Publié le : 07-07-2020 à 15:01:34 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

MONDE/ PROCESSUS ELECTORAL/ ELECTIONS : nouvelles gouvernances, nouveaux ajustements politiques (Burundi, Irlande, Malawi, France, Russie, Mali…)


«  Malawi/ Elections/ Lazarus Chakwera, élu président du Malawi : Le chef de l'opposition du Malawi, Lazarus Chakwera, remporte la nouvelle élection présidentielle du pays, selon les responsables. Il bat le président sortant Peter Mutharika avec 58,57% des voix lors du scrutin de mardi, annonce la commission électorale samedi tard dans la soirée. En février, la Cour constitutionnelle du Malawi a annulé la victoire de M. Mutharika aux élections de mai 2019, en invoquant la falsification des votes. Le pays était gravement divisé à l'approche de l'élection de cette semaine. »

 

Malawi court overturns 2019 presidential election result ...


---------------------------

 

Burundi : le nouveau président Évariste Ndayishimiye a prêté serment


1 - Burundi : le nouveau président Évariste Ndayishimiye a prêté serment

 

Le président burundais, Évariste Ndayishimiye, a prêté serment jeudi avec deux mois d'avance sur la date prévue, après le décès soudain de son prédécesseur Pierre Nkurunziza. Il prend en mains les destinées d'un pays divisé, isolé, appauvri et confronté à l'épidémie de Covid-19. Évariste Ndayishimiye a prêté serment dans le stade Ingoma de Gitega, la capitale administrative du pays, jeudi 18 juin. "Je jure fidélité à la Charte de l'Unité nationale, à la Constitution de la République du Burundi, et à la loi...", a déclaré le nouveau chef de l'État.


Élections au Burundi : une économie au bord du gouffre


En raison de la situation sanitaire, les autorités avaient demandé au public de se présenter assez tôt pour se plier aux mesures sanitaires mises en place, comme le lavage des mains et la prise de température. Aucun chef d'État étranger n'a pu y assister. Mais la distance de sécurité, fixée à 70 cm entre les personnes, était loin d'être respectée. Et à part quelques officiels, quasiment personne ne portait de masque. Le nouveau président lui-même avait le visage découvert.

 

Élu à la présidentielle du 20 mai, Évariste Ndayishimiye devait initialement prendre ses fonctions le 20 août, à la fin du mandat de Pierre Nkurunziza. Le décès soudain de ce dernier le 8 juin, à l'âge de 55 ans après 15 années au pouvoir, a changé la donne. Pour éviter une période d'incertitude qui aurait pu déstabiliser le Burundi, dont l'histoire est jalonnée de crises politiques meurtrières et d'une longue guerre civile (300 000 morts entre 1993 et 2006), le parti au pouvoir, le CNDD-FDD, a décidé d'accélérer la transition.


Burundi: le général Évariste Ndayishimiye déclaré vainqueur, l ...


_ "Poursuivre l'oeuvre" de Pierre Nkurunziza

La Cour constitutionnelle, acquise à l'exécutif, a donc ordonné que Évariste Ndayishimiye débute son mandat de sept ans le plus tôt possible, sans période d'intérim. À sa mort, qui l'avait présenté comme son "héritier", le général Ndayishimiye s'est engagé à "poursuivre son oeuvre". Le nouveau chef de l'État est l'un des acteurs clés d'un pouvoir qui a mené une répression meurtrière ayant fait plus de 1 200 morts et conduit 400 000 Burundais à l'exil, après la candidature controversée de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat en avril 2015.


Président par volonté divine pour Pierre Nkurunziza


Il n'a pas empêché les exactions à l'encontre des opposants, militants des droits de l'Homme et journalistes indépendants, commises notamment par les Imbonerakure, la ligue de jeunesse du CNDD-FDD. Malgré tout, il n'a pas personnellement été mis en cause dans de tels abus, et est perçu comme plus tolérant que son prédécesseur et ne faisant pas partie de la frange la plus intransigeante du régime.


Des élections générales sous Covid-19 et sous tension au Burundi


_ L'ombre des généraux

La disparition de Pierre Nkurunziza, qui devait rester très influent, pourrait lui donner les coudées un peu plus franches. Mais les analystes s'interrogent sur sa capacité à s'affranchir du groupe de généraux qui détiennent la réalité du pouvoir et à réconcilier un pays encore traumatisé par la crise de 2015. S'il cherche à réformer, "il risque de se heurter à des obstacles, à des réticences de la part de ces généraux qui ont intérêt à se protéger", prévoit Carina Tertsakian, de l'Initiative pour les droits humains au Burundi. 

 

Lors de la cérémonie d'investiture, l'archevêque de Gitega, Mgr Simon Ntamwana, qui s'était publiquement opposé en 2015 au troisième mandat de Pierre Nkurunziza, a appelé le nouveau président à ramener "la paix entre les Burundais". La communauté internationale, dont les principaux bailleurs de fonds du Burundi (UE, Belgique, Allemagne...), qui depuis 2015 lui imposent des sanctions, paraît prête à laisser sa chance à Évariste Ndayishimiye. Il a lancé quelques signes d'ouverture à son intention et pourrait chercher à sortir son pays de son isolement, si préjudiciable sur le plan économique.

 

Burundi to take up top political leadership at NBI | Nile Basin ...


_ Le Burundi, 3e pays le plus pauvre

Le Burundi est classé parmi les trois pays les plus pauvres au monde par la Banque mondiale, qui estime que 75 % de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté, contre 65 % à l'arrivée au pouvoir de Pierre Nkurunziza en 2005. Évariste Ndayishimiye avait promis lors de la campagne de faire de l'éradication de la pauvreté et du développement du pays sa priorité. Son premier défi sera toutefois l'épidémie de coronavirus. Pierre Nkurunziza avait maintenu les élections et refusé de confiner la population, en assurant que le Burundi en était protégé par la "grâce divine".



The new Capital of Burundi - is the Gitega project put on hold ...


