EVEIL


Publié le 12/01/2015 à 18:38:06
MONDE/ UE-FRANCE/ TERRORISME : les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué une douzaine de personnes au nom de leur conception religieuse haineuse





1 – « Douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées et onze autres blessées mercredi à Paris dans une fusillade au siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris, un attentat que François Hollande a immédiatement qualifié de "terroriste". Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière commise en France depuis les vagues d'attentats islamistes à Paris en 1986 (12 morts dans une dizaine d'attentats) et 1995 (huit morts et près de 120 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel). »


 

2 – « Les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué douze personnes au nom de leur conception religieuse haineuse et au nom de leur lutte sans fin contre la démocratie et contre le progrès de l’humanité. Chaque jour, dans tous les recoins du monde, ils sont à l’affût pour dénicher toutes formes de prétextes et d’arguments pour tuer. Contre ces tueurs, ces assassins et ces grands bandits, que peut-on faire ?  En réalité, pas grand-chose, pour des êtres qui se donnent la mort pour tuer ! Les assassins peuvent malheureusement frapper partout et à tout moment. Le gouvernement français (tout comme le gouvernement nigérian, malien ou égyptien) ne peut matériellement placer un soldat derrière un homme, une femme, une école, un village ou une ferme. C’est pourquoi la vigilance doit être totale et globale, car les djihadistes sont partout et les ennemis partout. 

Lorsque la violence et la haine s’expriment brutalement au cœur de l’occident, on découvre malheureusement et brutalement le combat quotidien qu’on mène ici en Afrique contre la violence et le grand banditisme, contre des tortionnaires et des terroristes, contre des rebelles et des bandits armés, contre des violeurs et des assassins, contre des voleurs corrompus respectables et irresponsables (issus des systèmes administratifs et politiques) qui favorisent la précarité et la mort... 

Mais contre la violence et les crimes, la démocratie sortira toujours victorieuse car les bons sont toujours supérieurs en nombre aux mauvais et aux assassins. Et c’est cette réalité qui perpétue la démocratie, la liberté et le progrès de l’humanité. Les terroristes ne peuvent rien contre la paix et la liberté, la fraternité, le dialogue des religions, le bien, le respect fécond et enrichissant des différences...»

 

 


---------------------------------------------------


De nombreuses forces de police sont mobilisées 

 

1 - Charlie Hebdo : les forces de l'ordre lancées dans une traque d'envergure

 

Plusieurs milliers de policiers et gendarmes sont lancés dans une traque d'envergure pour mettre la main sur les auteurs en fuite de l'attaque contre Charlie Hebdo qui a fait douze morts mercredi, une véritable course contre-la-montre. "Il faut aller vite, et c'est là toute la difficulté, car tant que ces mecs sont dans la nature, ils peuvent faire encore des dégâts", souffle, dépité, un ancien du 36 quai des Orfèvres, où une cellule de crise a été mise en place.

 

La dernière piste laissée par les tueurs, "au moins deux" selon le procureur de Paris, se situe rue de Meaux dans le XIXe arrondissement de Paris, où les policiers ont perdu leur trace aux alentours de midi. Selon une source proche du dossier, les assaillants étaient à bord d'une Renault Clio immatriculée à Paris. "Mais rien ne dit qu'ils n'ont pas changé de véhicule depuis", a expliqué une source policière.

 

Peu après l'attaque, les experts de la police technique et scientifique ont ratissé tous les endroits où les assaillants sont susceptibles d'avoir laissé des indices, procédure habituelle dans toutes les enquêtes criminelles. Ces policiers spécialisés ont tenté de rechercher la moindre trace ADN, d'empreinte digitale ou d'autres éléments que les fuyards auraient pu laisser. Les enquêteurs ont notamment fouillé plusieurs appartements à Pantin et Gennevilliers, en banlieue parisienne, opérations qui n'ont donné lieu à aucune interpellation, selon des sources concordantes. "La voiture abandonnée par les terroristes au niveau de la porte de Pantin, le siège de Charlie Hebdo, ces endroits ont été passés au peigne fin", a assuré une source proche de l'enquête. Selon celle-ci, "il y a de grandes chances que les deux ou trois assaillants soient identifiés rapidement grâce à cette première étape, c'est très rare que les mecs ne laissent rien".

