Publié le : 02-12-2019 à 14:47:46 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

RELIGION CATHOLIQUE/ VATICAN/ ASIE/ GUERRE NUCLEAIRE : le pape François en visite pastorale en Thaïlande et au Japon



« Eglise catholique/ Vatican/ le pape François en visite en Thaïlande puis au Japon : François est arrivé ce mercredi 20 novembre en Thaïlande, pour un périple de sept jours qui le conduira ensuite au Japon, une première en près de 40 ans. L'avion du pape a atterri non loin de Bangkok, dans un pays ultra-majoritairement bouddhiste, mais abritant 400 000 baptisés catholiques. La visite coïncide avec le 350e anniversaire de la « Mission de Siam » par Clément IX.

Dynamiser les petites communautés catholiques d’Asie du Sud-Est, apporter un message de paix, promouvoir le dialogue entre les religions, c’est l’objectif de ce 32e voyage papal, placé sous le signe de la protection de la vie et de la nature. »

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


1 - Vatican : le pape François en visite en Thaïlande puis au Japon

 

François est arrivé ce mercredi 20 novembre en Thaïlande, pour un périple de sept jours qui le conduira ensuite au Japon, une première en près de 40 ans. L'avion du pape a atterri non loin de Bangkok, dans un pays ultra-majoritairement bouddhiste, mais abritant 400 000 baptisés catholiques. La visite coïncide avec le 350e anniversaire de la « Mission de Siam » par Clément IX. 


C'est la première fois, depuis Jean-Paul II en 1984, qu'un souverain pontife vient en Thaïlande. D'ici samedi, François doit rencontrer le roi Maha Vajiralongkorn (Rama X), le général Prayut Chan-O-Cha (Premier ministre), des étudiants...Dynamiser les petites communautés catholiques d’Asie du Sud-Est, apporter un message de paix, promouvoir le dialogue entre les religions, c’est l’objectif de ce 32e voyage papal, placé sous le signe de la protection de la vie et de la nature.


Résultat de recherche d'images pour


Au royaume des robes safran portées par les moines, une étape importante est prévue jeudi avec le 20e patriarche suprême des bouddhistes, Somdet Phra Maha Munivong, la plus haute autorité religieuse monastique de Thaïlande.

 

Dans un message aux Thaïlandais, avant son départ, François a rendu hommage à une « nation multiethnique », qui a « beaucoup œuvré pour promouvoir l'harmonie et la coexistence pacifique » dans son territoire et toute la région. Le pape espère « renforcer les liens d'amitié » avec les bouddhistes, dont la religion est pratiquée à plus de 95% dans le royaume. Il célèbrera une première messe dans le grand stade de Bangkok, à destination de 50 000 fidèles.

 

Résultat de recherche d'images pour


. Autre message du pape : l'élimination de la bombe atomique

Plusieurs centaines de membres de la minorité Karen, venus de provinces reculées près de la Birmanie, devraient suivre l'évènement. Vendredi, le souverain pontife célèbrera une seconde messe à la cathédrale de Bangkok, pour les jeunes. Vendredi, François rencontrera des prêtres, religieux et évêques. Durant toute sa visite, il sera accompagné par sa cousine Ana Rosa Sivori, missionnaire depuis plus de 50 ans en Thaïlande, et qui partage un arrière-grand-père avec lui.

 

Samedi, le pape argentin rejoindra ensuite le Japon. François a souvent exprimé sa fascination pour l'archipel. Il souhaitait s'y rendre en tant que missionnaire dans sa jeunesse, mais avait dû renoncer après une opération à un poumon. Dans ce pays bouddhiste et shintoïste, ultra-sécularisé et marqué par un fort consumérisme ainsi qu'un taux de suicide particulièrement élevé, François axera son discours sur la protection de la personne humaine et de l’environnement.

 

Le chef de l'Église catholique défend ce qu'il appelle « notre maison commune ». Il rencontrera les victimes du séisme et du tsunami de 2011, une catastrophe naturelle amplifiée par l’accident nucléaire de Fukushima. Le temps fort de ce voyage surviendra dimanche à Nagasaki et Hiroshima, où furent larguées en 1945 deux bombes atomiques. Depuis ces villes martyres de la Seconde Guerre mondiale, il lancera un message de paix contre l’arme nucléaire.

 

La dernière visite d'un pape dans l'archipel nippon remonte à 1981 - encore Jean-Paul II. Comme la Thaïlande, le Japon a été évangélisé par des missionnaires jésuites au milieu du XVIe siècle. Les catholiques y sont ultra-minoritaires aussi.

