Publié le : 24-07-2020 à 10:45:51 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE ET ELECTRICITE : la politique énergétique problématique de l’Afrique du Sud (social et industries en difficulté)

 

« AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE/ NUCLEAIRE : la relance du programme nucléaire civil électrique envisagée pour produire 2500 MW. L’Afrique du Sud a engagé des discussions avec l’industrie nucléaire civile en vue de la relance des projets d’électricité dans le domaine, pour un programme de 2 500 mégawatts de capacités, a annoncé le ministère de l’Énergie dimanche, 14 juin 2020. La principale source d’électricité de l’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, est le charbon. Mais ses centrales à charbon sont vieillissantes et mal entretenues, provoquant depuis deux ans des pannes d’électricité à répétition qui handicapent gravement l’activité économique du pays, en récession.

Dans ce contexte, le gouvernement a décidé d’obtenir des informations sur « le coût » et la « durabilité » d’un programme nucléaire de 2,5 GW de puissance. »

 

Why nuclear power plants cost so much—and what can be done about ...


-----------------------------

 

South African chemicals producer seeks to procure 600 MW of ...


1 - AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE : l’appel d’offres de Sasol pour des centrales à énergie renouvelable

 

L’entreprise chimique sud-africaine Sasol vient de lancer un appel d’offres pour la construction de plusieurs installations de production d’énergies renouvelables en Afrique du Sud. Les producteurs indépendants d’électricité (IPP) ont jusqu’au 5 juin 2020 pour manifester leur intérêt pour ce projet…

 

Moody's downgrade forces drastic action from Sasol


En Afrique du Sud, Sasol veut réduire ses émissions de CO2. La deuxième entreprise du pays, spécialisée dans la transformation de charbon et de gaz naturel en hydrocarbures liquides, veut ainsi approvisionner ses installations en électricité via des sources d’énergies renouvelables. L’entreprise s’engage dans un plant de production de 600 MW en lançant un appel d’offres à l’intention des producteurs indépendants d’électricité (IPP).

 

« En octobre de l’année dernière, Sasol a publié son premier rapport sur le changement climatique dans lequel elle s’est engagée à réduire ses émissions absolues de gaz à effet de serre (GES) provenant de ses activités en Afrique du Sud d’au moins 10 % d’ici 2030, par rapport à 2017. L’entreprise a identifié les énergies renouvelables comme un levier clé pour réduire ses émissions de GES et évoluer vers une production plus durable », indique l’entreprise qui emploie plus de 30 000 personnes dans le monde.

 

Project Sasol | Mammoet | Heavy transport


_ Éviter les émissions de 1,6 million de tonnes de CO2 par an

Dans le cadre de son objectif climatique, l’entreprise privilégie les technologies éoliennes et photovoltaïques. Les projets proposés par les IPP doivent avoir une capacité d’au moins 20 MW avec la possibilité d’être installés près des installations de Sasol à Sasolburg dans la Province de l’État Libre et Secunda dans la province de Mpumalanga. L’entreprise donne également la possibilité aux IPP de produire de l’électricité via des centrales d’énergies renouvelables installées dans « dans toute l’Afrique du Sud ».

 

Sasol puts plans in place to deal with Solidarity strike by white ...


Les entreprises intéressées par l’appel d’offres de Sosol ont jusqu’au 5 juin 2020 pour se manifester. Le projet permettra de « réduire nos émissions de gaz à effet de serre d’environ 1,6 million de tonnes par an. Cela placera Sasol dans une position favorable pour respecter notre engagement de réduire nos émissions de gaz à effet de serre en Afrique du Sud d’au moins 10 % d’ici 2030 », affirme Hermann Wenhold, directeur du développement durable de Sasol. Les IPP sélectionnés à l’issue de l’appel d’offres signeront des contrats d’achat d’électricité (CAE) directement avec Sasol.

 

Source : www.afrik21.africa/ Par Jean Marie Takouleu/ Publié le 18 mai 2020 / Modifié le 18 mai 2020

 

https://www.afrik21.africa/afrique-du-sud-lappel-doffres-de-sasol-pour-des-centrales-a-energie-renouvelable/

 

Sasol inaugurates R1.5bn gas-fired power plant


-----------------------------

 

Two mammoth power plants are sinking Eskom and South Africa


2 - Afrique du Sud/ Energie/ Electricité : L’Afrique du sud va fournir 300 MW à la Zambie

 

La Zambie  est en train de négocier  avec la société sud-africaine d’électricité, Eskom  pour  importer 300 mégawatts (MW) d’électricité, a annoncé mardi 17 septembre, le ministre zambien de l’énergie,  Matthew Nkhuwa. S’exprimant  en marge d’un point de presse, consacré à la situation énergétique du pays, le ministre n’a pas donné de détail  pour le début des importations.


Zambia's debt glimpse the Future of Chinese Loan Financing in ...


Toutefois, le responsable n’a pas manqué de décrier la grave sécheresse au cours de ces dernières années, qui a entraîné un déficit de  production hydroélectrique. Il a indiqué que la Zambie a un déficit de puissance de plus de 750 MW en raison des bas niveaux d’eau dans les barrages hydroélectriques. Matthew Nkhuwa a également informé que le gouvernement envisage d’envoyer une délégation au Mozambique pour négocier un nouvel accord d’achat d’électricité. Secoué de plein fouet par cette crise, le gouvernement zambien subventionne l’électricité (facturation de l’électricité à un prix inférieur au coût de production) depuis plusieurs années. 