 

 

   

- Remonter la piste -

Le travail des services de renseignement peut également aider au processus d'identification. "Ils ont crié "Allah akbar", peut-être que ces gens ont été suivis par les services antiterroristes, ce n'est pas idiot de l'imaginer", estime cette source. Les enquêteurs devraient également utiliser la téléphonie, pour espérer isoler un numéro, pour pouvoir ensuite remonter une identité. "Ils vont répertorier tous les numéros de téléphones portables qui ont borné à proximité du siège de Charlie Hebdo au moment de l'attaque. Une fois ce premier listing établi, les enquêteurs croisent ensuite cette liste avec celles obtenues grâce aux bornages effectués aux différents endroits où les terroristes sont passés", explique une source judiciaire. Ce sont des logiciels utilisant des algorithmes qui effectuent ces opérations. Cette méthode avait notamment été utilisée par la PJ parisienne en novembre 2013 lors de la traque du tireur de Libération, Mohamed Dekkar.

 

Mais cela ne peut être efficace que si les assaillants avaient sur eux un téléphone portable au moment des faits, et si les abonnements étaient ouverts sous leurs véritables identités. "Ca fait beaucoup de "si" mais il faut de toute manière tout faire pour tenter de remonter leur piste", résume la source judiciaire. Parallèlement, les enquêteurs devraient également travailler "la téléphonie de leur entourage", selon la source proche de l'enquête. En clair, les proches et la famille des assaillants, lorsqu'ils auront été identifiés, pourraient être placés sur écoute.

La police judiciaire parisienne a également lancé rapidement un appel à témoins et mis en place un numéro vert, "et c'est un outil qui peut se révéler extrêmement utile", précise un enquêteur, "un signalement que l'on peut penser anodin peut se révéler essentiel". Si le parquet de Paris a cosaisi la section antiterroriste de la PJ parisienne, la SDAT (Sous-direction antiterroriste) et la DGSI (Direction générale du renseignement intérieur), de nombreux autres services de police, comme les brigades centrales de la PJ parisienne, sont également en renfort dans cette chasse à l'homme. "Vu la gravité de la situation, tous les services qui peuvent être utiles sont mis en action", résume un haut-fonctionnaire.

 

Par Cyril TOUAUX/ AFP/ 07/01/2015

 

https://fr.news.yahoo.com/charlie-hebdo-forces-lordre-lanc%C3%A9es-traque-denvergure-201338340.html


 Je suis Charlie est devenu le signe de protestation contre l’attentat qui a visé Charlie Hebdo. Ici, la newsroom de l’AFP à Paris (Capture Twitter)


---------------------------------------------

 

François Hollande et Bernard Cazeneuve à leur arrivée au siège de Charlie Hebdo, mercredi 7 janvier. media


2 - Douze morts dans un attentat contre Charlie Hebdo à Paris

 

PARIS (Reuters) - Douze personnes, dont deux policiers, ont été tuées et onze autres blessées mercredi à Paris dans une fusillade au siège de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris, un attentat que François Hollande a immédiatement qualifié de "terroriste". Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière commise en France depuis les vagues d'attentats islamistes à Paris en 1986 (12 morts dans une dizaine d'attentats) et 1995 (huit morts et près de 120 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel). "C'est un attentat terroriste, cela ne fait pas de doute", a déclaré François Hollande, qui s'est rendu sur les lieux quelques dizaines de minutes après le drame, pour lequel une journée de deuil national a été décrété pour jeudi. "Nous savions que nous étions menacés", a ajouté le chef de l'Etat, précisant que plusieurs projets d'attentat avaient été déjoués ces dernières semaines. "Nous punirons les agresseurs".

 

Le procureur de Paris, François Molins, a fait état d'un bilan de 12 morts et de 11 blessés, dont quatre graves, dans cette attaque menée par "au moins deux hommes". Lourdement armés, habillés de noir, le visage camouflé par une cagoule, arrivés dans une Citroën C3 laissée au milieu de la rue, ils ont fait irruption vers 11h00 (10h00 GMT) au siège du journal, dans le XIe arrondissement. Selon François Molins, ils ont demandé à la réception s'il s'agissait bien du siège de Charlie Hebdo et ont tué une première personne. Ils se sont ensuite dirigés vers les étages pour y trouver la salle de rédaction où ils ont tué huit journalistes, un policier chargé de la sécurité et un invité.

