Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

ECONOMIE ET FINANCES


Publié le 09/07/2014 à 14:22:08
COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET REFORMES : actions et mesures visant à consolider les Finances publiques





I - « Il ressort des interventions de ce jour que d’autres projets importants sont en cours d’élaboration afin de nous permettre de Consolider la gestion économique et financière, assainir davantage les finances publiques et mettre en œuvre les réformes sectorielles majeures. Je voudrais citer entre autres, la mise en place du Compte Unique du Trésor (CUT) qui permettra d’avoir, en temps réel, une situation consolidée des disponibilités de l’Etat, et l’élaboration du Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE) à partir de la Balance Générale des Comptes du Trésor (BGCT), pour se conformer au nouveau cadre harmonisé des finances publiques et au Manuel des statistiques des finances publiques.

Cependant une attention toute particulière devra être portée sur l’important dossier de la lutte contre la corruption et la Fraude qui, si elles ne sont pas combattues énergiquement, peuvent gangrener tout le système. En effet, que valent tous ces instruments modernes si la mentalité et la conduite de « quelques brebis galeuses » (malheureusement, il y en a, m’a-t-on dit) entachent l’honorabilité d’une équipe performante et dévouée. »


 

 

II - « Ce séminaire a permis d’atteindre les objectifs qui lui ont été assignés, à savoir, notamment :
1- une meilleure appréhension des processus d’élaboration et d’exécution du budget de l’Etat ;
2- une meilleure exécution des crédits budgétaires ;
3- une amélioration à la hausse du taux d’absorption de ces crédits, notamment en ce qui concerne l’investissement ; laquelle passe par une maîtrise des procédures de passation des marchés publics. »
               

 

  

 

------------------------------


 

   

1 – COTE D’IVOIRE/ Économie : le Premier ministre ivoirien exhorte le Trésor public à porter une attention particulière sur la corruption et la fraude

 

Le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan a exhorté jeudi lors d’une visite de travail, la direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique à porter une attention particulière sur la corruption et la fraude qui peuvent gangréner la politique de développement du gouvernement.

"Je vous invite à porter une attention particulière sur la corruption et la fraude qui peuvent gangrener la politique de développement du gouvernement. Il faut qu’ensemble nous menions et réussissions cette grande lutte", a soutenu M. Duncan lors de cette visite qui a eu pour objectif de lui permettre de mieux connaitre cette structure financière et de s’imprégner des conditions de travail et des préoccupations du personnel.

Le chef de gouvernement s’est en outre appesanti sur la dette intérieure du pays et a invité la direction du Trésor à l’inscrire dans ses priorités, ajoutant que cette dette sera l’objet de communication prochaine au conseil des ministres.

Le Premier ministre en compagnie de la ministre chargée de l’Economie et des Finances, Kaba Nialé , a félicité les agents du Trésor pour la mise en place d’un système informatique fiable qui permet une "bonne traçabilité" des différentes actions financières et les a encouragé à l’utilisation "d’outils de gestion plus performants".

Il a par ailleurs relevé qu’il a pris bonne note des doléances qui lui ont été adressées, relatives à l’amélioration des conditions sociales du personnel et de l’amélioration du système informatique.

La ministre Kaba Nialé a pour sa part relevé que le Trésor public "œuvre pour obtenir d’important acquis" entre autres, mobiliser sur le marché des ressources pour le financement des activités du gouvernement. Elle a mentionné que pour 2014 quelque 641 milliards ont été mobilisés pour un objectif de 810 milliards FCFA.

Le directeur général du Trésor et de la Comptabilité publique, Adama Koné, a souligné lors de la présentation des services qu’il a en charge, la mise en place d’un Comité de suivi de la dette intérieure (COSDI) qui est chargé de veiller à un meilleur suivi de la dette.

Concernant les projets en cours qui doivent contribuer à une meilleure gestion financière de l’Etat, il a relevé la mise en place d’un Compte unique du trésor qui sera logé à la BCEAO, l’élaboration du tableau des opérations financières de l’Etat, la réforme de la gestion de la dette publique et de la mise en place d’un dispositif de contrôle interne et de maitrise des risques.

M. Koné a sollicité du ministère de la fonction publique l’organisation d’un concours spécial d’intégration pour combler leur déficit en personnel. Institution qui est composée pour l’heure de 3816 agents dont 1486 femmes pour 2330 hommes.

(AIP) / Abidjan, 03 juil 2014 (AIP)/ amak/kam

 

http://news.abidjan.net/h/502292.html

 


--------------------------------

  

 

 

2 - COTE D’IVOIRE/ Trésor public ivoirien : actions et mesures attendues par le Premier ministre ivoirien

(Allocution de monsieur le premier ministre à l’occasion de la visite au Trésor)

- (…) Mesdames et Messieurs

Je voudrais, avant tout propos, adresser mes salutations et mes remerciements à Madame le Ministre chargé de l’Economie et des Finances, Nialé KABA, et à tout le personnel de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique avec à sa tête Monsieur Adama KONE, pour la qualité de l’accueil dont je suis l’objet et toute la délégation de la primature qui m’accompagne.