Engineering News - Lusaka transmission and distribution ...


Ce n’est que ces dernières années que le pays a décidé d’appliquer la vérité des prix. Sur ce, la Commission de régulation de l’énergie, a approuvé une hausse de 75% des prix de l’électricité pour les consommateurs domestiques. L’entité a également  instauré un tarif unique de 9,30 cents US / kilowattheure (kWh) pour les sociétés minières. La Zambie a revu ses prévisions de croissance en baisse, passant de 4% contre 2% pour cette année, en raison de l’impact du déficit énergétique et de la production agricole.

 

Source : www.financialafrik.com/ TAGS Afrique du Sud Eskom-Zambie/ Par Ibrahima jr Dia -17 septembre, 2019/

 

https://www.financialafrik.com/2019/09/17/lafrique-du-sud-va-fournir-300-mw-a-la-zambie/

 

S. Africa Begins Supply of 400 Megawatts to Zimbabwe, Zesa Says ...


-----------------------------

 

South African Capital Is Placed Under Provincial Administration ...


3 - Afrique du Sud : le ministère de l’Energie réduit son budget de 16 % à cause de la Covid-19

 

En Afrique du Sud, le ministère de l’Energie a réduit son budget à 7,8 milliards de rands (471 millions $) après une coupe de 1,5 milliard de rands en raison de la Covid-19. L’électrification rurale sera le principal secteur affecté par cette réduction avec 43 000 ménages électrifiés en moins. En Afrique du Sud, le ministère de l’Energie vient de réduire son budget pour l’exercice en cours de 16 %, passant ainsi de 9,3 milliards de rands à 7,8 milliards de rands (471 millions $). Cette baisse est due à l’impact de la pandémie de la Covid-19 sur le secteur, a expliqué le département ministériel et suit la révision de la feuille de route fiscale 2020/21 par le ministre des Finances.


S. Africa's energy minister admitted to hospital for COVID-19 ...


Le comité parlementaire des ressources minières et énergétiques, qui a validé le nouveau budget, a exprimé cependant une inquiétude. En effet, le Plan intégré d’électrification rural supporte à lui seul 2/3 des réductions budgétaires prévues. Ainsi, il recevra pour l’année 2 milliards de rands au lieu des 3 milliards initialement prévus. L’impact de cette réduction se traduira par 43 000 ménages sur 180 000 initialement prévus qui ne seront pas électrifiés. Les provinces du Kwazulu-Natal, de l’Eastern Cape et de Limpopo seront les plus affectées par cette situation.

 

Le comité parlementaire a donc recommandé que le ministère prenne des dispositions afin que le programme d’électrification rurale reçoive tout son financement à temps pour éviter que ce dernier ne soit réalloué ou non versé. Il a également encouragé le ministère de l’Energie à se rapprocher du Trésor national afin d’obtenir des fonds supplémentaires pour le programme dans le cadre de la déclaration de politique budgétaire à moyen terme prévue pour septembre.

 

Source : www.agenceecofin.com/ Gwladys Johnson Akinocho/ (Agence Ecofin)/ juillet 2020

 

https://www.agenceecofin.com/electricite/1507-78579-afrique-du-sud-le-ministere-de-l-energie-reduit-son-budget-de-16-a-cause-de-la-covid-19/

 

The Impact of COVID-19 on South Africa's Maritime Economy


-----------------------------

 



4 - AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE VERTE : la production d’électricité sera plus verte, de 2020 à 2030

 

Les autorités sud-africaines envisagent de produire moins de charbon, beaucoup d’éolien et une bonne dose de solaire. Dans le nouveau plan énergétique présenté le 18 octobre 2019, le gouvernement prévoit de produire 20 gigawatts (GW) d’énergie solaire et éolienne d’ici 2030. L’Afrique du Sud va verdir son bouquet énergétique. Le gouvernement vient d’approuver l’« Integrated Ressource Plan », une politique énergétique décennale, qui prévoit une production supplémentaire d’électricité de 27,4 gigawatts (GW) dans laquelle la part du renouvelable (solaire et éolienne) s’élève à 20 GW.


Sasol inaugurates R1.5bn gas-fired power plant


Le nouveau plan énergétique présenté le 18 octobre 2019 par le Département de l’énergie de l’Afrique du Sud (DOE) accorde la part du lion à l’énergie éolienne. Durant la période d’exécution de ce plan (2020-2030), les centrales éoliennes implantées devront générer un supplément de 14,4 GW, soit une augmentation annuelle de 1,5 GW. Ainsi, la capacité éolienne devrait passer d’environ 1,98 GW actuellement à 17,7 GW d’ici la fin de la décennie, ce qui représenterait alors 22,5 % du bouquet énergétique sud-africain.

 

Le deuxième volet du verdissement du mix énergétique sud-africain repose sur le solaire. Le DOE entend dans ce sens développer des capacités solaires de 6 GW supplémentaires à l’horizon 2030. Si ces attentes se concrétisent, l’Afrique du Sud disposerait alors de 8,28 GW d’énergie solaire photovoltaïque à l’échelle industrielle, ce qui représentera 10,5 % de son mix énergétique.

