Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

ECONOMIE ET FINANCES


Publié le 18/06/2016 à 01:56:17
MONDE/ RUSSIE/ XXe Forum économique international de Saint-Pétersbourg : l'économie mondiale influencée par des facteurs politiques et sociaux



  

1 – « Russie/ Poutine prône la création d'un grand partenariat eurasien impliquant même l'UE : Vladimir Poutine a appelé à créer un grand partenariat eurasien entre l'Union économique eurasiatique (UEEA) et d'autres pays, dont l'Inde, l'Iran, le Pakistan et les pays membres de la CEI et même l'UE. "Nous proposons de songer à la création d'un grand partenariat eurasien impliquant l'UEEA ainsi que les pays avec lesquels nous avons déjà établi des relations étroites, la Chine, l'Inde, le Pakistan, l'Iran et, bien sûr, nos partenaires de la CEI, ainsi que d'autres Etats et organisations intéressés", a déclaré le président russe lors de son discours au Forum économique de Saint-Pétersbourg (SPIEF). Le chef d'Etat a noté qu'environ 40 pays et organisations internationales avaient exprimé de l'intérêt pour la coopération avec l'UEEA. »

 

Afficher l'image d'origine 

 

 0.2 - « Sarkozy/ Droite française/ XXe Forum économique international de Saint-Pétersbourg/ Associer les Russes au bouclier antimissile en Europe : « La Russie devrait être associée au bouclier antimissile, le temps de la "guerre froide" étant révolu, a rappelé l'ex-président français Nicolas Sarkozy, intervenant à Saint-Pétersbourg. "Dès le sommet (de l'Otan, ndlr) de Lisbonne en 2010 (…), j'ai demandé que les Russes soient associés au bouclier antimissile, car après tout nous avons les mêmes menaces. Je veux que l'Europe soit dotée d'un bouclier antimissile, que l'Otan veuille se doter d'un bouclier antimissile, mais associons les Russes à ce bouclier", a pointé l'homme politique. ​"Nous ne sommes pas à l'époque de l'Union soviétique, du pacte de Varsovie. La « guerre froide est finie et l'Otan n'a pas pour l'objet d'aller combattre les Russes », a dit Nicolas Sarkozy. »


Dîner informel Poutine-Sarkozy près de Saint-Pétersbourg Afficher l'image d'origine


-----------------------------------

  

Poutine: la fuite des capitaux de Russie chute de cinq fois dès le début de l'annéeAfficher l'image d'origine

  

1 - Poutine : concerter les actions pour relever les défis contemporains

 

Le président russe Vladimir Poutine estime que des facteurs politiques et sociaux exercent un impact croissant sur l'économie mondiale et que les défis d'une croissance équilibrée et stable demandent d'œuvrer en commun, communique le service de presse du Kremlin.

"Les facteurs politiques et sociaux influencent toujours plus l'économie mondiale et les défis qui lui sont lancés demandent des actions concertées au nom d'une croissance équilibrée et stable. Il est nécessaire de chercher en commun les stimulants de développement supplémentaires, d'approfondir et de concrétiser le potentiel industriel, scientifique, technique et innovant des pays et structures d'intégration, ainsi que de réagir opportunément à la conjoncture des marchés en plein changement et à la transformation du mode technologique mondial qui se profile", stipule le message de salutation adressé par le président russe aux participants, organisateurs et invités du XXe forum économique international de Saint-Pétersbourg. 

 

Vladimir Poutine a noté que le forum de Saint-Pétersbourg jouissait d'année en année d'un prestige et d'une influence grandissants. Il est devenu une plateforme importante pour évoquer les problèmes les plus brûlants de l'actualité, procéder à l'échange d'expérience entre les hommes politiques et d'affaires russes et étrangers, ainsi que proposer des percées dans différents domaines économiques. 