Madame le Ministre,
J’ai institué des visites systématiques de toutes les structures dont j’ai la charge, afin de mieux appréhender leurs préoccupations. Après les structures sous-tutelle directe de la Primature, et hier, la Direction Générale du Budget et des Finances, je suis venu m’enquérir des réalités de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pour mieux m’imprégner de vos conditions de travail, et de vos préoccupations essentielles.

 

En effet, cette Direction Générale gère un pan, on ne peut plus important, du dispositif financier de l’Etat et assure la haute gestion des deniers publics, communément appelés « le nerf de la guerre ». Et la Côte d’Ivoire, vous le savez, mène une grande bataille pour la croissance et du développement économique et pour réaliser la vision du Président de la République Son Excellence, Alassane OUATTARA de « faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 ».


Notre visite de vos différentes directions, nous a permis de mieux comprendre les outils importants pour votre gestion quotidienne tels le progiciel ASTER, les Périphériques de Niveau 2 (PN2), l’interface PEC-MER, et l’applicatif ENCLAVE pour les trésoreries à l’étranger. C’est le lieu pour moi de vous adresser de façon générale ma satisfaction et mes félicitations, au regard de l’immense tâche accomplie pour mettre en place ces systèmes informatiques, gages de transparence et d’efficacité des procédures de recouvrement et de paiement des dépenses. J’en veux pour preuve la parfaite traçabilité et la transparence qui sont désormais le label de toutes vos procédures.

 

Monsieur le Directeur Général, vos prouesses à travers la mise en place de ces applicatifs nous rassurent, dans la mesure où nous avons à l’esprit le rôle transversal que votre administration joue dans la mise en œuvre des priorités de l’action gouvernementale. Ces applicatifs contribueront très certainement à produire des tableaux mensuels fiables sur le financement des investissements y compris le PPU, en mettant en exergue les prises en charge, les paiements et le niveau des restes à payer, et élaborer un plan d’amélioration de la gestion de la trésorerie de l’État. Toutes choses qui devraient permettre de renforcer la crédibilité de la signature de l’Etat de Côte d’Ivoire, en payant ne payant que la bonne dépense.
Cependant, beaucoup reste encore à faire en vue d’assurer totalement la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière financière et monétaire.

C’est pourquoi, je vous engage à continuer de faire preuve d’imagination et d’esprit de créativité pour doter votre administration d’autres outils de gestion tous aussi performants que ceux que nous venons de voir.

Madame le Ministre,
Il ressort des interventions de ce jour que d’autres projets importants sont en cours d’élaboration afin de nous permettre de Consolider la gestion économique et financière, assainir davantage les finances publiques et mettre en œuvre les réformes sectorielles majeures.

Je voudrais citer entre autres, la mise en place du Compte Unique du Trésor (CUT) qui permettra d’avoir, en temps réel, une situation consolidée des disponibilités de l’Etat, et l’élaboration du Tableau des Opérations Financières de l’Etat (TOFE) à partir de la Balance Générale des Comptes du Trésor (BGCT), pour se conformer au nouveau cadre harmonisé des finances publiques et au Manuel des statistiques des finances publiques. Cependant une attention toute particulière devra être portée sur l’important dossier de la lutte contre la corruption et la Fraude qui, si elles ne sont pas combattues énergiquement, peuvent gangréner tout le système.


En effet, que valent tous ces instruments modernes si la mentalité et la conduite de « quelques brebis galeuses » (malheureusement, il y en a, m’a-t-on dit) entachent l’honorabilité d’une équipe performante et dévouée.

Je sais pouvoir compter sur vous, Madame le Ministre, Monsieur le Directeur Général, chères collaboratrices et chers collaborateurs de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique pour qu’ensemble, je dis bien ensemble, nous menions et réussissions cette grande lutte qu’attendent le Président de la République et tous nos concitoyens.

Ceci dit et par ailleurs, je puis vous assurer déjà de mon soutien pour la poursuite de la mobilisation des financements nécessaires à l’investissement public dans les secteurs socioéconomiques, en droite ligne de la vision du gouvernement d’œuvrer à la consolidation de la dynamique de croissance économique forte et inclusive permettant aux secteurs public et privé de jouer leur rôle de moteur de la croissance. L’objectif attendu étant d’atteindre une croissance économique de 10% à fin décembre 2014, contre 9,8% en 2012 et 9% en 2013.

Je voudrais enfin mettre un accent particulier sur la conclusion du programme économique et financier 2011-2014, et relever que l’ensemble des revues réalisées par le FMI et la Banque Mondiale a été satisfaisant. Il s’agira au cours de l’année 2014 de poursuivre cette dynamique de bonne exécution pour assurer la clôture dudit programme et surtout finaliser la négociation d’un nouveau programme économique et financier avec les Institutions de Breton Woods.


