérissait toutes les maladies, sans exception : il a guéri des lépreux, des épileptiques, des infirmes, des muets, des aveugles, etc. Certaines des guérisons qu'il a opérées concernaient des maladies congénitales, qui ne pouvaient donc pas être guéries (encore à l'heure actuelle). Un exemple se trouve dans l'évangile de Jean chapitre 9. Un homme né aveugle, à qui Jésus redonne la vue, ne peut donner d'explications à ceux qui le questionnent, mais dit simplement : « Je sais une chose : j'étais aveugle et maintenant je vois... On n'a jamais entendu dire que quelqu'un ait guéri les yeux d'une personne née aveugle ». Son expérience était pour lui une preuve évidente de la provenance divine de Jésus.

 

Enfin, pour démontrer et mettre en pratique son affirmation selon laquelle il est la Vie, il a ressuscité le fils unique d'une veuve, la fille d'un homme désespéré et son ami Lazare. Il est donc clair que la puissance qu'a démontrée Jésus ne peut venir que d'une source extra-humaine. Jésus-Christ savait pertinemment qu'il serait difficile de le croire sur la base de ses simples paroles. C'est pourquoi il enjoignait les gens de considérer les miracles qu'il faisait : « Quand même vous ne me croiriez pas, croyez au moins à ces œuvres afin que vous sachiez une fois pour toutes que le Père vit en moi et que je vis dans le Père. » (Évangile de Jean ch.10 v.38).

 

Il est intéressant de voir que ses ennemis n'ont pas du tout cherché à nier ces miracles mais ont plutôt voulu le tuer : « Si nous le laissons agir ainsi, tous croiront en lui. » (Évangile de Jean ch.11 v.48).


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Les actes de Jésus ne sont-ils pas une légende ?

La question se pose aujourd'hui car tous ces faits sont loin de nous maintenant. Certes ils nous sont rapportés par la Bible, mais peut-on s'y fier ? Nous n'allons pas examiner ici tous les éléments historiques que nous avons en notre possession. Il nus suffira de savoir que la théorie de la légende a été réfutée suite à de nombreuses découvertes de l'archéologie moderne. Ces dernières ont notamment démontré que les quatre biographies de Jésus sont contemporaines de Christ. Il est donc totalement impossible que les faits mentionnés soient délibérément des inventions. En effet, imaginons qu'une personne ait écrit, il y a quelques années, une biographie sur De Gaulle en disant qu'il était Dieu, qu'il faisait des miracles, qu'il pouvait pardonner nos péchés, et qu'il était ressuscité après sa mort. Une telle histoire est si incroyable qu'elle ne peut être prise au sérieux et prendre de l'ampleur, car il y a encore aujourd'hui des personnes qui connaissaient l'intéressé. Qu'une simple légende sur Jésus, sous la forme des évangiles, ait pu prendre une telle envergure et avoir autant d'impact, sans qu'il y ait une once de vérité, est impossible.

 

Un fait pouvant également authentifier la prétention de Jésus à la divinité est sa résurrection. Au cours de sa vie, il a prédit cinq fois qu'il allait mourir et que trois jours plus tard il ressusciterait d'entre les morts et se montrerait à ses disciples. On peut voir dans cette prédiction un test ultime : il s'agit d'une prétention aisément vérifiable. Soit elle a eu lieu, soit elle n'est jamais arrivée.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La résurrection de Jésus-Christ en question

La résurrection de Christ est le fondement de la foi chrétienne. L'apôtre Paul a écrit « Si le Christ n'est pas ressuscité, nous n'avons rien à prêcher et vous n'avez rien à croire. » (1ère épître aux Corinthiens ch.15 verset 14). Effectivement, si Christ est bien ressuscité, nous pouvons savoir par là que Dieu existe, car Jésus avait affirmé qu'il était Dieu. Nous pouvons le connaître personnellement et être sûr à 100% de pouvoir vivre en sa présence après la mort (si on lui donne notre vie). Le monde qui nous entoure prend une nouvelle signification. Nous pouvons alors vivre en connaissant un Dieu vivant. Sinon, Paul le dit bien : « si Christ n'est pas ressuscité, alors votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés... nous sommes les plus malheureux de tous les hommes » (suite du verset 14). Voilà pourquoi la résurrection de Christ est si importante. Voilà pourquoi il est vital de ne pas avoir une foi aveugle, reposant sur une croyance intellectuelle, mais au contraire de chercher à établir une solide confirmation intérieure.


