Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VIVRE SANS FAIRE DU MAL EST POSSIBLE (Religion et autres)


Publié le 22/01/2018 à 18:16:38
EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : le pape François rencontre les fidèles catholiques du Pérou et du Chili (contre l’expropriation des terres des peuples autochtones par des milieux corrompus, ici et ailleurs)




« A Lima, le pape François fustige la corruption en Amérique latine : Le pape François est reparti dimanche soir vers Rome après avoir célébré une messe géante à Lima, dernière étape de sa tournée en Amérique latine, dont il a dénoncé avec force la corruption qui rend la politique "malade". Face à une foule d'1,3 million de personnes, selon les autorités, le souverain pontife a notamment déploré la misère des villes dont sont victimes "beaucoup d'enfants et d'adolescents", pourtant "le visage de l'avenir". Mais son message le plus virulent était survenu un peu plus tôt, quand il a condamné la corruption en Amérique latine, estimant que "la politique est malade, très malade", dans sa région d'origine. S'exprimant devant les évêques péruviens, le pape argentin avait pris l'exemple du pays qui l'accueille: "Que se passe-t-il au Pérou? Quand quelqu'un quitte la présidence, on le met en prison". »


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

  

1 - Pape François: une messe géante au Pérou, la polémique au Chili

 

Le pape François achève dimanche son voyage au Pérou par une messe géante à Lima, fin d’une tournée en Amérique latine marquée par la ferveur au Pérou, mais un accueil plutôt froid au Chili, en raison d’une polémique sur les scandales de pédophilie dans ce pays. Le pape âgé de 81 ans, les traits tirés par une semaine d’un voyage qui l’a mené dans six villes, a pris le temps dimanche matin de saluer les nombreux Péruviens qui l’attendaient devant la nonciature apostolique où il réside, dont beaucoup avaient dormi sur place. Il a ensuite traversé la ville en papamobile, suscitant l’enthousiasme de la foule. Au sanctuaire du Seigneur des miracles, le patron de Lima, le Pape a prononcé une homélie devant 500 sœurs contemplatives cloîtrées et s’est recueilli devant une icône révérée du Christ peinte au 17e siècle et qui fait l’objet de récits miraculeux. Point d’orgue de son étape péruvienne, François doit célébrer une messe géante sur une base aérienne au sud de Lima où sont attendues près d’un million de personnes.

 

Le Souverain pontife avait déjà célébré samedi à Trujillo, à 560 kilomètres au nord de Lima, une messe devant 200 000 fidèles face à la mer et s’était livré à d’impressionnants bains de foule à bord de sa papamobile. Une ferveur populaire très vivante contrastant avec les rues plus clairsemées de Santiago du Chili. Très attendu en début de semaine au Chili sur la question des scandales d’abus sexuels perpétrés par des prêtres, le pape avait  d’abord marqué des points en rencontrant mardi des victimes et en exprimant «sa honte».

 

Mais François a ensuite brouillé son message et choqué bon nombre de Chiliens au tout dernier jour de sa visite, en donnant une accolade publique à Mgr Juan Barros, soupçonné d’avoir gardé sous silence les agissements d’un vieux prêtre pédophile défroqué par le Vatican. Il avait tenu juste auparavant des propos très peu apaisants pour les victimes d’abus sexuels. «Le jour où vous m’apportez une preuve contre l’évêque Barros, je vous parlerai. Il n’y a pas une seule preuve contre lui. Tout est calomnie. C’est clair?», avait lancé jeudi le pape, interpellé par des journalistes chiliens.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Polémiques et Angelus

Le cardinal Sean Patrick O’Malley, qui dirige une commission anti-pédophilie au sein du Vatican, a jugé «compréhensible» samedi que les propos du pape aient pu provoquer «une grande douleur» chez les victimes de crimes pédophiles par des prêtres au Chili. Il a admis toutefois que «des paroles qui envoient le message si vous ne pouvez pas prouver vos accusations alors on ne vous croiera pas», laissent tomber les victimes d’abus. Le cardinal a aussi mis en avant la grande sincérité du pape lorsqu’il prône la tolérance zéro contre les actes pédophiles au sein de l’Église. Pour autant, cette polémique ne suffit pas à expliquer le moindre engouement des Chiliens envers la visite papale. Ceux-ci, marqués par la dictature d’Augusto Pinochet, manifestent de la défiance envers toutes les formes de pouvoir, y compris celui de l’Eglise, explique un observateur. Pays le plus critique de l’Église catholique en Amérique latine, il connaît en outre une révolution sociétale qui cadre peu avec une église réputée conservatrice et quelque peu hautaine.

