EVEIL


Publié le 18/09/2018 à 14:50:33
COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE : Et maintenant, à fond la délinquance politique (Hors du pouvoir, il était si facile de diaboliser des adversaires politiques)



 

0.1 – « Côte d’Ivoire/ Politique : Le PDCI-RDA dénonce ces tracasseries qui violent constamment les dispositions de la constitution. L’article 14 de la constitution garantit aux citoyens un égal accès aux emplois publics et interdit toute discrimination dans l’accès auxdits emplois ou dans leur exercice fondée sur le sexe, l’ethnie ou les opinions politiques, religieuses ou philosophiques. Le PDCI-RDA rappelle également que l’article 19 de la constitution garantit à tous la liberté de penser et la liberté d’expression ainsi que le droit d’exprimer et de diffuser librement ses idées. Le PDCI-RDA condamne fermement les pratiques tendant à la déstabilisation et à l’affaiblissement des Partis Politiques concurrents en vue de s’assurer le monopole du contrôle et de l’animation politique nationale. L’existence des Partis Politiques est une exigence démocratique affirmée par l’article 25 de la constitution. »


Résultat de recherche d'images pour

  

0.2 - « Côte d’Ivoire/ Le PDCI-RDA vidé de son siège à Port Bouët et d'autres localités par les pro-RHDP : Le siège Rechercher siège du PDCI-RDA est fermé aux délégués récemment nommés par Henri Konan Bédié Rechercher Bédié après le départ de certains de ses cadres au Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Nous apprenons que, le week-end dernier , Alain Adja nommé délégué communal de Port Bouët, a été interdit de rentrer au siège du parti par les partisan du ministre , Siandou Fofana. La même scène a été signalée dans les villes de Bouaflé, Didievi et à Brobo où selon nos informations, le logo du parti sur le mur a été effacé et remplacé par celui du RHDP. Selon un membre du parti de Bédié Rechercher Bédié interrogé ce lundi par KOACI, ces actions des militants de la coalition au pouvoir visent à « mettre en péril la démocratie et une tentative d’intimidation avant les élections locales d’octobre prochain. » ».

 

Résultat de recherche d'images pour

 

-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

1 - CÔTE D'IVOIRE/ POLITIQUE/ SOCIAL : LA VIOLENCE EST DEVENUE MAÎTRESSE DU JEU

 

Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, il n’y a qu’un langage qui a des chances certaines d’être compris et écouté : la violence. Ce sont les violents qui sont récompensés. Bédié a été renversé dans la violence, d’un putsch militaire. Laurent Gbagbo, après avoir été attaqué, a été éjecté dans la violence d’un coup d’État constitutionnel. Les 8.400 soudards qui sont entrés en violente mutinerie au son des rafales et crépitements de Kalach, ont obtenu chacun 15 millions de nos francs.

Les Microbes, ces délinquants présentés officiellement comme des «enfants en conflit avec la loi» pour mieux les caresser dans le sens du poil (à l'instar des rebelles ivoiriens baptisés pompeusement Forces nouvelles), dépouillent les uns, agressent les autres à coups de violence, etc.


Résultat de recherche d'images pour


Le message a été compris et bien reçu dans nos lycées et collèges. Le phénomène, au départ marginal, de l’anticipation des congés par les élèves est ainsi devenu désormais national. Et prend des proportions inquiétantes: des postes de police et de gendarmerie sont attaqués, des actes de sabotage et de violence sont orchestrés, etc. pour obtenir la fermeture des établissements et aller en congé avant la lettre, partout sur toute l’étendue du territoire. Le pays récolte ce que la sédition a semé: en lieu et place de la présumée injustice induite par la politique dite de xénophobie et d’Ivoirité, les actions de subversion et de déstabilisation ont introduit durablement le désordre qui, d’institutionnel, est devenu une gangrène sociale. Houphouët-Boigny avait prévenu : «Je préfère l’injustice au désordre. L’injustice, on peut la réparer; le désordre, on sait quand il commence mais on ne sait jamais quand il finit», disait-il à raison. La Côte d’Ivoire l’apprend à ses dépens.

 

Ferro M. Bally/ Vendredi 22 Décembre 2017/ La Dépêche d'Abidjan

 

https://www.ladepechedabidjan.info/COTE-D-IVOIRE-LA-VIOLENCE-EST-DEVENUE-MAITRESSE-DU-JEU_a25216.html

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour  

 

2 - Côte d’Ivoire/ Ville de Soubré : Les maires de Côte d'Ivoire condamnent les violences et soutiennent le Maire et son Conseil Municipal

 

L'Union des villes et communes de Côte d'Ivoire (UVICOCI) a déploré, dans un communiqué dont Linfodrome a reçu copie, les récentes violences intervenues à Soubré suite à l'incendie du marché central de la ville, du domicile du maire et des locaux de l’Hôtel de Ville. Le lundi, 5 février 2018, au réveil, les maires de Côte d’Ivoire ont appris avec regret, l’incendie du marché central de la ville de Soubré. Deux jours plus tard, les maires constatent que la presse nationale fait état, cette fois-ci, de violences qui ont occasionné l’incendie du domicile du maire et des locaux de l’Hôtel de Ville.


Résultat de recherche d'images pour


Réunis en Assemblée Générale, ce mercredi 07 février 2018, les maires de Côte d’Ivoire regrettent ces violences et les condamnent avec la plus grande fermeté. Ils appellent les populations au calme, à la responsabilité et au dialogue pour régler tout différent. L’Union des villes et Communes de Côte d’Ivoire apporte son soutien au Maire et au Conseil Municipal de Soubré et appelle de tous ses vœux plus de paix et de cohésion sociale dans cette cité cosmopolite afin d’éviter d’entacher les efforts du Président de la République et du Gouvernement dans la quête d’émergence de notre si beau pays.

 

Fait, à Abidjan, le 7 février 2018/ L’Assemblée Générale

 

http://www.linfodrome.com/societe-culture/36451-soubre-les-maires-de-cote-d-ivoire-condamnent-les-violences-et-soutiennent-le-maire-et-son-conseil-municipal


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Image associée

 

3 - Côte d'Ivoire/ Social : deux morts dans un conflit foncier dans l'ouest (gouvernement)

 

Deux personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées lors d'un conflit foncier qui a également fait 1.500 déplacés ces dernières semaines dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, régulièrement le théâtre de violences liées à la propriété foncière, a annoncé mercredi le gouvernement ivoirien. "Il y a des troubles qui ont été relevés dans cette partie du pays (ouest, NDLR) depuis plusieurs semaines (...). Ces troubles ont pour origine principalement le fait que des forêts classées ou non sont convoitées par plusieurs communautés. Les communautés autochtones mais également les communautés allogènes étrangères ou ivoiriennes", a déclaré à la presse Bruno Koné, porte-parole du gouvernement. "Le bilan à ce jour fait état malheureusement de deux morts, de nombreux blessés, de campements incendiés. (...) 1.500 personnes sont aujourd'hui déplacées pour se mettre en sécurité", a-t-il poursuivi. Le gouvernement "s'organise pour prendre rapidement des mesures de protection des populations" à travers le "renforcement (...) des forces armées dans la zone" et le "soutien en vivres", a-t-il assuré.