Jésus est mort exécuté publiquement, sur une croix, accusé par les Juifs de blasphème et par les Romains d'ennemi de César. La raison avancée par Jésus était tout autre : il a dit que c'était pour payer nos fautes. Après avoir été torturé, Jésus a eu ses poignets et ses pieds cloués sur une croix où il est resté attaché jusqu'à sa mort par étouffement. Pour s'assurer de sa mort, les soldats ont percé son cœur avec une lance. Le corps de Jésus a été ensuite enveloppé de bandes couvertes d'un mélange d'aromates, et déposé dans une tombe taillée dans le roc, dont l'entrée était bloquée par une pierre. Puisque Jésus avait déclaré publiquement qu'il allait ressusciter trois jours après sa mort, il a été décidé que sa tombe serait gardée par des soldats romains. Pourtant, le lendemain du Sabbat, le corps n'était plus dans la tombe. Seuls les linceuls qui l'enveloppaient ont été trouvés à l'endroit où le corps avait été mis. Aujourd'hui, nous pouvons encore visiter l'endroit, à Jérusalem. Ensuite, Jésus est resté présent avec ses disciples encore 40 jours avant de remonter au ciel. Et ce ne sont pas 1, 2 ou 3 personnes qui l'ont vu mais des foules de plusieurs centaines de personnes.

 

La première explication donnée par les sceptiques fut que les disciples avaient volé le corps. Dans l'évangile de Matthieu, il nous est en effet rapporté cette histoire qui circulait déjà parmi le peuple après la disparition de Jésus. Mais cette hypothèse semble fausse pour plusieurs raisons :

- 1) Les rédacteurs des évangiles n'ont même pas pris la peine de la réfuter point par point. Ils se sont contentés de décrire le vécu du Christ après sa mort, auprès de dizaines de personnes. Une accusation sans fondement est vite balayée par des faits sérieux dont peuvent témoigner de nombreuses personnes.

- 2) Les soldats étaient payés pour veiller activement, sachant ce qui risquait de se passer. C'étaient donc les discréditer publiquement et gravement que de les accuser d'avoir dormi. Les Romains auraient-ils accepté longtemps un tel déshonneur sur leur armée ?

- 3) Le vol du corps de Jésus aurait été un acte totalement contraire au caractère des disciples, juifs très pieux. Cela aurait signifié qu'ils étaient menteurs, responsables d'une tromperie et de la mort de milliers de personnes par la suite.

- 4) Chacun des disciples a dû faire face à la torture ou au martyr pour ce qu'il pensait et disait. Il y a des hommes et des femmes qui sont prêts à mourir pour ce qu'ils croient être juste, même si ce n'est pas le cas. En revanche, personne ne serait prêt à mourir pour un évènement qu'il sait être faux.

- 5) Même si les disciples avaient volé le corps de Jésus, et qu'il n'était jamais revenu à la vie, nous aurions encore à expliquer ses apparitions, après sa mort, puis au travers des deux millénaires qui se sont écoulés depuis.

Une deuxième hypothèse est que les autorités, soit juives soit romaines, aient mis le corps ailleurs. Mais comment expliquer alors le silence de ces autorités face aux discours des disciples à Jérusalem, qui parlaient de la résurrection à tout le monde ? Les chefs religieux étaient enragés et faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour empêcher que le message de la résurrection de Jésus se propage. Ils les ont fait arrêter, battre et mettre à mort. S'ils avaient eu le corps de Christ, il aurait été facile pour eux de le montrer dans les rues de la ville et l'affaire aurait été close. Le christianisme n'aurait jamais vu le jour.

 

Une histoire qu'on peut peut-être entendre serait que les disciples qui allaient au tombeau étaient en deuil et très attristés, et se seraient ainsi trompés de tombe. Dans leur détresse, ils auraient imaginé que le Christ était vivant. Cette fable imaginaire se trouve confrontée aux mêmes impossibilités que la théorie précédente. Pour les autorités ou le propriétaire de la tombe, il était très vite possible d'exhiber le corps. À la fin du XVIIIème siècle, des opposants acharnés au christianisme sont même allés jusqu'à prétendre que le Christ n'était pas mort sur la croix mais qu'il s'était évanoui. Pris pour mort, il se serait réveillé dans la tombe.

 

C'est mal connaître le fait que les Romains perçaient le cœur des condamnés pour s'assurer de leur mort, ou bien brisaient les os des jambes pour hâter cette mort (ce qui est arrivé aux deux criminels à côté de Jésus). Enfin, les pierres qui étaient mises devant les tombeaux étaient si énormes que plusieurs hommes étaient nécessaires pour les déplacer. Peut-on sérieusement envisager une seule seconde qu'un homme qui vient d'être fouetté (avec des fouets à crochets de fer) puis crucifié, ait eu la force de s'extirper de son linceul puis de sa tombe en bougeant la pierre et passer outre les soldats romains ?

Ainsi, il ne reste, pour expliquer la disparition de Jésus, que l'hypothèse de la résurrection, attestée par les centaines de témoins qui ont vu Jésus après sa mort, l'ont touché et ont mangé avec lui. On peut aussi se poser la question : si Jésus est Dieu, est-ce si extraordinaire qu'il ressuscite, c'est-à-dire qu'il montre par là qu'il est plus fort que la mort ?