 

Le pays a approuvé l’avortement thérapeutique et le Parlement examine la légalisation du mariage homosexuel, après avoir adopté les unions civiles entre personnes du même sexe. Lundi, une commission parlementaire a approuvé un projet de loi visant à reconnaître les personnes transsexuelles. Le temps fort du 22e voyage du pape - grand défenseur du climat et des peuples indigènes - reste sa première visite en Amazonie, à Puerto Maldonado (sud-est), où l’attendaient avec impatience plusieurs milliers d’indigènes péruviens, brésiliens et boliviens. Une rencontre colorée, avec couronnes de plumes et colliers de dents d’animaux.

 

CATHERINE MARCIANO / Agence France-Presse/ 21 janvier 2018/

 

https://www.lesoleil.com/actualite/monde/pape-francois-une-messe-geante-au-perou-la-polemique-au-chili-e5b7a61fd4dbafeadf4cf7e7b9c1b2bc


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Image associée    

 

2 - A Lima, le pape François fustige la corruption en Amérique latine

 

Le pape François est reparti dimanche soir vers Rome après avoir célébré une messe géante à Lima, dernière étape de sa tournée en Amérique latine, dont il a dénoncé avec force la corruption qui rend la politique "malade". Face à une foule d'1,3 million de personnes, selon les autorités, le souverain pontife a notamment déploré la misère des villes dont sont victimes "beaucoup d'enfants et d'adolescents", pourtant "le visage de l'avenir". Mais son message le plus virulent était survenu un peu plus tôt, quand il a condamné la corruption en Amérique latine, estimant que "la politique est malade, très malade", dans sa région d'origine. S'exprimant devant les évêques péruviens, le pape argentin avait pris l'exemple du pays qui l'accueille: "Que se passe-t-il au Pérou? Quand quelqu'un quitte la présidence, on le met en prison".

 

L'actuel président, Pedro Pablo Kuczynski, vient d'échapper à une destitution pour ses liens avec le géant du BTP brésilien Odebrecht, au coeur d'un vaste scandale de corruption qui éclabousse la région. Plusieurs ex-chefs d'Etat péruviens sont incarcérés ou visés par un mandat d'arrêt international. C'est la deuxième fois, dans sa tournée au Pérou, que le pape dénonce ce fléau, après avoir appelé vendredi à Lima à lutter contre "le virus" de "la corruption", lors d'un discours prononcé à quelques mètres seulement du président Kuczynski.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Ferveur au Pérou

François, premier pape latino-américain de l'Histoire, conclut dimanche une tournée d'une semaine dans cette région, la sixième de son pontificat, d'abord au Chili puis au Pérou. La ferveur des Péruviens, qui l'ont accueilli chaleureusement, tranche avec l'accueil plutôt froid lors de son étape au Chili, pays secoué par la polémique sur les scandales de pédophilie. Dans la foule assistant à la mi-journée à l'Angelus sur la place principale de Lima, Sofia, septuagénaire, confiait être "là depuis 6h du matin". Mais "cela vaut le coup, même pour voir le pape quelques secondes". Après le déjeuner, le souverain pontife de 81 ans avait traversé la capitale sous les acclamations d'une foule enthousiaste agitant drapeaux et ballons. A la base aérienne Las Palmas, au sud de Lima, où était célébrée la messe en plein air, Teofila Romero, 84 ans, racontait avoir fait le voyage depuis Puno, à la frontière avec la Bolivie. "Je suis venue avec mes enfants, je me fiche de la chaleur ou du sacrifice que ça représente", assurait-elle.