Résultat de recherche d'images pour


C'est "un problème difficile", a reconnu M. Koné, précisant que le gouvernement a mis en place un "comité de règlement du conflit". Seulement 4% des terres agricoles sont enregistrées avec un titre de propriété en Côte d'Ivoire, où l'économie est dominée par l'agriculture, une situation à l'origine de conflits fonciers parfois très meurtriers. Le gouvernement ivoirien avait annoncé en 2013 l'immatriculation sur dix ans de 23 millions d'hectares de terres en vue de régler la question agraire mais le projet est resté lettre morte. En Côte d'Ivoire, l'agriculture représente 24% du produit intérieur brut (PIB), selon le ministère de l'Agriculture et deux tiers de la population active vivent de l'agriculture ou d'activités liées à l'exploitation de la terre.

Ce flou dans le domaine foncier est à l'origine de fortes tensions et de violences interethniques depuis des années, notamment dans l'Ouest, grande région productrice du cacao, dont la Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial.

 

AFP/ Publié…/ (Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant)

 

http://rti.ci/infos_societe_19894_cote-d-ivoire-deux-morts-dans-un-conflit-foncier-dans-l-ouest-gouvernement.html


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour   


4 - Côte d'Ivoire/ Politique/ Social : 11 Ong se réunissent pour condamner le meurtre du militant du RACI, le MVCI parle d'un climat de terreur et de violence

 

En réaction ce jour au meurtre Rechercher meurtre à la machette samedi dernier à Korhogo Rechercher Korhogo d'un militant du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI) par des militants se réclamant du pouvoir, lors d'un rassemblement (voir article), les ONG Rechercher ONG ivoiriennes de défense des Droits humains condamnent et exigent des garanties pour l’exercice des libertés publiques en Côte d’Ivoire.

 

Les 11 organisations parmi lesquelles le Midh Rechercher Midh et la Lidho, à travers une déclaration conjointe transmise à KOACI,  condamnent avec fermeté "la violence injustifiée contre les partisans du RACI Rechercher RACI et s’insurgent contre le rétrécissement des espaces d’expression des libertés démocratiques." comme relevé. Alors qu'hier nous vous informions que le tribunal de Korhogo Rechercher Korhogo faisait face à des pressions politiques pour maquiller l'affaire (voir article), les ONG Rechercher ONG demandent au autorités "d'ordonner l’ouverture d’une enquête judiciaire sur lesdits évènements ayant causé la mort d’homme" et de "garantir toutes les libertés d’association, de réunion et de manifestation pacifique telle que stipulée dans la Constitution ivoirienne".


Résultat de recherche d'images pour


Par ailleurs également à travers un communiqué, le Mouvement pour la promotion des valeurs nouvelles en Côte d'Ivoire (MVCI) prend à témoin la communauté internationale et nationale "sur les dérives et les agissements, qui à terme, risquent de plonger notre pays dans une autre crise des plus graves qui soit." comme relevé. Le minimum de démocratie acquis depuis les années 90 est mis à mal, et cela constitue un recul notable, inacceptable pour tout Ivoirien. Il est donc clair, que les principes démocratiques sont bafoués dans notre pays, par des ennemis de la paix tapis dans l’ombre et prêts à réveiller les vieux démons de la division, de la violence, pour imposer leurs points de vue au peuple de Côte d’Ivoire.Vu les périls que de tels agissements font planer sur la stabilité de la Côte d’Ivoire" rapporte le bureau politique du mouvement présidé par Félicien Sekongo.


Enfin le MVCI Rechercher MVCI qui parle "d'un climat de terreur et de violence" qui s'installe progressivement en vue de la présidentielle de 2020, prend également à témoin la communauté internationale et nationale sur les dérives et les agissements, qui, selon lui, " à terme, risquent de plonger notre pays dans une autre crise des plus graves qui soit."

 

KOACI/ ©koaci.com/ Jeudi 12 juillet 2018/

 

https://koaci.com/cote-divoire-reunissent-pour-condamner-meurtre-militant-raci-mvci-parle-climat-terreur-violence-121444.html


Résultat de recherche d'images pour

(Image d'illustration)

-------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour  


5 - Côte d'Ivoire : L'AFFDOCI dénonce la détention prolongée de 30 bénéficiaires de l'ordonnance d'amnistie du 6 août 2018

 

30 bénéficiaires de l’ordonnance d’amnistie prise le 6 août dernier par le chef de l’Etat sur les 300 annoncés officiellement seraient encore en prison. C’est du moins le bilan dressé par l’Association des femmes et familles des détenus d’opinion de Côte d’Ivoire (AFFDO-CI), plus d’un mois après que cette mesure a été prise par Alassane Ouattara. « L’AFFDO-CI fait le triste constat que sur 297 personnes en détention, à la date du 06 août 2018, dans 10 prisons reparties sur l'ensemble du territoire national, 30 personnes sont encore retenues dans les liens de la détention, » précise la Présidente Désirée Douati Rechercher Désirée Douati dans un communiqué qu’elle a fait parvenir à la rédaction de KOACI.


Résultat de recherche d'images pour


«En effet, après la première vague de libération inaugurée, le 8 août 2018 par Mme Simone Ehivet Gbagbo, ex-première Dame, messieurs, Lida Kouassi Moise, Assoa Adou, Souleymane Karamaté, Tcheidé Jean Gervais, une seconde a suivi le 10 août 2018, et a vu la libération d'autres détenus tels que monsieurs Bahi Patrice, Ziza Kaka Jean Louis, Lorougnon, Zadi Madou, Zézé Paulin, Kéipo Marius dit "petit marteau". En outre, il a été enregistré la libération de 32 personnes le samedi 11 août 2018, dont messieurs Bleka Joël et Bouadi. Le lundi 13 août 2018, 7 autres personnes ont aussi recouvré la liberté. Le mercredi 15 Aout 2018, 03 personnes, à savoir messieurs. Toubaté Tom Serge, Mabre Alain et Krapa ont été libérées à partir de la maison d’Arrêt Militaire d’Abidjan. Niamké Ekolan Norbert a été libéré le 17 août 2018. Le samedi 18 août 2018 à la MACA, 03 personnes, à savoir messieurs Ehouman N’Guessan Pascal, Kouabo Bertin et Zirimba Logbognon Jean Claude ont été également libérées. Le mardi 21 août 2018 messieurs.Dria Nesmon, Doumbia Lancina et Sebou Bi Yao Simplice ont été libérés. Le mercredi 22 août 2018, 16 personnes dont Koffi Serge, Gnaba José, Dago Philippe ont été libérées. Le vendredi 24 août 2018, messieurs Lago Kanon Martial et Kouewon Pouho Elvis ont été libérés, explique Douati.