 

Par RFI/ Publié le 20-11-2019/ Modifié le 20-11-2019/

 

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20191120-vatican-pape-francois-visite-thailande-japon-nucleaire-bouddhistes/

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


2 - Un premier bilan de la visite du Pape François en Thaïlande

 

Le Saint-Père est attendu ce samedi au Japon, seconde étape de sa 4ème tournée asiatique. Il rencontrera les catholiques nippons, minorité encore plus réduite que celle de Thaïlande, la première étape de ce 32ème voyage apostolique. Au “pays du sourire”, le Pape était venu célébrer la création il y a 350 ans du premier vicariat apostolique dans le pays, l’occasion de relancer l’esprit de mission parmi les 380 000 catholiques thaïlandais. Le compte-rendu de notre envoyée spéciale à Bangkok, Marie Duhamel.

 

Résultat de recherche d'images pour


«J’ai pleuré pendant toute la messe», confiait une jeune thaïe convertie, «c’était des larmes de joie». Les catholiques thaïlandais n’arrivent toujours pas à croire que le Pape est venu les voir chez eux, leur donnant une visibilité inédite dans ce pays à 95% bouddhiste, pour certains, la possibilité d’exister et de témoigner de leur foi sur la scène publique. Le Pape est d’ailleurs venus les voir pour cela, afin de les encourager à se faire disciples missionnaires du Christ. 


Aux catéchistes, religieux et prêtres, il demande d’être des passionnés de Jésus et des lutteurs aguerris de la foi, de cultiver leur fécondité apostolique en inculturant toujours plus l’Évangile ; aux évêques de s’abandonner à l’Esprit Saint comme l’ont fait les premiers missionnaires ; aux jeunes avec lesquels il a conclu son voyage, il a suggéré de s’enraciner dans la foi de leurs ainés qui ont découvert avant eux que le secret d’un cœur heureux est de s’ancrer en Jésus. 


À tous,  le Saint-Père a demandé d'accueillir les mis aux banc de la société au sein de la famille du Seigneur, tous sont invités à sa table : malades, mendiants, drogués ou victimes de la traite, un des fils rouge de ses discours. En Thaïlande, les écoles, les hôpitaux, les œuvres de l’Église sont reconnues et estimées par les bouddhistes. François a proposé à leur patriarche une plus grande collaboration. Les religions sont des phares d’espérance, des ferments et des garants de fraternité: à une vingtaine de leader religieux, le Pape a proposé un antidote aux effets dévastateurs de la mondialisation... oser la rencontre et le dialogue comme chemin, la collaboration mutuelle comme conduite, et la connaissance réciproque comme méthode et critère pour rendre ensemble service à la paix et la justice.

 

Résultat de recherche d'images pour


. Visite à une autre minorité : les catholiques japonais 

Ce 23 novembre, le Pape François arrivera au Japon, seconde étape de sa 4ème tournée asiatique. À Tokyo, il rencontrera l’empereur et le Premier ministre, les autorités mais également les victimes du séisme, du tsunami et de la catastrophe de Fukushima survenus en 2011. La question nucléaire qui sera prégnante aussi bien sûr à Nagasaki et Hiroshima. Le Pape vient en défenseur de la vie dans ce pays de tradition shinto-bouddhiste, où les catholiques ne représentent que 0,42% de la population. Une minorité encore plus réduite que celle de Thaïlande.

 

Source : www.vaticannews.va/fr/ Novembre 2019/ Marie Duhamel - envoyée spéciale à Bangkok

 

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2019-11/pape-francois-voyage-apostolique-thailande-conclusion.html/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

3 - RELIGION CATHOLIQUE : Les cinq temps forts de la visite du pape François en Thaïlande

 

Des retrouvailles familiales, une chorale inter-religieuse, un rendez-vous en chaussettes ... Voici les temps forts de la visite en Thaïlande du pape François qui quitte le royaume samedi pour le Japon.

 

- Retrouvailles familiales -

A sa descente d'avion mercredi à Bangkok, le pape François a été accueilli par une invitée particulière: sa cousine, Sœur Ana Rosa Sivori, une missionnaire installée en Thaïlande depuis plus de 50 ans. Tout au long de son séjour, elle était à ses côtés, y compris lors de son entretien privé avec le roi Rama X. Sœur Ana Rosa s'adresse au pape par un simple "Jorge", son prénom de baptême. La religieuse âgée de 77 ans, qui a un arrière-grand-père en commun avec lui, dirige une école catholique de jeunes filles et parle couramment le thaï.