Au titre de l’exercice 2015, vous veillerez à ce qu’à l’orée de cette année charnière 2015, les ressources soient mobilisées pour finaliser les priorités du PND 2012-2015.
Au moment où le Gouvernement est engagé dans un vaste programme de reconstruction nationale et d’amélioration des conditions de vie des populations, il est indispensable de veiller au respect de l’orthodoxie financière, et de tenir l’engagement de l’Etat de payer à bonne date, c’est-à-dire 90 jours après la prise en charge des mandats.


Vous veillerez à accorder une attention particulière à la question importante de la dette intérieure, qu’ensemble nous sommes en train d’examiner actuellement et qui fera l’objet d’une communication prochaine en conseil des Ministres.

Par ailleurs, au niveau sous-régional, je vous exhorte au renforcement des initiatives visant l’intégration au niveau de la sous-région ouest-africaine, à travers la poursuite de la mise en œuvre des réformes des instances communautaires de développement au sein de l’UEMOA, de la CEDEAO et du Conseil de l’Entente.
Vous devrez aussi contribuer significativement à la mobilisation des ressources pour la réalisation des projets de développement notamment la construction des routes au niveau de certaines frontières, pour faciliter la mobilité des personnes et des biens.
Dans ce cadre, je voudrais vous féliciter pour la mise en œuvre effective des Directives relatives aux importantes réformes communautaires de l’UEMOA concernant votre secteur.


Je reste convaincu que votre département, et singulièrement la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité Publique jouera pleinement le rôle qui est le sien dans la conduite de la politique sociale et économique de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, en vue de hisser la Côte d’Ivoire au rang de pays émergent à l’horizon 2020.

 

Madame le Ministre,
Je sais pouvoir compter sur vous, ainsi que sur l’ensemble de vos collaborateurs, pour relever tous les grands défis qui se posent à votre administration.

C’est sur ces mots que je voudrais clore mon intervention, en vous engageant à plus de détermination dans l’optimisation des ressources et dans le règlement des dépenses de l’Etat. Tout en vous remerciant une fois de plus pour l’accueil chaleureux, je vous souhaite bonne réussite dans vos missions.
Je vous remercie de votre aimable attention.

 

 

http://news.abidjan.net/h/502286.html

 

 


------------------------------------

  

 

  

3 – COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE : allocution du Ministre chargé du Budget à l’occasion de la visite des services

 

(…) Mesdames et Messieurs,

C’est avec une profonde joie et un immense plaisir que je prends la parole, en cet instant solennel, pour vous souhaiter la bienvenue. La bienvenue dans les locaux de la Direction Générale du Budget et des Finances, une maison que vous connaissez bien pour avoir été l’un des premiers bâtisseurs.
Les agents de la Direction Générale du Budget et des Finances se souviendront encore longtemps de votre passage remarquable à la tête du Ministère de l’Economie et des Finances. En effet, vous avez passé plus de vingt ans à l’édification de ce département ministériel, en particulier de son service pivot qu’est la Direction Générale du Budget et des Finances.

Monsieur le Premier Ministre,
Je voudrais, avec votre permission, rappeler que la Direction Générale du Budget et des Finances que vous visitez ce jour, est un maillon essentiel dans le système de gestion des finances publiques.
A ce titre, elle est appelée à jouer un rôle catalyseur dans la politique budgétaire du Gouvernement, orientée vers le renforcement des dépenses d’investissement.
C’est pourquoi, Monsieur le Premier Ministre, sous votre autorité, nous avons entrepris d’importantes actions, visant à optimiser le potentiel des finances publiques.


Il s’agit particulièrement de :
• la mise en place de plans d’engagement budgétaire et de passation des marchés publics en vue d’une bonne régulation budgétaire et une anticipation suffisante sur les opérations de marchés, ce qui, à n’en point douter, devrait concourir à une meilleure articulation de la gestion de la trésorerie ;
• la mise en œuvre de la stratégie de maîtrise de la masse salariale, adoptée en mai 2014 par le Gouvernement;
• la modification du Code des marchés publics en vue de la réduction des délais de passation des marchés publics avec relance systématique des acteurs affichant des délais anormalement longs ;
• la mise en place d’un Comité de suivi des réformes et d’un Comité de suivi des délais ;
Monsieur le Premier Ministre,

Le Ministère auprès du Premier Ministre chargé du Budget à travers la Direction Générale du Budget et des Finances est par ailleurs, engagé dans un vaste programme de réformes budgétaires dans le cadre de la Gestion Axée sur les Résultats (GAR) avec la mise en place des budgets programmes. Il s’agira de consacrer définitivement la recherche de la performance au cœur de l’action publique, en vue de l’atteinte des objectifs clairement identifiés.

La mise en œuvre de ces réformes s’est traduite par la promulgation par le Président de la République de la loi organique portant Code de transparence et la loi organique relative aux Lois de finances. Ces deux lois organiques apporteront, à n’en point douter, une amélioration dans la gestion des finances publiques à travers un nouveau système d’information budgétaire en cours d’élaboration.

