EVEIL


Publié le 24/02/2016 à 23:44:33
MONDE/ USA/ ARMES A FEU ET VIOLENCES/ TUERIES MASSIVES D’INNOCENTS : Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu



 

0.1 – « Le lobby des armes ne peut prendre l'Amérique «en otage» : Le président américain a également annoncé une série de réformes, estimant que le lobby des armes ne peut pas prendre l'Amérique «en otage». «Nous n'avons pas à accepter ça», a-t-il ajouté, en estimant que le Congrès, à majorité républicain et qui s'oppose fermement à toute modification de la législation en la matière, est lui tenu par ce lobby.  L'initiative de Barack Obama a beau avoir une portée limitée, elle suscite en Amérique une véritable tempête politique. Car, assurant avoir le droit et l'écrasante majorité de la population de son côté, le président a décidé de passer outre le vote du Congrès en déclinant des décrets («executive orders») pour changer la donne sur cette question qu'il a choisie de placer au coeur de son dernier mandat. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

0.2 – « Les mesures annoncées par Barack Obama :
_ Resserrer les critères d'obtention d'un permis de ventes d'armes afin d'y inclure aussi ceux qui vendent des fusils en ligne. Quiconque vendra des armes en ligne devra au préalable obtenir un permis des autorités. Une personne vendant des armes sans permis, même en ligne, risquera une peine de 5 ans de prison et une amende de 250 000 dollars.

_ Améliorer la vérification des antécédents criminels des acheteurs de fusils. Le président Obama a demandé au FBI d'engager 230 examinateurs supplémentaires afin d'augmenter les effectifs du Système national de vérification rapide des antécédents (NCIS) de 50% et de permettre des vérifications 24 heures sur 24, sept jours par semaine.

_ Exiger une vérification des antécédents criminels pour les personnes achetant des fusils parmi les «plus dangereux», comme des armes automatiques, par le biais de trusts, de sociétés ou d'organisations locales. Les personnes achetant ces armes par ces intermédiaires échappaient jusqu'à présent aux vérifications des antécédents… »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

   

1 - Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu

 

Le président américain souhaite court-circuiter le Congrès, arguant avoir une majorité de la population de son côté, choquée par les dernières fusillades. C'est l'une des dernières priorités de Barack Obama. Un ultime combat avant de quitter le bureau ovale. Obama s'attaque aux armes à feu. Sujet ultra-sensible aux États-Unis, le président présente mardi une série de mesures pour mieux encadrer leur utilisation, assurant avoir le droit et l'écrasante majorité des Américains de son côté. Il souhaite ainsi court-cuircuiter le Congrès.

 

Le président américain déclinera depuis la Maison-Blanche des décrets et propositions qui tout en respectant, promet-il, le sacro-saint deuxième amendement de la Constitution, permettront de lutter contre le "fléau" de la violence par les armes. Quelque 30 000 personnes trouvent la mort par arme à feu aux États-Unis chaque année. La généralisation de l'obligation du contrôle des antécédents judiciaires et psychiatriques avant une vente d'arme est au coeur de la batterie de mesures dont l'exécutif a dévoilé les grandes lignes lundi soir. Selon Obama, "cela ne va pas empêcher tous les crimes violents, toutes les fusillades (...) Mais cela permettra, potentiellement, de sauver des vies dans ce pays".

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Colmater les failles

Après sept années durant lesquelles, fusillade après fusillade, il n'a pu qu'exprimer sa frustration, le président démocrate a décidé d'agir seul face à un Congrès dominé par les républicains. Ce faisant, il place le débat au coeur de la campagne présidentielle en cours. Mais s'expose aussi aux critiques sur sa façon d'exercer le pouvoir, ses opposants dénonçant ce qu'ils estiment être le fait du prince.

 

L'exécutif entend en particulier colmater les failles du système en vigueur en clarifiant la définition d'un vendeur d'armes. Dans les foires itinérantes mais aussi sur Internet, il est en effet aujourd'hui aisé aux États-Unis d'acquérir une arme sans aucun des contrôles exigés des armuriers homologués par les autorités fédérales. "Toute personne impliquée dans la vente d'armes qui utilise Internet ou d'autres technologies doit obtenir une licence, exactement de la même manière qu'un magasin traditionnel", souligne en particulier la Maison-Blanche.