Mais les Burundais se demandent aujourd'hui si l'ex-président, qui selon une source médicale contactée par l'AFP était en "détresse respiratoire" au moment de sa mort, n'a pas lui-même succombé à cette maladie. Le Burundi a officiellement recensé 104 cas de Covid-19 pour un seul décès. Ce bilan laisse sceptiques bien des médecins, selon lesquels de nombreux cas et décès de personnes présentant les symptômes du virus ont été exclus des chiffres officiels.

 

Source : www.france24.com/ Avec AFP/ Texte par FRANCE 24/ Publié le : 18/06/2020/ Modifié le : 18/06/2020

 

https://www.france24.com/fr/20200618-burundi-evariste-ndayishimiye-prestation-serment-president-nkurunziza/

 

Burundi Healthcare and Hospital Scenario - 2019 - Blog


---------------------------

 

Russia referendum: Vladimir Putin now able to extend his rule ...


2 - Russie : la réforme de la Constitution approuvée, Poutine assoit son pouvoir

 

Les Russes ont voté majoritairement en faveur de la réforme de la Constitution qui renforce les pouvoirs de l'exécutif et peut permettre à Vladimir Poutine de se maintenir au pouvoir jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans. Le texte a été approuvé par plus de 74 % des votants, la participation avoisine les 65 %. Sans cette réforme de la Constitution, Vladimir Poutine n'aurait pas pu briguer un cinquième mandat présidentiel en 2024. Le texte introduit par ailleurs dans la loi des valeurs conservatrices et patriotiques chères au président russe comme la foi en Dieu ou le mariage réservé aux hétérosexuels, ainsi que des garanties sociales comme l'indexation des retraites ou un salaire minimum vital.


Russians vote in referendum on extending Putin's rule till 2036


L'opposition accuse le chef du Kremlin de vouloir renforcer sa mainmise sur le pouvoir dans un contexte délicat marqué par la crise sanitaire, les difficultés économiques et une réforme des retraites très décriée, qui ont fait chuter sa cote de popularité. Des manifestants anti-Poutine se sont rassemblés sur la place Pouchkine à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

 

Source : //fr.euronews.com/ Par Vincent Coste avec AFP/ MAJ: 01/07/2020

 

https://fr.euronews.com/2020/07/01/la-russie-vote-a-73-pour-permettre-a-poutine-de-rester-au-pouvoir-resultats-preliminaires/

 

Russian referendum: Vote on constitutional changes that could keep ...


-----------------------------

  

Russians vote on constitutional changes | Europe| News and current ...


3 - Russie/ Référendum : les Russes votent à 73 % la prolongation de l’ère Poutine

 

L’opposition dénonce une manœuvre. Le changement constitutionnel permettra à Vladimir Poutine de rester au Kremlin jusqu’en 2036, l’année de ses 84 ans. Les Russes ont voté à 73 % les réformes constitutionnelles permettant à Vladimir Poutine de rester au pouvoir, selon des résultats préliminaires du référendum, communiqués mercredi 1er juillet au soir. Ces résultats portent sur 26,55 % des bureaux de vote répartis sur l’immense territoire russe et diffusés par la Commission électorale centrale. Le scrutin était couru d’avance, selon l’opposition, qui y voit une manœuvre pour perpétuer la mainmise de Vladimir Poutine sur le pays.

 

Le référendum, prévu à l’origine en avril, a été repoussé à cause de la pandémie de coronavirus. Pour éviter une trop forte affluence dans les bureaux de vote, il s’est déroulé sur une semaine et les électeurs devaient se munir de masques et de gants. Le président Poutine a, lui, voté à Moscou mercredi sans moyens de protection, contrairement à l’assesseur à laquelle il faisait face.

 

Wallpaper city, Moscow, The Kremlin, Russia, Russia, Moscow ...


_ Deux mandats de plus

Amendement le plus controversé : celui accordant à Vladimir Poutine l’option de deux mandats supplémentaires à l’issue de l’actuel en 2024. Une nécessité selon lui, car la classe politique ne doit pas se perdre dans « une quête de successeurs potentiels ». Ce changement lui permettrait de rester au Kremlin jusqu’en 2036, l’année de ses 84 ans. D’autres révisions renforcent certaines prérogatives présidentielles. Président de 1999 à 2008, il était devenu Premier ministre entre 2008 et 2012, cédant son siège à Dmitri Medvedev – la Constitution lui interdisait plus de deux mandats consécutifs – avant de revenir au Kremlin en 2012. Il avait été réélu en 2018 pour un nouveau mandat de six ans.

 

It looks like a gameshow': Russia's pseudo-vote on Putin's term ...


_ Le stratagème de Poutine pour se maintenir au pouvoir après 2024

La réforme introduit aussi dans la Constitution des principes conservateurs chers au président (foi en Dieu, mariage réservé aux hétérosexuels, enseignement patriotique...) ainsi que des garanties sociales, comme l’indexation des retraites.

 

Source : www.nouvelobs.com/ Par L'Obs avec AFP/ Publié le 01 juillet 2020/ Mis à jour le 02 juillet 2020/

 

https://www.nouvelobs.com/monde/20200701.OBS30793/referendum-les-russes-votent-a-73-la-prolongation-de-l-ere-poutine.html/

 

Moscow Enjoys 5-Year Record High Office Leasing Activity - WORLD ...


---------------------------

 

Au Malawi, Lazarus Chakwera, l'ancien pasteur devenu président


4 - Malawi/ Elections : Lazarus Chakwera, élu président du Malawi

 

Le chef de l'opposition du Malawi, Lazarus Chakwera, remporte la nouvelle élection présidentielle du pays, selon les responsables. Il bat le président sortant Peter Mutharika avec 58,57% des voix lors du scrutin de mardi, annonce la commission électorale samedi tard dans la soirée. En février, la Cour constitutionnelle du Malawi a annulé la victoire de M. Mutharika aux élections de mai 2019, en invoquant la falsification des votes. Le pays était gravement divisé à l'approche de l'élection de cette semaine.


