EVEIL


Publié le 03/06/2016 à 01:41:27
MONDE / ALLEMAGNE/ GENOCIDE ARMENIEN : la nouvelle Allemagne reconnait le génocide arménien (condamnation du passé hitlérien de l’ancienne Turquie/Empire ottoman)




0.1 – « Allemagne/ Génocide arménien : Le Bundestag reconnaît le génocide arménien, Ankara rappelle son ambassadeur : Les 630 députés du Bundestag ont adopté jeudi une résolution parlementaire reconnaissant le génocide des Arméniens par les forces ottomanes en 1915. En représailles, la Turquie a rappelé son ambassadeur en Allemagne. Le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, a voté jeudi 2 juin à une majorité écrasante une résolution reconnaissant le génocide des Arméniens par les forces ottomanes en 1915, un texte vivement combattu par Ankara. Seul un député a voté contre et un autre s'est abstenu lors du vote, a annoncé le président de la chambre basse, le conservateur Norbert Lammert. Le vote ayant eu lieu à main levée, les voix en faveur du texte n'ont pas été décomptées. En représailles, la Turquie a rappelé son ambassadeur en Allemagne. En déplacement à Nairobi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé que le vote des députés allemands allait "considérablement affecter" les relations entre les deux pays. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

02 – « Le génocide arménien (24 avril 1915) : Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople (*), capitale de l'empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C'est le début d'un génocide, le premier du XXe siècle. Il va faire environ 1,2 à 1,5 million de victimes dans la population arménienne de l'empire turc (ainsi que plus de 250.000 dans la minorité assyro-chaldéenne des provinces orientales et 350.000 chez les Pontiques, orthodoxes hellénophones de la province du Pont). »

 

Déportation de villageois arméniens par la police ottomane (1915) Afficher l'image d'origine

 

----------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Lawmakers vote to recognize the Armenian genocide after a debate during the 173rd sitting of the Bundestag, the lower house of the German parliament, in Berlin on June 2, 2016. © AFP

 

1 - Les députés allemands reconnaissent le génocide arménien

 

La résolution a été adoptée malgré les critiques de la Turquie. "Nous ne nous laisserons pas intimider", a commenté le président du Bundestag. Les députés allemands ont adopté jeudi une résolution reconnaissant le génocide arménien, un vote contesté avec véhémence par la Turquie, partenaire-clé mais difficile notamment sur la question cruciale de la crise migratoire en Europe. La Turquie a aussitôt rappelé son ambassadeur en Allemagne, a annoncé le Premier ministre turc Binali Yildirim. Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a pour sa part espéré que la Turquie ne réagira pas de manière « excessive ». « Ceci est une décision en toute indépendance du Bundestag allemand. Comme attendu, la Turquie a réagi à ce sujet et j'espère que nous arriverons dans les jours et semaines à venir à éviter qu'il n'y ait des réactions excessives », a-t-il dit, selon un communiqué, lors d'un déplacement en Argentine.

 

 

_ « Danke »

Ce vote risque en effet de compliquer encore des relations déjà tendues avec Ankara notamment sur l'application d'un accord controversé entre l'Union européenne et la Turquie, porté par Berlin, qui a permis de réduire considérablement l'afflux de migrants en Europe. Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace de ne pas appliquer ce pacte, faute d'obtenir à ses conditions une exemption de visas Schengen pour ses concitoyens. Le texte intitulé « Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans » a été adopté à la quasi-unanimité des présents (une voix contre et une abstention) à la mi-journée alors que des personnes présentes dans le public ont brandi des panneaux sur lesquels on pouvait lire « Danke » (merci).

 


_ « Erreur historique »

Quelques minutes après le vote, la Turquie a qualifié l'adoption du texte d'« erreur historique » de l'Allemagne, considérant cette résolution comme « nulle et non avenue », tandis que l'Arménie saluait « un apport appréciable de l'Allemagne à la reconnaissance et à la condamnation internationale du génocide arménien ». En ouverture des débats au Bundestag, Norbert Lammert, le président du Bundestag, chambre basse du Parlement allemand, avait souligné que cette assemblée n'était ni « un tribunal » ni une « commission d'historiens », mais que les députés allemands prenaient « leurs responsabilités » en se prononçant sur une telle résolution. Il a déploré les « nombreuses menaces, y compris de mort », ayant visé certains députés en amont de ce débat, notamment les élus ayant des origines turques. L'Allemagne compte près de 3 millions d'habitants d'origine turque, une des plus grandes diasporas au monde. Ces menaces sont « inacceptables » et « nous ne nous laisserons pas intimider », a-t-il ajouté. La majorité des orateurs a pris soin de souligner que cette résolution ne visait pas les autorités turques actuelles mais le gouvernement Jeune Turc de l'époque, responsable des massacres de 1915.

 

 

_ « Un véritable test de l'amitié » entre l'Allemagne et la Turquie

À quelques heures du vote, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, depuis Ankara avait estimé que l'initiative de la chambre basse du Parlement constituait « un véritable test de l'amitié » entre l'Allemagne et la Turquie. Le président Recep Tayyip Erdogan avait, lui, téléphoné mardi à la chancelière Angela Merkel pour dénoncer un « piège » qui pourrait « détériorer toutes (leurs) relations avec l'Allemagne ».

Dans le texte, le Bundestag « nomme par son nom ce qu'a été la réalité des massacres commis (...), à savoir un génocide », a expliqué Franz Josef Jung, le vice-président du groupe parlementaire conservateur (CDU/CSU) à l'origine de cette résolution avec les sociaux-démocrates du SPD et le groupe d'opposition des Verts. La résolution déplore en outre « le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l'Empire ottoman (...), n'a rien entrepris pour stopper ce crime contre l'humanité ». Angela Merkel n'était pas présente pour assister aux débats et voter sur ce texte mais, lors d'un vote-test au sein du groupe parlementaire conservateur, elle avait soutenu la résolution. L'un des responsables du groupe d'opposition de la gauche radicale Die Linke, Gregor Gysi, a critiqué l'absence de la chancelière, comme celle du vice-chancelier et chef du SPD Sigmar Gabriel : « Ce n'est pas particulièrement courageux. »

 

 

_ « Guerre civile »