 

Le président a ajouté qu'un programme très rempli attendait les participants au forum. Au menu, des rencontres entre les représentants des milieux d'affaires du G20, des BRICS et de l'Organisation de coopération de Shanghai, de Russie, du Kazakhstan, d'Italie et de plusieurs autres pays. Le Club de Valdaï se réunira en session spéciale. Il y aura également une réunion du forum des petites et moyennes entreprises de Russie.  Il a également annoncé une conférence consacrée à la mise en valeur des territoires bordant l'Arctique, une nouveauté, ainsi que la remise traditionnelle des prix "Energie globale" et "Prix du développement". Enfin, il y aura un sommet-business des chefs des plus grandes entreprises énergétiques. Le ХХe forum économique de Saint-Pétersbourg inauguré jeudi prendra fin samedi 18 juin. 

 

16.06.2016/ Mis à jour 16.06.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/international/201606161025876204-poutine-forum-economique-saint-petersbourg/


Afficher l'image d'origine epa05369974 United Nations Secretary-General Ban Ki-moon (L) talks to Russian President Vladimir Putin (R), during their meeting at Konstantinovsky palace in St. Petersburg, Russia, 16 June 2016. Ban Ki-moon arrived in Russia to take part in  Saint Petersburg International Economic Forum (SPIEF).  EPA/SERGEI CHIRIKOV


-------------------------------------

 

Sarkozy

 

2 - Pour Sarkozy il faut associer les Russes au bouclier antimissile en Europe

 

La Russie et l'Europe sont exposées à des défis communs et doivent unir leurs efforts pour contrer la menace émanant de l'ennemi commun, a souligné l'ex-président de la République française intervenant jeudi dans le cadre du XXe Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

La Russie devrait être associée au bouclier antimissile, le temps de la "guerre froide" étant révolu, a rappelé l'ex-président français Nicolas Sarkozy, intervenant à Saint-Pétersbourg. "Dès le sommet (de l'Otan, ndlr) de Lisbonne en 2010 (…), j'ai demandé que les Russes soient associés au bouclier antimissile, car après tout nous avons les mêmes menaces. Je veux que l'Europe soit dotée d'un bouclier antimissile, que l'Otan veuille se doter d'un bouclier antimissile, mais associons les Russes à ce bouclier", a pointé l'homme politique. ​"Nous ne sommes pas à l'époque de l'Union soviétique, du pacte de Varsovie. La « guerre froide est finie et l'Otan n'a pas pour l'objet d'aller combattre les Russes », a dit Nicolas Sarkozy.

 

Et de rappeler qu'aussi bien la Russie que l'Europe étaient exposées à cette menace commune qu'est le djihadisme. "Avec l'Etat islamique, avec Al-Qaïda, avec des attentats, avec des attentats dus à ces barbares, on n'a pas d'autres problèmes que d'imaginer un affrontement entre les Russes et l'Europe? Je n'accepte pas cette vision des choses et je pense que c'est une erreur stratégique", s'est-il exclamé.

 

16.06.2016/ Mis à jour : 16.06.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/international/201606161025897947-russie-otan-sarkozy-bouclier/


Police security guards stand outside the entrance to the ExpoForum Convention ahead of the St. Petersburg International Economic Forum 2016 (SPIEF) in Saint Petersburg, Russia, on Wednesday, June 15, 2016. The 20th anniversary St. Petersburg International Economic Forum which brings together heads of state and governments, political leaders, leading experts and global company executives runs from June 16-18. Photographer: Simon Dawson/Bloomberg © forumspb.com


-----------------------------------------

  

Russia's President Vladimir Putin, Kazakhstan's President Nursultan Nazarbayev, and Italy's Prime Minister Matteo Renzi at the 20th St. Petersburg International Economic Forum, June 17, 2016. © Artyom Korotayev / TASS

  

2 - Poutine prône la création d'un grand partenariat eurasien impliquant même l'UE

 

Vladimir Poutine a appelé à créer un grand partenariat eurasien entre l'Union économique eurasiatique (UEEA) et d'autres pays, dont l'Inde, l'Iran, le Pakistan et les pays membres de la CEI et même l'UE. "Nous proposons de songer à la création d'un grand partenariat eurasien impliquant l'UEEA ainsi que les pays avec lesquels nous avons déjà établi des relations étroites, la Chine, l'Inde, le Pakistan, l'Iran et, bien sûr, nos partenaires de la CEI, ainsi que d'autres Etats et organisations intéressés", a déclaré le président russe lors de son discours au Forum économique de Saint-Pétersbourg (SPIEF). Le chef d'Etat a noté qu'environ 40 pays et organisations internationales avaient exprimé de l'intérêt pour la coopération avec l'UEEA.