Résultat de recherche d'images pour


Selon le calcul de l'AFFDO-CI, 267 personnes ont bénéficié de la mesure d'amnistie et ont recouvré la liberté. En dépit de la détention de 30 autres personnes, l'AFFDO-CI manifeste son infinie reconnaissance envers les Institutions internationales, les pays, les chancelleries, les organisations non gouvernementales, les chefs religieux qui ont fait aboutir leurs cris de détresse. Tout en attirant l'attention de la communauté nationale et internationale sur la détention des 30 bénéficiaires toujours en prison, l'AFFDO-CI exhorte instamment le gouvernement ivoirien à procéder à les libérer, car leur détention est liée aux événements de la crise post-électorale de 2010-2011. Désirée Douati et ses camarades annoncent qu’elles mettront tout en œuvre pour obtenir la libération de ces 30 personnes. Elles expriment néanmoins, leur sincère gratitude au Président Alassane Ouattara pour la mesure d’amnistie du 06 août 2018.

 

Wassimagnon, Abidjan/ ©koaci.com/ Dimanche 09 Septembre 2018 /

 

https://koaci.com/cote-divoire-laffdoci-denonce-detention-prolongee-beneficiaires-lordonnance-damnistie-aout-2018-123076.html


Résultat de recherche d'images pour  


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

6 - Côte d'Ivoire/ Social : Après Yopougon, les microbes attaquent Anyama, 02 membres lynchés

 

L'invasion des affectueusement appelés "enfants en conflit avec la loi" à Abidjan et périphérie se précise de plus en plus. Après les communes de Yopougon Rechercher Yopougon et Abobo, leur présence a également été signalée dans les environs d'Anyama, à proximité de la capitale économique. Cette énième attaque s'est heureusement soldée par une cuisante défaite des jeunes malfaiteurs à Anyama Rechercher Anyama aux alentours du quartier "anyama-djamé" dans la nuit de vendredi à samedi. 


Les habitants sont sortis les affronter, alors qu'ils avaient lancé l'assaut. Deux membres des microbes Rechercher microbes qui été ont rattrapés, ont immédiatement été lynchés à mort par une foule surexcitée. L'arrivée de la police a été pour calmer les excitations. Un périmètre de sécurité a été établi pour tenter de dénicher d'autres enfants en conflit avec la loi la même soirée.

 

Adriel, Abidjan/ © koaci.com / Lundi 23 Juillet 2018/

 

https://koaci.com/cote-divoire-apres-yopougon-microbes-attaquent-anyama-membres-lynches-121709.html


Résultat de recherche d'images pour


****

 

Résultat de recherche d'images pour  


Ces « microbes » sans antidotes, les fumoirs et les forces de l’ordre

 

Yopougon Koweït et Abobo plaque 1 ont été envahis par des colonies de bandits armés de machettes, couteaux, haches, « djroko », qui se sont affrontés à yopougon pour le contrôle d’un fumoir, agressant au passage d’honnêtes citoyens dans le premier cas avant qu’une agression ciblée ne soit menée par ces scélérats à Abobo plaque 1. L’intervention de la police a permis la saisie d’un minicar de type dyna et des armes blanches aux lames rouillées à Yopougon quand ceux d’Abobo se fondaient dans la nuit à la vue des policier.

 

Après la vaste opération policière suite à l’assassinat d’un jeune policier au sable, à Yopougon, avec l’arrestation du cerveau et de plusieurs bandits, opération saluée par la population, on est retombée dans nos habitudes. Là où il eut fallu accentuer la pression sur la gangrène. En écoutant les uns et les autres, il ressort que c’est autour et dans les fumoirs de drogue que le nid du banditisme se développe. Or, ce n’est un secret pour personne que des éléments des services de police et de gendarmerie sont des amis, pour ne pas dire plus des vendeurs et autres fournisseurs de drogue. A Abidjan et à l’intérieur, le scénario est le même. Quand certains n’en sont pas arrivés à tirer sur le joint ou snifer, ils ont eu leur plantation de café et de cacao par le racket de ces voyous sans nom.

 

A Abobo Colombie, dans une maison dont le propriétaire a fini par lâcher prise, de jeunes drogués ont creusé des trous dans le mur. Un groupe fait le guet dehors avec des pieds de biche. Le fournisseur, arrive sur une grosse moto noire, avec un acolyte assis à l’arrière, livre la marchandise, prend possession du magot et se tire. Nous sommes en pleine journée dans un secteur quadrillé par le District de police d’Abobo, le commissariat du 15e arrondissement et celui du 14e arrondissement. La gendarmerie effectue des patrouilles sans oublier le CCDO. Sont-ils plus forts que nos forces de l’ordre ?


Résultat de recherche d'images pour


La passive action de certains responsables de la police dans la tranquillité que connaissent les créateurs et animateurs de fumoirs, dénoncés au prix des risques encourus est un problème d’éthique sociale et professionnelle. Le président du comité de gestion d’une structure de l’Etat a été menacé par de des jeunes fumeurs et revendeurs de drogue suite à une dénonciation faite dans un commissariat de Cocody. Son arrière-cour transformée en fumoir lui rendait la vie difficile. Parti alerté les policiers, il s’est retrouvé en face de ceux qu’il a dénoncés. Un des policiers était passé par là, informer sa source d’entrée de devises secondaires. Voici le visage de cette police chargée de traquer la drogue et ceux qui s’y adonnent. Il ne faut donc pas s’étonner que le phénomène « microbes » devenu le générique du banditisme de tout acabit, prolifère.

 

Il faudrait au Directeur Général de la police, à l’Inspection générale des services de police, lancer une opération interne de traque aux ripoux et autres policiers engraissés par l’argent de la drogue. Il faudrait que pour une fois, quelqu’un, oint de l’autorité publique, fasse son travail convenablement et en soit fier. Des interpellations sont faites parmi de pauvres hères, que la vie a rejeté depuis belle lurette mais jamais, les gros bonnets qui supervisent l’entrée dans le pays et tirent de gros bénéfices. A ce rythme, l’émotion que suscite l’existence sanglante de ces renégats aux couteaux et machettes ne devrait plus émouvoir. Passé l’émoi des premiers moments, on essaie de s’y faire en se confiant à Dieu.