Les potentiels remous causés par la résolution inquiètent jusque dans les rangs du gouvernement allemand. Le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a déjà exprimé des réserves et son porte-parole a dit « espérer » qu'il ne causerait pas de « perturbation durable des relations avec la Turquie ». La résolution du Bundestag constitue un pas supplémentaire vers une reconnaissance officielle en Allemagne du génocide des Arméniens, après que le président allemand a, le premier, utilisé le terme de génocide pour qualifier les massacres commis contre les Arméniens en 1915. Mais le texte n'engage pas le gouvernement d'Angela Merkel. Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l'Empire ottoman. Nombre d'historiens et plus de vingt pays, dont la France, l'Italie et la Russie, ont reconnu un génocide. La Turquie affirme pour sa part qu'il s'agissait d'une guerre civile, doublée d'une famine, dans laquelle 300 000 à 500 000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

 

Source AFP / Modifié le 02/06/2016/ Publié le 02/06/2016/ Le Point.fr

 

http://www.lepoint.fr/monde/les-deputes-allemands-reconnaissent-le-genocide-armenien-02-06-2016-2043887_24.php


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


-----------------------------------------

  

German MPs are seen after German MPs approved the Armenian 'genocide' resolution at the German Parliament (Bundestag) in Berlin, Germany on June 2, 2016. The resolution refers to the deportation of Armenians without reference to the deaths of Muslim Ottomans during World War I.  

  

2 - Le Bundestag reconnaît le génocide arménien, Ankara rappelle son ambassadeur

 

Les 630 députés du Bundestag ont adopté jeudi une résolution parlementaire reconnaissant le génocide des Arméniens par les forces ottomanes en 1915. En représailles, la Turquie a rappelé son ambassadeur en Allemagne. Le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, a voté jeudi 2 juin à une majorité écrasante une résolution reconnaissant le génocide des Arméniens par les forces ottomanes en 1915, un texte vivement combattu par Ankara. Seul un député a voté contre et un autre s'est abstenu lors du vote, a annoncé le président de la chambre basse, le conservateur Norbert Lammert. Le vote ayant eu lieu à main levée, les voix en faveur du texte n'ont pas été décomptées. En représailles, la Turquie a rappelé son ambassadeur en Allemagne. En déplacement à Nairobi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé que le vote des députés allemands allait "considérablement affecter" les relations entre les deux pays.

 

 

_ Merkel absente lors vote

Dans le texte intitulé "Souvenir et commémoration du génocide des Arméniens et d'autres minorités chrétiennes il y a 101 ans", le Bundestag "déplore les actes commis par le gouvernement Jeunes Turcs de l'époque, qui ont conduit à l'extermination quasi totale des Arméniens". Il reconnaît aussi "le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l'empire ottoman (...) n'a rien entrepris pour stopper ce crime contre l'Humanité". "Le sort des Arméniens est exemplaire dans l'histoire des exterminations de masse, du nettoyage ethnique, des déportations, et oui, des génocides qui ont marqué le XXe siècle de terrible façon", lit-on dans le texte de la déclaration. Côté gouvernement allemand, Angela Merkel n'a pas participé au vote en raison d'autres obligations, mais elle a soutenu le texte lors d'un scrutin test mardi au sein du groupe parlementaire conservateur, selon une porte-parole, Christiane Wirtz.

Toujours est-il que le moment du vote de cette résolution est malvenu pour la chancelière, qui joue son avenir politique sur l'accord conclu en mars avec la Turquie par lequel Ankara a accepté d'endiguer le flot de migrants arrivant en Europe en échange d'avantages divers, en matière de visas notamment, et de l'accélération des discussions sur l'entrée de la Turquie dans l'UE.

 

Germans with Turkish roots protest before the German Parliament on Wednesday, expressing their opposition to a resolution to recognize as genocide the killing of Armenians by Ottoman Turks starting in 1915. The resolution passed overwhelmingly on Thursday.  

 

_ "Ne pas se laisser impressionner par la Turquie"

La Turquie, qui estime que la mort de 1,5 million d'Arméniens en 1915-1916 sur son territoire actuel "n'est pas un génocide", avait déjà haussé le ton contre l’Allemagne, où vit une importante communauté turque. Mardi, le président Erdogan avait téléphoné à la chancelière Angela Merkel pour lui faire part de ses "inquiétudes". Mercredi, son Premier ministre, Binali Yildirim, avait estimé que le vote constituerait "un véritable test de l'amitié" entre Ankara et Berlin. Dans une interview au quotidien allemand Bild mercredi, le président arménien Serge Sarkissian avait lui encouragé les députés allemands à ne pas se laisser "intimider" par la Turquie. "Ce ne serait pas juste de ne pas nommer génocide le génocide des Arméniens uniquement parce que cela met en colère le chef d'État d'un autre pays", a déclaré M. Sarkissian, en référence au président turc. Selon lui, l'accord sur les migrants conclu avec l'Union européenne, sera de toute façon "difficile à appliquer dans la durée avec un partenaire comme la Turquie".

 

L'an dernier, quand l'Autriche a voté une déclaration de reconnaissance du génocide arménien, la Turquie avait rappelé son ambassadeur à Vienne et évoqué "des effets négatifs permanents" dans les relations diplomatiques entre les deux pays. Plus de 20 pays, dont la France par la loi du 29 janvier 2001, ont reconnu le génocide des Arméniens, suscitant la colère de la Turquie, qui nie toujours l'organisation d'une campagne pour leur élimination systématique. 


Avec AFP et Reuters/ Première publication : 02/06/2016/ Texte par FRANCE 24  / Dernière modification : 02/06/2016

 

http://www.france24.com/fr/20160602-allemagne-deputes-bundestag-vote-reconnaissance-genocide-armenien-turquie


Afficher l'image d'origine  


--------------------------------------------

 

 

 

 

3 - HISTOIRE/ Fureur turque après la reconnaissance du génocide arménien par l'Allemagne

 

La Turquie a réagi avec colère jeudi à l’adoption à la quasi-unanimité par les députés allemands d’une résolution qui reconnaît le génocide arménien, rappelant son ambassadeur à Berlin et menaçant d’une riposte en pleine crise migratoire. «Cette résolution va sérieusement affecter les liens turco-allemands», a averti le président turc Recep Tayyip Erdogan. Il a promis que des «démarches» seraient entreprises à son retour en Turquie.

 

 

_ Violente charge du ministre turc de la Justice

Une manifestation était prévue devant le consulat allemand à Istanbul. Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a lui annoncé le rappel «pour des consultations» de l’ambassadeur en Allemagne. Plus virulent encore, le ministre de la Justice Bekir Bozdag, cité par le quotidien Milliyet, a renvoyé l’Allemagne à son passé nazi : «D’abord, vous brûlez des juifs dans des fours et ensuite vous venez accuser le peuple turc de cette calomnie de génocide». Le chargé d’affaires de l’ambassade d’Allemagne a également été convoqué au ministère turc des Affaires étrangères.

