Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

ECONOMIE ET FINANCES


Publié le 13/06/2014 à 02:41:36
AFRIQUE/ FMI/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : de nouveaux engagements pour consolider les économies en croissance




 

« Réunis à Maputo les 29 et 30 mai 2014, les ministres des finances et gouverneurs d’Afrique subsaharienne et le FMI ont fait le point des progrès remarquables accomplis par la région au cours de ces vingt dernières années, de sa résilience accrue aux chocs et des défis qu’elle devra affronter pour soutenir la croissance économique et le développement. Un nombre croissant de pays d’Afrique subsaharienne ont enregistré de très bons résultats économiques, grâce à des politiques macroéconomiques avisées, à des institutions plus fortes, à l’augmentation de l’aide et à l’accroissement des investissements dans le capital humain et physique.

Mais dans beaucoup de pays, les bienfaits de la croissance sont mal répartis, les infrastructures continuent de faire largement défaut et la création d’emplois ne répond pas aux attentes. La volonté de transformation structurelle et de diversification, conjuguée à la présence d’une population jeune et dynamique, offre l’occasion d’accélérer le rythme de la réduction de la pauvreté, de la croissance solidaire et de la création d’emplois.

Les ministres et gouverneurs africains et la Directrice générale du FMI sont convenus de renforcer encore le partenariat entre le FMI et les pays membres d’Afrique en veillant à ce qu’il corresponde aux besoins en évolution du sous-continent. »

 

 


-----------------------------------





 

1 - Fin de la réunion à Maputo entre les ministres des Finances africains et les gouverneurs du FMI : « renforcer le partenariat entre le Fonds et ses membres afin de répondre à l'évolution des besoins du continent ».

 

La conférence de Maputo (Mozambique) entre les ministres des Finances africains et les gouverneurs du FMI a pris fin ce 30 mai 2014.

Les ministres des Finances africains et les gouverneurs du FMI ont fait le bilan des réalisations de ces deux dernières décennies. Ils ont noté la capacité de résistance aux chocs grâce à des politiques économiques judicieuses susceptibles d’accompagner la croissance. Les ministres africains, les gouverneurs et la directrice générale du FMI ont convenu de renforcer le partenariat entre le Fonds et ses membres afin de répondre à l'évolution des besoins du continent. L’objectif est de maintenir la stabilité macroéconomique grâce à des actions visant à favoriser la transformation structurelle et de maintenir une croissance forte et inclusive.



Les participants ont souligné la nécessité d’encourager le partenariat public-privé (PPP), solution innovante pour assurer les financements dont l’Afrique a besoin. Elèment important, la réforme en cours de la politique de limites d'endettement fixée par le FMI devrait évoluer en fournissant aux Etats une plus grande souplesse dans la conception des programmes et un large éventail d'options de financement, tout en préservant la viabilité de la dette.


Publié : 30/05/2014

 

http://www.horizon-news.info/article.php?lirearticle=2898

 

 

 

-------------------------------------

 

  Réunion du Comité du développement

 

2 - RÉUNIONS DE PRINTEMPS FMI-BANQUE MONDIALE : Pour une économie mondiale équilibrée et riche en emplois

 

-         La croissance mondiale s’affermit, mais reste inférieure à la moyenne et inégale,

-         Il faut collaborer pour dynamiser la reprise,

-         Il est essentiel d’opérer des réformes structurelles pour créer des emplois et réaliser une croissance durable

 

Du fait de l’affermissement de l’économie mondiale, le Comité monétaire et financier international (CMFI) a souligné que les pays devraient déplacer leurs priorités du court terme au moyen terme, en mettant l’accent sur les réformes structurelles qui permettront de réaliser une croissance durable, équilibrée et riche en emplois. « Nous devons trouver un nouvel équilibre qui répond aux besoins d’une nouvelle de la reprise économique à l’échelle mondiale », a déclaré le Ministre des finances de Singapour, Tharman Shanmugaratnam, qui présidait la vingt-neuvième réunion du CMFI. « Cela ne signifie par un retrait soudain des mesures macroéconomiques, surtout monétaires, qui favorisent la reprise. Mais il faut mettre davantage l’accent sur les réformes structurelles », a noté M. Tharman.