Russian national flags fly from flagpoles in a city square ahead of the St. Petersburg International Economic Forum 2013 (SPIEF) in St. Petersburg, Russia, on Wednesday, June 19, 2013. The Russian Deputy Prime Minister Igor Shuvalov told the conference that the country's World Trade Organization accession negotiations could be further delayed unless several remaining disputed matters are solved. Photographer: Andrey Rudakov/Bloomberg Afficher l'image d'origine


M. Poutine a également souligné que Moscou est intéressé par la coopération entre l'Union européenne et l'UEEA. "Nous sommes intéressés par le fait que les Européens rejoignent le projet d'un grand partenariat eurasien. A cet égard, nous saluons l'initiative du président kazakh de tenir des consultations entre l'UEEA et l'UE. Hier, nous avons évoqué cette question lors d'une réunion avec le président de la Commission européenne", a-t-il affirmé.

 

En mai dernier, lors du sommet Russie — ASEAN, le président russe a proposé la création d'une zone de libre-échange entre les pays de l'ASEAN et de l'UEEA. Le programme du SPIEF comprend plus de 100 événements, y compris des forums d'affaires de l'OCS et du BRICS, le forum du G20 et le sommet des compagnies énergétiques, qui réunit les chefs des plus grandes entreprises du secteur. La 20e édition du Forum de Saint-Pétersbourg se tient du 16 au 18 juin. Washington a déjà fait savoir que "le gouvernement américain n'y participerait à aucun niveau".

 

17.06.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/international/201606171025932652-poutine-partenariat-eurasien-ue/


Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------

 

 

  

 

3 - Déclaration de Sotchi : vers un partenariat ASEAN-Russie mutuellement avantageux

 

Une feuille de route pour 2016-2020 et la déclaration de Sotchi: voici le bilan du Sommet Russie-ASEAN qui s’est achevé le 20 mai à Sotchi. Les documents ont été signés par 11 pays, dont la Russie et les membres de l'ASEAN, ainsi ils sont une invitation à agir et devraient porter la collaboration à un niveau stratégique supérieur. Les partenaires s'engagent à renforcer les contacts sur la base des principes d'égalité, du profit mutuel et de la responsabilité commune. ​La déclaration "Vers un partenariat stratégique mutuellement avantageux" est constituée de plusieurs chapitres dont "Le renforcement du partenariat dialogué", "La coopération dans les domaines politique et de sécurité", "La collaboration économique" ainsi que "L'interaction culturelle". La réalisation des prescriptions des documents signés sera surveillée annuellement.

 

Il est également souligné, dans la Déclaration de Sotchi, que l'ASEAN va étudier la proposition de la Russie de créer une zone de libre-échange avec l'Union économique eurasiatique. Pour rappel, Vladimir Poutine avait émis une telle proposition vendredi 20 mai 2016. En répondant à la question de Sputnik, Vladimir Poutine avait déclaré que les pays engagés dans les négociations s'entendaient très bien. ​"Il n'y avait aucun désaccord. Il y avait une compréhension absolue des objectifs qu'on s'est fixés et une compréhension de comment relever ces défis"", a assuré V. Poutine.

 

Le président du Conseil consultatif d'affaires de l'ASEAN Oudet Souvannavong espère que la réalisation des accords trouvés lors du Sommet à Sotchi ne tardera pas. "Si nous arrivons à mettre en place toutes les conditions pour le milieu des affaires et pour l'accès au marché russe, rendre la coopération plus efficace, nous pourrons atteindre un niveau de compétitivité très élevé". ​L'ensemble des pays de l'ASEAN représente la troisième économie mondiale. Cette région, malgré la récession mondiale, est marquée par une croissance progressive. Il n'est pas étonnant que plusieurs pays cherchent à nouer des liens plus étroits avec l'ASEAN. En février 2016, les Etats-Unis ont discuté avec l'Association dans le cadre d'un sommet. Un évènement pareil sera bientôt organisé par la Chine.