 

Cette dernière ne fixe cependant pas le nombre d'armes à partir duquel un particulier bascule dans cette catégorie. La Maison-Blanche souligne qu'en dépit des failles existantes, le système actuel de vérification des antécédents a permis, au cours des 15 dernières années, de bloquer la vente de quelque deux millions d'armes à feu qui auraient pu tomber dans de "mauvaises mains". Et juge donc cohérent de le renforcer. Afin d'assurer une meilleure application des lois existantes, Barack Obama propose par ailleurs la création de 200 nouveaux postes au sein de l'Agence fédérale sur l'alcool, le tabac et les armes (ATF). Il suggère par ailleurs au Congrès un investissement de 500 millions de dollars pour améliorer la prise en charge des soins psychiatriques.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

_ Les républicains, contre toute mesure limitant la vente d'armes

"Les décisions du président sur les armes représentent une victoire importante pour la sécurité publique", a réagi sur Twitter l'ex-maire de New York Michael Bloomberg, impliqué de longue date dans ce combat. Avant même de connaître la teneur exacte des propositions présidentielles, les républicains avaient dénoncé l'initiative avec virulence. "Nous ne serons bientôt plus en mesure d'acquérir des armes", a lancé dans son style lapidaire le milliardaire Donald Trump, qui fait la course en tête dans le "Grand Old Party". À l'unisson, les candidats républicains à la Maison-Blanche ont promis d'effacer d'un trait de plume toute mesure sur ce thème. "Dès mon premier jour au pouvoir, tous ces décrets disparaîtront", a ainsi assuré le sénateur de Floride Marco Rubio.

 

Les opposants au durcissement des lois sur les armes mettent en avant le deuxième amendement de la Constitution qui stipule qu'"il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes". Mais ce paragraphe, ratifié en 1791, donne lieu à de multiples interprétations et est au coeur d'innombrables procédures judiciaires. Le président de la Chambre des représentants, le républicain Paul Ryan, a dénoncé le "mépris" du président pour les Américains qui tiennent à cet amendement : "Il agit comme si le droit de porter des armes était quelque chose qui devait être toléré alors que, comme l'a réaffirmé la Cour suprême en 2008, c'est fondamental."

 

Conscient qu'il existe une "forte tradition de possession d'armes" aux États-Unis, Barack Obama assure que les mesures qu'il présentera, scrutées à la loupe par les juristes de la Maison-Blanche, sont en tout point conformes à la Constitution et entrent pleinement dans le cadre de ses pouvoirs présidentiels. À moyen terme, le président américain reste cependant persuadé de la nécessité d'une évolution législative pour véritablement "prendre le problème à bras-le-corps". Jeudi soir, il tentera d'en convaincre les Américains lors d'une séance de questions-réponses, retransmise en direct sur CNN, à l'université George Mason, à Fairfax (Virginie, Est).

 

Source AFP / Publié le 05/01/2016 / Le Point.fr

 

http://www.lepoint.fr/monde/barack-obama-presente-ses-mesures-contre-les-armes-a-feu-05-01-2016-2007116_24.php


Afficher l'image d'origine


-----------------------------------------------

 

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

2 - Etats-Unis : en larmes, Obama présente ses mesures contre les armes à feu

 

Devant les journalistes, Barack Obama n'a pas retenu ses larmes. Durant son discours sur la question du contrôle des armes à feu mardi à la Maison-Blanche, le président américain était en pleurs au moment d'évoquer les enfants abattus par un déséquilibré à l'école de Sandy Hook en décembre 2012. «A chaque fois que je pense à ces enfants, ça me met en colère», a-t-il lancé.

Dans un pays vivant au rythme des fusillades, le président américain a souligné la nécessité de «ressentir l'urgence» d'agir pour un meilleur contrôle des armes à feu. «Les excuses constantes pour l'inaction ne marchent plus. Ne suffisent plus», a martelé le président Obama en citant Martin Luther King.

 

Afficher l'image d'origine  

(National Rifle Association (NRA) à Nashville)/


_ Le lobby des armes ne peut prendre l'Amérique «en otage»
Le président américain a également annoncé une série de réformes, estimant que le lobby des armes ne peut pas prendre l'Amérique «en otage». «Nous n'avons pas à accepter ça», a-t-il ajouté, en estimant que le Congrès, à majorité républicain et qui s'oppose fermement à toute modification de la législation en la matière, est lui tenu par ce lobby. 