 

 

Vieux risques et nouveaux risques

M. Tharman a attiré l’attention sur quelques points qui méritent une plus grande attention, selon le CMFI. Outre la nécessité de réformes structurelles, telles que la réparation des bilans, le renforcement des systèmes bancaires et l’amélioration du fonctionnement des marchés du travail, il a cité quelques risques qui pèsent sur l’économie mondiale. Les risques pour la stabilité financière, non seulement de vieux risques mais aussi de nouveaux, sont particulièrement préoccupants, par exemple une augmentation de l’endettement des entreprises dans certains pays qui ne correspond pas à une hausse de l’investissement.

M. Tharam a noté aussi le risque persistant de volatilité des flux de capitaux vers les pays émergents. Ce risque accru tient en partie à une modification de la structure de la finance mondiale : non seulement le volume des flux de capitaux augmente, mais en plus leur composition change. Il faut aussi être vigilant face aux risques géopolitiques, a noté M. Tharman : le FMI joue un rôle important dans la stabilisation des crises géopolitiques et la réduction des risques économiques qui y sont liés.

 

 


Une croissance non seulement plus élevée, mais aussi de meilleure qualité

La Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a souligné qu’il était nécessaire de maintenir la reprise mondiale en cherchant à réaliser une croissance de meilleure qualité, mieux partagée et plus équilibrée. Elle a noté que le CMFI a souscrit fermement à son Plan d’action mondial, ce qui encourage le FMI à aller de l’avant avec ce qu’il peut offrir à la communauté internationale pour promouvoir la croissance.

Les travaux du FMI sur les inégalités plaident en faveur de la recherche d’une croissance dont les bienfaits sont partagés par le plus grand nombre, a déclaré Mme Lagarde. Elle a ajouté qu’une croissance de meilleure qualité — où des facteurs tels que le changement climatique et la détérioration de l’environnement sont pris en compte — est tout aussi importante. C’est aussi un des thèmes principaux des travaux du FMI.

« Nous avons analysé l’élimination des subventions énergétiques ; bientôt, nous publierons une étude sur l’établissement d’un prix adéquat pour l’énergie », a noté Mme Lagarde. Pour toutes les questions d’ordre macroéconomique, a-t-elle déclaré, le FMI fournira des analyses et collaborera avec ses pays membres pour les aider à poursuivre leur propre trajectoire de croissance.

 

 FMI


Réforme de la gouvernance du FMI

M. Tharman et Mme Lagarde ont exprimé leurs regrets face aux retards qui persistent dans les réformes des quotes-parts et de la gouvernance du FMI arrêtées en 2010. « Ces réformes ne sont pas seulement des réformes institutionnelles : ce sont des réformes qui nous permettront de vivre dans un monde plus sûr et meilleur, parce que le FMI fournit des biens publics indispensables », a déclaré M. Tharman.

Lors de la conférence de presse du G-20 le 11 avril, M. Tharman a déclaré qu’il y avait une « bonne volonté considérable » parmi les ministres pour trouver un moyen d’avancer sur la question des quotes-parts et qu’il existait un consensus quant à l’importance absolue du maintien d’un FMI solide et disposant de ressources adéquates.

 « Nous avons une marche à suivre », a déclaré Mme Lagarde, notant que le CMFI a demandé que les réformes de 2010 soient ratifiées d’ici la fin de 2014. Si ce délai n’est pas respecté, le FMI proposera des mesures envisageables.

 

 


Conférences à venir

Mme Lagarde a noté que les pays à faible revenu demeurent une priorité pour le FMI. Les 29 et 30 mai, le FMI organisera avec le Mozambique une conférence à Maputo pour faire le bilan des excellents résultats économiques de l’Afrique, de sa résilience accrue aux chocs et de ses principaux enjeux économiques actuels. Il s’agira d’une prolongation de la conférence de 2009 en Tanzanie, qui a contribué à mobiliser une aide internationale en faveur de l’Afrique après la crise financière de 2008.

Le FMI est aussi très présent aux côtés des pays arabes en transition, a déclaré Mme Lagarde, ajoutant que trois pays de la région (Maroc, Tunisie et Jordanie) appliquent aujourd’hui un programme appuyé par l’institution. Le FMI organise aussi une conférence à Amman les 11 et 12 mai pour encourager le dialogue régional sur une vision économique pour les pays arabes en transition. La conférence est organisée conjointement avec la Jordanie et le Fonds arabe pour le développement économique et social.

