EVEIL


Publié le 29/07/2018 à 00:41:19
AFRIQUE/ MODERNISATION/ INNOVATION : nouvelles avancées, nouveaux chantiers



 

«  Ethiopie : Ethiopian Airlines ajoute un 100e avion à sa flotte : Ethiopian Airlines a annoncé la réception de son 100e avion, un Boeing Dreamliner B787-9, ce mardi 05 juin 2018. C’est la première compagnie africaine à exploiter cet avion et le premier transporteur de l’histoire de l’aviation africaine à atteindre une flotte de cent avions. La compagnie nationale éthiopienne confirme ainsi son rôle de pionnier à tous égards sur le continent. »

 

Image associée


---------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

1 - ÉCONOMIE/ Afrique : L’innovation, le nouveau moteur de croissance en Afrique, (Banque mondiale)

 

Abidjan/ La salle de conférence du Bureau de la Banque Mondiale a servi de cadre à la présentation du nouveau rapport sur la situation économique en Afrique. C`était au cours d`un point de presse animé M. Albert Zeufack, économiste en chef de la Région Afrique. L’économiste en chef de la Banque mondiale pour la Région Afrique, Albert Zeufack estime que l’innovation, "la clé du futur", sera le nouveau moteur de croissance en Afrique. « Si elle adopte la technologie et met à profit l’innovation, l’Afrique peut accroître la productivité entre les secteurs et à l’intérieur de ceux-ci, et accélérer la croissance », a affirmé Albert Zeufack à l’ocasion du lancement d’Africa’s Pulse, une analyse semestrielle de l’état des économies africaines réalisée par la Banque mondiale. La dernière édition de Africa’s Pulse s’intéresse tout particulièrement au rôle que peut jouer l’innovation pour accélérer l’électrification en Afrique subsaharienne, et de ce fait, parvenir à une croissance économique solidaire et lutter contre la pauvreté.

 

D’après le rapport, pour que l’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne soit universel, il faut combiner des solutions associant le réseau national, ainsi que des « mini-réseaux » et des « micro-réseaux » desservant de petits groupes d’utilisateurs, mais aussi des systèmes domestiques hors réseau. Améliorer la réglementation du secteur électrique et la gestion des entreprises d’électricité reste la clé du succès, propose ce rapport.

 

Banque Mondiale / rapport sur la situation économique en Afrique/ 18 Avril 2018/ Publié le jeudi 19 avril 2018/ AIP/

 

https://news.abidjan.net/h/636092.html


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour  


2 - Le port d'Abidjan sera une infrastructure de référence dans la région ouest-africaine

 

Les autorités ivoiriennes ont révélé avoir prévu de 2012 à 2019 un important investissement de 760 milliards de francs CFA soit environ 1,1 milliard d'euros pour financer des travaux infrastructurels répondant au rêve de faire du port d'Abidjan un port de référence sur la côte ouest-africaine. Les dirigeants ivoiriens veulent faire du port d'Abidjan un port de référence dans la sous-région ouest-africaine. Pour y arriver, confie le directeur général du port d'Abidjan Hien Yacouba Sié, les autorités ont décidé d'injecter entre 2012 et 2019 près de 760 milliards de francs CFA, soit environ 1,1 milliard d'euros dans le développement du port. «L'Etat a une démarche volontariste pour que d'ici à 2020 le port d'Abidjan devienne le port de référence de la côte ouest-africaine et le premier port des Maliens», a déclaré le Ttop management qui s'exprimait cette semaine à l'occasion d'une visite du président malien Ibrahim Boubacar Keita, lors de son séjour en territoire ivoirien, accompagné du vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan.


Résultat de recherche d'images pour


Cet important investissement de l'Etat, estime Hien Yacouba Sié, est destiné à opérer plusieurs travaux pour accroître la compétitivité du port. Ainsi, la réalisation d'un port sec à Ferkessédougou (nord ivoirien) est prévue. Cette plateforme logistique au niveau de PK27 de 100 hectares devrait permettre de décongestionner la zone portuaire.

 

Les autorités ivoiriennes envisagent également un terminal céréalier d'un coût de 55 milliards francs CFA afin de permettre d'accroître le tirant d'eau actuel qui est de 9 mètres. Ce projet fait partie des travaux en vue de permettre l'accueil de grands navires et favoriser une économie d'échelle des opérateurs. Sur la liste des chantiers en cours, un projet de terminal «RO-RO» et du TC2 (deuxième terminal à conteneurs) pour un coût de 361,2 milliards de francs CFA. Ces infrastructures devraient permettre d'augmenter le trafic de transbordement et d'accueillir des navires de plus de 250 m, avec un tirant d'eau prévu à 16 m. Le gouvernement prévoit également d'élargir et d'approfondir le canal de Vridi, dans le sud d'Abidjan. Le projet qui nécessitera un investissement de 128 milliards de francs CFA permettra l'ouverture des voies de circulation et favoriser l'aménagement des espaces industriels et des parkings de camions.