 

Image associée


_ Polémique au Chili

Très attendu en début de semaine au Chili sur les scandales d'abus sexuels perpétrés par des prêtres, le pape avait d'abord marqué des points en rencontrant des victimes et en exprimant "sa honte". Mais il a ensuite brouillé son message et choqué bon nombre de Chiliens au dernier jour de sa visite, en donnant une accolade publique à Mgr Juan Barros, soupçonné d'avoir gardé sous silence les agissements d'un vieux prêtre pédophile défroqué par le Vatican. "Le jour où vous m'apportez une preuve contre l'évêque Barros, je vous parlerai. Il n'y a pas une seule preuve contre lui. Tout est calomnie. C'est clair?", avait aussi lancé jeudi le pape, interpellé par des journalistes chiliens. Le cardinal Sean Patrick O'Malley, qui dirige une commission anti-pédophilie au sein du Vatican, a jugé "compréhensible" samedi que les propos du pape aient pu provoquer "une grande douleur" chez les victimes. Mais il a souligné sa grande sincérité lorsqu'il prône la tolérance zéro contre les actes pédophiles au sein de l'Eglise. Il était présent dimanche à la messe à Lima.

 

La polémique ne suffit pas à expliquer le moindre engouement des Chiliens envers la visite papale. Ceux-ci, marqués par la dictature d'Augusto Pinochet, sont méfiants envers toutes les formes de pouvoir, y compris celui de l'Eglise, explique un observateur. Et ce pays, le plus critique de l'Eglise catholique en Amérique latine, connaît une révolution sociétale qui cadre peu avec une église réputée conservatrice et quelque peu hautaine: il a notamment approuvé l'avortement thérapeutique les unions civiles entre personnes du même sexe. Le temps fort du 22e voyage du pape - grand défenseur du climat et des peuples indigènes - reste sa première visite en Amazonie, à Puerto Maldonado (sud-est), face à des milliers d'indigènes péruviens, brésiliens et boliviens.

 

afp , le 22/01/2018/ Mis à jour le 22/01/2018 /

 

https://www.la-croix.com/Monde/Pape-Francois-messe-geante-Perou-fervent-douche-froide-Chili-2018-01-21-1300907661


Image associée


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour   

 

3 - Le pape au Chili et au Pérou en porte-voix des indigènes

 

Le pape François sera de retour la semaine prochaine en Amérique latine, au Pérou et au Chili, une tribune pour soutenir les peuples indigènes et revigorer des Eglises locales en perte de popularité, frappées notamment par des scandales de pédophilie. Son sixième voyage dans la catholique Amérique latine restera très spirituel, mais le pape rencontrera aussi les autorités gouvernementales de deux pays en période de turbulences politiques. Le Chili est en pleine transition, après la victoire à la présidentielle de décembre du milliardaire conservateur Sebastian Piñera, qui entrera en fonction en mars, suscitant des interrogations sur les réformes sociétales de la socialiste sortante Michelle Bachelet.

 

Le Pérou s’enfonce de son côté dans une profonde crise, depuis la grâce accordée à Noël à l’ex-président péruvien Alberto Fujimori, condamné pour corruption et crimes. Très critiqué pour cette décision, le chef de l’Etat Pedro Pablo Kuczynski, ex-banquier de Wall Street, a lui-même échappé à une destitution pour ses liens avec le géant du BTP brésilien Odebrecht. Le premier pape latino-américain de l’Histoire, pourfendeur de le corruption et des inégalités sociales qui frappent les pauvres, fera-t-il passer quelques messages politiques à ses hôtes ?

 

Les temps forts du 22ème voyage de son pontificat - du 15 au 18 janvier au Chili, puis du 18 au 21 janvier au Pérou - seront indubitablement ses rencontres avec des peuples indigènes. Au Chili et au Pérou, le pape déjeunera avec eux en petit comité pour s’enquérir de leur sort. A Temuco, à plus de 600 km au sud de Santiago du Chili, il s’adressera aux indigènes Mapuche (7% de la population chilienne), qui occupaient un vaste territoire à l’arrivée des conquistadors espagnols au Chili en 1541. Cette région, Auracania, est toutefois rythmée par des actions d’une minorité radicalisée, qui incendie des entreprises forestières mais aussi des églises. Le pape n’y est donc bienvenu par tous.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Scandales d’abus sexuels

A Puerto Maldonado, au cœur de l’Amazonie dans le sud-est du Pérou, il sera accueilli par quelque 3.500 indigènes, dont certains de Bolivie et du Brésil. Preuve de l’intérêt qu’il porte aux menaces environnementales pesant sur ce poumon vert et ses habitants, parfois réduits à l’esclavage par des trafiquants, le pape a convoqué pour 2019 un synode (réunion mondiale d’évêques) consacré aux peuples d’Amazonie. Au Pérou, François renouera aussi avec «la piété populaire» latino-américaine, dont il apprécie la simplicité et la chaleur, décrit le cardinal et archevêque de Lima, Juan Luis Cipriani.