 

- Chaussettes -

Jeudi, le souverain pontife s'est rendu dans un haut lieu du bouddhisme pour rencontrer le patriarche suprême de Thaïlande, Somdej Phra Maha Muneewong. Avant d'entrer dans le temple historique, François a pris soin d'enlever ses souliers, foulant les tapis en chaussettes noires, certains cardinaux à ses côtés dévoilant leurs chaussettes rouges. Le geste de François a été largement commenté de manière positive sur les réseaux sociaux. Son hôte bouddhiste était pour sa part pieds nus, simplement drapé du traditionnel "jee worn", habit ocre dévoilant une épaule.

 

Résultat de recherche d'images pour


- Chorale interreligieuse -

Des bouddhistes, des musulmans, des hindouistes et des sikhs se sont joints aux catholiques vendredi pour une rencontre inter-religieuse dans une université. Puis, des chanteurs chrétiens ont formé une chorale avec de jeunes musulmans du sud de la Thaïlande, en proie à un conflit séparatiste qui a fait quelque 7.000 morts depuis 2004 et a encore récemment connu une nouvelle flambée de violence. Ensemble, ils ont interprété pour l'invité d'honneur deux ballades composées pour l'occasion.

 

- Habits en soie thaïlandaise -

Pour les deux messes qu'il a célébrées à Bangkok, le pape François a porté deux chasubles de soie, l'une rouge et l'autre jaune. Chacune été ornée d'un motif complexe d'inspiration thaïlandaise, le "Kanok", cousu de fils d'or sur la poitrine. Ce symbole est présent partout dans la culture thaïlandaise, des vêtements aux œuvres d'art en passant par le mobilier. Les tenues ont été fabriquées dans un couvent de Bangkok ainsi que 200 autres destinées aux cardinaux et évêques présents lors de cette visite papale. "Je suis heureuse que notre couvent ait été choisi pour faire ce travail très honorable", a raconté à l'AFP Sœur Sukanya qui a supervisé la confection.

 

Résultat de recherche d'images pour


- Danses traditionnelles colorées -

La messe en plein air du pape dans le stade national de Bangkok jeudi soir a été clôturée par un spectacle musical assuré par plusieurs centaines d'étudiants en costumes traditionnels. Devant un souverain pontife visiblement fatigué, des danseuses aux parapluies multicolores et des artistes masqués ou portant des chapeaux de paille se sont succédés. Une formation humaine représentant Phaya Naga, créature mythique du folklore thaï en forme de serpent, accompagnait les danseurs.

 

Thaïlande/ 22 novembre 2019/ AFP

 

https://www.voaafrique.com/a/les-cinq-temps-forts-de-la-visite-du-pape-fran%C3%A7ois-en-tha%C3%AFlande/5177216.html/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


4 - En Thaïlande, le pape déplore les ravages de la prostitution

 

Le pape François a déploré jeudi les ravages de la prostitution des femmes et des enfants lors d'une messe en Thaïlande devant 60.000 fidèles, dans la foulée de rencontres avec le roi et le patriarche des bouddhistes. Le souverain pontife, souriant mais visiblement fatigué, a offert aux catholiques répartis dans deux stades adjacents un traditionnel tour de salutations à bord de sa "papamobile". Il a été acclamé par une foule parfois très émue, scandant en cadence "Viva il papa".


 Résultat de recherche d'images pour


La communauté catholique de Thaïlande, très confidentielle (0,6% de la population, moins de 400.000 personnes), est née au XVIe siècle avec l'arrivée de missionnaires jésuites. Elle n'avait pas vu de pape sur ses terres depuis Jean-Paul II en 1984. "Je pense spécialement à ces enfants et à ces femmes exposées à la prostitution et à la traite, défigurés dans leur dignité la plus authentique; à ces jeunes esclaves de la drogue", a déclaré le pape dans son homélie.


 Résultat de recherche d'images pour


Le souverain pontife, qui avait endossé une chasuble dorée fabriquée dans un couvent de Bangkok, a eu aussi une pensée pour "les migrants éloignés de leur foyer", appelant à les traiter avec miséricorde car "ils font partie de notre famille". "Ne nous privons pas de leurs visages, de leurs blessures", a-t-il glissé. En début de journée, devant les autorités politiques et civiles du pays, Jorge Bergoglio avait déjà appelé à protéger "la dignité" des enfants.