Résultat de recherche d'images pour


_ Qu'est-ce que ça change aujourd'hui ?

Si Jésus est revenu de la mort, il a ainsi prouvé de façon ultime qu'il est Dieu. Il est donc toujours vivant aujourd'hui. Il ne cherche pas seulement à ce qu'on croit qu'il existe. Il veut être connu de chacun et faire partie de nos vies. Car s'il est mort, c'est pour nous offrir la délivrance par rapport au mal qui est en nous et nous permettre de bénéficier de la présence de Dieu au quotidien. C'est Dieu qui a la vie en lui-même, qui est la source de l'amour et de l'estime dont nous avons besoin. Quelqu'un a dit : "La névrose principale de notre époque est le sentiment de vide." Nous avons tous un profond besoin d'avoir une vie qui ait un sens. Jésus nous offre une vie abondante, comblée, à travers une relation personnelle avec Lui. Il a dit « Je suis venu afin que les hommes aient la vie, et la vie en abondance. » (Évangile de Jean ch.10 verset 10).

À nous maintenant de lui faire confiance ou pas, comme ses contemporains de l'époque. Mais il a donné à tous ceux qui veulent bien de Dieu dans leur vie, assez d'éléments pour que leur foi ne soit pas aveugle.

 

Par Paul E. Little

 

https://www.questions2vie.com/a/201foiaveugle.html

 

Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

5 - Jésus ce célèbre inconnu : L’espoir pour aujourd'hui et demain

 

_ Introduction

Il y a quelques années, une équipe d'archéologues effectuait des fouilles dans une partie ancienne de la ville de Thessalonique, un port de la Macédoine au Nord-Est de la Grèce. Les ouvriers découvrirent un cimetière grec datant du 1er siècle de notre ère. Au milieu des tombes païennes, ils en trouvèrent une sur laquelle étaient écrits ces mots : « Aucune espérance ».

  

_ L’Evangile, une valeur sûre

Bien des livres ont été écrits sur Jésus, le Christ. Mais le seul livre qui soit la référence parfaite, infaillible dans son contenu, qui nous dit toute la vérité sur Jésus, c'est bien l'Evangile ! On dira d'une personne qui ment facilement : « Soyez prudent, tout ce qu'elle dit n'est pas parole d'évangile. » Cela signifie tout simplement que sa parole ne doit pas être acceptée sans réserve. Voici ce que dit le dictionnaire français, Le Robert, au mot Evangile : « Parole d'évangile, chose sûre, indiscutable », et le Larousse fait cette remarque : « Chose certaine. »

  

_ Jésus est devenu célèbre

Alors que, dans les années 1960, les Beatles étaient au sommet de leur popularité mondiale, la journaliste Maureen Cleave interviewa John Lennon avec cette question : « Comment vit un Beatle ? » Voici un extrait de cette interview parue dans le « London Evening Standard du 6 mars 1966. Lennon déclara : « Le Christianisme disparaîtra. Il s'évaporera. J'ai raison, et il sera prouvé que j'ai raison. Nous sommes désormais plus populaires que Jésus. »


Résultat de recherche d'images pour


_ Le mystère Jésus

Un mystère, c'est ce qui est inaccessible à la raison humaine, ce qui dépasse notre compréhension. Par exemple, la Bible appelle Dieu : « L'Eternel », mot qui signifie : « Qui est hors du temps, qui n'a pas eu de commencement et qui n'aura pas de fin. » On conçoit assez facilement que Dieu n'ait pas de fin, mais qu'il n'ait pas eu de commencement, c'est un mystère qui dépasse notre compréhension. ll nous faut le reconnaître, il y a bien des mystères qui nous dépassent et que nous ne saurions expliquer.

  

_ Jésus est vraiment unique

Il y a un verset de l'Evangile selon Jean, que Martin LUTHER a appelé « La Bible en miniature », et dont on a souvent dit qu'il était « Tout l'Evangile en condensé », c'est Jean 3/16 : « Dieu a tellement aimé le monde, qu'il a donné son Fils UNIQUE, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. »

Unique ne signifie pas seulement qui est seul ; il signifie aussi qui n'a pas son semblable, qui est sans pareil, qui est infiniment au-dessus des autres, qui est incomparable. Seul a un sens relatif, unique a un sens absolu.

  

_ La vraie beauté de Jésus

Une petite fille, qui était assise sur les genoux de sa mamy lui posa cette question pour le moins surprenante : « Mamy, pourquoi ton visage est tout rayé ? » Bien sûr, cette réflexion d'une enfant peut faire sourire. Cette mamy d'un âge très avancé avait un visage sillonné de rides. Sans vouloir vexer qui que ce soit, nous savons très bien que la vieillesse n'embellit personne. Mais, comme l'a dit quelqu'un : « La vraie beauté, c'est celle du cœur ! »

  

_ Jésus, ému de compassion

De nombreuses fois la Bible fait référence à la compassion divine. Sept fois nous avons dans l'Evangile l'expression : « Jésus, ému de compassion. » Cette expression caractérise le ministère de Jésus.

