EVEIL


Publié le 09/12/2017 à 14:51:55
AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT/ PAIX ET SECURITE : les grandes annonces du sommet UA-UE 2017 d’Abidjan




« POLITIQUE/ Fin du sommet UA-UE d’Abidjan, mise en place d’une "task force" pour évacuer d’urgence 3.800 migrants de Libye : Le 5ème sommet UA-UE s’est achevé jeudi à Abidjan par une déclaration sur la situation des migrants avec en point de mire un accord international pour l’évacuation d’urgence de 3.800 migrants bloqués dans un camp en Libye. Sur la situation des migrants, le président en exercice de l’UA, Alpha Condé, le président guinéen, a annoncé la mise sur pied d’une commission pour traquer les trafiquants de migrants, la création dans chaque pays de forces spéciales pour lutter contre ce trafic inhumain et la saisie des comptes des trafiquants en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient. »

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


1 - Burkina Faso : ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron

 

Assassinat de Thomas Sankara, lutte contre le terrorisme, migration, éducation... pendant plus de deux heures, le président français Emmanuel Macron s'est adressé aux étudiants de l'Université de Ouagadougou, pour la première étape de sa tournée africaine. Retour sur les points clés de son intervention.

  

_ Promesse de déclassification des archives françaises sur Thomas Sankara : Tous les documents que la justice voudra consulter (…) seront ouverts et transmis

Emmanuel Macron a choisi d’ouvrir son discours en rendant hommage à Thomas Sankara, sous les applaudissements des étudiants de l’Université de Ouagadougou. Le président français a promis, à l’occasion d’un point presse au sortir de son tête-à-tête avec le président Marc Roch Christian Kaboré, que les documents jusqu’ici classés secret-défense sur l’assassinat de l’ancien président burkinabè seront déclassifiés et que la justice burkinabè pourrait y accéder. En réponse à la question d’un étudiant, il a affirmé s’être engagé à ce que « tous les documents produits par administration française pendant le régime de Sankara et après son assassinat soient déclassifiés pour être consultés en réponse aux demandes de la justice burkinabè. (…) Ce qui veut dire que tous les documents que la justice voudra consulter (…) seront ouverts et transmis. »


Résultat de recherche d'images pour

(L'ancien Président du Burkina Faso était honnête, intègre et très conscient de la pauvreté de son pays et de son continent. La gestion catastrophique des deniers publics était pour lui un souci quotidien. Dans un continent ignorant encore les vertus de la bonne gouvernance et où la gestion intègre des ressources publiques est mal vue, Thomas Sankara, par son intégrité et sa lutte acharnée contre la corruption, a signé -sans le savoir- son arrêt de mort. En réalité, ses initiatives révolutionnaires, quoique gênantes, n'ont pu motiver une exécution sommaire. Ses premiers ennemis étaient donc au Burkina Faso...)

 

Interrogée par Jeune Afrique, Mariam Sankara, la veuve du président burkinabè dont l’assassinat en 1987 n’a toujours pas été élucidé, a dit sa satisfaction à cette annonce. « Nous souhaitions la déclassification de ces archives depuis longtemps. C’est donc une bonne chose, mais nous attendons maintenant de connaitre le contenu de ces documents et de voir quelle sera la suite de la procédure », a-t-elle déclaré.


Résultat de recherche d'images pour


_ Défense de l’intervention française dans le Sahel : Vous ne leur devez qu’une chose aux soldats français : les applaudir !

Confrontée à des problèmes de financement, la force militaire du G5 Sahel, qui doit compléter la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) ainsi que l’opération Barkhane, stagne et tarde à se mettre en place. « Nous devons accélérer le travail de coopération avec le G5 Sahel, a affirmé le chef d’État français. Les premières expériences ont été faites avec succès. Je veux que nous puissions désormais conduire les premières victoires pour terrasser les terroristes. Ce sont des organisations régionales plus fortes qui ont vocation à prendre le relais contre le fardeau du terrorisme. Il faut renforcer les forces régionales crédibles et réactives. C’est le sens de l’histoire »

Le budget de fonctionnement de la force G5 Sahel – estimé à 423 millions d’euros – est pour l’instant loin d’être bouclé, malgré la promesse des États-Unis de contribuer d’avantage.

 

Emmanuel Macron a également profité de son intervention pour saluer le bilan de son prédécesseur en matière de lutte contre le terrorisme. « La France a été à vos côtés et je salue la décision de François Hollande d’intervenir au Mali. C’était la bonne décision. La France a été aux côtés de l’Afrique comme l’Afrique a été aux côtés de la France », a-t-il affirmé, rappelant au passage que la France, comme le Burkina Faso, « ont été meurtris par le terrorisme islamiste ».

Un sujet qui a aussi valu à l’un des étudiants, qui l’interrogeait sur le déséquilibre entre le nombre de visas étudiants et le nombre de soldats français présents au Sahel, une réponse cinglante : « Vous ne leur devez qu’une chose aux soldats français : les applaudir ! », a lancé le président français, visiblement agacé par la question.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Crise migratoire : « Une crime contre l’humanité » : Qui sont les trafiquants ? Ce sont les Africains mon ami ! Et nous les combattons avec vigueur !

Suite à la diffusion du reportage de CNN qui a démontré l’existence d’un marché aux esclaves en Libye et provoqué l’indignation mondiale, le président français avait qualifié ces ventes de « crimes contre l’Humanité ». Des propos qu’il a réitéré lors de son discours à Ouagadougou. « La tragédie de ce que j’appelle les routes de la nécessité, (..) le pire désastre de notre histoire partagée, il faut le nommer pour agir avec force ». Emmanuel Macron a également annoncé qu’il proposerait mercredi à Abidjan, à l’occasion du sommet Union africaine-Union européenne, « une initiative euro-africaine pour mettre un terme à la stratégie des terroristes et des trafiquants d’armes. »

Interrogé sur le sujet après son discours par une étudiante, le président a cette fois réagi plus sèchement : « Qui sont les trafiquants ? Ce sont les Africains mon ami ! Et nous les combattons avec vigueur ! » avant d’ajouter : « Arrêtez de dire que le problème c’est l’autre ! Présentez-moi un passeur belge, français, allemand ou que sais-je encore ! Vous n’en trouverez pas ! »