Résultat de recherche d'images pour


_ Un important potentiel économique

Un des rares ports du Continent à réussir l'équilibre entre import et export, le trafic du port d'Abidjan a véritablement repris en 2016, avec un volume global de 22,5 millions de tonnes contre 21,7 millions en 2015. Selon la direction générale du port, ce dernier représente 76% des échanges extérieurs de la Côte d'Ivoire, 73% des recettes douanières et 60% des grandes industries du pays, avec à la clé, 55 000 emplois directs et indirects.

 

Par Sylvain Vidzraku  |  13/05/2018, 12:30  |  411  mots

 

https://afrique.latribune.fr/entreprises/services/transport-logistique/2018-05-13/cote-d-ivoire-le-port-d-abidjan-sera-une-infrastructure-de-reference-dans-la-region-ouest-africaine-778277.html


Résultat de recherche d'images pour

 

***

 

Résultat de recherche d'images pour  


Côte d'Ivoire: Port d'Abidjan, 110 milliards de FCFA pour la modernisation et l'extension du terminal minéralier partagés équitablement entre l'Etat et Sea-invest

 

Le Gouvernement ivoirien a adopté ce jour en sa réunion hebdomadaire, un décret portant approbation de la convention de concession pour la modernisation Rechercher modernisation et l’extension du terminal Rechercher terminal minéralier. Cette convention permettra de mobiliser pour le projet de modernisation Rechercher modernisation et d’extension du terminal Rechercher terminal minéralier du port d’Abidjan, un financement d’environ 110 milliards Rechercher 110 milliards de FCFA pour la réalisation d’investissements importants.

 

Cliquez pour AgrandirCôte d'Ivoire:  Port d'Abidjan, 110 milliards de FCFA pour la modernisation et l'extension du terminal minéralier partagés équitablement entre l'Etat et Sea-investIl s’agit de l’acquisition de matériels techniques supplémentaires, de l’aménagement des airs de manutention, de l’extension des espaces de stockages, du rempiètement et de l’approfondissement des quais du terminal Rechercher terminal minéralier du port d’Abidjan. Ce financement est reparti entre le concessionnaire et l’autorité portuaire représentant l’Etat de Côte d’Ivoire. Le concessionnaire Sea-Invest va y participer pour à peu près 55 milliards de FCFA et l’Etat de Côte d’Ivoire pour le même montant approximativement.

 

Wassimagnon, Abidjan / Faire découvrir l’Info/ © koaci.com- Mercredi 23 Mai 2018-

 

http://koaci.com/cote-divoire-port-dabidjan-milliards-fcfa-pour-modernisation-lextension-terminal-mineralier-partages-equitablement-entre-letat-invest-120010.html


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour

  

3 - Le Nigeria révisera ses tarifs d'électricité pour séduire les investisseurs

 

Le Nigeria veut réformer son système de tarification de l’énergie, d’ici 2021. L’objectif est d’améliorer son approvisionnement en électricité et d’attirer les investisseurs, souvent découragés par les coûts élevés de l’électricité auxquels s’ajoute le recours quasi systématique à des installations privées pour parer aux coupures intempestives. Près de la moitié des 190 millions de Nigérians sont privés d'électricité. Le pays envisage de réformer son système de tarification énergétique d'ici à 2021 pour améliorer son attractivité et sa fourniture en électricité, a déclaré Sanusi Garba, vice-président de la Commission nationale de régulation de l'électricité (NERC), en marge d'un panel au forum UK-Nigeria sur le commerce et l'investissement organisé par le Developing Market Associates à Londres.

 

La pénurie dans le secteur énergétique du pays le plus peuplé d'Afrique de l'Ouest a été accentuée par les difficultés du pouvoir à subventionner le secteur. Les prix ont en réalité été plafonnés en dessous de ce qu'ils coûtent à l'Etat pour produire et livrer de l'électricité. Par ailleurs, le réseau de distribution de l'électricité défaillant oblige les entreprises et les ménages à faire fonctionner des générateurs de carburant coûteux.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Plan de redressement ambitieux

Les insuffisances sont considérées comme une entrave à la croissance et des casseroles de plus à traîner par le président Buhari, en vue d'une réélection à la tête du pays, lors des élections de février prochain. La question de l'approvisionnement en électricité se pose régulièrement dans les pays africains. Les pénuries, les coupures sont génératrices de frustration, d'insatisfactions particulièrement redoutées par les chefs d'Etat en quête d'investiture. La décision d'alléger la facture énergétique des ménages et des entreprises au Nigeria cacherait-elle des visées électorales ? Rien n'est moins sûr. «Selon le plan, d'ici à 2021, les tarifs réguliers atteindront la parité avec les tarifs reflétant les coûts», selon une déclaration de Garba qui a ainsi annoncé un plan de redressement du secteur de l'énergie, considérant que la hausse des prix de l'électricité a été particulièrement difficile.


