Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VIVRE SANS FAIRE DU MAL EST POSSIBLE (Religion et autres)


Publié le 01/02/2019 à 10:24:38
RELIGION CATHOLIQUE/ JMJ-Journées Mondiales de la Jeunesse : le pape François au Panama (Journées mondiales de la jeunesse) et aux Émirats arabes unis (dialogue interreligieux)





« JMJ, le pape salue le « signe prophétique » de la diversité des jeunes : Devant les 7 000 pèlerins rassemblés dans la Salle Paul-VI, le pape s’est aussi réjoui de « la grande symphonie des visages et des langues » des JMJ de Panama. « Voir tous les drapeaux ensemble, danser entre les mains de jeunes joyeux de se rencontrer est un signe prophétique, un signe à contre-courant de la triste tendance actuelle des nationalismes en conflit, qui élèvent des murs et ferment à l’universalité à la rencontre entre les peuples, a-t-il souligné. C’est un signe que les jeunes chrétiens sont levain de paix dans le monde. »

« Tant qu’il y aura de nouvelles générations capables de dire “Me voici” à Dieu, il y aura un avenir pour le monde », a aussi ajouté François, avant de relire les différentes étapes de son voyage. Comme il l’avait déjà déclaré devant les journalistes dans l’avion du retour, ainsi qu’après son voyage aux Philippines en 2015, le pape s’est également dit frappé par la manière dont les gens portaient leurs enfants à bout de bras sur son passage. »

 

Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Image associée

 

1 - JMJ: le pape au Panama, un pays d’Amérique centrale plus sûr que ses voisins

 

Le pape est attendu ce mercredi au Panama où se tiennent les 34es Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). C’est dans ce petit pays d’Amérique centrale que le pape a choisi de réunir la jeunesse du monde et des Amériques. Pourquoi ?

 

L’annonce du choix du Panama n’avait pas manqué de susciter l’étonnement en 2016 lors des JMJ de Cracovie. En effet, ce petit pays d’à peine 4 millions d’habitants n’est pas vraiment représentatif du continent latino–américain, mais situé à la jonction des deux Amériques du Nord et du Sud avec son canal qui relie les océans Atlantique et Pacifique, le Panama est un pays-pont et plus à même économiquement d’assurer l’accueil d’au moins 150 000 jeunes. Et c'est surtout un pays plus sûr que ses voisins de la région comme la Colombie frappée durement tout récemment par un attentat, le Salvador travaillé par les gangs et les trafics ou encore le Venezuela de Maduro plongé dans la misère économique.

 

Aux jeunes d’Amérique centrale et latine, confrontés à la violence et aux maux classiques du mal développement, le pape vient insuffler l’espérance. Aux jeunes Européens, il leur avait dit en 2016 à Cracovie de ne pas confondre le bonheur avec le canapé, à Panama, il leur demandera de s’engager et de se mettre au service de leur pays.

 

Par RFI / Publié le 23-01-2019/ Modifié le 23-01-2019/

 

http://www.rfi.fr/ameriques/20190123-jmj-pape-panama-pays-amerique-centrale-plus-voisins


Résultat de recherche d'images pour "pope francis, panama, youth day, 2019"


---------------------------------------------

 

Image associée  

 

2 - JMJ/ Panama 2019 : le pape appelle les jeunes à la «révolution» pour «changer le monde»

 

Le pape François est attendu mercredi 23 janvier à Panama pour une nouvelle édition des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) où il sera accueilli par au moins 150 000 jeunes catholiques de plus de 150 pays. Il leur a d'ores et déjà demandé de prendre la tête d'une « révolution » pour « changer le monde ».

Avant le coup d'envoi de cette 34e édition des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), le pape François a demandé aux jeunes via un message vidéo de se mettre au service des autres, « une révolution qui peut vaincre les grandes puissances ». « Beaucoup de jeunes, croyants ou non croyants, au terme d'une période d'études, manifestent le désir d'aider les autres, de faire quelque chose pour ceux qui souffrent. Telle est la force des jeunes, votre force à tous, qui peut changer le monde », a-t-il dit. Après Rio de Janeiro en 2013, l'année de son élection, Cracovie en 2016, Jorge Bergoglio, 82 ans, assistera aux troisièmes JMJ de sa papauté dans le petit pays de quatre millions d'habitants, premier Etat d'Amérique centrale à les organiser.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Le sujet de l'émigration

Le premier pape argentin et latino-américain de l'histoire ne manquera pas d'y aborder des sujets propres à son continent comme la pauvreté, la corruption ou l'émigration. Il s'adressera d'ailleurs tout particulièrement à de nombreux jeunes migrants, a précisé le Saint-Siège. « Nos jeunes ont besoin, particulièrement en Amérique centrale, qu'on leur donne des opportunités » face à « la dure réalité qui les force à émigrer ou les fait tomber entre les griffes des narcotrafiquants », a commenté l'archevêque de Panama, Mgr José Domingo Ulloa, de passage à Rome. Chaque année, environ un demi-million de personnes d'Amérique centrale traversent le Mexique à la recherche du rêve américain, mais l'an dernier les migrants ont décidé de circuler en groupe, en caravanes. L'année 2018 a également été marquée par l'exode massif de Vénézuéliens fuyant la crise économique et politique dans leur pays.