 

_ Franc CFA : « Je suis favorable à ce qu’on en change le périmètre » : Il ne faut pas avoir une approche bêtement anti-impérialiste

Concernant la devise monétaire ouest-africaine, Emmanuel Macron a estimé que le franc CFA nécessitait quelques ajustements. « Le franc CFA n’a plus le bon périmètre (notamment avec la présence du Nigeria). Mais je sais que ça donne de la stabilité monétaire. Il ne faut pas avoir une approche bêtement anti-impérialiste », a-t-il expliqué devant les étudiants de l’Université de Ouagadougou. Le président français s’est dit « favorable à ce qu’on en change le périmètre et peut-être même le nom » . « Si le président Kaboré veut sortir de la zone franc, il peut le faire quand il veut ! (…) Dès qu’il aura fini de réparer la climatisation… » a encore ajouté Emmanuel Macron.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Jeunesse, éducation et mobilité : « Multiplier les partenariats, les échanges, les formations croisés » : Je veux que ceux qui sont diplômés en France puissent y revenir aussi souvent qu’ils le souhaitent

C’était un des axes prioritaires de la visite d’Emmanuel Macron, « faire évoluer la perception de la France par la jeunesse africaine ». « Le changement, le renouveau générationnel, dans un continent comme l’Afrique, ce n’est pas une option, c’est une loi mathématique », a-t-il martelé lors de son discours. Le président français a affirmé que les membres du Conseil présidentiel pour l’Afrique, créé fin août , seront « en lien constant avec la jeunesse africaine pour en restituer la voix ». Ce Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA ), se veut un « outil de concertation et d’aide à la décision directement rattaché au président », expliquaient les services de la présidence française lors de son lancement. Il a également annoncé la création d’une « maison de la jeunesse africaine », dont il a promis l’ouverture « avant le 14 juillet prochain ».

 

Au sujet de la mobilité des jeunes diplômés, le président français a défendu une politique d’échange plus large. « Je veux que ceux qui sont diplômés en France puissent y revenir aussi souvent qu’ils le souhaitent grâce à des visas de circulation longue durée », a-t-il affirmé, plaidant également pour « multiplier les partenariats, les échanges, les formations croisés, les doubles-diplômes qui nous permettront d’apprendre l’un de l’autre ». « Je souhaite que plus de jeunes Français puissent venir travailler en Afrique (…) en privilégiant les candidats qui parlent ou ont commencé à apprendre une langue africaine », a-t-il encore ajouté.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Démographie : « Je veux qu’en Afrique, partout, une jeune fille puisse avoir le choix » : Quand vous voyez des familles de 6, 7, 8 enfants par femme, êtes-vous sûrs que cela soit le choix de la jeune fille ?

Interrogé sur la démographie en Afrique début juillet, à l’occasion du G20, Emmanuel Macron avait déclenché une polémique en parlant problème « civilisationnel » quand certaines femmes « ont 7 à 8 enfants ». « Sa mention de la démographie du continent est caricaturale et je ne partage pas l’idée que, si on investit des milliards d’euros, nous n’obtiendrons aucun résultat », avait alors jugé, dans une interview à Jeune Afrique, Jean-François Kobiané, démographe à l’université de Ouagadougou, au Burkina Faso, et directeur de l’Institut supérieur des sciences des populations (ISSP).

Lors de son discours à Ouagadougou mardi, le président français est revenu sur la question en déclarant : « Quand vous voyez des familles de 6, 7, 8 enfants par femme, êtes-vous sûrs que cela soit le choix de la jeune fille ? Je veux qu’en Afrique, partout, une jeune fille puisse avoir le choix ».« C’est une conviction profonde qui m’a poussé à faire de l’égalité femme-homme une grande cause de mon mandat. La démographie peut être une chance mais à condition que chaque femme puisse choisir son destin » a-t-il ajouté.

 

À LIRE AUSSI : [Document] Le discours d'Emmanuel Macron à Ougadougou

 

28 novembre 2017/ Mis à jour le 28 novembre 2017/ Par Romain Gras

 

http://www.jeuneafrique.com/497414/politique/burkina-faso-ce-quil-faut-retenir-du-discours-demmanuel-macron/


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------

 

Image associée

  

2 - Burkina : la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest inaugurée en présence d’Emmanuel Macron

 

Inaugurée mercredi en présence d'Emmanuel Macron, la centrale de Zagtouli devient la plus grande ferme solaire d'Afrique de l'ouest, dotée d'une capacité de production maximale de 33 mégawatts. La centrale solaire de Zagtouli a été inaugurée mercredi 29 novembre à Ouagadougou, en présence du président Roch Marc Christian Kaboré et de son homologue français Emmanuel Macron, de passage au Burkina Faso pour une visite officielle de trois jours. Dotée d’une puissance maximale de 33 mégawatts, l’installation solaire de Zagtouli, en banlieue ouest de la capitale burkinabè, devient la plus grande ferme solaire d’Afrique de l’ouest.

 

Image associée


_ Un consortium franco-allemand à la manœuvre

Étalée sur une superficie de 60 hectares, cette centrale solaire a été construite par la société française d’ingénierie électrique Cegelec, filiale de Vinci Énergie, avec le fournisseur allemand de panneaux photovoltaïques SolarWorld, pour un coût total de 47,5 millions d’euros, financé par l’Union européenne et l’Agence française de développement (AFD). La ferme solaire de Zagtouli pourrait produire à terme l’équivalent de 5 % des besoins énergétiques du pays, estimés à 270 mégawatts, selon la Société nationale d’électricité du Burkina Faso (Sonabel). « Nous allons lancer courant 2018 la deuxième phase du projet pour porter les capacités à 50 mégawatts. Le budget disponible de 25 millions d’euros dépendra du cours des matériaux. Nous avons engagé le processus de sélection de l’entreprise chargée des travaux », a expliqué François de Salles Ouédraogo, patron de la Sonabel.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La Sonabel parie sur le solaire

Alors que la demande d’électricité progresse en moyenne de 13 % par an, Sonabel parie sur le solaire pour diversifier ses sources de production. Ayant renoué avec des résultats positifs, l’opérateur public évalue ses investissements d’ici à 2020 à plus de 1 000 milliards de francs CFA pour répondre au déficit énergétique du pays, estimé à plus de 100 mégawatts. Le plan de la Sonabel entend s’appuyer sur le niveau important d’irradiation solaire du Burkina Faso (environ 5,5 kilowattheure par mètre carré et par jour) pour réaliser plusieurs projets de centrales photovoltaïques d’une capacité de génération totale de 260 mégawatts, sous forme de partenariat public-privé (PPP). L’un des projets les plus avancés est la centrale solaire de 20 mégawatts de Koudougou, sans que le montant du financement de la Banque mondiale ne soit encore connu.