 



_ Un plan vert, pour le premier pollueur de continent

La politique énergétique sud-africaine à l’horizon 2030 laisse toutefois une place centrale au charbon. Le pays qui est le premier pollueur africain avec 86 % d’électricité produite à partir des centrales à charbon entend développer une nouvelle capacité de production de charbon de 1,5 GW d’ici 2030. À ce stade, le charbon représentera 43 % de la capacité de production d’énergie électrique. En dépit de la résistance du charbon dans la production énergétique sud-africaine, le nouveau plan stratégique énergétique, fort de son ancrage dans les énergies renouvelables, va contribuer à fournir aux populations une électricité stable, moins chère et peu polluante.

 

Chris Ahlfeldt, un spécialiste en énergie chez Blue Horizon Energy Consulting Services, a affirmé en février 2019 au magazine PV, que les énergies renouvelables étaient la solution aux multiples coupures d’électricité et à la demande croissante d’électricité en Afrique du Sud. Selon lui, les sources d’énergies renouvelables (solaire, éolienne et hydroélectrique) fournissent une solution plus sûre et moins chère, à même de surmonter la crise énergétique.

 

Source : www.afrik21.africa/ Par Boris Ngounou/ Publié le 25 octobre 2019 / Modifié le 25 octobre 2019/ Boris Ngounou

 

https://www.afrik21.africa/afrique-du-sud-la-production-delectricite-sera-plus-verte-de-2020-a-2030/

 



-----------------------------

 


 

5 – AFRIQUE DU SUD/ ELECTRICITÉ/ : Eskom annonce une vague de délestages

 

Eskom a initié le 14 mars un cycle de coupures de courant sur l’ensemble du réseau national, qui doit durer au moins jusqu’au 17 mars. La compagnie nationale de production et de distribution d’électricité est en proie à de graves difficultés financières qui pèsent sur l’économie nationale.

 



Eskom avait prévenu plusieurs fois du risque de délestage la semaine dernière, et appelé les ménages à restreindre leur consommation. Depuis le 14 mars, la compagnie coupe quotidiennement 2 000 mégawatts sur le réseau sud-africain, de 8 heures à 23 heures. Les coupures dureront jusqu’à dimanche, mais pourraient être étendues à la semaine prochaine, a annoncé l’entreprise. Ces coupures sont devenues monnaie courante en Afrique du Sud, dont le réseau électrique est alimenté à 90 % par la compagnie Eskom. En février, le pays a connu l’une des pires vagues de délestages de ces dernières années.

 


Eskom group treasurer resigns


_ Échéance présidentielle

Endettée à près de 27 milliards de dollars, éclaboussée par des scandales de corruption liés à la présidence de Jacob Zuma, la société a vu sa capacité de production réduite par l’insuffisance de ses dépenses d’entretien. Mandatés par Cyril Ramaphosa, le président sud-africain, des experts ont présenté récemment un plan de redressement de l’entreprise. Ils avaient notamment recommandé la scission d’Eskom en trois entités, respectivement chargées de la génération, de la transmission et de la distribution électrique.

 

La coupure actuelle, causée par la panne de l’une des centrales d’Eskom, vient réveiller les inquiétudes relatives à l’économie fragile du géant sud-africain, qui sort à peine d’une période de récession. Le mois dernier, le président Cyril Ramaphosa annonçait une injection de 5 milliards de dollars sur trois ans, visant à soutenir l’entreprise nationale. Un sujet épineux et prioritaire pour le chef de l’État, candidat à sa propre succession au scrutin présidentiel du 8 mai prochain.

 

Source : www.jeuneafrique.com/ 15 mars 2019/ Par Marième Soumaré/ Mis à jour le 17 février 2020/

 

https://www.jeuneafrique.com/749950/economie/afrique-du-sud-eskom-annonce-une-vague-de-delestages/

 

Electricity crisis: Why are we experiencing blackouts again?


-----------------------------

 

Eskom dealing with coal shortages at seven power stations


6 - AFRIQUE DU SUD/ ELECTRICITÉ : Cyril Ramaphosa propose de séparer Eskom en trois entités

 

Le président sud-africain a présenté son plan de redressement de l’entreprise publique d’électricité. Il souhaite une séparation entre production, transport et distribution au sein d’Eskom. « Eskom est en crise et les risques pour l’Afrique du Sud sont énormes. Cela pourrait gravement nuire à nos ambitions en matière de développement économique et social », s’est exclamé Cyril Ramaphosa le 7 février. Le président sud-africain a en effet profité de son deuxième discours sur l’état de la nation pour présenter son programme de réforme de l’entreprise publique d’électricité. « Pour assurer la crédibilité du plan de redressement et éviter une crise financière similaire dans quelques années, Eskom devra développer un nouveau modèle économique », a annoncé le président Ramaphosa.


SA power firm Eskom sues Deloitte for 'overcharging' - BBC News


Pour cela, le chef de l’Etat souhaite procéder « immédiatement » à une division de la société publique en trois entités : production, transport et distribution. Ces nouvelles structures seraient coiffées par un holding unique, Eskom Holdings. Selon lui, « cela nous permettra d’isoler les coûts et d’attribuer la responsabilité à chaque entité appropriée. Cela permettra également à Eskom de lever très facilement des fonds auprès des bailleurs de fonds et sur le marché pour financer ses différentes opérations ».