Monsieur le Premier Ministre,
Au-delà des progrès réalisés, je voudrais vous assurer de notre engagement sans faille à poursuivre inlassablement nos efforts, afin d’optimiser la gestion des finances publiques. A ce titre, il est envisagé à court terme :
• la révision du décret n°98-716 du 16 décembre 1998 relatif au SIGFiP ;
• une meilleure rationalisation de la gestion des véhicules ;
• la réduction des subventions de l’Etat aux EPN, SODE et SEM après les audits de leurs charges normatives ;
• la réduction de 25% du nombre d’EPN par fusion, transfert d’activités, etc. ;
• la rationalisation des subventions accordées aux écoles privées pour les frais d’écolage des élèves affectés par l’Etat dans ces établissements.

J’ai foi que si nous menons à terme toutes ces réformes la Direction Générale du Budget et Finances jouera pleinement sa partition dans la vision stratégique du Président de la République, son Excellence Alassane Ouattara, de rendre la Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020.
Je voudrais solliciter au nom de toute la Direction Générale du Budget et des Finances, votre soutien pour y parvenir.
Monsieur le Premier Ministre,
Pour terminer, je voudrais, au nom de mes collaborateurs et des services ici représentés et en mon nom propre, vous réitérer mes sincères remerciements.

Abdourahmane CISSE, Ministre auprès du premier ministre chargé du Budget/ Publié le mercredi 2 juillet 2014/ Primature/ Abidjan

 

http://news.abidjan.net/h/502219.html


  


-----------------------------------

  

 

 

4 – Budget de l’Etat/ actions et stratégie : Séminaire gouvernemental relatif à l’élaboration et à l’exécution du budget de l’Etat (Premier ministre) :

 

(…) Mesdames et Messieurs.

Au terme de notre séminaire thématique consacré au BUDGET et aux MARCHES PUBLICS, vous me permettrez de renouveler ma profonde gratitude à Son Excellence Monsieur le Président de la République Alassane OUATTARA, pour son intérêt marqué à cet autre séminaire placé sous son égide, et dont il a bien voulu autoriser la tenue ce jour.

Je voudrais aussi féliciter Messieurs les Ministres d’Etat, Mesdames et Messieurs les Ministres, pour leur participation effective et active à cet exercice qui fait désormais partie intégrante de notre programme de travail.
Je me félicite de ce que ce séminaire ait permis d’atteindre les objectifs qui lui ont été assignés, à savoir, notamment :

1- une meilleure appréhension des processus d’élaboration et d’exécution du budget de l’Etat ;
2- une meilleure exécution des crédits budgétaires ;
3- une amélioration à la hausse du taux d’absorption de ces crédits, notamment en ce qui concerne l’investissement ; laquelle passe par une maîtrise des procédures de passation des marchés publics.

Après la présentation qui a été faite par Monsieur le Ministre chargé du Budget, exposé dont je salue la justesse et la pertinence, nous avons pu échanger sur les procédures d’exécution des dépenses publiques, celles de passation des marchés, les dysfonctionnements relevés dans l’applicatif d’exécution des dépenses publiques et, d’une manière générale, sur les difficultés auxquelles sont confrontés les Administrateurs de Crédit dans l’exécution des dépenses publiques.

Des suggestions ont également été faites pour corriger le décalage entre le Programme de Travail Gouvernemental (PTG) et le Budget, améliorer la fluidité du processus et améliorer la capacité d’absorption des Ministères.

Je suis persuadé qu’au terme de ce séminaire, chaque Ministre est bien outillé pour comprendre les procédures d’élaboration, de répartition et de suivi de l’exécution du budget. De même, les notions comme celles de « rallonge budgétaire », de « dépenses non ordonnancées », ou de « tensions de trésorerie » n’ont désormais plus de secret pour vous.

En conséquence, chaque département ministériel sera en mesure de budgétiser de façon plus efficiente ses activités, en conciliant ses urgences et priorités avec les contraintes financières de l’Etat.

La conséquence logique qui devrait en découler, c’est que le taux de consommation des crédits budgétaires se situera dorénavant à un niveau acceptable, avec une bonne maîtrise du processus de passation des marchés publics, ainsi qu’une meilleure harmonisation entre le PIP, le PTG et le processus de budgétisation.

Il n’est pas superflu de rappeler qu’une insuffisance dans la maîtrise du budget de l’Etat constitue une entrave de taille à la réalisation des programmes et projets de développement socio-économique.


Nous devons donc arriver à avoir une plus grande visibilité de nos actions, par la réalisation d’investissements et d’infrastructures qui permettent de renforcer la confiance de nos concitoyens en l’Etat et de confirmer l’élan irrésistible de développement pris par notre pays.

C’est le lieu de lancer un appel à tous les administrateurs de crédits à utiliser avec parcimonie, rigueur et transparence les fonds mis à leur disposition, et de les affecter effectivement à la réalisation des missions pour lesquelles ils sont prévus.