  

_ Jésus le regarda avec amour

L'Evangile nous parle d'un jeune homme, qui vint vers Jésus, et lui posa cette question : « Bon Maître ! Que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? » (Marc 10/17-27).

Ce jeune homme a bien posé la question. Il n'a pas dit, comme malheureusement certains le pensent : « Que dois-je faire pour « mériter » la vie éternelle ? Mais il a dit : « pour hériter ». C'est totalement différent.

  

_ Le plus court résumé du message de l’Evangile

« Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. »


Résultat de recherche d'images pour


_ Jésus guérit les cœurs brisés

Jésus guérit non seulement les corps malades, mais aussi les cœurs brisés. Il guérit non seulement les souffrances physiques, mais aussi les souffrances morales que sont le découragement, la solitude, l'anxiété, l'angoisse, la dépression, les frustrations, les blessures émotionnelles, les sentiments de rejet ou d'abandon ; tout ce qui touche le plus profond de notre être intérieur, et engendre « le mal de vivre. » Victor HUGO écrivait : « Le plus lourd fardeau, c'est d'exister sans vivre. »

 

 _ Quand Jésus pardonne !

Voici ce que dit l'Evangile selon Marc au chapitre 2/3 à 12 :

« Des gens vinrent à Jésus, amenant un paralytique porté par quatre hommes. Comme ils ne pouvaient l'aborder à cause de la foule, ils montèrent sur le toit en terrasse (par un escalier extérieur), découvrirent une partie du toit de la maison où se trouvait Jésus, et ils descendirent par cette ouverture le grabat sur lequel le paralytique était couché.

  

_ Jésus est notre avocat

Ecrivant aux chrétiens de son temps une lettre qui garde toute son actualité, l'apôtre Jean leur dit : « Si quelqu'un a péché... » (1 Jean 2/1-2). Parce que, même si les chrétiens authentiques ont à cœur de plaire à Dieu dans toute leur conduite, ils savent très bien qu'ils ne sont pas infaillibles pour autant. L'apôtre ajoute : « Nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le Juste. Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. »

  

_ La grâce du Seigneur Jésus

 « C'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés » (Actes 15/11).

« La loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. »


Résultat de recherche d'images pour "jesus christ and miracles" Résultat de recherche d'images pour "jesus christ and miracles"


_ Jésus, l’initiateur de la foi

Hébreux 12/2 (TOB) nous invite à fixer nos regards sur Jésus « l'initiateur de la foi, qui la mène à son accomplissement », « celui qui fait naître la foi et la rend parfaite » (Parole de Vie). A un homme nommé Jaïrus, à qui on venait d'annoncer la mort de sa fille, Jésus a dit : « Ne crains pas, crois seulement » (Marc 5/36). A ses disciples, qui se trouvaient dans une position particulièrement délicate, Jésus a dit : « Rassurez-vous, c'est moi, n'ayez pas peur » (Matthieu 14/27).

  

_ Crois au Seigneur Jésus

Soulignons à présent quelque chose d'important dans la parole de Jésus, quand il a dit à ses contemporains : « Vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi » (Jean 14/1). Ce terme de comparaison « aussi », exprimant un rapport d'égalité, qui se trouve dans le texte original, souligne bien que le fait de croire en Dieu ne suffit pas, mais qu'il faut aussi croire en Jésus pour être sauvé. C'est d'ailleurs ce que les apôtres Paul et Silas ont dit au geôlier de la prison de Philippes, dont nous avons déjà parlé : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé... » (Actes 16/31).

 

Par Joël Chédru le mardi, 11 décembre 2012. Publié dans Jésus ce célèbre inconnuBlog

 

https://www.disciples-de-christ.org/fr/publications/livres/jesus-ce-celebre-inconnu


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

6 - Jésus de Nazareth

 

Jésus de Nazareth (né entre -7 et -4 et mort entre +30 et +33), appelé le Christ, c'est-à-dire le messie en grec, par les chrétiens ou encore Issa (ou Aïssa) par les musulmans1, est un prédicateur israëlite, crucifié par le gouverneur romain de la Palestine, Ponce Pilate, à la demande des autorités religieuses juives (le Sanhédrin). Jésus est certainement une des personnes ayant eu le plus d'impact sur l'Histoire de l'humanité. Figure centrale du Christianisme, Jésus est considéré par les chrétiens comme l'incarnation de Dieu. Pour l'islam, il est le dernier grand prophète avant Mahomet. Dans ces deux religions, c'est lui le Messie.

  

_ Les sources

Bien que Jésus de Nazareth soit l'un des personnages les plus importants de l'Histoire de l'humanité, nous possédons très peu de sources contemporaines de lui le mentionnant. Pour de nombreux historiens, cela est dû au fait que la Palestine était une province marginale dans l'empire romain et que Jésus n'était pas considéré comme quelqu'un d'important de son vivant.

