Publié le : 05-02-2014 à 03:58:52 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

AFRIQUE : Fuite des capitaux, évasion fiscale et corruption

« Le flux de transferts illicites de capitaux en Afrique se chiffre à 50 milliards de dollars par an, a révélé lundi à Abidjan l’économiste et banquier béninois, Abdoulaye Bio Tchané, anciennement président de la Banque ouest- africaine de développement (BOAD).

“Les flux illicites sortant de l’Afrique s’élèvent à une moyenne annuelle de 50 milliards de dollars par an sur une période de 30 ans”, a affirmé Abdoulaye Bio Tchané citant le rapport Global Integrity, à l’ouverture d’un séminaire régional sur la corruption et les transferts illicites de capitaux. »

  

 

------------------------------------

1 - Les parlements africains exhortés à combattre le transfert illicite des fonds

ARUSHA, 5 septembre (Xinhua) — La Tanzanie a demandé jeudi aux parlements africains d’unir leurs forces pour lutter contre le transfert illicite des fonds car la pratique affecte l’économie du continent.

Le président du Comité des comptes publics du parlement tanzanien (PAC), Kabwe Zitto, a lancé cet appel à Arusha lors de la 10e conférence annuelle de la PAC de l’Organisation de la Communauté de développement de l’Afrique australe. « C’est un gros problème et ma suggestion est que même l’Organisation des comités des comptes publics de l’Afrique peut inclure ceci dans son agenda et engager d’autres organes tels que l’Union africaine », a déclaré M. Zitto.

« Il y avait une nécessité de rallier des efforts concertés pour combattre le transfert illicite des fonds, car l’information disponible indique clairement qu’aucun effort n’a été fait », a-t- il ajouté.

Le législateur a également déclaré que la fuite des capitaux de l’Afrique était si grave, et il est estimé que 420 milliards de dollars américains sur une période de 35 ans a été transféré hors du continent, tandis que le total des dettes extérieures des pays africains s”élèvait à 227 milliards de dollars américains sur la même période.

En exposant la gravité du problème, le député franc-parler a révélé qu’entre 2000 et 2010, plus de 844 milliards de dollars ont été transférés hors des pays en développement chaque année.

Il a déclaré que la Tanzanie était en train de perdre des revenus équivalents à 5% de son PIB en raison du transfertsillicite de fonds sous formes d’évasion fiscale, la fraude et la corruption, ce qui représente environ 1,25 milliards de dollars américains par an.

« Comme je l’ai mentionné plus tôt, les multinationales sont les champions des transferts illicites et celles qui ont investi en Tanzanie ne sont pas une exception. Dans la liste des 10 meilleurs contribuables en Tanzanie, sept utilisent des paradis fiscaux afin d’éviter de payer les impôts », a-t-il souligné. 

Il a également dit que sur les trois plus grandes compagnies de téléphonie mobile dans le pays, deux ont été enregistrées dans les paradis fiscaux de la Hollande et du Luxembourg pour éviter le paiement des impôts en Tanzanie.

 

Par Xinhua/ 5 septembre 2013

http://tchadinfos.com/afrique/parlements-africains-exhorts-combattre-transfert-illicite-fonds/

  

------------------------------

2 - Afrique : les transferts illicites de capitaux dépassent 50 milliards USD par an

ABIDJAN, 15 avril (Xinhua) — Le flux de transferts illicites de capitaux en Afrique se chiffre à 50 milliards de dollars par an, a révélé lundi à Abidjan l’économiste et banquier béninois, Abdoulaye Bio Tchané, anciennement président de la Banque ouest- africaine de développement (BOAD).

 “Les flux illicites sortant de l’Afrique s’élèvent à une moyenne annuelle de 50 milliards de dollars par an sur une période de 30 ans”, a affirmé Abdoulaye Bio Tchané citant le rapport Global Integrity, à l’ouverture d’un séminaire régional sur la corruption et les transferts illicites de capitaux.

Selon M. Bio Tchané, désormais président d’un cabinet d’expertise initiateur du séminaire en collaboration avec l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), “les 50 milliards de dollars enregistrés par an correspondent à deux fois l’ensemble de l’aide publique au développement reçue par l’Afrique subsaharienne”.

“Ces flux sont destinés aux banques et aux institutions off shore des pays développés”, souligne-t-il.

L’expert cite particulièrement des partenaires commerciaux de l’Afrique comme “l’Europe, les Etats-Unis, le Canada, la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et les pays du Moyen-Orient”. Il a relevé qu’en dépit de la volonté internationale de lutter contre le blanchiment d’argent, dans les années 1990, les attaques terroristes du 11 septembre 2001 et la crise financière internationale de 2008 ont révélé “le laxisme des gouvernements et des institutions face au financement du terrorisme et de mouvements de capitaux de manière illicite”.

 Le séminaire régional réunit une vingtaine de participants issus des inspections d’Etat, des ministères de l’Economie et des Finances, des directions des Douanes, des Impôts, du Trésor public et d’organes de lutte contre la corruption qui vont réfléchir pendant deux jours sur les moyens et méthodes à adopter pour mettre fin à “ce fléau qui influe négativement sur l’économie de l’espace UEMOA”.

“Plus que jamais, les techniques de lutte contre les trafics illicites de capitaux doivent être enseignées aux participants aux fins de jouer leur partition”, a indiqué Abdoulaye Bio Tchané qui a conclu en appelant de tous ses voeux à une “lutte engagée” contre le fléau.

Par Xinhua/ 6 avril 2013

http://tchadinfos.com/afrique/afrique-transferts-illicites-de-capitaux-dpassent-50-milliards-usd/

  

-------------------------------

Bienvenue sur cette nouvelle plate-forme économique, politique, scientifique et technologique panafricaine d’éveil et de sensibilisation dénommée Paix et Développement.com (www.paixetdeveloppement.com). Son slogan est : « Améliorer la gouvernance en Afrique pour consolider la paix et le développement ». Bonne et heureuse année 2014 à toutes et à tous. Responsable : N’DJA Boka/ Abidjan/ Côte d’Ivoire.