 

(avec AFP)/ Par RFI / Publié le 20-01-2019/ Modifié le 20-01-2019/

 

http://www.rfi.fr/ameriques/20190120-pape-francois-jmj-panama-appel-revolution-jeunes


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

3 - Le pape François donne le coup d'envoi des JMJ au Panama, en pleine crise vénézuélienne

 

Le pape François donne jeudi au Panama le coup d'envoi des Journées mondiales de la jeunesse. Ses propos seront scrutés dans le contexte de la crise politique au Venezuela. Le pape François est arrivé mercredi 23 janvier au Panama pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) pour un voyage de quatre jours. Alors qu'à Caracas, l'opposant Juan Guaidó s'est autoproclamé président, recevant le soutien d'une partie de la communauté internationale, le dossier vénézuélien s'est invité dès les premières minutes dans le programme du pape.

 

Au passage de sa voiture à Panama City, un jeune agitant un drapeau du Venezuela s'est précipité vers le cortège, obligeant le véhicule à faire un brusque écart pour l'éviter. Parmi les dizaines de milliers de personnes qui s'étaient massées le long des 29 km du trajet vers la Nonciature (ambassade du Vatican), où le souverain pontife devait passer la nuit, un pèlerin brandissait une pancarte où l'on pouvait lire "Priez pour le Venezuela". François doit être reçu officiellement jeudi matin par le président Juan Carlos Varela dans le complexe gouvernemental du quartier historique de Panama. À quelques pas de là, dans l'église du XVIIe siècle Saint-François-d'Assise, il rencontrera ensuite les évêques d'Amérique centrale, une région d'où partent régulièrement des milliers de migrants vers les États-Unis.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Migrants et scandales sexuels

Le thème des migrants a déjà été abordé durant le vol entre Rome et Panama lorsqu'un journaliste a évoqué, en le qualifiant de "folie", le projet du président américain Donald Trump d'édifier un mur pour interdire le passage vers les États-Unis aux migrants illégaux. "C'est la peur qui nous rend fous", a commenté François. À la tombée de la nuit, le pape doit aller à la rencontre des milliers de jeunes du monde entier qui l'attendent avec impatience. Sur une gigantesque estrade surmontant l'avenue qui longe le Pacifique, le souverain pontife célébrera sa première messe publique des Journées mondiales de la jeunesse. Il prévoit de rester jusqu'à dimanche au Panama.

 

Les JMJ au Panama sont les troisièmes du pontificat de Jorge Bergoglio, après Rio en 2013, l'année de son élection, et Cracovie en 2016. La progression des églises évangéliques dans les Amériques, continent qui compte le plus de catholiques au monde, est également en toile de fond. Ce septième voyage de François en Amérique latine s'inscrit dans le prolongement d'une assemblée mondiale d'évêques (synode) consacrée spécifiquement aux jeunes en octobre. Les prélats avaient été appelés à mieux écouter une génération qui fuit l'Église, bousculée par les scandales d'agressions sexuelles.

 

Avec AFP/ Texte par :FRANCE 24/ Première publication : 24/01/2019/ Dernière modification : 24/01/2019

 

https://www.france24.com/fr/20190124-pape-francois-jmj-panama-crise-venezuela


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------

 

 

 

4 - JMJ, le pape salue le « signe prophétique » de la diversité des jeunes

 

Revenant sur les Journées mondiales de la jeunesse de Panama, lors de l’audience générale mercredi 30 janvier, le pape a souligné que les drapeaux joyeusement agités étaient « un signe à contre-courant de la triste tendance actuelle des nationalismes en conflit ». Comme à son habitude lors de l’audience générale qui suit son retour de voyage, le pape François a consacré sa catéchèse, mercredi 30 janvier, à son déplacement au Panama pour les Journées mondiales de la jeunesse.

 

Saluant la tenue sur place, juste avant son arrivée, des premières « JMJ indigènes », François s’est félicité de cette initiative à destination « des jeunes des peuples natifs ou afro-américains » qui « a encore mieux exprimé le visage multiforme de l’Église en Amérique latine, qui est métissée ».

 

Devant les 7 000 pèlerins rassemblés dans la Salle Paul-VI, le pape s’est aussi réjoui de « la grande symphonie des visages et des langues » des JMJ de Panama.

« Voir tous les drapeaux ensemble, danser entre les mains de jeunes joyeux de se rencontrer est un signe prophétique, un signe à contre-courant de la triste tendance actuelle des nationalismes en conflit, qui élèvent des murs et ferment à l’universalité à la rencontre entre les peuples, a-t-il souligné. C’est un signe que les jeunes chrétiens sont levain de paix dans le monde. »

 

« Tant qu’il y aura de nouvelles générations capables de dire “Me voici” à Dieu, il y aura un avenir pour le monde », a aussi ajouté François, avant de relire les différentes étapes de son voyage. Comme il l’avait déjà déclaré devant les journalistes dans l’avion du retour, ainsi qu’après son voyage aux Philippines en 2015, le pape s’est également dit frappé par la manière dont les gens portaient leurs enfants à bout de bras sur son passage.

 

 

_ « L’hiver démographique » de l’Europe

« C’était comme s’ils disaient “Voici ma fierté ! Voici mon avenir !”, a-t-il confié. J’ai pensé : quelle dignité dans ce geste et quelle éloquence par rapport à l’hiver démographique que nous sommes en train de vivre en Europe. »

« La fierté de ces familles, ce sont les enfants, la sécurité pour l’avenir, ce sont les enfants. L’hiver démographique sans les enfants est difficile », a-t-il répété.

