Publié le : 19-07-2019 à 12:02:19 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

AFRIQUE/ GHANA : Economie, perspectives politique et sociale

 

« Ghana/ Energie/ Pétrole/ découverte d'un nouveau gisement pétrolier dans le champ de Pecan : La découverte a été faite dans le champ offshore de Pecan, à quelque 166 km de la ville de Takoradi. Un nouveau gisement pétrolier estimé à quelque 550 millions de barils vient d'être découvert au large du Ghana, a-t-on appris de source officielle. La découverte a été faite par la compagnie norvégienne d'exploration et de production de pétrole, Aker Energ, dans le champ de Pecan à 166 km de Takoradi.

Après avoir démarré sa production en décembre 2010 et effectué d'importantes percées sur le marché le marché pétrolier africain et international, le Ghana pourrait déjà entrer dans le cercle des plus grands producteurs de pétrole sur le continent africain. »


Résultat de recherche d'images pour "Ghana, banks, affairs, accra city, ghana"

  

------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, oil, oil industries, gas, nana akufo addo, ghana,"


1 - GHANA/ Economie et perspectives

 

_ POPULATION : 28,3 MILLIONS

_ PIB PAR HABITANT1 663 $US

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, accra city, tema industrial area, ghana,"

 

_ PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES

 

 

2016

2017

2018 (e)

2019 (p)

Croissance PIB (%)

3,4

8,1

6,3

6,6

Inflation (moyenne annuelle, %)

17,5

12,4

9,8

10,5

Solde public / PIB (%)

-7,2

-4,8

-3,7

-4,3

Solde courant / PIB (%)

-5,2

-3,5

-3,2

-3,1

Dette publique / PIB (%)

56,9

55,6

57,1

56,8

(e) : Estimation. (p) : Prévision.

 

Image associée


_ POINTS FORTS

·         Importantes ressources minières (or), agricoles (cacao), pétrolières et gazières

·         Démocratie installée

·         Environnement des affaires attractif, favorable aux IDE

·         Soutien financier international

 

Image associée


_ POINTS FAIBLES

·         Lacunes en matière d’infrastructures (énergie, transport)

·         Dépendance aux cours des matières premières (or, pétrole, cacao)

·         Fragilité du secteur bancaire.

 

Résultat de recherche d'images pour "accra city, international hotels,"


_ APPRÉCIATION DU RISQUE

 

Une croissance robuste, malgré les contraintes du secteur bancaire

Alors que l’effet ponctuel de la mise en service des champs d’hydrocarbures (TEN et Sankofa) s’est estompé en 2018, la croissance est restée robuste et devrait le rester en 2019. Le secteur des hydrocarbures devrait continuer à porter la croissance avec, notamment, la hausse de production attendue aux champs pétroliers de Jubilee et de TEN (Tweneboa, Enyenra, Ntomme).

 

Outre la contribution des hydrocarbures, les exportations devraient également bénéficier de l’ouverture de la première raffinerie d’or du pays, prévue pour la mi-2019. Les industries manufacturières devraient également contribuer à la croissance, soutenues par l’effort public dans le cadre du programme One District, One Factory et l’amélioration de l’approvisionnement en électricité. Le secteur de la construction devrait aussi participer à la croissance du secteur secondaire, grâce à l’augmentation de l’investissement public dans les infrastructures, notamment dans le réseau de transport.

 

Si l’agriculture devrait continuer à croître, les difficultés de la filière cacao sont susceptibles de perdurer, alors que les prix internationaux de l’or brun restent relativement bas et que la lutte contre le virus de la pousse de cacao gonflée devrait se poursuivre. En outre, les activités forestières contribueront aussi à la croissance du secteur primaire. La consommation domestique, bénéficiant de l’augmentation du salaire minimum, devrait continuer à alimenter la croissance des services : les TIC, le commerce, mais aussi l’éducation et la santé devraient, ainsi, rester dynamiques.

 

Néanmoins, l’inflation, flirtant avec le haut de la fourchette cible de la Banque du Ghana (entre 6 % et 10 %), pourrait éroder la contribution de ces secteurs dépendants de la consommation. De plus, alors que les prêts non performants restent importants, la fragilité du secteur bancaire local devrait continuer de tirer la croissance des services vers le bas.