 

Adam’s Régis SOUAGA/ 20 juillet 2018/

 

http://www.poleafrique.info/ces-microbes-sans-antidotes-les-fumoirs-et-les-forces-de-lordre-adams-regis-souaga/


Résultat de recherche d'images pour

 

****

 

Résultat de recherche d'images pour

 

Côte d'Ivoire : Après l'opération des microbes, vague d'interpellations à Yopougon

 

Plusieurs personnes attendaient encore la libération de leurs proches ce samedi devant le district de police de Yopougon. La police a procédé à une vague Rechercher vague d'interpellations dans les quartiers de cette commune, de fait exposée à l'enthousiasme des microbes. On nous informe qu'à ce jour on compte plus de 150 interpellations. Des armes blanches de tout genre ont été saisies. " L'objectif, c'est de les traquer sans répit. On sait qu'ils se cachent dans les sous-quartiers" pouvait confier un officier de l'opération qui conduit depuis vendredi à une vague Rechercher vague d'interpellations dans la plus grande commune d'Abidjan.

 

Après l'opération des microbes, vague d'interpellations à Yopougon. Samedi, comme constaté sur place par Koaci, pas moins d'une trentaine de personnes ont été raflées ou interpellés par les patrouilles de la CRS, dans les quartiers de Port Bouët 2, Koweit, Gesco... Selon la police " Apres le jeudi noir, les microbes Rechercher microbes se sont réfugiés dans ces zones, en attente d'un nouvel assaut". Problème, l'on dénonce l'arrestation de personnes innocentes. Samedi, alors que toutes les unités du district de police de Yopougon, renforcées par les CRS étaient de sortie, des parents faisaient le pied de grue devant le poste de police. À noter par ailleurs que selon des confidences de sources sécuritaires, " la police fait face à un vieillissement de son effectif. Les plus jeunes également sont rapidement démotivés par les anciens et la haute hiérarchie sur le terrain". Des dysfonctionnements internes qui lèvent un peu le voile un appareil sécuritaire plus ou moins apprécié.

 

Adriel, Abidjan / © koaci.com - Dimanche 22 Juillet 2018 -

 

https://koaci.com/cote-divoire-apres-loperation-microbes-vague-dinterpellations-yopougon-121684.html


Résultat de recherche d'images pour  


-------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour


7 - Côte d'Ivoire: Le PDCI-RDA vidé de son siège à Port-Bouët et d'autres localités par les pro-RHDP

 

Le siège Rechercher siège du PDCI-RDA est fermé aux délégués récemment nommés par Henri Konan Bédié Rechercher Bédié après le départ de certains de ses cadres au Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Nous apprenons que, le week-end dernier , Alain Adja nommé délégué communal de Port Bouët, a été interdit de rentrer au siège du parti par les partisan du ministre , Siandou Fofana. La même scène a été signalée dans les villes de Bouaflé, Didievi et à Brobo où selon nos informations, le logo du parti sur le mur a été effacé et remplacé par celui du RHDP.

 

Selon un membre du parti de Bédié Rechercher Bédié interrogé ce lundi par KOACI, ces actions des militants de la coalition au pouvoir visent à « mettre en péril la démocratie et une tentative d’intimidation avant les élections locales d’octobre prochain. » « J’invite mon parti à prendre ses responsabilités réagir fermement et promptement », a indiqué notre source sous le couvert de l’anonymat. Le PDCI Rechercher PDCI a dénoncé l'Accord Politique pour la création d'un parti unifié dénommé RHDP signé le 12 avril 2018 et s’est retiré du processus de mise en place d'un Parti unifié dénommé RHDP. 


Le parti de Bédié Rechercher Bédié se réserve le droit de promouvoir une plate-forme de collaboration avec les Ivoiriens qui partagent sa vision d'une Côte d'Ivoire réconciliée et soucieuse des droits, des libertés et du bien-être de ses populations. Le PDCI Rechercher PDCI a décidé d’aller seul aux élections municipales et régionales du 13 octobre prochain. Des cadres de son parti ont décidé de s’allier au RHDP d’unifié de Ouattara contre la décision du parti et jouissant des postes au sein du pouvoir prennent en otage le siège Rechercher siège du mouvement politique fondé en 1946 par Felix Houphouët Boigny.

 

Donatien Kautcha, Abidjan/ © koaci.com - Lundi 10 septembre 2018 -

 

http://koaci.com/cote-divoire-pdci-vide-siege-port-bouet-dautres-localites-rhdp-123100.html?lang=1


Résultat de recherche d'images pour  

(PDCI-RDA : parti politique et création du père de la nation ivoirienne, dédiés à la paix et au développement, qui cristallise désormais la haine politique d'assoiffés du pouvoir ayant perdu tout sens du bien politique, et qui cherchent, par des moyens éhontés, son acte de décès. Cette envie maladive de s'approprier le bien d'autrui par sa mort... Houphouëtisme ?)


****

 

Résultat de recherche d'images pour


Violences au siège du PDCI : un loubard arrêté avoue avoir été recruté par un militant RDR

 

Suite aux violences survenues, cette semaine, au siège du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI d’Henri Konan Bédié), un loubard arrêté et interrogé par la police, a avoué avoir été recruté par un militant du Rassemblement des républicains (RDR présidé par Henriette Dagri Diabaté). Suite aux vives tensions éclatées le mardi 29 mai 2018 à la maison du parti au moment où Maurice Kakou Guikahué , secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA  tenait une réunion. Il a tenu à faire une mise au point et met en garde les auteurs et les commanditaires de cet acte. C’était ce jeudi 31 mai 2018.

 

Des jeunes inconnus des structures spécialisées de la Jeunesse  du Parti démocratique de Côte d’Ivoire(JPDCI) ont fait irruption dans l’enceinte du siège de ce parti pour proférer des menaces perturbant la réunion que présidait le secrétaire exécutif en chef du même parti. Ces jeunes aux allures bizarres, selon Maurice Kakou Guikahué ont été convoyés  par des mains obscures. « Ils ne savent même pas pourquoi ils ont été envoyés » a-t-il fait savoir avant de noter que «  ces manifestants ne sont pas des militants du PDCI-RDA. Nous avons les preuves ».


Résultat de recherche d'images pour  

« GUIKAHUÉ FAIT REMARQUER QUE CEUX QUI SONT VENUS CRIAIENT ‘’GUIKAO, GUIKAO’’. CELA CONFIRME, SELON LUI, QUE LES JEUNES LOUBARDS NE CONNAISSAIENT PAS SON NOM, PREUVE QU’ILS NE SAURAIENT ÊTRE DES MILITANTS DE SON PARTI »

 

Il a précisé que parmi ceux qui étaient interpellé par le commissaire certains étaient complètement étrangers au parti. « Ils disent qu’ils ont été recrutés en ville », a-t-il révélé. Selon Maurice Kakou Guikahué, la scène du mercredi était plus flagrante. « Celui qui a été pris et qui a été interrogé dit qu’il était au quartier Maroc à Yopougon (…) ils disent qu’ils ont reçu 1 000 FCFA chacun pour venir faire du bruit au siège du PDCI-RDA », s’est offusqué le secrétaire exécutif en chef du parti.