 

Mais de l'avis du ministre russe du Développement économique Alexeï Oulioukaïev, cela ne menace pas l'approfondissement des relations entre l'ASEAN et la Russie. "Notre particularité par rapport à la Chine et aux USA c'est que nous, la Russie, nous représentons à ces pourparlers l'Union économique eurasiatique qui est une structure puissante. Elle est géographiquement proche des pays de l'ASEAN et permet de bénéficier du transit comme par exemple dans la relation UE-ASEAN. Voilà pourquoi nous prêtons plus d'attention au développement des projets d'infrastructure et des bases de l'approfondissement des relations économiques".

 

​Le Sommet Russie-ASEAN qui vient de s'achever à Sotchi est, selon les experts, un évènement d'une part symbolique qui marque les 20 ans de la coopération entre les Etats. D'autre part, c'est un signe de revirement de Moscou plus poussé à l'est. Sergueï Katyrine, président de la Chambre de commerce et d'industrie russe, le commentait pour Sputnik. "Nous ne voudrions pas opposer l'ASEAN à l'Europe. Mais à la différence de relations commerciales avec l'UE, les USA et d'autres pays, les liens avec l'ASEAN sont illimités. Le spectrum des intérêts mutuels est très large: le nucléaire, l'infrastructure, l'agriculture et la médecine. Notre histoire commune est aussi un facteur important. Nos collègues se souviennent de la collaboration avec l'URSS et beaucoup nous font plus confiance parfois qu'à d'autres régions. C'est notre avantage".

 

Les sanctions occidentales imposées contre la Russie sont non seulement contreproductives mais n'ont plus de sens. Le bas-fond est déjà passé, indiquent les responsables politiques russes. Le ministre du Développement économique A. Oulioukaïev s'est penché sur le sujet lors du Sommet de l'ASEAN en Russie. ​"Je crois que notre économie s'est déjà complètement adaptée aux sanctions. Il y aurait peu de chances que nos collègues européens se distinguent par le rationalisme et la responsabilité. Evidemment tant que les sanctions existent, les contre-sanctions perdurent. Ce n'est pas notre choix et nous n'évoquons pas ce thème lors des négociations à la différence de nos collègues européens".

 

Le revirement à l'est va donc bon train. Mais comme l'a souligné le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, la position géopolitique de la Russie est unique, elle est "une puissance eurasiatique" et ne peut donc pas être tournée vers une seule direction. Mais à l'heure actuelle la dynamique est telle que les échanges avec l'Europe ont diminué de plus de 30% alors qu'avec les pays asiatiques et notamment ceux de l'ASEAN ils ne cessent d'augmenter.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

 

20.05.2016/ Mis à jour 23.05.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201605201025175841-asean-russie-sotchi/

 

------------------------------------------

 

 

  

 

4 - Poutine : la fuite des capitaux de Russie chute de cinq fois dès le début de l'année

 

La fuite des capitaux de Russie a chuté de cinq fois dès le début de l'année 2016, l'inflation est freinée, a affirmé le président russe Vladimir Poutine intervenant au Forum économique de Saint-Pétersbourg. La Russie est parvenue à remédier aux plus graves fléaux dans l'économie et compte ainsi sur la croissance dans un futur proche. "La Russie a réussi à résoudre les plus importants problèmes économiques. Déjà dans les meilleurs délais, nous espérons que la croissance reprenne. Nous avons conservé les réserves, la fuite des capitaux a considérablement baissé, comparativement au début de l'année 2015 il s'agit de la chute de cinq fois", a estimé le numéro un dans le cadre du forum. L'inflation décroît. Pour comparer les périodes correspondantes dans les années 2014-2015 et 2015-2016, l'inflation se voit diminuer d'environ deux fois. "Je crois qu'on peut atteindre le niveau de l'inflation de 4-5% à moyen terme", a-t-il poursuivi. Ensuite, le prochain défi à relever pour la Russie consiste à atteindre la croissance du PIB d'au moins 4% par un an.