 

Les conservatrices Eglises du Chili et du Pérou, discréditées par des scandales d’abus sexuels, «ont besoin d’un choc» pour être plus attentives aux problèmes de la population, souligne un proche du pape, notant que François voyage toujours dans des pays «à problèmes». Moins médiatisées que ses bains de foule, ses rencontres avec des religieux sont l’occasion de les appeler à être à l’écoute des fidèles et à laisser de côté un «cléricalisme» rigide. «Sous la dictature de Pinochet, l’Eglise était perçue comme un point de référence pour la protection des droits humains. Aujourd’hui la sécularisation a réduit son rôle», explique l’ambassadeur chilien auprès du Saint-Siège, Mariano Fernandez Amunategui. «La visite du pape jouera un rôle très positif pour l’Eglise», note-t-il, en évoquant les ravages causés en 2010 par le cas du prêtre Fernando Karadima, coupable d’abus sexuels sur des mineurs.

 

Résultat de recherche d'images pour


Selon la base de données de l’ONG américaine Bishop Accountability, des dénonciations pour abus sexuels ont concerné près de 80 religieux au Chili, où le pourcentage d’athées est passé de 12% à 22% entre 2006 et 2014. Le Vatican a annoncé mercredi avoir mis sous tutelle un mouvement catholique péruvien Sodalitium Christianae Vitae, dont le fondateur Luis Fernando Figari, réfugié à Rome, est au coeur d’une enquête pour pédophilie. Si des rencontres avec des victimes ne figurent pas au programme officiel, elles pourraient avoir lieu très discrètement, selon le Vatican. A Iquique, à 1.450 km au nord de la capitale chilienne, le pape aura en tout cas une rencontre privée avec deux victimes de la dictature d’Augusto Pinochet. Ce voyage tambour battant (plus de 30.000 km parcouru sur dix vols) sera aussi une machine à remonter le temps pour Jorge Bergoglio, 81 ans, qui étudia au Chili lors de son noviciat jésuite et retrouvera l’un de ses anciens camarades.

 

Par AFP/ 12 janvier 2018/

 

http://www.liberation.fr/planete/2018/01/12/le-pape-au-chili-et-au-perou-en-porte-voix-des-indigenes_1621927


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------------- 

 

Résultat de recherche d'images pour


4 - Devant l’épiscopat péruvien, le Pape expose les urgences pastorales du pays

 

Corruption en politique, Amazonie, jeunes ou vie pastorale: dans la foulée de sa rencontre avec l’épiscopat péruvien réuni dans la chapelle mariale de l’archevêché de Lima, dimanche 21 janvier 2018, le Pape s’est adonné à une séance de questions-réponses sur les défis de l’Amérique latine. Après la longue réflexion qu’a tenue le Pape sur la figure de l'évêque, inspirée par la vie de saint Toribio Mogrovejo, une discussion franche et sincère de 35 minutes s’est tenue entre le Saint-Père et 60 évêques, ce dimanche 21 janvier. 


Résultat de recherche d'images pour


_ La genèse du Synode sur l’Amazonie

Tout d’abord, le Pape a révélé avoir pris conscience des enjeux écologiques huit ans avant la parution de Laudato Si’, en 2007, avec la rédaction du document d’Aparecida, du nom du sanctuaire marial brésilien Notre-Dame d'Aparecida. Le cardinal Bergoglio présidait alors la commission de rédaction du document final. Texte majeur, ce document visait à redonner un élan d’évangélisation dans toute l’Amérique latine. «Soyez audacieux en Amazonie», a conseillé François, qui a par ailleurs posé les premiers jalons du synode sur l’Amazonie prévu pour octobre 2019 au Vatican, lors de sa rencontre avec les peuples indigènes, le 19 janvier à Puerto Maldonado.