Centrale thermique de Kusile — Wikipédia


. 30 milliards d’endettement

Les autres composantes de son programme de redressement de l’entité publique incluent une hausse des tarifs de l’électricité, ainsi qu’un soutien budgétaire. « Le gouvernement appuiera le bilan d’Eskom, et le ministre des Finances fournira plus de détails à ce sujet dans le discours du budget. Nous le ferons sans alourdir les finances publiques par une dette ingérable », a-t-il précisé. La loi de finances doit être présentée le 20 février. L’endettement de l’entreprise publique s’élève à 30 milliards de dollars. « Les dettes de l’entreprise […] ont atteint 8,5% du PIB en fin d’année dernière. Le coût du service de la dette a absorbé 28 % des dépenses d’Eskom à la fin de 2018 », soulignait dans une note le cabinet Capital Economics, le 31 janvier 2019.

 

Inside Eskom National Control as peak pressures mount


En Afrique du Sud, « l’implosion d’une entreprise produisant 90 % de son électricité représente un risque systémique pour l’économie », poursuivent les analystes. « Lorsque les entreprises d’État ne sont pas en mesure d’obtenir un financement suffisant auprès des banques, des marchés financiers, des institutions de financement du développement ou du gouvernement, nous devrons explorer d’autres mécanismes, tels que les partenariats stratégiques en actions ou la vente d’actifs non stratégiques », a également annoncé Ramaphosa.

« Étant donné l’opposition des principaux syndicats, nous pensons que toute avancée vers la libéralisation du secteur sera très progressive et ne conduira probablement qu’à une privatisation partielle après un processus pluriannuel », juge pour sa part Capital Economics.

 

Source : www.jeuneafrique.com/ 09 février 2019/ Par Victor Bérenger/ Mis à jour le 11 février 2019/

 

https://www.jeuneafrique.com/732338/economie/electricite-cyril-ramaphosa-propose-de-separer-eskom-en-trois-entites/

 

SA's power stations and transmission lines (Eskom 2014d, p. 15 ...

ResearchGate/ SA's power stations and transmission lines (Eskom) 


-----------------------------

 

Inside Eskom National Control as peak pressures mount


7 – AFRIQUE DU SUD/ ELECTRICITÉ : des experts préconisent la scission d’Eskom en trois entités

 

Le groupe d’experts mandaté par le président Cyril Ramaphosa pour trouver une solution à la crise du géant public de l’électricité, dont la dette abyssale représente un risque pour l’économie nationale, a présenté ses conclusions devant des cadres de l’ANC. Des pertes de 2,3 milliards de rands (146 millions d’euros) au cours du dernier exercice, clos le 30 mars 2018, une dette estimée à 26,8 milliards d’euros, un passé émaillé de scandales financiers sous la présidence Zuma… Le géant public sud-africain de l’électricité a bien du mal à faire peau neuve.

 

Pour les agences de notation Fitch et Moody’s, cette situation représente même un risque pour l’ensemble de l’économie sud-africaine. Le dossier fait donc partie des priorités du président Cyril Ramaphosa qui, après avoir renouvelé la direction d’Eskom, a chargé un groupe d’experts d’étudier les possibilités de réforme de l’entreprise, asphyxiée par les contraintes fiscales, des effectifs pléthoriques, la stagnation de ses ventes ou encore la tendance haussière des cours du charbon.

 

South Africa Has a Sovereign Debt Problem. Its Name Is Eskom ...


_ Éviter la privatisation

Si ce dernier ne doit rendre officiellement ses conclusions que dans le courant de la semaine prochaine, il en a cependant partagé les grandes lignes avec des cadres de l’ANC. Plusieurs d’entre eux ont confié à Reuters que la proposition principale consistait en une « séparation fonctionnelle » du géant public en trois entités, respectivement chargées de la production, du transport et de la distribution de l’électricité, afin d’améliorer l’efficacité et la transparence.

 

Ces trois entreprises resteraient publiques, les préoccupations majeures de l’ANC étant d’éviter la privatisation et les licenciements massifs au sein de l’entreprise. Le président sud-africain souhaite aussi éviter que ce soit aux finances de l’État de prendre en charge la dette de l’énergéticien : en décembre 2018, il avait refusé une demande en ce sens de l’entreprise, portant sur un montant de 6,3 milliards d’euros, estimant qu’il « devait y avoir d’autres moyens » de sortir de la crise.

Si les premières fuites dans la presse des conclusions du groupe d’experts ont d’ores et déjà quelque peu rassuré les investisseurs, provoquant une hausse inédite en cinq mois des obligations Eskom, rapporte Reuters, ces derniers attendent avec impatience que le président sud-africain annonce un « plan de sauvetage crédible » pour l’entreprise.

 

Source : www.jeuneafrique.com/ 25 janvier 2019/ Par Nelly Fualdes/

 

https://www.jeuneafrique.com/715482/economie/afrique-du-sud-des-experts-preconisent-la-scission-deskom-en-trois-entites/

 

McKinsey Offers to Repay Fee Billed to South Africa's Eskom ...