Malawi Digest: All Bingu's appointed judges are northerners


C'est la deuxième nation africaine à annuler une élection présidentielle pour cause d'irrégularités, après le Kenya en 2017. A la suite du résultat officiel de samedi, M. Chakwera déclare que sa victoire était "une victoire pour la démocratie et la justice". "Mon cœur bouillonne de joie", ajoute-t-il. Ses partisans sont descendus dans les rues de la capitale du Malawi, Lilongwe, en klaxonnant et en allumant des feux d'artifice.


Malawi : élu président, l'opposant Lazarus Chakwera a prêté ...


Une nouvelle élection a été ordonnée après que la Cour constitutionnelle a constaté que le premier scrutin a été entaché d'irrégularités généralisées. Lors de cette élection, le président Mutharika avait été réélu de justesse par moins de 159 000 voix. M. Chakwera, qui est arrivé deuxième lors de cette élection, avait estimé que les bulletins de vote avaient été mal additionnés et falsifiés.

 

Source : www.bbc.com/ 28 juin 2020

 

https://www.bbc.com/afrique/region-53208880/

 

Lazarus Chakwera inaugurated as Malawi's new president – FOX 46 ...


---------------------------

 

L'Irlande se dote d'un gouvernement de coalition dirigé par le ...


5 – Irlande/ Elections : L'Irlande se dote d'un gouvernement de coalition dirigé par le centriste Micheal Martin

 

Les députés irlandais ont élu samedi le dirigeant du parti de centre droit Fianna Fail, Micheal Martin, à la tête d'un gouvernement de coalition, après des mois de négociations réalisées en plein pandémie. L'Irlande a enfin un nouveau Premier ministre. Plus de quatre mois après les législatives en Irlande, les députés ont élu, samedi 27 juin, le dirigeant du parti de centre droit Fianna Fail, Micheal Martin, à la tête d'un gouvernement de coalition avec le parti centriste rival Fine Gael et les Verts.


Top 3 parties in dead heat after Irish parliament elections | WTNH.com


Les membres de ces trois formations ont donné vendredi leur feu vert à un accord de coalition sans les nationalistes du Sinn Fein, après des mois de négociations en plein épidémie. Le gouvernement de coalition aura une direction tournante. Micheal Martin, dont le parti Fianna Fail est le groupe parlementaire le plus important avec 38 des 160 sièges, devient le premier chef du gouvernement jusqu'en décembre 2022. Il succède à Leo Varadkar, le dirigeant du parti centriste rival Fine Gael, qui devrait redevenir Premier ministre après Micheal Martin, en vertu du système de rotation mis en place. 

Après le vote des députés – exceptionnellement organisé dans un centre de congrès de Dublin –, Micheal Martin s'est rendu à Aras an Uachtarain, la résidence du président irlandais Michael D. Higgins, qui le nommera officiellement Premier ministre ou "Taoiseach". S'exprimant juste après son élection, Micheal Martin a déclaré que la lutte contre la pandémie serait la priorité de son gouvernement les prochains mois.

 

"2 278 personnes sur cette île ont perdu la vie", a souligné le nouveau chef du gouvernement. Malgré des "progrès importants" depuis le mois de mars, "la lutte contre le virus n'est pas terminée", a-t-il poursuivi. Micheal Martin a expliqué que l'Irlande était confrontée à la récession la plus rapide qui l'ait jamais frappée et que des mesures d'urgence étaient nécessaires pour permettre une reprise économique. Le nouveau Premier ministre a aussi évoqué d'autres défis à relever, qui datent d'avant le Covid-19 et demeurent, comme l'accès à des logements abordables et la crise climatique.

 

Irlande: un accord de coalition trouvé pour un nouveau gouvernement


_ Alliance centriste "historique"

Les élections de février avaient bouleversé le paysage politique en Irlande, où les deux partis centristes se relayaient au pouvoir depuis un siècle. Cette fois, le Fine Gael et le Fianna Fail avaient besoin du soutien des 12 députés du Parti vert pour atteindre le seuil des 80 sièges nécessaire à la constitution d'une majorité parlementaire. Devant les députés, le dirigeant du Fine Gael, Leo Varadkar, a qualifié d'"historique" l'alliance entre les deux partis centristes, dont la rivalité remonte à la guerre civile de 1922. Il s'est dit "impatient de servir dans le gouvernement". 

Avec un programme ancré à gauche, le Sinn Fein, favorable à une réunification avec l'Irlande du Nord, était arrivé en tête avec 24,5 % des électeurs. Mais faute d'avoir présenté suffisamment de candidats, il n'est devenu que la deuxième force politique au Parlement avec 37 sièges.

 

Source : www.france24.com/ Avec AFP/ Publié le : 27/06/2020/ Modifié le : 27/06/2020/ Texte par : FRANCE 24

 

https://www.france24.com/fr/20200627-l-irlande-se-dote-d-un-gouvernement-de-coalition-dirig%C3%A9-par-micheal-martin/

 

Sinn Fein Surges in Irish Elections, Exit Polls Predict - The New ...


*******

 

Sinn Fein Shocked Ireland. What Comes Next?


Irlande : Succès électoral historique du parti nationaliste Sinn Fein en Irlande

 

Jusqu’alors marginalisé pour ses liens historiques avec l’IRA, le Sinn Fein a enregistré un succès sans précédent aux législatives. Scrutin historique en Irlande : jusqu’alors marginalisé pour ses liens historiques avec l’IRA (Irish Republican Army), le parti nationaliste Sinn Fein (SF) a enregistré un succès sans précédent aux élections législatives, samedi 8 février. Dimanche soir, à l’issue d’un premier dépouillement dans les trente-neuf circonscriptions du pays, il comptait déjà vingt-neuf députés confirmés pour le Dail, la Chambre basse irlandaise, et arrivait en tête des premiers choix des électeurs (24,5 %), ces derniers étant invités à classer les candidats par ordre préférentiel sur leur bulletin de vote.

 

Six key policy areas in Fianna Fáil's election manifesto ...


Les partis de centre droit Fianna Fail (FF) et Fine Gael (FG) s’inscrivaient respectivement à 22,2 % et 20,9 % des premiers choix des électeurs, des contre-performances historiques pour ces deux formations alternativement aux commandes du pays depuis près d’un siècle. Seul bémol : le SF, qui prône la réunification avec l’Irlande du Nord, n’a présenté que quarante-deux candidats aux élections (contre 84 pour le FF et 82 pour le FG), ce qui limitera mécaniquement sa capacité à peser au Dail, qui compte cent soixante sièges.

 

Source : www.lemonde.fr/ Par Cécile Ducourtieux / Publié le 10 février 2020 / Mis à jour le 10 février 2020/

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/10/poussee-historique-du-parti-nationaliste-sinn-fein-aux-elections-generales-irlandaises_6029008_3210.html/

 

An expert guide to a weekend in Dublin | Telegraph Travel


---------------------------

 

Remaniement : les proches d'Emmanuel Macron promettent des ...


6 - Emmanuel Macron dévoile son nouveau gouvernement

 

Le nouveau gouvernement « de mission et de rassemblement » du président français Emmanuel Macron pour aborder la fin de son quinquennat a été dévoilé lundi soir, avec quelques changements à des ministères clés comme l’Intérieur, l’Écologie, et l’arrivée surprise d’un ténor du barreau à la Justice. Emmanuel Macron avait affirmé dimanche sur Twitter vouloir un gouvernement « de mission et de rassemblement » pour porter sa politique qui doit « s’adapter aux bouleversements internationaux et aux crises ». Le ministre de l’Intérieur de la précédente équipe, Christophe Castaner, un très proche d’Emmanuel Macron, mais qui s’était mis à dos les policiers, est remplacé par Gérald Darmanin, qui était auparavant responsable des Comptes publics.


Jean Castex à pied d'œuvre pour former un nouveau gouvernement


Ancien lieutenant du président Nicolas Sarkozy (2007-2012), M. Darmanin, 37 ans, est issu de la droite, tout comme le premier ministre désigné vendredi par Emmanuel Macron, Jean Castex, un inconnu du grand public. Mais il est promu au sein du gouvernement au moment où la justice a ordonné la reprise des investigations concernant une accusation de viol le visant en 2009. Début 2018, il a en effet été mis en cause par deux femmes, l’une pour viol, l’autre pour abus de faiblesse. Des accusations qu’il réfute. Si l’enquête se poursuit donc pour l’une d’elles, le parquet a rendu un non-lieu pour la seconde. L’autre gros changement concerne l’Écologie, quelques jours après la poussée des écologistes dans certaines grandes villes lors des élections municipales, marquées par une très forte abstention.

 

Barbara Pompili, 45 ans, ancienne membre du parti écologiste EELV passée au parti présidentiel LREM, a été désignée à ce poste clé. Elle aura pour tâche de « verdir » la politique environnementale d’Emmanuel Macron. Troisième dans l’ordre protocolaire, elle se retrouve poids lourd du gouvernement. « Nous aurons peu de priorités : la relance de l’économie, la poursuite de la refondation de notre protection sociale et de l’environnement, le rétablissement d’un ordre républicain juste, la défense de la souveraineté européenne », avait déclaré en fin de semaine Emmanuel Macron pour définir sa feuille de route. Bruno Le Maire reste en charge de l’Économie, des Finances et de la Relance, et Jean-Yves Le Drian reste aux Affaires étrangères et européennes, avec un statut protocolaire de numéro deux.

 

La nomination la plus surprenante est celle d’un ténor du barreau, le célèbre avocat Éric Dupond-Moretti, au poste de Garde des Sceaux, ministre de la Justice. Éloquence et stature hors-norme, il était jusqu’ici célèbre pour ses plaidoiries redoutées en cour d’assises et ses coups d’éclat lors de procès particulièrement médiatiques.

 

Gouvernement Jean Castex : liste des 31 ministres français - YECLO.com


_ Réinvention

Cette équipe, qui compte aussi dans ses rangs Roselyne Bachelot, une ancienne ministre de droite devenue chroniqueuse télé, désormais responsable de la Culture, sera donc chargée de mettre en musique la deuxième partie du quinquennat d’Emmanuel Macron. Après trois ans de pouvoir, des réformes controversées comme celles de l’assurance chômage, plusieurs crises (manifestations des gilets jaunes…), le président français avait annoncé un besoin, selon ses mots, de « se réinventer », alors qu’il n’est pas très populaire et que le pays se prépare à subir un fort contrecoup économique du fait de la pandémie de coronavirus.


Jean Castex, le Premier ministre français, a dévoilé son nouveau ...


Un besoin encore exacerbé après le revers du parti présidentiel aux élections municipales du 28 juin à l’issue desquelles une majorité de communes sont dirigées par la droite, et où plusieurs grandes villes sont passées aux mains de maires écologistes. Emmanuel Macron avait promis « de nouveaux visages, de nouveaux talents ». Cela se résume essentiellement à l’arrivée au gouvernement de maître Dupond-Moretti, un titan des prétoires français, qui s’est aussi essayé au théâtre, au ministère régalien de la justice. Le nouveau gouvernement se réunira dès mardi en conseil des ministres pour commencer à travailler.

 

La prochaine étape importante pour comprendre le nouveau cap politique d’Emmanuel Macron pour la fin de son mandat avant les élections présidentielles de 2022 est attendue le 14 juillet, pour la fête nationale. Il devrait détailler ses projets à l’occasion d’une nouvelle intervention, renouant avec une tradition présidentielle qu’il avait supprimée. Le premier ministre présentera son programme « quelques jours après », selon l’entourage d’Emmanuel Macron.

 

Source : www.lapresse.ca/ Publié le 6 juillet 2020/ LAURENCE BENHAMOU/ AGENCE FRANCE-PRESSE/ (Paris)

 

https://www.lapresse.ca/international/europe/2020-07-06/emmanuel-macron-devoile-son-nouveau-gouvernement.php/

 

Coronavirus : 100 cas en France, le gouvernement annonce de ...


****

 

Municipales 2020 : Josselin Chouzy officiellement investi candidat ...


France/ Elections/ Municipales : Combien de conseillers municipaux le Rassemblement national a-t-il perdu entre 2014 et 2020 ?

 

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, le Rassemblement national n'a fait élire que 827 conseillers municipaux en 2020, contre 1 498 en 2014.

 

Question posée par David le 30/06/2020

Bonjour,

A la suite de l’annonce des résultats du second tour des élections municipales, vous souhaitez savoir si le Rassemblement national a fait élire moins de conseillers municipaux que lors des dernières élections en 2014. La baisse du nombre des conseillers municipaux du Rassemblement national a déjà été évoquée par d’autres médias comme France Info, qui dénombre 840 sièges dans les conseils municipaux de 258 communes après le second tour de 2020. Le Figaro s’est également penché sur les résultats et note que «selon les chiffres du RN, consolidés par ceux du ministère de l’Intérieur, le parti de Marine Le Pen a fait élire 1 021 conseillers municipaux lors de ces municipales 2020» contre 1 498 en 2014.

 

Élections municipales 2020 : toute l'actualité et les infos en direct


827 sièges obtenus en 2020

Pour vérifier cette baisse, CheckNews a repris les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur pour les villes de plus de 1 000 habitants, et qui sont disponibles pour le premier et le second tour sur la plateforme de données publiques data.gouv. La nuance politique n’est pas indiquée pour les listes des plus petites villes.

 

En ne gardant que les 388 listes étiquetées RN, on obtient 498 conseillers municipaux élus au premier tour et 329 au second, soit un total de 827 sièges obtenus par le parti de Marine Le Pen en 2020. Même en ajoutant les 44 conseillers municipaux obtenus par Robert Ménard (enregistré comme «Divers droite» par Beauvau), la différence est de 627 sièges par rapport aux 1 498 élus obtenus lors du précédent scrutin.

 

Un «désastre» selon un cadre du RN qui, s’appuyant sur des chiffres surestimés, expliquait à Libération avant le second tour : «A la fin, on pourrait avoir moitié moins d’élus qu’il y a six ans.» Ce mauvais score s’explique notamment par le fait que le parti d’extrême droite a présenté seulement 388 listes cette année contre 575 en 2014.

Reste à savoir si les départs seront aussi importants que lors de la dernière mandature. En 2017, Libération avait relevé qu’un tiers des conseillers avaient fait défection entre 2014 et 2017.

 

Source : www.liberation.fr/ Par Tristan Berteloot, Jacques Pezet et Fabien Leboucq/ juillet 2020 /

 

https://www.liberation.fr/checknews/2020/07/01/combien-de-conseillers-municipaux-le-rassemblement-national-a-t-il-perdu-entre-2014-et-2020_1792874/

 

Le second tour des municipales se tiendra-t-il en juin ?


---------------------------

 

Les partis écologistes ont-ils une chance de gouverner un jour ...


7 - France/ Elections/ Municipales : Virage écologiste aux élections municipales en France

 

Les élections municipales en France ont été marquées dimanche par une vague écologiste dans plusieurs grandes villes, où le parti présidentiel a enregistré de nombreuses défaites. L’abstention a atteint un niveau historique : près de 60 % des électeurs ont boudé ce second tour organisé plus de trois mois et demi après le premier, coronavirus oblige. Très vite après les premiers résultats, le président Emmanuel Macron s’est dit « préoccupé par le faible taux de participation » et Jean-Luc Mélenchon (gauche radicale) a qualifié cette élection de « grève civique ». Mais au-delà de cette abstention d’un niveau inédit, c’est la « vague verte » qui retient l’attention.

 

Municipales 2020 : large victoire d'Anne Hidalgo à Paris


_ Anne Hidalgo réélue à Paris 

Les écologistes vont notamment s’emparer de Lyon et de Marseille, les deux plus grandes villes de province françaises, et sont également donnés en tête, selon de premières estimations, à Bordeaux. Et à Paris, leur alliée socialiste Anne Hidalgo a été confortablement réélue avec plus de 50 % des voix. Les écologistes s’imposent dans ce scrutin comme la principale force de gauche en France, signe d’une recomposition politique qui s’opère, comme dans de nombreux autres pays d’Europe. « Ce qui a gagné, c’est la volonté d’une écologie concrète, en action, qui propose des solutions sur les déplacements, le logement, l’alimentation », s’est réjoui Yannick Jadot, député européen et figure du mouvement écologiste français.


TRIBUNE. Municipales 2020 : l'écologie gagne en rassemblant à ...


« L’enjeu aujourd’hui n’est pas de savoir qui des Verts ou des socialistes ont gagné. On a prouvé que, rassemblés, on est capables de lever un espoir », a souligné Pierre Jouvet, porte-parole du PS. Cette recomposition de la gauche derrière les écologistes intervient alors que le parti d’Emmanuel Macron, qui a bâti sa victoire au centre, est perçu par une partie de l’opinion comme menant une politique de droite. L’extrême droite a de son côté remporté l’élection à Perpignan, ville catalane de plus de 100 000 habitants, avec la victoire de Louis Aliot, l’ex-compagnon de Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national (RN). La droite « traditionnelle », Les Républicains (LR), a conservé la ville de Toulouse. Mais elle perd au profit des écologistes des fiefs comme Marseille ou Bordeaux. 

 

Pour le parti présidentiel, la République en Marche (LREM), qui n’est en position de force dans aucune grande ville et ne bénéficie pas d’un profond ancrage local, c’est un revers. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a déploré « des scores extrêmement décevants », dus selon elle aux « divisions internes ». Seule petite éclaircie, le premier ministre Édouard Philippe, qui n’avait pas endossé l’étiquette LREM, a facilement remporté l’élection dans sa ville portuaire du Havre, avec 59 % des voix. 

 

Municipales : un lendemain d'élection marqué par la marée verte ...


_ Quelles répercussions pour Macron ? 