  

_ «La politique est malade en Amérique latine»

Après ses considérations sur les enjeux écologiques de l’Amazonie, le Saint-Père s’est arrêté sur la vie politique latino-américaine : «Je pense que la politique est très en crise en Amérique latine à cause de la corruption. Comment évangéliser le monde de la politique? Ce n'est pas facile. Nous ne devons pas abandonner, mais la dénonciation n'est pas la seule arme», a-t-il affirmé, insistant sur l’importance de la formation politique.


Résultat de recherche d'images pour


_ Bilan du voyage du Pape au Pérou avec Mgr Vizcarra

À ce sujet, le Saint-Père a fait allusion à la «Rencontre des laïcs catholiques qui assument des responsabilités politiques au service des peuples de l’Amérique latine», organisée en décembre 2017 par la Commission pontificale pour l’Amérique latine et le Conseil épiscopal latino-américain (Celam). Il avait alors délivré un important message d’engagement aux laïcs latino-américains, axé sur le besoin de «réhabiliter la dignité de la politique». «Oui, la politique est malade, elle est très malade, au moins en Amérique latine et, il y a des exceptions, mais en général c'est plus malade que sain», a répété François, encourageant l’épiscopat à faire de son mieux dans chaque diocèse. Par ailleurs, le Pape a aussi pris acte du phénomène des paradis fiscaux, «dont beaucoup sont en Amérique latine», a-t-il déploré auprès des évêques;  de même que la situation des prisons surpeuplées sur le continent. 

  

_ Être un évêque de la rue

Un peu auparavant, prononçant son discours prévu, le Pape a longuement donné en exemple saint Turibio de Mogrovejo (1538-1606), saint de référence pour le pays pour sa défense des populations autochtones – et deuxième archevêque de Lima-, enjoignant les évêques à sortir de «leurs bureaux»: «Saint Turibio de Mogrovejo était un évêque ‘‘de la rue’’… avec des semelles usées à force de marcher, de visiter, d’aller à la rencontre pour annoncer l’Évangile à tous, en tous lieux, en toutes occasions, sans répulsion et sans peur».


Résultat de recherche d'images pour "Mogrovejo, pape françois, 2018"


_ Adopter un langage numérique

Saint Turibio de Mogrovejo a aussi promu «une évangélisation dans la langue locale», a rappelé le Papepour qui il apparait nécessaire que les évêques «apprennent ainsi à utiliser le langage des autres». «Les pasteurs du XXIème siècle doivent apprendre un langage totalement nouveau comme l’est le langage numérique», mais aussi « le langage actuel de nos jeunes, de nos familles, des enfants…», a-t-il exhorté.

 

Delphine Allaire/ Cité du Vatican/ 22 janvier 2018.

 

http://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2018-01/voyage-apostolique-perou---pape-rencontre-eveque-.html


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour   

  

5 - Le pape s'inquiète pour les peuples d'Amazonie, plus menacés que jamais

 

En visite pour la première fois en Amazonie, le pape François a appelé vendredi au Pérou à défendre ce poumon vert de la planète, répondant à l'appel au secours de milliers d'indigènes venus à sa rencontre. "Probablement, les peuples autochtones amazoniens n’ont jamais été autant menacés sur leurs territoires", a estimé François, déplorant "les blessures profondes que portent en eux l'Amazonie et ses peuples". Arrivé dans la matinée à Puerto Maldonado, ville du sud-est du Pérou entourée de jungle, le pape argentin s'est rendu directement au Colisée, bâtiment où l'attendaient avec impatience plusieurs milliers d'indigènes péruviens, brésiliens et boliviens. Il a été accueilli par des chants et des danses de différentes tribus, portant tenues traditionnelles, couronnes de plumes et colliers de dents d'animaux pour certains.

 

Après avoir écouté les discours de plusieurs indigènes racontant les menaces pesant sur leurs terres, il a pris la parole. Dénonçant "la forte pression des grands intérêts économiques qui convoitent le pétrole, le gaz, le bois, l'or, les monocultures agro-industrielles", mais aussi la politique de protection de certains Etats qui "accaparent de grandes superficies de terre et en font un moyen de négociation", le pape a appelé à un dialogue entre les églises locales amazoniennes et les indigènes. Il a fustigé "l’exploitation minière illégale" d'or, particulièrement forte dans la région de Madre de Dios, dont Puerto Maldonado est la capitale, et son effet pervers, "la traite de personnes: la main d'oeuvre esclave ou l’abus sexuel". "La violence à l’encontre des adolescents et des femmes est un cri qui parvient au ciel", a-t-il lancé.