 

Bulletin du FMI / 12 avril 2014

 

http://www.imf.org/external/french/pubs/ft/survey/so/2014/new041214af.htm

 

 


--------------------------------------


 

 

 

3 - Déclaration conjointe de Maputo/ L’essor africain : une vision commune pour une croissance et une prospérité durables

 

Réunis à Maputo les 29 et 30 mai 2014, les ministres des finances et gouverneurs d’Afrique subsaharienne et le FMI ont fait le point des progrès remarquables accomplis par la région au cours de ces vingt dernières années, de sa résilience accrue aux chocs et des défis qu’elle devra affronter pour soutenir la croissance économique et le développement. Un nombre croissant de pays d’Afrique subsaharienne ont enregistré de très bons résultats économiques, grâce à des politiques macroéconomiques avisées, à des institutions plus fortes, à l’augmentation de l’aide et à l’accroissement des investissements dans le capital humain et physique.

 

Mais dans beaucoup de pays, les bienfaits de la croissance sont mal répartis, les infrastructures continuent de faire largement défaut et la création d’emplois ne répond pas aux attentes. La volonté de transformation structurelle et de diversification, conjuguée à la présence d’une population jeune et dynamique, offre l’occasion d’accélérer le rythme de la réduction de la pauvreté, de la croissance solidaire et de la création d’emplois.

 

Les ministres et gouverneurs africains et la Directrice générale du FMI sont convenus de renforcer encore le partenariat entre le FMI et les pays membres d’Afrique en veillant à ce qu’il corresponde aux besoins en évolution du sous-continent. Le dialogue de politique économique et le renforcement des capacités seront à la mesure de l’ambitieux programme visant à : préserver la stabilité macroéconomique au moyen d’actions conçues pour encourager la transformation structurelle et promouvoir durablement une croissance forte et solidaire, surmonter les fragilités, faire en sorte que l’Afrique puisse compter sur un financement adéquat pour son développement et renforcer les capacités institutionnelles, notamment dans le domaine des ressources humaines. Le partenariat tiendra compte des différents besoins des pays membres africains, qu’il s’agisse des pays marqués par des fragilités et des conflits ou des pays à revenu intermédiaire et émergents.

 

Les ministres et gouverneurs africains et la Directrice générale du FMI estiment qu’il est impératif de remédier à l’énorme déficit d’infrastructures de l’Afrique. Pour financer le développement des infrastructures, il sera nécessaire d’adopter des approches novatrices faisant appel à la fois au secteur privé et au secteur public. La réforme en cours de la politique du FMI concernant les plafonds d’endettement devrait tendre à donner aux pays une plus grande souplesse dans la conception des programmes afin qu’ils puissent avoir recours à un plus large éventail de formules de financement tout en préservant la viabilité de la dette qui a été obtenue au prix de tant d’efforts et a été si utile au continent face aux turbulences financières mondiales de ces dernières années. Les ministres et gouverneurs africains et la Directrice générale du FMI sont convenus de faire le point, à l’occasion de l’Assemblée annuelle et des réunions de printemps, de la réalisation des objectifs et engagements énoncés dans la Déclaration conjointe de Maputo.

 

 


Encourager une croissance solidaire et la transformation structurelle

Pour que la croissance économique future profite à tous, les actions menées doivent avoir pour but de créer des emplois et de diversifier l’économie. L’amélioration des indicateurs économiques et sociaux s’est souvent accompagnée d’une accentuation de l’inégalité de revenu et n’a pas créé suffisamment de possibilités d’emploi pour les jeunes et une population croissante. Pour jeter les bases d’une transformation structurelle significative dans la région, les pouvoirs publics doivent agir principalement sur deux fronts. Premièrement, il convient de créer un environnement propice au développement d’un secteur privé dynamique afin de générer des emplois et de soutenir la croissance, notamment en approfondissant les marchés financiers et en développant les possibilités d’investissement rentable.