 

 

_ « Un beau groupe de jeunes Français »

Au moment de saluer les pèlerins, parmi lesquels 110 prêtres du diocèse de Versailles accompagnés par leur évêque, Mgr Éric Aumônier, le pape est sorti de son texte pour revenir, une nouvelle fois, sur sa rencontre, samedi 26 janvier matin devant la cathédrale de Panama, avec des jeunes du diocèse de Paris. « J’ai eu l’occasion de rencontrer un beau groupe de jeunes Français à côté de la cathédrale. Ils étaient très bien ces Français ! » a lancé le pape.

 

Nicolas Senèze, à Rome/ 30/01/2019

 

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/JMJ-pape-salue-signe-prophetique-diversite-jeunes-2019-01-30-1200999116

 

---------------------------------------------

 

 

 

5 - Prêtres mariés, avortement, abus sexuels : ce que le pape François a dit dans l’avion

 

Dimanche soir 27 janvier, le pape François a, comme à son habitude, répondu aux questions des journalistes qui l’accompagnaient sur le vol de retour du Panama, où il venait de clore les Journées mondiales de la jeunesse.

 

 

► Ordination d’hommes mariés : un « non »… mais ouvert

Interrogé sur le problème de savoir si des vocations naissantes lors de ces JMJ ne pourraient pas être freinées par le célibat sacerdotal, le pape a affirmé qu’il n’était « pas d’accord pour permettre le célibat optionnel » : « Personnellement, je pense que le célibat est un don pour l’Église ». Il s’est toutefois montré moins tranchant que Jean-Paul II qui, en en faisant un enseignement « définitif », avait fermé toute discussion sur le sujet : « C’est une chose en discussion entre théologiens », a-t-il reconnu, estimant que son « opinion personnelle » était de dire « non » à l’idée d’un célibat « en option » avant l’ordination diaconale. « Je ne le ferai pas, que cela reste clair. Je peux peut-être sembler fermé là-dessus, mais je ne me sens pas paraître devant Dieu avec cette décision. »

 

Il a néanmoins relevé le livre « très intéressant » de Mgr Fritz Lobinger, prêtre fidei donum puis évêque en Afrique du Sud, qui émet l’idée de confier à un « ancien », dans des endroits isolés comme « les îles du Pacifique », le munus sanctificandi des prêtres, c’est-à-dire la possibilité de célébrer la messe, d’administrer le sacrement de réconciliation et l’onction des malades. « Je crois que la question doit rester ouverte là où il y a un problème pastoral, à cause du manque de prêtres, a-t-il confié. Je ne dis pas qu’il faut faire cela, car je n’ai pas tout réfléchi, pas suffisamment prié cela. Mais les théologiens doivent l’étudier. »

 

► Avortement : « la miséricorde aussi pour la personne humaine qui est en gestation »

Sur la question de l’avortement, le pape a été invité à réagir sur des paroles jugées très dures d’un jeune pendant le chemin de croix de vendredi soir – évoquant « la tombe qui s’ouvre dans le ventre des mères d’où on arrache la vie innocente » – que certains ont trouvées en contradiction avec son message sur la miséricorde. « Le message de la miséricorde est pour tous. Aussi pour la personne humaine qui est en gestation », a expliqué François, soulignant que « le problème n’est pas de donner le pardon » mais « d’accompagner une femme qui a pris conscience d’avoir avorté ».

 

« Ce sont des drames terribles », a-t-il confié, évoquant son expérience de confesseur. « Pour bien le comprendre le drame de l’avortement, il faut être au confessionnal : tout ce qu’on peut y faire c’est de donner la consolation et de ne rien dire », a-t-il expliqué, racontant les larmes des femmes qu’il y a rencontrées : « Il y a ton enfant au ciel : parle-lui, chante lui les berceuses que tu n’as pas pu lui chanter », leur conseille-t-il, estimant qu’« il faut trouver une voie de réconciliation de la mère pour son enfant. Avec Dieu, c’est déjà fait. Dieu pardonne. Dieu pardonne toujours. Mais, la miséricorde est aussi pour elles, et il faut travailler à cela. »

À lire aussi

 

 

► Sommet sur les abus sexuels : attention aux attentes « surdimensionnées »

À propos de ce qu’une jeune Américaine a évoqué samedi devant lui à propos des abus sexuels, François a précisé ses attentes vis-à-vis de la rencontre des 21-24 février sur les abus sexuels. Il y voit d’abord l’occasion d’une « catéchèse » devant permettre aux évêques de « tout d’abord prendre conscience du drame : ce qu’est un petit garçon abusé ou une petite fille abusée »« Je reçois régulièrement des personnes abusées, a-t-il rappelé. Je me souviens d’un : 40 ans sans pouvoir prier… C’est terrible. La souffrance est terrible. La première chose est de prendre conscience de cela. »

 

La rencontre devra ensuite permettre aux évêques d’être au clair sur les procédures : « Que doit faire l’évêque ? L’archevêque ? Le président de la conférence épiscopale ? »« Parfois, les évêques ne savent pas quoi faire », a-t-il regretté.