 

Violences siège PDCI et « Guikao »

« Celui qui les a recrutés est un certain Meïté qui serait militant du RDR », a-t-il révélé. Guikahué fait remarquer que ceux qui sont venus criaient ‘’Guikao, Guikao’’. Cela confirme, selon lui, que les jeunes loubards ne connaissaient pas son nom, preuve qu’ils ne sauraient être des militants de son parti.  « Nous demandons à ceux qui sont à la base de ces actions d’arrêter parce que nous aussi, nous nous organisons », a insisté Guikahué, avant d’avertir sur un ton amer : « nous n’allons plus tolérer que de telles choses se passent ici ».

 

Salifou Ouattara/ Par Salifou Ouattara/ 01 juin 2018

 

https://www.ivoiresoir.net/violences-siege-pdci-un-loubard-arrete-avoue-avoir-ete-recrute-par-un-militant-rdr/


Résultat de recherche d'images pour


****

 

Résultat de recherche d'images pour  


POLITIQUE/ Côte d’Ivoire : Les Etats-Unis échangent avec le Pdci-Rda sur l’actualité sociopolitique…

 

Mme Sarah Langenkamp, chef adjointe de la section politique et économique de l’ambassade des Etats-Unis, avec une délégation, a rendu une visite d’échanges au Secrétaire Exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), Pr Maurice Kakou Guikahué, ce mardi matin (10h) au siège dudit parti à Cocody. C’était dans le cadre des échanges réguliers avec tous les partis politiques significatifs de la Côte d’Ivoire.

 

«Nous sommes venus dans le cadre de nos échanges avec tous les partis politiques du pays. Aujourd’hui, nous sommes venus rencontrer le Pdci-Rda, à travers son chef du Secrétariat exécutif. Avec lui, nous avons passé en revue et échangé sur l’actualité sociopolitique du pays, tout ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Il y a aussi l’enrôlement qui vient de s’achever le 24 juin et la création du parti unifié Rhdp dont l’assemblée constitutive a eu lieu le 16 juillet dernier. Nous avons aussi parlé des élections locales à venir», a confié Mme Langenkamp, émissaire des USA. Elle n’a pas manqué de lancer un appel aux politiques ivoiriens pour le renforcement des institutions de la République et de la démocratie. «Il faut renforcer les institutions et assurer que tout le monde peut participer au processus démocratique en Côte d’Ivoire», a-t-elle lancé avant de confier qu’elle a été satisfaite de cette rencontre avec la direction du Pdci. «Je suis satisfaite de la qualité des échanges fructueux avec le Secrétaire exécutif en chef du Pdci», a-t-elle conclu.

 

Notons que le Chef du Secrétariat exécutif, Pr Maurice Kakou Guikahué était entouré des Secrétaires exécutifs Joseph Kouamé Kra, Théodore Kouassi Bodi et Mme Valérie Yapo Adayé.

 

GILLES RICHARD OMAEL/ Publié le mardi 24 juillet 2018/ Partis Politiques

 

https://news.abidjan.net/h/641909.html

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour   


8 - Côte d’Ivoire/ Politique : Le FPI-Sangaré juge l’amnistie illégale, la réforme de la CEI comme « un leurre » et réclame le report des élections

 

Le FPI Sangaré juge l’amnistie de Ouattara illégale, la réforme annoncée par le président Alassane Ouattara, de la CEI comme « un leurre » et réclame le report des élections. Amnistie déclaration FPI Sangaré ci-dessous. Dans un message adressé à la Nation à l’occasion du 58ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat, déclarant œuvrer à la réconciliation nationale des Ivoiriens, suite à la crise postélectorale de 2011, a annoncé avoir pris deux importantes décisions.

 

D’une part, la signature en date du 6 août 2018, d’une ordonnance portant amnistie des faits criminels se rattachant à la crise postélectorale de 2010-2011, ainsi que des faits d’atteinte à la sûreté de l’Etat intervenus à compter du 21 mai 2011. Huit cents (800) personnes se trouvant soit en détention, soit en liberté provisoire sur le territoire ou faisant l’objet de mandats d’arrêts ou susceptibles de poursuites à l’étranger sont concernées par cette mesure.

D’autre part, l’adoption de dispositions en vue d’ouvrir des échanges devant aboutir à la recomposition de la CEI en application de l’arrêt de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et cela, de manière à rendre les prochaines élections inclusives.

 

Le Front Populaire Ivoirien tient d’emblée à féliciter et à remercier toutes les personnes et institutions qui ont encouragé cette prise de décision, permettant ainsi une véritable avancée vers la décrispation de la vie publique nationale. Le Front populaire ivoirien exprime également sa gratitude à la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples qui a fait ainsi écho aux revendications pertinentes des démocrates ivoiriens et de la diaspora.

 

Le Front Populaire Ivoirien voudrait rappeler, ici, ses constants appels restés sans suite depuis 2011, en direction du pouvoir afin que s’ouvrent des discussions, prélude à la réconciliation nationale, qui porteraient sur la libération des prisonniers politiques civils et militaires, le retour sécurisé des exilés, le réaménagement de la CEI pour l’organisation d’élections transparentes et démocratiques, la sécurisation du territoire par le désarmement des milices, dozos et autres, le dégel des comptes, la prise en charge des victimes de la crise.


Résultat de recherche d'images pour

 

LE FRONT POPULAIRE IVOIRIEN TIENT AVANT TOUT PROPOS, À RELEVER QUE L’ABSENCE D’UNE LOI PRÉALABLE HABILITANT LE CHEF DE L’ETAT À PRENDRE UNE ORDONNANCE D’AMNISTIE GRÈVE LA LÉGALITÉ DE L’ACTE DU 6 AOÛT 2018.

 

Le Front populaire ivoirien demande par conséquent le dépôt de ladite ordonnance par devant l’Assemblée nationale en vue de sa ratification. Sous cette réserve, le Front populaire ivoirien se félicite de l’avancée notable induite par cette décision, qui s’est traduite par la libération, pour l’heure, d’une centaine de prisonniers civils dont la Première Dame Simone Ehivet Gbagbo, les ministres Lida Kouassi et Assoa Adou, le vice-président du FPI Tchéidé Jean-Gervais, et d’autres prisonniers dont Me Baï Patrice. Le Front populaire ivoirien reste attentif à la suite de la procédure et veillera avec vigilance à la libération effective de tous ses militants et sympathisants injustement maintenus dans les liens de la détention depuis sept (7) longues années.