Résultat de recherche d'images pour


_ 'La forêt agressée'

Menacés par l'exploitation des forêts et des ressources naturelles, les indigènes espéraient un message fort du pape François lors de cette rencontre inédite. "Nous vous demandons de nous défendre", a lancé, à la tribune, une représentante du peuple Harakbut, Yesica Patiachi. "Si on nous enlève nos territoires, nous pouvons disparaître". "J'ai 67 ans. Je me souviens que notre territoire était beau, avec des plantes et des poissons en abondance", a déclaré Luzmila Bermejo, du peuple Awajun. "Les groupes pétroliers, forestiers et miniers sont venus... tout cela nous a pollués et affaiblis. Ils ont agressé la forêt". Pour symboliser cet appel au secours, la communauté Ese Eja avait préparé comme cadeau pour le pape un arc et une flèche... destinés à les protéger. "Pour la première fois de l'Histoire, nous sommes réunis" entre différents peuples d'Amazonie ayant fait le déplacement en bus, en avion ou en bateau à travers la jungle, s'est réjoui Javier Antonio Pisconte Injante, 50 ans, venu de Cuzco avec 140 membres de sa tribu. "Nous sommes un seul peuple", a déclaré à l'AFP Angelton Arara, 33 ans, qui a voyagé en bus, pendant trois jours, depuis le Mato Grosso (centre-ouest du Brésil).


Résultat de recherche d'images pour


_ 'Les femmes bafouées'

Après cette rencontre, le pape s'est exprimé sur une esplanade à l'extérieur du Colisée, où des milliers d'habitants patientaient depuis des heures malgré la chaleur écrasante. Il s'y est insurgé contre "l'esclavage sexuel" et les innombrables violences faites aux femmes et aux adolescentes, entretenus par une "culture machiste". "Il ne nous est pas permis de regarder de l’autre côté et de permettre que tant de femmes, surtout adolescentes, soient bafouées dans leur dignité", a-t-il dit, un grand sujet de préoccupation en Amérique Latine. Il a ensuite visité un foyer accueillant 40 enfants et adolescents, abandonnés, victimes de violences ou exploités, avant un déjeuner en petit comité avec neuf leaders indigènes puis son retour à Lima dans l'après-midi. Pour François, ce voyage en Amazonie constitue un puissant coup d'envoi aux préparatifs de l'assemblée mondiale des évêques (synode) d'octobre 2019, consacrée à cette forêt qui occupe 43% de la superficie de l'Amérique du Sud et où vivent près de trois millions d'indigènes.

 

Dans son encyclique "Laudato si", son texte à tonalité très sociale sur l'écologie, le pape s'est attaqué à l'exploitation de la forêt amazonienne menée par "d'énormes intérêts économiques internationaux". Au Colisée, des indigènes ont d'ailleurs lu certains paragraphes de l'encyclique dans leurs dialectes. L'Eglise catholique est consciente de l'histoire sanglante de l'évangélisation de l'Amérique latine au 16e siècle et reconnait qu'elle n'a pas toujours traité avec respect les peuples d'Amazonie. Mais elle estime être aujourd'hui engagée dans de nombreux projets pour aider les peuples amazoniens à préserver leurs coutumes et leur identité. L'Amazonie abrite 20% de l'eau douce non gelée de la planète, 34% des forêts primaires et 30 à 50% de la faune et la flore du monde. Ce poumon vert se répartit sur neuf des douze pays de l'Amérique du Sud, notamment le Brésil (67%), la Bolivie (11%) et le Pérou (13%).