 

. Sources romaines

L'historien Tacite, parla entre 116 et 117 dans ses Annales, de l'incendie de Rome sous le règne de Néron ainsi que des persécutions infligées aux Chrétiens, accusés d'avoir provoqué ce désastre. L'historien y fait mention de Jésus-Christ : "Ce nom leur vient de Christ, qui, sous Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Pontius Pilatus." (Annales 15:44).

 

. Sources juives

Un seul autre texte de l'époque y fait brièvement allusion, les Antiquités judaïques de l'historien Flavius Josèphe.

 

. Sources chrétiennes

Les sources chrétiennes concernant la vie de Jésus de Nazareth sont les évangiles, textes écrits par des partisans (ou disciples) de Jésus quelques dizaines d'années après sa mort.

 

. Autres sources

Le Coran et les hadiths, écrits sept siècles après la mort de Jésus, décrivent également Jésus et donnent certains détails sur des passages de sa vie.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La vie de Jésus d'après le Nouveau testament

Les évangiles présentent Jésus comme étant le Fils de Dieu engendré par le Saint-Esprit dans le sein de Marie, la femme de Joseph. Il est considéré comme le descendant de David, le deuxième roi d'Israël. À l'époque de sa naissance, la Palestine fait partie de l'Empire romain. Fixée plusieurs siècles après sa mort2, la date de naissance de Jésus n'est pas connue avec certitude. Au début du IVe siècle, sa célébration a été fixée au 25 décembre (jour du solstice d'hiver chez les Romains), jour de Noël, et elle est racontée dans les récits traditionnels illustrés par la crèche de Noël. Il en est de même pour les années de jeunesse de Jésus.

 

Vers l'âge de trente ans, Jésus se met à parcourir son pays en racontant des paraboles c'est-à-dire des histoires philosophiques sur Dieu et sur ce que doit accomplir l'Homme sur Terre. De plus en plus de gens le suivent et deviennent ses disciples. Ceux-ci disent que Jésus accomplit des miracles. Jésus commence à déranger certains juifs, parmi le parti des pharisiens, car il bouscule les habitudes et dit être le Fils de Dieu3. Jésus n'hésitait pas à remettre en question l'ordre établi. Il mit les autorités en colère : les grands prêtres juifs lui reprochaient son pouvoir religieux et l'occupant romain, son influence politique. Jésus est capturé par les chefs des pharisiens qui le livrent au gouverneur romain Ponce Pilate pour être condamné à mort. Jésus lui est alors présenté comme le roi des juifs. Par crainte des juifs, Ponce Pilate le fait torturer et le condamne à mort.

 

Comme il était de coutume pour les célébrations de la Pâques, le gouverneur romain, Ponce Pilate, demande à la foule de désigner un condamné à mort pour le libérer. La foule décide alors de délivrer Barabas, un homme accusé de meurtre. Jésus porte la croix jusqu'au lieu de sa crucifixion à Golgotha. Sa mort ayant eu lieu la veille du sabbat ; faute de temps pour les soins à donner au cadavre, il est enterré provisoirement. Le troisième jour après sa crucifixion, ses disciples, en particulier les apôtres, affirment qu'il est ressuscité et a vécu quelques semaines avec eux. La croix sur laquelle Jésus sera supplicié deviendra plus tard un symbole de la nouvelle religion : le christianisme.

  

_ Résurrection

Selon la tradition chrétienne, Jésus ressuscite le matin de Pâques, le troisième jour après sa mort. Il retrouve ses disciples et quelque temps après il monte au ciel (événement que les chrétiens fêtent sous le nom de l'Ascension).

  

_ Enseignements

Jésus s'adressait aux juifs, aussi son enseignement s'appuie sur la loi hébraïque. Il dit « ne pas être venu abolir la Loi, mais l'accomplir ». Il affirme que les plus grands commandements de cette loi sont l'amour de Dieu ("Tu aimeras ton Dieu de tout ton coeur") et l'amour des autres humains ("Tu aimeras ton prochain comme toi-même"), même les ennemis. On considère que l'essentiel de son enseignement est résumé dans ce que l'on appelle le « sermon sur la montagne », où il dit que le royaume de Dieu appartient aux pauvres et aux simples de cœur.

  

https://fr.vikidia.org/wiki/J%C3%A9sus_de_Nazareth


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------

   

Résultat de recherche d'images pour


7 - Jésus-Christ

 

Jésus-Christ (prononcé [ʒezykri] ou [ʒezykrist]2), le Christ ou simplement Christ est le nom donné par l'ensemble des chrétiens à Jésus de Nazareth qu'ils considèrent comme le Messie (χριστός / Christos en grec ancien), « l’oint du Seigneur » annoncé par l'Ancien Testament du judaïsme, mort et ressuscité pour le salut des hommes. Les chrétiens reconnaissent Jésus-Christ comme le Fils unique de Dieu et comme l'une des trois personnes du Dieu trinitaire. Sa mère est la Vierge Marie. Ce n'est qu'à partir des recherches critiques du xixe siècle que les historiens ont peu à peu dissocié Jésus-Christ, la figure religieuse, et Jésus de Nazareth, le personnage historique. Les musulmans reconnaissent Jésus de Nazareth en tant qu'un éminent prophète de Dieu sous le nom d'ʿĪsā.