 

L'Asie du Sud-Est compte encore de nombreux cas d'exploitation sexuelle des plus jeunes. Dans la région, "près de 70% des victimes de trafic à des fins d'exploitation sexuelle ont en dessous de l'âge légal", relève l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime dans son dernier rapport 2019. Des dizaines de milliers d'enfants sont notamment exploités via webcam, tout particulièrement aux Philippines, mais aussi en Indonésie, au Cambodge et en Thaïlande. Le pays compterait plusieurs centaines de milliers de prostitués hommes et femmes, une pratique extrêmement répandue mais officiellement illégale.

 


Résultat de recherche d'images pour


- 95% de bouddhistes -

Cambodge, Birmanie, Philippines, Indonésie, Chine et surtout Vietnam: les catholiques ont afflué de nombreux pays voisins pour assister à la messe. "Nous avons besoin du message d'amour" du pape, sourit Soeur Heng Phalla, 33 ans, venue du centre du Cambodge. Lors d'une journée marathon, le pape argentin de 82 ans, fervent adepte du dialogue interreligieux, a rencontré le 20e patriarche suprême, Somdej Phra Maha Muneewong, dans un haut lieu du bouddhisme, religion pratiquée à plus de 95% dans le royaume. Avant d'entrer dans son temple historique, François a pris soin d'enlever ses souliers, foulant les tapis du temple en chaussettes noires, certains cardinaux l'accompagnant dévoilant leurs chaussettes rouges.

 

Puis il a écouté attentivement les paroles de son hôte bouddhiste, pieds nus et drapé du traditionnel "jee worn", habit ocre dévoilant une épaule. Les catholiques ont toujours "joui de la liberté dans leur pratique religieuse et ont vécu de nombreuses années en harmonie avec leurs frères et soeurs bouddhistes", a loué le pape, dans une salle dominée par un bouddha géant doré. Il a exprimé son engagement personnel pour "le renforcement d'un dialogue ouvert et respectueux au service de la paix", appelant à des initiatives communes de charité envers les pauvres.

 

Résultat de recherche d'images pour


La Thaïlande compte environ 300.000 moines bouddhistes, répartis dans 40.000 temples. Le pape s'est aussi entretenu avec le général Prayut Chan-O-Cha, chef du gouvernement depuis des élections controversées en mars, et le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, couronné en mai dernier. Le monarque, l'un des plus riches du monde, protégé par une draconienne loi de lèse-majesté qui punit très sévèrement toute critique à son encontre, est le garant de l'unité du royaume, qui a connu 12 coups d'Etat depuis 1932. 


François s'est également rendu dans un hôpital de la ville, où il a notamment rencontré cinq enfants de Khlong Toei, le plus grand bidonville de Bangkok où s'entassent 100.000 habitants. Il reste jusqu'à samedi en Thaïlande, puis s'envolera vers le Japon, une deuxième étape beaucoup plus politique puisqu'il se rendra à Nagasaki et Hiroshima, où il y a 74 ans deux bombes atomiques américaines firent respectivement 74.000 et 140.000 morts.

 

21 novembre 2019/ AFP/VOA

 

https://www.voaafrique.com/a/en-tha%C3%AFlande-le-pape-d%C3%A9plore-les-ravages-de-la-prostitution/5175640.html/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

  

Image associée


5 - Le Pape encourage les jeunes de Thaïlande à cultiver l’amitié avec le Christ

 

Le Pape a présidé une messe pour les jeunes, ce vendredi 22 novembre 2019, à la cathédrale de l’Assomption à Bangkok. Outre ceux qui étaient présents à l’intérieur, dans une atmosphère de grande ferveur, environ 10 000 jeunes ont assisté à la célébration depuis le parvis de la cathédrale. «Allons à la rencontre du Christ Seigneur qui vient , a exhorté François dès le début de son homélie. «L’Evangile que nous venons d’entendre nous invite à nous mettre en marche et à regarder l’avenir afin d’aller à la rencontre de la chose la plus belle qu’il veuille nous offrir : la venue définitive du Christ dans nos vies et dans notre monde», a précisé l’évêque de Rome, en expliquant que Jésus précède nos attentes.

 

«Avant même d’aller à sa recherche, nous savons que le Seigneur nous cherche, qu’il vient à notre rencontre et nous appelle à travers les vicissitudes d’une histoire à bâtir, à créer et à inventer. Allons de l’avant avec joie parce que nous savons que là, il nous attend.» «Le Seigneur sait que par vous, les jeunes, l’avenir entre dans ce pays et dans le monde», a assuré François, dans un pays marqué par une très faible natalité et donc par une diminution progressive du nombre de jeunes par rapport aux générations plus anciennes.