 

Au Sénégal, Senelec, l’opérateur public a inauguré mi-2017 une centrale solaire de 30 mégawatts, financée par le fonds souverain sénégalais Fonsis et Proparco, la filiale dédiée au secteur privé de l’AFD.

 

29 novembre 2017/ Mis à jour le 29 novembre 2017 / Par Nadoun Coulibaly - à Ouagadougou

 

http://www.jeuneafrique.com/497685/economie/burkina-la-plus-grande-centrale-solaire-dafrique-de-louest-inauguree-en-presence-demmanuel-macron/


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

   

3 - Côte d’Ivoire : lancés par Ouattara et Macron, les travaux du métro d’Abidjan seront achevés en 2022

 

En marge du sommet Union africaine- Union européenne, les présidents Ouattara et Macron ont officiellement ouvert le 30 novembre les travaux du métro d'Abidjan. Alors que la mise en fonctionnement de ce train urbain avait été annoncé en 2019-20, c'est désormais en 2022 qu'il sera opérationnel. En marge du 5ème sommet Union africaine-UE, le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue français Emmanuel Macron ont officiellement lancé les travaux de la ligne 1 du métro d’Abidjan le 30 novembre à l’occasion d’un trajet symbolique en train reliant Plateau à Treichville, en lieu et place d’une pose de première pierre, accompagné du Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly et du ministre français de l’Intérieur Gérard Collomb.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Une offre financière sans précédent

Alassane Ouattara s’est réjoui de l’excellente relation franco-ivoirienne dont l’un des fruits est ce projet de train urbain. « La France vous a proposé une offre financière sans précédent. Avec 1,4 milliard d’euros, c’est l’effort le plus important que la France ait jamais réuni au démarrage d’un projet de transport urbain à l’étranger », a assuré Emmanuel Macron. Financé à 100% par la France – à hauteur de 1,4 milliard d’euros -, le premier tronçon de 37,5 kilomètres reliera la commune d’Anyama au nord à Port-Bouët dans le sud d’Abidjan en 50 minutes, s’arrêtant à 20 stations. Le Président de la République, Alassane OUATTARA, et son homologue français, Emmanuel MACRON, se sont entretenus ce jeudi 30 novembre 2017, au Palais de la Présidence de la République, dans le cadre de la visite d'amitié et de travail qu'il effectue en Côte d'Ivoire.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Nouveau report jusqu’en 2022

Alors que le projet avait été plusieurs fois reporté, le train urbain d’Abidjan ne sera opérationnel qu’à partir de 2022. La mise en service avait précédemment été annoncée en 2019-20. Un consortium de groupes français a été retenu pour réaliser les travaux : Bouygues Travaux Publics pour le génie civil, Colas Rail pour les voies et systèmes, Alstom pour les rames et la signalisation et Keolis (filiale de la SNCF) pour l’exploitation et la maintenance. Des études complémentaires sont en voie de finalisation. Le projet a été revu à la demande de la partie ivoirienne qui a souhaité avoir un train répondant aux normes technologiques de dernière génération, tout en respectant l’environnement. Les capacités de transports ont également été augmentées, passant de 300 000 voyageurs par jour à 500 000. Début octobre 2017, après que la France ait accepté de financer la totalité du projet, les entreprises coréennes Hyundai Motor et Dogsan Development s’étaient retiré du tour de table, tandis que Alstom y était entré.

 

30 novembre 2017 / Par Baudelaire Mieu

 

http://www.jeuneafrique.com/498287/economie/cote-divoire-lances-par-ouattara-et-macron-les-travaux-du-metro-dabidjan-seront-acheves-en-2022/


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

4 - ÉCONOMIE/ Côte d’Ivoire : Emmanuel Macron lance les travaux de construction du métro d’Abidjan

 

Le président français, Emmanuel Macron, a procédé jeudi à Abidjan, en compagnie de son hôte ivoirien, Alassane Ouattara, au lancement des travaux de construction du métro d'Abidjan, un projet financé à hauteur de 1,4 milliard d'euros par la France. "La France vous a proposé une offre de financement sans précédent, jamais une telle offre n'a été proposée au démarrage des travaux d'un train urbain", a déclaré M. Macron. "C'est le signe de la confiance entre la France et la Côte d'Ivoire, a-t-il indiqué.


Résultat de recherche d'images pour


Le train urbain d'Abidjan doit relier la ville d'Anyama (banlieue nord d'Abidjan) à la commune abidjanaise de Port-Bouët, au sud de la capitale ivoirienne sur une distance de 37,5 km avec 20 stations, 21 ponts rail-route, un pont viaduc sur la lagune Ebrié et 40 passerelles piétonnes. Le projet est exécuté par un consortium comprenant les entreprises Bouygues travaux publics, Alstom et Colas Rail et devrait mobiliser 2.000 travailleurs. 

La construction du métro devrait permettre de transporter environ 500.000 personnes par jour entre le nord et le sud d'Abidjan et résoudre les problèmes d'embouteillage dans la ville. La première phase des travaux de la ligne 1 du métro d'Abidjan devrait être achevée mi-2022 et la mise en service de l'ensemble de la ligne à la mi-2023. Une seconde ligne est prévue de Yopougon à Bingerville, de l'ouest à l'est de la capitale économique ivoirienne.