Et ce, d'autant plus que l'irrégularité de l'approvisionnement et les défauts de recouvrement (seuls 8 millions de clients sont sur la plateforme de facturation pour honorer leurs engagements) ont complètement plombé le secteur électrique. Il est question d'un plan de restructuration devant attirer plus d'investisseurs afin d'augmenter la capacité de production, de diversifier les sources d'énergie du gaz de la majorité du réseau. Le projet vise également à étendre le réseau à 10, voire 20 millions nouveaux clients.

 

Par Maimouna Dia/ 20/04/2018/

 

https://afrique.latribune.fr/economie/strategies/2018-04-20/le-nigeria-revisera-ses-tarifs-d-electricite-pour-seduire-les-investisseurs-776043.html


Résultat de recherche d'images pour


***

 

Résultat de recherche d'images pour


Nigeria : la Banque mondiale casque un milliard de dollars pour l’énergie

 

Le Nigeria et la Banque mondiale sont dans les dernières phases de négociation pour l’octroi d’un prêt d’un milliard de dollars. Les fonds sont destinés au Programme de redressement du secteur énergétique nigérian (PSRP). Le PSRP est constitué d’une série d’actions politiques, de gouvernance et d’intervention financières qui sera menée par le gouvernement au cours des cinq prochaines années. Son objectif est de restaurer la viabilité financière du secteur, d’accroitre la transparence et la fourniture des différents services ainsi que la satisfaction des clients.

Le programme ambitionne également de réduire les pertes subies par le réseau et d’adapter l’industrie de la fourniture énergétique à la croissance à venir. Le secteur énergétique nigérian est en effet, en proie, depuis plusieurs années, à une crise plus ou moins aigue selon les périodes, qui a ralenti significativement la croissance économique.

 

Par Ndeye Magatte Kebe/ 01 mars, 2018/

 

https://www.financialafrik.com/2018/03/01/nigeria-la-banque-mondiale-casque-un-milliard-de-dollars-pour-lenergie/


Image associée


---------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour


4 - Ethiopie : vers une privatisation partielle du capital des entreprises publiques

 

Le gouvernement éthiopien est conscient du poids que peuvent apporter les investissements privés dans le développement économique du pays et surtout dans l'atteinte d'une croissance soutenue et durable recherchée depuis des années. Dans les réformes essentielles prévues pour l'exercice 2017, les autorités éthiopiennes envisagent d'ouvrir le capital de certaines entreprises publiques aux investisseurs étrangers. Le Premier ministre, Hailemariam Desalegn soutient que la démarche vise la modernisation de ces sociétés d'Etat.

 

Conformément à la politique de modernisation mise en œuvre ces dernières années, le gouvernement a décidé de l'ouverture du capital de certaines entreprises publiques aux investisseurs étrangers. Lors d'une conférence de presse tenue à Addis-Abeba, le Premier ministre, Hailemariam Desalegn a expliqué que la cession des participations dans certaines aux investisseurs privés n'a pas été décidée à cause d'un besoin de financement mais participe à la modernisation de ces structures. « Ce n'est pas à cause d'un besoin de financement, mais parce que nous voulons moderniser le système lui-même », précise Desalegn. Pour la Primature, l'entrée d'entreprises étrangères dans le capital des établissements publics signifie également un transfert de technologie de savoir-faire et de capacité de gestion.


Résultat de recherche d'images pour


_ Ethiopian Shipping and Logistics Services Enterprise d'abord

Le premier ministre éthiopien avance que dans sa démarche, son gouvernement entend débuter avec l'ouverture du capital d'Ethiopian Shipping and Logistics Services Enterprise pour juger des premières retombées. Il n'a pas précisé la taille des participations que l'Etat compte céder aux investisseurs étrangers. Hailemariam Desalegn a également fait savoir que les capitaux d'autres entreprises devront être ouverts dans les mois à venir.  Alors que les secteurs des télécommunications et des banques de l'Ethiopie sont très convoités par les investisseurs étrangers, le Chef du gouvernement éthiopien n'a pas évoqué ces secteurs dans son intervention. Les nombreux investissements publics effectués dans le domaine des infrastructures ces dernières années ont permis de tirer la croissance de l'Ethiopie dont l'économie est devenue l'une des plus dynamiques d'Afrique.

 

L'ouverture du capital de certaines entreprises aux investissements privés locaux et étrangers est l'une recommandation du Fonds monétaire international (FMI). L'institution n'a jamais cessé d'inviter les autorités éthiopiennes de lancer des réformes dans ce sens afin de maintenir des taux de croissance élevés.