En vous réitérant mes encouragements, je déclare clos, au nom de Son Excellence Monsieur le Président de la République, le séminaire gouvernemental sur le budget et la passation des marchés.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 

Publié le lundi 19 mai 2014  |  Primature

 

http://news.abidjan.net/h/498475.html

 

 


-------------------------------

 

 

  

 

5 - COTE D’IVOIRE/ Direction Générale du Budget et des Finances : allocution du Premier ministre à l’occasion de la visite des services

 

(…) Mesdames et Messieurs, chers collaborateurs,

Je voudrais, avant tout propos, adresser mes salutations et mes remerciements à Monsieur le Ministre chargé du Budget, Abdourhamane Cissé, et à l’ensemble du personnel de la Direction Générale du Budget et des Finances avec à sa tête Monsieur TRAORE Seydou, pour l’accueil chaleureux dont je suis l’objet.

• Monsieur le Ministre,

J’ai institué des visites systématiques de toutes les structures dont j’ai la charge, afin de mieux les connaître, et partager tant soit peu, leur quotidien et leurs préoccupations essentielles. Après les structures sous-tutelle directes de la Primature, mes visites sont dédiées aux directions générales de votre département pour mieux m’imprégner de leurs conditions de travail. Je me propose de donner à la fin de toutes ces visites, à la fois au Ministère chargé du budget et au Ministère chargé de l’Economie et des Finances, dans le cadre d’une réunion globale, les orientations générales et instructions du Président de la République et du Gouvernement.
Pour l’heure, ma visite de ce jour est surtout orientée vers les outils de gestion de la Direction Générale du Budget et des Finances, qui est comme vous le savez tous, un maillon essentiel dans la gestion des finances publiques.

A cet effet, après avoir visité quelques outils essentiels de gestion, à savoir SOLDE AN 2000, le Système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP) et le Système Intégré de Gestion Budgétaire (SIGBUD), je voudrais vous exprimer toute ma satisfaction pour la qualité du travail déjà abattu, qui constitue un pas important vers la transparence et l’efficacité des procédures de gestion des finances publiques. Cette efficacité se mesure notamment en termes de réduction de délais, et cela fait la différence avec ce qui se fait dans d’autres pays. Mais nous pouvons et devons tous mieux faire.

Au regard de votre rôle dans la mise en œuvre des priorités de l’action gouvernementale, et de façon plus spécifique de la politique budgétaire, instrument privilégié pour l’exécution du programme économique et social du Gouvernement, je mesure l’âpreté des défis que vous avez à relever, et qui nécessitent des outils techniques modernes comme ceux développés par vos services, pour répondre aux attentes des usagers.

C’est pourquoi, Monsieur le Directeur Général, je me félicite du succès des applicatifs métiers SIGFiP, SIGBUD, SIGMAP, RICI et SOLDE AN 2000, produits de l’expertise ivoirienne, qui s’exportent pour la plupart dans la sous-région ouest africaine et même au-delà.

• Monsieur le Ministre,

Il ressort de votre intervention et de celle du Directeur Général du Budget et des Finances, que d’autres chantiers visant à accroître l’efficacité de la gestion budgétaire sont en cours.

D’ores et déjà, je puis vous assurer dès maintenant de mon soutien pour la poursuite du programme de déconcentration de vos services et des outils de gestion que nous venons de voir, à l’ensemble du pays afin de les rapprocher davantage de leurs utilisateurs et bénéficiaires.

Par ailleurs, je salue l’important travail effectué par vous et vos collaborateurs qui a permis le vote, dans les délais constitutionnels, du budget 2014 ainsi que les efforts que vous déployez dans l’exécution quotidienne de ce Budget. En rapport avec les objectifs du programme, et si mes informations sont exactes, l’exécution du budget 2014 est caractérisé au premier trimestre par :

- un taux d’exécution global de 102,3 % ;
- un taux d’exécution des dépenses d’investissement de 115,8 %
- un taux d’exécution des dépenses pro pauvres de 115,8 %
- un taux de gré à gré avec une tendance baissière par rapport à l’exercice 2013.
Aussi, voudrais-je relever les efforts importants faits, d’une part, pour l’optimisation des dépenses et des ressources de l’Etat, et d’autre part, en faveur des dépenses pro pauvres, dont le niveau est passé de 1080 milliards de FCFA en 2012 à 1337 milliards de FCFA en 2013, soit une hausse de 23,8%, et prévu en 2014 à 1521 milliards de FCFA.
Au titre de l’exercice 2015, il importe de s’assurer de la tenue effective et à bonne date des conférences budgétaires internes aux ministères aux fins de la prise en compte des priorités du Gouvernement. A cet effet, les ministres devront veiller, par leur implication, à la répartition des enveloppes conformément aux grandes orientations contenues dans ma lettre de cadrage.

Dans ce sens, vous veillerez à ce qu’à l’orée de l’année charnière 2015, les ressources soient identifiées pour permettre d’accélérer la mise en œuvre des priorités du PND 2012-2015.

Au moment où le Gouvernement est engagé dans un vaste programme de reconstruction nationale et d’amélioration des conditions de vie des populations, il est impérieux de veiller au strict respect de l’orthodoxie budgétaire et à la maîtrise voire à la réduction des délais de traitement des dossiers, tant dans l’élaboration que dans l’exécution du budget.