 

Publié le 19/01/2018/ Mis à jour le 19/01/2018/© 2018 AFP

 

https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/19/2725053-pape-peuples-autochtones-amazonie-ont-jamais-ete-autant-menaces.html


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

6 - Chili et Pérou: deux forts pays catholiques aux structures ecclésiales inégales

 

En vue du voyage du pape François au Chili et au Pérou du 15 au 21 janvier 2018, le Bureau de presse du Saint-Siège a publié le 11 janvier 2018 les statistiques de l’Eglise dans ces pays. La place des catholiques dans la population est comparable, mais les deux pays se distinguent par leurs structures ecclésiales inégales. Le pape François se rend ainsi dans deux pays globalement proches sur le plan de leur population catholique. Le Pérou et le Chili possèdent chacun une forte majorité de catholiques: 89% pour le premier, 74% pour le second. Le Pérou se différencie par sa population globale deux fois plus forte que celle du Chili, 31 millions d’âmes contre 18, et par son importante structure ecclésiale. Le Pérou est ainsi constitué de 45 circonscriptions ecclésiastiques, étalées sur une superficie de plus d’un million de kilomètres carrés, deux fois plus importante que celle du Chili. Il y a aussi six fois plus d’hôpitaux et centres chirurgicaux catholiques au Pérou qu’au Chili. 

Le Pérou compte par ailleurs 68 évêques, près de 1’600 paroisses, 3’361 prêtres et 5’990 religieuses et religieux. Le Chili quant à lui, possède 27 circonscriptions, 50 évêques, 960 paroisses et 2’283 prêtres, ainsi que 4’552 religieuses et religieux.


Résultat de recherche d'images pour


_ Trois fois plus de séminaristes au Pérou

Le Pérou possède quelque 1’539 séminaristes, trois fois plus que le Chili qui n’en a que 568. Une nette différence se situe également sur le nombre d’agents pastoraux laïcs: le Chili en possède 1’400 environ, contre 11’000 pour le Pérou. Le Chili bénéficie en revanche de la présence de 1’138 diacres, tandis que le Pérou n’en a que 65. En revanche, pour un même nombre d’établissements éducatifs catholiques, environ 1.600, le Chili compte deux fois plus d’étudiants qu’au Pérou.

 

(cath.ch/imedia/mp)/ 11.01.2018 par I.MEDIA

 

https://www.cath.ch/newsf/chili-perou-deux-forts-pays-catholiques-aux-structures-ecclesiales-inegales/

 

Image associée Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour


7 - Le Pape à la rencontre des peuples autochtones d’Amérique du Sud

 

Le pape François s’est envolé le 15 janvier 2018 au matin de Rome pour son 22e voyage apostolique hors d’Italie. Du 15 au 18 janvier, le Souverain pontife sera ainsi au Chili, avant de poursuivre du 18 au 21 janvier au Pérou. Au cours de ce long périple, il se rendra notamment auprès des peuples indigènes d’Amérique du Sud. Pour son premier voyage de l’année 2018, le pape François a choisi de se rendre à nouveau en Amérique du Sud, son continent d’origine. Le Chili, première destination, est un pays que le pontife connaît bien pour y avoir étudier à la fin des années 1950. Il y a toujours de nombreux amis et devrait en revoir quelques-uns  à cette occasion. Le Pape connaît en revanche moins le Pérou où il s’est rendu seulement deux ou trois fois. Dans ces deux pays, le souverain pontife effectue essentiellement en visite pastorale, c’est-à-dire auprès des catholiques locaux. Les étapes officielles sont ainsi limitées à leur minimum : une rencontre avec les autorités et une rencontre avec le chef d’État dans chacun des deux pays.


 Résultat de recherche d'images pour

 

_ Une oreille particulièrement attentive aux peuples indigènes

Un voyage du Pape, ce n’est bien sûr pas un événement comme un autre : c’est l’Église universelle qui se rend auprès d’une Église locale. Pour l’écouter certes, comprendre ses difficultés et défis, mais aussi pour apprendre d’elle. En tant que membre de l’Église universelle, chaque communauté particulière vient donc enrichir l’ensemble par son histoire unique. Au Chili et au Pérou, le pape François compte prêter une oreille particulièrement attentive aux peuples indigènes. Les Mapuches au sud du Chili, les indiens d’Amazonie au Pérou : deux journées sont consacrées aux autochtones d’Amérique du Sud. Ce voyage est donc l’occasion pour le pontife de se rendre lui-même à leurs côtés, dans leurs terres, pour entendre leur témoignage de foi. La rencontre avec les indigènes d’Amazonie — dans une ville en plein cœur de la forêt ! — sera ainsi un prélude au synode d’octobre 2019, sur l’évangélisation des peuples d’Amazonie.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Un voyage sous le signe marial

Le Pape se rend aussi auprès des Chiliens et des Péruviens pour vivre avec eux un élément central de leur foi : leur dévotion pour la Sainte Vierge. Ainsi à Santiago, le pape rencontrera les jeunes dans un sanctuaire marial. Mais cette dévotion culminera dans les villes d’Iquique – pour le Chili – et de Trujillo – pour le Pérou – où le Pape couronnera une statue de la Mère du Christ dans chacune de ces villes. Ce sixième voyage en Amérique du Sud est le plus long du pape François, avec sept jours hors du Vatican. Selon ses propres mots, ce sera un voyage au programme « bien rempli » : six jours sur place, six villes visitées. Et pas moins de 21 prises de paroles publiques entre discours, homélies ou prières. Un programme particulièrement chargé alors que le pape François a fêté son 81e anniversaire il y a tout juste un mois.

 

 Xavier Le Normand/I-Media/ 16 janvier 2018

 

https://fr.aleteia.org/2018/01/16/le-pape-a-la-rencontre-des-peuples-autochtones-damerique-du-sud/


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour

Image associée

Image associée


(NB : Les peuples autochtones et indigènes ont en réalité un niveau de vie écologique avancé et vivent dans un environnement sain et propre. 

Malheureusement, ces avancées sont de plus en plus détruites par l'impact désastreux des aspects négatifs du modernisme...)




Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ TERRORISME/ VIOLENCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : qui est responsable des violences meurtrières et destructrices en Afrique ?

» EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : le pape François en Irlande à l’occasion de la rencontre mondiale des familles

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGION CHRETIENNE : Jésus Christ, ce rempart contre le mal (victoire éternelle sur le mal et sur le démon)

» RELIGIONS/ VIOLENCES RELIGIEUSES ET POLITIQUES/ CRIMES RITUELS : l’esprit saint et l’aspiration à la sainteté donnent le vrai pouvoir (Dieu ignore les criminels, les assassins)

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : voyage pastoral du pape François au Myanmar et au Bangladesh (sur fond de racisme et d’exclusion)

» EGLISE CATHOLIQUE/ JESUS CHRIST : qui est Jésus Christ ? (dieu, homme, populaire et méconnu)

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Colombie

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGIONS CHRETIENNES : sectes chrétiennes et islamiques, argent et perversions religieuses, terrorisme et pouvoir du mal (entre le bien et le mal...)

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : visite du pape François dans le Caucase

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ JMJ Cracovie 2016 : les messages des jeunes au pape François

» AMERIQUE LATINE/ RELIGION CHRETIENNE/ PAPE FRANCOIS : les chefs de file des deux Églises, le pape François et le Patriarche Kirill, se sont rencontrés pour la première fois à Cuba

» MONDE/ RELIGION CATHOLIQUE : Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : Le pape François ouvre la porte sainte et lance le Jubilé de la miséricorde

» AFRIQUE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : Voyage pastoral du pape François en Afrique sur fond de montée en puissance des violences et du terrorisme islamique

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ VOYAGE PASTORAL : le pape François en Amérique (Cuba, Etats-Unis d’Amérique)

» MONDE/ VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Amérique latine pour revisiter le passé et dénoncer les pauvretés et les violences

» MONDE/ BOSNIE-HERZEGOVINE/ RELIGION CATHOLIQUE : Le Pape François à Sarajevo, une visite pastorale et historique

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ CRIMINALITE ET GRAND BANDITISME : Au-delà de l’horreur

» VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE/ SYNODE SUR LA FAMILLE : vers quelles réformes ?

» VATICAN/ CANONISATION : de nouveaux saints de l’église catholique consacrés par le Pape François

» Viandes interdites dans les religions indiennes

» JESUS CHRIST/ SERMON SUR LA MONTAGNE/ PAROLES DE VIE : Jésus Christ 2014 ans après…

» RELIGION CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : renouveau et revitalisation de l'Eglise catholique

» RELIGION CATHOLIQUE/ RENOUVEAU CHARISMATIQUE : quelles attentes ?


Haut de page