 

Par Didier Assogba/ 13/01/2017/

 

https://afrique.latribune.fr/afrique-de-l-est/ethiopie/2017-01-13/ethiopie-vers-une-privatisation-partielle-du-capital-des-entreprises-publiques.html


Résultat de recherche d'images pour  


***


Résultat de recherche d'images pour

  

Ethiopie : le discours de réconciliation du nouveau Premier ministre Abiy Ahmed

 

En Ethiopie, le nouveau Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a été investi, ce lundi 2 avril, par le Parlement devant lequel il a prononcé un discours de réconciliation nationale. Il promet de mettre en œuvre des réformes démocratiques, notamment pour désamorcer les tensions dans la province d'Oromiya, dont il est originaire. Abiy Ahmed est le premier Oromo, ethnie majoritaire en Ethiopie, à devenir chef de gouvernement à Addis.

 

Il est devenu Premier ministre sans surprise. Abiy Ahmed a été investi par un Parlement totalement contrôlé par le parti au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (EPRDF). C’est son discours qui a créé la surprise. Après avoir reçu la Constitution des mains de son prédécesseur, Abiy Ahmed monte à la tribune. « C'est un moment historique », commence-t-il. « Nous ne devrions pas gâcher l'occasion alors que la situation est critique. »


Image associée


Le nouveau chef de gouvernement déclare ensuite que les Éthiopiens devaient se pardonner les uns les autres « du fond du cœur ». Faisant allusion aux personnes blessées ou emprisonnées lors des récentes manifestations, Abiy Ahmed a demandé pardon, là encore, « du fond du cœur ». Il tend les bras à l'opposition politique, aux groupes de défenses des droits, aux journalistes... « Désormais, nous ne vous considérerons plus comme des ennemis, nous vous verrons comme des frères », a-t-il ajouté.

 

Le nouveau Premier ministre n'a toutefois pas indiqué s'il comptait lever l'état d'urgence. Cette mesure, pour beaucoup de dissidents, traduirait, dans les faits, ses déclarations d'apaisement. Pendant l’état d’urgence, en effet, au moins 1 100 personnes ont été arrêtées et sont toujours derrière les barreaux. Abiy Ahmed a également tendu la main au voisin et ennemi érythréen. « Pour le bien commun de nos deux pays, nous sommes prêts à résoudre nos divergences par la discussion », a-t-il assuré.

 

Enfin, le président de la coalition lance un appel à la diaspora : « Rentrez à la maison et partagez la richesse de votre savoir. » Avant de conclure en évoquant la mémoire de sa mère, décédée, et de sa femme. Les députés semblent conquis, tout comme les habituels opposants sur les réseaux sociaux. Mais le nouveau chef du gouvernement devra vite passer des paroles aux actes, comme l'a résumé la légende de l'athlétisme, Hailé Gébré Sélassié auprès d'Associated Press.

 

Par RFI / Publié le 02-04-2018 / Modifié le 03-04-2018/

 

http://www.rfi.fr/afrique/20180402-ethiopie-investiture-premier-ministre-abiy-ahmed-dicours-reconciliation


Résultat de recherche d'images pour

 

---------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour "addis ababa city, 2018"  

  

5 - Éthiopie: Visa électronique pour tous les voyageurs, désormais effectif

 

Tous les visiteurs internationaux qui se rendent en Éthiopie depuis le vendredi 1er juin 2018, peuvent obtenir leur visa électronique en ligne. C’est grâce à la collaboration fructueuse entre le Département éthiopien de l'immigration et des questions de nationalité et la compagnie nationale Ethiopian Airlines.


Résultat de recherche d'images pour "Ethiopian Airport, Visa électronique"

 

_ Éthiopie, les E-visas disponibles pour tous les visiteurs

Initialement lancé en juin 2017, le service E-visa était jusque-là réservé à un nombre limité de pays. Sous la nouvelle initiative, désormais tous les visiteurs internationaux qui voyagent pour l’Éthiopie peuvent initier la démarche d’obtention de leur visa en ligne. Le visa électronique est en effet traité et publié sur une seule page Web où les candidats font la demande, payent et sécurisent leur visa d'entrée en ligne. Une fois la demande approuvée, les candidats recevront un courrier électronique les autorisant à se rendre en Éthiopie. C’est à l’arrivée à Addis-Abeba que les passeports seront maintenant estampillés pour ceux ayant sollicité cette procédure.

 

Commentant ce nouveau développement, M. Tewolde Gebremariam, PDG d’Ethiopian Airlines a indiqué que « ce projet fait partie d'une nouvelle initiative nationale visant à transformer le secteur du tourisme dans le pays. Le lancement complet du système de demande et de délivrance de visas en ligne favorisera le tourisme, le commerce et l'investissement dans le pays. Cela fera économiser du temps, de l'énergie et des dépenses pour les voyageurs en route pour l’Éthiopie, en plus de la simplicité et de la commodité qu'il facilite ».