 

Publié le vendredi 1 decembre 2017/ Xinhua

 

https://news.abidjan.net/h/626835.html

 

Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------

 

Image associée

 

5 - Les pays d’Afrique de l’Ouest se rapprochent d’un marché régional de l’électricité

 

Les experts et autorités de l'électricité en Afrique de l'Ouest sont réunis au Ghana mercredi pour finaliser des documents en vue du lancement d'un marché régional de l'électricité. Les membres des comités consultatifs des régulateurs et opérateurs de l'Autorité de réglementation de l'électricité dans la sous-région (ERERA) examinent actuellement le projet de règles, de directives d'application et de sanctions qui s'appliqueraient à ce marché régional de l'énergie.

La phase un du marché régional de l'électricité, dont le lancement était prévu au premier trimestre 2016, mais qui a été reportée au premier trimestre de l'année prochaine, s'attaquera au double problème de l'accès à l'électricité et de la sécurité énergétique. Une fois approuvés et validés, ces deux documents contribueront à l'ensemble d'instruments essentiels pour un lancement effectif de la première phase du marché régional en 2018.

 

La région d'Afrique de l'Ouest est dotée de ressources énergétiques variées permettant de répondre aux utilisations domestiques, industrielles et commerciales. Toutefois, ces ressources sont réparties de manière inégale et les experts estiment que ce n'est que par la coopération régionale et l'intégration de leur réseau électrique que les pays d'Afrique de l'Ouest pourront mettre les bienfaits de l'électricité à la disposition de la majorité des habitants de la sous-région.


Résultat de recherche d'images pour


Le président de l'Autorité régionale de réglementation de l'électricité, Honore Bogler, a déclaré que le lancement effectif de ce marché permettrait d'assurer l'intégration des réseaux d'électricité des pays d'Afrique de l'Ouest et la facilitation du commerce de l'énergie pour le bien du développement de la région. Les participants à cette réunion estiment que le marché régional de l'énergie donnera son sens véritable à l'intégration régionale. Angelique Weeks, présidente en exercice de la Commission de réglementation de l'électricité au Liberia, a indiqué que le dialogue sur le marché régional de l'électricité était un moyen pour réaliser l'intégration de l'Afrique de l'Ouest. "Pour être une véritable communauté économique, il faut une interconnexion au niveau de l'électricité car l'électricité est au cœur du développement économique partout dans le monde. C'est pourquoi nous sommes ravis d'être ici pour participer à cet effort régional".

 

Publié le vendredi 1 decembre 2017 / Xinhua

 

https://news.abidjan.net/h/626834.html


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------


Résultat de recherche d'images pour

 

6 - Fin du sommet UA-UE 2017/Abidjan: les grandes annonces de cette 5ème session

 

Lancés mercredi, les travaux de la cinquième session des Chefs d’Etat et de gouvernement du sommet Union Africaine(UA)-Union Européenne (UE) ont pris fin ce jeudi 30 novembre à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, a  constaté sur place Guinéenews. C’est le président guinéen et par ailleurs président en exercice de l’UA qui a, comme à l’ouverture, présidé la clôture de ce sommet.  A cet effet, le président Alpha Condé a décliné les grandes décisions prises par les chefs d’État et  de gouvernement. Bien avant, le président de l’UA a tenu à saluer la franchise et la responsabilité qui ont caractérisé tous les débats de ce sommet. Ce qui dénote, estime-t-il, de la maturité pour l’institution. Car, affirme le président Alpha Condé, il n’y a pas eu d’hésitation dans les discussions par rapport à l’établissement des responsabilités entre européens et africains.

 

Parlant du thème principal du sommet : ‘’investir dans la jeunesse pour un avenir meilleur « , le président de l’Union Africaine a déclaré ceci: «nous avons écouté les jeunes… car, on ne peut pas faire le bonheur de quelqu’un à son insu. C’est autour des préoccupations de la jeunesse que nous devons nous organiser afin de donner satisfaction. Nous avons donc pris note des cris du cœur des représentants de la jeunesse Africaine et Européenne et avons la responsabilité de leur garantir un avenir meilleur. »

 

Face aux évènements tragiques survenus en Libyen, Alpha Condé a annoncé que certaines décisions d’urgence ont été prises par le sommet. «Nous avons pris des décisions fermes pour l’évacuation immédiate des réfugiés ; la mise en place d’une commission dirigée par la commission des droits de l’homme de l’Union Africaine aidée par l’Union Européenne ; la poursuite des trafiquants d’êtres humains et ensuite les différents pays doivent mettre en place des forces spéciales chargées spécialement de lutter contre le trafic d’êtres humains. Enfin nous devons tous nous organiser pour saisir les comptes de ces trafiquants en Afrique, en Europe mais aussi au Moyen-Orient. »

 

Par rapport aux nombreux défis qui ont été identifiés, des ébauches de solutions ont été proposées dans une déclaration politique que les chefs d’État et de gouvernement viennent d’adopter conjointement. «Il ne s’agit donc plus d’aide ou d’assistance mais de bâtir une coopération qui permet de régler les problèmes à la base et dans l’intérêt mutuel des populations et des économies des deux continents. À l’instar des autres pays du monde, il est évident que l’Afrique aussi aspire à la paix, au développement, à la prospérité. Il ne manque pas d’atouts pour réaliser son aspiration traditionnelle dans notre agenda 2063. Comme l’a dit le président Zuma, nous ne voulons plus que l’Afrique soit le continent pourvoyeur de matières premières et marché pour le produit fini. Nous voulons que nos produits agricoles et miniers soient transformés sur place. Donc, l’industrialisation de l’Afrique, seule garante pour que nos jeunes n’aillent plus mourir dans les eaux de la Méditerranées où ils sont transformés en esclaves», a indiqué Alpha Condé.

 

Enfin, le président de l’Union Africaine a fini par remercier tous les participants pour la disponibilité lors de ces travaux. Car, a-t-il dit, ils ont su surmonter leurs divergences pour arriver à une vision commune. Il a ensuite invité les partis à travailler avec un sens d’urgence sur le plan d’action pour la période 2018– 2021. C’est sur ces mots que le professeur Alpha Condé le président de l’union Africaine a déclaré clos les travaux du cinquième sommet Union Africaine (UA) – Union Européenne (UE).

Par ailleurs, il faut noter que le tout a été bouclé par une conférence de presse de moins de trente minutes.

 

Alaidhy Sow, envoyé spécial de Guinéenews.org à Abidjan./ Par  Alaidhy Sow/ 30 novembre 2017

 

https://guineenews.org/fin-du-sommet-ua-ue-2017abidjan-les-grandes-annonces-de-cette-5eme-session/


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

7 - POLITIQUE/ Fin du sommet UA-UE d’Abidjan, mise en place d’une "task force" pour évacuer d’urgence 3.800 migrants de Libye

 

Le 5ème sommet UA-UE s’est achevé jeudi à Abidjan par une déclaration sur la situation des migrants avec en point de mire un accord international pour l’évacuation d’urgence de 3.800 migrants bloqués dans un camp en Libye. "Nous avons adopté une déclaration conjointe sur les migrants en Libye et nous avons décidé de la mise en place d’une task force pour agir maintenant pour rapatrier 3.800 migrants de Libye", a indiqué le président de la Commission de l’UA, Mahamat Moussa Faki, lors d’une conférence de presse à l’issue du sommet. "Il ne s’agit là que d’un seul camp visité par la commissaire aux droits de l’homme de l’UA", a souligné Mahamat Moussa Faki.

 

Selon lui, le gouvernement libyen parle de "42 camps" mais il y aurait "entre 400.000 et 700.000 migrants africains en Libye". "Il faut dans un premier temps secourir ceux qui sont dans cette situation d’urgence, 3.800 personnes majoritairement d’Afrique de l’Ouest, des femmes et des enfants qui sont dans cette situation inhumaine, et qui veulent tous sortir le plus rapidement possible de ce guêpier", a indiqué le président de la Commission de l’UA. A l’en croire, la mise en place de la "task force" s’appuie sur une "déclaration conjointe" qui associe non seulement l’UA et l’UE mais également l’ONU.

 

Sur la situation des migrants, le président en exercice de l’UA, Alpha Condé, le président guinéen, a annoncé la mise sur pied d’une commission pour traquer les trafiquants de migrants, la création dans chaque pays de forces spéciales pour lutter contre ce trafic inhumain et la saisie des comptes des trafiquants en Afrique, en Europe et au Moyen-Orient.


Résultat de recherche d'images pour


A la cérémonie de clôture, le président ivoirien Alassane Ouattara a également insisté sur la situation des migrants et souligné l’engagement des participants à lutter contre les causes de l’immigration illégale. Il a salué l’engagement des dirigeants européens et africains d’intensifier leurs efforts pour un "accès inclusif à une éducation de qualité" pour tous.

 

M. Ouattara a également relevé la décision du sommet de renforcer les efforts de prévention, les capacités de réponse des deux partenaires aux crises alimentaires, militaires, climatiques ou environnementales, ou encore les menaces liées aux conflits ou au terrorisme. Selon le président ivoirien, le sommet a également ciblé comme domaine prioritaire, les investissements pour la transformation structurelle de l’Afrique avec la transformation sur place des ressources de l’Afrique. "Pour la mise en oeuvre des actions dans les domaines prioritaires ciblés, je note avec satisfaction l’engagement du sommet à se doter d’un comité de suivi pour s’assurer que le partenariat porte des résultats visibles", a conclu M. Ouattara.

 

Publié le vendredi 1 decembre 2017/ Xinhua

 

https://news.abidjan.net/h/626836.html


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

8 - POLITIQUE/ Sommet UA-UE à Abidjan : la déclaration du Forum citoyen Afrique Europe

 

Du 26 au 28 novembre 2017, les organisations de la société civile, les mouvements sociaux et syndicaux de 52 pays africains et de 7 pays européens se sont donné rendez-vous à Abidjan à l’appel de leurs homologues ivoiriens afin de réfléchir sur les relations entre l’Afrique et l’Europe et proposer des recommandations pour le renouvellement du partenariat euro-africain. Le forum citoyen Afrique-Europe organisé en marge du 5ème sommet des chefs d’Etat de l’Union Africaine et de l’Union Européenne s’est voulu un exemple de coopération entre les citoyens européens et -africains pour une nouvelle forme de solidarité internationale à laquelle aspire les populations du Nord et du Sud.

 

Pour se faire les travaux ont été organisés autour de trois axes majeurs comprenant chacun des sous thèmes. Il s’agit de : L’alternance démocratique, la protection sociale, les accords de partenariat économique (APE), l’endettement, le changement climatique, l’agriculture, la souveraineté alimentaire, la gouvernance des ressources naturelles, l’accaparement des terres et la migration.

 


Dans un esprit de convivialité et de partage, les acteurs de la société civile, du monde syndical, des mouvements de jeunes, de femmes, des paysans, des commerçants, des transporteurs, etc. ont débattu de leurs perspectives sur les différents thématiques abordés. Ils ont pris acte du thème central du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement : « Investir dans la jeunesse pour un développement durable ». Les débats ont permis de faire les constats suivants :
- La protection sociale est quasi inexistante pour la majeure partie des populations africaines qui œuvrent dans le secteur primaire (agriculture, élevage, pêche) et dans le secteur informel en milieu urbain ;

- L’accaparement des terres et des ressources naturelles (eaux, minerais, forêts…) par les multinationales met en danger la souveraineté des pays africains;

- L’agro-industrie tue l’agriculture familiale, menace la souveraineté alimentaire et a des conséquences sur le changement climatique ;

- Les populations africaines sont les premières à souffrir des effets du changement climatique au niveau de la désertification et des catastrophes climatiques. Toutefois, les pays africains ne bénéficient pas de financement suffisant pour l’adaptation et l’atténuation des conséquences du changement climatique ;

- Le manque de cohérence entre les politiques européennes en Afrique et le respect des droits humains ;

- L’endettement et les mesures d’ajustement structurel continuent à détourner les ressources africaines nécessaires pour assurer le bien être social des populations vers le paiement des intérêts aux banques et aux institutions financières internationales ;

- Les élections en Afrique et les mouvements pour une alternance démocratique sont toujours sources de violence occasionnant de nombreux morts au sein des populations ; 

- Le caractère inégalitaire des accords commerciaux et du système économique international accentue le chômage des jeunes et les pousse vers la radicalisation dans les mouvements extrémistes;

- Les peuples d’Afrique et d’Europe sont déçus de la gouvernance démocratique et économique de leur pays et croient de moins en moins à l’alternance au système par la voie électorale ;

- Les accords commerciaux euro-africaines sont signés et ratifiés contre la volonté des peuples d’Afrique et d’Europe ;

- Les APE UE/Afrique ont un impact négatif sur le développement économique et social des pays africains et qu’ils affectent négativement les stratégies de développement préconisées par les Etats, les CER, l’Union Africaines et l’Agenda 2063 pour la promotion de l’industrialisation, de l’agriculture et pour la transformation structurelle en Afrique.

- La lutte contre le terrorisme amène à une augmentation des financements des projets autour de la sécurité au nom de l’aide publique au développement au détriment des projets sociaux dans l’éducation et la santé;

- l’évasion fiscale et les détournements de fonds de l’Afrique handicapent la mobilisation des ressources internes dont les pays africains ont besoin pour le bien être de leur population ;

- Une bonne partie des pays africains francophones vivent toujours dans la dépendance monétaire envers la France à cause de l’utilisation du Franc CFA arrimé à l’euro.

- Les pays africains font face à un chantage permanent de la part des pays européens pour stopper la mobilité intra-africaine et la migration des jeunes ;

- La jeunesse est la victime principale des politiques européennes et des institutions économiques internationales en Afrique ;

Face à ces constats le forum citoyen Afrique – Europe fait les recommandations suivantes :
1- Sur la gouvernance et l’alternance démocratique

Aux organisations de la société civile :
- Impliquer effectivement les communautés pour les questions de gouvernance démocratique;



- renforcer les capacités des sociétés civiles pour une forte implication dans les processus de changement démocratique dans les Etats Africains ;



- Eduquer, sensibiliser les populations à la culture démocratique et faire l’alerte précoce

- Renforcer les capacités de participation du citoyen en se basant sur les valeurs de respect du bien commun et de la dignité humaine ;

- Créer des alliances avec les Sociétés Civiles occidentales qui se battent pour renouveler les démocraties européennes afin d’influencer les décisions qui se prennent en Europe pour l’Afrique ;

- Renforcer les alliances avec les Sociétés Civiles européennes pour influencer les relations entre les dirigeants africains et les multinationales en faveur des populations africaines ;



Aux Etats :
- Renforcer de l’indépendante du pouvoir judiciaire dans les Etats africains ;

- Ecrire la constitution des Etats en fonction des réalités socio-culturelles et spirituelles de l’Afrique 

- Garantir l’indépendance totale des institutions nationale et régionale du point de vue de leurs modes de désignation, de fonctionnement ainsi que leur autonomie financière ;



- Veiller à ne pas utiliser les forces de sécurité et l’armée contre les mobilisations pacifiques des populations ;

2- Sur la protection sociale des différentes couches de la société

Aux gouvernants :
- Mener une réflexion sur le développement de l’Afrique autrement en considerant la protection sociale comme l’un des piliers du développement 

- Respecter l’engagement de Windhoek pris par tous les états africains . En effet , 2008, les Etats africains ont adopté une déclaration à Windhoek fixant la part des dépenses relatives à la protection sociale à 4,5% du PIB. 



Aux organisations de la société civile :
- Rencontrer les parlementaires africains pour une meilleure prise en charge budgétaire de la protection sociale par les Etats au profit de toute la population ;

- Sensibiliser les populations des Etats africains à contribuer à l’amélioration de la protection sociale en s’acquittant de leurs taxes ;

3- Sur les Accords de partenariat économique – - UE /Afrique

- Informer et sensibiliser l’opinion publique africaine et internationale sur les effets néfastes des APE sur le commerce, l’intégration régionale, l’industrialisation, les droits humains et syndicaux ;

- Réaliser des Etudes d’impact des APE au niveau des communautés économiques régionales avec l’implication effective et inclusive de la société civile, des mouvements syndicaux et sociaux ;


4- Sur la souveraineté alimentaire, l’accaparement des terres et la gouvernance des ressources naturelles

Promouvoir l’agro-écologie, l’agriculture familiale, l’industrialisation et la transformation structurelle en Afrique ;



Penser, produire et créer des produits de consommation destinés aux africains d’abord ;



Consommer purement africain ;



Oser inventer l’avenir à travers une stratégie de développement endogène ;



Adopter des lois foncières agricoles dans les pays africains qui protègent les petits producteurs.



Valoriser les techniques endogènes qui luttent contre le changement climatique.



Faciliter une mobilisation plus active des communautés au sein des organisations de la société civile pour une meilleure gestion citoyenne et participative des ressources nationales ;

Aux gouvernants :
- Créer les richesses intérieures en consommant les produits locaux,

- Promouvoir des rapprochements des peuples du sud et du nord ;

- Prendre en compte les droits coutumiers et l’accès des femmes à la terre dans l’adoption des lois foncières.

Aux organisations de la société civile :
- Renforcer les plaidoyers pour une participation active des mouvements sociaux aux luttes pour la démocratisation en Afrique ;

- Se passer de certains financements des bailleurs de fonds.



5- Sur la dépendance monétaire et l’évasion fiscale

- Lutter contre les flux financiers illicites et mobiliser des ressources internes par des mécanismes approipriés et équitables de financement du développement.

- Sortir des systèmes actuels de dépendance monétaire et créer une monnaie propre à l’Afrique.

6- Sur le changement climatique

- Assurer un financement durable des mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique au profit des populations victimes de la sécheresse, de l’avancée des mers et des catastrophes naturels ;

- Faciliter le transfert des technologies propres vers l’Afrique sans engendrer de nouvelles dette pour les pays africains ;

- Imposer aux entreprises opérant en Afrique, en particulier dans l’exploitation des ressources naturelles, des normes de protection environnementale et de responsabilité sociale à l’endroit des communautés vivant à proximité des zones d’exploitation ;

- Rendre justice aux communautés africaines victimes des dégradations de leur environnement suite à l’exploitation des ressources naturelles dans leur milieu ;

7- Sur la migration

- Mettre fin au système de visa de court terme qui empêche la mobilité des citoyens africains vers l’Europe et engendre des drames humains dans les déserts et dans les mers.