 

Résultat de recherche d'images pour "pope francis, thailand, youths, bangkok, 2019"


. Garder la vigilance pour accueillir la visite du Seigneur

«L’Évangile d’aujourd’hui nous parle de dix jeunes filles invitées à regarder l’avenir et à participer à fête du Seigneur. Le problème, c’est que certaines parmi elles n’étaient pas prêtes à le recevoir ; non pas parce qu’elles s’étaient endormies, mais parce que l’huile nécessaire, le combustible intérieur pour maintenir allumé le feu de l’amour, leur a manqué. Elles étaient animées d’un grand désir et d’une grande motivation, elles voulaient répondre à l’appel, à l’invitation du Maître mais, avec le temps, elles se sont peu à peu assoupies, leurs forces et leurs envies se sont épuisées et elles sont arrivées en retard. »

 

François a donc averti sur le risque de l’affadissement de la foi, qui nous menace tous : «Il arrive fréquemment que, face aux problèmes et aux obstacles qui sont très souvent nombreux, comme chacun d’entre vous le sait très bien dans son cœur, face à la souffrance des personnes que nous aimons ou à l’impuissance devant des situations qui nous paraissent désespérées, l’incrédulité et l’amertume s’installent et s’infiltrent silencieusement dans nos rêves, nous refroidissent le cœur, nous font perdre la joie et nous amènent à arriver en retard.»

 

Il faut donc prendre soin du «trésor sacré» laissé par les générations précédentes qui ont fait vivre l’Évangile en Thaïlande. «Chers amis, pour que le feu de l’Esprit ne s’éteigne pas et que vous puissiez garder vifs le regard et le cœur, il faut que vous soyez bien enracinés dans la foi de nos aînés : parents, grand parents et maîtres. Non pas pour rester prisonniers du passé mais pour apprendre à avoir ce courage capable de nous aider à répondre aux nouvelles situations historiques. Dans leur vie, ils ont surmonté de nombreuses épreuves et de nombreuses souffrances. Mais, en chemin, ils ont découvert que le secret d’un cœur heureux, c’est la sécurité que nous trouvons lorsque nous sommes ancrés, enracinés en Jésus : dans sa vie, dans ses paroles, dans sa mort et résurrection.»

 

Résultat de recherche d'images pour "thai catholic church, pope francis"


. Garder une foi enracinée

François a donc appelé les jeunes à garder un enracinement solide dans la foi, et à ne pas se laisser distraire par des choses plus attractives en apparence, mais qui dispersent de l’essentiel et finissent par créer de l’amertume. «Chers jeunes, vous êtes une génération nouvelle, aux espérances, questions et rêves nouveaux. (…)  

 

L’amitié cultivée avec Jésus-Christ est l’huile nécessaire pour éclairer le chemin, votre chemin, mais aussi celui de tous ceux qui vous entourent : amis, voisins, compagnons d’études et de travail, y compris le chemin de ceux avec lesquels vous êtes en total désaccord.»

 «Allons à la rencontre du Christ Seigneur qui vient , a enfin répété le Pape, en reprenant la formulation initiale de son homélie. «N’ayez pas peur de l’avenir et ne vous laissez pas affaiblir. Au contraire, sachez que là, le Seigneur vous attend pour préparer et célébrer la fête de son Royaume», a-t-il conclu.

 

Au terme de la messe, lors de la procession finale, le Saint-Père, visiblement ému, a longuement étreint plusieurs jeunes handicapés qui étaient présents au premier rang. Il a également salué la foule présente à l’extérieur. Puis, dans la sacristie de la cathédrale, le Pape a béni 25 pierres qui serviront à la construction de nouvelles églises en Thaïlande. Il a également salué le personnel de l’archevêché de Bangkok, avant de rentrer à la nonciature apostolique pour le dîner et sa dernière nuit en Thaïlande. Il prendra l’avion samedi matin vers 9h30 heure de Bangkok, pour atterrir au Japon vers 17h40, heure de Tokyo, où la deuxième partie de sa tournée en Asie commencera par une rencontre avec l’épiscopat local.

 

Source : www.vaticannews.va/ 22 novembre 2019

 

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2019-11/pape-francois-messe-jeunes-thailande.html/

 

Résultat de recherche d'images pour "bangkok city"


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

6 - Le Pape François a rencontré l’empereur du Japon Naruhito

 

Le Pape a été reçu ce lundi 25 novembre 2019 au Palais impérial pour une conversation privée d'une demi-heure avec l’empereur du Japon Naruhito. François est arrivé au Palais impérial vers 11h, et il a été accueilli par l’empereur Naruhito en personne à l’entrée du Palais. Après quelques photos, les deux chefs d’État ont eu une conversation privée d’environ 30 minutes, de 11h01 à 11h31 heure locale précisément. Le Pape a offert à l'empereur un tableau en mosaïque, Vue sur l'Arc de Titus, inspiré d'une aquarelle du peintre romain Filippo Anivitti. À la fin de cet entretien privé, l'empereur Naruhito a accompagné le Pape François à l'entrée principale pour prendre congé. 