Résultat de recherche d'images pour "ghana, accra city new buildings, accra"


_ De la consolidation budgétaire à la discipline budgétaire

En 2019, le déficit budgétaire devrait se creuser, en lien avec les paiements des intérêts de la dette. Les autorités devraient, néanmoins, tenter de préserver l’excédent primaire. Après les importants efforts pour réduire la dépense dans le cadre du programme FMI achevé fin 2018, celle-ci devrait suivre la hausse des recettes. Les efforts visant à contenir la masse salariale, qui absorbe près de la moitié des recettes fiscales, devraient être poursuivis, afin d’augmenter les ressources allouées aux dépenses d’investissement en capital.

 

Côté recette, les mesures visant à élargir la base d’imposition devraient être privilégiées, en automatisant les procédures fiscales. Surtout, les autorités devraient réformer le régime d’exemptions d’impôts. Le déficit sera principalement financé par les émissions d’obligations sur les marchés internationaux de capitaux, les prêts projets et l’endettement auprès du secteur bancaire local.

 

L’excédent primaire et la forte croissance devraient néanmoins permettre de réduire le ratio de dette sur PIB. Toutefois, la trajectoire de la dette restera soumise à la vulnérabilité des entreprises publiques du secteur de l’énergie et des banques, qui ont déjà contraint les autorités à reprendre de la dette en 2018. En outre, si le niveau de la dette apparaît à un niveau moins inquiétant à la faveur d’un rebasage du PIB, celle-ci reste à un niveau relativement élevé.


Résultat de recherche d'images pour "accra city, malls, affairs, accra"


En 2019, le déficit courant devrait légèrement se réduire grâce à l’évolution de la balance commerciale. L’excédent de celle-ci devrait progresser, malgré une probable hausse des importations de biens d’équipement, à la faveur de l’augmentation des exportations, particulièrement de pétrole et de gaz. Les transferts d’expatriés apporteront également une contribution positive au solde courant. Toutefois, les services techniques liés à l’exploitation de ces ressources continueront de peser sur la balance des services.

 

Les rapatriements de profits par les sociétés étrangères et les intérêts sur la dette entretiendront le déficit des revenus. Les IDE et les prêts extérieurs permettront de financer le déficit courant et d’accumuler des réserves de change, suffisantes pour couvrir entre trois et quatre mois d’importations.

 

Malgré le soutien apporté par les recettes en devises du secteur pétrolier et gazier, le cédi, sous pression en 2018 à cause des cessions de devises, consécutives au resserrement de la politique monétaire américaine, et des difficultés du secteur bancaire, pourrait continuer à se déprécier.

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, parliament, session, 2018, 2019"


_ Un environnement politique stable, malgré les fortes rivalités

Élu en décembre 2016, le président Nana Akufo-Addo et son Nouveau parti patriotique (NPP) ont succédé à John Mahama et au Congrès national démocratique (NDC). L’alternance politique paisible, malgré les rivalités, parfois féroces, entre les deux principaux partis, a ainsi confirmé la crédibilité démocratique et la stabilité politique du pays.

 

Malgré les taux de croissance élevés, ce seront les progrès en matière de réduction de la pauvreté et de lutte contre la corruption, deux thèmes centraux de la campagne du NPP et du président Akufo-Addo, qui seront scrutés par les populations, alors que, déjà, se profilent les élections (novembre 2020). En face, élu à la tête du NDC en novembre 2018, Samuel Ofosu-Ampofo aura la charge de (re)structurer son parti pour l’emmener vers la victoire lors de ces élections.


Image associée

(Ghana : bientôt un métro aérien à Accra)/

L’environnement des affaires reste relativement favorable par rapport à ses pairs régionaux, malgré la persistance du déficit d’infrastructures et de lourdeurs administratives. Le pays progresse de six rangs à la 114e place (sur 190 pays) dans le classement Doing Business 2019, bénéficiant notamment des mesures pour faciliter l’obtention d’un permis de construire. Toutefois, le coût des procédures d’insolvabilité et le peu de recours possibles pour les créanciers restent des faiblesses majeures.