L'initiative de Barack Obama a beau avoir une portée limitée, elle suscite en Amérique une véritable tempête politique. Car, assurant avoir le droit et l'écrasante majorité de la population de son côté, le président a décidé de passer outre le vote du Congrès en déclinant des décrets («executive orders») pour changer la donne sur cette question qu'il a choisie de placer au coeur de son dernier mandat.



Le président a garanti que ses décrets ne s'opposeront pas au Second Amendement à la Constitution, qui garantit aux Américains le droit de porter des armes. Je crois en le Second amendement, tel qu'il est écrit», a affirmé Barack Obama. «Peu importe combien de fois on tentera de modifier le sens de mes paroles, il s'agit de notre loi constitutionnelle. Mais je crois aussi qu'il existe des moyens de diminuer les violences par armes à feu en accord avec le Second amendement . Ce n'est pas un complot pour retirer ses armes à tout le monde.» 

 

Afficher l'image d'origine   

 

*************************

  

Afficher l'image d'origine  

 

_ Les mesures annoncées par Barack Obama

- Resserrer les critères d'obtention d'un permis de ventes d'armes afin d'y inclure aussi ceux qui vendent des fusils en ligne. Quiconque vendra des armes en ligne devra au préalable obtenir un permis des autorités. Une personne vendant des armes sans permis, même en ligne, risquera une peine de 5 ans de prison et une amende de 250 000 dollars.

- Améliorer la vérification des antécédents criminels des acheteurs de fusils. Le président Obama a demandé au FBI d'engager 230 examinateurs supplémentaires afin d'augmenter les effectifs du Système national de vérification rapide des antécédents (NCIS) de 50% et de permettre des vérifications 24 heures sur 24, sept jours par semaine.

- Exiger une vérification des antécédents criminels pour les personnes achetant des fusils parmi les «plus dangereux», comme des armes automatiques, par le biais de trusts, de sociétés ou d'organisations locales. Les personnes achetant ces armes par ces intermédiaires échappaient jusqu'à présent aux vérifications des antécédents.

- Le président Obama propose un «nouveau dialogue» avec les Etats du pays. Le but est de s'assurer que les autorités locales transmettent à la base de données nationale leurs informations criminelles sur des personnes présentant des troubles mentaux diagnostiqués ou reconnues coupables de violences familiales.

- Embauche de 200 agents et enquêteurs supplémentaires au Bureau des armes à feu, des explosifs, de l'alcool et du tabac (ATF) afin de renforcer l'application des lois en vigueur sur le contrôle des armes à feu.

- Rendre obligatoire la communication des vols d'armes à feu par les vendeurs. Les lois actuelles encadrant la responsabilité de transmettre ces informations demeurent «ambiguës» juge le président américain. Le Bureau des armes à feu, des explosifs, de l'alcool et du tabac (ATF) a ainsi «clarifié» cette semaine cette règle en rendant les vendeurs responsables de transmettre ces informations dès qu'ils découvrent le vol ou la perte d'une arme à feu.

- Augmenter de 500 millions de dollars l'aide aux personnes souffrant de troubles mentaux graves.

- Soutenir le développement de technologies pour accroître la sécurité des armes à feu. Une arme à feu intelligente - ou «smart gun» - peut par exemple s'activer uniquement lorsque manipulée par l'usager autorisé, ce qui empêche un enfant de tirer avec l'arme de ses parents.

 

05 Janv. 2016/ MAJ : 05 Janv. 2016/

 

http://www.leparisien.fr/international/video-etats-unis-en-larmes-obama-presente-ses-mesures-contre-les-armes-a-feu-05-01-2016-5423655.php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr


Afficher l'image d'origine


----------------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine   

 

3 - Barack Obama annonce des mesures urgentes contre les armes à feu

 

Le président américain estime qu'il est urgent d'agir pour empêcher les fusillades, devenues quotidiennes aux États-Unis. Une démarche polémique. Le président américain Barack Obama, par moments en larmes, a souligné mardi la nécessité de « ressentir l'urgence » d'agir sur la question du contrôle des armes à feu aux États-Unis, où les fusillades sont devenues quotidiennes.