 

 

_ Merkel tente de calmer le jeu

La chancelière allemande Angela Merkel a quant à elle souligné peu après le vote auquel elle n’a pas participé que son gouvernement voulait favoriser «le dialogue entre l’Arménie et la Turquie» et que les trois millions de personnes d’origine turque vivant en Allemagne en «étaient et restaient» des citoyens à part entière. Ce vote complique des relations déjà tendues avec Ankara notamment sur l’application d’un accord controversé entre l’Union européenne et la Turquie, porté par Berlin, qui a considérablement réduit l’afflux de migrants en Europe. Partenaire incontournable sur ce dossier, la Turquie menace de ne pas appliquer ce pacte, faute d’obtenir à ses conditions une exemption de visas Schengen pour ses citoyens.

 

AFP / 02/06/2016/  

 

http://www.dna.fr/actualite/2016/06/02/les-deputes-allemands-reconnaissent-le-genocide-armenien

 

---------------------------------------

 

 

 

 

4 - Le génocide arménien (24 avril 1915) :

 

Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople (*), capitale de l'empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C'est le début d'un génocide, le premier du XXe siècle. Il va faire environ 1,2 à 1,5 million de victimes dans la population arménienne de l'empire turc (ainsi que plus de 250.000 dans la minorité assyro-chaldéenne des provinces orientales et 350.000 chez les Pontiques, orthodoxes hellénophones de la province du Pont).

 

 

_ Un empire composite

Aux premiers siècles de son existence, l'empire ottoman comptait encore une majorité de chrétiens (Slaves, Grecs, Arméniens, Caucasiens, Assyriens....). En Anatolie, au coeur de la Turquie actuelle, les chrétiens représentaient 30% à 40% de la population. Ils jouaientun grand rôle dans le commerce et l'administration, et leur influence s'étendait au Sérail, le palais du sultan. Ces « protégés » (dhimmis en arabe coranique) étaient du fait de ce statut de subordination soumis à de lourds impôts ; ils avaient l'interdiction de porter les armes et de posséder un cheval, ce qui les mettait dans l'incapacité de se défendre ; ils ne pouvaient plaider en justice contre un musulman qui les aurait dépouillés ou violentés !


Les premiers sultans, souvent nés d'une mère chrétienne, témoignaient néanmoins d'une relative bienveillance à l'égard des Grecs orthodoxes et des Arméniens monophysites. Ces derniers étaient surtout établis dans l'ancien royaume d'Arménie, au pied du Caucase, premier royaume de l'Histoire à s'être rallié au christianisme ! Ils étaient majoritaires aussi en Cilicie, une province du sud-ouest de l'Asie mineure que l'on appelait parfois « Petite-Arménie ». On en retrouvait à Istamboul ainsi que dans les villes libanaises et à Jérusalem. L'empire ottoman comptait environ 2 millions d'Arméniens à la fin du XIXe siècle sur une population totale de 36 millions d'habitants.

 

 

_ Ébauche de génocide

Malgré une tentative de modernisation par le haut, dans la période du Tanzimat, de 1839 à 1876, l'empire ottoman entre dans une décadence accélérée. Le sultan Abdul-Hamid II, humilié par le congrès de Berlin de 1878, attise sans vergogne les haines religieuses pour consolider son pouvoir (les derniers tsars de Russie font de même dans leur empire). Entre 1894 et 1896, comme les Arméniens réclament des réformes et une modernisation des institutions, le sultan en fait massacrer 200.000 à 250.000 avec le concours diligent des montagnards kurdes. À Constantinople même, la violence se déchaîne contre les Arméniens du grand bazar, tués à coups de gourdin. Un million d'Arméniens sont dépouillés de leurs biens et quelques milliers convertis de force. Des centaines d'églises sont brûlées ou transformées en mosquées... Rien qu'en juin 1896, dans la région de Van, au coeur de l'Arménie historique, pas moins de 350 villages sont rayés de la carte.

 

Ces massacres planifiés ont déjà un avant-goût de génocide. Mais le « Sultan rouge » fait le maximum pour dissimuler son forfait et paie même  la presse européenne pour qu'elle fasse silence sur les massacres. Abdul-Hamid II joue par ailleurs la carte de chef spirituel de tous les musulmans en sa qualité de calife. Il fait construire le chemin de fer du Hedjaz pour faciliter les pèlerinages à La Mecque. Il se rapproche aussi de l'Allemagne de Guillaume II. Malgré ses efforts, il ne peut empêcher l'insurrection des « Jeunes-Turcs »Ces jeunes officiers, à l'origine du sentiment national turc, lui reprochent de livrer l'empire aux appétits étrangers et de montrer trop de complaisance pour les Arabes. Le 27 avril 1909, les Jeunes-Turcs installent sur le trône un nouveau sultan, Mohamed V, sous l'étroite surveillance d'un Comité Union et Progrès (CUP, en turc Ittihad) dirigé par Enver pacha (27 ans).

 

Soucieux de créer une nation turque racialement homogène, ils multiplient les exactions contre les Arméniens d'Asie mineure dès leur prise de pouvoir. On compte ainsi 20.000 à 30.000 morts à Adana (Cilicie) le 1er avril 1909...

Ils lancent des campagnes de boycott des commerces tenus par des Grecs, des Juifs ou des Arméniens, en s'appuyant sur le ressentiment et la haine des musulmans turcs refoulés des Balkans. Ils réécrivent l'Histoire en occultant la période ottomane, trop peu turque à leur goût, et en rattachant la race turque aux Mongols de Gengis Khan, aux Huns d'Attila, voire aux Hittites de la haute Antiquité.

 

 

_ La Turquie dans la guerre de 1914-1918

Le 1er novembre 1914, l'empire ottoman entre dans la Grande Guerre aux côtés des Puissances centrales, les empires allemand et austro-hongrois,  contre la Russie et les Occidentaux. Les Turcs tentent de soulever en leur faveur les Arméniens de Russie. Mal leur en prend... Bien qu'en nombre supérieur, ils sont défaits par les Russes à Sarikamish le 29 décembre 1914. L'empire ottoman est envahi. L'armée turque perd 100.000 hommes. Dans l'hiver 1914, elle bat en retraite et, exaspérée, multiplie les violences à l'égard des chrétiens dans les territoires qu'elle traverse, qu'ils soient Arméniens, Assyro-Chaldéens ou Pontiques (grecs orthodoxes de la province du Pont, sur la mer Noire).