Il a toutefois mis en garde contre les « attentes surdimensionnées » face à cette rencontre, relevant que « le problème des abus continuera ». « C’est un problème humain qui est partout, a-t-il rappelé. Il faut le résoudre dans l’Église mais, par cette prise de conscience, nous contribuerons à le résoudre dans la société, dans les familles, où la honte fait que l’on couvre tout. »

 

 

► Venezuela : « Le sang n’est pas la solution »

« Dans ces moments, je soutiens tout le peuple vénézuélien. Un peuple qui est en train de souffrir, que ce soit d’un côté ou de l’autre, tout le peuple souffre », a insisté le pape, se refusant « à dire faites ceci ou faites cela ». Il se refuse néanmoins à prendre parti. « Ce serait une imprudence pastorale de ma part. Je dois être le pasteur de tous », a-t-il expliqué, rappelant son appel à « une solution juste et pacifique ». « Le sang n’est pas la solution », a-t-il insisté.

À lire aussi

 

 

► « Merci au père de Sinéty »

Alors qu’une question était posée au pape, au nom des journalistes français, par Caroline Pigozzi, de Paris Match, le pape François l’a remerciée de lui avoir donné, lors du vol aller, le livre du père Benoist de Sinéty, vicaire général du diocèse de Paris, Il faut que des voix s’élèvent (Flammarion). « Je voudrais remercier le père de Sinéty », a-t-il répété, confiant que le prêtre français avait concélébré la messe avec lui. Il a aussi remercié les jeunes du diocèse de Paris que le prêtre lui a fait rencontrer samedi matin, avant la messe à la cathédrale de Panama.

 

Nicolas Senèze, envoyé spécial sur le vol papal Panama-Rome/ 28/01/2019/ Mis à jour le 28/01/2019

 

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/Pretres-maries-avortement-abus-sexuels-pape-Francois-dit-lavion-2019-01-28-1200998599?id_folder=1200847272&from_univers=lacroix&position=0

 

---------------------------------------------

 

 

 

6 - Vatican/ Le pape François ira au Japon en novembre

 

Le Pontife suprême a exclu pour le moment mercredi tout déplacement en Irak, souhaité par certains évêques du pays. Le pape François a annoncé mercredi qu'il se rendrait au Japon en novembre, s'exprimant à bord de l'avion le menant à Panama aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). «Je vais au Japon en novembre», a-t-il répondu à la question d'un journaliste d'une agence de presse japonaise, confirmant officiellement un vœu exprimé en septembre.

 

Le pape François a maintes fois exprimé sa fascination pour le Japon, où il souhaitait se rendre en tant que missionnaire dans sa jeunesse, un projet auquel il avait dû renoncer après une opération à un poumon. En revanche, il a exclu pour le moment mercredi tout déplacement en Irak, souhaité par certains évêques du pays. «Je voudrais vous annoncer ma volonté de visiter le Japon l'an prochain», avait dit le pape en septembre à la fin d'une audience au Vatican avec une délégation japonaise.

 

 

_ Un million de Chrétiens au Japon

Le pape recevait l'association japonaise «Tensho Kenoh Shisetsu Kenshoukai», qui développe des projets culturels et de solidarité, en souvenir de la première mission diplomatique japonaise organisée en 1585 par les pères jésuites installés au Japon.

Quatre jeunes chrétiens japonais, accompagnés par des pères jésuites, avaient alors été reçus par le pape Grégoire XIII. Leur long voyage en Europe, exceptionnel pour l'époque, dura plus de huit ans. Le pape avait loué cette «rencontre historique», il y a plus de 400 ans, entre des Japonais et l'Europe.

 

Selon l'agence japonaise pour les Affaires culturelles, il y a environ 450'000 catholiques et près de 510'000 protestants au Japon. Le pape Jean Paul II s'était rendu au Japon en 1981. Le pape argentin, âgé de 82 ans, attendu mercredi au Panama, y restera jusqu'au dimanche 27 janvier pour assister aux troisièmes Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de son pontificat.

 

Il se rendra ensuite aux Emirats arabes unis du 3 au 5 février, au Maroc fin mars, puis en Bulgarie, en Macédoine et en Roumanie au printemps. Un voyage à Madagascar, groupé avec le Mozambique, pourrait aussi être à l'ordre du jour à l'automne, mais il n'a pas encore été officiellement confirmé.

 

(afp/nxp)/ Créé: 23.01.2019/ 23.01.2019/ www.24heures.ch/

 

https://www.24heures.ch/monde/pape-francois-ira-japon-novembre/story/11547550?track

 

---------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

7 - C’est officiel, le pape François ira en Roumanie au mois de mai

 

Le pape François se rendra en Roumanie à la fin du mois de mai. C’est ce qu’a annoncé le porte-parole du Vatican, Alessandro Gisotti. “En accueillant l’invitation du Président, des autorités de l’État et de l’Eglise catholique de Roumanie, le Saint-Père Saint-François effectuera un voyage apostolique dans le pays du 31 mai au 2 juin 2019, dans les villes de Bucarest, Iaşi et Blaj et le sanctuaire Marian de Şumuleu Ciuc.” Le programme détaillé du voyage sera publié ultérieurement, selon le directeur du bureau de presse du Saint-Siège.