 

Attentat contre Charlie Hebdo:  


UNE "SCÈNE DE CARNAGE"

Selon des sources proches de l'hebdomadaire, les dessinateurs Cabu et Wolinski, deux figures historiques du journal, ainsi que Charb, directeur de la publication, et Tignous, font partie des victimes. L'économiste Bernard Maris, membre du conseil général de la Banque de France et collaborateur de l'hebdomadaire, a également été tué dans la fusillade. A leur arrivée à Charlie Hebdo, les secours ont découvert une "scène de carnage, d'exécution" avec des survivants sous le choc et une odeur prégnante de poudre, selon le témoignage d'un médecin urgentiste présent sur place. Lors de la fuite des malfaiteurs, un policier a vu sa voiture criblée de balles et a été blessé. Lorsqu'il est sorti de son véhicule, il a été achevé d'une balle dans la tête. Les tireurs, qui semblaient très calmes et dotés d'un entraînement de type militaire (voir, ont quitté le siège de Charlie Hebdo sans courir et rejoint leur voiture. Après avoir eu un accident avec un autre véhicule place du colonel Fabien, ils ont abandonné leur voiture rue de Meaux, dans le XIXe arrondissement, avant de braquer un automobiliste.

 

C'est ce dernier qui a parlé d'un troisième homme parmi les malfaiteurs qui couraient toujours mercredi soir et François Molins s'est refusé à donné la moindre précision sur l'enquête pour ne pas mettre la traque des malfaiteurs en danger. Sur les vidéos prises par des témoins dans la rue située devant le siège de Charlie Hebdo, les tireurs, qui ont crié à plusieurs reprises "Allahou Akhbar", ont dit en quittant les lieux : "On a vengé Mahomet. On a tué Charlie Hebdo."

 

 


ALERTE ATTENTATS

Le siège de l'hebdomadaire satirique, alors dans le XXe arrondissement, avait été incendié en 2011 après l'annonce de la sortie d'un numéro baptisé "Charia Hebdo", avec "Mahomet rédacteur en chef".Le sinistre n'avait pas fait de blessé. Le site internet du journal avait par ailleurs été piraté. Le plan Vigipirate a été relevé au stade ultime mercredi dans la région Ile-de-France, le niveau "écarlate", pour prévenir des "attentats majeurs", ont annoncé les services du Premier ministre, Manuel Valls. Priorité est donnée à ce stade de "protéger les institutions et assurer la continuité de l’action gouvernementale".

 

Les organes de presse, les grands magasins, les lieux de culte ainsi que les transports vont l'objet d'une vigilance particulière. "Tous les moyens sont mis en œuvre pour identifier, traquer et interpeller les auteurs", souligne Matignon. Le niveau "écarlate" a été activé précédemment une seule fois en France : en mars 2012, en région Midi-Pyrénées après l'attaque d'une école juive à Toulouse et les assassinats de trois parachutistes par Mohamed Merah.

Une enquête a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris des chefs d'assassinat et tentative d'assassinat, vol à main armée en bande organisée, infraction à la législation sur les armes, toutes ces infractions en lien avec une entreprise terroriste, a dit François Molins.

 

L'enquête a été confiée à trois services, la direction de la PJ de Paris (section antiterroriste de la brigade criminelle), la direction centrale de la PJ (sous-direction anti-terrorisme) et la DGSI, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. Une grande émotion s'est manifestée en France, où les réactions ont été nombreuses. Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Paris et dans plusieurs villes de France.