 

Par ailleurs, malgré le comportement exemplaire des 120.000 soldats arméniens de l'armée ottomane (on a ainsi compté moins de désertions dans leurs rangs que chez leurs homologues turcs), Enver Pacha ordonne dès février 1915 qu'ils soient retirés du front, désarmés et affectés à l'arrière à des bataillons de travail. Dans les semaines qui vont suivre, ils vont être systématiquement exécutés. Dans ces conditions, les Russes n'ont guère de mal à retourner en leur faveur les Arméniens mais aussi les Assyro-Chaldéens des provinces orientales de la Turquie. Le 7 avril 1915, la ville de Van, à l'est de la Turquie, se soulève et proclame un gouvernement arménien autonome. Dans le même temps, à l'initiative du Lord britannique de l'Amirauté, un certain Winston Churchill, les Français et les Britanniques préparent un débarquement dans le détroit des Dardanelles en vue de se saisir de Constantinople.

 

  

_ Le génocide

Les Jeunes-Turcs profitent des troubles pour accomplir leur dessein d'éliminer la totalité des Arméniens et des Assyro-Chaldéens de l'Asie mineure, une région qu'ils considèrent comme le foyer national exclusif du peuple turc. Ils procèdent avec méthode et brutalité. Le ministre de l'Intérieur Talaat Pacha ordonne l'assassinat des élites arméniennes de la capitale. C'est ensuite le tour des nombreuses populations arméniennes des sept provinces orientales (les Arméniens des provinces arabophones du Liban et de Jérusalem ne seront jamais inquiétés). Dans un premier temps, les agents du gouvernement rassemblent les hommes de moins de 20 ans et de plus de 45 ans et les éloignent de leur région natale pour leur faire accomplir des travaux épuisants. Beaucoup d'hommes sont aussi tués sur place.

 

 

- 1915 : déportations meurtrières

Dans une première étape, l'objectif officiel est de déplacer les Arméniens et autres chrétiens des provinces orientales d'Anatolie vers Alep et des camps installés dans le désert de Syrie. La « Loi provisoire de déportation » du 27 mai 1915 fixe le cadre réglementaire de la déportation des survivants ainsi que de la spoliation des victimes. Dans les villages qui ont été quelques semaines plus tôt privés de leurs notables et de leurs jeunes gens, militaires et gendarmes ont toute facilité à réunir les femmes et les enfants. Ces malheureux sont réunis en longs convois et déportés vers Deir ez-Zor, sur l'Euphrate, une région désertique de la Syrie ottomane. Les marches se déroulent sous le soleil de l'été, dans des conditions épouvantables, sans vivres et sans eau, sous la menace constante des montagnards kurdeset tcherkesses, trop heureux de pouvoir librement exterminer leurs voisins et rivaux. Elles débouchent en général sur une mort rapide.

 

Survivent toutefois une centaine de milliers de jeunes femmes ou d'adolescentes (parmi les plus jolies) ; celles-là sont enlevées par les Turcs ou les Kurdes pour être vendues comme esclaves ou converties de force à l'islam et mariées à des familiers (en ce début du XXIe siècle, beaucoup de Turcs sont troublés de découvrir qu'ils descendent ainsi d'une jeune chrétienne d'Arménie arrachée à sa famille et à sa culture). En septembre, après les habitants des provinces orientales, vient le tour des Arméniens de Cilicie. Ils sont aussi convoyés vers le désert de Syrie dans des wagons à bestiaux puis transférés dans des camps de concentration en zone désertique où ils ne tardent pas à succomber à leur tour, loin des regards indiscrets. Au total disparaissent pendant l'été 1915 les deux tiers de la population arménienne sous souveraineté ottomane. Ajoutons à cela la disparition des Assyro-Chaldéens des provinces orientales de Diarbékir, Erzeroum et Bitlis, généralement associés à leurs voisins arméniens dans les déportations et les massacres.

 

 

- 1916 : massacres de masse

Dans une ultime phase, le gouvernement turc décide de liquider, de toutes les manières possibles, les 700.000 malheureux qui ont survécu aux marches de la mort et sont parquées dans les camps de Syrie. Voici le texte d'un télégramme transmis par le ministre à la direction des Jeunes-Turcs de la préfecture d'Alep : « Le gouvernement a décidé de détruire tous les Arméniens résidant en Turquie. Il faut mettre fin à leur existence, aussi criminelles que soient les mesures à prendre. Il ne faut tenir compte ni de l'âge, ni du sexe. Les scrupules de conscience n'ont pas leur place ici ». Seules vont subsister les communautés arméniennes de Smyrne, d'Istamboul et du Proche-Orient, trop en vue des diplomates occidentaux, ainsi que les communautés assyro-chaldéennes de Mésopotamie, trop éloignées.

 

 

_ Les Européens et le génocide

En Occident, les informations sur le génocide émeuvent l'opinion mais le sultan se justifie en arguant de la nécessité de déplacer les populations pour des raisons militaires ! Le gouvernement allemand, allié de la Turquie, censure les informations sur le génocide. L'Allemagne entretient en Turquie, pendant le conflit, une mission militaire très importante (jusqu'à 12.000 hommes). Et après la guerre, c'est en Allemagne que se réfugient les responsables du génocide, y compris Talaat Pacha. Ce dernier est assassiné à Berlin le 16 mars 1921 par un jeune Arménien, Soghomon Tehlirian. Mais l'assassin sera acquitté par la justice allemande, preuve si besoin est d'une réelle démocratisation de la vie allemande sous le régime républicain issu de Weimar !

 

Le traité de Sèvres signé le 10 août 1920 entre les Alliés et le nouveau gouvernement de l'empire ottoman prévoit la mise en jugement des responsables du génocide. Mais le sursaut nationaliste du général Moustafa Kémal bouscule ces bonnes résolutions. D'abord favorable à ce que soient punis les responsables de la défaite et du génocide, Moustafa Kémal se ravise car il a besoin de ressouder la nation turque face aux Grecs et aux Occidentaux qui menacent sa souveraineté. Il décrète une amnistie générale, le 31 mars 1923.

 

La même année, le général parachève la « turcisation » de la Turquie en expulsant les Grecs qui y vivaient depuis la haute Antiquité. Istamboul, ville aux deux-tiers chrétienne en 1914, devient dès lors exclusivement turque et musulmane. À la vérité, c'est seulement dans les années 1980 que l'opinion publique occidentale a retrouvé le souvenir de ce génocide, à l'instigation de l'Église arménienne et des jeunes militants de la troisième génération, dont certains n'ont pas hésité à recourir à des attentats contre les intérêts turcs.