 

Selon l'agence de presse Jiji, qui reprend des sources de la Maison impériale, l'empereur a salué le Pape en espagnol à son arrivée, exprimant sa joie de le rencontrer, le remerciant d'avoir visité les villes d'Hiroshima et Nagasaki et d'avoir rencontré les victimes du séisme et tsunami de mars 2011. Selon la même source, le Pape a rappelé les pleurs de ses propres parents lors ceux-ci avaient appris les bombardements atomiques, en août 1945. Jorge Mario Bergoglio avait alors neuf ans.

 

Résultat de recherche d'images pour


. Une nouvelle ère s'est ouverte au Japon 

L’empereur Naruhito, né en 1960,  est le fils aîné de l’empereur Akihto et de l’impératrice Michiko. Il a accédé au trône le 1er mai 2019, après l’abdication de son père, qui a choisi de se retirer en raison de son âge et de son état de santé, après plus de 30 ans de règne. Il avait annoncé sa décision en 2016, afin de préparer la population à ce changement inhabituel, l’empereur régnant étant censé mourir en fonction. Une procédure constitutionnelle complexe a été nécessaire en préalable pour que son abdication soit valide et que la continuité de l’État soit assurée. 


Bien que le pouvoir exécutif soit en réalité exercé par le Premier ministre, l’empereur détient un rôle important en tant que «symbole de l’État et de l’unité de son peuple». En 1981, lors de la précédente et seule autre visite d’un Pape au Japon, Jean-Paul II avait été reçu par l’empereur Hirohito. Le règne du grand-père de l’actuel empereur fut exceptionnellement long, 63 ans (1926-1989), incluant les heures sombres de la Seconde guerre mondiale mais aussi les décennies de développement et d'ouverture liées à la reconstruction du Japon, qui firent de l'archipel la deuxième puissance mondiale.

 

25 novembre 2019/ www.vaticannews.va/

 

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2019-11/pape-francois-empereur-naruhito.html/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

 Résultat de recherche d'images pour


7 - Japon : « L’énergie nucléaire à des fins militaires » est « un crime », dénonce le pape

 

« L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est aujourd’hui plus que jamais un crime, non seulement contre l’homme et sa dignité, mais aussi contre toute possibilité d’avenir dans notre maison commune », a déclaré le pape François dans un message prononcé au Mémorial de la paix, non loin du lieu où avait été larguée la première bombe atomique de l’histoire, à Hiroshima, au Japon. Avant cela, le pape François a dénoncé dimanche à Nagasaki, autre ville japonaise martyre de la bombe atomique en 1945, la logique de la dissuasion nucléaire garantissant la paix, une « fausse sécurité » qui selon lui envenime au contraire les tensions dans le monde.


Résultat de recherche d'images pour


. « L’horreur indescriptible »

Le souverain pontife argentin, arrivé dimanche matin sur l’île de Kyushu (sud-ouest du Japon), où se trouve la ville de Nagasaki, a d’abord prié en silence sous une pluie battante devant le principal monument du « parc de la paix », lieu d’impact de la bombe atomique. Il y a déposé une couronne de fleurs blanches que lui ont remise des survivants. Il a d’abord parlé de « l’horreur indescriptible vécue dans leur propre chair par les victimes et leurs familles » où une bombe atomique américaine lâchée le 9 août 1945 a fait 74.000 morts sur le coup et dans les mois suivants. Le pape doit aussi se rendre en fin de journée à Hiroshima, où avait été larguée trois jours plus tôt une autre bombe nucléaire, qui fit 140.000 morts. Les deux bombardements précipitèrent la capitulation du Japon le 15 août et la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Résultat de recherche d'images pour


. « Perverse dichotomie »

« La possession des armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive n’est pas la réponse la plus appropriée » à l’aspiration de paix et de stabilité, a attaqué le pape. « Notre monde vit la perverse dichotomie de vouloir défendre et garantir la stabilité et la paix sur la base d’une fausse sécurité soutenue par une mentalité de crainte et de méfiance qui finit par envenimer les relations entre les peuples et empêcher tout dialogue », a-t-il ajouté, démontant l’argumentaire classique de la dissuasion nucléaire. L’horreur de la guerre et des armes, un cri récurrent de l’Argentin Jorge Bergoglio, s’inscrit dans la continuité des papes qui l’ont précédé. Mais un rejet clair de la théorie de la dissuasion nucléaire constitue une rupture avec le passé. Devant l’ONU en 1982, Jean-Paul II avait défini la dissuasion nucléaire comme un mal nécessaire « dans les conditions actuelles ».