 

Pour donner un coup de fouet au secteur économique, il est également important de soutenir les entreprises axées sur l'exportation, a déclaré le président. "Certes, nous croyons important de poursuivre la coopération dans le cadre de grands projets tels qu'un réacteur thermonucléaire, un laser à rayons X à électrons libres, et bien d'autres. Les efforts conjoints permettront d'augmenter efficacement la compétitivité tant de l'Europe que de la Russie", a résumé M. Poutine.

Le programme du SPIEF comprend plus de 100 événements, y compris des forums d'affaires de l'OCS et du BRICS, le forum du G20 et le sommet des compagnies énergétiques, qui réunit les chefs des plus grandes entreprises du secteur. La 20e édition du Forum de Saint-Pétersbourg se tient du 16 au 18 juin. Washington a déjà fait savoir que "le gouvernement américain n'y participerait à aucun niveau".

 

17.06.2016/ Mis à jour 17.06.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/russie/201606171025921479-poutine-russie-economie/

 

-------------------------------------------

 

 

 

 

5 - Pour lui, sa société de plusieurs mds USD est la plus grosse erreur de sa vie

 

Alibaba Jack Ma, le fondateur de l'une des plus grandes sociétés Internet du monde, croit que la plus grande erreur de sa vie est l'établissement de son entreprise. "Quand je l'ai créée, je pensais que ce serait une petite entreprise. Maintenant, je suis occupé tous les jours comme le président d'un Etat", a-t-il indiqué lors de son discours au Forum économique de Saint-Pétersbourg. "Dans une prochaine vie, si j'ai une prochaine vie, je ne serai jamais engagé dans une telle entreprise, comme je le suis maintenant, je vais m'occuper de mes affaires et profiter de la vie", a ajouté M. Ma.

 

Par ailleurs, l'entrepreneur, dont la fortune est estimée à environ 23 milliards de dollars, a assuré qu'il ne resterait pas longtemps à la tête d'Alibaba et qu'il envisageait s'engager dans la protection de l'environnement après avoir quitté son poste. Le milliardaire chinois a également noté qu'il faisait régulièrement des erreurs dans les affaires. "En stratégie, technologie, finances, gestion, il y a partout des erreurs. Je n'ai jamais appris à être PDG, homme d'affaires ou homme politique. Cela m'a causé beaucoup de problèmes", a-t-il fait valoir. Alibaba est la plus grande société Internet en Chine. Elle a été fondée par Jack Ma en 1999 et se spécialise dans le domaine du commerce électronique. A titre indicatif, à l'échelle internationale, l'entreprise se situe sur un pied d'égalité avec les géants de l'industrie que sont Yahoo, Amazon, eBay et AOL.

 

Sputnik International/ 17.06.2016/ Mis à jour 17.06.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/international/201606171025927749-jack-ma-alibaba-erreur-vie/

 

------------------------------------------

 

 

 

 

6 - Poutine : concerter les actions pour relever les défis contemporains

 

Le président russe Vladimir Poutine estime que des facteurs politiques et sociaux exercent un impact croissant sur l'économie mondiale et que les défis d'une croissance équilibrée et stable demandent d'œuvrer en commun, communique le service de presse du Kremlin.

"Les facteurs politiques et sociaux influencent toujours plus l'économie mondiale et les défis qui lui sont lancés demandent des actions concertées au nom d'une croissance équilibrée et stable. Il est nécessaire de chercher en commun les stimulants de développement supplémentaires, d'approfondir et de concrétiser le potentiel industriel, scientifique, technique et innovant des pays et structures d'intégration, ainsi que de réagir opportunément à la conjoncture des marchés en plein changement et à la transformation du mode technologique mondial qui se profile", stipule le message de salutation adressé par le président russe aux participants, organisateurs et invités du XXe forum économique international de Saint-Pétersbourg. 