 

Publié ou mis à jour le : 2016-04-24 11/

 

https://www.herodote.net/24_avril_1915-evenement-19150424.php

 

---------------------------------------

 

 

 

 

5 - Histoire/ génocide arménienne : La Question arménienne*

 

La majorité des Arméniens se trouvaient dans l’Empire ottoman, essentiellement dans les sept provinces orientales de l’empire (Van, Bitlis, Erzeroum, Diyarbékir, Kharpout, Sivas, Trébizonde) et en Cilicie (Petite Arménie). En dehors des régions  historiquement arméniennes, existaient aussi d’importantes communautés dispersées sur tout le territoire, en  particulier à Constantinople, où le patriarche était le représentant de la nation devant les autorités. Avant le début du processus d’extermination (1894), il y avait sur le territoire de la Turquie actuelle trois millions d’Arméniens et autant de Turcs ; l’autre moitié était composée d’une véritable mosaïque de peuples (Kurdes, Grecs, Assyro-Chaldéens, Lazes, Tcherkesses, etc.).

En 1914, les Arméniens n’étaient plus que 2 250 000 (suite aux massacres, conversions forcées à l’islam et à l’exil).

 

Dans l’Empire ottoman, les Arméniens subissaient une discrimination officielle. Ils étaient considérés comme des citoyens de seconde catégorie qui devaient payer plus d’impôts. Ils n’avaient pas le droit de porter des armes (contrairement aux musulmans), ne pouvaient pas témoigner devant les tribunaux. Dans leur grande majorité, les Arméniens étaient des paysans pauvres qui devaient en plus subir les violences des nomades kurdes armés venant régulièrement les rançonner.

Avec la décadence de l’empire au XIXe siècle, la situation des Arméniens ne fit qu’empirer ; parallèlement, les peuples dominés s’émancipaient au fur et à mesure. La déclaration d’indépendance de la Grèce en 1821 marqua le début du démembrement de l’Empire ottoman.

 

On peut situer le début de l’émergence de la Question arménienne à la guerre russo-turque de 1877-1878. Après la défaite de la Turquie, le traité de San Stefano, signé en mars 1878, accordait l’indépendance à la Serbie, au Monténégro, à la Roumanie et l’autonomie à la Bulgarie.

 

L’Arménie obtint, pour sa part, d’après l’article 16, des réformes assurant la protection de ses habitants. Les Arméniens n’en demandaient pas plus à l’époque. La Russie, d’après ce traité, annexait une partie de l’Arménie turque et ne devait se retirer de l’autre partie (de l’Arménie turque qu’elle occupait), seulement après l’application des réformes.

 

Mais l’Angleterre, ainsi que l’Allemagne et l’Autriche, voyaient d’un très mauvais œil la future et prévisible indépendance de l’Arménie. Quelques mois plus tard, au congrès de Berlin qui conduisit à la révision  du traité de San Stefano, l’Anglais Salisbury fit transformer l’article 16 en...  61, en y rajoutant une phrase assassine qui rendait très aléatoire l’application des réformes. En guise de remerciements, l’Angleterre reçut comme cadeau des Turcs l’île de Chypre.

 

Les représailles reprirent de plus belle. Des tribus kurdes organisées et armées par le gouvernement répandaient plus que jamais la terreur dans les provinces arméniennes, particulièrement les territoires d’où l’armée russe s’était récemment retirée.

En 1879, le Grand Vizir déclare : « Aujourd’hui, même l’intérêt de l’Angleterre exige que notre pays soit à l’abri de toute intervention étrangère et que tout prétexte à cette intervention soit éliminé. Nous, Turcs et Anglais, non seulement nous méconnaissons le mot Arménie, mais encore nous briserons la mâchoire de ceux qui prononceront ce nom. Aussi, pour assurer l’avenir, dans ce but sacré, la raison d’état exige que tous les éléments suspects disparaissent.

 

Nous supprimerons donc et ferons disparaître à jamais le peuple arménien. Pour y parvenir rien ne nous manque : nous avons à notre disposition les Kurdes, les Tcherkesses, les gouverneurs de province, les percepteurs, les agents de police, en un mot tous ceux qui font la guerre sainte à un peuple qui n’a ni armes ni moyens de défense. Nous, au contraire, nous avons une armée et des armes, et la protectrice de nos possessions en Asie Mineure est la plus grande et la plus riche des puissances du monde. »  L’intention des Turcs, dès 1879, de « faire disparaître à jamais le peuple arménien », d’après les propres paroles du Grand Vizir, ne peut pas être plus claire.

 

 

_ La résistance s’organise

Les Arméniens commencent bientôt à s’organiser. La première organisation de combat naît : c’est le parti Armenakan, créé à Van en plein cœur de l’Arménie, en 1885. Les deux autres partis, le Hentchak, créé en 1887 à Genève et le Dachnak, créé en 1890 à Tiflis, ont tous les deux des philosophies révolutionnaires marxistes et sont plutôt partisans d’actions violentes et spectaculaires ; ce qui n’est pas le cas des Armenakans.

Les fédaïs arméniens commencent à se faire connaître par leurs actions héroïques de défense du peuple contre les Kurdes et l’armée turque. Ils suscitent toute une légende populaire à travers de nombreux chants et poèmes. Nombreux furent ces héros issus du peuple à vouer leur vie à la libération de leur patrie. Le plus prestigieux d’entre eux fut sans aucun doute Antranik (1865-1927), originaire de Chabin-Karahissar (Arménie mineure) et vénéré par le peuple arménien.

 

 

_ Le génocide

Face aux revendications arméniennes, la riposte des autorités turques fut radicale. Trois régimes (Abdul Hamid, les Jeunes-Turcs et Kemal Attaturk) ont, de 1894 à 1922, appliqué de différentes façons le même plan d’extermination des Arméniens avec son point culminant des années 1915-1917.

 

Au printemps 1894, les habitants de Sassoun et sa région (à l’ouest du lac de Van) s’insurgèrent contre les Kurdes  venus les rançonner pour la énième fois. Le sultan Abdul Hamid profita de cette occasion pour tester la réaction des puissances européennes. Il envoya sur Sassoun une véritable armada : la 4e armée turque et la 26e division commandée par Zeki pacha, forte de 12 000 hommes, ainsi que 40 000 Kurdes armés jusqu’aux dents, qui se livrèrent à une véritable boucherie qui dura plusieurs semaines. Les réactions des Européens, bien que parfois outragées, ne furent que verbales. C’est ce qu’attendait le sultan qui pouvait désormais mettre en application son plan d’extermination à grande échelle, à travers tout l’empire, dès l’année suivante.