-----------------------------

 

Eskom failed to act with urgency to address power crisis - Ramaphosa

 

8 – AFRIQUE DU SUD/ ELECTRICITE : La crise de l'électricité s'aggrave en Afrique du Sud

 

La crise de l'électricité s'est encore aggravée lundi en Afrique du Sud après la décision de la compagnie nationale d'intensifier les rationnements de courant imposés depuis plusieurs jours à ses usagers à cause des intempéries. Ces "délestages" sont les plus graves subis par la première puissance industrielle du continent africain depuis dix ans. Depuis jeudi, le groupe public Eskom, qui fournit 95% de l'électricité du pays, est contraint de suspendre par roulement l'approvisionnement en électricité d'une partie de ses usagers en raison, selon l'entreprise, des précipitations qui ont mouillé des stocks de charbon alimentant ses centrales.


South Africa to impose its biggest rolling power blackouts ...


Lundi, un problème technique survenu dans une centrale l'a contraint à réduire la puissance disponible de 6 000 mégawatts, sur une capacité totale de production de 44 000 mégawatts. "Les pluies incessantes ont commencé à inonder des centrales, ce qui a encore accru la baisse de nos capacités de production", a justifié le groupe public. Lundi, la compagnie diamantifères Petra Diamonds a annoncé la suspension de ses activités en Afrique du Sud, faute d'électricité. L'essentiel de l'électricité produite par Eskom provient de centrales à charbon mal conçues, vieilles et mal entretenues, une situation provoquant régulièrement des coupures.


South Africa: African Development Bank Board approves third ...


Le groupe croule également sous une dette abyssale de 26 milliards d'euros et a annoncé en juillet une perte nette record de 20,7 milliards de rands (1,3 milliard d'euros) pour l'exercice qui s'est achevé en mars dernier. Plusieurs entreprises publiques sud-africaines traversent de graves difficultés, conséquences d'années de mauvaise gestion et de corruption sous la présidence de Jacob Zuma (2009-2018). 


La semaine dernière, la compagnie aérienne South African Airways (SAA), sous perfusion d'argent public depuis des années, a été placée en redressement pour lui éviter la faillite. "Nous ne laisserons pas tomber ces entreprises stratégiques", a une nouvelle fois promis lundi le président Cyril Ramaphosa, "nous prendrons toutes les mesures nécessaires, y compris les plus drastiques, pour les remettre sur pied". Les pannes d'électricité pèsent sur l'économie au ralenti du pays, sous la menace d'une nouvelle dégradation de sa note financière.

 

Source : www.connaissancedesenergies.org/ AFP parue le 09 déc. 2019/ Tous droits de reproduction et de représentation réservés – © Agence France-Presse

 

https://www.connaissancedesenergies.org/afp/lafrique-du-sud-encore-un-peu-plus-plongee-dans-le-noir-191209/

 

Eskom in danger of collapse without bailout, South Africa says ...


-----------------------------

 

Sasol donates $40m to Mozambique ahead of new contract signing ...


9 - L’Afrique du Sud va augmenter sa production d’électricité à base de charbon

 

L’Afrique du Sud, un des pays les plus pollueurs de la planète, a annoncé vendredi qu’elle allait encore augmenter sa production d’électricité à base de charbon dans les dix prochaines années, provoquant l’ire des défenseurs de l’environnement. Le charbon, principale source d’électricité en Afrique du Sud, “va continuer à jouer un rôle significatif dans la production électrique puisque le pays dispose de cette ressource en abondance”, a déclaré le ministre de l’Energie, Gwede Mantashe, lors d’une conférence de presse à Pretoria. Il présentait le très attendu plan du gouvernement en matière d’électricité pour les dix prochaines années, alors que le pays, première puissance industrielle du continent, a renoué depuis mercredi avec les coupures de courant.


New study shows that South African coal sector is in a state of ...


Ces délestages sont liés, selon les autorités, à des pannes dans des centrales à charbon vieillissantes et mal entretenues. D’ici 2030, l’Afrique du Sud produira 1.500 mégawatts supplémentaires à partir du charbon, a annoncé M. Mantashe. L’Afrique du Sud produit actuellement environ 47.000 mégawatts, via le géant public de l’électricité Eskom, en grandes difficultés financières et techniques. Le charbon “restera la principale source d’énergie, contribuant à hauteur de 59%” à la production d’énergie nécessaire pour répondre à la demande d’ici 2030, selon le ministre. Le reste de l’énergie sera produite par le nucléaire (5%), l’hydroélectrique (8%), le solaire (6%), l’éolien (18%) et le gaz (2%), a-t-il précisé, réaffirmant toutefois l’engagement de l’Afrique du Sud à respecter l’Accord de Paris sur le changement climatique et à “réduire les émissions” de gaz à effet de serre.


S. Africa Sued for Eskom, Sasol Air Pollution in Coal Belt - Bloomberg


Ce plan a provoqué l’indignation des ONG de protection de l’environnement. Il “contredit le besoin urgent d’une transition juste et est complètement déconnecté de la réalité”, ont estimé plusieurs ONG dont Greenpeace. “L’Afrique du Sud est déjà l’une des régions les plus polluées au monde”, ont-elles rappelé dans un communiqué, “l’augmentation irrationnelle de l’utilisation du charbon va rendre l’air encore plus meurtrier”. En juin, des ONG avaient décidé d’attaquer en justice le gouvernement sud-africain pour avoir “violé le droit” constitutionnel des citoyens à respirer un air sain dans le nord-est charbonnier du pays.