  

_ Jésus

. La foi en Jésus-Christ

La foi en Jésus-Christ se réfère à l'histoire de Jésus de Nazareth, Juif de Galilée, qui apparaît au ier siècle dans le cercle de Jean le Baptiste avant de s'engager, entouré de quelques disciples, dans une carrière de prédication itinérante d'un à deux ans et demi3, essentiellement en Galilée, en pratiquant guérisons et exorcismes. Il suscite engouement et ferveur, s'attirant la méfiance des autorités politiques et religieuses, avant d'être arrêté, condamné et crucifié vers l'an 30 à Jérusalem pendant la fête juive de la Pâque, sous l'administration du préfet Ponce Pilate4.

 

Dans les premières décennies qui suivent la mort de Jésus de Nazareth vers 30, ses disciples vont se constituer en petites communautés autour de deux croyances : celle que Jésus était le messie attendu par les juifs, et celle qu'il était ressuscité et était apparu à un certain nombre de témoins. Ce « mouvement des disciples de Jésus », par ses croyances en la messianité et la résurrection de Jésus, constitue alors une secte particulière au sein du judaïsme. La foi en Jésus-Christ est marquée dès ses débuts par la prédication de Paul de Tarse, l'« apôtre des gentils » qui ne connut pas le Jésus historique, mais à qui celui-ci serait apparu après sa résurrection.


Résultat de recherche d'images pour


. Le « Jésus terrestre »

La problématique du « Jésus terrestre » et des traditions qui en relèvent concerne les représentations théologiques du Jésus telles que conservées dans la littérature évangélique. Sans qu'il faille autant opposer symétriquement sur ce sujet recherche et tradition, les recherches sur le Jésus historique — apparues à l'époque moderne uniquement — ne sont accessibles qu'à travers les traditions du « Jésus terrestre »5.

Néanmoins, « la question du Jésus historique s'efforce de discerner à travers les premières traditions sur le Jésus terrestre, les traces qui permettent d'approcher le Jésus de l'histoire. En revanche, interpréter les traditions du Jésus terrestre pour elles-mêmes, c'est rechercher comment les premières communautés chrétiennes ont formulé leur témoignage de foi au Jésus qui a vécu et qui est mort à Jérusalem »6

  

_ La question de la nature de Jésus : homme ou Dieu ?

Souvent, dans les communautés chrétiennes des deux premiers siècles, la croyance en la divinité de Jésus a connu des chemins différents de ceux empruntés par l’Église de Rome, en particulier dans les communautés orientales et encore plus dans celles de l'espace perse. Certaines (ébionites et elkasaïtes), vont rester attachées à la transcendance du Dieu du judaïsme traditionnel, et à l'humanité de Jésus. D'autres au contraire comme les marcionitesmontanistes vont exalter la divinité de Jésus, et rejeter le corps et la matière. Certaines communautés inspirées par la démarche gnostique suivront la même voie, ce que ne feront pas notamment, les Judéo-chrétiens.

 

Ignace d'Antioche (35-107) insiste sur la réalité de la vie terrestre de Jésus. Justin de Naplouse (105-135) recourt à la suite de l'Évangile de Jean au terme logos, emprunté à la philosophie grecque, qui signifie la raison divine qui pénètre et gouverne le monde. Origène (185-254) essaie de comprendre comment la nature humaine s'unit à la nature divine en Jésus. Pour lui, Jésus ne peut être vraiment homme sans âme humaine; la nature divine ne pouvait s'unir directement avec le corps.(…)

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9sus-Christ


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

8 - Le sermon sur la montagne 5.1–7.29

 

_ Les béatitudes

5 A la vue de ces foules, Jésus monta sur la montagne. Il s'assit et ses disciples s'approchèrent de lui. Puis il prit la parole pour les enseigner; il dit:

«Heureux ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle, car le royaume des cieux leur appartient! Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés! Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés! Heureux ceux qui font preuve de bonté, car on aura de la bonté pour eux! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! 10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux leur appartient! 11 Heureux serez-vous lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. 12 Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande au ciel. En effet, c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

 

13 »Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors et piétiné par les hommes. 14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut pas être cachée, 15 et on n'allume pas non plus une lampe pour la mettre sous un seau, mais on la met sur son support et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 16 Que, de la même manière, votre lumière brille devant les hommes afin qu'ils voient votre belle manière d’agir et qu’ainsi ils célèbrent la gloire de votre Père céleste.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Christ et la loi

17 »Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 En effet, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre n’auront pas disparu, pas une seule lettre ni un seul trait de lettre ne disparaîtra de la loi avant que tout ne soit arrivé. 19 Celui donc qui violera l'un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire de même sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera aux autres, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20 En effet, je vous le dis, si votre justice ne dépasse pas celle des spécialistes de la loi et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux.