 

La méthode était toujours et partout la même : vers midi, on sonne le clairon, c’est le signal des tueries. Préalablement préparés, des soldats, des Kurdes, des Tcherkesses, des Tchétchènes et des bandes de tueurs spécialement recrutés massacrent la population arménienne, sans distinction d’âge et de sexe. Dans les quartiers ou villages multinationaux, les maisons habitées par les Arméniens sont préalablement marquées à la craie par les indicateurs (troublante coïncidence, c’est la même méthode qui fut utilisée, lors des massacres des Arméniens d’Azerbaïdjan en 1988 et 1990).

Aucune région ne fut épargnée. Même la capitale, Constantinople, fut le théâtre de deux effroyables massacres.

 

C’était là peut-être l’erreur des Turcs, car il y avait à Constantinople des témoins oculaires occidentaux (ambassades, sociétés diverses, etc.). Après une sérieuse menace d’intervention militaire des Occidentaux, suite à la boucherie de Constantinople d’août 1896, qui était consécutive à la prise en otage des dirigeants de la Banque ottomane par des fédaïs arméniens (du parti dachnak), le sultan arrêta enfin les massacres.

 

Deux ans (1894-1896) de massacres sans précédent transformèrent donc l’Arménie occidentale tout entière en un vaste champ de ruines. Le missionnaire allemand Johannes Lepsius mena une enquête minutieuse, au terme de laquelle il fit le bilan catastrophique suivant : 2 493 villages pillés et détruits, 568 églises et 77 couvents pillés et détruits, 646 villages convertis, 191 ecclésiastiques tués, 55 prêtres convertis, 328 églises transformées en mosquées, 546 000 personnes souffrant du dénuement le plus complet et de la famine... et il rajoute :« Ces chiffres sont le résultat de mes recherches personnelles ; ils ne correspondent pas à la réalité des faits, réalité bien plus épouvantable encore ! ... »

Compte tenu de ces données, des 300 000 personnes tuées, des 50 000 orphelins et des 100 000 réfugiés en Transcaucasie, la population arménienne de l’Empire ottoman diminua de plus d’un demi-million d’âmes entre 1894 et 1896.

 

En 1908, les Jeunes Turcs arrivèrent au pouvoir, apportant avec eux des promesses d’égalité et de fraternité entre tous les peuples de l’empire. Beaucoup y ont cru. Les dirigeants du parti dachnak en premier (ils avaient d’ailleurs contribué à leur arrivée au pouvoir). Il y eut même de grandes manifestations de fraternité arméno-turques dans la capitale et dans les provinces.

 

Hélas ! La métamorphose des Jeunes Turcs fut fulgurante. Bientôt ils devinrent de farouches nationalistes panturquistes. Cela pourrait peut-être s’expliquer comme une conséquence de la perte des provinces balkaniques. En effet, les Turcs, originaires d’Asie centrale, se retournèrent naturellement vers les pays et peuples frères situés en Asie centrale et en Azerbaïdjan (tous soumis au joug étranger, russe ou persan), d’où la tentation de créer un très vaste état turc du Bosphore à la Chine. De surcroît, les Jeunes Turcs considéraient la race turque comme supérieure. L’Arménie et les Arméniens se trouvant au centre de ce projet, il était impératif, d’après cette logique raciste et barbare, de les éliminer.

 

Dès avril 1909 des massacres commencent en Cilicie, d’abord à Adana, puis dans le reste de la région. Les Jeunes Turcs se montrent les dignes héritiers du « sultan rouge ». Il ne manquera rien à leur panoplie des cruautés. Il y aura au total 30 000 morts. Certains attribuèrent les massacres de Cilicie à l’ancien régime du sultan, revenu un court moment au pouvoir, mais les vrais responsables étaient bien les Jeunes Turcs.

 

En 1913, les trois dirigeants de l’Ittihat, Talaat, Enver et Djemal, établissent une dictature militaire. à la veille de la guerre, les réformes en Arménie avaient paradoxalement bien avancé. Malgré les réticences de l’Allemagne et de l’Autriche, les puissances européennes parvinrent à un règlement de compromis qui regroupait les sept provinces arméniennes sous la forme de deux grandes régions administratives autonomes (au nord : Sivas, Trébizonde, Erzeroum ; au sud : Van, Bitlis, Dyarbekir, Kharpout), le tout sous la surveillance d’inspecteurs généraux européens de pays neutres. Ainsi, l’Arménie, après tant d’années de souffrance, était parvenue au seuil de l’indépendance. Malheureusement, tout autre était le sort qui lui était réservé par les dirigeants turcs, qui avaient déjà secrètement programmé la solution finale. La guerre allait procurer aux Jeunes Turcs les conditions idéales pour mettre en application leur plan diabolique.

 

Avant même que la guerre n’éclate en Europe, le gouvernement envoie des gendarmes dans les villes et les villages pour réquisitionner les armes. Cette réquisition est limitée aux Arméniens ; ni les Turcs, ni les Kurdes, ni les Tcherkesses n’y sont astreints. Elle est accompagnée de l’arsenal connu des plus cruelles tortures. Plus grave encore, dès août 1914, les inspecteurs généraux européens nouvellement nommés dans les régions arméniennes sont expulsés ; sans que la guerre ne soit déclarée l’Empire turc procède déjà à la mobilisation générale et met sur pied la redoutable « Organisation spéciale », chargée de coordonner le programme d’extermination.

 

Le 29 octobre 1914, la Turquie s’allie à l’Allemagne et entre en guerre contre les Alliés. Le champ est désormais libre. Dès janvier 1915, on désarme les 250 000 soldats arméniens de l’armée ottomane pour les affecter dans des « bataillons de travail ». à l’aube du 24 avril, qui deviendra la date commémorative, le coup d’envoi du génocide est donné par l’arrestation à Constantinople de 650 intellectuels et notables arméniens. Dans les jours suivants, ils seront en tout 2 000, dans la capitale, à être arrêtés, déportés et assassinés. Dans tout l’Empire ottoman, c’est le même scénario : on arrête puis on assassine partout les élites arméniennes. Le peuple arménien est décapité.