 

Dernière mise à jour : Février 2019

 

https://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Ghana/


Image associée


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, parliament, session, 2018, 2019"


2 - Économie/ Climat des affaires : le grand bond en avant du Ghana

 

En se dotant de dix nouvelles mesures phares destinées à améliorer le climat des affaires, le Ghana entend bien devenir une terre d'investissements. « Libérer l'esprit d'entreprise et ouvrir nos portes au monde », tel est l'objectif des mesures prises par le gouvernement ghanéen ces derniers jours. Annoncées par le vice-président Mahamadu Bawumia, ces dix nouvelles règles – dont l'entrée en vigueur est prévue entre mars et juin 2019 – sont destinées à améliorer franchement le climat des affaires, et attirer de nouvelles entreprises prêtes à investir au Ghana. Et le premier chantier d'envergure est celui de la numérisation des dispositifs destinés aux entrepreneurs.

 

Déclaration des revenus, démarches judiciaires, enregistrements et délivrance de numéros d'identification des entreprises…, toutes ces procédures se feront désormais en ligne. Les « demandes de permis d'exploitation pour les entreprises seront automatisées avec une émission instantanée en ligne après le paiement », a également fait savoir Mahamadu Bawumia. L'obtention du permis de construire, la résolution des cas d'insolvabilité et l'accès à l'électricité seront aussi facilités.

 

Image associée


_ Un acteur économique de premier plan

Toutes ces réformes arrivent à point nommé. Car dès le mois d'avril, l'accord de financement du Ghana avec le Fonds monétaire international (FMI) prend fin. Le pays se devait donc d'engager des réformes d'envergure pour perdurer sur le chemin qu'il a entrepris. Car le Ghana et ses 28 millions d'habitants s'imposent chaque année davantage en Afrique de l'Ouest. 

 

Une démocratie installée, d'importantes ressources naturelles et agricoles, et un soutien financier international ont fait du pays un acteur économique de poids. « Malgré la persistance du déficit d'infrastructures et de lourdeurs administratives, l'environnement des affaires reste relativement favorable par rapport à ses pairs régionaux », reconnaît la société française spécialisée en commerce extérieur Coface.

 

Pour preuve, le montant des investissements directs à l'étranger (IDE) a été en constante augmentation jusqu'en 2016, ce qui a fait du pays le 4e récepteur d'IDE en Afrique. Après une baisse de 6,6 % l'année suivante, à 3,32 milliards, ils remontent en 2018 à 3,5 milliards de dollars, d'après BNP Paribas. Des chiffres qui classent le Ghana à la 9e place du classement Forbes des pays où faire des affaires en Afrique, et qui lui font gagner six rangs – à la 144e place – dans le classement mondial du Doing Business 2019.


Résultat de recherche d'images pour "Ghana, central bank"


Qui sont ses partenaires  ?

Premier pays à avoir détecté ce potentiel : la Chine, qui arrive en tête des pays investisseurs. L'Inde – sixième puissance économique mondiale en 2018 – suit juste derrière et pourrait représenter un concurrent de poids pour le géant chinois. Mahamadu Bawumia a fait le déplacement à New Delhi ce week-end, pour assister à la réunion organisée par la Conférence de l'industrie indienne (CII) et Exim Bank of India. Le vice-président souhaite développer les partenariats économiques avec le pays, dans les domaines de l'IT, de la santé et de l'agriculture notamment, a-t-il fait savoir lors d'une interview à la radio ghanéenne Peace FM online.

 

Pour des investissements dans les domaines miniers et pétroliers, le Ghana peut compter sur les autres nations qui complètent la liste de ses partenaires, à savoir le Royaume-Uni, l'Afrique du Sud, la Turquie, la Mauritanie et la France. Des pays qui, malgré la fin de l'accord de crédit avec le FMI, réitéreront certainement leur confiance au Ghana, rassurés par les mesures économiques annoncées.

 

Par Marlène Panara/ Publié le 19/03/2019/ Le Point.fr

 

https://www.lepoint.fr/economie/climat-des-affaires-le-grand-bond-en-avant-du-ghana-19-03-2019-2302404_28.php/

 

Résultat de recherche d'images pour "Tema Oil Refinery"


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "Kumasi City Mall, Ghana"


3 - Le Ghana classé deuxième économie à la croissance la plus rapide (FMI)

 

Le Ghana a été désigné cette année comme l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde, devançant ses pairs d’Afrique subsaharienne, à l’exception du Soudan du Sud. Ces prévisions figurent dans les Perspectives de l’économie mondiale publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et prévoient que la croissance en Afrique subsaharienne cette année chutera de 3,8 à 3,5%.