- Adopter le protocole de libre circulation des africains sur leur continent et abolir les frontières hériter de la colonisation ;

- Combattre les agents d’immigration à l’origine des tracasseries et des harcèlements aux frontières des citoyens et particulièrement des commerçants transfrontaliers ;

- Rediriger les fonds de développement utilisés aux renforcements des contrôles aux frontières à des réels projets sociaux qui bénéficient aux bien être des populations.


ABIDJAN, 26 au 28 Novembre 2017

 

 

Publié le mercredi 29 novembre 2017/ Forum Citoyen Afrique Europe

 

https://news.abidjan.net/h/626741.html


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

9 - AFRIQUE/ Résultat décevant du sommet UA/UE à Abidjan

 

Les conclusions du sommet Afrique-Europe restent consensuelles. Des efforts ont été promis contre l'émigration irrégulière et la traite des humains, mais rien de concret dans la lutte contre la corruption.

Le sommet Union européenne-Union africaine s'est terminé aujourd'hui à Abidjan. Les conclusions de cette rencontre se limitent à des déclarations assez consensuelles. Même si c'est la règle dans ce type de rencontres, il faut bien avouer que cette fois-ci, avec 28 Etats européens et 55 Etats africains, il était difficile d'attendre des conclusions concrètes. Néanmoins, les thèmes étaient prioritaires comme la migration, les perspectives économiques pour la jeunesse africaine ou encore la situation en Libye. Mais la rédaction du communiqué final s'est heurtée à la réticence des Etats africains à voir mentionner la "régression de la bonne gouvernance" politique dans certains pays ou encore la "place de la société civile".

 

Au final, c'est donc un texte assez mou sans engagements précis en termes d'investissements ou de coopération. Pour y voir plus clair, nous avons joint avant l'émission Max Hofmann, l'envoyé spécial de la Deutsche Welle à Abidjan. Il nous explique pourquoi ce sommet Union européenne - Union africaine risque d'être une nouvelle occasion manquée. Ecoutez-le en cliquant sur la photo ci-dessus. Ici, un appel d'Amnesty International aux dirigeants qui étaient réunis à Abdijan : « Les dirigeants africains et européens doivent protéger, reconnaître et permettre aux défenseurs des droits humains et à la société civile de faire leur travail sans pressions » / Nov 29, 2017

 

http://www.dw.com/fr/r%C3%A9sultat-d%C3%A9cevant-du-sommet-ua-ue-%C3%A0-abidjan/a-41603949


Image associée


-----------------------------------

 

 

Résultat de recherche d'images pour

  

10 - AFRIQUE/ Sommet UE-UA : beaucoup de promesses à mettre en oeuvre

 

Fin, ce jeudi, à Abidjan du sommet Union Africaine-Union Européenne. De nombreuses mesures y ont été prises, notamment contre l’immigration clandestine. Mais ces dernières ne semblent pas faire l'unanimité. Le 5e sommet Afrique-Europe s’est achevé jeudi à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Au cours de ce sommet, les chefs d’Etats et de gouvernement ont mis l’accent sur le drame de l’immigration clandestine et surtout la vente aux enchères des migrants africains en Libye. Selon Moussa Faki Mahamat, le président de la commission de l’Union Africaine, quelque 3.800 migrants africains en Libye doivent être rapatriés d'urgence. Soit une faible part du nombre total de migrants en Libye, qui se situe "entre 400.000 et 700.000". 

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Lutter contre les réseaux clandestins

Pour sa part, l’hôte de ce sommet, le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara a plaidé pour que "les réseaux de passeurs soient mis hors d'état de nuire" et "qu’une enquête internationale puisse être diligentée pour établir les responsabilités". Quant à Alpha Condé, le numéro un Guinéen, par ailleurs président en exercice de l'UA, il a demandé la mise en place  des "forces spéciales" pour lutter "contre les trafiquants d'êtres humains". Toutes ces propositions ont été déjà annoncées, mercredi soir, par le président français Emmanuel Macron, à l'issue d'une réunion d'urgence restreinte sur la question. 

Les mesures prises sont-elles suffisantes ? Non, répond l’économiste sénégalais Demba Moussa Dembele, qui  est aussi l'un des co-auteurs de l’ouvrage, "Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. A qui profite le franc CFA?". Un livre paru  en octobre 2016 aux éditions "La Dispute", à Paris, en France.

 

http://www.dw.com/fr/sommet-ue-ua-beaucoup-de-promesses-%C3%A0-mettre-en-oeuvre/a-41610281


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

 

6 - AFRIQUE/ Les jeunes donnent de la voix à Abidjan

 

Censée être au coeur des discussions du sommet UA/UE d'Abidjan, la jeunesse africaine veut se faire entendre des dirigeants. Didier Drogba les soutient.

"Investir dans la jeunesse pour un avenir durable" : c'est le thème officiel du cinquième Sommet Union africaine – Union européenne qui se tient à Abidjan depuis ce matin. En marge de cette rencontre, des jeunes Africains et des jeunes Européens se réunissent depuis sept semaines à Bruxelles, à Addis-Abeba et aujourd'hui à Abidjan dans le cadre d'un mini-sommet sur la jeunesse. Ces jeunes comptent se faire entendre des dirigeants des deux continents. 

  

_ Des jeunes hors cardre institutionnel

Si ce forum se veut un véritable cadre institutionnel pour débattre de l'avenir des relations entre les deux continents, les jeunes aussi ont décidé de prendre une part active dans la mise en œuvre de la feuille de route pour les prochaines années. Aminatou Bilal, de Mauritanie, résume en ces termes les sujets qui leur tiennent à cœur  : "Nous avons six thématiques dont l'environnement et le changement climatique, paix et sécurité, culture, art et sport, l'éducation, le business et les compétences. On l'a finalisé heureusement et il sera présenté demain aux chefs d'états."


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Une première

C'est la toute première fois que les jeunes de ces deux continents ont la possibilité non seulement de participer et de parler aux chefs d'Etat mais aussi proposer des projets et des idées pratiques. Car, selon l'Italien Jacopo Bencini, en Afrique comme en Europe, les jeunes ont les mêmes préoccupations "Par exemple lorsqu'on parle d'environnement, de création d'emploi, du chômage. Quand on parle aussi de l'explosion sociale. Donc on peut travailler sur certaines thématiques qui sont communes et on peut trouver des solutions qui sont communes parce qu'il ne s'agit pas seulement de l'Europe ou de l'Afrique mais de la jeunesse en général."