 

Les soldats arméniens affectés dans les « bataillons de travail » seront assassinés par petits groupes, le plus souvent après avoir creusé eux- mêmes les « tranchées » qui leurs serviront de fosses communes. Le peuple arménien est non seulement décapité, mais il est dorénavant privé de ses défenseurs. Il ne reste plus aux dirigeants de l’Ittihat qu’à achever le génocide.

 

 

_ La déportation - solution finale

L’idée est nouvelle et terriblement efficace: c’est la déportation de toutes les populations civiles arméniennes vers les déserts de Syrie pour des prétendues raisons de sécurité. La destination réelle est la mort. D’après l’ambassadeur des états-Unis à Constantinople de 1913 à 1916, Henri Morgenthau, ainsi que d’après certains historiens, les Turcs n’auraient jamais trouvé tout seul cette idée. Ce seraient les Allemands qui auraient suggéré cette nouvelle méthode.

 

D’ailleurs, pendant toute la guerre, la mission militaire allemande était omniprésente en Turquie, et il est vrai qu’un général allemand, Bronsart Von Schellendorf, avait (imprudemment) signé un ordre de déportation avec une recommandation spéciale de prendre des « mesures rigoureuses » à l’égard des Arméniens regroupés dans les « bataillons de travail ». Or « déportation » et « mesures rigoureuses  » étaient des mots codés qui signifiaient la mort. Quant au commandant Wolffskeel, comte de Reichenberg, chef d’état-major du gouverneur de Syrie, il s’était distingué lors des massacres des populations de Moussa-Dagh et d’Urfa.

 

à la fin de 1915, à l’exception  de Constantinople et Smyrne, toutes les populations civiles arméniennes de l’Empire ottoman avaient pris le chemin mortel de la déportation vers un point final : Deir ez-Zor en Syrie. Les convois de déportation étaient formés par des regroupements de 1 000 à 3 000 personnes. Très rapidement, on sépare des convois les hommes de plus de 15 ans qui seront assassinés à l’arme blanche par des équipes de tueurs dans des lieux prévus à l’avance.

 

Parfois les convois sont massacrés sur place, à la sortie des villages ou des villes, notamment dans les provinces orientales isolées. Les autres, escortés de gendarmes, suivront la longue marche de la mort vers le désert, à travers des chemins arides ou des sentiers de montagne, privés d’eau et de nourriture, rapidement déshumanisés par les sévices, les assassinats, les viols et les rapts de femmes et d’enfants perpétrés par les Kurdes et les Tcherkesses. Les survivants, arrivés à Deir ez-Zor, seront parqués dans des camps de concentration dans le désert et seront exterminés, par petits groupes, par les tueurs de l’Organisation spéciale et les Tchétchènes spécialement recrutés pour cette besogne. Beaucoup seront attachés ensemble et brûlés vifs.

 

A la fin de 1916, le bilan est celui d’un génocide parfait, les deux tiers des Arméniens (environ 1 500 000 personnes) de l’Empire ottoman sont exterminés. Tous les Arméniens des provinces (vilayets) orientales, soit 1 200 000 personnes, d’après les statistiques du patriarcat, disparaissent définitivement d’un territoire qui était le cœur de l’Arménie historique depuis des millénaires. Seuls survivent encore les Arméniens de Constantinople, de Smyrne, quelque 350 000 personnes qui ont réussi à se réfugier en Arménie russe, quelques poignées de combattants arméniens qui résistent et se cachent encore dans la montagne et des milliers de femmes, de jeunes filles et d’enfants récupérés par des Turcs, des Kurdes et des Arabes.    

       

Il y eut tout de même de nombreux actes héroïques en certains endroits. Prévoyant ce qui allait être leur destin, les Arméniens refusèrent la déportation et résistèrent désespérément, avec des moyens dérisoires, à Chabin-Karahissar, Van, Chatakh, Moussa-Dagh, Urfa, Sassoun, Mouch, etc. Le plus célèbre de ces épisodes est celui des « Quarante jours du Moussa-Dagh », immortalisé par le roman de Franz Werfel : sur cette montagne de la côte méditerranéenne, une population de 5 000 personnes (principalement des femmes et des enfants), dont 600 combattants, résistèrent plus de 40 jours au siège de l’armée turque. Les survivants (environ 4 000 personnes) furent sauvés par le vaisseau français  Jeanne d’Arc

 

 

_ Le parachèvement

L’Arménie occidentale était anéantie, mais les Turcs ne s’arrêtèrent pas là. Profitant de la retraite de l’armée russe consécutive à la révolution de 1917, la Turquie lança une offensive sur l’Arménie orientale (russe). Elle fut arrêtée au dernier moment par une fantastique mobilisation populaire le 24 mai 1918 à Sardarapat, près d’Erevan. Le 28 mai, l’Arménie (ce qu’il en restait) proclamait son indépendance et devenait, après des siècles de dominations diverses, la première République d’Arménie.

 

La capitulation, le 30 octobre 1918, de l’Empire ottoman, suscita de vastes espoirs chez les Arméniens  survivants. Effectivement, au début, les Alliés vainqueurs semblaient tenir leurs promesses de rendre justice aux Arméniens. Le traité de Sèvres accordait l’existence d’un état arménien sur une bonne partie des provinces orientales de l’ex-Empire ottoman. En 1919, il y eut même un « Nuremberg » avec le « Procès des Unionistes » à Constantinople. Les principaux responsables du génocide s’étaient enfuis en Allemagne ; ils furent néanmoins condamnés à mort par contumace. Si ce procès resta sans suite, il a toutefois le mérite d’avoir existé et prouvé (si besoin était) la véracité du génocide, grâce entre autres à ses minutes et conclusions publiées dans le supplément judiciaire du « Journal officiel » ottoman.

 

Mais la Turquie vaincue ne fut jamais démobilisée. Bientôt, face au danger bolchevique et afin d’y faire face, les Alliés se montrèrent de plus en plus bienveillants envers la Turquie qui allait bientôt renaître de ses cendres. à peine arrivé au pouvoir, Mustafa Kemal se donna comme priorité... la liquidation du reste de la présence arménienne en Turquie.

 

Jouant astucieusement et parallèlement des appuis bolcheviques et franco-anglais selon la circonstance, il attaqua et écrasa dans un bain de sang (faisant 200 000 victimes) la République d’Arménie de septembre à décembre 1920, qui ne dut sa survie qu’à l’intervention in extremis des troupes bolcheviques. Annulant le traité de Sèvres, Turcs et bolcheviques s’accordèrent sur les frontières d’une Arménie réduite au minimum. Une bonne partie de l’Arménie ex-russe (20 000 km²) était cédée à la Turquie ; le Karabagh et le Nakhitchevan aux Azéris.

