Publié le : 06-11-2014 à 14:19:39 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

AFRIQUE/ ETAT ET DEVELOPPEMENT : quel type d’Etat pour impulser efficacement le développement ?

 

Introduction : En Afrique, le débat sur le mode d’organisation de l’Etat, susceptible d’impulser efficacement le développement, semble se muer rapidement en querelles stériles d’ordre autonomiste ou indépendantiste. Les critiques sont quelquefois si violentes qu’on peut se poser des questions sur l’opportunité de telles réflexions. L’Etat unitaire peut-il encore garantir le développement en Afrique, après plus de 40 ans d’échecs dans l’éradication de la pauvreté en Afrique francophone ?    




En réalité, le concept d’Etat unitaire ou d’Etat fédéral ne constitue qu’un mode d’organisation de l’Etat ou une des formes de l'Etat. Chacun, selon sa sensibilité et sa formation, peut opter pour l’un ou l’autre modèle d’organisation. A titre de simple illustration, le débat sur l’éventuel fédéralisme au Mali, pour renforcer l’organisation politique de ce pays frère, se corse rapidement. A croire que le Mali, Etat unitaire confronté à un réel problème irrédentiste, est plus uni que le Nigéria, Etat pourtant fédéral. C’est également le cas pour la France, notre modèle d’unité, paradoxalement confrontée à un grave problème séparatiste, alors que les Etats-Unis d’Amérique, Etat fédéral, sont plus unis que jamais.   

Assimiler donc le fédéralisme à une tentative de morcellements indépendantistes ou autonomistes de nos fragiles Etats est simplement malhonnête. Le refus, sans aucune raison pertinente, du fédéralisme à l’intérieur des frontières, contraste paradoxalement avec les aspirations et relents outrancièrement fédéralistes et unionistes des-mêmes, lorsqu’il s’agit de l’unité politique et économique de l’Afrique (Etats-Unis d’Afrique, Etats fédérés de la CEDEAO, de l’UEMOA, de la SADC, etc.) Toutes choses qui semblent confirmer malheureusement les velléités inavouées de leadership et de contrôles de ressources. Et en lisant ce qui suit, on peut comprendre aisément pourquoi…

 


 

 


1/ - Quelques limites de l’Etat unitaire :

_ Administration centralisée à l’excès (tous les services et toutes les infrastructures économiques et sociales dignes et fonctionnelles sont localisés dans la capitale politique ou économique) ;

 

_ Présence limitée de l’Etat au niveau local avec des inconvénients (implantation durable de la pauvreté causée par la défaillance de l’Etat, problèmes récurrents de sécurité, diffusion insuffisante du développement au niveau local, décentralisation budgétivore et incapable d’impulser le développement régional, décentralisation favorisant en réalité des détournements massifs, détournement des fonds publics favorisé par des contrôles insuffisants ou inexistants, diffusion facile des menaces (sécuritaires, terroristes, politiques) due à la faiblesse l’Etat) ;

 

_ Chômage élevé des jeunes car l’Etat unitaire est le seul véritable employeur public ;

 

_ Perspectives socio-économiques réduites en réalité par l’étouffement larvé des initiatives régionales en matière de développement économique et social local ;

 

_ Faible niveau local de responsabilité en matière de suivi du développement (fédéralisme : le développement local est suivi au niveau étatique ce qui stimule fortement la gouvernance et la responsabilité des acteurs), etc.

 


Cross River state : first monorail for Nigeria

 


2/ - Avantages possibles de l’Etat fédéral en matière de développement :  

Une précision : le fédéralisme est un mode d’organisation de l’Etat pour plus d'efficacité. Dans une fédération, les Etats fédérés ne sont pas indépendants. (Exemple du Nigéria en Afrique). Des petits pays peuvent adopter cette forme d'Etat : exemple de la Suisse, connue comme un modèle de paix, de stabilité politique et de prospérité en Europe.

 

Les avantages possibles du fédéralisme :

_ présence renforcée de l’Etat à deux niveaux dans le pays (Etat central fédéral et état fédéré local),

_ existence également de deux niveaux élevés de compétence concernant le pouvoir (exécutif, législatif et judiciaire),

_ démultiplication des services et des postes de travail avec son corollaire, la réduction importante du chômage des jeunes cadres,

_ répartition équitable du budget au niveau des Etats fédérés,

_ renforcement  du développement local avec des infrastructures et des équipements de haut niveau,

_ présence renforcée de l’Etat au niveau local, pour faire face à toutes les formes de menaces (sécurité, terrorisme, crise alimentaire, maladies, etc.),

_ réduction de l’exode rural, par le développement responsable et équilibré des grandes régions du pays, 

_ présence in situ de toutes les autorités politiques et administratives locales pour suivre, arbitrer et contrôler effectivement le développement. (Etat unitaire : une fois élues, les autorités locales désertent les lieux en réalité et semblent attendre les prochaines élections, financées souvent sur la base de fonds malhonnêtes), etc. 

 

 

 

3/- Des critiques à prendre en compte : il s’agit de sortir des anciens modèles de développement fondés sur l’injustice et l’abandon de régions entières livrées au sous-développement, à la pauvreté, à la maladie et au banditisme.

 

Car en réalité, les pourfendeurs du fédéralisme semblent cacher un secret inavoué propre à l’Etat unitaire dirigiste. Ici malheureusement et très souvent, on constate ce qui suit : les gisements d’hydrocarbures sont à l’ouest et les profiteurs patentés à l’est, les mines au nord et les heureux élus au sud, les niches fiscales au centre et les profiteurs à l’extrême nord, etc.

 

On peut multiplier les critiques rattachées aux limites de l’Etat unitaire : budget de l’Etat volé au profit de certaines régions ou ethnies et exécuté dans le cafouillage total, inexistence de clé de répartition des ressources nationales au profit des diverses localités, détournement massif de l’argent public par des cadres de certaines régions en toute impunité, absence de contrôles étatiques réels au niveau local, chômage des jeunes né de l’absence de perspectives d’emplois, etc.

Ressources pour le fonctionnement de la machine politique et administrative de l’Etat fédéral : En fait, il faut rappeler que dans un Etat, on prévoit les charges indispensables et ensuite on cherche des ressources...


 


Concernant la Côte d’Ivoire mon pays, un schéma théorique de 10 Etats fédérés (y compris le territoire de l’Etat fédéral) est parfaitement envisageable. Les conseils généraux et districts, dans leurs formulations actuelles, n’ont plus d’intérêt et peuvent disparaître au profit des entités étatiques locales. Les communes n'auront plus d'attributions en matière d'investissements, sauf ceux exceptionnellement financés sur des ressources propres.

L’objectif visé est de dégager des ressources importantes destinées aux investissements et de tendre vers mieux d’Etat, en réduisant les actes de corruption et d’incompétence dans la conduite des affaires publiques.  

 

Ce sont des réflexions  pour contribuer à faire avancer l’Afrique… 

  

 

 

N'DJA BOKA, haut fonctionnaire (Trésor public), expert en Comptabilité publique, diplômé en Relations internationales, cadre du PDCI-RDA (RHDP).