 

Source : www.lemondedelenergie.com/ AFP/ Publié le 18.10.2019/

 

https://www.lemondedelenergie.com/afrique-du-sud-electricite-charbon/2019/10/18/

 

Sasol's gas engine power plant goes live | Sasol


-----------------------------

 

Eskom claims its ready for new nuclear

ESI Africa/ Eskom claims its ready for new nuclear


10 – AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE/ NUCLEAIRE : la relance du programme nucléaire civil électrique envisagée pour produire 2500 MW

 

Le gouvernement a décidé d’obtenir des informations sur « le coût » et la « durabilité » d’un tel programme, selon un communiqué du ministère de l’Énergie publié le 14 juin. L’Afrique du Sud a engagé des discussions avec l’industrie nucléaire civile en vue de la relance des projets d’électricité dans le domaine, pour un programme de 2 500 mégawatts de capacités, a annoncé le ministère de l’Énergie dimanche, 14 juin 2020. La principale source d’électricité de l’Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, est le charbon. Mais ses centrales à charbon sont vieillissantes et mal entretenues, provoquant depuis deux ans des pannes d’électricité à répétition qui handicapent gravement l’activité économique du pays, en récession.


Russia lands nuclear bombers in Africa as Putin hosts continent's ...


Dans ce contexte, le gouvernement a décidé d’obtenir des informations sur « le coût » et la « durabilité » d’un programme nucléaire de 2,5 GW de puissance. Les partenaires intéressés sont appelés à se faire connaître auprès des autorités sud-africaines. « Compte tenu du long délai de production d’une nouvelle capacité nucléaire, une planification en amont est nécessaire pour sécuriser l’approvisionnement en énergie » de l’Afrique du Sud, a ajouté le ministère de l’Énergie.

 

Zambian Parliamentaries Reviewed Russian Advanced Nuclear Technology

Rusatom Overseas/ Zambian Parliamentaries Reviewed Russian Advanced Nuclear Technology


L’Afrique du Sud est le seul pays du continent à avoir une énergie nucléaire civile. Ses deux réacteurs de la centrale de Koeberg (sud-ouest), en service depuis plus de 30 ans, ont une puissance cumulée de 1 860 mégawatts et satisfont environ 4% des besoins électriques du pays. L’ex-président sud-africain Jacob Zuma, contraint à la démission en 2018, avait lancé un projet pharaonique de six à huit nouveaux réacteurs d’une capacité totale de 9 600 MW. Mais son prix estimé, supérieur à 1 000 milliards de rands, soit environ 52 milliards d’euros, faisait polémique dans un pays à l’économie fragile depuis une décennie. Plusieurs pays, dont la Russie, la France, la Corée du Sud et les États-Unis, s’étaient à l’époque mis sur les rangs.

 

Source : https://energies-media.com/ Posté le 16 juin 2020/ Par Energies Media avec AFP/

 

https://energies-media.com/afrique-du-sud-electricite-la-relance-du-programme-nucleaire-civil-envisagee-pour-produire-2500-mw/

 

Kudankulam Nuclear Power Plant update – completion cost of the six ...


-----------------------------


Could Total's gas find be a game-changer for South Africa's energy ...

 

11 – AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE : L’Afrique du Sud pourrait-elle devenir un grand du pétrole en Afrique ?

 

Total, dont le bénéfice net a augmenté de 33% à 11,44 milliards de dollars en 2018, a annoncé le 7 février 2019 avoir réalisé une découverte "importante" d'hydrocarbures au large de l’Afrique du Sud. Il s'agit "probablement d'un gros gisement", dont "l'exploitation s'annonce difficile", a précisé le PDG de Total, Patrick Pouyanné. La découverte de gaz à condensats (hydrocarbures à l'état gazeux et liquide) a eu lieu dans le bassin de l'Outeniqua, à 175 kilomètres au large de la côte sud du pays, a indiqué le groupe pétrolier et gazier. "La découverte (du puits) Brulpadda (…) a été réalisée en eaux profondes dans un environnement difficile", a commenté le directeur du service exploration de Total, Kevin McLachlan, cité dans un communiqué de presse.


South Africa to invest $1 billion in South Sudan's oil sector ...


Les équipes de recherche ont travaillé à partir d’"un navire de forage de la dernière génération", selon ce document. "Le puits a traversé 57 mètres nets de gaz à condensats dans des réservoirs du Crétacé Inférieur. Devant la réussite de l’objectif principal, le forage du puits s’est poursuivi vers l’objectif secondaire de Brulpadda-deep jusqu’à une profondeur finale de 3 633 mètres, qui a également obtenu des résultats positifs", poursuit le communiqué de la compagnie française.


South Africa Oil and Gas Industry Trends 2017 and Outlook of ...