 

Le Saint-Siège a ratifié en 2017 le traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Voici deux ans, lors d’un symposium au Vatican, François avait condamné « la possession » même d’armes nucléaires ainsi que « la menace de leur usage ». Car pour lui, les relations internationales ne peuvent pas être fondées sur les intimidations militaires. Il faut bâtir une « confiance mutuelle qui brise la dynamique de méfiance qui prévaut actuellement », a-t-il insisté à Nagasaki, où ses propos ont résonné devant des survivants du bombardement.


Résultat de recherche d'images pour


. « Un outrage continuel qui crie vers le ciel »

Le pape s’est aussi insurgé contre toute la filière de l’armement : « La fabrication, la modernisation, l’entretien et la vente d’armes toujours plus destructrices sont un outrage continuel qui crie vers le ciel ». En août, la ville de Hiroshima a appelé le Japon à signer le traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires, rejeté par toutes les puissances nucléaires. Le Japon, doté d’une Constitution pacifiste, s’est par ailleurs donné en 1967 pour principes de « ne pas produire, détenir ou introduire sur son territoire d’armes nucléaires ». Reste que le pays dépend du parapluie nucléaire américain pour sa sécurité.

 

20 Minutes avec AFP / Publié le 24/11/19 / Mis à jour le 24/11/19

 

https://www.20minutes.fr/monde/2658747-20191124-japon-pape-francois-denonce-fausse-securite-dissuasion-nucleaire/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

8 - L'immoralité de la "possession" d'armes atomiques sera dans le catéchisme de l'Eglise catholique

 

Le pape François, de retour d'un voyage hautement symbolique dans les villes martyres japonaises de Nagasaki et Hiroshima, a annoncé mardi son intention d'inscrire dans le catéchisme de l'Eglise le caractère immoral non seulement de l'usage mais même de la "possession" d'armes atomiques. A Hiroshima, "j’ai redis que l’usage des armes nucléaires est immoral", a souligné le pape François, au cours d'une longue conférence de presse d'une heure dans l'avion qui le ramenait à Rome. "Cela doit aller dans le catéchisme de l’Eglise catholique, et pas seulement l’usage mais aussi la possession", a-t-il préconisé, rappelant que "la folie d'un gouvernant peut détruire l’Humanité".


Résultat de recherche d'images pour


Le catéchisme de l'Eglise catholique est le livre d'enseignement officiel qui contient les principes de la foi. A l'été 2018, le pape avait inscrit pour la première fois dans ce texte une opposition catégorique à la peine de mort et a appelé l'Eglise à s'engager pour l'abolir "partout dans le monde". Le pape avait quitté à la mi-journée le Japon, où il a qualifié de "crime" l'usage de l'atome à des fins militaires ainsi que la possession même d'armes nucléaires. Il a aussi contesté la doctrine de la dissuasion nucléaire, une "fausse sécurité" qui envenime au contraire les relations entre les peuples, selon lui. L'horreur de la guerre et des armes s'inscrit dans la continuité des papes qui l'ont précédé. Mais un rejet clair de la dissuasion nucléaire est en rupture avec le passé. Devant l'ONU en 1982, Jean-Paul II avait défini cette doctrine comme un mal nécessaire "dans les conditions actuelles". 


Le point d'orgue du périple de quatre jours du pape François a été ses rencontres chargées d'émotion à Nagasaki et surtout à Hiroshima avec des survivants des bombes atomiques larguées par les Etats-Unis sur ces deux villes en 1945. Il y a salué un à un des rescapés du feu nucléaire, appelés "hibakusha" au Japon, venus à sa rencontre, échangeant quelques mots avec les uns, serrant leurs mains, enveloppant dans ses bras une femme en larmes. "Ici, dans une lueur d'éclair et de feu, de tant d'hommes et de femmes, de leurs rêves et de leurs espérances, il n'est plus resté qu'ombre et silence", a lancé le pape à Hiroshima, où le 6 août 1945 fut larguée par les Américains une bombe atomique, utilisée pour la première fois dans un conflit.