Reste maintenant à savoir quelles seront les répercussions de ce scrutin sur l’orientation des deux dernières années du quinquennat d’Emmanuel Macron, alors que des ministres verts sont en poste en Suède, en Finlande, en Autriche et que les verts sont en pleine ascension en Allemagne. Devra-t-il donner des gages aux écologistes ? Maintiendra-t-il à son poste son premier ministre, sorti renforcé de sa victoire au Havre ? 

 

Le président français, qui consulte à tout va, mais ne laisse rien filtrer de ses intentions, détient seul les clés d’un éventuel remaniement. Il doit rencontrer Édouard Philippe lundi en tête-à-tête pour évoquer les suites à donner à ce scrutin. Emmanuel Macron avait laissé entendre que la crise du coronavirus allait changer profondément les choses et avait dit qu’il lui fallait « se réinventer ». Il devra trouver un délicat équilibre entre la volonté de l’aile gauche de son parti d’introduire une inflexion écologique sans pour autant abandonner les choix libéraux des débuts. Ces dernières semaines, plusieurs défections de députés ont fait perdre à LREM la majorité absolue à l’Assemblée nationale. 

 

Probablement soucieux d’évacuer au plus vite cet encombrant scrutin, Emmanuel Macron a d’ores et déjà prévu de s’exprimer lundi. Il donnera ses premières réponses aux propositions formulées par la Convention citoyenne sur le climat, une assemblée de 150 citoyens tirés au sort pour redonner des couleurs à la démocratie directe dans le pays. Marqué par l’abstention, ce scrutin restera aussi comme celui du coronavirus. 

 

Après un premier tour organisé au moment où l’épidémie déferlait sur la France, de nombreuses précautions ont été prises pour ce second tour. Masque obligatoire, gel hydroalcoolique et distanciation physique étaient de mise pour les opérations de vote, mais les images tournées dimanche dans diverses villes montraient que les gens ne portaient que très peu de masques. La France, durement frappée par le nouveau coronavirus, a enregistré plus de 29 750 décès depuis le début de l’épidémie de COVID-19.

 

Source : www.ledevoir.com/ Pierre Donadieu - Agence France-Presse à Paris/ 28 juin 2020

 

https://www.ledevoir.com/monde/europe/581592/virage-ecologiste-aux-elections-municipales-en-france/

 

Poussée des écologistes aux élections municipales en France | Le ...


---------------------------

 

 

Mali : Ouverture du Mercato parlementaire | Last Of Afrika


8 – Afrique/ Mali/ Législatives : la Cour constitutionnelle publie les résultats définitifs

 

La Cour constitutionnelle du Mali a rendu public ce 30 avril les résultats définitifs du second tour des élections législatives du 19 avril dernier, où le taux de participation était de 35,25%. Elle a également fait le décompte des 147 députés élus au terme des deux tours de l’élection. De nouveaux visages apparaissent à l’Assemblée et le parti au pouvoir engrange de nouveaux sièges grâce aux recours introduits au sujet de neuf d'entre eux.

 

Suite au verdict de la Cour constitutionnelle, le Rassemblement pour le Mali (RPM), le parti présidentiel, gagne dix sièges, dont quatre à Bamako, deux à Kati près de la capitale et quatre autres dans le sud. Toujours dans le sud, à Bougouni cette fois-ci, on note un renversement de tendance, avec la liste conduite par la CDS (Convention sociale démocrate), la formation politique de Blaise Sangaré de la mouvance présidentielle, qui l'emporte.


Un fort taux d'abstention lors des législatives au Mali | Afrique ...


Sur les deux tours des législatives, le parti présidentiel arrive en tête avec au moins 51 députés. Mais il n’a pas la majorité des 147 sièges de députés et doit composer avec ses alliés notamment du parti Adéma-PASJ, qui arrive en seconde position avec au moins 22 députés. Dans le tiercé gagnant, on compte l’Union pour la république et la démocratie (URD), principal parti d’opposition, dont le leader Soumaïla Cissé a été enlevé dans le nord du Mali, il y a un peu plus d’un mois. Parmi les députés, on retrouve Moussa Mara, un ancien Premier ministre, et Assarid Ag Ibarcaoune, un vieux routier de la politique qui retrouve son siège perdu en 2013.

 

Source : www.rfi.fr/ CATTANI / AFP/ Texte par RFI/ Publié le : 01/05/2020/ Modifié le : 05/05/2020/ Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

 

http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200430-l%C3%A9gislatives-mali-la-cour-constitutionnelle-publie-les-r%C3%A9sultats-d%C3%A9finitifs/

 

Au Mali, les élections entre guerre et virus


---------------------------

 

Mali : Crise politique au Mali : qui sont les émissaires d'IBK ?


9 – Mali/Politique/ Manifestations : une manifestation réclame le départ d'IBK à Bamako

 

Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre de Bamako pour réclamer le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta, à l'appel d'une coalition hétéroclite formée ces dernières semaines contre le chef de l'Etat. Il s'agit de la deuxième grande manifestation en deux semaines contre le président malien, surnommé "IBK", après celle qui avait déjà rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes le 5 juin dans la capitale malienne et qui a donné son nom à la contestation, "Mouvement du 5 juin - Rassemblement des Forces Patriotiques" (M5-RFP).


Au Mali, une coalition d'opposants réclame la démission du ...


Après une prière dirigée par un imam sur la place de l'Indépendance, l'hymne national a retenti, puis le vacarme des vuvuzelas a pris le dessus, alors que les manifestants portaient des pancartes où l'on pouvait notamment lire "IBK dégage" ou "La dictature ne passera pas". Aucun décompte du nombre de manifestants n'était disponible auprès de la police et des organisateurs, mais le rassemblement semble au moins aussi important que celui du 5 juin.

 

Signe des tensions politiques croissantes au Mali ces dernières semaines, ce mouvement exprime l'exaspération nourrie par les milliers de victimes ces dernières années des attaques jihadistes et des violences intercommunautaires, par le ressenti de l'impuissance de l'Etat, le marasme économique, la crise des services publics et de l'école et la perception d'une corruption répandue. A la tête du M5-RFP, qui rassemble des responsables religieux et des personnalités de la société civile comme du monde politique, se trouve un homme à l'influence croissante, Mahmoud Dicko, imam rigoriste et patriote, ancien allié du président IBK désormais bête noire du pouvoir. Cette nouvelle démonstration de force intervient après une semaine de pourparlers tous azimuts qui n'ont pas permis d’apaiser les tensions.