 

Deuxièmement, il convient de poursuivre les investissements publics dans les infrastructures de nature à favoriser la croissance, tout particulièrement dans le secteur des transports et celui de l’énergie, tout en restant conscient de l’impératif de viabilité de la dette. Ces actions nécessitent de renforcer les capacités et les institutions, d’investir dans le développement du capital humain et d’améliorer l’efficience du secteur public.

 

Les ministres et gouverneurs ont salué les travaux récents du FMI sur les actions à mener et les conditions préalables à remplir pour permettre la diversification économique et la transformation structurelle dans les pays à faible revenu. Ils ont encouragé l’institution à poursuivre ce travail et à en incorporer les principaux enseignements dans les conseils qu’elle dispense dans le cadre de ses activités de surveillance, de suivi des programmes et de renforcement des capacités. En particulier, ils sont convenus des éléments suivants :

 

L’action des pouvoirs publics doit être conçue de manière à ce qu’une poussée de la croissance puisse aussi stimuler la transformation structurelle. Pour que la croissance forte enregistrée récemment puisse se poursuivre, les pays doivent améliorer la productivité dans les domaines tels que l’agriculture qui dominent actuellement l’activité économique et l’emploi, et se lancer dans de nouvelles activités à plus forte productivité telles que l’industrie et les services. C’est le moyen le plus efficace de développer les possibilités d’emploi pour la jeune génération qui va entrer dans la population active au cours des prochaines années.

 

Le renforcement des réseaux de commercialisation pour les agriculteurs, des sources de revenus plus fiables et l’amélioration des possibilités d’emploi sont autant d’éléments essentiels pour la réduction de la pauvreté. Pour assurer la stabilité politique et la réussite globale des programmes de développement des pays, il est crucial de faire en sorte que les politiques macroéconomiques soient axées davantage sur un double objectif, à savoir créer des emplois et fournir des services sociaux et économiques.

 

Une infrastructure moderne est nécessaire pour attirer les investissements rentables et diversifier l’activité économique. Le continent se heurte encore à un lourd déficit d’infrastructures, notamment dans les secteurs des transports et de l’énergie. Pour combler ce déficit, il faudra trouver des formules de financement novatrices, notamment au niveau régional, et le secteur privé devra jouer un rôle de premier plan. Le secteur public a aussi un rôle important à jouer, notamment en assurant une gestion de haute qualité des investissements publics, en veillant au traitement transparent des risques et en restant attentif à la viabilité des finances et de la dette publiques.

 

Des secteurs financiers plus profonds et plus étendus sont indispensables pour soutenir la croissance et faire en sorte que ses fruits soient mieux partagés. Les petites et moyennes entreprises constituent le tissu du secteur privé africain, mais bien souvent leurs possibilités de financement sont restreintes en raison du manque de profondeur des marchés financiers. Plusieurs pays africains ont mis à profit les progrès des technologies de l’information et de la communication pour encourager le développement des services bancaires novateurs, abordables et fiables par téléphone portable. Mais dans beaucoup d’autres, le coût du capital demeure élevé et le secteur financier est inaccessible à un large segment de la population. Les ministres et gouverneurs ont insisté sur l’importance de continuer à promouvoir l’intermédiation financière et à améliorer l’accès aux services financiers pour soutenir le développement du secteur privé.


 


L’Afrique subsaharienne devra redoubler d’efforts pour exploiter les possibilités offertes par ses abondantes ressources naturelles et veiller à ce que les fruits de ces activités soient équitablement répartis. Dans plusieurs pays, les ressources naturelles pourraient engendrer des flux de revenus considérables pour répondre aux besoins cruciaux en matière d’infrastructures et sur le plan social. Cela dit, il reste compliqué d’élaborer des politiques macroéconomiques qui préservent la compétitivité et permettent de faire face à la volatilité tout en mettant en place des institutions solides.

 

Les ministres et gouverneurs ont affirmé une nouvelle fois leur attachement à des cadres budgétaires transparents pour garantir une gestion prudente des ressources. Ils se sont félicité que le FMI continue de les soutenir dans l’élaboration de cadres budgétaires pour les industries extractives et ils espèrent qu’il les aidera à remédier au double problème de l’érosion de la base d’imposition et du transfert des bénéfices.