 

Le Front populaire ivoirien s’étonne toutefois que le chef de l’Etat, pour les mêmes faits amnistiés, ait tenu à faire une distinction entre les prisonniers civils et les prisonniers militaires, alors qu’à la différence de la grâce qui dispense le condamné de purger la peine infligée, la mesure d’amnistie efface les faits sans tenir compte des auteurs. Pourquoi distinguer là où le droit ne distingue pas ? Par ailleurs, les militaires n’agissent-ils pas en exécution des ordres donnés par les autorités politiques ? Comment est-il possible, sans se contredire, d’amnistier« le donneur d’ordre » supposé et maintenir en détention celui qui, de par sa fonction, était tenu d’exécuter cet ordre ?

 

Résultat de recherche d'images pour


EN TOUT ÉTAT DE CAUSE, LE FRONT POPULAIRE IVOIRIEN EXIGE LA LIBÉRATION IMMÉDIATE ET SANS CONDITION, AU TITRE DE L’AMNISTIE, DE TOUS LES MILITAIRES ENCORE DÉTENUS DANS LES PRISONS, POURSUIVIS OU SOUS MENACE DE POURSUITES.

 

Le Front populaire ivoirien considère que la libération des militaires, outre le fait de rendre plus crédible la volonté affichée d’aller à la réconciliation nationale, conditionne l’ouverture de tout dialogue avec le pouvoir.

 

Sur le dialogue annoncé en vue de la recomposition de la CEI.

S’agissant du dialogue annoncé avec l’opposition en vue de la recomposition de la CEI, et se félicitant également de l’avancée notable du chef de l’Etat sur cette question très sensible, le Front populaire ivoirien rappelle que c’est depuis 2011 qu’il appelle le gouvernement à la discussion, mais en vain. Pour cette raison, entre autres, il a entrepris le boycott de toutes les élections organisées par le régime depuis 2011.Il tient sur ce point à faire deux observations.

 

La première observation porte sur la crédibilité du message du chef de l’Etat, mise en cause par le bureau de la CEI. En effet, alors que le chef de l’Etat a annoncé l’ouverture de discussions sur la CEI en vue de rendre les prochaines élections inclusives, cette institution illégale et décriée, a ouvert sans attendre le dépôt des candidatures au titre des élections municipales et régionales prévues pour le mois d’octobre 2018. Comme pour dire que le message du chef de l’Etat est un « leurre », voire une manœuvre d’endormissement de l’opposition.

 

Le Front populaire ivoirien demande purement et simplement le report desdites élections en attendant l’ouverture et la fin des discussions annoncées sur l’organisation des élections.

 

La deuxième observation : Le chef de l’Etat, dans son adresse, semble s’en tenir à la seule question de la recomposition de la CEI. Pour le Front populaire ivoirien , certes la recomposition de la CEI est une des questions majeures en matière d’élections justes et transparentes. Cependant, l’opposition politique responsable et le Front populaire ivoirien ont toujours considéré comme indissociables, les questions de l’équité du découpage électoral, de la fiabilité du fichier électoral, de l’accès de tous les partis politiques aux médias d’Etat, de la sécurisation de l’environnement électoral, etc.

 

Par conséquent, le Front populaire ivoirien considère que l’objectif du dialogue annoncé doit être l’organisation d’élections véritablement démocratiques et pour ce faire, les discussions doivent porter sur l’ensemble des questions ci-dessus listées de manière à arrêter de nouvelles règles qui soient tout à la fois consensuelles et conformes à l’arrêt de la Cour africaine des Droits de l’Homme et des Peuples.

 

Mais le Front populaire ivoirien estime que des discussions portant sur le seul point des élections et qui font l’économie d’autres questions non moins importantes, liées à la crise, ne font pas œuvre utile pour la réconciliation nationale et la cohésion sociale.

Le Front populaire ivoirien fait à ce sujet l’analyse suivante.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Pour la réconciliation et la cohésion nationales

Le Front populaire ivoirien est d’avis qu’en plus de l’amnistie et de l’ouverture de discussions sur les élections à venir, un certain nombre de questions appelle de la part de l’Etat des réponses urgentes :

 

·        Le retour des réfugiés : Quelles dispositions pratiques et matérielles l’Etat de Côte d’Ivoire prend-il, en vue d’organiser le retour sécurisé de ces dizaines de milliers d’Ivoiriens forcés de vivre plus de sept (7) ans hors de la Côte d’Ivoire en violation de notre Constitution et en vue de leur réinsertion sociale ?

 

Nombre de réfugiés ont toujours la légitime crainte d’être pris à partie par le pouvoir où même par des individus hostiles dans leurs anciens quartiers d’habitation. Par ailleurs, nombre d’entre eux ont perdu leurs emplois dans le privé comme dans le public, après avoir été dépossédés de leurs terres et de leurs domiciles, alors qu’ils ont encore en charge leurs familles.

 

C’est au moment où ils doivent rentrer que le régime Ouattara qui a favorisé leur éloignement forcé doit envisager des mesures à même de les soulager ;

·        Les victimes de la crise : Quelles dispositions l’Etat prend-il en vue d’assurer la prise en charge de toutes les victimes de la guerre ?

Nombreuses sont les victimes, surtout du « camp Gbagbo », qui ont été laissées pour compte par l’opacité du système mis en place en cette

matière.

 

Seules les victimes d’un camp ont à ce jour été prises en charge.Des corrections s’imposent ;

 

·        La réconciliation et la cohésion nationales : Avec l’échec de la CDVR et de la CONARIV, quelles dispositions l’Etat doit-il prendre en vue de favoriser la réconciliation et le retour à la cohésion nationale ?

Pour le Front populaire ivoirien , l’occasion se présente maintenant d’aborder toutes ces questions dont la juste solution participe à la création d’un environnement apaisé qui permettrait d’envisager l’organisation tout aussi apaisée des prochaines élections. C’est pourquoi le dialogue à venir devrait inclure l’examen de toutes ces questions en vue de proposer à nos concitoyens un nouvel horizon de paix véritable. Dans cette optique le Front populaire ivoirien réitère ses préoccupations qui sont :

 

1°- LA LIBÉRATION IMMÉDIATE ET SANS CONDITION DE TOUS LES DÉTENUS MILITAIRES ENCORE EN PRISON AVANT L’OUVERTURE DE TOUT DIALOGUE ;

 

2°- Que les discussions qui doivent s’ouvrir ne soient pas cantonnées seulement à la seule recomposition de la CEI, mais soient étendues à tous les autres aspects de la question électorale à savoir : le découpage électoral, la révision du fichier électoral, la sécurisation de l’environnement électoral… ;

 

3°- La prise en compte dans le dialogue des questions touchant à la libération du Président Laurent Gbagbo, au retour sécurisé et organisé des réfugiés ; à la prise en charge de toutes les victimes de la crise ivoirienne ; à la réconciliation et à la cohésion nationales ;

 

4°- Que les acteurs du dialogue soient constitués par les représentants des forces politiques significatives, les représentants de la société civile et les représentants des victimes de la crise ;

 

5°- Que la mise en œuvre des résolutions soit assurée par un mécanisme institutionnel investi de la confiance de tous les acteurs ;

 

6°- Qu’un Comité de suivi composé de personnalités nationales et investi de la confiance de tous les acteurs soit mis en place pour l’application des résolutions consensuelles et pour garantir le respect desdites résolutions.