« Nous devons ressentir l'urgence absolue maintenant, car les gens meurent. Et les excuses constantes pour l'inaction ne marchent plus. Ne suffisent plus », a répété le président Obama en citant Martin Luther King, lors d'un discours prononcé ce mardi à la Maison-Blanche.

 

Évoquant les enfants abattus par un déséquilibré à l'école de Sandy Hook en décembre 2012, le président n'a pu retenir ses larmes. « À chaque fois que je pense à ces enfants, ça me met en colère », a lancé Barack Obama. Le président américain, qui a annoncé lors de cette conférence une série de mesures visant à réformer le contrôle des armes, a également estimé que le lobby des armes ne peut pas prendre l'Amérique « en otage ». « Nous n'avons pas à accepter ça », a-t-il ajouté, en estimant que le Congrès, à majorité républicain et qui s'oppose fermement à toute modification de la législation en la matière, est, lui, tenu par ce lobby.

 

Afficher l'image d'origine


_ Campagne électorale

L'initiative du président, à la portée pourtant limitée, suscite en Amérique une véritable tempête politique. Assurant avoir le droit et l'écrasante majorité de la population de son côté, Barack Obama a décidé de court-circuiter le Congrès en déclinant des décrets pour changer la donne sur cette question qu'il place au coeur de son dernier mandat. Non : c'est la réplique des républicains à l'appel à la coopération du président, pour enrayer l'épidémie de morts par armes à feu. En pleine campagne électorale, les candidats républicains à la Maison-Blanche avaient prévenu qu'ils n'envisageaient aucun resserrement des lois sur les ventes d'armes à feu. Dont acte mardi, après l'annonce par le président américain de décrets étendant les vérifications d'antécédents criminels et psychiatriques à des ventes réalisées sur internet et dans les salons spécialisés, qui se font aujourd'hui sans contrôle.

« Au lieu de confisquer les armes des citoyens respectueux de la loi, comme Obama et Clinton veulent le faire, nous devons empêcher les armes de tomber entre les mains des terroristes qui veulent tuer d'innocents Américains », a commenté Jeb Bush, candidat à la primaire de son parti.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Le puissant lobby des armes à feu

Les républicains interprètent toute nouvelle disposition sur les ventes d'armes comme une remise en cause du deuxième amendement de la Constitution, qui inscrit « le droit du peuple de détenir et de porter des armes ». Ils sont soutenus par le lobby des armes à feu, la National Rifle Association, forte de millions de membres et très active en période électorale. Politiquement, l'initiative de Barack Obama s'inscrit, selon eux, dans une pratique abusive du pouvoir exécutif, qu'ils avaient déjà dénoncée quand le président a agi dans le domaine de l'immigration et de l'environnement. « Nous ne battrons pas les méchants en confisquant nos armes. Nous battrons les méchants en utilisant nos armes », a dit lundi à des journalistes le candidat ultraconservateur aux primaires Ted Cruz. « Si je suis élu président, j'abrogerai chacun des décrets illégaux et anticonstitutionnels signés par Barack Obama. »

 

Son rival Marco Rubio avait lui aussi promis lundi d'abroger les nouvelles mesures de Barack Obama. « Les actes du président n'ont rien à voir avec la protection des Américains et tout à voir avec son agenda politique », a condamné le docteur Ben Carson mardi sur Twitter. Même rejet au Congrès, par où toute réforme significative devra in fine passer. Les républicains y contrôlent la majorité à la fois à la Chambre des représentants et au Sénat, ne laissant aucun espoir de réforme jusqu'aux élections de novembre. L'homme fort du Sénat, Mitch McConnell, a même annoncé mardi que le Congrès allait examiner la légalité des nouvelles annonces de Barack Obama.