 

(Sophie Louet, Gérard Bon avec Antony Paone, Dominique Rodriguez et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

 

Reuters / 207/012015

 

https://fr.news.yahoo.com/douze-morts-dans-un-attentat-contre-charlie-hebdo-181014295.html


 


----------------------------------------------------

 

charlie hebdo   

 

3 - Attentat à Charlie Hebdo : la République doit cesser d'être faible face au terrorisme islamique

 

Massacre à Charlie Hebdo. Folie meurtrière. Douze morts pour l'instant et plusieurs blessés dont l'état est infiniment grave. Indignation. Compassion. Stupéfaction. Enquête. Solidarité politique. Présence sur les lieux du président de la République. Multiples tweets de soutien. Et après ? Va-t-on enfin tirer les leçons de ce désastre humain causé par des malades, des fanatiques, des tueurs ? Va-t-on, sans craindre d'instrumentaliser ces assassinats, s'interroger sur la déplorable évidence que des gens se sentent si bien en France qu'ils se croient autorisés à tout se permettre ?

 

Si les tueurs sont gangrenés par la haine, emplis d'intolérance et furieusement opposés à notre société et à ses valeurs au point de commettre un tel massacre au cours d'une matinée, va-t-on encore tourner autour des tragédies en ne nommant pas les coupables et l'islamisme, si on en juge par les cris qu'ils ont proféré, qui les a inspirés? «Nous avons vengé le Prophète»!

 

Consentira-t-on à admettre que ces groupes, ces assassins, sans pour une fois barguigner et chipoter, veulent la peau de notre pays, de ses institutions, de sa liberté et de sa tolérance qu'apparemment ils ne prennent que pour de la faiblesse ?

Consentira-t-on à admettre que ces groupes, ces assassins, sans pour une fois barguigner et chipoter, veulent la peau de notre pays, de ses institutions, de sa liberté et de sa tolérance qu'apparemment ils ne prennent que pour de la faiblesse ?

Les forces de police, je l'espère, interpelleront ces malfaisants.

Mais ensuite?

 

Si le verbe humaniste et creux demeure le seul langage de notre République, on peut présumer que demain d'autres drames l'endeuilleront. Le président de la République, aussi moralement impeccable qu'il se prétende, n'est pas à la hauteur de ces défis qui viennent en plein cœur de la France la frapper à mort. Paradoxalement, sa résolution pour les interventions militaires aurait pu nous laisser croire le contraire. Mais il est plus facile d'envoyer nos soldats sur des territoires extérieurs - ils risquent leur vie pour nous - que d'armer nos valeurs pour que les citoyens français ne soient pas soumis à répétition à de tels effrois.

Arrêtera-t-on ce sempiternel arbitrage, difficile à concevoir, impossible à mettre en œuvre , pour tenter de peser également sévérité et limites? Alors que cette balance parfaitement irréaliste donne toutes ses chances au crime et le moins possible à sa répression?

 

François Hollande avec du retard a changé son discours de campagne en une politique économique et sociale dont la rigueur aurait peut-être effrayé même une droite responsable. Pourquoi serait-il incapable de virer radicalement de bord, aussi , pour la politique de sécurité, l'ordre public, l'efficacité policière et la vigueur de l'état de droit? Ou faut-il continuer à concéder de la mansuétude dévastatrice à une gauche qui n'a plus assez d'idéalisme stérile et naïf à se mettre sous l'idéologie ?

A l'heure actuelle, alors que nous aurions besoin, pour la justice au sens large, d'un bras vigoureux, cohérent, obsédé par la sauvegarde sociale, nous disposons tout au plus d'une béquille. Nous résistons avec des mots et ils ont des armes et la certitude de leur impunité !

 

Aujourd'hui, et depuis 2012, l'autorité de l'Etat est mise à mal, se réduit comme une peau de chagrin. La bonne volonté et la détermination du ministre de l'Intérieur sont indéniables mais l'humanisme est condamné s'il ne s'appuie pas sur une philosophie pénale et une pratique de pouvoir qui le rendront plausible, opératoire, respecté? A l'heure actuelle, alors que nous aurions besoin, pour la justice au sens large, d'un bras vigoureux, cohérent, obsédé par la sauvegarde sociale, nous disposons tout au plus d'une béquille. Nous résistons avec des mots et ils ont des armes et la certitude de leur impunité !

 

Notre République ne fait pas, ne fait plus peur. Ses admonestations n'intimident plus personne. Des tueurs peuvent ainsi à Paris faire un carnage. Et, demain, le président parlera au peuple, avec la main sur le cœur, en se contentant de nous dire que la lutte contre le racisme et l'antisémitisme devra être une grande cause nationale. On va tout perdre à force de n'avoir le courage de rien. Une République a le devoir de se défendre. Mais vraiment. En ne substituant pas la sophistication des formes, la bureaucratie des procédures et le velouté des absolutions à la rigueur de l'offensive, à la dureté de la lutte. Il ne faudra pas oublier. Mais si on ne change pas notre Etat de fond en comble, on aura oublié deux fois.

 

Philippe Bilger/ Le Figaro.fr/ 07/01/2015

 

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/01/07/31003-20150107ARTFIG00243-attentat-a-charlie-hebdo-la-republique-doit-cesser-d-etre-faible-face-au-terrorisme-islamique.php


APTOPIX France Newspaper Attack media


------------------------------------------------------


François Hollande on Paris march


4 - Contre le terrorisme, au moins 3,7 millions de manifestants en France

 

Au moins 3,7 millions de personnes, dont plus de 2,5 millions en province, ont manifesté dimanche en France contre le terrorisme au terme d'une semaine marquée par des attentats meurtriers, lors de la plus grande mobilisation jamais recensée dans le pays. Ces derniers jours, avant les marches de dimanche, 1,4 million de manifestants avaient déjà au total défilé en France en hommage aux 17 victimes de attentats commis par trois jihadistes, selon le ministère de l'Intérieur.

 

PARIS - Entre 1,2 et 1,6 million de personnes ont marché sous le soleil d'hiver, pour une mobilisation comparable, sinon supérieure, à la grande fête du 12 juillet 1998 pour la victoire de la France au Mondial de football. L'afflux a été tellement massif que la foule s'est rassemblée bien au-delà des parcours officiels et le ministère de l'Intérieur se dit incapable de fournir un comptage plus précis. LYON - Au moins 300.000 personnes, soit un quart de la population de l'agglomération, ont défilé dans le centre-ville. L'itinéraire initial, de Grange Blanche à la place Bellecour, a dû être rallongé pour accueillir tout le monde. "Je suis Charlie, pour la liberté d'expression", clamait une banderole portée par des journalistes et des policiers.



BORDEAUX - Environ 140.000 personnes, "armée de l'amour autoproclamée" à la manifestation républicaine. C'est une des plus grandes manifestations girondines depuis la Libération.

 

RENNES - 115.000 personnes se sont rassemblées contre le terrorisme. Dans le cortège, un homme s'est déguisé en crayon de 3 mètres de hauteur.

GRENOBLE - Environ 110.000 personnes ont défilé derrière une banderole "Nous sommes Charlie, nous sommes tous Ahmed, Bernard, Elsa, Cabu, Charb, Honoré, Michel..." Du "jamais-vu", selon la secrétaire d'Etat Geneviève Fioraso.

BREST - 65.000 manifestants, dont certains munis de drapeaux français et bretons, ont défilé dans le silence.

 

MARSEILLE - 60.000 personnes ont défilé au lendemain d'une manifestation qui avait déjà réuni environ 45.000 Marseillais. Celle de dimanche devait prendre la forme d'un rassemblement sur le Vieux-Port, mais la foule très mélangée a finalement défilé spontanément, suivant le parcours emprunté la veille.

 

SAINT-ETIENNE - Quelque 60.000 personnes ont marché pour la liberté d'expression et contre le fanatisme de la gare de TGV à l'hôtel de ville, derrière une large banderole noire portant l?inscription "nous sommes Charlie".

 

CLERMONT-FERRAND - 50.000 personnes avec des dessins de caricaturistes divers, des drapeaux français, des appels à la liberté d'expression. En tête de cortège, une grande banderole blanche proclamant en noir "liberté.égalité.fraternité".

NANCY - 50.000 personnes ont défilé sans incidents à Nancy, "une mobilisation historique".

 

MONTPELLIER - 47.000 personnes dans le cortège ouvert par les journalistes régionaux et les syndicats de police. Parmi les slogans, "Je suis musulmane / Touche pas à ma France", "Je suis Charlie et musulman" et "Pas au nom d'Allah".

TOULON - Quelque 45.000 personnes ont défilé. Parti de la place de la Liberté, le cortège a été salué par des coups de sirène des trains en passant devant la gare. Des représentants de toutes les religions, portant pour certains des drapeaux français, avaient pris place dans le cortège.