 

« Nous sommes ravis d’avoir travaillé en collaboration avec Ethiopian Airlines pour la mise en œuvre effective des E-visa », s’est félicité Gebreyohannes Teklu, Directeur du Département éthiopien de l'immigration, avant d'ajouter : « Maintenant les visiteurs internationaux en Éthiopie, de n'importe quel pays du monde, utiliseront ce service. En outre, nous avons mis en place un centre de contact dédié pour fournir des commentaires sur l'expérience de nos utilisateurs avec notre service en ligne ».

 

Auteur : NGUEYAP ROMUALD / Publié le : 05 juin 2018

 

https://www.afrique-sur7.fr/395354-ethiopie-visa-electronique-voyageurs


Résultat de recherche d'images pour "Ethiopian Airlines, visa, 2018"  


---------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour "Ethiopian Airlines ajoute un 100e avion à sa flotte"

  

6 - Ethiopian Airlines ajoute un 100e avion à sa flotte

 

Ethiopian Airlines a annoncé la réception de son 100e avion, un Boeing Dreamliner B787-9, ce mardi 05 juin 2018. C’est la première compagnie africaine à exploiter cet avion et le premier transporteur de l’histoire de l’aviation africaine à atteindre une flotte de cent avions. La compagnie nationale éthiopienne confirme ainsi son rôle de pionnier à tous égards sur le continent.


Résultat de recherche d'images pour "Ethiopian Airlines ajoute un 100e avion à sa flotte"


_ Ethiopian Airlines prendra possession de son 100e avion en juin

« C'est un immense honneur pour nous d'atteindre le cap des 100 avions. Cette étape est la continuation de notre rôle de leader historique dans l'aviation en Afrique et témoigne de la mise en œuvre réussie de notre plan de croissance rapide, rentable et durable, Vision 2025 », a commenté Tewolde GebreMariam, P.D.G. d’Ethiopian Airlines. Ethiopian Airlines a été la première compagnie à proposer des vols en turboréacteur sur le continent en 1962. Elle a également exploité le premier Boeing B767 africain en 1984, le premier Boeing B777-200LR africain en 2010, le premier Boeing B787-8 Dreamliner et le premier Boeing B777-200 cargo en Afrique en 2012, le premier Airbus A350 africain en 2016 et le premier B787-9 africain en 2017.

 

« Ce cap de 100 avions, que nous avons franchi avant nos objectifs Vision 2025, nous oblige à réviser nos plans en vue d'introduire progressivement plus d'avions et d'élargir notre réseau afin de répondre aux besoins croissants de notre continent et de soutenir son développement économique et son intégration en facilitant le flux d'investissement, le commerce et le tourisme. Nous continuerons de connecter de plus en plus d'Africains avec leurs concitoyens du continent et avec leurs frères et sœurs du reste du monde pour améliorer chaque jour la vie », a ajouté Tewolde GebreMariam.


Image associée


_ Ethiopian Airlines : Une flotte moderne au service l'Afrique et du Monde

La modernisation et l'expansion de la flotte constituent l'un des quatre piliers essentiels de la feuille de route stratégique Vision 2025 d’Ethiopian Airlines. La compagnie basée à Addis-Abeba opère maintenant l'une des flottes les plus jeunes et modernes avec un âge moyen de moins de 5 ans. Ethiopian Airlines exploite une flotte de 23 Boeing B737s (07 B737 et 16 B738), 22 Dash8-Q400, 21 Boeing Dreamliner (19 B787-8 et 02 B787-9), 16 Boeing B777s (12 B772s et 04 B773s), 09 Airbus A350-900, 06 Boeing B767-300 et 02 Boeing B757s. La compagnie dispose de 05 Boeing 787-9 et de 16 Airbus A350 en commande. Avec un réseau en pleine expansion, Ethiopian Airlines dessert maintenant plus de 110 destinations internationales couvrant cinq continents.

 

Auteur : NGUEYAP ROMUALD / Publié le : 24 mai 2018

 

https://www.afrique-sur7.fr/394354-ethiopian-airlines-100e-avion-flotte


Résultat de recherche d'images pour "Ethiopian Airport"


---------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour

  

7 - INVESTISSEMENT EN AFRIQUE : LES GRANDS PROJETS D’INFRASTRUCTURES À SUIVRE DE PRÈS

 

Ports, routes, aéroports, transports ferroviaires…, les chantiers d’infrastructures foisonnent sur le continent. Revue détaillée des marchés publics à guetter en Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Congo et au Burundi.

 

Avec près de 50 milliards de DH d’investissements en infrastructures consentis chaque année en Afrique, les marchés à prendre ne manquent pas sur le continent pour les opérateurs nationaux du BTP, de plus en plus à l’étroit au niveau local. La Vie éco dresse un florilège des projets d’infrastructures prévus dans les pays parmi les plus prisés par les opérateurs nationaux, sur la base d’un appel à projets intervenu lors du dernier Forum africain des infrastructures (FAI).

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Côte d’Ivoire : nouveaux aménagements en série pour le port de San Pedro

Cap vers la Côte d’Ivoire d’abord, où les consultations vont bientôt être lancées pour la réalisation de deux gares routières. La première, s’étalant sur 25 ha, prend place à Abidjan et mobilisera un investissement de plus de 630 MDH, sachant que l’Etat ivoirien est à la recherche de partenaires autant pour le financement, la construction, l’exploitation que l’entretien de cette structure. Le deuxième marché porte, lui, sur la construction, l’équipement et l’exploitation d’une gare routière à Bouaké qui est réalisée dans le cadre du plan ivoirien de construction de gares routières dans les pôles économiques régionaux. L’infrastructure qui prendra place sur un terrain de 10 ha nécessitera une enveloppe de plus de 230 MDH. S’ajoute à cela une dizaine de centres d’examen du permis de conduire commandés par l’Etat ivoirien pour améliorer la qualité de service de son administration. Répartis entre Abidjan, Bouaké, San Pedro, Yamoussoukro, Korhogo, Daloa, Odienné, Man, Gagnoa et Abengourou, ces centres devraient être réalisés pour près de 70 MDH.

 

Vient ensuite un chantier d’envergure consistant en la construction et l’exploitation d’une ligne de chemin de fer reliant Ouangolodougou, Niellé et Sikasso. L’infrastructure, partie intégrante d’un vaste projet de liaison ferroviaire entre le Mali et la Côte d’Ivoire, devrait mobiliser une enveloppe de plus de 1,2 milliard de DH. En matière d’infrastructure portuaire, un projet en phase d’être mis en œuvre porte sur le remblaiement et la viabilisation de la baie lagunaire de Vridi-Bietry ainsi que la construction d’un pont sur le site, intégré à la zone portuaire d’Abidjan. Le coût de l’ensemble est estimé à plus de 2,4 milliards de DH.

 

Mais c’est surtout le port de San Pedro qui devrait voir défiler les nouveaux aménagements. Un projet de plateforme logistique et une zone industrielle de 150 ha y est en effet prévu, qu’il s’agit de viabiliser, d’aménager et d’exploiter pour un coût annoncé de plus de 1,3 milliard de DH. Vient ensuite au niveau du même port un projet d’aménagement et d’exploitation d’un terminal polyvalent commercial qui s’étalera sur 5 hectares pour un investissement dépassant les 750 MDH. A cela s’ajoute encore un projet de terminal polyvalent industriel qui consistera en la construction d’un quai, l’aménagement d’une zone de stockage ainsi que la fourniture et l’installation d’équipements de manutention. La réalisation de cette infrastructure nécessitera plus de 300 MDH. L’infrastructure aéroportuaire n’est pas en reste avec un marché qui sera prochainement lancé pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’un nouvel aéroport international de San Pedro ainsi que son Aérocité. L’équipement prévu sur une superficie de près de 2 000 ha nécessitera plus de 700 MDH.

 

Résultat de recherche d'images pour  


_ Guinée : le développement et l’entretien des routes érigés en priorité stratégique

Du côté de la République de Guinée, l’actuel plan de développement du pays qui court sur la période 2016 à 2020 fait la part belle au développement et à l’entretien des infrastructures routières. Si l’on ne retient que les plus importants marchés publics qui devraient être lancés dans ce sillage, il s’agit de la réalisation d’une nouvelle voie entre Daboula et Kouroussa sur 165 km, la réhabilitation de la route reliant Coyah à la frontière avec le Sierra Léone ou encore la construction et le bitumage des routes Boké-Quebo et Labé-Mali-Kedougou d’un linéaire de 72 km et 185 km respectivement. 

Aussi, parmi les grands marchés publics à venir dont, il faut le souligner, la plupart ont déjà des bailleurs de fonds, figure la réalisation d’une autoroute reliant Coyah-Kindia-Mamou-Dabola sur 370 km. Avec tout cela le pays passera encore commande sur les années à venir d’un chemin de fer à réaliser sur 1 142 km pour relier Conakry à Bamako en passant par Kankan.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Mali : des projets à foison dans l’infrastructure du transport

Ce qui nous amène au Mali où les projets d’infrastructures en tout genre foisonnent. En matière de transport routier d’abord, le pays prévoit la construction de deux nouveaux ports secs à Kayes et à Sikasso. Le premier, étalé sur 40 hectares, devrait mobiliser pas moins de 256,5 MDH, tandis que le second équipement prévu sur un foncier de 30 hectares nécessitera 239,5 MDH. S’ajoute à cela la construction d’une nouvelle gare routière à Bamako pour 80,4 MDH. Les prestataires nationaux spécialistes des documents d’identité sécurisés peuvent eux aussi trouver des débouchés intéressants dans le pays, à savoir que l’Etat malien compte mettre en place un système centralisé d’émission et de suivi des permis de conduire biométriques et de cartes grises sécurisées pour une enveloppe de 181,8 MDH.

 

Viennent ensuite plusieurs projets de transport ferroviaire, s’insérant dans le programme d’action prioritaire de développement du transport ferroviaire dans l’espace UEMOA. Quelque 16,5 milliards de DH devraient être mobilisés pour réaliser la partie malienne de la voie reliant Bamako à Ouangolodougou. Une autre nouvelle voie entre Bamako et Conakry nécessitera 10,1 milliards de DH pour sa construction. Le Mali doit aussi investir 12,8 milliards de DH pour prendre en charge une portion de la future voie entre Bamako et San Pedro. A côté de cela, il s’agira de réhabiliter la voie ferrée Bamako-Dakar pour un coût estimé, rien que pour la portion malienne, à 13,7 milliards de DH.

Avec tout cela, le Mali devrait encore investir dans la mise à niveau de son transport fluvial par la construction du port terminus d’Ambidédi pour une enveloppe estimée à 256,4 MDH. De même, une mise à niveau de l’aéroport de Sikasso Dignangan est programmée avec une modernisation des équipements et des infrastructures techniques ainsi que la réalisation d’une aérogare de fret.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Congo : un programme national pour réaliser 20 000 logements sur 5 ans

Côté Congo, la priorité est donnée par les pouvoirs publics à la garantie de l’accès des populations aux services de base. Le pays pave ainsi le chemin pour la concrétisation de programmes immobiliers portant sur des logements pour les classes moyennes ainsi que des habitats sociaux a Brazzaville, Pointe-Noire et Dolisie.

 

Le tout pour une consistance totale de 20 000 logements à réaliser sur les 5 prochaines années. Les autres marchés dans le pipe concernent le Pont Route Rail Brazzaville-Kinshasa dont les études techniques détaillées ont déjà été finalisées. S’ajoutent à cela de nombreux investissements à réaliser dans le secteur de l’énergie. Dans le détail, il s’agit du complexe hydroélectrique de Sounda d’une puissance de 600 MW, le complexe hydroélectrique de Mourala de 60 à 80 MW, les complexes hydroélectriques de Kouémbali (150 MW) et de Cholet (600MW) et enfin des projets de productions indépendantes d’électricité avec turbines à gaz à Pointe-Noire.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Le Burundi relifte ses ports et aéroports

S’agissant enfin du Burundi, près d’une dizaine de projets d’envergure devraient être initiés sur les années à venir, touchant d’abord les routes. Une autoroute entre Bujumbura et Gitega de 100 km ainsi qu’une route nationale d’un linéaire de 124km devraient être aménagés pour un coût de près de 1,9 et 1,4 milliard de DH respectivement. Citons encore, en matière de ports, un projet d’extension et de modernisation du port de Bujumbura pour une enveloppe de 701,1 MDH. De même, un chantier d’extension et de modernisation de l’aéroport international de Bujumbura et de celui de Bugendana sont dans le pipe. S’ajoute encore à tout cela un projet de nouvelle voie ferroviaire entre Uvinza et Musongati dont le coût est estimé à pas moins de 14 milliards de DH.

 

16 janvier 2018/ Reda Harmak/

 

http://lavieeco.com/news/economie/investissement-en-afrique-les-grands-projets-dinfrastructures-a-suivre-de-pres.html


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ SANTE PUBLIQUE/ DECES SUSPECTS OU CONTROLE DEMOGRAPHIQUE : Trop de décès bizarres et suspects en Afrique, à qui la faute ?

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : En attendant la vérité, le dialogue et la paix (perspectives politique et économique et élections générales de 2020

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE : Et maintenant, à fond la délinquance politique (Hors du pouvoir, il était si facile de diaboliser des adversaires politiques)

» Côte d’Ivoire/ Politique/ Déstabilisation : Les partis politiques ivoiriens fragilisés

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Chefs d’Etat et leaders empêchés de travailler pour leurs peuples (Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Konan Bédié, Laurent Gbagbo…)

» AFRIQUE/ CRIMINALITE/ VIOLENCES : ces criminels qui nous détruisent et nous divisent…

» POLITIQUE/ GOUVERNANCE / ECONOMIE : un monde en mutation (éveil, restructuration, guerres et persistance des zones d’ombre)

» PAIX ET JUSTICE : ces actes forts d’amour, de non violence et de justice qui ont conduit à la mort (exécutés car trop justes, trop honnêtes et trop pacifistes)

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ GUERRES : conflits politiques et guerres permanentes (libérer ces peuples des violences politiques)