 

à mille kilomètres de distance de la République d’Arménie, les Français avaient créé, en 1919, un foyer arménien en Cilicie (Petite Arménie), sur les bords de la Méditerranée, où 160 000 Arméniens rescapés du génocide étaient retournés dans leur foyer. Malgré la présence des Français, les troupes de Kemal massacrèrent, en 1920, plus de 25 000 Arméniens à Aïntap, Marach, Zeïtoun, Hadjin et ailleurs. Finalement, la France abandonnait les Arméniens à leur sort en 1921 et bradait la Cilicie aux Turcs, ce qui provoqua l’exode de tous les Arméniens de Cilicie vers la Syrie et le Liban.

En 1922, à Smyrne, les Arméniens furent massacrés (en même temps que les Grecs) pour la dernière fois en Turquie. Il s’ensuivit une dernière et importante vague d’exode. Tous les Arméniens (survivants) revenus dans leurs foyers après l’armistice de 1918 furent systématiquement chassés.

 

Si le gros du travail du génocide avait été fait par Abdul Hamid et les Jeunes Turcs, c’est bien Kemal Ataturk qui l’a parachevé en s’appropriant, en même temps, tous les biens nationaux et individuels des Arméniens. Depuis, tous les gouvernements successifs de la République turque, fondée sur les ruines de l’Arménie, ont toujours nié la culpabilité de la Turquie dans le génocide des Arméniens. En 1923, la Conférence de Lausanne annula les accords signés à Sèvres entre la Turquie et les Alliés. Winston Churchill écrivit dans ses mémoires : « Dans le traité qui établit la paix entre la Turquie et les Alliés, l’histoire cherchera en vain le mot Arménie. »

 

* Texte extrait du livre : LE GOLGOTHA DE L'ARMENIE MINEURE, Le destin de mon père de Jean-Varoujean GUREGHIAN/ Préface d’Yves Ternon

 

http://www.imprescriptible.fr/genocide

 

---------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine




 





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ MAUVAISE GOUVERNANCE : le réveil tardif des juges et des militaires contre les crimes politiques, économiques et l’arbitraire

» ASIE/ DEFENSE ET SECURITE/ ECONOMIE : persistance des défis économiques et sécuritaires, risques de guerre majeure

» MONDE/ NOBEL 2017 : les lauréats du Prix Nobel 2017

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : raccourcis démocratiques, violences antidémocratiques et clairvoyances économiques

» AFRIQUE/ FONDS DORMANTS/ FONDS ILLICITES/ CORRUPTION ET FRAUDES : ces capitaux qui ne profitent pas au continent

» AFRIQUE/ RENOUVEAU : perspectives politiques, perspectives économique et sociale

» FRANCE/ TERRITOIRES/ Ex-Colonies : attentes de renouveau, de leadership éclairé et de développement véritable

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ POLITIQUE : réformes importantes, gouvernance et perspectives

» SANTE/ ALIMENTATION ET HYGIENE/ ALIMENTS DANGEREUX : ces aliments qui ne sont pas des nutriments

» MONDE/ DROGUES/ CRIMES ET NARCOTRAFIC : comment mettre fin à la puissance des cartels et des criminels de la drogue ?

» AFRIQUE/ LIBYE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TERRORISME : une puissance politique et économique africaine incapable de surmonter ses crises (où sont-ils passés ces démocrates qui ont déstabilisé durablement la Libye ?)

» MONDE/ SPORT/ BOXE/ MUHAMMAD ALI : décès d’un champion de la boxe et d’une légende du sport (j’ai aimé la boxe avec Muhammad Ali, j’ai cessé de m’intéresser à la boxe après Ali)

» MONDE/ USA/ ARMES A FEU ET VIOLENCES/ TUERIES MASSIVES D’INNOCENTS : Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ THOMAS SANKARA : le Burkina Faso redécouvre son ancien leader, 28 ans après (mieux vaut tard que jamais)

» MONDE/ SYRIE/ GUERRE CONTRE LE TERRORISME : l’aide militaire décisive de la Russie à l'Etat syrien va contribuer à imposer la paix

» MONDE/ RUSSIE/ CONFLIT SYRIEN : le Président Vladimir Poutine à propos du conflit syrien et du monde multipolaire actuel

» AFRIQUE/ TCHAD : Le Tchad exécute 10 membres présumés de Boko Haram, dès le lendemain de leur condamnation

» AFRIQUE/BURUNDI/ VIOLENCES POLITIQUES/ CRISE ET DESTABILISATION : savoir mener les bons combats qui garantissent la démocratie, la paix et la stabilité du pays

» AFRIQUE/ OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT : Corruption et développement en Afrique…

» EVEIL (Page noire d’Afrique)

» MONDE/ UE-FRANCE/ TERRORISME : les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué une douzaine de personnes au nom de leur conception religieuse haineuse

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL : Le président Alassane Ouattara à l’inauguration du stade international d’Akwa Ibom à Uyo (Nigéria)

» Etat fédéral et Etat unitaire en Afrique : forces et faiblesses en matière de développement

» AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

» AFRIQUE/ POLLUTION ET ENVIRONNEMENT/ SANTE PUBLIQUE : crise environnementale et menaces

» AFRIQUE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : le sous-développement socioéconomique et scientifique et l’extrême pauvreté peuvent perdre l’Afrique

» AFRIQUE/ AGRICULTURE/ PAIX ET SECURITE : l’émergence d’un continent freinée par des guerres nouvelles et des campagnes orchestrées d’insécurité

» SCIENCE/ MEDECINE/ ALERTE MEDICALE : les maladies cardio-vasculaires

» SYRIE/ UKRAINE/ REBELLION ET DEMOCRATIE : de nouveaux présidents élus dans des pays durablement déstabilisés par des forces démocratiques anachroniques

» AFRIQUE/ NIGERIA/ PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE ET TERRORISME : regain d’activités terroristes intempestives et barbares

» SCIENCE ET TECHNOLOGIE/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : vers quel futur ?

» AFRIQUE/ POLITIQUE ET VIOLENCES : ces guerres sales qui détruisent l’Afrique

» INTOLERANCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : peut-on mettre fin à la haine dans les rapports entre les humains?

» APARTHEID : L'apartheid vaincu par l’Afrique du Sud et la communauté internationale


Haut de page