Résultat de recherche d'images pour "ghana, new refinery, ghana"


Toutefois, les prévisions indiquent que les économies du Ghana et du Soudan du Sud devraient croître de 8,8%, soit le taux le plus rapide jamais prévu pour l’année. Le Daily Graphic rapporte mardi qu’au contraire, la Banque Mondiale a prédit une croissance économique légèrement inférieure de 7,6% pour le Ghana. En outre, le journal affirme que le gouvernement du Ghana est  également très conservateur et prévoit un taux de croissance plus faible de 7,2% dans son budget 2019. 

 

De plus, le chef du département Afrique du FMI, Abebe Aemero Selassie a mis en garde contre une hausse de la dette publique, affirmant que « la raison de l’augmentation des niveaux d’endettement est généralement très spécifique à chaque pays ; pour certains, elle est due à l’importance des besoins en infrastructures ».

 

DAP/GIK/lb/te/APA/ avril 16, 2019/ APA-Accra (Ghana)

 

https://apanews.net/index.php/news/le-ghana-classe-deuxieme-economie-a-la-croissance-la-plus-rapide-fmi/


Résultat de recherche d'images pour "ghana, new cocoa industries, ghana"


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, oil, oil industries, gas, nana akufo addo, ghana,"

(Ghana commits to helping Guyana build capacity in Oil & Gas Sector)


4 - Ghana : découverte d'un nouveau gisement pétrolier dans le champ de Pecan

 

La découverte a été faite dans le champ offshore de Pecan, à quelque 166 km de la ville de Takoradi. Un nouveau gisement pétrolier estimé à quelque 550 millions de barils vient d'être découvert au large du Ghana, a-t-on appris de source officielle. La découverte a été faite par la compagnie norvégienne d'exploration et de production de pétrole, Aker Energ, dans le champ de Pecan à 166 km de Takoradi.

 

Après avoir démarré sa production en décembre 2010 et effectué d'importantes percées sur le marché le marché pétrolier africain et international, le Ghana pourrait déjà entrer dans le cercle des plus grands producteurs de pétrole sur le continent africain. Cette semaine, la société norvégienne d'exploration et de production de pétrole, Aker Energy a annoncé avoir découvert un nouveau gisement au large du pays estimé à quelque 550 millions de barils de pétrole. La découverte a été faite dans le champ Pecan (à 166 km de Takoradi) détenu par l'opérateur européen où ce dernier a démarré ses travaux d'exploitation seulement l'année dernière.

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, oil, oil industries, gas, ghana, 2018, 2019"


Avec cette découverte, Aker Energy voit déjà grand. La compagnie a annoncé que des travaux d'exploration supplémentaires pourraient porter les volumes totaux à 1 million de barils de pétrole. Aussi, a-t-elle indiqué, elle fournira aux autorités ghanéennes un plan de développement du gisement. «Nous sommes heureux d'annoncer les résultats des puits [... ] Notre priorité la plus importante à l'avenir est de fournir aux autorités ghanéennes un plan robuste de développement sur le terrain», a déclaré Jan Arve Haugan, PDG de Aker Energy.

 

Du côté du gouvernement ghanéen, l'on espère que le nouveau gisement contribuera à booster l'économie nationale. Les sources proches d'Accra ont indiqué que la nouvelle découverte pourrait apporter « de nouvelles perspectives à l'économie» et un financement alternatif pour des projets sociaux dans le futur.

 

Par Emmanuel Atcha/ 12/01/2019/

 

https://afrique.latribune.fr/entreprises/industrie/energie-environnement/2019-01-12/ghana-decouverte-d-un-nouveau-gisement-petrolier-dans-le-champ-de-pecan-803614.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, oil, oil industries, gas, ghana, 2018, 2019"


-------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "ghana, development, new projects, ghana"
World Class Team to Build this New African City in Ghana