 

Par (avec AFP) / Publié le

 

http://www.lepoint.fr/monde/barack-obama-annonce-des-mesures-urgentes-contre-les-armes-a-feu-05-01-2016-2007306_24.php


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


---------------------------------------------------


Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

 

 





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ MAUVAISE GOUVERNANCE : le réveil tardif des juges et des militaires contre les crimes politiques, économiques et l’arbitraire

» ASIE/ DEFENSE ET SECURITE/ ECONOMIE : persistance des défis économiques et sécuritaires, risques de guerre majeure

» MONDE/ NOBEL 2017 : les lauréats du Prix Nobel 2017

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : raccourcis démocratiques, violences antidémocratiques et clairvoyances économiques

» AFRIQUE/ FONDS DORMANTS/ FONDS ILLICITES/ CORRUPTION ET FRAUDES : ces capitaux qui ne profitent pas au continent

» AFRIQUE/ RENOUVEAU : perspectives politiques, perspectives économique et sociale

» FRANCE/ TERRITOIRES/ Ex-Colonies : attentes de renouveau, de leadership éclairé et de développement véritable

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ POLITIQUE : réformes importantes, gouvernance et perspectives

» SANTE/ ALIMENTATION ET HYGIENE/ ALIMENTS DANGEREUX : ces aliments qui ne sont pas des nutriments

» MONDE/ DROGUES/ CRIMES ET NARCOTRAFIC : comment mettre fin à la puissance des cartels et des criminels de la drogue ?

» AFRIQUE/ LIBYE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TERRORISME : une puissance politique et économique africaine incapable de surmonter ses crises (où sont-ils passés ces démocrates qui ont déstabilisé durablement la Libye ?)

» MONDE/ SPORT/ BOXE/ MUHAMMAD ALI : décès d’un champion de la boxe et d’une légende du sport (j’ai aimé la boxe avec Muhammad Ali, j’ai cessé de m’intéresser à la boxe après Ali)

» MONDE / ALLEMAGNE/ GENOCIDE ARMENIEN : la nouvelle Allemagne reconnait le génocide arménien (condamnation du passé hitlérien de l’ancienne Turquie/Empire ottoman)

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ THOMAS SANKARA : le Burkina Faso redécouvre son ancien leader, 28 ans après (mieux vaut tard que jamais)

» MONDE/ SYRIE/ GUERRE CONTRE LE TERRORISME : l’aide militaire décisive de la Russie à l'Etat syrien va contribuer à imposer la paix

» MONDE/ RUSSIE/ CONFLIT SYRIEN : le Président Vladimir Poutine à propos du conflit syrien et du monde multipolaire actuel

» AFRIQUE/ TCHAD : Le Tchad exécute 10 membres présumés de Boko Haram, dès le lendemain de leur condamnation

» AFRIQUE/BURUNDI/ VIOLENCES POLITIQUES/ CRISE ET DESTABILISATION : savoir mener les bons combats qui garantissent la démocratie, la paix et la stabilité du pays

» AFRIQUE/ OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT : Corruption et développement en Afrique…

» EVEIL (Page noire d’Afrique)

» MONDE/ UE-FRANCE/ TERRORISME : les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué une douzaine de personnes au nom de leur conception religieuse haineuse

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL : Le président Alassane Ouattara à l’inauguration du stade international d’Akwa Ibom à Uyo (Nigéria)

» Etat fédéral et Etat unitaire en Afrique : forces et faiblesses en matière de développement

» AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

» AFRIQUE/ POLLUTION ET ENVIRONNEMENT/ SANTE PUBLIQUE : crise environnementale et menaces

» AFRIQUE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : le sous-développement socioéconomique et scientifique et l’extrême pauvreté peuvent perdre l’Afrique

» AFRIQUE/ AGRICULTURE/ PAIX ET SECURITE : l’émergence d’un continent freinée par des guerres nouvelles et des campagnes orchestrées d’insécurité

» SCIENCE/ MEDECINE/ ALERTE MEDICALE : les maladies cardio-vasculaires

» SYRIE/ UKRAINE/ REBELLION ET DEMOCRATIE : de nouveaux présidents élus dans des pays durablement déstabilisés par des forces démocratiques anachroniques

» AFRIQUE/ NIGERIA/ PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE ET TERRORISME : regain d’activités terroristes intempestives et barbares

» SCIENCE ET TECHNOLOGIE/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : vers quel futur ?

» AFRIQUE/ POLITIQUE ET VIOLENCES : ces guerres sales qui détruisent l’Afrique

» INTOLERANCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : peut-on mettre fin à la haine dans les rapports entre les humains?

» APARTHEID : L'apartheid vaincu par l’Afrique du Sud et la communauté internationale


Haut de page