 

Fait à Abidjan le 16/08/2018/ Pour le Front Populaire Ivoirien/ Le président par intérim/

Aboudramane Sangaré

 

https://www.ivoiresoir.net/le-fpi-sangare-juge-lamnistie-illegale-la-reforme-de-la-cei-comme-un-leurre-et-reclame-le-report-des-elections/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 


 

9 - Côte d’Ivoire/ Politique / Guikahué : «Le PDCI condamne la déstabilisation et l’affaiblissement des partis politiques ivoiriens par l’actuel pouvoir politique ivoirien »

 

Le secrétaire exécutif du PDCI-RDA, Maurice Kakou Guikahué était face à la presse nationale et internationale ce mercredi 29 août 2018. Entre autres sujets d’échanges, la liste des candidatures parrainées par le PDCI-RDA et celle du RHDP-Parti Unifié, l’utilisation du logo du PDCI par le Rhdp, parti unifié et la question de la date des élections municipales et Régionales d’octobre 2018. Afrikipresse vous propose ici l’intégralité des propos liminaires du conférencier.

« Les membres du Secrétariat Exécutif et moi- même, sommes heureux de vous recevoir ce jour. Nous saluons votre présence massive à cette rencontre d’échanges. Au cours de la présente conférence de presse, nous aborderons successivement trois points :

- La question des candidatures apparues à la fois sur la liste des candidats du PDCI- RDA et celle du RHDP- Parti Unifié.

- L’utilisation du Logo du PDCI-RDA par le RHDP-Parti unifié.

- Et le réaménagement de la date des élections municipales et régionales.

 

Résultat de recherche d'images pour


Concernant les candidatures parues dans la presse à la fois sur la liste des candidatures parrainées par le PDCI-RDA et celle du RHDP-Parti Unifié, le lundi 27 Août 2018, sur convocation et sous la présidence de Son Excellence Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI-RDA, s’est tenue en sa résidence de Cocody, une réunion des candidats aux élections locales d’octobre 2018, figurant à la fois sur les listes de parrainage du PDCI-RDA et du RHDP-Parti Unifié. Au terme des clarifications, l’écrasante majorité des personnalités interpellées a réaffirmé son appartenance au PDCI-RDA et confirmé sa détermination à conduire la liste investie par le PDCI-RDA. Il est également apparu qu’il s’agit d’une tentative de débauchage de nos cadres à travers le chantage sur les postes occupés dans l’administration publique, les intimidations et menaces de tous genres. En effet, nous observons curieusement depuis quelque temps, des Inspections ciblées dans les municipalités tenues par des cadres du PDCI-RDA, candidats à leur propre succession.

 

Le PDCI-RDA dénonce ces tracasseries qui violent constamment les dispositions de la constitution. L’article 14 de la constitution garantit aux citoyens un égal accès aux emplois publics et interdit toute discrimination dans l’accès auxdits emplois ou dans leur exercice fondée sur le sexe, l’ethnie ou les opinions politiques, religieuses ou philosophiques. Le PDCI-RDA rappelle également que l’article 19 de la constitution garantit à tous la liberté de penser et la liberté d’expression ainsi que le droit d’exprimer et de diffuser librement ses idées.

 

Le PDCI-RDA condamne fermement les pratiques tendant à la déstabilisation et à l’affaiblissement des Partis Politiques concurrents en vue de s’assurer le monopole du contrôle et de l’animation politique nationale. L’existence des Partis Politiques est une exigence démocratique affirmée par l’article 25 de la constitution. Ce texte dispose que les Partis et groupements politiques se forment et exercent leurs activités librement et concourent à l’expression du suffrage. Ils sont égaux en droit et soumis aux mêmes obligations.

 

Le PDCI-RDA voudrait attirer l’attention du Président dela République, du Gouvernement et de l’opinion nationale et internationale sur ces pratiques qui obèrent gravement la gouvernance politique de notre Pays et qui sont susceptibles de constituer des précédents graves dans la gestion future de la Côte d’Ivoire. Il est bon de savoir que la période des Partis- Etat est révolue.

 

Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour


Relativement à l’utilisation du logo du PDCI-RDA par le RHDP-Parti Unifié, Monsieur Abdallah Albert Toikeusse MABRI, 2 ème Vice-Président du RHDP-Parti Unifié, agissant par délégation du Président de cette formation politique, a utilisé un logo incluant celui du PDCI-RDA, pour une communication relative aux dispositions pratiques de dépôt des dossiers des candidatures investies par ledit Parti en vue des élections municipales et régionales d’octobre 2018.

 

Nous rappelons que le logo utilisé dans ce communiqué est celui du RHDP Groupement Politique qui est dissous et non celui du RHDP-Parti Unifié créé le 16 juillet 2018 et dont Monsieur Abdallah Albert Toikeusse MABRI est le 2 ème Vice-Président. Nous rappelons également aux dirigeants du RHDP-Parti unifié et portons à la connaissance des observateurs de la vie politique nationale que depuis le 08 août 2018, le

 

PDCI-RDA s’est retiré de l’Accord politique du 12 avril2018. En conséquence, le PDCI-RDA n’est pas membre du RHDP-Parti Unifié.

 

Aussi le PDCI-RDA s’insurge-t-il contre l’utilisation de son logo et dénonce cette manœuvre de manipulation, d’intoxication, de désinformation, source de confusion dans l’esprit des militants du PDCI-RDA et des électeurs. Face à de telles pratiques, le PDCI-RDA se réserve le droit d’agir pour protéger son logo régulièrement déposé auprès de l’Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle(OAPI).

 

Concernant tout particulièrement la date des élections municipales et Régionales d’octobre 2018, l’impératif d’inclusivité rappelé par le Chef de l’Etat, dans son message à la Nation, le 06 août 2018, commande la prise en compte des vacances judiciaires et du récent mouvement préfectoral qui freinent le cours normal de la délivrance des actes administratifs et judicaires exigés pour la constitution des dossiers des candidatures.Le PDCI-RDA juge qu’il convie que des dispositions pratiques et techniques soient prises pour un réaménagement des dates de dépôt des dossiers de candidatures et de tenue du scrutin.