 

Source : https://information.tv5monde.com/ TV5 MONDE avec AFP/ Mise à jour 19.06.2020/

 

https://information.tv5monde.com/afrique/mali-une-manifestation-reclame-le-depart-d-ibk-bamako-364076/

 

Crise socio-politique : le M5 refuse la main tendue du Président ...


---------------------------

 

Au Mali, éclaircie à Kidal et tempête à Bamako pour le pouvoir ...


10 – POLITIQUE/ Mali : quand la communauté internationale tente une médiation avec l’imam Dicko

 

Au lendemain de la manifestation qui a réuni des milliers de personnes à Bamako, vendredi, des représentants de l’Union africaine, de la Cedeao et de la Minusma ont rencontré l’un de ses principaux initiateurs : l’imam Mahmoud Dicko. « Nous avons eu une première réunion avec la communauté internationale qui voulait comprendre nos motivations et rappeler son souci du respect des fondements de la démocratie et du respect des institutions », explique à Jeune Afrique Cheick Oumar Sissoko, à la tête du mouvement Espoir Mali Kura (EMK).


Au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta prêt au dialogue avec les ...


Deux jours après la manifestation ayant réuni des milliers de personnes à Bamako, le responsable de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma), Mahamat Saleh Annadif, le représentant de la Communauté économiques des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Hamidou Boly, et le Haut représentant de l’Union africaine (UA), Pierre Buyoya, ont rencontré Choguel Maïga et l’imam Mahmoud Dicko. Ce leader religieux est devenu ces derniers mois la principale voix de contestation du pays en dénonçant la corruption et la gestion de la crise sécuritaire. Cette réunion « fait partie des rencontres régulières [de la Minusma] dans le cadre des bons offices », a déclaré lundi à l’AFP le porte-parole de la Mission onusienne Olivier Salgado. Mahamat Saleh Annadif « a rencontré certains organisateurs [de la manifestation de vendredi] mais aussi des représentants des autorités nationales pour trouver le moyen de renouer le dialogue », a-t-il poursuivi.

 

Crisis in Mali: the ECOWAS mission recommends that partial ...


_ « Nous maintenons notre mot d’ordre »

La coalition d’acteurs qui exige le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta et l’organisation d’une transition s’est désormais constituée au sein du « Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques du Mali ». « Nous maintenons notre mot d’ordre mais plusieurs partis politiques et organisations de la société civile nous ont rejoint depuis la manifestation de vendredi, se félicite Cheick Oumar Sissoko. Nous prévoyons donc une assemblée générale, jeudi, pour décider ensemble de la marche à suivre », ajoute Cheick Oumar Sissoko. « Des discussions sont en cours avec le Haut conseil islamique du Mali et avec l’Union nationale des travailleurs du Mali afin d’élargir la base du mouvement », précise pour sa part Nouhoum Sarr, à la tête de l’un des partis membres du Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), coalition de l’opposition dirigée par Soumaïle Cissé, toujours aux mains de ses ravisseurs depuis son enlèvement, le 25 mars dernier.


Vidéo. Mali: des émissaires de la CEDEAO à Bamako pour résoudre la ...


Sur le plan national, le président du Rassemblement pour le Mali (RPM, au pouvoir) et chef de la majorité présidentielle, Bokary Treta, a également rencontré plusieurs responsables de mouvements ayant appelé à la manifestation, en vue de « nouer le dialogue ». Des partis politiques et associations proches du pouvoir préparent également une contre-marche en soutien au président et aux institutions. Samedi, le gouvernement malien a invité « au respect du cadre institutionnel républicain et démocratique » et a « renouvelé son offre de dialogue ». La nomination, en mai 2019, d’un gouvernement ouvert à des leaders de l’opposition et de la société civile visait déjà à apaiser les tensions avec l’opposition. En décembre 2019, un dialogue national inclusif a également eu lieu, avec pour objectif de discuter des réformes institutionnelles et constitutionnelles nécessaires pour ramener la paix dans le pays, en proie à une crise multiforme depuis 2012.

 

Source : www.jeuneafrique.com/ 09 juin 2020/ Par Aïssatou Diallo/ Mis à jour le 09 juin 2020/

 

https://www.jeuneafrique.com/997626/politique/mali-quand-la-communaute-internationale-tente-une-mediation-avec-limam-dicko/

 

Mali: la troïka de la CEDEAO reçoit une gifle de l'imam Dicko ...


---------------------------

 

European Parliament President on the situation in Venezuela | Le ...


11 – CRISE POLITIQUE : Le Venezuela annonce des élections législatives en décembre

 

Le Parlement vénézuélien est la seule institution du pays encore contrôlée par l’opposition. A l’occasion de ce scrutin, déjà boycotté par l’opposition, le nombre de députés passera de 167 à 277. Les élections pour renouveler le Parlement du Venezuela, seule institution du pays contrôlée par l’opposition, auront lieu le 6 décembre prochain, a annoncé, mercredi 1er juillet, le Conseil national électoral (CNE).


Venezuela crisis: Guaidó hints at 'amnesty' for Maduro - aysor.am ...

« Tout le pays est convoqué le 6 décembre 2020 pour le processus électoral destiné à élire l’Assemblée nationale », a indiqué la présidente du CNE, Indira Alfonzo, dans une déclaration diffusée par la télévision d’Etat. Mme Alfonzo avait annoncé mardi que les législatives auraient lieu en décembre mais sans en préciser la date. Le nouveau parlement sera élu pour un mandat de cinq ans allant de 2021 à 2026, a précisé la présidente du CNE. 