 

“Marchons ensemble” est la devise choisie par François pour le voyage. “Le peuple de Dieu en Roumanie marche sous la protection de Notre-Dame”, rappelle une note du Vatican soulignant que “la Roumanie est souvent appelée le jardin de la Mère de Dieu ‘, formule chère à tous les fidèles, également utilisée par saint Jean-Paul II lors de la visite de 1999 “. “La visite du pape François reprend cet accent marial, invitant toutes les forces à s’unir sous le manteau protecteur de la Madone, comme l’indique la devise: le Saint-Père François a toujours exhorté l’union des différentes forces à refuser l’égoïsme et le poids central du bien commun Le Successeur de Pierre vient en Roumanie pour inviter l’unité, le confirmer dans la foi “. Les couleurs utilisées dans le logo, qui représente la Vierge et les passants, rappellent les couleurs du drapeau national roumain: bleu, jaune et rouge “.

 

Le pape argentin, âgé de 82 ans, a désormais un agenda très chargé pour les prochains mois. Il est attendu au Panama du 22 au 27 janvier pour les Journées mondiales de la jeunesse, puis aux Emirats arabes unis du 3 au 5 février. Il ira ensuite fin mars au Maroc puis début mai en Bulgarie et Macédoine. Pour le reste de l’année 2019, il avait aussi annoncé en septembre son intention de se rendre au Japon, tandis qu’un voyage à Madagascar est également en projet. Le choix de ces pays renforce encore son image de partisan du dialogue avec les autres confessions chrétiennes et les autres religions.

 

By rédaction - 11/01/2019/

 

http://www.farodiroma.it/cest-officiel-le-pape-francois-ira-en-roumanie-au-mois-de-mai/

 

Résultat de recherche d'images pour


****

 

Résultat de recherche d'images pour


Dialogue interreligieux. Le pape François est heureux de partir pour la rencontre avec l’islam aux Émirats arabes unis

 

Pour son 27e voyage apostolique, le Pape François se rendra du 3 au 5 février 2019 aux Emirats arabe unis (EAU). Ce voyage, aux multiples enjeux, sera placé sous le signe de  la rencontre interreligieuse et de la « fraternité humaine ». Dans l’histoire du dialogue compliqué entre papes et monde musulman, l’Argentin Jorge Bergoglio se distingue par son langage fraternel et prudent, ingrédients de la “culture de la rencontre” qu’il préconise. “Cher peuple des Emirats Arabes Unis, Al Salamu Alaikum / que la paix soit avec vous! Je suis heureux de visiter, dans quelques jours, votre pays, une terre qui se veut un modèle de coexistence, de fraternité humaine et de rencontre entre civilisations et cultures différentes, où beaucoup trouvent un lieu sûr où travailler et vivre librement, dans le respect des diversités “. C’est ce que dit le pape François dans le message vidéo envoyé au peuple des Émirats arabes unis dans l’imminence de son voyage apostolique, du 3 au 5 février.


Résultat de recherche d'images pour


Le pape François dit “heureux” de “cette occasion que le Seigneur m’a offerte d’écrire, sur votre cher pays, une nouvelle page de l’histoire des relations entre les religions, confirmant que nous sommes frères et que nous sommes différents. Avec joie je vais rencontrer et saluer ‘eyal Zayid fi dar Zayid / les fils de Zayid dans la maison de Zayid’, une terre de prospérité et de paix, une terre de soleil et d’harmonie, une terre de coexistence et de rencontre! Merci beaucoup et à bientôt! Priez pour moi! ”

 

“Je me réjouis – continue le Pontife – de rencontrer un peuple qui vit le présent avec un oeil sur l’avenir. A juste titre, le cheikh Zayed, fondateur des Emirats Arabes Unis, de mémoire honorable, a déclaré: ‘La vraie richesse ne réside pas seulement dans les ressources matérielles, mais la vraie richesse de la nation réside dans les peuples qui construisent l’avenir de leur nation … La vraie richesse ce sont les hommes “.

 

Le pape François a remercié “hautement” Son Altesse le cheikh Mohammed bin Zayed bin Sultan Al Nahyan, qui, selon lui, “m’a invité à participer à la réunion interreligieuse sur le thème” Fraternité humaine “. Et je suis reconnaissant – ajoute-t-il – aux autres autorités des Émirats arabes unis pour l’excellente collaboration, l’hospitalité généreuse et l’accueil fraternel offerts avec noblesse pour faire cette visite. Je remercie mon ami et cher frère le grand imam d’Al-Azhar, le Dr Ahmed Al-Tayeb, et ceux qui ont collaboré à la préparation de la réunion du courage et de la volonté d’affirmer que la foi en Dieu unit et ne divise pas. , se rapproche de la distinction, loin de l’hostilité et de l’aversion “.

 

By redaction - 31/01/2019/

 

http://www.farodiroma.it/dialogue-interreligieux-le-pape-francois-est-heureux-de-partir-pour-la-rencontre-avec-lislam-aux-emirats-arabes-unis/


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour

 

8 - Le pape aux Émirats arabes unis : "Je suis ici comme un frère"

 

En visite historique aux Émirats arabes unis pour trois jours, le pape François a été reçu par le prince héritier et le grand imam de l'université Al-Azhar. Au menu de la rencontre, le dialogue interreligieux et la situation au Yémen. "Je suis ici comme un frère" : cette déclaration du pape François a été reprise par toute la presse émiratie. En visite aux Émirats arabes unis pour une durée de trois jours, il a participé lundi 4 février à une rencontre interreligieuse. Mardi, il célèbrera une grande messe, totalement inédite pour la région, qui devrait accueillir 135 000 fidèles. Le souverain pontife a eu un entretien avec le prince héritier d'Abu Dhabi, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, homme fort des Émirats, qui s'enorgueillit de la "coexistence pacifique" entre les religions dans son pays.