_ Exploitation difficile

"Il s'agit d'un gisement qui pourrait représenter un volume d'environ 1 milliard de barils, du gaz et des condensats", a commenté de son côté devant la presse le PDG de Total, Patrick Pouyanné, en présentant les résultats 2018 de son groupe. "C'est probablement un gros gisement", a-t-il ajouté, "mais dans une région où l'exploitation s'annonce difficile, avec de fortes vagues et une météo pas très facile". Ces conditions météo difficiles avaient contraint Total à suspendre une précédente campagne de recherches dans ce même secteur en 2014. La zone ("bloc" en langage professionnel pétrolier) où a eu lieu la découverte "couvre une superficie de 19 000 km2, avec des profondeurs d’eau comprises entre 200 et 1 800 mètres", précise Total.

 

Elle est exploitée par le groupe pétrolier "qui y détient une participation de 45%, aux côtés de Qatar Petroleum (25%), CNR International (20%) et du consortium sud-africain Main Street (10%)". Après le succès du puits Brulpadda, les partenaires ont prévu de mener une campagne d'étude sismique puis de forer jusqu'à quatre puits d'exploration.


Refining and Oil Export Slowdowns Among Top Issues | Rigzone


_ Les principaux producteurs africains

L’Afrique du Sud a de "faibles ressources" (pétrolières) "prouvées et exploitées", de l’ordre de 20 000 barils par jour (b/j), observe l’Institut français des relations internationales (IFRI). Jusqu'à cette découverte, le pays possédait des réserves estimées en 2016 à 0,1 milliard de barils, selon la même source. Conséquence : cette situation n’a "pas favorisé l’éclosion de nombreuses sociétés locales actives dans l’exploration/production". En 2017, les principaux producteur africains de pétrole étaient le Nigeria (2,037 millions b/j), l’Angola (1,70 million b/j), l’Algérie (1,64 million b/j) et la Libye (0,85 million b/j).

 

Source : www.francetvinfo.fr/ Laurent Ribadeau Dumas/ Rédaction Afrique/ France Télévisions/ Mis à jour le 08/02/2019/ Publié le 08/02/2019/

 

https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/economie-africaine/lafrique-du-sud-pourrait-elle-devenir-un-grand-du-petrole-en-afrique_3179297.html/

 

L'industrie pétrolière sera un catalyseur de la fortune ...


-----------------------------

 

Afrique du Sud : le gaz, une alternative | Financial Afrik


12 – AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE : Total s'apprête à forer un nouveau puits d'exploration en Afrique du Sud

 

Total a annoncé le 5 novembre le forage d'un nouveau puits d'exploration au large de l'Afrique du Sud. Le projet devrait débuter au premier trimestre 2020. Total va forer un nouveau puits d'exploration au large de l'Afrique du Sud au premier trimestre 2020. Le puits sera situé dans le bloc offshore sud-africain 11B/12B, a annoncé mardi 5 novembre un responsable du groupe français lors d'une conférence organisée au Cap (Afrique du Sud).


Africa oil and gas review 2019


_ Entre 500 millions et 1 milliard de barils

L'entreprise pétrolière avait arrêté ses forages en eaux profondes sud-africaines dans le gisement de Brulpadda en 2014 après des difficultés sur sa plate-forme. Elle a fait son retour sur ce même champ en décembre 2018 et avait annoncé en février 2019 la découverte d'un important gisement de gaz sur place. Le groupe français a indiqué que le champ de Brulpadda pourrait receler entre 500 millions et 1 milliard de barils équivalent pétrole (bep). L'un de ses partenaires sur ce projet s'est montré encore plus optimiste, envisageant un potentiel de l'ordre de 1,5 à 3 milliards de barils.

 

Source : www.usinenouvelle.com/ PUBLIÉ LE 05/11/2019/ MIS À JOUR LE 06/11/2019/ Avec Reuters (Wendell Roelf, Nicolas Delame pour le service français)

 

https://www.usinenouvelle.com/article/total-s-apprete-a-forer-un-nouveau-puits-d-exploration-en-afrique-du-sud.N900929/

 

Total signs first post-sanctions Western energy deal with Iran ...


-----------------------------

 

Shale gas could make S.African energy self-sufficient: Shell


13 – AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE : L'Afrique du Sud accélère dans l'exploration du gaz de schiste

 

Le gouvernement sud-africain prévoit d'accélérer l'exploration du gaz de schiste dans le sud du bassin principal du Karoo afin de maximiser la production et remodeler l'économie énergétique du pays.

 

_ Une composante majeure du mix énergétique

L'annonce a été faite par Gwede Mantashe, ministre sud-africain des Ressources minérales, lors de son discours au parlement le 15 mai 2018. Dans son discours, le ministre a souligné l'importance du gaz de schiste pour améliorer la stabilité économique en Afrique du Sud. Selon PetroSA, le bassin principal du Karoo pourrait contenir environ 62,4 milliards de mètres cube de gaz de schiste pouvant être « techniquement récupérables ». Le gaz naturel devenant un moteur essentiel de la transformation de l'économie mondiale, les nouvelles découvertes de gaz de schiste en Afrique du Sud devraient intensifier la sensibilisation au gaz naturel en tant que composante majeure du mix énergétique du pays.


Afrique du Sud : l'exploitation du gaz pourrait réduire la crise ...