Relativement à votre mission de contrôle, j’insiste sur les réformes judicieuses à conduire pour assurer un contrôle efficient des dépenses publiques afin que par la mise en œuvre de nouveaux mécanismes, l’Etat ne paie que la bonne dépense et que toute tentative de fraude soit enrayée et sanctionnée conformément aux textes réglementaires en vigueur.

Par ailleurs, au niveau sous-régional, je vous exhorte à poursuivre les efforts dans les réformes entreprises, notamment dans la conduite de votre stratégie de mise en œuvre des directives de l’UEMOA, et particulièrement l’extension des Cadres de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) à l’ensemble des ministères ainsi que le développement dans les meilleurs délais du nouveau système d’information budgétaire pour l’élaboration et l’exécution des budgets programmes.

Dans ce cadre, je voudrais vous féliciter pour la mise en œuvre effective des Directives relatives aux importantes réformes communautaires de l’UEMOA concernant votre secteur.

C’est à ce prix que le Ministère chargé du Budget pourra jouer pleinement le rôle qui est le sien dans la conduite de la politique économique et sociale de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, en vue de hisser la Côte d’Ivoire au rang de pays émergent à l’horizon 2020.



• Monsieur le Ministre,

Je prends bonne note des doléances pertinentes que le Directeur Général vient d’exprimer relativement aux travaux de réhabilitation et d’extension de l’immeuble abritant les services de la DGBF, ainsi qu’à la reprise des travaux de construction des mini-cités financières à l’intérieur du pays. J’examinerai avec vous la suite à donner aux différentes propositions.

Je sais pouvoir compter sur vous, Monsieur le Ministre, Monsieur le Directeur Général ainsi que sur l’ensemble de vos collaborateurs, comme vous m’en avez donné l’assurance dans vos propos.

C’est sur ces mots que je voudrais clore mon intervention, en vous engageant à placer la gestion du budget dans un cadre continu de plus grande efficacité et dans une approche à moyen terme, et en vous remerciant une fois de plus pour l’accueil chaleureux. Bonne réussite dans vos missions.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

http://news.abidjan.net/h/502218.html

 

  

 

-------------------------------------

 


  


5 – COTE D’IVOIRE : Le FMI approuve un décaissement de 37,5 milliards de FCFA au profit du pays

 

Abidjan, Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé au terme de la cinquième revue des résultats économiques obtenus par la Côte d'Ivoire dans le cadre du programme appuyé par un accord au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC), un décaissement de 75 millions de dollars, soit 37,5 milliards de FCFA. « Les performances macroéconomiques de la Côte d'Ivoire ont été impressionnantes en 2013 », s’est félicité le représentant résident du FMI pour la Côte d'Ivoire, Alain Feler, lors d’une interview accordée, mercredi, à ONUCIFM.

 

« La mise en œuvre du programme macroéconomique reste bonne », a-t-il poursuivi, indiquant que « tous les critères de performance et tous les repères indicatifs à l'exception d'un seul ont été respectés à fin décembre 2013 ».

Il a également soutenu que des progrès satisfaisants ont été enregistrés dans la mise en œuvre du programme de réformes structurelles, avec notamment l'adoption de la stratégie à moyen terme de la masse salariale et d'un plan d'actions assorti d'un chronogramme pour la restructuration des banques publiques.

 

« Des mesures ont aussi été prises pour améliorer le climat des affaires et renforcer la gestion financière publique et l'administration fiscale », a-t-il fait observer.
D'après les estimations du FMI, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel a atteint 8.7 %, tirée par une forte demande intérieure et une hausse des exportations.

Le taux d'inflation annuel moyen est resté modéré à 2.6 %, tandis que la situation des finances publiques s'est améliorée. Les hausses des investissements directs étrangers (IDE) et des prêts projets ont financé le léger creusement du déficit extérieur du compte courant.

 

Pour l’année 2014, le représentant du FMI pour la Côte d’Ivoire a exprimé son optimisme. « Les perspectives macroéconomiques de la Côte d'Ivoire pour 2014 restent positives », a-t-il assuré, notant que la croissance devrait se stabiliser à un niveau élevé (8,5%), soutenue par une hausse continue et forte de la demande intérieure.

 

Il a prévu pour 2014, une baisse du taux d'inflation annuel moyen à 1.2%, un déficit global des finances publiques qui resterait modéré à 2.3 %, tandis que, selon les projections, les hausses des IDE et des prêts projets financeront le creusement du déficit extérieur courant, a-t-il souligné.

 

« Pour la Côte d'Ivoire, les principaux défis sont d'entretenir la dynamique de la croissance et de la rendre plus inclusive au travers d'une mise en œuvre déterminée du programme de réformes structurelles », a suggéré Alain Feler, pour qui les domaines prioritaires portent sur l'amélioration continue du climat des affaires pour favoriser le développement du secteur privé, la mise en œuvre du plan d'actions pour la restructuration des banques publiques et, plus généralement, le développement du secteur financier.