 

Le pape François a remis à son hôte un médaillon encadré représentant la rencontre en 1219, durant les croisades, entre Saint François d'Assise et le sultan Malek al-Kamel en Égypte, un jalon vieux de 800 ans du dialogue entre musulmans et catholiques. De son côté, le prince héritier a remis au pape l'acte notarié, daté de 1963, offrant une terre pour la construction de la première église des Émirats. Le souverain pontife a rencontré dans la même journée le grand imam sunnite d'Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayeb, à qui il avait rendu visite en Égypte en 2017, et qui a eu des mots très durs contre les jihadistes.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Plaidoyer en faveur de la liberté religieuse

Le grand imam préside le "Conseil musulman des anciens", fondation créée à Abu Dhabi pour promouvoir la paix et qui est l'instigatrice de la rencontre interreligieuse internationale. Quelque 700 personnalités y participent, dont des patriarches d'Églises catholiques orientales et des rabbins. Devant les responsables religieux, le pape a plaidé en faveur d'une liberté religieuse. "Parmi les libertés, je voudrais souligner la liberté religieuse. Elle ne se limite pas à la seule liberté de culte", a-t-il déclaré. Il a aussi jugé qu'aucune pratique religieuse ne devait être "forcée" sur une personne. Il a également appelé l'ensemble des pays du Moyen-Orient à accorder "le même droit à la citoyenneté" aux personnes "de diverses religions".

 

"Non seulement ici mais dans toute la bien-aimée et névralgique région moyen-orientale, je souhaite des opportunités concrètes de rencontre : que des sociétés où des personnes de diverses religions aient le même droit de citoyenneté", a-t-il dit dans un discours insistant sur la notion de "fraternité". "Il n'existe pas de violence qui puisse être justifiée religieusement" a poursuivi le pape argentin. "La fraternité humaine exige de nous, représentants des religions, le devoir de bannir toute nuance d'approbation du mot guerre", a-t-il martelé, en estimant que la guerre est synonyme de "misère" et de "cruauté".

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Dialogue interreligieux

À la fin de leurs discours, les deux hauts dignitaires ont signé un document engageant leurs institutions à "lutter contre l'extrémisme". Ils se sont donné l'accolade à la fin de la cérémonie. Aux yeux du Vatican, "la réunion est le message" de ce 27e voyage du pape à l'étranger. Le dialogue interreligieux, tout particulièrement avec l'islam, est devenu un thème majeur des six premières années de sa papauté. Après avoir déclaré 2019 "année de la Tolérance", les Émirats soignent leur image et sont fiers de compter une population composée à plus de 85 % d'expatriés de toutes les nationalités et toutes les religions. "Une terre qui cherche à être un modèle de cohabitation", selon le pape.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ "Tolérance zéro" face à "l'extrémisme"

En 2014, les Émirats avaient rejoint la coalition internationale antijihadistes en Syrie et, pour bien montrer leur "tolérance zéro" à l'égard de "l'extrémisme", avaient ensuite interdit 83 groupes qualifiés de "terroristes". Le pape a déjà sommé le monde musulman -dirigeants politiques, religieux et universitaires- de condamner sans ambiguïté le terrorisme, source d'islamophobie. Mais les autorités de cet émirat du Golfe contrôlent les médias locaux, interdisent les partis politiques et emprisonnent les opposants, ont déploré Amnesty International et Human Rights Watch en demandant au pape de soulever la question des droits humains.

 

Image associée


_ Appel à la paix au Yémen

L'ombre de la guerre au Yémen plane cependant sur le voyage. Très fortement engagés dans ce conflit auprès depuis 2015, les Émirats sont accusés par des ONG de multiples bombardements contre la population civile. Le pape François n'a pas manqué de dénoncer cette guerre et d'appeler à la paix. "La guerre n'amène rien d'autre que la misère, les armes n'apportent que la mort. Ses conséquences tragiques sont sous nos yeux. Je pense en particulier au Yémen, à la Syrie, à l'Irak et à la Libye", a-t-il déclaré avant d'ajouter : "Engageons-nous ensemble contre la logique de la force armée". Le Yémen, pays pauvre de la péninsule arabique, est le théâtre de la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, en raison d'une guerre dévastatrice.

Avant d'arriver dimanche à Abu Dhabi, le pape avait pressé les protagonistes au Yémen de "favoriser de manière urgente le respect des accords établis" sous l'égide de l'ONU, surtout pour une trêve dans la ville portuaire d'Hodeïda, essentielle à l'acheminement de l'aide internationale. La population paye un lourd tribut et "de très nombreux enfants souffrent de la faim", a rappelé le pape.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Messe pour 135 000 fidèles

Mardi, le chef de l'Église catholique célèbrera une messe dans un stade d'Abu Dhabi, "événement quasi inespéré" pour les fidèles catholiques, très majoritairement des travailleurs immigrés asiatiques des Philippines et d'Inde, décrit le Saint-Siège. Quelque 135 000 billets ont été distribués pour l'intérieur du stade. L'extérieur aussi devrait déborder de fidèles, lesquels seront salués par François en "papamobile".