 

Vladimir Poutine a noté que le forum de Saint-Pétersbourg jouissait d'année en année d'un prestige et d'une influence grandissants. Il est devenu une plateforme importante pour évoquer les problèmes les plus brûlants de l'actualité, procéder à l'échange d'expérience entre les hommes politiques et d'affaires russes et étrangers, ainsi que proposer des percées dans différents domaines économiques. 

 

Le président a ajouté qu'un programme très rempli attendait les participants au forum. Au menu, des rencontres entre les représentants des milieux d'affaires du G20, des BRICS et de l'Organisation de coopération de Shanghai, de Russie, du Kazakhstan, d'Italie et de plusieurs autres pays. Le Club de Valdaï se réunira en session spéciale. Il y aura également une réunion du forum des petites et moyennes entreprises de Russie.  Il a également annoncé une conférence consacrée à la mise en valeur des territoires bordant l'Arctique, une nouveauté, ainsi que la remise traditionnelle des prix "Energie globale" et "Prix du développement". Enfin, il y aura un sommet-business des chefs des plus grandes entreprises énergétiques.  Le ХХe forum économique de Saint-Pétersbourg inauguré jeudi prendra fin samedi 18 juin. 

 

16.06.2016/ Mis à jour : 16.06.2016/

 

https://fr.sputniknews.com/international/201606161025876204-poutine-forum-economique-saint-petersbourg/

 

------------------------------------------

 

 

 

 

7 - Sarkozy à Saint-Pétersbourg : que l'OTAN s'attaque à la Russie est une régression intellectuelle

 

L’ancien président français est arrivé dans «la Venise du nord» pour y participer au Forum économique international (SPIEF). D’après le programme, il intervient dans la section «Conversations avec des gens exceptionnels». «Pour moi dans l’identité européenne, il y a  une nécessité de travail main dans la main avec la Russie. Je ne voudrais pas d'une nouvelle Guerre froide. Je n'en veux pas et je me battrai pour qu'il n’y ait pas de nouvelle Guerre froide», a commenté l’ancien président français en ouverture de son discours.

 

 

_ Sur l'OTAN 

Répondant à une question sur une confrontation militaire entre l’OTAN et la Russie, Nicolas Sarkozy a précisé qu’on n’était plus à l'époque de la Guerre froide . «L'OTAN n'a pas pour objectif d'aller combattre les Russes, c'est une régression intellectuelle. On a plus de choses auxquelles faire face.» L’Europe et la Russie ont des adversaires communs : les djihadistes. «Il faut associer les Russes au bouclier antimissile de l'OTAN», a-t-il affirmé. Nicolas Sarkozy a précisé que l’Europe et la Russie avaient des racines communeы et, au regard de questions démographiques, n’avaient pas le droit de s’affronter.

«Nous sommes en train de vivre sous l’explosion démographique du monde. Nous ne l’avons jamais connue. Il y a plus d'habitants sur la planète que jamais dans l’histoire de l’humanité. Nous sommes sept milliards, dans 30 ans nous serons neufs milliards, en 2100 nous serons 11 milliards. Si vous additionnez l’Europe et la Russie, on doit être aux alentours de 640 millions. La Russie plus l’Europe, nous sommes moins de 10% de la planète. Pouvons-nous nous permettre de nous affronter, de nous déchirer ? On a les mêmes racines», a-t-il souligné.

 

 

_ Sur le Brexit 

Le sujet du Brexit ne pouvait être évité : «Jamais nous n'accepterons l'explosion de l'UE, comme des grands-parents. Sans l’UE on n’a pas de garantie de paix. [...] Nous devons refonder une Europe pour qu’elle protège, pour qu’elle soit plus indépendante, pour apaiser les relations avec la Russie».  «On ne règlera pas la question syrienne sans la Russie», a-t-il précisé.

 

 

_ Sur les relations avec les Etats-Unis 

Concernant les relations avec les Etats-Unis, l’ancien président a déclaré que l’amitié ne devait pas signifier «être dépendant». «Je voudrais que la France soit indépendante du droit américain», a-t-il conclu. «Je suis l'ami des Américains mais pardon, je ne peux pas accepter le fait que, parce qu'on utilise le dollar, on est soumis à la justice [américaine]», a-t-il poursuivi.

 

 

_ Sur les sanctions 

Les Européens doivent selon lui aller dans le sens d'une levée des sanctions mais les Russes doivent montrer la voie : «J'ai proposé au président Poutine qu'il lève des sanctions de son côté et, qu'en échange, Minsk 2 entre en application. Allez, mes amis russes, montrez le chemin levez les sanctions.» Quelques minutes après, une journaliste russe du journal «Kommersant» a posé une question sur «les garanties» que la France pouvait apporter si la Russie levait des sanctions. «Dans la vie on fait des choses parce qu’on y croit et pas parce qu’on a des garanties. Si la Russie fait un tel geste, on ne pourra pas l’ignorer. La question est : qui fait [preuve de] cette confiance le premier», a-t-il indiqué.

 

 

_ Sur l'Ukraine 

«Il faut changer le logiciel : nos peuples souffrent, votre peuple souffre, le peuple ukrainien souffre», a déclaré Nicolas Sacrozy en s’exprimant sur la situation en Ukraine. «L'Ukraine est un pont entre l'Europe et la Russie, si vous coupez le pont d'une de ses rives il n'a plus d'existence. Il faudrait que le minorité russe soit protégée en respect de la souveraineté de l’Etat de l’Ukraine, qui ne peut pas être négociable», a-t-il affirmé, précisant que le conflit entre la Russie et l’Ukraine était un sujet «familial».

 

 

_ Sur l’identité nationale

L’ancien président de la République a précisé que, à l’heure actuelle, les Européens avaient besoin de retrouver leur identité car,selon lui, «il n’y a pas de respect sans identité». «L’Europe n’est pas chrétienne mais l’Europe a des racines chrétiennes ! Si vous ne savez pas d’où vous venez vous ne savez pas où aller», a-t-il mis en avant. «Je ne veux pas d’un monde avec une seule culture, un seul cinéma [...] Une montée invraisemblable des populismes en est le résultat», a conclu Nicolas Sarkozy.

 

La 20e édition du Forum débute le 16 juin à Saint-Pétersbourg et durera jusqu’au 18 juin. Les organisateurs ont prévu plus de 100 événements, dont des forums d'affaires de l'OCSE et des BRICS, un forum du G20 et un sommet pour les entreprises du secteur de l'énergie. Le président russe Vladimir Poutine interviendra lors de la principale session plénière du SPIEF, et l’ancien président de la République française a déjà participé à la section «Conversations avec des gens exceptionnels». Répondant aux questions des journalistes sur l'identité du futur président français, Nicolas Sarkozy a répondu par un trait d'esprit : «un autre.»

Nicolas Sarkozy est arrivé en Russie le 15 juin pour rencontrer, dans une ambiance informelle, le président russe qui l’a accueilli au palais Constantin, près de Saint-Pétersbourg. Nicolas Sarkozy a déclaré qu’il voulait «profiter de cette occasion pour évoquer un large éventail de questions».

 

International/ 16 juin 2016/

 

https://francais.rt.com/international/22228-nicolas-sarkozy-discours-forum-economique-saint-petersbourg

 

------------------------------------------


 Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

 

 





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ ECONOMIE : croissance et performance économique, difficultés et résilience, commerce intra-africain, libre échange…

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ ENTREPRISES : financements, gestion, profits…

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ FINANCES/ ECONOMIE NUMERIQUE : difficultés, solutions, perspective révolutionnaire

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : leadership, morosité économique, crises monétaires, incertitudes…, à l’assaut d’un continent meurtri

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ AFFAIRES/ GOUVERNANCE : avancées, perspectives et crises multiformes

» MONDE/ ROYAUME-UNI- UNION EUROPEENNE/ CONSEQUENCES DU BREXIT : le Brexit, une bien mauvaise idée (incertitudes et instabilité économique à l’assaut de la City de Londres)