Le slogan de ce mini-sommet c'est "Pour la jeunesse et avec la jeunesse". C'est pour cela que cette jeunesse présente ici à Abidjan attend beaucoup de ses dirigeants. Aminatou Bilal attend notamment "qu'il y ait une mise en œuvre des recommandations [des jeunes] mais aussi des idées de projets qui sont bien pour le partenariat Afrique-Europe pour ces trois prochaines années."


Résultat de recherche d'images pour


_ Didier Drogba comme parrain

Le footballeur Didier Drogba est l'un des parrains de cette plateforme de la jeunesse. L'ex-capitaine des Eléphants de Côte d'Ivoire est venu apporter son soutien pour une jeunesse plus responsable et il s'est engagé à s'investir plus à ses côtés. Son idée :  "Créer une plateforme pour pouvoir les aider à se réaliser et les empêcher d'aller dans des situations difficiles comme on a pu le voir ces derniers temps avec la Libye et d'autres pays." Le sommet UE-Afrique se tient pour la première fois en Afrique subsaharienne, avec 59 chefs d'états et 90 délégations. Créer des emplois et des perspectives pour les quelque 600 millions de jeunes Africains et ainsi les dissuader de prendre illégalement la route de l'exil.

 

http://www.dw.com/fr/les-jeunes-donnent-de-la-voix-%C3%A0-abidjan/a-41587418


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------

 

Image associée

Résultat de recherche d'images pour



 





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ MAUVAISE GOUVERNANCE : le réveil tardif des juges et des militaires contre les crimes politiques, économiques et l’arbitraire

» ASIE/ DEFENSE ET SECURITE/ ECONOMIE : persistance des défis économiques et sécuritaires, risques de guerre majeure

» MONDE/ NOBEL 2017 : les lauréats du Prix Nobel 2017

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : raccourcis démocratiques, violences antidémocratiques et clairvoyances économiques

» AFRIQUE/ FONDS DORMANTS/ FONDS ILLICITES/ CORRUPTION ET FRAUDES : ces capitaux qui ne profitent pas au continent

» AFRIQUE/ RENOUVEAU : perspectives politiques, perspectives économique et sociale

» FRANCE/ TERRITOIRES/ Ex-Colonies : attentes de renouveau, de leadership éclairé et de développement véritable

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ POLITIQUE : réformes importantes, gouvernance et perspectives

» SANTE/ ALIMENTATION ET HYGIENE/ ALIMENTS DANGEREUX : ces aliments qui ne sont pas des nutriments

» MONDE/ DROGUES/ CRIMES ET NARCOTRAFIC : comment mettre fin à la puissance des cartels et des criminels de la drogue ?

» AFRIQUE/ LIBYE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TERRORISME : une puissance politique et économique africaine incapable de surmonter ses crises (où sont-ils passés ces démocrates qui ont déstabilisé durablement la Libye ?)

» MONDE/ SPORT/ BOXE/ MUHAMMAD ALI : décès d’un champion de la boxe et d’une légende du sport (j’ai aimé la boxe avec Muhammad Ali, j’ai cessé de m’intéresser à la boxe après Ali)

» MONDE / ALLEMAGNE/ GENOCIDE ARMENIEN : la nouvelle Allemagne reconnait le génocide arménien (condamnation du passé hitlérien de l’ancienne Turquie/Empire ottoman)

» MONDE/ USA/ ARMES A FEU ET VIOLENCES/ TUERIES MASSIVES D’INNOCENTS : Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ THOMAS SANKARA : le Burkina Faso redécouvre son ancien leader, 28 ans après (mieux vaut tard que jamais)

» MONDE/ SYRIE/ GUERRE CONTRE LE TERRORISME : l’aide militaire décisive de la Russie à l'Etat syrien va contribuer à imposer la paix

» MONDE/ RUSSIE/ CONFLIT SYRIEN : le Président Vladimir Poutine à propos du conflit syrien et du monde multipolaire actuel

» AFRIQUE/ TCHAD : Le Tchad exécute 10 membres présumés de Boko Haram, dès le lendemain de leur condamnation

» AFRIQUE/BURUNDI/ VIOLENCES POLITIQUES/ CRISE ET DESTABILISATION : savoir mener les bons combats qui garantissent la démocratie, la paix et la stabilité du pays

» AFRIQUE/ OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT : Corruption et développement en Afrique…

» EVEIL (Page noire d’Afrique)

» MONDE/ UE-FRANCE/ TERRORISME : les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué une douzaine de personnes au nom de leur conception religieuse haineuse

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL : Le président Alassane Ouattara à l’inauguration du stade international d’Akwa Ibom à Uyo (Nigéria)

» Etat fédéral et Etat unitaire en Afrique : forces et faiblesses en matière de développement

» AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

» AFRIQUE/ POLLUTION ET ENVIRONNEMENT/ SANTE PUBLIQUE : crise environnementale et menaces

» AFRIQUE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : le sous-développement socioéconomique et scientifique et l’extrême pauvreté peuvent perdre l’Afrique

» AFRIQUE/ AGRICULTURE/ PAIX ET SECURITE : l’émergence d’un continent freinée par des guerres nouvelles et des campagnes orchestrées d’insécurité

» SCIENCE/ MEDECINE/ ALERTE MEDICALE : les maladies cardio-vasculaires

» SYRIE/ UKRAINE/ REBELLION ET DEMOCRATIE : de nouveaux présidents élus dans des pays durablement déstabilisés par des forces démocratiques anachroniques

» AFRIQUE/ NIGERIA/ PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE ET TERRORISME : regain d’activités terroristes intempestives et barbares

» SCIENCE ET TECHNOLOGIE/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : vers quel futur ?

» AFRIQUE/ POLITIQUE ET VIOLENCES : ces guerres sales qui détruisent l’Afrique

» INTOLERANCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : peut-on mettre fin à la haine dans les rapports entre les humains?

» APARTHEID : L'apartheid vaincu par l’Afrique du Sud et la communauté internationale


Haut de page