 

Dans ce pays, la présence de lieux de culte chrétiens fréquentés par des étrangers est tolérée, à condition que ces derniers restent discrets et évitent le prosélytisme. Aucune célébration ne peut toutefois se faire publiquement. La messe du pape revêt donc un caractère exceptionnel. Environ un million de catholiques vivent aux Émirats, soit près de 10 % de la population. Le pays compte huit églises catholiques, le plus grand nombre de la région.

 

Avec AFP/ Première publication : 04/02/2019/ Dernière modification : 04/02/2019/Texte par : FRANCE 24

 

https://www.france24.com/fr/20190204-emirats-arabes-unis-visite-pape-francois-dialogue-interreligieux-al-azhar-yemen


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

Lors de l’audience générale, le pape François est revenu sur son voyage aux Émirats Arabes Unis, “nouvelle page du dialogue entre christianisme et islam”

 

Lors de l’audience générale du 6 février 2019, salle Paul VI au Vatican, le pape François est revenu sur son voyage aux Émirats arabes unis. « Un voyage court mais très important qui a écrit une nouvelle page dans l’histoire du dialogue entre christianisme et islam », a-t-il commenté, ainsi que dans l’engagement « à promouvoir la paix dans le monde sur la base de la fraternité humaine ». Il s’est particulièrement félicité de la signature commune avec le grand imam d’Al-Azhar, Ahmed al Tayeb, du « Document sur la fraternité humaine ». Document dans lequel « nous affirmons ensemble la vocation commune à tous les hommes et à toutes les femmes à être frères en tant que fils et filles de Dieu ». Document encore, a-t-il poursuivi, qui « sera étudié dans les écoles et les universités de plusieurs pays » et que « je vous enjoins également à lire, à connaître… ». Pour le pape François, il est possible « de se rencontrer, de se respecter et de dialoguer, dans la diversité des cultures et des traditions ». Pour lui, en effet, « le monde chrétien et le monde islamique possèdent et défendent des valeurs communes : la vie, la famille, le sens religieux, le respect pour les personnes âgées, l’éducation des jeunes, et bien d’autres encore ».// La DC

 

Résultat de recherche d'images pour


Chers frères et sœurs, bonjour !

 

J’ai effectué ces derniers jours un bref voyage apostolique aux Émirats Arabes Unis. Un voyage court mais très important qui a écrit, en lien avec la rencontre de 2017 à l’université Al-Azhar en Égypte (1), une nouvelle page dans l’histoire du dialogue entre christianisme et islam, et dans l’engagement à promouvoir la paix dans le monde sur la base de la fraternité humaine.

 

Pour la première fois, un pape s’est rendu dans la péninsule arabique. Et la Providence a voulu que cela soit un pape dénommé François, 800 ans après la visite de saint François d’Assise au sultan al-Malik al-Kamil. J’ai souvent pensé à saint François durant ce voyage : il m’a aidé à garder présent en mon cœur l’Évangile, l’amour de Jésus-Christ, tandis que je vivais les différents moments de cette visite ; gardant en mon cœur l’Évangile du Christ, j’ai prié le Père pour tous ses enfants, en particulier pour les plus pauvres, pour les victimes des injustices, des guerres, de la misère… ; j’ai prié pour que le dialogue entre le christianisme et l’islam soit un facteur décisif de la paix dans le monde d’aujourd’hui.

 

Je remercie du fond du cœur le Prince héritier, le président, le vice-président et toutes les autorités des Émirats Arabes Unis, qui m’ont accueilli avec une grande courtoisie. Ce pays s’est beaucoup développé au cours des dernières décennies : il est devenu un carrefour entre l’Orient et l’Occident, une « oasis » multiethnique et multireligieuse, et donc un lieu tout indiqué pour promouvoir la culture de la rencontre. J’exprime ma vive reconnaissance à l’évêque Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie méridionale, qui a préparé et organisé cet événement pour la communauté catholique, et mon « merci » s’étend avec affection aux prêtres, aux religieux et aux laïcs qui font vivre la présence chrétienne en cette terre.

 

J’ai eu l’opportunité de saluer le premier prêtre – nonagénaire – qui est venu ici pour fonder tant de communautés. Il est sur son fauteuil roulant, aveugle, mais le sourire ne quitte jamais ses lèvres, le sourire de celui qui a servi le Seigneur et qui a fait tant de bien. J’ai également salué un autre prêtre nonagénaire – mais celui-ci marchait et il continue à travailler. Bravo ! – et tant de prêtres qui sont ici au service des communautés chrétiennes de rite latin, de rite syro-malabar, syro-malankar ou de rite maronite qui viennent du Liban, de l’Inde, des Philippines et d’autres pays.

 

En plus des discours, un grand pas en avant a été fait à Abu Dhabi : le grand imam d’Al-Azhar et moi-même avons signé le Document sur la fraternité humaine, dans lequel nous affirmons ensemble la vocation commune à tous les hommes et à toutes les femmes à être frères en tant que fils et filles de Dieu ; nous condamnons toute forme de violences, en particulier celles invoquant des motifs religieux ; et nous nous engageons à diffuser dans le monde les valeurs authentiques et la paix. Ce document sera étudié dans les écoles et les universités de plusieurs pays. Mais je vous enjoins également à le lire, à le connaître, car il pousse à aller de l’avant dans le dialogue sur la fraternité humaine.