 

Il a indiqué, en revanche, qu’il importe d’accroître la transparence et l'efficacité des dépenses publiques, d'améliorer la prévision et la gestion de la trésorerie, de consolider la situation financière du secteur de l'électricité tout en investissant pour augmenter l'offre d'énergie, et de renforcer la gestion de la dette à travers une rapide réorganisation de l'unité de gestion de la dette.

 

Pour lui, à moyen terme, une réduction du ratio de la masse salariale par rapport aux recettes fiscales facilitera la mise en œuvre de façon viable du projet de couverture maladie universelle, et plus généralement, créera les marges de manœuvre budgétaire pour les nécessaires dépenses sociales et de développement.
Le total des décaissements au titre du FEC est estimé à environ 551 millions de dollars, soit 275,5 milliards de FCFA.

 

(AIP)/ Abidjan.net | Jeudi 19 Juin 2014

 

http://sciences-et-progres.net/article-153-le-fmi-approuve-un-decaissement-pour-la-cote-d-voire.html


  


----------------------------------

 

  

 

6 – COTE D’IVOIRE/ Dépenses publiques : Paiement des fournisseurs de l'Etat : 90 jours pas plus

 

Le Premier ministre, ministre de l'Economie, des finances et du Budget, Daniel Kablan Duncan, était dans les locaux de la Direction générale du budget et des finances (Dgbf) hier mercredi, à la cité financière au Plateau.

 

A cette occasion, il a passé en revue des outils essentiels de gestion de cette direction, à savoir Solde An 2000, le Système intégré de gestion des marchés publics (Sigmap) et le Système intégré de gestion budgétaire (Sigbug). Au terme de cette visite, il a exprimé sa satisfaction quant à la qualité du travail déjà abattu par la Dgbf ''qui constitue un pas important vers la transparence et l'efficacité des procédures de gestion des finances publiques’’. ‘’Cette efficacité se mesure notamment en terme de réduction de délais, et cela fait la différence avec ce qui se fait dans d'autres pays.

 

Mais, nous pouvons et devons tous mieux faire'', a-t-il dit. Kablan Duncan a réaffirmé la volonté du gouvernement ivoirien d’instaurer la transparence mais surtout la rigueur dans la gestion des finances publiques. A cet effet, il a insisté sur les réformes qu'il a qualifiés de judicieuses à conduire pour assurer un contrôle efficient des dépenses publiques ''afin que par la mise en œuvre de nouveaux mécanismes, l'Etat ne paie que la bonne dépense et que toute tentative de fraude doit être enrayée et sanctionnée conformément aux textes réglementaires en vigueur'', a-t-il mentionné. Justifiant l'intérêt de cette visite ainsi que celles qu'il compte rendre aux autres administrations sous sa tutelle, le Premier ministre a affirmé qu'il s'agit pour lui de mieux connaître ces structures, de partager leur quotidien et leurs préoccupations essentielles et de mieux s’imprégner de leurs conditions de travail.

 

Le ministre en charge du Budget, Abdourahmane Cissé, a qualifié la Dgbf de ''service pivot'', maillon essentiel du système de gestion des finances de Côte d’Ivoire, et qui met un point d’honneur à mener à bien la politique budgétaire du gouvernement en matière de dépenses, orientée vers le renforcement des dépenses d’investissement. Aussi a-t-il mis l’accent sur la mise en place de plans d’engagement budgétaire et de passation des marchés publics ; la mise en œuvre de la stratégie de maîtrise de la masse salariale, adoptée en mai 2014 par le gouvernement ; la modification du code des marchés publics ; la mise en place d’un comité de suivi des réformes et d’un comité de suivi des délais. Seydou Traoré, Directeur général de la Dgbf s’est réjoui de la visite de Duncan. Il a indiqué que c’est la première fois qu’un Premier ministre visite leurs locaux faisant savoir par ailleurs que la Dgbf dispose de 1744 fonctionnaires et agents de l’Etat.

 

Selon Seydou Traoré, le vaste programme de réformes des finances publiques engagé depuis les années 90 s’est traduit par la mise en place d’un budget unique et d’une nouvelle nomenclature plus explicite, renforçant la transparence dans l’utilisation des crédits budgétaires. Et ces réformes, a-t-il dit, ont également apporté une nette amélioration dans le processus d’élaboration et d’exécution du budget de l’Etat à travers le développement des applicatifs Sigbud, Sigfip, Solde An 2000 et Sigmap pour lesquels la Côte d’Ivoire fait figure de pionnière dans la sous-région.

 

Tout en indiquant que la Dgbf est prête à jouer son rôle dans la reconstruction nationale et la relance économique, Seydou Traoré a fait des doléances. Elles sont relatives à la réhabilitation du bâtiment principal abritant les services de la Dgbf devenu vétuste, et son extension, par la construction de l’immeuble annexe, prévu pour décongestionner ledit bâtiment.

A cela s’ajoute la poursuite du programme de redéploiement de la Dgbf à l’intérieur du pays, par le truchement de la reprise de la construction des mini-cités financières.