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ INDUSTRIES/ INFRASTRUCTURES/ TECHNOLOGIES : nouvelles données, nouvelles approches et nouvelles réalités sur le développement du continent

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ FINANCES PUBLIQUES/ PLAN NATIONAL DE DEVELOPPEMENT (PND) : des attentes importantes en matière de financement de l’économie nationale

» AFRIQUE/ CROISSANCE/ GRANDS PROJETS/ NOUVELLES TECHNOLOGIES : nouvelles perspectives de développement

» MONDE/ CHINE/ AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : coopération, échanges commerciaux et aide au développement

» AFRIQUE/ BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS : réformes, développement et perspectives

» AFRIQUE/ FINANCES PUBLIQUES/ CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT/ REFORMES MONETAIRES : questions de fond

» MONDE/ ECONOMIE ET COMMERCE/ MATIERES PREMIERES : les producteurs à la recherche d’un prix rémunérateur

» MONDE/ RUSSIE/ GRECE/ CRISE FINANCIERE GRECQUE : consolidation des échanges économiques sur fond de crise d’endettement public

» MONDE/ CHINE/ FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT : les efforts de la Chine pour l’émergence de la nouvelle Banque de développement des infrastructures en Asie (AIIB)

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ SOCIO-ECONOMIE/ REFORMES ET AVANCEES : vers quels nouveaux horizons ?

» MONDE/ ECONOMIE/ DEVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE : stratégies, nouvelle économie, avancées technologiques et incertitudes

» AFRIQUE/ RELATIONS MAROC-COTE D’IVOIRE/ COOPERATION ET ECHANGES : consolidation des échanges ivoiro-marocains

» MONDE/ JAPON/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Triomphe de la politique économique Abenomics de M. SHINZO ABE

» MONDE/ ECONOMIE/ AFFAIRES/ SPORT ET VIE PUBLIQUE : la corruption et le grand banditisme forts et omniprésents partout

» La croissance de l’Afrique devrait atteindre 5,2% en 2014 grâce à une forte hausse des investissements et de la consommation des ménages

» ECONOMIE MONDIALE/ NOUVEAUX HORIZONS/ NOUVELLES PERSPECTIVES : le futur commence aujourd'hui

» ECONOMIE MONDIALE/ CRISE/ CROISSANCE : Ces secteurs d’activités en croissance

» COTE D’IVOIRE / ECONOMIE/ CACAO/ CHOCOLAT ET SANTE : le cacao ivoirien au mieux de sa forme

» UNION EUROPEENNE/ CROISSANCE ECONOMIQUE : perspectives économiques globalement décevantes

» MONDE/ ONU/ SANCTIONS ECONOMIQUES : la Russie répond aux sanctions économiques occidentales

» MONDE/ ECONOMIE ET FINANCES PUBLIQUES : Perspectives économiques pour le premier trimestre 2014

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET REFORMES : actions et mesures visant à consolider les Finances publiques

» AFRIQUE/ FMI/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : de nouveaux engagements pour consolider les économies en croissance

» AFRIQUE/MOYEN-ORIENT : Les Pays Arabes en Transition/ Renforcer le pilier central de l’économie

» Syrie : les pertes économiques estimées à plus de 100 milliards de dollars

» ECONOMIE/ USA : L’impérialisme du dollar ou comment les USA s’enrichissent aux dépens du reste du monde

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET ENERGIE/ FMI : l’Afrique peut faire mieux en matière de croissance

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Conférence de presse du Premier ministre ivoirien

» IRAK/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE/ PETROLE : des efforts pour une émergence de l’économie irakienne

» UNION EUROPEENNE/ EUROPE DE L'EST/ CRISE ET ECONOMIE : approches et visions différentes sur l’Europe économique

» ECONOMIE GLOBALE : 2014, probable année à risques pour l’économie mondiale

» AFRIQUE : Top 10 des pays africains les plus gangrenés par la fuite des capitaux.

» AFRIQUE : Fuite des capitaux, évasion fiscale et corruption


Haut de page