Elle a fait savoir que « des normes spéciales » nouvellement adoptées régiraient cette consultation et que le nombre des sièges de l’Assemblée nationale, la chambre unicamérale du Venezuela, passerait de 167 à 277. Les principaux partis d’opposition ont déjà annoncé qu’ils allaient boycotter le scrutin, qualifié de « farce », en réaction à la nomination en juin par le Tribunal suprême de justice (TSJ) de nouveaux membres à la tête du Conseil national électoral, chargé de superviser les élections.

 

In Venezuela, dueling parliaments cast political crisis into ...


_ Un pouvoir à deux têtes

Accusé par l’opposition d’être partial au bénéfice du pouvoir chaviste, le TSJ avait nommé à la tête du CNE Indira Alfonzo, une magistrate sanctionnée par le Canada. Ce faisant, il s’était arrogé une prérogative de l’Assemblée nationale. Depuis 2016, le TSJ ne reconnaît pas les décisions prises par le Parlement. Le dirigeant de l’opposition Juan Guaido, brandissant sa qualité de président de l’Assemblée nationale, s’était proclamé le 23 janvier 2019 président par intérim du Venezuela. Il est reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis. Quelque 86 partis prendront part au scrutin malgré le boycott de l’opposition, a déclaré Indira Alfonzo.


What Is Happening in Venezuela and Why It Matters - The New York Times


La plupart de ces partis sont des formations peu importantes. Le Parlement a accusé le gouvernement du socialiste Nicolas Maduro d’organiser des élections sans « conditions minimales de transparence ». Avec le retrait des principaux partis d’opposition, le pouvoir a le champ libre pour récupérer la majorité au Parlement, perdue en décembre 2015 quand l’opposition avait remporté 112 des 167 sièges. Nicolas Maduro s’est félicité de l’annonce du CNE, assurant que le parti présidentiel (PSUV) « travaille » déjà à la désignation de candidats. « Nous préparons la naissance d’une nouvelle Assemblée nationale », a-t-il déclaré à la télévision.

 

Source : www.lemonde.fr/ Le Monde avec AFP / Publié le 01 juillet 2020/ Mis à jour le 02 juillet 2020/

 

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/01/le-venezuela-annonce-des-elections-legislatives-en-decembre_6044769_3210.html/

 

Venezuela-Parliament-declared-Maduro-unlawful-President.jpg | The ...


---------------------------

 

Henri Konan Bédié candidat du PDCI à la présidentielle en Côte d ...


12 – POLITIQUE/ Présidentielle en Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié annonce sa candidature à l’investiture du PDCI

 

Sans surprise, Henri Konan Bédié, 86 ans, a « accepté » d’être candidat à l’investiture du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour la présidentielle d’octobre. Une décision officialisée ce samedi à Abidjan. Une cérémonie millimétrée, des participants triés sur le volet du fait de la pandémie de coronavirus, trois interventions brèves, et le faux suspense entretenu ces derniers mois a pris fin. C’est Ghislain Lahoré Tchel Bi, présenté comme le plus jeune des délégués départementaux du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), qui a ouvert le bal, ce samedi 20 juin.

 

« Monsieur le président, les membres du secrétariat exécutif, les vice-présidents du parti, les délégués départementaux et communaux, les responsables des structures spécialisées vous demandent, avec insistance, de faire acte de candidature à la convention de désignation du candidat du PDCI-RDA à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 », a-t-il déclaré sous les applaudissements de la quarantaine de personnes présentes au domicile d’Henri Konan Bédié.


PDCI-RDA: Qui pour affronter Gon Coulibaly, si Ouattara et Bédié ...


_ Allégeance de la jeune génération

Initialement prévues mi-juin, les « conventions éclatées » devant permettre à l’ancien parti unique de se choisir un candidat à la magistrature suprême doivent se tenir les 24 et 25 juillet prochain. Sauf coup de théâtre, Henri Konan Bédié sera le seul candidat à l’investiture, puisque dans la foulée de la déclaration de Ghislain Lahoré Tchel Bi, la jeune génération lui a fait allégeance.


Exclusif PDCI : Voici le résultat du sondage interne sur les ...


« Je retire ma candidature et je demande à tous les jeunes de s’aligner derrière vous, pour mener le combat et vous apporter la victoire, a ainsi affirmé l’ancien ministre Jean-Louis Billon, dont le nom circulait parmi les présidentiables. » « Nous sommes des militants unis, loyaux et nous allons jouer la force et la discipline du parti. Soyez assurés de mon indéfectible attachement à votre victoire », a-t-il ajouté en présence d’un autre ancien ministre, Thierry Tanoh, rentré récemment de Paris et dont le nom avait également été avancé comme candidat potentiel.

 

En réponse, l’ancien président (1993-1999) a accepté de faire « don de [sa] personne ». « Je reçois cette demande de candidature comme une mission de salut public découlant d’une attente forte de la base, m’imposant ainsi l’obligation “d’être candidat” lors de cette convention », a-t-il lancé, installé entre son épouse, Henriette, et son fidèle numéro deux, Maurice Kakou Guikahué, secrétaire général exécutif du PDCI.

 

inspecteur du Pdci – Site Officiel du PDCI RDA


_ Le PDCI resserre les rangs

Le « Sphinx de Daoukro », renversé par un coup d’État militaire en décembre 1999, a donc désormais le champ libre pour se relancer dans la course. La dernière fois, en octobre 2010, il était arrivé en troisième position à l’issue du premier tour derrière Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara.

 

Quoique convaincu qu’on lui avait volé sa place au second tour, il avait finalement soutenu ce dernier face au président sortant. En 2015, en dépit de vives protestations en interne, Bédié avait annoncé que le PDCI ne présenterait pas de candidat et ralliait la candidature d’Alassane Ouattara.

 

Source : www.jeuneafrique.com/ 21 juin 2020/ Par André Silver Konan/ Abidjan

 

https://www.jeuneafrique.com/1004248/politique/presidentielle-en-cote-divoire-henri-konan-bedie-annonce-sa-candidature-a-linvestiture-du-pdci/

 

La motion de soutien au président Henri Konan Bédié, président du ...


---------------------------

 

 Elections municipales : la pandémie a-t-elle bousculé les lignes ...