 

Irène BATH

 

http://www.imatin.net/article/economie/paiement-des-fournisseurs-de-l-etat-90-jours-pas-plus_20698_1404462322.html


  


---------------------------------

  





  




Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ ECONOMIE : croissance et performance économique, difficultés et résilience, commerce intra-africain, libre échange…

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ ENTREPRISES : financements, gestion, profits…

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ FINANCES/ ECONOMIE NUMERIQUE : difficultés, solutions, perspective révolutionnaire

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : leadership, morosité économique, crises monétaires, incertitudes…, à l’assaut d’un continent meurtri

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ AFFAIRES/ GOUVERNANCE : avancées, perspectives et crises multiformes

» MONDE/ ROYAUME-UNI- UNION EUROPEENNE/ CONSEQUENCES DU BREXIT : le Brexit, une bien mauvaise idée (incertitudes et instabilité économique à l’assaut de la City de Londres)

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ INDUSTRIES/ INFRASTRUCTURES/ TECHNOLOGIES : nouvelles données, nouvelles approches et nouvelles réalités sur le développement du continent

» MONDE/ RUSSIE/ XXe Forum économique international de Saint-Pétersbourg : l'économie mondiale influencée par des facteurs politiques et sociaux

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ FINANCES PUBLIQUES/ PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT (PND) : des attentes importantes en matière de financement de l’économie nationale

» AFRIQUE/ CROISSANCE/ GRANDS PROJETS/ NOUVELLES TECHNOLOGIES : nouvelles perspectives de développement

» MONDE/ CHINE/ AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : coopération, échanges commerciaux et aide au développement

» AFRIQUE/ BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS : réformes, développement et perspectives

» AFRIQUE/ FINANCES PUBLIQUES/ CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT/ REFORMES MONETAIRES : questions de fond

» MONDE/ ECONOMIE ET COMMERCE/ MATIERES PREMIERES : les producteurs à la recherche d’un prix rémunérateur

» MONDE/ RUSSIE/ GRECE/ CRISE FINANCIERE GRECQUE : consolidation des échanges économiques sur fond de crise d’endettement public

» MONDE/ CHINE/ FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT : les efforts de la Chine pour l’émergence de la nouvelle Banque de développement des infrastructures en Asie (AIIB)

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ SOCIO-ECONOMIE/ REFORMES ET AVANCEES : vers quels nouveaux horizons ?

» MONDE/ ECONOMIE/ DEVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE : stratégies, nouvelle économie, avancées technologiques et incertitudes

» AFRIQUE/ RELATIONS MAROC-COTE D’IVOIRE/ COOPERATION ET ECHANGES : consolidation des échanges ivoiro-marocains

» MONDE/ JAPON/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Triomphe de la politique économique Abenomics de M. SHINZO ABE

» MONDE/ ECONOMIE/ AFFAIRES/ SPORT ET VIE PUBLIQUE : la corruption et le grand banditisme forts et omniprésents partout

» La croissance de l’Afrique devrait atteindre 5,2% en 2014 grâce à une forte hausse des investissements et de la consommation des ménages

» ECONOMIE MONDIALE/ NOUVEAUX HORIZONS/ NOUVELLES PERSPECTIVES : le futur commence aujourd'hui

» ECONOMIE MONDIALE/ CRISE/ CROISSANCE : Ces secteurs d’activités en croissance

» COTE D’IVOIRE / ECONOMIE/ CACAO/ CHOCOLAT ET SANTE : le cacao ivoirien au mieux de sa forme

» UNION EUROPEENNE/ CROISSANCE ECONOMIQUE : perspectives économiques globalement décevantes

» MONDE/ ONU/ SANCTIONS ECONOMIQUES : la Russie répond aux sanctions économiques occidentales

» MONDE/ ECONOMIE ET FINANCES PUBLIQUES : Perspectives économiques pour le premier trimestre 2014

» AFRIQUE/ FMI/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : de nouveaux engagements pour consolider les économies en croissance

» AFRIQUE/MOYEN-ORIENT : Les Pays Arabes en Transition/ Renforcer le pilier central de l’économie

» Syrie : les pertes économiques estimées à plus de 100 milliards de dollars

» ECONOMIE/ USA : L’impérialisme du dollar ou comment les USA s’enrichissent aux dépens du reste du monde

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET ENERGIE/ FMI : l’Afrique peut faire mieux en matière de croissance

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Conférence de presse du Premier ministre ivoirien

» IRAK/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE/ PETROLE : des efforts pour une émergence de l’économie irakienne

» UNION EUROPEENNE/ EUROPE DE L'EST/ CRISE ET ECONOMIE : approches et visions différentes sur l’Europe économique

» ECONOMIE GLOBALE : 2014, probable année à risques pour l’économie mondiale

» AFRIQUE : Top 10 des pays africains les plus gangrenés par la fuite des capitaux.

» AFRIQUE : Fuite des capitaux, évasion fiscale et corruption


Haut de page