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE : perspectives politique et sociale

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : développement, lutte contre la pauvreté et le chômage (avancées et incertitudes)

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT/ PAIX ET SECURITE : les grandes annonces du sommet UA-UE 2017 d’Abidjan

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ MAUVAISE GOUVERNANCE : le réveil tardif des juges et des militaires contre les crimes politiques, économiques et l’arbitraire

» ASIE/ DEFENSE ET SECURITE/ ECONOMIE : persistance des défis économiques et sécuritaires, risques de guerre majeure

» MONDE/ NOBEL 2017 : les lauréats du Prix Nobel 2017

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : raccourcis démocratiques, violences antidémocratiques et clairvoyances économiques

» AFRIQUE/ FONDS DORMANTS/ FONDS ILLICITES/ CORRUPTION ET FRAUDES : ces capitaux qui ne profitent pas au continent

» AFRIQUE/ RENOUVEAU : perspectives politiques, perspectives économique et sociale

» FRANCE/ TERRITOIRES/ Ex-Colonies : attentes de renouveau, de leadership éclairé et de développement véritable

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ POLITIQUE : réformes importantes, gouvernance et perspectives

» SANTE/ ALIMENTATION ET HYGIENE/ ALIMENTS DANGEREUX : ces aliments qui ne sont pas des nutriments

» MONDE/ DROGUES/ CRIMES ET NARCOTRAFIC : comment mettre fin à la puissance des cartels et des criminels de la drogue ?

» AFRIQUE/ LIBYE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TERRORISME : une puissance politique et économique africaine incapable de surmonter ses crises (où sont-ils passés ces démocrates qui ont déstabilisé durablement la Libye ?)

» MONDE/ SPORT/ BOXE/ MUHAMMAD ALI : décès d’un champion de la boxe et d’une légende du sport (j’ai aimé la boxe avec Muhammad Ali, j’ai cessé de m’intéresser à la boxe après Ali)

» MONDE / ALLEMAGNE/ GENOCIDE ARMENIEN : la nouvelle Allemagne reconnait le génocide arménien (condamnation du passé hitlérien de l’ancienne Turquie/Empire ottoman)

» MONDE/ USA/ ARMES A FEU ET VIOLENCES/ TUERIES MASSIVES D’INNOCENTS : Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ THOMAS SANKARA : le Burkina Faso redécouvre son ancien leader, 28 ans après (mieux vaut tard que jamais)

» MONDE/ SYRIE/ GUERRE CONTRE LE TERRORISME : l’aide militaire décisive de la Russie à l'Etat syrien va contribuer à imposer la paix

» MONDE/ RUSSIE/ CONFLIT SYRIEN : le Président Vladimir Poutine à propos du conflit syrien et du monde multipolaire actuel

» AFRIQUE/ TCHAD : Le Tchad exécute 10 membres présumés de Boko Haram, dès le lendemain de leur condamnation

» AFRIQUE/BURUNDI/ VIOLENCES POLITIQUES/ CRISE ET DESTABILISATION : savoir mener les bons combats qui garantissent la démocratie, la paix et la stabilité du pays

» AFRIQUE/ OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT : Corruption et développement en Afrique…

» EVEIL (Page noire d’Afrique)

» MONDE/ UE-FRANCE/ TERRORISME : les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué une douzaine de personnes au nom de leur conception religieuse haineuse

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL : Le président Alassane Ouattara à l’inauguration du stade international d’Akwa Ibom à Uyo (Nigéria)

» Etat fédéral et Etat unitaire en Afrique : forces et faiblesses en matière de développement

» AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

» AFRIQUE/ POLLUTION ET ENVIRONNEMENT/ SANTE PUBLIQUE : crise environnementale et menaces

» AFRIQUE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : le sous-développement socioéconomique et scientifique et l’extrême pauvreté peuvent perdre l’Afrique

» AFRIQUE/ AGRICULTURE/ PAIX ET SECURITE : l’émergence d’un continent freinée par des guerres nouvelles et des campagnes orchestrées d’insécurité

» SCIENCE/ MEDECINE/ ALERTE MEDICALE : les maladies cardio-vasculaires

» SYRIE/ UKRAINE/ REBELLION ET DEMOCRATIE : de nouveaux présidents élus dans des pays durablement déstabilisés par des forces démocratiques anachroniques

» AFRIQUE/ NIGERIA/ PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE ET TERRORISME : regain d’activités terroristes intempestives et barbares

» SCIENCE ET TECHNOLOGIE/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : vers quel futur ?

» AFRIQUE/ POLITIQUE ET VIOLENCES : ces guerres sales qui détruisent l’Afrique

» INTOLERANCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : peut-on mettre fin à la haine dans les rapports entre les humains?

» APARTHEID : L'apartheid vaincu par l’Afrique du Sud et la communauté internationale


Haut de page