Résultat de recherche d'images pour


- Les larmes de ses parents -

François attendait depuis longtemps cette première rencontre avec cet archipel où il rêvait jeune d'être missionnaire. En foulant le sol du Japon, le premier pape jésuite de l'histoire a suivi les traces d'un des fondateurs de la Compagnie de Jésus, François-Xavier, arrivé comme missionnaire dans le sud-ouest du pays en 1549. Jeune enfant, il se souvient en outre avoir vu couler les larmes de ses parents lorsqu'ils avaient appris le bombardement nucléaire au Japon.

 

Sa visite a été l'occasion pour des survivants des bombes atomiques d'évoquer leurs terribles séquelles physiques et psychologiques. "Même si vous surviviez, vous ne pouviez plus vivre comme des humains ni mourir comme des humains", avait expliqué Sakue Shimohira, 85 ans, à la presse à Nagasaki, ville frappée à son tour le 9 août 1945. Durant son voyage, le pape a aussi réconforté lundi des victimes du "triple désastre" (séisme, tsunami et accident nucléaire de Fukushima) du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon. Il a alors évoqué la "préoccupation" suscitée par l'usage civil de l'énergie atomique, et appelé à une mobilisation renforcée pour aider les 50.000 personnes encore déplacées à cause de la contamination nucléaire dans leur région. Il a aussi appelé à "la prise de décisions courageuses (...) concernant les futures sources d'énergie".

 

Résultat de recherche d'images pour


Dans l'avion qui le ramenait à Rome, le pape a confié son "opinion personnelle" sur l'énergie nucléaire. "Je n'utiliserais pas l'énergie nucléaire avant qu'il n'y ait une totale sécurité de son utilisation", a-t-il précisé. Le retour au Vatican du chef des 1,3 milliard de catholiques boucle une tournée en Asie qui l'avait mené auparavant en Thaïlande, pays où les catholiques, comme au Japon, sont ultra-minoritaires (moins de 0,6% de la population).

 

26 NOV 2019/  Mise à jour 26.11.2019 / Par Catherine MARCIANO avec Ursula HYZY à Tokyo/ AFP / © 2019 AFP

 

https://information.tv5monde.com/info/l-immoralite-de-la-possession-d-armes-atomiques-sera-dans-le-catechisme-de-l-eglise-catholique/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


9 – Guerre USA-Japon : Bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki

 

Les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki, ultimes bombardements stratégiques américains au Japon, ont lieu les 6 août et 9 août 1945 sur les villes d'Hiroshima (340 000 habitants) et de Nagasaki (195 000 habitants). Hiroshima est le siège de la 5e division de la deuxième armée générale et le centre de commandement du général Shunroku Hata, et Nagasaki est choisie pour remplacer la cité historique de KyotoDans la mesure où les dirigeants japonais ont rejeté les conditions de l'ultimatum de la conférence de Potsdam, les États-Unis souhaitent imposer au Japon sa reddition sans condition, l'éviction de l'empereur Hirohito et l'adoption d'un régime politique démocratique.


Résultat de recherche d'images pour


Le gouvernement américain souhaite aussi, puisque ces deux armes nouvelles sont désormais opérationnelles (l'une était à l'uranium, l'autre au plutonium), les tester en grandeur nature et montrer aux autres pays, en particulier à l'URSS, la supériorité de feu décisive qu'elles donnent à l'Amérique, ce qui fait de ce bombardement l'acte inaugural de la guerre froide. Ces bombardements, que certains considèrent comme l'un des principaux crimes de guerre des Alliés, demeurent la seule utilisation de l'arme nucléaire durant un conflit.

 

C'est finalement le 14 août, à la suite de ces bombardements, mais aussi de l'invasion soviétique de la Mandchourie commencée le 8 août, et de la reddition de l'armée japonaise du Guandong le 10 août, que le gouvernement japonais cède. Moins d'un mois plus tard, la signature des actes de capitulation du Japon le 2 septembre 1945 met fin à la Seconde Guerre mondiale.


Résultat de recherche d'images pour


Le nombre de personnes tuées par l'explosion, la chaleur et la tempête de feu consécutive, est difficile à déterminer et seules des estimations sont disponibles, allant de 110 000 à 250 000 morts, sans compter les cas ultérieurs de cancers (plusieurs centaines) ou autres effets secondaires. Les survivants des explosions, les hibakusha, sont devenus le symbole d'une lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde. L'impact de ces bombardements fait craindre par la suite l'usage de l'arme atomique dans une guerre nucléaire, un effet à la base de la dissuasion nucléaire qui a largement pesé dans les choix stratégiques de guerre froide.

 

Source : fr.wikipedia.org/ Novembre 2019

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_atomiques_d%27Hiroshima_et_de_Nagasaki/

 

Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour