Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VIVRE SANS FAIRE DU MAL EST POSSIBLE (Religion et autres)


Publié le 31/01/2019 à 13:57:49
RELIGION/ JESUS CHRIST/ FORCE DU BIEN : Jésus, le choix absolu du bien contre le mal



 

0.1 – « Le message de Jésus ne se résume pas à une information, un slogan humanitaire. Il nous fait connaître de l’intérieur la réalité présente du Royaume de Dieu. L’Évangile nous laisse percevoir que Jésus lui-même se révèle Fils de Dieu. Avec lui, l’Alliance s’inscrit plus que jamais dans l’histoire. C’est en Jésus Christ que le Règne de Dieu advient, qu’il est rendu présent. (Luc 7, 24-27) (…)

Jésus fait souvent appel à la royauté comme comparaison. Le vocabulaire évangélique, Règne, Royaume, Roi… avec sa connotation féodale pourrait égarer dans une représentation d’un Dieu dominateur, et pourquoi pas, dictateur. En évoquant le « Royaume », Jésus nous parle du monde tel que Jésus le voit, un monde où la paix, la réconciliation, la fraternité et le bonheur peuvent l’emporter. Pour connaître le message de Jésus, il est également essentiel de lire le récit de la proclamation des Béatitudes (Mt 5, 1-12) et l’ensemble du sermon sur la montagne (Mt 5, 1- 6, 28) »


Image associée

 

0.2 - « Le monde meilleur rêvé n’est pas une utopie : Dans la confrontation sans pitié entre le bien et le mal, les forces bienveillantes finissent toujours par triompher, car le bien a naturellement plus d’adeptes que le mal. Le mal, en réalité, est fils des ténèbres et de l’obscurité. Le mal se cache et se commet dans l’obscurité car il fait honte. La victoire des forces malveillantes est toujours éphémère. Ces forces obscures sont construites sur des fondements malsains, fragiles et non durables. Le bien, forgé durablement sur la lumière et la bienveillance, ne se cache pas et ne peut faire honte. Peut-on avoir honte de parler de bienfaits ? C’est le mal qui fait honte et il est toujours promis à la promiscuité, à la destruction, à la mort par abandon. Choisir Jésus Christ, c’est également choisir le bien, l’humanité et la fraternité entre les hommes… »

Source et contribution : www.paixetdeveloppement.com/

 

Résultat de recherche d'images pour

 

---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

1 - Quel est le message transmis par Jésus ?

 

Tout au long de la Bible, Dieu apparaît comme ayant un amour sans mesure pour les hommes : « Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de fidélité » (Livre de l’Exode 34,6). L’intention de Jésus n’est donc pas de démontrer une autre façon d’être de Dieu. Au contraire, son message confirme la révélation d’un Dieu qui se fait partenaire de son peuple et de tous les hommes. Mais en Jésus, l’Amour et la miséricorde de Dieu trouvent leur expression la plus totale ; l’engagement de Dieu auprès des hommes devient radical et définitif. Pour traduire cette Bonne Nouvelle de la présence agissante de Dieu, Jésus utilise un genre littéraire : la parabole.


Résultat de recherche d'images pour


Le message de Jésus ne se résume pas à une information, un slogan humanitaire. Il nous fait connaître de l’intérieur la réalité présente du Royaume de Dieu. L’Évangile nous laisse percevoir que Jésus lui-même se révèle Fils de Dieu. Avec lui, l’Alliance s’inscrit plus que jamais dans l’histoire. C’est en Jésus Christ que le Règne de Dieu advient, qu’il est rendu présent. (Luc 7, 24-27) (…)

 

Jésus fait souvent appel à la royauté comme comparaison. Le vocabulaire évangélique, Règne, Royaume, Roi… avec sa connotation féodale pourrait égarer dans une représentation d’un Dieu dominateur, et pourquoi pas, dictateur. En évoquant le « Royaume », Jésus nous parle du monde tel que Jésus le voit, un monde où la paix, la réconciliation, la fraternité et le bonheur peuvent l’emporter. Pour connaître le message de Jésus, il est également essentiel de lire le récit de la proclamation des Béatitudes (Mt 5, 1-12) et l’ensemble du sermon sur la montagne (Mt 5, 1- 6, 28)

 

Sources : Matins d’Evangile, parcours catéchuménal pour adultes, Service national de la catéchèse et du catéchuménat

 

https://eglise.catholique.fr/approfondir-sa-foi/connaitre-et-aimer-dieu/la-bonne-nouvelle/372868-quel-est-le-message-transmis-par-jesus/


Image associée


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

2 - Questions Essentielles : Si Dieu est Amour, pourquoi le mal, la guerre, les souffrances ?

 

Pourquoi Dieu permet la souffrance, la maladie, la mort des innocents comme les enfants ?

La présence du mal dans le monde est un mystère que nous ne comprenons pas pleinement et auquel aucune religion n’apporte une réponse pleinement satisfaisante (fatalité, illusion, tout vient de Dieu, il faut seulement le fuir...).

Cependant, on peut chercher des éléments de réponse :

 

- Si Dieu est amour, cela implique forcément qu’il nous laisse libre.

L’amour sans la liberté, c’est du viol.

Une bonne action imposée, c’est de l’esclavage.

 

- Dieu ne fait pas de nous des marionnettes.

 

- Dieu est le premier à souffrir du mal.

Si nous qui sommes tellement centrés sur nous même nous pouvons nous attrister de la souffrance que subit un autre, quelle n’est pas la douleur du cœur tout aimant du Père !

Il est absolument faux de l’imaginer spectateur indifférent, voir même cruel, de tout le mal commis sur terre.


Résultat de recherche d'images pour

« Adolf Hitler/ Chancelier allemand/ Leader nazi : Adolf Hitler, homme d’Etat de l’Allemagne nazie, ultra raciste, a utilisé tous les moyens de l’Etat disponibles et imaginables, pour exécuter froidement des millions de personnes, notamment des Juifs. Ce criminel d’un gabarit particulier, expert singulier dans le mal, a transformé des milliers d’Allemands en vulgaires criminels. Au-delà de ces crimes sanguinaires troublants, Hitler constitue vraisemblablement une leçon d’Antéchrist, ces hommes programmés pour faire le mal, engagés contre Jésus-Christ et sa philosophie d’amour, de paix et de bienveillance. Mais par leur existence éphémère, tragique et sombre, ces boussoles adeptes du mal obligent l’humanité à maintenir un éveil bienveillant permanent, pour que ces horreurs-là ne se revivent plus. La persistance du mal, dans sa dimension politique et religieuse, en Afrique, au Moyen-Orient et ailleurs, doit donc pousser Chrétiens et Chrétiennes, à poursuivre le combat spirituel de Jésus-Christ, pour le triomphe définitif de l’amour, du bien, du bonheur et de la fraternité… »  // Source : www.paixetdeveloppement.com/


- Dieu est innocent du mal.

Il ne l’a jamais voulu et ne l’a pas créé, mais il a laissé à l’homme le trésor de la liberté, trésor que ce dernier a utilisé de façon biaisée, c’est à dire en se détournant de Dieu. Ainsi le péché, et avec lui la mort et la souffrance, a pu entrer dans la monde.

 - Cette liberté d’action, l’homme peut, aujourd’hui encore, l’orienter vers le bien comme vers le mal. Il peut choisir de la diriger vers les chemins de vie que Dieu a montré (dans la Bible, dans notre conscience, à travers ce que nous dit l’Eglise), ou vers des chemins de mort si il agit en égoïste (domination, possession sans partage...).

 - Si les hommes acceptaient de vivre pleinement l’Evangile, alors toute forme de guerre, meurtre, viol, vol, divorce, sida et famine disparaîtraient aussitôt.

Et Dieu donne la force de vivre le exigences radicales qu’Il nous propose (voir les grands témoins comme Mère Thérésa, Martin Luther King, l’Abbé Pierre et tant d’autres).

Le monde aurait alors un visage bien différent.

Mais même si c’est une voie qui offre le bonheur, ou du moins la dignité pour tous, elle est exigeante, et bien peu acceptent de la vivre vraiment. On ne peut pas en rendre Dieu responsable.

 - Le monde et toute la création a été confié à l’homme. Celui-ci peut choisir de le détruire ou de le faire prospérer.

- La réponse ultime que Jésus donne à la souffrance, c’est de l’avoir prise sur LUI par le sacrifice de la croix, et d’avoir aimé les hommes jusque dans cette souffrance. En faisant cela, tout homme qui souffre peut unir sa propre souffrance à celle de Jésus, et peut trouver en Jésus la force de donner un sens à sa vie, la force d’aimer malgrès la souffrance, voire même dans la souffrance.

La souffrance est devenue le lieu mystérieux d’un développement du cœur, capable d’aimer Dieu et ses frères dans une nouvelle dimension.

 

https://qe.catholique.org/qui-est-dieu/145-si-dieu-est-amour-pourquoi-le-mal-la-guerre


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

3 - “Le baptême permet de lutter contre l’esprit du mal”, explique le pape François lors de l’audience générale

 

Lors de l’audience générale du 25 avril 2018, place Saint-Pierre de Rome sous un beau soleil printanier, le pape François a poursuivi son enseignement sur le baptême « à la lumière de la Parole de Dieu ». Car, pour lui, c’est bien l’Évangile « qui illumine les candidats au baptême et qui suscite l’adhésion de foi ». Comme le rappelle la litanie des saints qui précède la prière d’exorcisme et l’onction pré-baptismale, le pape François a également souligné que l’on ne va jamais seul aux fonts baptismaux, « mais accompagné par la prière de toute l’Église ».

 

Une Église qui prie sans relâche, qui « prie pour tous, pour nous tous ! », a-t-il souligné. Une prière « toujours agissante ». « Le baptême n’est pas une formule magique mais un don de l’Esprit Saint qui permet à celui qui le reçoit de “lutter contre l’esprit du mal” », a-t-il encore expliqué. Il est pénible de lutter contre le mal, de devoir fuir ses pièges ou de retrouver ses forces après une lutte difficile et fatigante, a poursuivi le pape François. Cependant, « nous devons savoir que toute la vie chrétienne est un combat ». Nous devons également savoir « que nous ne sommes pas seuls, que notre mère l’Église prie afin que ses enfants, régénérés dans le baptême, ne succombent pas aux pièges du malin, mais les déjouent par la puissance de la Pâque du Christ »./ La DC

 

Résultat de recherche d'images pour


Chers frères et sœurs, bonjour !

 

Nous continuons notre réflexion sur le baptême, toujours à la lumière de la Parole de Dieu.

C’est l’Évangile qui illumine les candidats au baptême et qui suscite l’adhésion de foi : « Le Baptême est d’une façon particulière “le sacrement de la foi” puisqu’il est l’entrée sacramentelle dans la vie de foi » (1). Et la foi, c’est s’en remettre au Seigneur Jésus, lui qui est « la source d’eau vive (…) pour la vie éternelle (Jn 4,14), « la lumière du monde » (Jn 9, 5), « la résurrection et la vie » (Jn 11, 25), comme il est enseigné au cours de l’itinéraire parcouru encore aujourd’hui par les catéchumènes qui vont recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne. Formés à l’écoute de Jésus, par son enseignement et par ses œuvres, les catéchumènes revivent l’expérience de la Samaritaine assoiffée d’eau vive, de l’aveugle-né dont les yeux s’ouvrent à la lumière, de Lazare qui sort de son tombeau. L’Évangile porte en lui la force de transformer celui qui l’accueille avec foi, l’arrachant à la domination du mal, afin qu’il apprenne à servir le Seigneur dans la joie et dans une vie renouvelée.

 

On ne va jamais seul aux fonts baptismaux, mais accompagné par la prière de toute l’Église, comme le rappelle la litanie des saints qui précède la prière d’exorcisme et l’onction pré-baptismale avec l’huile des catéchumènes. Il s’agit de gestes qui, depuis l’Antiquité, assurent à ceux qui vont renaître en tant qu’enfants de Dieu, que la prière de l’Église les assistera dans leur lutte contre le mal, les accompagnera sur le chemin du bien, les aidera à se soustraire au pouvoir du péché, pour passer dans le règne de la grâce divine. La prière de l’Église… L’Église prie sans relâche, elle prie pour tous, pour nous tous ! Nous qui sommes l’Église, nous prions les uns pour les autres. C’est beau de prier pour les autres. Il arrive si souvent que nous n’ayons pas de besoin urgent et que nous ne priions pas. Nous devons prier, unis à l’Église, pour les autres : « Seigneur, je te prie pour ceux qui sont dans le besoin, pour ceux qui n’ont pas la foi… ».

 

N’oubliez pas cela : la prière de l’Église est toujours agissante. Mais nous devons entrer dans cette prière et prier pour tout le peuple de Dieu et pour ceux qui ont besoin de nos prières. C’est pourquoi le parcours des catéchumènes adultes est marqué par des exorcismes répétés prononcés par le prêtre (2), à savoir de prières qui invoquent la libération de tout ce qui sépare du Christ et empêche l’union intime avec Lui. Pour les petits enfants aussi, on demande à Dieu de les libérer du péché originel et de les consacrer pour qu’ils deviennent demeures de l’Esprit Saint (3). Les petits enfants… Il faut prier pour les petits enfants, pour leur salut spirituel et corporel. Prier, c’est une façon de protéger les enfants. Comme le montrent les Évangiles, Jésus lui-même a combattu et chassé les démons pour manifester l’arrivée du règne de Dieu (cf. Mt 12, 28) : sa victoire sur le pouvoir du mal laisse la place au règne de Dieu qui illumine la vie et nous réconcilie avec elle.

 

Le baptême n’est pas une formule magique mais un don de l’Esprit Saint qui permet à celui qui le reçoit de « lutter contre l’esprit du mal », croyant que « Dieu a envoyé son fils dans le monde pour libérer du pouvoir de Satan et pour que l’homme, arraché aux ténèbres, soit introduit dans son Royaume de lumière » (4). Nous savons par expérience que la vie chrétienne est toujours sujette à la tentation, en particulier à la tentation de s’éloigner de Dieu, de sa volonté, de la communion avec lui, pour retomber dans les filets des séductions mondaines. Et le baptême nous prépare, nous donne la force pour cette lutte quotidienne, pour cette lutte également contre le diable qui – comme dit saint Pierre – cherche à nous dévorer comme un lion, à nous détruire.


Résultat de recherche d'images pour


Outre la prière, il y a l’onction sur la poitrine avec l’huile des catéchumènes, qui « en reçoivent force pour renoncer au diable et au péché, avant de s’approcher des fonts baptismaux et y renaître à une vie nouvelle » (5). Les lutteurs de l’Antiquité avaient l’habitude de se couvrir d’huile pour tonifier leurs muscles et pour échapper plus facilement aux prises de l’adversaire, l’huile ayant cette propriété de pénétrer les tissus du corps de façon bénéfique. Les chrétiens des premiers siècles, inspirés par ces symboles, ont adopté cette habitude d’oindre le corps des candidats au baptême avec l’huile bénie par l’évêque, afin de montrer pas ce « signe de salut », que la puissance du Christ sauveur nous fortifie pour lutter contre le mal et pour le vaincre (6).

 

C’est pénible de lutter contre le mal, de fuir ses pièges, de reprendre force après une lutte épuisante, mais nous devons savoir que toute la vie chrétienne est un combat. Nous devons pourtant aussi savoir que nous ne sommes pas seuls, que notre mère l’Église prie afin que ses enfants, régénérés dans le baptême, ne succombent pas aux pièges du malin, mais les déjouent par la puissance de la Pâque du Christ. Fortifiés par le Seigneur ressuscité qui a défait le prince de ce monde (cf. Jn 12, 31), nous pouvons nous aussi répéter avec la foi de saint Paul : « Je peux tout en celui qui me donne la force » (Ph 4, 13). Nous pouvons tous vaincre, vaincre tout, mais seulement avec la force qui nous vient de Jésus.

 

25 avril 2018, audience générale du pape François/ La Croix , le 25/04/2018 à 16h52

 

https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Actes-du-pape/Le-bapteme-permet-lutter-contre-lesprit-mal-explique-pape-Francois-laudience-generale-2018-04-25-1200934468


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

4 - Le mal et l'enfer

 

"La réalité du péché, et plus particulièrement du péché des origines, ne s’éclaire qu’à la lumière de la Révélation divine. Sans la connaissance qu’elle nous donne de Dieu on ne peut clairement reconnaître le péché, et on est tenté de l’expliquer uniquement comme un défaut de croissance, comme une faiblesse psychologique, une erreur, la conséquence nécessaire d’une structure sociale inadéquate, etc. C’est seulement dans la connaissance du dessein de Dieu sur l’homme que l’on comprend que le péché est un abus de la liberté que Dieu donne aux personnes créées pour qu’elles puissent l’aimer et s’aimer mutuellement." (Catéchisme de l'Église catholique, paragraphe 387)

 

Suite aux nouveaux enseignements de Vatican II, certains catholiques ont adopté une conception brouillée du mal, et donc de l'enfer. À partir d'une prémisse légitime, à savoir que la théologie ne doit pas restreindre la portée de la miséricorde divine, on glisse vers une pensée quasi-universaliste selon laquelle le salut est aisément accessible à tous. On présume que la bonté divine implique un pardon inconditionnel.  On peine alors à parler de l'enfer. On peine à croire que Dieu permet aux âmes de souffrir éternellement en enfer. On présume que l'enfer est vide, ou sinon qu'il est réservé à quelques monstres exceptionnels tels que Hitler et Staline.


Résultat de recherche d'images pour


Pourtant, les catholiques des époques passées craignaient vivement pour le salut des âmes. C'est pourquoi les missionnaires risquaient d'être torturés et assassinés afin d'annoncer les évangiles aux contrées éloignées. C'est pourquoi les fidèles étaient disposés à tous les sacrifices afin de se détourner du péché. Ce zèle n'était pas sans raison. En effet, les paroles de Jésus-Christ au sujet du salut des âmes humaines sont alarmantes: "Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent." (Matthieu 7,13-14). Voilà une mise en garde troublante que les catholiques d'aujourd'hui oublient parfois.

 

Malgré les discours optimistes qui confortent cet oubli en invoquant les enseignements de Vatican II, il importe de rappeler que ces mêmes enseignements reprennent la mise en garde de Jésus-Christ. Immédiatement après avoir affirmé que la Providence divine ne refuse pas les secours nécessaires au salut de ceux qui ne sont pas encore parvenus à une connaissance expresse de Dieu, le pape Paul VI précise que "Bien souvent, malheureusement, les hommes, trompés par le démon, se sont égarés dans leurs raisonnements, ils ont délaissé le vrai Dieu pour des êtres de mensonge, servi la créature au lieu du Créateur ou bien, vivant et mourant sans Dieu dans ce monde, ils sont exposés aux extrémités du désespoir." (Lumen Gentium, n. 16)

 

Pour comprendre cette mise en garde, il faut reconnaître que le mal n'est pas réductible à la souffrance et à l'incapacité à aimer. Le mal, au sens théologique, relève d'une malice viscérale. C'est la malveillance foncière qui habite le cœur humain et qui entraîne une culpabilité absolue envers Dieu. C'est la folie qui nous dissocie de Dieu et qui nous conduit en enfer. C'est l'esclavage dont nous a libéré Jésus-Christ sur la croix.


Résultat de recherche d'images pour


Avant de pouvoir envisager ce mal chez qui que ce soit, il faut d’abord le discerner en soi-même. On en prend conscience en réalisant qu'on peut céder, ne serait-ce qu’un instant, à une pensée mauvaise alors même qu'on reconnaît qu'elle est mauvaise. Voilà ce qui révèle en nous une faille, un désordre, une servitude, un aveuglement, une complicité intime avec le mal, au point où nous ressentons une complaisance face à ce qui nie notre propre conscience.

 

Aux yeux de Dieu, nous ne sommes pas seulement des malades et des handicapés, nous sommes des criminels et des coupables. À la lumière de la justice divine, nos fautes ne sont pas catégoriquement moins graves que celles des violeurs et des tueurs. Nous sommes également coupables de désirer ce que notre conscience condamne. Si nous avions eu le même parcours de vie que les violeurs et les tueurs, nous aurions peut-être commis les mêmes crimes. Au fond de notre cœur, nous sommes peut-être aussi mauvais qu'eux.

 

Nous pouvons espérer le salut de toute personne comme nous y invite l'Église depuis Vatican II. Nous devons admettre que la miséricorde de Dieu n'est limitée par aucune doctrine théologique.  Ainsi, nous évitons les conceptions identitaires ou pharisiennes du salut qui ont prévalu dans certains contextes passés. Mais cette invitation ne doit pas nous entraîner dans un optimisme excessif quant au salut des âmes, puisque cela ne peut que mener à une forme de nonchalance spirituelle qui n'a rien de chrétien.


Résultat de recherche d'images pour


Si on proclame la Bonne Nouvelle, c'est pour remédier à une mauvaise condition. Et si cette mauvaise condition est niée ou ignorée, il faut mettre en évidence les ténèbres qui règnent sur le monde et dans nos cœurs, comme un médecin doit expliquer à son patient qu'il est malade afin de le convaincre d'accepter sa médication. Le christianisme n'a pas traversé les cultures et imprégné les civilisations en se présentant comme la recette d'une vie heureuse. L'histoire du christianisme est l'histoire du salut qui réconcilie l'humanité avec son Créateur.

 

On répète que Dieu est miséricordieux, mais on oublie que Dieu est juste. On ne prend pas mieux conscience de sa miséricorde en occultant sa justice, puisque notre conscience de sa miséricorde ne peut pas être plus grande que notre conscience de sa justice. On ne peut pas reconnaître l'immensité du pardon divin si on ne reconnaît pas l'immensité de notre péché. Si on n'admet pas que nous sommes réellement mauvais, que nous méritons réellement une mort éternelle, on ne peut pas comprendre que le salut est vraiment nécessaire. On ne peut pas intérioriser en quoi la croix est vraiment salutaire. (…)

 

SAMEDI, AVRIL 30, 2016/ PAR SYLVAIN AUBÉ /

 

https://www.foicatholique.com/2016/04/le-mal-et-lenfer.html

Image associée

---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

5 - Qui est le diable ?

 

Qu'est ce qui se cache derrière ce mot ? Un article de Béatrice Bazil, en partenariat avec la Croix.

Les Écritures et la Tradition de l’Église présentent le diable comme un "ange déchu" : un être spirituel et non corporel, personnel, immortel, doté d’intelligence et de volonté ; un ange déchu parce qu’il a, par un libre choix, refusé Dieu et son règne. Mais le diable n’est en aucun cas un dieu du mal qui coexisterait à côté du dieu du bien. Le Serpent de la Genèse (Gn 3), qui résume la symbolique du Mal avec lequel l’homme est aux prises, est et reste une créature de Dieu, qui ne peut empêcher l’édification de son règne.

 

Les Écritures et la Tradition de l’Église présentent le diable comme un "ange déchu" : un être spirituel et non corporel, personnel, immortel, doté d’intelligence et de volonté ; un ange déchu parce qu’il a, par un libre choix, refusé Dieu et son règne. Mais le diable n’est en aucun cas un dieu du mal qui coexisterait à côté du dieu du bien. Le Serpent de la Genèse (Gn 3), qui résume la symbolique du Mal avec lequel l’homme est aux prises, est et reste une créature de Dieu, qui ne peut empêcher l’édification de son règne.


Résultat de recherche d'images pour


L’existence des anges – notamment de celui que le Nouveau Testament appelle aussi souvent de son nom grec (diabolos, c’est-à-dire celui qui divise, le calomniateur) que de son nom hébreu Satan (l’adversaire, l’accusateur) – fait partie des vérités de foi enseignées par l’Église (voir Catéchisme de l’Église catholique, § 328, 391 à 395). Au VIe siècle, le concile de Braga a condamné ceux qui refusaient de croire aux démons comme à des anges déchus. En 1215, Latran IV a affirmé que le diable est devenu mauvais par un choix personnel. Au XVIe siècle, le concile de Trente a rappelé que c’est le démon qui a entraîné l’homme à commettre le péché.

 

Béatrice Bazil - Article publié dans le supplément Religion et Spiritualité de la Croix des 20/21 février 2010

 

https://croire.la-croix.com/Definitions/Lexique/Diable/Qui-est-le-diable


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

6 - Questions Essentielles : Le Diable existe-t-il vraiment ?

 

Vous avez peut-être entendu autour de vous des gens, parfois même des ecclésiastiques, affirmer que le Diable est un invention moyen-âgeuse pour faire peur aux gens. En fait, l’Eglise ne fait que répéter ce qui est écrit noir sur blanc dans l’Évangile. L’Église catholique enseigne que le diable est une vraie personne, qu’il ne s’agit pas d’un fantasme ou d’un personnage mythologique. L’oublier nous ferait perdre une clef d’interprétation très importante pour comprendre l’histoire. En 1975, la Sainte Congrégation pour le Culte a publié un document intitulé Foi chrétienne et Démonologie. Ce document cite le Pape Paul VI ainsi : "C’est sans doute à cause de l’image fournie par les enseignements de l’Église et de la Bible qu’on refuse maintenant de reconnaître l’existence du diable ; on le voit comme... une personnification conceptuelle et fantaisiste des causes inconnues de nos problèmes."

 

Si quelqu’un vous dit quelque chose de différent, il vous donne sa propre opinion, mais pas celle de l’Église. C’est peut-être le diable qui le pousse à dire cela ! Au quatrième Conseil du Latran (1215), les évêques ont défini que "le diable et les autres esprits mauvais ont été créés bons dans leur nature, mais qu’ils sont devenus mauvais par leurs propres actions." Lors du baptême, les candidats adultes doivent d’abord renoncer à Satan et à toutes ses vaines promesses. L’Église possède même un rite officiel d’exorcisme... qui serait inutile si les démons n’existaient pas. Si cela ne vous convainc pas, vous pouvez encore jeter un coup d’œil sur ce que Jésus raconte à ce propos (Mt 4,1-11 ; 12, 22-30 ; Mc 1,34 ; Lc 10,18 ; 22, 31 ; Jn 8,44).


Résultat de recherche d'images pour


Il croyait certainement aux démons, de même que ses premiers partisans, les Pères de l’Église. Ces derniers étaient très clairs sur le sujet. Irenée, à la fin du deuxième siècle, écrit que le diable est "un ange apostat" qui essaie "d’obscurcir les coeurs de ceux qui le servent." Tertullien, qui écrit à peu près à la même époque, dit que "le travail des démons est de corrompre l’espèce humaine." Et Origène, une génération plus tard, note que "l’enseignement de l’Eglise maintient que ces êtres existent vraiment". Mais il ne faut pas s’inquiéter, dit Athanase au début du quatrième siècle. Avant la rédemption, les esprits mauvais avaient des pouvoirs plus grands sur les gens, mais maintenant, "leurs ruses ont été démasquées" grâce à la venue du christianisme.

 

Comment ont-ils été démasqués ? Par l’usage de la croix, précise Athanase. Il se référait, très probablement, à l’usage que l’exorciste fait de la croix, pour chasser les démons des personnes possédées ou des objets infestés par sa présence. Aussi effrayantes qu’elles puissent paraître, les possessions ne sont pourtant pas aussi dangereuses que le travail le plus commun du démon : la tentation à l’apostasie et au péché. "Quelques-uns se détourneront de la foi suivant les esprits trompeurs et les directives démoniaques" (1Tm 4,1). Le genre le plus terrible d’apostasie est celui qui conduit à l’adoration du Diable - rare, mais chaque année plus inquiétante avec la montée du satanisme moderne. En règle générale, cependant, l’apostasie est plus douce, moins dramatique... elle est la conclusion d’un renoncement progressif. Elle se manifeste lentement, presque imperceptiblement, dans une vie enracinée dans le péché.

Mais soyons rassurés : comme le dit le Catéchisme (CEC 550), la venue du Royaume de Dieu est la défaite du royaume de Satan. "Si c’est par l’Esprit de Dieu que j’expulse les démons, c’est qu’alors le Royaume de Dieu est arrivé pour vous" (Mt 12,28).

 

https://qe.catholique.org/le-mal/7127-le-diable-existe-t-il-vraiment


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

7 - EXORCISME : Le Rituel d'exorcisme officiel de l'Eglise catholique

 

C'est un élégant livre à la couverture en simili cuir rouge. Son titre s'inscrit en lettres d'or : De exorcismis et supplicationibus quibusdam (Des exorcismes et des prières qui s'y rapportent). Depuis 2004, on peut acquérir pour 13euros à la librairie du Vatican cette édition définitive du nouveau rituel de l'exorcisme validé par Jean Paul II en 1998. La traduction française sort ces jours-ci [en 2006, ndlr], mais ne sera diffusée qu'aux évêques et aux exorcistes patentés. L'événement est historique, car ce texte met un point final à l'immense entreprise de rénovation des rituels liturgiques décidée par le concile en 1964! Jusqu'ici, les exorcistes francophones travaillaient avec des textes provisoires proposés à l'essai.

  

. Ce nouveau rituel est moins théâtral que celui de 1614 : il réduit les injonctions à Satan, mais augmente les prières s'adressant à Dieu, au grand dam des traditionalistes, qui le trouvent moins efficace. L'Église exige de ne procéder à l'exorcisme qu'en cas de certitude de possession – dont les signes peuvent être: «parler ou comprendre des langues inconnues, découvrir des choses éloignées ou cachées, démontrer une force physique supérieure à la normale, l'aversion véhémente envers Dieu, la Vierge, les saints, la parole de Dieu, les images sacrées...»

  

. L'existence d'une maladie psychique doit être écartée. Le rite se présente comme une longue intercession, qui peut se pratiquer en présence de plusieurs personnes, par exemple les proches du possédé. Il commence par une prière, puis la bénédiction de l'eau et l'aspersion du possédé. Il se poursuit par la litanie des saints, la récitation de psaumes, la lecture de l'Évangile.

  

. Le prêtre impose les mains sur la tête du possédé, puis tous récitent le Credo et la renonciation à Satan. Après le Notre Père, l'exorciste impose la croix et demande aux esprits mauvais de partir, avant de souffler sur le visage de la personne. L'exorcisme proprement dit commence par une prière de supplication s'adressant à Dieu et se termine par trois interpellations de Satan (voir ci-contre). L'ensemble se clôt sur le Magnificat et la bénédiction finale.


Résultat de recherche d'images pour


. Ce nouveau texte met fin à la distinction de jadis entre «grand exorcisme» – le rituel qui insère les interpellations à Satan – et le «petit exorcisme» – qui n'en comporte pas, et que l'on appelle aujourd'hui « prière de délivrance »

  

_ Le Rituel d'exorcisme en français

En 2006, l'Eglise catholique a promulgué la version française du rituel d'exorcisme réformé en 1998 par Rome :

 

«Je te conjure, Satan, ennemi du salut des hommes

Reconnais la justice et la bonté de Dieu le Père,

Qui, par son juste jugement a condamné

Ton orgueil et ton envie ;

Quitte ce serviteur (cette servante) de Dieu

(ici on prononce le nom de la personne)

Le Seigneur l'a fait à son image,

L'a paré de ses dons

Et, par miséricorde, l'a adopté comme son fils (sa fille).

Je te conjure, Satan,

prince de ce monde

Reconnais la puissance et la vertu

de Jésus-Christ, qui t'a vaincu dans le désert,

A triomphé de toi dans le jardin,

Sur la croix, t'a dépouillé,

Et, se relevant du tombeau,

A transporté tes trophées

au royaume de la lumière ;

Retire-toi de cette créature

(ici on prononce le nom de la personne)

En naissant, Il a fait d'elle son frère (sa sœur)

Et en mourant, Il l'a fait(e) sien (sienne),

par son sang.

Je te conjure, Satan,

qui trompes le genre humain

Reconnais l'Esprit de la vérité et de la grâce,

Qui repousse tes embuscades

Et embrouille tes mensonges ;

Va-t'en de cet humain créé par Dieu

(ici on prononce le nom de la personne)

Il l'a marqué du sceau d'en haut ;

Retire-toi de cet homme (de cette femme) :

Dieu, par l'onction spirituelle,

A fait de lui (d'elle) un temple sacré.

Retire-toi donc, Satan !,

Au nom du Père, du Fils

et du Saint Esprit,

Retire-toi par la foi

Et la prière de l'Église ;

Retire-toi par le signe

de la sainte Croix

De notre Seigneur Jésus Christ,

Qui vit et règne pour les siècles des siècles.

Tous répondent : Amen.»

 

Traduction de Marie Zawisza pour La Vie.

 

Publié le 26/01/2006 à 00h00 - Modifié le 08/03/2011 à 15h46

Jean Mercier

 

http://www.lavie.fr/dossiers/exorcisme/le-rituel-d-exorcisme-officiel-de-l-eglise-catholique-26-01-2006-14701_208.php


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

8 - Qui peut pratiquer des exorcismes dans l’Église catholique ?

 

La mort du prêtre exorciste Gabriele Amorth a conduit les internautes à se poser de multiples questions sur cette pratique. L’ annonce du décès du père Gabriele Amorth, prêtre exorciste de réputation mondiale, s’est répandue sur les réseaux sociaux et a conduit de nombreux internautes à s’interroger sur ce qu’est un exorcisme et qui peut le pratiquer.

  

_ Qu’est-ce qu’un exorcisme ?

L’exorcisme est l’acte qui vise à expulser les démons, ou les esprits malins, de personnes, lieux ou objets qui sont supposés être possédés ou infestés par ceux-ci. Le Catéchisme de l’Église catholique (CEC, 1673) explique que, par l’exorcisme, c’est l’Église qui agit, au nom de Jésus-Christ et à travers un ministre ordonné, afin de protéger les personnes et de chasser d’elles le ou les démons.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Qui le pratique ?

En ce qui concerne les ministres ordonnés ou habilités à exercer ce ministère, le père Modesto Lule, de l’Institut des Serviteurs de la Parole, a expliqué à l’agence ACI Digital que « les seules personnes habilitées à pratiquer des exorcismes sans besoin d’une permission spéciale sont les évêques de l’Église catholique ». Hormis les évêques, seuls quelques prêtres expressément préparés et autorisés peuvent exercer ce ministère ». Personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés, à moins d’avoir obtenu de l’Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse. « Si l’évêque n’accorde pas cette permission, les prêtres ne pourront faire qu’une prière de libération « , explique le père Lule, citant le numéro 1172  du Code de Droit Canonique.

  

. Le Christ appelle ses douze disciples et leur donne le pouvoir d’expulser les esprits

Le prêtre mentionne encore l’Évangile de saint Matthieu (10, 1). Dans ce passage, le Christ appelle ses douze disciples et leur donne le pouvoir d’expulser les esprits impurs. « Les évêques sont les successeurs des apôtres. L’Église catholique est la seule qui descend des apôtres « , explique-t-il, mentionnant en outre les Actes des Apôtres  (6, 1-6) : Les Douze convoquèrent alors l’ensemble des disciples et leur dirent : « Cherchez plutôt, frères, sept d’entre vous, des hommes qui soient estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, et nous les établirons dans cette charge. Ils choisirent sept hommes et les présentèrent aux Apôtres qui, après avoir prié, leur imposèrent les mains ».

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Qualités requises pour l’exorcisme

Selon le numéro 1172 §2 du Code de Droit Canonique, l’exorciste doit être un prêtre « pieux, éclairé, prudent et de vie intègre ». Poursuivant son explication de l’acte d’exorciser qui a été confié aux Apôtres et à leurs successeurs, le père Lule cite les Actes des Apôtres (19, 13-20) :  » Ici il est question des sept fils d’un grand prêtre juif qui entreprenaient d’expulser les démons au nom de Jésus-Christ ; mais, à un moment donné, l’esprit malin bondit sur eux et leur dit qu’il connaissait seulement Jésus-Christ et Paul. Leur ayant dit qu’il ne les connaissait pas eux, l’esprit malin les maîtrisa tous si bien qu’ils s’enfuirent en courant de cette  maison. Dans ce cas, ceux qui expulsaient les démons n’avaient pas été habilités à cette pratique ».

  

_ Le mystère de l’activité diabolique

Comme fait observer  le Catéchisme (395), la permission divine de l’activité diabolique est un grand mystère. Mais « nous savons tous que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui L’aiment », souligne le père Lule, qui évoque aussi les prières de libération : celles-ci peuvent être réalisées par tous les évêques, prêtres et laïcs. « La prière de libération n’est pas la même chose que l’exorcisme. Tenter de faire un exorcisme sans les autorisations requises équivaut à se placer dans un état très fragile, dans lequel les démons peuvent s’emparer d’une âme”, prévient le prêtre.

 

© 2011 New Line Productions/ Aleteia Brésil | 07 octobre 2016

 

https://fr.aleteia.org/2016/10/07/qui-peut-pratiquer-des-exorcismes-dans-leglise-catholique/


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

9 - Les Béatitudes révèlent la justice ultime de Dieu

 

Réflexion biblique pour le sixième dimanche du temps ordinaire C

L’évangile de ce dimanche nous présente les Béatitudes de Luc (6, 17-26) enseignées à une multitude de personnes venant d’horizons divers. La référence à la région côtière de Tyr et de Sidon au verset 17 signifie que non seulement les juifs de Judée et Jérusalem, mais même les Gentils hors de Palestine, viennent écouter Jésus. La version de Luc et le sermon sur la montagne de Matthieu (Matthieu 5,7) offrent quelques similitudes mais aussi des différences. Matthieu a neuf béatitudes et aucune malédiction, Luc en a quatre de chaque. Luc compare la bénédiction du pauvre, de l’affamé, du malheureux et du persécuté à la tristesse du célèbre, du suffisant, du repu et du riche. « Malédiction» est pour Luc la manière de décrire ce qui va advenir à ceux qui ne veulent pas reconnaître Dieu comme seule source de vrai sens et de la joie qui dure.

 

Sermon Mt-1Ce texte de Luc (Luc 6,17; 20-26) est formé d’une partie de l’introduction du sermon et des bénédictions et malédictions concernant les conditions économiques et sociales de l’humanité. En contraste, Matthieu accentue les valeurs religieuses et spirituelles des disciples dans le Royaume inauguré par Jésus («pauvre de cœur», Mt 5,5 ; « affamé et assoiffé pour la justice » Mt, 5,6). Dans toutes ces bénédictions et malédictions, la condition des personnes auxquelles elles s’adressent changera complètement dans l’avenir. L’enseignement de Jésus sur l’amour pour ses ennemis est au cœur de la version de Luc (6,27-36) faisant référence à la compassion de Dieu pour toute l’humanité,(6,37-42) caractérisée par le pardon et la générosité. On trouve presque toutes les paroles de Jésus rapportées par Luc dans la version de Matthieu.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La proximité prophétique de Jésus

Le ministère entier de Jésus, qui était centré sur la proclamation du Royaume de Dieu, a eu lieu au Nord du rivage de la Mer de Galilée, dans une région réputée pour sa violence et ses factions rivales. Jésus cherche à y apporter la justice. Les foules qui écoutèrent Jésus sont subjuguées parce qu’il parlait avec autorité, avec la force de quelqu’un qui connaissait la vérité et l’offrait librement aux autres. Les Béatitudes révèlent la justice ultime de Dieu. Elles soulignent la proximité prophétique envers ceux qui vivent aux franges de la société. Dans cette magnifique scène, surplombant la Mer, Jésus met la justice biblique en pratique en proclamant les Béatitudes. La justice authentique est un élan de soi-même vers le malade, l’infirme, le pauvre et l’affamé.

  

_ Jésus est le nouveau code de sainteté

Les Béatitudes ne sont pas un code de bonnes manières. Jésus est le pauvre de cœur, l’humble, le persécuté et le pacificateur. Il est le nouveau « code de sainteté » qui doit être gravé dans les cœurs, et contemplé à travers l’action du Saint Esprit. Sa Passion et sa Mort sont le couronnement de sa sainteté.

La sainteté est une manière de vivre qui implique engagement et action. Ce n’est pas un effort passif mais plutôt un choix continuel d’approfondir sa relation avec Dieu et ensuite d’autoriser cette relation à guider toutes ses actions dans le monde. La sainteté requiert un changement radical dans nos mentalités et attitudes. L’acceptation de l’appel à la sainteté place Dieu comme but final dans tous les aspects de nos vies. Cette orientation fondamentale envers Dieu enveloppe et maintient notre relation avec les autres êtres humains.


_ Devenir le peuple des Béatitudes

Je ne peux lire, prier ou entendre les Béatitudes proclamées sans réentendre avec grande émotion la voix du pape Jean-Paul II parlant des Béatitudes aux centaines de milliers de jeunes qui s’étaient rassemblés à Toronto, au Canada pour la Journée Mondiale de la Jeunesse 2002. Le thème des Béatitudes a guidé notre expérience des JMJ et nous a profondément marqués à Télévision Sel et Lumière, née au Canada sur les ailes de cet événement béni il y a prés de huit ans. Rappelons-nous avec gratitude les paroles du Vénérable Jean-Paul II :

 

Résultat de recherche d'images pour


JMJ 2002// Chers jeunes… L’homme est fait pour le bonheur. Votre soif de bonheur est donc légitime. Le Christ a la réponse à votre attente. Il vous demande donc de lui faire confiance. La joie véritable est une conquête, qui ne s’obtient pas sans une lutte longue et difficile. Le Christ possède le secret de la victoire.

Le «Discours sur la Montagne» trace la carte de ce chemin. Les huit Béatitudes sont les panneaux signalétiques qui indiquent la direction à suivre. C’est un chemin qui monte, mais Jésus l’a parcouru le premier. Et il est prêt à le parcourir de nouveau avec vous. Il déclara un jour: «Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres» (Jn 8, 12). Et dans une autre circonstance il ajouta: «Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que vous soyez comblés de joie» (Jn 15,11).

 

« … Rassemblés autour de la Croix du Seigneur, nous nous tournons vers lui: Jésus ne s’est pas contenté d’énoncer les Béatitudes. Il les a vécues. Parcourant de nouveau sa vie, relisant l’Évangile, nous restons émerveillés: le plus pauvre parmi les pauvres, l’être le plus doux parmi les humbles, la personne au cœur le plus pur et miséricordieux, c’est précisément lui, Jésus. Les béatitudes ne sont que la description d’un visage, son Visage!

 

En même temps, les Béatitudes décrivent le chrétien. Elles sont le portrait du disciple de Jésus, la photographie de l’homme qui a accueilli le règne de Dieu et qui veut harmoniser sa vie avec les exigences de l’Évangile. Jésus s’adresse à cet homme en l’appelant «heureux».

La joie que les Béatitudes promettent est la joie même de Jésus: une joie cherchée et trouvée dans l’obéissance au Père et dans le don de soi à ses frères. … Regardant Jésus, vous pouvez apprendre ce que signifie être pauvre de cœur, humble et miséricordieux, ce que veut dire rechercher la justice, avoir un cœur pur, être un artisan de paix.

 

… Chers amis, l’Église aujourd’hui vous regarde avec confiance et attend que vous deveniez le peuple des béatitudes. Heureux êtes vous si vous êtes comme Jésus, pauvres de cœur, bons et miséricordieux; si vous savez chercher ce qui est juste et droit; si vous avez un cœur pur, si vous êtes artisans de paix, si vous aimez et servez les pauvres. Heureux êtes-vous!

 

Jésus seul est le Maître véritable, Jésus seul propose un message qui ne change pas, mais qui répond aux attentes les plus profondes du cœur de l’homme, parce lui seul sait «ce qu’il y a dans l’homme» (Jn 2,25). Aujourd’hui, il vous appelle à être sel et lumière du monde, à choisir la bonté, à vivre dans la justice, à devenir instruments d’amour et de paix. Son appel a toujours demandé un choix entre le bien et le mal, entre la lumière et les ténèbres, entre la vie et la mort. La même invitation vous est adressée aujourd’hui à vous qui êtes ici, sur les rives du lac Ontario.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Mettre les Béatitudes en pratique aujourd’hui

Nous devons tenir les Béatitudes comme un miroir dans lequel nous examinons nos vies et consciences. En regardant Jésus, nous voyons ce que signifie être pauvre de cœur, doux et miséricordieux, pleurer, se soucier de ce qui est droit, d’avoir le cœur pur, d’être artisan de paix, d’être persécuté.

 

Comment pouvons-nous être disciples de Jésus et mettre en pratique l’enseignement des Béatitudes en pratique? Cette semaine, posons-nous quelques questions sérieuses au sujet de cette leçon de Jésus sur la colline de Galilée.

 

La différence entre les Béatitudes chez Matthieu et chez Luc m’apporte t-elle quelques nouvelles révélations? Quelle béatitude me touche le plus? Pourquoi? Suis-je pauvre de cœur? Suis-je humble et miséricordieux? Ai-je un cœur pur? Est-ce que j’apporte la paix? Suis-je «béni» en d’autres termes, heureux? Que veut dire justice biblique pour moi? Comment je la pratique dans ma vie?

 

Et prions avec le Vénérable Pape Jean-Paul II

Seigneur Jésus Christ, proclame encore une fois

tes Béatitudes devant ces jeunes,

rassemblés à Toronto pour leur Journée mondiale.

Regarde avec amour et écoute ces jeunes cœurs,

qui sont disposés à risquer leur avenir pour Toi.

Tu les as appelés à être «sel de la terre et lumière du monde».

Continue à leur enseigner la vérité et la beauté

des perspectives que tu as annoncées sur la Montagne.

Rends-les hommes et femmes des Béatitudes!

Fais resplendir en eux la lumière de ta sagesse,

afin que, par leurs paroles et par leurs actes ils sachent

répandre dans le monde la lumière et le sel de l’Évangile.

Fais de toute leur vie un reflet lumineux de Toi,

qui es la lumière véritable, venue en ce monde,

afin que quiconque croie en toi ne meurt pas,

mais ait la vie éternelle (cf Jn, 3, 16)!

 

P. Thomas Rosica/ 11 février 2010

 

https://seletlumieretv.org/blogfeed/getpost.php?id=2309


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Image associée

 

Le sermon sur la montagne 5.1–7.29

 

Les béatitudes

A la vue de ces foules, Jésus monta sur la montagne. Il s'assit et ses disciples s'approchèrent de lui. Puis il prit la parole pour les enseigner; il dit :

 

«Heureux ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle, car le royaume des cieux leur appartient! Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés! Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés! Heureux ceux qui font preuve de bonté, car on aura de la bonté pour eux! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! 10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux leur appartient! 11 Heureux serez-vous lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. 12 Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande au ciel. En effet, c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

 

13 »Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu'à être jeté dehors et piétiné par les hommes. 14 Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut pas être cachée, 15 et on n'allume pas non plus une lampe pour la mettre sous un seau, mais on la met sur son support et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 16 Que, de la même manière, votre lumière brille devant les hommes afin qu'ils voient votre belle manière d’agir et qu’ainsi ils célèbrent la gloire de votre Père céleste.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Christ et la loi

17 »Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18 En effet, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre n’auront pas disparu, pas une seule lettre ni un seul trait de lettre ne disparaîtra de la loi avant que tout ne soit arrivé. 19 Celui donc qui violera l'un de ces plus petits commandements et qui enseignera aux hommes à faire de même sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les mettra en pratique et les enseignera aux autres, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20 En effet, je vous le dis, si votre justice ne dépasse pas celle des spécialistes de la loi et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le royaume des cieux.

 

21 »Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens: ‘Tu ne commettras pas de meurtre[a]; celui qui commet un meurtre mérite de passer en jugement.’ 22 Mais moi je vous dis: Tout homme qui se met [sans raison] en colère contre son frère mérite de passer en jugement; celui qui traite son frère d’imbécile[b] mérite d'être puni par le tribunal, et celui qui le traite de fou mérite d'être puni par le feu de l'enfer. 23 Si donc tu présentes ton offrande vers l'autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, 24 laisse ton offrande devant l'autel et va d'abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande. 25 Mets-toi rapidement d'accord avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu'il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l'officier de justice et que tu ne sois mis en prison. 26 Je te le dis en vérité, tu n'en sortiras pas avant d'avoir remboursé jusqu'au dernier centime.

 

27 »Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras pas d'adultère.[c]28 Mais moi je vous dis: Tout homme qui regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. 29 Si ton œil droit te pousse à mal agir, arrache-le et jette-le loin de toi, car il vaut mieux pour toi subir la perte d'un seul de tes membres que de voir ton corps entier jeté en enfer. 30 Et si ta main droite te pousse à mal agir, coupe-la et jette-la loin de toi, car il vaut mieux pour toi subir la perte d'un seul de tes membres que de voir ton corps entier jeté en enfer.

 

31 »Il a été dit: Que celui qui renvoie sa femme lui donne une lettre de divorce.[d] 32 Mais moi, je vous dis: Celui qui renvoie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et celui qui épouse une femme divorcée commet un adultère.

 

33 »Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne violeras pas ton serment, mais tu accompliras ce que tu as promis au Seigneur.[e] 34 Mais moi je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu35 ni par la terre, parce que c'est son marchepied,[f] ni par Jérusalem, parce que c'est la ville du grand roi. 36 Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux pas rendre blanc ou noir un seul cheveu. 37 Que votre parole soit ‘oui’ pour oui, ‘non’ pour non; ce qu'on y ajoute vient du mal[g].

 

38 »Vous avez appris qu'il a été dit: Œil pour œil et dent pour dent.[h]39 Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l'autre. 40 Si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta chemise, laisse-lui encore ton manteau. 41 Si quelqu'un te force à faire un kilomètre, fais-en deux avec lui. 42 Donne à celui qui t’adresse une demande et ne te détourne pas de celui qui veut te faire un emprunt.

 

43 »Vous avez appris qu'il a été dit: ‘Tu aimeras ton prochain[i] et tu détesteras ton ennemi.’ 44 Mais moi je vous dis: Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous détestent] et priez pour ceux [qui vous maltraitent et] qui vous persécutent, 45 afin d'être les fils de votre Père céleste. En effet, il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. 46 Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les collecteurs d’impôts n'agissent-ils pas de même? 47 Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire? Les membres des autres peuples n'agissent-ils pas de même? 48 Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait.

 

Image associée


_ Les pratiques religieuses

»Gardez-vous bien de faire des dons devant les hommes pour qu’ils vous regardent; sinon, vous n'aurez pas de récompense auprès de votre Père céleste. Donc, lorsque tu fais un don à quelqu'un, ne sonne pas de la trompette devant toi, comme le font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues afin de recevoir la gloire qui vient des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu fais un don, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite, afin que ton don se fasse en secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [lui-même ouvertement].

»Lorsque tu pries, ne sois pas comme les hypocrites: ils aiment prier debout dans les synagogues et aux coins des rues pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra [ouvertement].

 

»En priant, ne multipliez pas les paroles comme les membres des autres peuples: ils s'imaginent en effet qu'à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez.

»Voici donc comment vous devez prier: ‘Notre Père céleste! Que la sainteté de ton nom soit respectée, 10 que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. 11 Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien; 12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; 13 ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du mal[j], [car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!]’

 

14 »Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi; 15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes.

 

16 »Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme les hypocrites. En effet, ils présentent un visage tout défait pour montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils ont leur récompense. 17 Mais toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage 18 afin de ne pas montrer que tu jeûnes aux hommes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Les biens matériels

19 »Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les mites et la rouille détruisent et où les voleurs percent les murs pour voler, 20 mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où les mites et la rouille ne détruisent pas et où les voleurs ne peuvent pas percer les murs ni voler! 21 En effet, là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

22 »L'œil est la lampe du corps. Si ton œil est en bon état, tout ton corps sera éclairé; 23 mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien ces ténèbres seront grandes!

24 »Personne ne peut servir deux maîtres, car ou il détestera le premier et aimera le second, ou il s'attachera au premier et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent[k].

 

25 »C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas de ce que vous mangerez [et boirez] pour vivre, ni de ce dont vous habillerez votre corps. La vie n'est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement? 26 Regardez les oiseaux du ciel: ils ne sèment pas et ne moissonnent pas, ils n'amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux? 27 Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter un instant à la durée de sa vie? 28 Et pourquoi vous inquiéter au sujet du vêtement? Etudiez comment poussent les plus belles fleurs des champs: elles ne travaillent pas et ne tissent pas; 29 cependant je vous dis que Salomon[l] lui-même, dans toute sa gloire, n'a pas eu d’aussi belles tenues que l'une d'elles. 30 Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui existe aujourd'hui et qui demain sera jetée au feu, ne le fera-t-il pas bien plus volontiers pour vous, gens de peu de foi? 31 Ne vous inquiétez donc pas et ne dites pas: ‘Que mangerons-nous? Que boirons-nous? Avec quoi nous habillerons-nous?’ 32 En effet, tout cela, ce sont les membres des autres peuples qui le recherchent. Or, votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 33 Recherchez d'abord le royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné en plus. 34 Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain prendra soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Les relations humaines

»Ne jugez pas afin de ne pas être jugés, car on vous jugera de la même manière que vous aurez jugé et on utilisera pour vous la mesure dont vous vous serez servis. Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans ton œil? Ou comment peux-tu dire à ton frère: ‘Laisse-moi enlever la paille de ton œil’, alors que toi, tu as une poutre dans le tien? Hypocrite, enlève d'abord la poutre de ton œil, et alors tu verras clair pour retirer la paille de l'œil de ton frère.