 

Dans une époque comme la nôtre, dans laquelle la tentation est grande de voir se réaliser un affrontement entre les civilisations chrétienne et islamique, mais également de considérer les religions comme source de conflits, nous avons voulu donner un signe supplémentaire, clair et décisif, qu’il est au contraire possible de se rencontrer, qu’il est possible de se respecter et de dialoguer, et que, même dans la diversité des cultures et des traditions, le monde chrétien et le monde islamique possèdent et défendent des valeurs communes : la vie, la famille, le sens religieux, le respect pour les personnes âgées, l’éducation des jeunes, et bien d’autres encore.

 

Dans les Émirats Arabes Unis, vivent un peu plus d’un million de chrétiens : des travailleurs originaires de différents pays d’Asie. Hier matin, j’ai rencontré une représentation de la communauté catholique dans la cathédrale Saint-Joseph d’Abu Dhabi – un lieu plein de simplicité – puis, après cette rencontre, j’ai célébré la messe pour toutes les personnes présentes. Ils étaient si nombreux ! On dit que, entre ceux qui étaient dans le stade, qui a une capacité de 40 000 personnes, et ceux qui se trouvaient devant les écrans à l’extérieur, on atteignait 150 000 personnes ! J’ai célébré l’Eucharistie dans le stade de la ville en annonçant l’Évangile des Béatitudes. Au cours de la messe, concélébrée avec les patriarches, les archevêques majeurs et les évêques présents, nous avons plus particulièrement prié pour la paix et pour la justice, avec une intention spéciale pour le Moyen-Orient et le Yémen.

 

Chers frères et sœurs, ce voyage fait partie des « surprises » de Dieu. Louons-le, louons sa providence, et prions pour que les grains semés portent du fruit selon sa sainte volonté.

 

(*) Traduction française de Violaine Ricour-Dumas pour La DC. Titre et note de La DC.

 

(1) DC 2017, n. 2527, p. 6 à 32.

 

6 février 2019, audience générale du pape François/ La Croix , le 06/02/2019/

 

https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Actes-du-pape/laudience-generale-pape-Francois-revenu-voyage-Emirats-Arabes-Unis-nouvelle-page-dialogue-entre-christianisme-islam-2019-02-06-1201000667

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

 


 


Avis des internautes

Articles recommandés

» RELIGION/ JESUS CHRIST/ FORCE DU BIEN : Jésus, le choix absolu du bien contre le mal

» RELIGION/ IMMORALITE : ces religieux qui ont choisi le chemin maléfique du diable et du démon

» AFRIQUE/ TERRORISME/ VIOLENCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : qui est responsable des violences meurtrières et destructrices en Afrique ?

» EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : le pape François en Irlande à l’occasion de la rencontre mondiale des familles

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGION CHRETIENNE : Jésus Christ, ce rempart contre le mal (victoire éternelle sur le mal et sur le démon)

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : le pape François rencontre les fidèles catholiques du Pérou et du Chili (contre l’expropriation des terres des peuples autochtones par des milieux corrompus, ici et ailleurs)

» RELIGIONS/ VIOLENCES RELIGIEUSES ET POLITIQUES/ CRIMES RITUELS : l’esprit saint et l’aspiration à la sainteté donnent le vrai pouvoir (Dieu ignore les criminels, les assassins)

» EGLISE CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : voyage pastoral du pape François au Myanmar et au Bangladesh (sur fond de racisme et d’exclusion)

» EGLISE CATHOLIQUE/ JESUS CHRIST : qui est Jésus Christ ? (dieu, homme, populaire et méconnu)

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Colombie

» RELIGION CATHOLIQUE/ RELIGIONS CHRETIENNES : sectes chrétiennes et islamiques, argent et perversions religieuses, terrorisme et pouvoir du mal (entre le bien et le mal...)

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : visite du pape François dans le Caucase

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ JMJ Cracovie 2016 : les messages des jeunes au pape François

» AMERIQUE LATINE/ RELIGION CHRETIENNE/ PAPE FRANCOIS : les chefs de file des deux Églises, le pape François et le Patriarche Kirill, se sont rencontrés pour la première fois à Cuba

» MONDE/ RELIGION CATHOLIQUE : Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme

» MONDE/ EGLISE CATHOLIQUE/ VATICAN : Le pape François ouvre la porte sainte et lance le Jubilé de la miséricorde

» AFRIQUE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS : Voyage pastoral du pape François en Afrique sur fond de montée en puissance des violences et du terrorisme islamique

» MONDE/ VATICAN/ PAPE FRANCOIS/ VOYAGE PASTORAL : le pape François en Amérique (Cuba, Etats-Unis d’Amérique)

» MONDE/ VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en Amérique latine pour revisiter le passé et dénoncer les pauvretés et les violences

» MONDE/ BOSNIE-HERZEGOVINE/ RELIGION CATHOLIQUE : Le Pape François à Sarajevo, une visite pastorale et historique

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ CRIMINALITE ET GRAND BANDITISME : Au-delà de l’horreur

» VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE/ SYNODE SUR LA FAMILLE : vers quelles réformes ?

» VATICAN/ CANONISATION : de nouveaux saints de l’église catholique consacrés par le Pape François

» Viandes interdites dans les religions indiennes

» JESUS CHRIST/ SERMON SUR LA MONTAGNE/ PAROLES DE VIE : Jésus Christ 2014 ans après…

» RELIGION CATHOLIQUE/ PAPE FRANCOIS : renouveau et revitalisation de l'Eglise catholique

» RELIGION CATHOLIQUE/ RENOUVEAU CHARISMATIQUE : quelles attentes ?


Haut de page