 

METZ - Quelque 45.000 personnes ont défilé sans incident entre les places Mazelle et de la République.

 

STRASBOURG - Quelque 45.000 personnes ont défilé depuis la place Kléber. Beaucoup sont venues avec leurs enfants. "Je suis Charlie, je suis toutes les victimes de la bêtise humaine", lit-on sur des pancartes.

 

ANGERS - Les musulmans ont pris dimanche la tête des 45.000 participants au défilé républicain.

 

PERPIGNAN - 40.000 manifestants - pour une ville de 110.000 habitants - ont défilé dans un silence interrompu par des salves d'applaudissements.

 

DIJON et TOURS - 35.000 personnes.

 

CAEN - 33.000 manifestants.

 

SAINT-BRIEUC, NIMES et LORIENT - 30.000 personnes.

 

VANNES et CHERBOURG - 25.000 manifestants.

 

REIMS - Quelque 25.000 manifestants. L'un d'eux porte un crayon géant sur lequel est écrit "faites l'humour".

 

ANNECY - 23.000 personnes.

 

LA ROCHELLE - Entre 20.000 et 30.000 manifestants.

 

AVIGNON - 19.000 manifestants.

 

ANGOULEME et CHAMBERY - 18.000 personnes.

 

CARCASSONNE - 17.000 à 20.000 personnes.

 

QUIMPER - 16.500 manifestants.

 

ALBI - 16.000 manifestants.

 

MULHOUSE, BLOIS, NARBONNE, TROYES, PERIGUEUX et POITIERS- 15.000 personnes.

 

TARBES - Quelque 14.000 personnes ont manifesté en silence.

VILLEFRANCHE - 13.000 manifestants.

DINAN, LAVAL et VIENNE - 12.000 personnes.

COGNAC et CHATEAUROUX - 11.000 personnes.

MORLAIX et LE HAVRE - 10.500 personnes.

 

BERGERAC, SAINT-MALO, SAINT-LO, ALENCON, EVREUX, TULLE, AJACCIO, COLMAR, DAMMARTIN-EN-GOELE - 10.000 manifestants.

Mais aussi, 9.000 à ROCHEFORT, 8.000 à BAYEUX, ALES et BASTIA, 7.500 à MONTAUBAN, 7.000 à BRIVE-LA-GAILLARDE et CHATELLERAULT, 6.000 à BAGNOLS-SUR-CEZE et ORTHEZ, 5.000 à AUCH, SAINTES et BOULOGNE-SUR-MER, 4.100 à CAMBRAI, 4.000 à NOUMEA, 3.500 à APT, 3.000 à PORTO-VECCHIO, TONNEINS et ALBERTVILLE, 2.750 à SAINT-PIERRE et MIQUELON, 2.500 à 3.000 à POINTE-A-PITRE, 2.000 à 3.000 à NICE, 2.000 à LILLE, TOURCOING, HAZEBROUCK, ROYAN, BEAUNE et LOUDUN, 1.800 à PAU, 1.000 à LENS, BEAUCAIRE, VILLENEUVE-SUR-LOT, NEUVILLE-EN-FERRAIN, DENAIN et à l'ILE D'YEU, 500 à ORANGE, CAVAILLON, ETAPLES-LE TOUQUET et MAMOUDZOU, chef-lieu du département français de Mayotte.

 

Par Francesco FONTEMAGGI et Pauline TALAGRAND avec les reporters de l'AFP en France | AFP – il y a 35 minutes

 

https://fr.news.yahoo.com/dun-million-manifestants-province-contre-terrorisme-162327795.html

 

EN DIRECT. Marche républicaine: plus de 2,5 millions de manifestants en France 


-------------------------------------------------------


Le Président Ouattara a signé le livre de condoléances ouvert à l’Ambassade de France suite à l’attentat contre ‘’Charlie Hebdo’’


5 - Le Président Ouattara a signé le livre de condoléances ouvert à l’Ambassade de France suite à l’attentat contre ‘’Charlie Hebdo’’

 

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a signé ce lundi 12 janvier 2015, à la Résidence de l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, le livre de condoléances suite à l’attentat contre le journal ‘’Charlie Hebdo’’. A cette occasion, le Chef de l’Etat s’est dit indigné et profondément choqué par ‘’l’horrible attentat’’ perpétré contre le journal ‘’Charlie Hebdo’’ et les récents actes de violences qui ont endeuillé la France.


Il a condamné ces « actes odieux » avec la plus grande fermeté et a adressé ses sincères condoléances au Président François HOLLANDE, au peuple français ainsi qu’à l’ensemble de la presse, garante de la liberté d’expression. Le Président de la République qui a qualifié cet acte d’inacceptable, a ajouté que le peuple ivoirien, dans son évolution démocratique, tient à apporter tout son soutien à toute la presse internationale.

Se prononçant sur les moyens de lutte contre le terrorisme, le Chef de l’Etat a recommandé un renforcement et une mutualisation des efforts en matière de renseignements et d’échanges d’informations au niveau des Etats. Pour terminer, le Président de la République a réitéré l’engagement de son pays à poursuivre la lutte contre le terrorisme.


Publié le Lundi 12 Janvier 2015/


http://www.imatin.net/article/politique/le-president-ouattara-a-signe-le-livre-de-condoleances-ouvert-a-l-rsquo-ambassade-de-france-suite-a-l-rsquo-attentat-contre-lsquo-rsquo-charlie-hebdo-rsquo-rsquo_25525_1421079586.html

 

Alassane Ouattara aux journalistes: ‘‘Votre avenir dépend de vos propres écrits…’’


----------------------------------------------------



Rassemblement


6 - Déclaration du gouvernement ivoirien sur l’attentat perpétré contre le journal français Charlie Hebdo

 

Le Gouvernement ivoirien a appris à travers les médias l’horrible attentat perpétré le mercredi 07 janvier dernier par des fanatiques au sein de la rédaction du journal satirique français « CHARLIE HEBDO ». Le bilan de cet acte odieux qui plonge le monde de la communication dans le désarroi est de douze (12) morts. Le Gouvernement ivoirien marque sa désapprobation totale et condamne avec fermeté cette tragédie.

Par ailleurs, il exprime toute sa compassion et toute sa solidarité aux familles éplorées, à la grande famille de la communication, au Gouvernement et au peuple français avec qui le peuple ivoirien entretient des relations privilégiées depuis son indépendance. Cet attentat terroriste qui bouleverse tous les peuples épris de liberté et son corollaire que sont la liberté d’expression, la liberté de penser, la liberté de la presse, etc, ne doit cependant pas nous empêcher de continuer à nous battre pour préserver cette liberté fondamentale, socle de la démocratie.


Le rassemblement de cet après-midi participe de cette volonté de dissuader tous ceux qui croient qu’ils peuvent tuer la liberté de la presse, la liberté d’expression et au-delà la liberté de l’Homme. C’est le lieu de féliciter les organisateurs du présent rassemblement de protestation contre l’agression dont la France vient d’être victime. Cette initiative louable à laquelle s’associe pleinement le Gouvernement ivoirien, a été précédée le vendredi 09 janvier dernier, par une cérémonie d’hommage aux victimes.

Le Gouvernement ivoirien tient enfin à saluer le courage exemplaire de tous les professionnels des médias qui exercent leur métier à travers le monde, au risque de leur vie. Aux journalistes de CHARLIE HEBDO tombés sur le champ de bataille, et devenus martyrs malgré eux, le Gouvernement ivoirien leur rend un vibrant hommage et réaffirme son soutien au peuple français en cette douloureuse circonstance.

Fait à Abidjan, le dimanche 11 janvier 2015


Me Affoussiata BAMBA-LAMINE/ Ministre de la Communication, Porte-parole Adjoint du Gouvernement

 

Publié le dimanche 11 janvier 2015  |  Ministères

 

http://news.abidjan.net/h/520258.html



-----------------------------------------------------


SENSIBILISATION/ TERRORISME AU QUOTIDIEN EN AFRIQUE : 


 

 

 







Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ MAUVAISE GOUVERNANCE : le réveil tardif des juges et des militaires contre les crimes politiques, économiques et l’arbitraire

» ASIE/ DEFENSE ET SECURITE/ ECONOMIE : persistance des défis économiques et sécuritaires, risques de guerre majeure

» MONDE/ NOBEL 2017 : les lauréats du Prix Nobel 2017

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : raccourcis démocratiques, violences antidémocratiques et clairvoyances économiques

» AFRIQUE/ FONDS DORMANTS/ FONDS ILLICITES/ CORRUPTION ET FRAUDES : ces capitaux qui ne profitent pas au continent

» AFRIQUE/ RENOUVEAU : perspectives politiques, perspectives économique et sociale

» FRANCE/ TERRITOIRES/ Ex-Colonies : attentes de renouveau, de leadership éclairé et de développement véritable

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ POLITIQUE : réformes importantes, gouvernance et perspectives

» SANTE/ ALIMENTATION ET HYGIENE/ ALIMENTS DANGEREUX : ces aliments qui ne sont pas des nutriments

» MONDE/ DROGUES/ CRIMES ET NARCOTRAFIC : comment mettre fin à la puissance des cartels et des criminels de la drogue ?

» AFRIQUE/ LIBYE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TERRORISME : une puissance politique et économique africaine incapable de surmonter ses crises (où sont-ils passés ces démocrates qui ont déstabilisé durablement la Libye ?)

» MONDE/ SPORT/ BOXE/ MUHAMMAD ALI : décès d’un champion de la boxe et d’une légende du sport (j’ai aimé la boxe avec Muhammad Ali, j’ai cessé de m’intéresser à la boxe après Ali)

» MONDE / ALLEMAGNE/ GENOCIDE ARMENIEN : la nouvelle Allemagne reconnait le génocide arménien (condamnation du passé hitlérien de l’ancienne Turquie/Empire ottoman)

» MONDE/ USA/ ARMES A FEU ET VIOLENCES/ TUERIES MASSIVES D’INNOCENTS : Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ THOMAS SANKARA : le Burkina Faso redécouvre son ancien leader, 28 ans après (mieux vaut tard que jamais)

» MONDE/ SYRIE/ GUERRE CONTRE LE TERRORISME : l’aide militaire décisive de la Russie à l'Etat syrien va contribuer à imposer la paix

» MONDE/ RUSSIE/ CONFLIT SYRIEN : le Président Vladimir Poutine à propos du conflit syrien et du monde multipolaire actuel

» AFRIQUE/ TCHAD : Le Tchad exécute 10 membres présumés de Boko Haram, dès le lendemain de leur condamnation

» AFRIQUE/BURUNDI/ VIOLENCES POLITIQUES/ CRISE ET DESTABILISATION : savoir mener les bons combats qui garantissent la démocratie, la paix et la stabilité du pays

» AFRIQUE/ OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT : Corruption et développement en Afrique…

» EVEIL (Page noire d’Afrique)

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL : Le président Alassane Ouattara à l’inauguration du stade international d’Akwa Ibom à Uyo (Nigéria)

» Etat fédéral et Etat unitaire en Afrique : forces et faiblesses en matière de développement

» AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

» AFRIQUE/ POLLUTION ET ENVIRONNEMENT/ SANTE PUBLIQUE : crise environnementale et menaces

» AFRIQUE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : le sous-développement socioéconomique et scientifique et l’extrême pauvreté peuvent perdre l’Afrique

» AFRIQUE/ AGRICULTURE/ PAIX ET SECURITE : l’émergence d’un continent freinée par des guerres nouvelles et des campagnes orchestrées d’insécurité

» SCIENCE/ MEDECINE/ ALERTE MEDICALE : les maladies cardio-vasculaires

» SYRIE/ UKRAINE/ REBELLION ET DEMOCRATIE : de nouveaux présidents élus dans des pays durablement déstabilisés par des forces démocratiques anachroniques

» AFRIQUE/ NIGERIA/ PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE ET TERRORISME : regain d’activités terroristes intempestives et barbares

» SCIENCE ET TECHNOLOGIE/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : vers quel futur ?

» AFRIQUE/ POLITIQUE ET VIOLENCES : ces guerres sales qui détruisent l’Afrique

» INTOLERANCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : peut-on mettre fin à la haine dans les rapports entre les humains?

» APARTHEID : L'apartheid vaincu par l’Afrique du Sud et la communauté internationale


Haut de page