 

21 »Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens: ‘Tu ne commettras pas de meurtre[a]; celui qui commet un meurtre mérite de passer en jugement.’ 22 Mais moi je vous dis: Tout homme qui se met [sans raison] en colère contre son frère mérite de passer en jugement; celui qui traite son frère d’imbécile[b] mérite d'être puni par le tribunal, et celui qui le traite de fou mérite d'être puni par le feu de l'enfer. 23 Si donc tu présentes ton offrande vers l'autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse ton offrande devant l'autel et va d'abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande. 25 Mets-toi rapidement d'accord avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu'il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l'officier de justice et que tu ne sois mis en prison. 26 Je te le dis en vérité, tu n'en sortiras pas avant d'avoir remboursé jusqu'au dernier centime.

 

27 »Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras pas d'adultère.[c]28 Mais moi je vous dis: Tout homme qui regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. 29 Si ton œil droit te pousse à mal agir, arrache-le et jette-le loin de toi, car il vaut mieux pour toi subir la perte d'un seul de tes membres que de voir ton corps entier jeté en enfer. 30 Et si ta main droite te pousse à mal agir, coupe-la et jette-la loin de toi, car il vaut mieux pour toi subir la perte d'un seul de tes membres que de voir ton corps entier jeté en enfer.

 

31 »Il a été dit: Que celui qui renvoie sa femme lui donne une lettre de divorce.[d] 32 Mais moi, je vous dis: Celui qui renvoie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et celui qui épouse une femme divorcée commet un adultère.

 

33 »Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne violeras pas ton serment, mais tu accompliras ce que tu as promis au Seigneur.[e] 34 Mais moi je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu35 ni par la terre, parce que c'est son marchepied,[f] ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand roi. 36 Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux pas rendre blanc ou noir un seul cheveu. 37 Que votre parole soit ‘oui’ pour oui, ‘non’ pour non; ce qu'on y ajoute vient du mal[g].

 

38 »Vous avez appris qu'il a été dit: Œil pour œil et dent pour dent.[h]39 Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre. 40 Si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta chemise, laisse-lui encore ton manteau. 41 Si quelqu'un te force à faire un kilomètre, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui t’adresse une demande et ne te détourne pas de celui qui veut te faire un emprunt.

 

43 »Vous avez appris qu'il a été dit: ‘Tu aimeras ton prochain[i] et tu détesteras ton ennemi.’ 44 Mais moi je vous dis: Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous détestent] et priez pour ceux [qui vous maltraitent et] qui vous persécutent, 45 afin d'être les fils de votre Père céleste. En effet, il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les collecteurs d’impôts n'agissent-ils pas de même? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les membres des autres peuples n'agissent-ils pas de même? 48 Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Les pratiques religieuses

6 »Gardez-vous bien de faire des dons devant les hommes pour qu’ils vous regardent; sinon, vous n'aurez pas de récompense auprès de votre Père céleste. Donc, lorsque tu fais un don à quelqu'un, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues afin de recevoir la gloire qui vient des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu fais un don, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton don se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [lui-même ouvertement].

»Lorsque tu pries, ne sois pas comme les hypocrites: ils aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [ouvertement].

 

»En priant, ne multipliez pas les paroles comme les membres des autres peuples: ils s'imaginent en effet qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez.

»Voici donc comment vous devez prier: ‘Notre Père céleste! Que la sainteté de ton nom soit respectée, 10 que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; 13 ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du mal[j], [car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!]’

14 »Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi; 15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes.

16 »Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme les hypocrites. En effet, ils présentent un visage tout défait pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. 17 Mais toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage 18 afin de ne pas montrer que tu jeûnes aux hommes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Les biens matériels

19 »Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les mites et la rouille détruisent et où les voleurs percent les murs pour voler, 20 mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où les mites et la rouille ne détruisent pas et où les voleurs ne peuvent pas percer les murs ni voler! 21 En effet, là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

 

22 »L'œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé; 23 mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien ces ténèbres seront grandes!

 

24 »Personne ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent[k].