Le ministre a ajouté que le gouvernement sud-africain prévoit d'accélérer la finalisation des demandes de droits d'exploration, afin que l'Afrique du Sud puisse atteindre ses objectifs de développement économique en transformant son secteur énergétique. Gwede Mantashe a précisé que le gouvernement sud-africain publierait prochainement un avis sur la Loi sur la promotion de la justice administrative, invitant les gens à commenter cette future décision. Jusqu'à présent, le gouvernement sud-africain a reçu trois demandes de droits d'exploration de gaz de schiste, a-t-il noté.

 

Source : www.legazdeschiste.fr/ Romain/ Le 30 mai 2018

 

https://www.legazdeschiste.fr/prospection-en-afrique-et-amerique-latine/30052018,l-afrique-du-sud-accelere-dans-l-exploration-du-gaz-de-schiste,1334.html/

 

South Africa To Speed Up Shale Gas Exploration - The Global ...

GWPF/ South Africa To Speed Up Shale Gas Exploration">


-----------------------------

 

Air Liquide starts up world's largest oxygen production unit ...


14 – AFRIQUE DU SUD/ ENERGIE/ CHIMIE : Air Liquide met en service la plus grande unité de production d’oxygène du monde (Sasol)

 

Air Liquide a récemment procédé au démarrage de la plus grande unité de production d’oxygène du monde pour Sasol, entreprise internationale intégrée des secteurs de l’énergie et de la chimie. Air Liquide a investi environ 200 millions d’euros pour la construction de cette ASU d’une capacité totale de 5 000 tonnes d’oxygène par jour (soit l’équivalent de 5 800 tonnes par jour au niveau de la mer) à Secunda.

 

Sasol cited over Mozambique costs | CrudemixAfrica


Elle est gérée et exploitée par Air Liquide, Sasol ayant choisi d’externaliser pour la première fois sur ce site ses besoins en oxygène à un spécialiste de la production de gaz industriels. Implantée sur le site de Sasol à Secunda (à 140 km environ à l’est de Johannesburg), la nouvelle ASU fournit à Sasol de grandes quantités d’oxygène utilisées dans la production de carburants et de produits chimiques.

 

La mise en service de cette ASU est une nouvelle étape majeure du partenariat existant entre Air Liquide et Sasol qui porte à 17 le nombre d’unités de séparation des gaz de l’air livrées à Sasol au cours des 40 dernières années, avec une capacité de production totale d’oxygène supérieure à 45 000 tonnes par jour. De plus, c’est la première fois que Sasol choisit d’externaliser sur le site de Secunda son approvisionnement en oxygène, reconnaissant ainsi l’expertise d’Air Liquide dans le domaine de la production d’oxygène et l’importance de la relation de longue durée entre les deux sociétés.


Air Liquide - Wikipedia


L’unité a été conçue et construite par les équipes d’Ingénierie et Construction d’Air Liquide, qui ont eu recours à des technologies de pointe offrant les meilleures performances en termes de sécurité, de fiabilité et d’efficacité, tout en augmentant les capacités de production. La conception de l’ASU repose sur des technologies propriétaires d’Air Liquide incluant plusieurs innovations dans le procédé de compression de l’air, ce qui permet de réduire la consommation annuelle d’électricité de Sasol de plus de 20%, et de contribuer à diminuer son empreinte carbone.

 

De la conception à la mise en service, la nouvelle ASU a été livrée en moins de trois ans, conformément aux prévisions. Elle représente également une nouvelle source de gaz liquides pour Air Liquide permettant au Groupe d’approvisionner le marché en croissance des gaz industriels en Afrique du Sud.


Arrival of a giant


François Jackow, membre du Comité Exécutif d’Air Liquide supervisant le Moyen-Orient et l’Afrique, a déclaré : « Nous sommes fiers de renforcer notre partenariat stratégique avec Sasol, qui repose sur la confiance et l’engagement à long terme. Ce projet illustre la capacité d'Air Liquide à gérer de très grands projets innovants. Avec cette nouvelle unité, Sasol externalise pour la première fois son approvisionnement en oxygène sur son site de Secunda, confirmant ainsi le leadership du Groupe dans les technologies de production d’oxygène et son engagement en faveur du développement économique et social de l’Afrique du Sud. »

 

Bernard Klingenberg, Vice-Président exécutif de Sasol, en charge des Opérations, a déclaré : « La mise en service réussie de cette ASU de pointe cimente le partenariat stratégique et de long terme entre Sasol et Air Liquide. Elle apporte une expertise de premier plan en matière d'approvisionnement en oxygène et une fiabilité à long terme à nos opérations sur le site de Secunda. En outre, cette étape importante conforte notre chaîne de valeur intégrée en Afrique du Sud qui constitue une plateforme robuste pour la croissance à long terme de Sasol et pour sa contribution à l’économie du pays. »

 

Source : https://fr.media.airliquide.com/ 1 février 2018/ Juillet 2020

 

https://fr.media.airliquide.com/actualites/afrique-du-sud-air-liquide-met-en-service-la-plus-grande-unite-de-production-doxygene-du-monde-2b84-1ba6d.html/

 

Sasol's insane bursary is now open to candidates – here's what it ...


-----------------------------

 

Russia's Putin Boasts Of Signing Military Deals With 30 African ...