Les ministres et gouverneurs et la Directrice générale sont convenus que, pour affronter ces défis, une étroite coopération sera nécessaire entre le FMI et les pays membres, de même qu’une mobilisation systématique de l’ensemble des parties prenantes opérant dans la région, notamment les institutions multilatérales, les partenaires du développement et les organismes régionaux. Conscients de l’utilité des interactions systématiques entre le FMI et les unions monétaires de l’UEMOA et de la CEMAC, ils ont invité le FMI à continuer de soutenir les efforts d’intégration régionale dans toute l’Afrique.

 

 


S'affranchir des fragilités

Les conflits et les violences continuent de représenter des obstacles importants au développement dans certains pays et régions, avec les coûts humains et économiques considérables que cela entraîne. Les ministres et gouverneurs et la Directrice générale ont insisté sur l’importance primordiale de la paix et de la sécurité pour assurer un développement économique et humain durable. Ils ont observé qu’il y avait eu des succès au cours de ces dix dernières années, qui ont montré que, dans un environnement de stabilité politique, la poursuite d'une politique économique saine et la mise en place d'institutions plus solides peuvent conduire à une stabilité durable et à des progrès décisifs sur le plan du développement humain. La pratique semble indiquer que :

Les facteurs d'économie politique sont d'une importance primordiale dans des situations fragiles. Les ministres et gouverneurs africains ont noté avec satisfaction la présence du FMI auprès des pays fragiles et sa contribution précieuse à la remise en place d'institutions solides et de capacités administratives. Ils ont souligné qu'il importe de s'attaquer aux problèmes d'économie politique, notamment en identifiant des gains rapides et en protégeant les populations les plus vulnérables dans des situations fragiles.

Les ministres et gouverneurs et la Directrice générale sont convenus que les politiques économiques doivent être adaptées à la situation de chaque pays et nécessitent de la souplesse. Lorsque les capacités institutionnelles sont insuffisantes ou au lendemain d’un conflit, il faut inévitablement plus de temps pour exécuter la politique économique, ce qui devrait être pris en compte dans les conseils, les politiques et les pratiques du FMI.

Les ministres et gouverneurs ont reconnu la valeur de la nouvelle facilité de crédit rapide du FMI, qui a été utile pour les pays sortant d'un conflit. Ils ont appelé le FMI à préserver la caractéristique principale de cette facilité, qui permet de fournir une aide financière rapide et sans condition en période de besoin.

 

 


Financer le développement de l'Afrique

L'Afrique subsaharienne restera confrontée à des besoins de financement considérables pour réaliser une croissance durable et solidaire, tout en préservant les gains obtenus au prix de nombreux efforts sur le plan de la viabilité de la dette. Étant donné l'importance de ses besoins de développement, l'ampleur de son déficit d'infrastructures et l'impact de sa démographie sur les besoins d'investissement social, la région doit disposer de sources de financement fiables.

 

Les ministres et gouverneurs africains ont reconnu que la stabilité macroéconomique a été bénéfique à la région et a permis aux pays appliquant une politique économique saine d'accéder à de nouvelles sources de financement. Ils ont affirmé de nouveau qu'ils sont déterminés à renforcer la mobilisation des ressources intérieures, en notant avec satisfaction l'aide apportée par le FMI au renforcement des capacités dans le domaine de la politique fiscale et de la gestion des finances publiques, qui leur a permis de créer un espace budgétaire pour une croissance solidaire. Ils ont souligné que l'accès aux ressources concessionnelles du FMI reste essentiel pour de nombreux pays d'Afrique subsaharienne qui sont confrontés à des problèmes prolongés de financement de leur balance des paiements. Ils ont noté avec satisfaction les efforts déployés pour que le fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance soit autofinancé et que les ressources concessionnelles à ce titre soient disponibles de manière permanente, et ont engagé le FMI à veiller à ce que l'accès à ces ressources puisse augmenter en fonction des besoins des pays.

 

À mesure que les pays à croissance rapide s’intègrent de plus en plus à l’économie mondiale, leur exposition à la volatilité et aux chocs mondiaux augmente aussi. En conséquence, les ministres et gouverneurs africains ont engagé le FMI à continuer d'affiner ses mécanismes de prêt en faveur de l'Afrique. Ils ont appelé le FMI à fournir à l'Afrique subsaharienne davantage de financements à partir de ses ressources générales, lorsque cela se justifie, et ont souligné que les pays pré-émergents devraient avoir accès à des instruments de type assurance, tels que la ligne de liquidité de précaution, sur un pied d'égalité avec les autres pays membres du FMI.

 

Les ministres et gouverneurs africains ont appelé le FMI à faire avancer rapidement la réforme de sa politique des plafonds d'endettement. Ils ont souligné que, étant donné les besoins de développement de nombreux pays d'Afrique subsaharienne, notamment du fait du manque considérable d’infrastructures, il est nécessaire d’assouplir cette politique. La Directrice générale et les ministres et gouverneurs sont convenus qu'il sera important que cette politique prévoie des plafonds d’endettement adaptés à la situation de chaque pays. Cette politique devrait viser à rendre possibles les investissements essentiels tout en préservant les progrès accomplis au prix de nombreux efforts sur le plan de la viabilité de la dette. Ils sont convenus aussi qu'il est prioritaire de renforcer les capacités des organismes nationaux de gestion de la dette afin d'assurer un recours optimal à l’emprunt pour financer la dette, ainsi que sa compatibilité avec la stabilité budgétaire et macroéconomique à long terme. Ils ont formé l’espoir qu’un accord sur la réforme puisse être trouvé avant l’Assemblée annuelle de 2014.

 

Les ministres et gouverneurs africains ont noté que la région a surmonté la crise financière mondiale, mais qu'elle n'a pas été épargnée. Ils ont pris note avec intérêt des travaux du FMI sur les effets de contagion, et ont appelé l'institution à continuer de surveiller l'impact de l'évolution mondiale sur l'Afrique subsaharienne et de plaider en faveur de la région dans les instances internationales qui débattent de questions relatives à l'imposition transfrontalières et au financement. Étant donné le rôle central joué par le FMI dans la stabilité financière mondiale et l'intégration des pays pré-émergents d'Afrique subsaharienne dans les marchés financiers internationaux, les ministres et gouverneurs ont appelé à consolider l'architecture financière mondiale, notamment en améliorant la surveillance du risque systémique, à renforcer la coordination internationale des politiques macroprudentielles face au risque systémique, à conclure des accords transfrontaliers sur le plan de la réglementation financière et à accroître les financements pour l'aide en liquidités et l'ajustement extérieur, en particulier dans les pays africains à faible revenu.

 

  


Renforcer les capacités institutionnelles et humaines

Des institutions solides et la mise en valeur permanente du capital humain sont essentielles pour le développement économique et social. Les ministres et gouverneurs africains se sont félicités de leur collaboration étroite avec le FMI dans les domaines de la formation et de l'assistance technique. Ils ont salué l’expansion des centres régionaux d'assistance technique et se réjouissent de l'ouverture officielle de l'Institut de formation pour l'Afrique. Ils ont appelé le FMI à redoubler d’efforts pour tirer les leçons des réussites enregistrées en Afrique et ailleurs, qui pourraient être des points de référence utiles pour les pays membres d’Afrique. Les ministres et gouverneurs et le FMI sont convenus de poursuivre leur étroite coopération pour promouvoir l’investissement dans le capital humain et le renforcement des capacités, notamment au moyen d’une assistance technique adéquate au niveau des pays, le développement de l'apprentissage entre pairs et la création d’une communauté de pratique en ligne.

 

DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FM

Relations publiques

  

Relations avec les médias

Courriel :

publicaffairs@imf.org

Courriel :

media@imf.org

Télécopie :

202-623-6220

Télécopie :

202-623-7100

  

Communiqué de presse n° 14/251
Le 30 mai 2014

 

http://www.imf.org/external/french/np/sec/pr/2014/pr14251f.htm


 


---------------------------------

 

  

 

 

 





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ ECONOMIE : croissance et performance économique, difficultés et résilience, commerce intra-africain, libre échange…

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ ENTREPRISES : financements, gestion, profits…

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ FINANCES/ ECONOMIE NUMERIQUE : difficultés, solutions, perspective révolutionnaire

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : leadership, morosité économique, crises monétaires, incertitudes…, à l’assaut d’un continent meurtri

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ AFFAIRES/ GOUVERNANCE : avancées, perspectives et crises multiformes