 

25 »C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas de ce que vous mangerez [et boirez] pour vivre, ni de ce dont vous habillerez votre corps. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement? 26 Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment pas et ne moissonnent pas, ils n'amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? 27 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter un instant à la durée de sa vie? 28 Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement? Etudiez comment poussent les plus belles fleurs des champs: elles ne travaillent pas et ne tissent pas; 29 cependant je vous dis que Salomon[l] lui-même, dans toute sa gloire, n'a pas eu d’aussi belles tenues que l'une d'elles. 30 Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au feu, ne le fera-t-il pas bien plus volontiers pour vous, gens de peu de foi? 31 Ne vous inquiétez donc pas et ne dites pas: ‘Que mangerons-nous? Que boirons-nous? Avec quoi nous habillerons-nous?’ 32 En effet, tout cela, ce sont les membres des autres peuples qui le recherchent. Or, votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Recherchez d'abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Les relations humaines

7 »Ne jugez pas afin de ne pas être jugés, car on vous jugera de la même manière que vous aurez jugé et on utilisera pour vous la mesure dont vous vous serez servis. Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil? Ou comment peux-tu dire à ton frère: ‘Laisse-moi enlever la paille de ton œil’, alors que toi, tu as une poutre dans le tien? Hypocrite, enlève d'abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour retirer la paille de l'œil de ton frère.

 

»Ne donnez pas les choses saintes aux chiens et ne jetez pas vos perles devant les porcs, de peur qu'ils ne les piétinent et qu'ils ne se retournent pour vous déchirer.

 

»Demandez et l'on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira. En effet, toute personne qui demande reçoit, celui qui cherche trouve et l'on ouvre à celui qui frappe. Qui parmi vous donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain? 10 Ou s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent? 11 Si donc, mauvais comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, votre Père céleste donnera d’autant plus volontiers de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.

 

12 »Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux, car c'est ce qu'enseignent la loi et les prophètes[m].

 

Résultat de recherche d'images pour


_ L’entrée dans le royaume

13 »Entrez par la porte étroite! En effet, large est la porte, spacieux le chemin menant à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là, 14 mais étroite est la porte, resserré le chemin menant à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

 

15 »Méfiez-vous des prétendus prophètes! Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces. 16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des ronces ou des figues sur des chardons? 17 Tout bon arbre produit de bons fruits, mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits. 18 Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. 19 Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. 20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

 

21 »Ceux qui me disent: ‘Seigneur, Seigneur!’ n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père céleste. 22 Beaucoup me diront ce jour-là: ‘Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en ton nom? N'avons-nous pas chassé des démons en ton nom? N'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom?’ 23 Alors je leur dirai ouvertement: ‘Je ne vous ai jamais connus. Eloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal![n]

 

24 »C'est pourquoi, toute personne qui entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je la comparerai à un homme prudent qui a construit sa maison sur le rocher. 25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison; elle ne s’est pas écroulée, parce qu'elle était fondée sur le rocher. 26 Mais toute personne qui entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique ressemblera à un fou qui a construit sa maison sur le sable. 27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison; elle s’est écroulée et sa ruine a été grande.»

 

28 Quand Jésus eut fini de prononcer ces paroles, les foules restèrent frappées par son enseignement, 29 car il enseignait avec autorité, et non comme leurs spécialistes de la loi.

 

Source :

 

https://www.biblegateway.com/passage/?search=Matthieu+5-7&version=SG21


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

 

 


Avis des internautes

Articles recommandés

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Colombie

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGIONS CHRETIENNES : sectes chrétiennes et islamiques, argent et perversions religieuses, terrorisme et pouvoir du mal (entre le bien et le mal...)

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : visite du pape François dans le Caucase

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ JMJ Cracovie 2016 : les messages des jeunes au pape François

» AMERIQUE LATINE/ RELIGION CHRETIENNE/ PAPE FRANCOIS : les chefs de file des deux Églises, le pape François et le Patriarche Kirill, se sont rencontrés pour la première fois à Cuba

» MONDE/ RELIGION CATHOLIQUE : Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : Le pape François ouvre la porte sainte et lance le Jubilé de la miséricorde

» AFRIQUE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : Voyage pastoral du pape François en Afrique sur fond de montée en puissance des violences et du terrorisme islamique

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ VOYAGE PASTORAL : le pape François en Amérique (Cuba, Etats-Unis d’Amérique)

» MONDE/ VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Amérique latine pour revisiter le passé et dénoncer les pauvretés et les violences

» MONDE/ BOSNIE-HERZEGOVINE/ RELIGION CATHOLIQUE : Le Pape François à Sarajevo, une visite pastorale et historique

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ CRIMINALITE ET GRAND BANDITISME : Au-delà de l’horreur

» VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE/ SYNODE SUR LA FAMILLE : vers quelles réformes ?

» VATICAN/ CANONISATION : de nouveaux saints de l’église catholique consacrés par le Pape François

» Viandes interdites dans les religions indiennes

» JESUS CHRIST/ SERMON SUR LA MONTAGNE/ PAROLES DE VIE : Jésus Christ 2014 ans après…

» RELIGION CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : renouveau et revitalisation de l'Eglise catholique

» RELIGION CATHOLIQUE/ RENOUVEAU CHARISMATIQUE : quelles attentes ?


Haut de page