 

Je vous remercie pour votre aimable attention.

 

Fait à Abidjan, le 29 Août 2018/ Pr. Maurice KAKOU GUIKAHUE/ Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA »

 

Posté par Philippe Kouhon/ 29/08/2018/

 

http://www.afrikipresse.fr/politique/guikahue-le-pdci-condamne-la-destabilisation-et-l-affaiblissement-des-partis-politiques


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour






Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ SANTE PUBLIQUE/ DECES SUSPECTS OU CONTROLE DEMOGRAPHIQUE : Trop de décès bizarres et suspects en Afrique, à qui la faute ?

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : En attendant la vérité, le dialogue et la paix (perspectives politique et économique et élections générales de 2020

» Côte d’Ivoire/ Politique/ Déstabilisation : Les partis politiques ivoiriens fragilisés

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Chefs d’Etat et leaders empêchés de travailler pour leurs peuples (Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Konan Bédié, Laurent Gbagbo…)

» AFRIQUE/ CRIMINALITE/ VIOLENCES : ces criminels qui nous détruisent et nous divisent…

» POLITIQUE/ GOUVERNANCE / ECONOMIE : un monde en mutation (éveil, restructuration, guerres et persistance des zones d’ombre)

» AFRIQUE/ MODERNISATION/ INNOVATION : nouvelles avancées, nouveaux chantiers

» PAIX ET JUSTICE : ces actes forts d’amour, de non violence et de justice qui ont conduit à la mort (exécutés car trop justes, trop honnêtes et trop pacifistes)

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ GUERRES : conflits politiques et guerres permanentes (libérer ces peuples des violences politiques)

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE : perspectives politique et sociale

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : développement, lutte contre la pauvreté et le chômage (avancées et incertitudes)

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT/ PAIX ET SECURITE : les grandes annonces du sommet UA-UE 2017 d’Abidjan

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ MAUVAISE GOUVERNANCE : le réveil tardif des juges et des militaires contre les crimes politiques, économiques et l’arbitraire

» ASIE/ DEFENSE ET SECURITE/ ECONOMIE : persistance des défis économiques et sécuritaires, risques de guerre majeure

» MONDE/ NOBEL 2017 : les lauréats du Prix Nobel 2017

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : raccourcis démocratiques, violences antidémocratiques et clairvoyances économiques

» AFRIQUE/ FONDS DORMANTS/ FONDS ILLICITES/ CORRUPTION ET FRAUDES : ces capitaux qui ne profitent pas au continent

» AFRIQUE/ RENOUVEAU : perspectives politiques, perspectives économique et sociale

» FRANCE/ TERRITOIRES/ Ex-Colonies : attentes de renouveau, de leadership éclairé et de développement véritable

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ POLITIQUE : réformes importantes, gouvernance et perspectives

» SANTE/ ALIMENTATION ET HYGIENE/ ALIMENTS DANGEREUX : ces aliments qui ne sont pas des nutriments

» MONDE/ DROGUES/ CRIMES ET NARCOTRAFIC : comment mettre fin à la puissance des cartels et des criminels de la drogue ?

» AFRIQUE/ LIBYE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TERRORISME : une puissance politique et économique africaine incapable de surmonter ses crises (où sont-ils passés ces démocrates qui ont déstabilisé durablement la Libye ?)

» MONDE/ SPORT/ BOXE/ MUHAMMAD ALI : décès d’un champion de la boxe et d’une légende du sport (j’ai aimé la boxe avec Muhammad Ali, j’ai cessé de m’intéresser à la boxe après Ali)

» MONDE / ALLEMAGNE/ GENOCIDE ARMENIEN : la nouvelle Allemagne reconnait le génocide arménien (condamnation du passé hitlérien de l’ancienne Turquie/Empire ottoman)

» MONDE/ USA/ ARMES A FEU ET VIOLENCES/ TUERIES MASSIVES D’INNOCENTS : Barack Obama présente ses mesures contre les armes à feu

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ THOMAS SANKARA : le Burkina Faso redécouvre son ancien leader, 28 ans après (mieux vaut tard que jamais)

» MONDE/ SYRIE/ GUERRE CONTRE LE TERRORISME : l’aide militaire décisive de la Russie à l'Etat syrien va contribuer à imposer la paix

» MONDE/ RUSSIE/ CONFLIT SYRIEN : le Président Vladimir Poutine à propos du conflit syrien et du monde multipolaire actuel

» AFRIQUE/ TCHAD : Le Tchad exécute 10 membres présumés de Boko Haram, dès le lendemain de leur condamnation

» AFRIQUE/BURUNDI/ VIOLENCES POLITIQUES/ CRISE ET DESTABILISATION : savoir mener les bons combats qui garantissent la démocratie, la paix et la stabilité du pays

» AFRIQUE/ OBSTACLES AU DEVELOPPEMENT : Corruption et développement en Afrique…

» EVEIL (Page noire d’Afrique)

» MONDE/ UE-FRANCE/ TERRORISME : les ennemis de l’islam ont attaqué la liberté d’expression et tué une douzaine de personnes au nom de leur conception religieuse haineuse

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL : Le président Alassane Ouattara à l’inauguration du stade international d’Akwa Ibom à Uyo (Nigéria)

» Etat fédéral et Etat unitaire en Afrique : forces et faiblesses en matière de développement

» AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

» AFRIQUE/ POLLUTION ET ENVIRONNEMENT/ SANTE PUBLIQUE : crise environnementale et menaces

» AFRIQUE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : le sous-développement socioéconomique et scientifique et l’extrême pauvreté peuvent perdre l’Afrique

» AFRIQUE/ AGRICULTURE/ PAIX ET SECURITE : l’émergence d’un continent freinée par des guerres nouvelles et des campagnes orchestrées d’insécurité

» SCIENCE/ MEDECINE/ ALERTE MEDICALE : les maladies cardio-vasculaires

» SYRIE/ UKRAINE/ REBELLION ET DEMOCRATIE : de nouveaux présidents élus dans des pays durablement déstabilisés par des forces démocratiques anachroniques

» AFRIQUE/ NIGERIA/ PREMIERE PUISSANCE ECONOMIQUE ET TERRORISME : regain d’activités terroristes intempestives et barbares

» SCIENCE ET TECHNOLOGIE/ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : vers quel futur ?

» AFRIQUE/ POLITIQUE ET VIOLENCES : ces guerres sales qui détruisent l’Afrique

» INTOLERANCES POLITIQUES ET RELIGIEUSES : peut-on mettre fin à la haine dans les rapports entre les humains?

» APARTHEID : L'apartheid vaincu par l’Afrique du Sud et la communauté internationale


Haut de page