»Ne donnez pas les choses saintes aux chiens et ne jetez pas vos perles devant les porcs, de peur qu'ils ne les piétinent et qu'ils ne se retournent pour vous déchirer.

»Demandez et l'on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira. En effet, toute personne qui demande reçoit, celui qui cherche trouve et l'on ouvre à celui qui frappe. Qui parmi vous donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain? 10 Ou s'il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent? 11 Si donc, mauvais comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, votre Père céleste donnera d’autant plus volontiers de bonnes choses à ceux qui les lui demandent.

12 »Tout ce que vous voudriez que les hommes fassent pour vous, vous aussi, faites-le de même pour eux, car c'est ce qu'enseignent la loi et les prophètes[m].

 

Résultat de recherche d'images pour


_ L’entrée dans le royaume

13 »Entrez par la porte étroite! En effet, large est la porte, spacieux le chemin menant à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là, 14 mais étroite est la porte, resserré le chemin menant à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

 

15 »Méfiez-vous des prétendus prophètes! Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups voraces. 16 Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des ronces ou des figues sur des chardons? 17 Tout bon arbre produit de bons fruits, mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits. 18 Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. 19 Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. 20 C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

 

21 »Ceux qui me disent: ‘Seigneur, Seigneur!’ n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père céleste. 22 Beaucoup me diront ce jour-là: ‘Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en ton nom? N'avons-nous pas chassé des démons en ton nom? N'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom?’ 23 Alors je leur dirai ouvertement: ‘Je ne vous ai jamais connus. Eloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal![n]

 

24 »C'est pourquoi, toute personne qui entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je la comparerai à un homme prudent qui a construit sa maison sur le rocher. 25 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison; elle ne s’est pas écroulée, parce qu'elle était fondée sur le rocher. 26 Mais toute personne qui entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique ressemblera à un fou qui a construit sa maison sur le sable. 27 La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison; elle s’est écroulée et sa ruine a été grande.»

 

28 Quand Jésus eut fini de prononcer ces paroles, les foules restèrent frappées par son enseignement, 29 car il enseignait avec autorité, et non comme leurs spécialistes de la loi.

 

Résultat de recherche d'images pour


Footnotes:

a.      Matthieu 5:21 Tu… meurtre: citation du 6e des dix commandements (Exode 20.13; Deutéronome 5.17).

b.      Matthieu 5:22 Traite son frère d’imbécile: littéralement dit à son frère: ‘Raca’.

c.      Matthieu 5:27 Tu… adultère: citation du 7e des dix commandements (Exode 20.14; Deutoronome 5.18).

d.      Matthieu 5:31 Que celui… divorce: citation de Deutéronome 24.1.

e.      Matthieu 5:33 Tu ne… Seigneur: citation de Nombres 30.3.

f.        Matthieu 5:35 Le ciel… marchepied: renvoi à Esaïe 66.1.

g.      Matthieu 5:37 Du mal: ou du mauvais, c’est-à-dire du diable.

h.      Matthieu 5:38 Œil… dent: citation d’Exode 21.24 (principe répété en Lévitique 24.20; Deutéronome 19.21).

i.        Matthieu 5:43 Tu aimeras ton prochain: citation de Lévitique 19.18.

j.        Matthieu 6:13 Du mal: ou du mauvais, c’est-à-dire du diable.

k.      Matthieu 6:24 L’argent: littéralement mamon, transcription d’un mot araméen désignant la richesse, personnifiée comme une divinité.

l.        Matthieu 6:29 Salomon: l’un des plus grands rois d’Israël, fils de David.

m.    Matthieu 7:12 La loi et les prophètes: c’est-à-dire l'Ancien Testament.

n.      Matthieu 7:23 Eloignez-vous… mal: citation du Psaume 6.9.

Segond 21 (SG21)

 

Version Segond 21 Copyright © 2007 Société Biblique de Genève by Société Biblique de Genève

 

https://www.biblegateway.com/passage/?search=Matthieu+5-7&version=SG21


Image associée


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour




Avis des internautes

Articles recommandés

» RELIGION CATHOLIQUE/ DIALOGUE INTERRELIGIEUX : visite de paix et de dialogue interreligieux du pape François au Maroc

» RELIGION CATHOLIQUE/ JMJ-Journées Mondiales de la Jeunesse : le pape François au Panama (Journées mondiales de la jeunesse) et aux Émirats arabes unis (dialogue interreligieux)

» RELIGION/ IMMORALITE : ces religieux qui ont choisi le chemin maléfique du diable et du démon

» AFRIQUE/ TERRORISME/ VIOLENCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : qui est responsable des violences meurtrières et destructrices en Afrique ?

» EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : le pape François en Irlande à l’occasion de la rencontre mondiale des familles

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGION CHRETIENNE : Jésus Christ, ce rempart contre le mal (victoire éternelle sur le mal et sur le démon)

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : le pape François rencontre les fidèles catholiques du Pérou et du Chili (contre l’expropriation des terres des peuples autochtones par des milieux corrompus, ici et ailleurs)

» RELIGIONS/ VIOLENCES RELIGIEUSES ET POLITIQUES/ CRIMES RITUELS : l’esprit saint et l’aspiration à la sainteté donnent le vrai pouvoir (Dieu ignore les criminels, les assassins)

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : voyage pastoral du pape François au Myanmar et au Bangladesh (sur fond de racisme et d’exclusion)

» EGLISE CATHOLIQUE/ JESUS CHRIST : qui est Jésus Christ ? (dieu, homme, populaire et méconnu)

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Colombie

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGIONS CHRETIENNES : sectes chrétiennes et islamiques, argent et perversions religieuses, terrorisme et pouvoir du mal (entre le bien et le mal...)

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : visite du pape François dans le Caucase

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ JMJ Cracovie 2016 : les messages des jeunes au pape François

» AMERIQUE LATINE/ RELIGION CHRETIENNE/ PAPE FRANCOIS : les chefs de file des deux Églises, le pape François et le Patriarche Kirill, se sont rencontrés pour la première fois à Cuba

» MONDE/ RELIGION CATHOLIQUE : Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : Le pape François ouvre la porte sainte et lance le Jubilé de la miséricorde

» AFRIQUE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : Voyage pastoral du pape François en Afrique sur fond de montée en puissance des violences et du terrorisme islamique

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ VOYAGE PASTORAL : le pape François en Amérique (Cuba, Etats-Unis d’Amérique)

» MONDE/ VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Amérique latine pour revisiter le passé et dénoncer les pauvretés et les violences

» MONDE/ BOSNIE-HERZEGOVINE/ RELIGION CATHOLIQUE : Le Pape François à Sarajevo, une visite pastorale et historique

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ CRIMINALITE ET GRAND BANDITISME : Au-delà de l’horreur

» VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE/ SYNODE SUR LA FAMILLE : vers quelles réformes ?

» VATICAN/ CANONISATION : de nouveaux saints de l’église catholique consacrés par le Pape François

» Viandes interdites dans les religions indiennes

» JESUS CHRIST/ SERMON SUR LA MONTAGNE/ PAROLES DE VIE : Jésus Christ 2014 ans après…

» RELIGION CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : renouveau et revitalisation de l'Eglise catholique

» RELIGION CATHOLIQUE/ RENOUVEAU CHARISMATIQUE : quelles attentes ?


Haut de page