» MONDE/ ROYAUME-UNI- UNION EUROPEENNE/ CONSEQUENCES DU BREXIT : le Brexit, une bien mauvaise idée (incertitudes et instabilité économique à l’assaut de la City de Londres)

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ INDUSTRIES/ INFRASTRUCTURES/ TECHNOLOGIES : nouvelles données, nouvelles approches et nouvelles réalités sur le développement du continent

» MONDE/ RUSSIE/ XXe Forum économique international de Saint-Pétersbourg : l'économie mondiale influencée par des facteurs politiques et sociaux

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ FINANCES PUBLIQUES/ PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT (PND) : des attentes importantes en matière de financement de l’économie nationale

» AFRIQUE/ CROISSANCE/ GRANDS PROJETS/ NOUVELLES TECHNOLOGIES : nouvelles perspectives de développement

» MONDE/ CHINE/ AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : coopération, échanges commerciaux et aide au développement

» AFRIQUE/ BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS : réformes, développement et perspectives

» AFRIQUE/ FINANCES PUBLIQUES/ CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT/ REFORMES MONETAIRES : questions de fond

» MONDE/ ECONOMIE ET COMMERCE/ MATIERES PREMIERES : les producteurs à la recherche d’un prix rémunérateur

» MONDE/ RUSSIE/ GRECE/ CRISE FINANCIERE GRECQUE : consolidation des échanges économiques sur fond de crise d’endettement public

» MONDE/ CHINE/ FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT : les efforts de la Chine pour l’émergence de la nouvelle Banque de développement des infrastructures en Asie (AIIB)

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ SOCIO-ECONOMIE/ REFORMES ET AVANCEES : vers quels nouveaux horizons ?

» MONDE/ ECONOMIE/ DEVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE : stratégies, nouvelle économie, avancées technologiques et incertitudes

» AFRIQUE/ RELATIONS MAROC-COTE D’IVOIRE/ COOPERATION ET ECHANGES : consolidation des échanges ivoiro-marocains

» MONDE/ JAPON/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Triomphe de la politique économique Abenomics de M. SHINZO ABE

» MONDE/ ECONOMIE/ AFFAIRES/ SPORT ET VIE PUBLIQUE : la corruption et le grand banditisme forts et omniprésents partout

» La croissance de l’Afrique devrait atteindre 5,2% en 2014 grâce à une forte hausse des investissements et de la consommation des ménages

» ECONOMIE MONDIALE/ NOUVEAUX HORIZONS/ NOUVELLES PERSPECTIVES : le futur commence aujourd'hui

» ECONOMIE MONDIALE/ CRISE/ CROISSANCE : Ces secteurs d’activités en croissance

» COTE D’IVOIRE / ECONOMIE/ CACAO/ CHOCOLAT ET SANTE : le cacao ivoirien au mieux de sa forme

» UNION EUROPEENNE/ CROISSANCE ECONOMIQUE : perspectives économiques globalement décevantes

» MONDE/ ONU/ SANCTIONS ECONOMIQUES : la Russie répond aux sanctions économiques occidentales

» MONDE/ ECONOMIE ET FINANCES PUBLIQUES : Perspectives économiques pour le premier trimestre 2014

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET REFORMES : actions et mesures visant à consolider les Finances publiques

» AFRIQUE/MOYEN-ORIENT : Les Pays Arabes en Transition/ Renforcer le pilier central de l’économie

» Syrie : les pertes économiques estimées à plus de 100 milliards de dollars

» ECONOMIE/ USA : L’impérialisme du dollar ou comment les USA s’enrichissent aux dépens du reste du monde

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET ENERGIE/ FMI : l’Afrique peut faire mieux en matière de croissance

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Conférence de presse du Premier ministre ivoirien

» IRAK/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE/ PETROLE : des efforts pour une émergence de l’économie irakienne

» UNION EUROPEENNE/ EUROPE DE L'EST/ CRISE ET ECONOMIE : approches et visions différentes sur l’Europe économique

» ECONOMIE GLOBALE : 2014, probable année à risques pour l’économie mondiale

» AFRIQUE : Top 10 des pays africains les plus gangrenés par la fuite des capitaux.

» AFRIQUE : Fuite des capitaux, évasion fiscale et corruption


Haut de page