Publié le : 16-09-2019 à 12:26:29 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

VATICAN/ EGLISE CATHOLIQUE : le pape François en visite pastorale en Afrique (Mozambique, Madagascar, Ile Maurice)

 

« En voyage au Mozambique, le pape salue le récent accord de paix : Le pape François a salué jeudi l'accord de paix signé récemment au Mozambique, première étape de sa tournée africaine, et dit "partager la souffrance" des centaines de milliers de personnes sinistrées par les deux cyclones qui ont dévasté cette année ce pays très pauvre. "Vous avez signé, il y a environ un mois, (...) l'accord du cessez-le-feu définitif entre frères mozambicains. C'est un jalon que nous saluons et espérons décisif", a déclaré le souverain pontife lors de son premier discours depuis son arrivée, mercredi soir, au Mozambique.

Un traité de paix historique a été signé le 6 août entre le gouvernement de Maputo et la Renamo, l'ancienne rébellion devenue principal parti d'opposition. Une guerre civile avait pris fin voici vingt-sept ans, mais la Renamo n'avait jamais désarmé.

Le pape François, qui s'exprimait jeudi notamment devant le président mozambicain Filipe Nyusi et le chef de la Renamo, Ossufo Momade, a loué "les efforts qui, depuis des décennies, sont accomplis afin que la paix redevienne la norme". »


Résultat de recherche d'images pour

  

---------------------------

 

Image associée


1 - Le pape François au Mozambique pour encourager les efforts de paix

 

Le pape François est arrivé mercredi au Mozambique, où il doit rencontrer la classe politique pour encourager à consolider le récent accord de paix. Il poursuivra son voyage en direction de Madagascar et de l'île Maurice. Acclamé par la foule à son arrivée au Mozambique mercredi 4 septembre, le pape François doit rencontrer jeudi matin les forces politiques et civiles du pays.

 

Le souverain pontife cherche à les encourager à consolider un accord de paix encore tout frais. La visite du pape dans l'ex-colonie portugaise à majorité chrétienne, dans le sud-est de l'Afrique, intervient en effet un mois après la signature d'un traité de paix historique entre le gouvernement de Maputo et la Renamo, ancienne rébellion devenue le principal parti d'opposition au Mozambique. Une guerre civile avait pris fin voici 27 ans, mais la Renamo n'avait jamais désarmé. Dans un message vidéo en portugais destiné aux Mozambicains, le chef des 1,3 milliard de catholiques de la planète a déjà appelé à renforcer "la réconciliation fraternelle au Mozambique et en Afrique, seule espérance pour une paix solide et durable".

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Rencontre avec le président

Il débute jeudi sa journée par une rencontre privée avec le président Filipe Nyusi, qui souhaite briguer un deuxième mandat lors d'une élection prévue le 15 octobre. Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés voici un an au Vatican. Le pape ne se rendra pas pour des questions logistiques à Beira (centre), la deuxième ville du pays balayée en mars par le cyclone Idai, qui a fait 600 morts et des centaines de milliers de sans-abri. "Même si je ne peux pas aller au-delà de la capitale, mon cœur vous rejoint et vous embrasse tous, avec une place spéciale pour ceux qui vivent dans la difficulté", leur a-t-il dit, en amont du voyage.

 

En se rendant dans l'une des régions les plus déshéritées de la planète, frappée par les catastrophes sanitaires, le chômage et les inégalités sociales, Jorge Bergoglio, qui a côtoyé les bidonvilles d'Argentine, entend afficher sa proximité. Tout particulièrement avec les jeunes du pays, de toutes confessions, qu'il rencontrera en fin de matinée.


Résultat de recherche d'images pour


_ La crise climatique au menu

François pourrait aussi s'exprimer sur l'urgence climatique. Selon la Banque mondiale, le Mozambique, avec ses plus de 2 000 km de côtes le long de l'océan Indien, figure dans la liste des dix pays les plus menacés par les conséquences du changement climatique. Le "pape des pauvres", qui effectue du 4 au 10 septembre son deuxième voyage pontifical en Afrique subsaharienne, se rendra aussi à Madagascar, où la déforestation commence à être préoccupante, et terminera sa visite par la petite île touristique plus opulente de Maurice, également dans l'océan Indien.

 

Pour marquer la venue exceptionnelle du pape au Mozambique, le gouvernement a consacré l'équivalent d'environ 300 000 euros aux préparatifs, une somme qui a permis de remettre en état la cathédrale de Maputo et des rues de la capitale. Et le stade Zimpeto, où François doit célébrer une messe vendredi, est fin prêt.

 

Avec AFP/ Publié le : 05/09/2019/ Modifié le : 05/09/2019/ Texte par : FRANCE 24/ |

Vidéo par : FRANCE 24

 

https://www.france24.com/fr/20190905-pape-francois-mozambique-encourager-efforts-paix/


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


2 - En visite au Mozambique, le pape appelle à la paix, dans un stade en délire

 

Le pape François a terminé ce vendredi 6 septembre sa visite au Mozambique par un rendez-vous privé avec les « marginalisés » du sida, fléau persistant dans le pays, avant d'être accueilli dans un stade en délire où il a lancé un dernier appel à « la paix » en fustigeant l'esprit de vengeance. Clameur de joie, courses folles et danses rythmées ont marqué l'arrivée de la papamobile, où se dressait la silhouette blanche du pape, dans un stade d'une périphérie déshéritée de Maputo, la capitale, où 60 000 fidèles ont convergé selon les organisateurs.


Résultat de recherche d'images pour


Le Mozambique, majoritairement chrétien (qui compte 28% de catholiques), est l'un des pays le plus pauvres de la planète. Malgré leurs très faibles ressources, des habitants sont venus des confins du pays pour représenter leurs diocèses et transmettre ensuite les paroles du pape. « On ne peut pas penser à l'avenir, construire une nation, une société fondée sur +l'équité+ de la violence », a lancé François aux fidèles lors de cette messe géante, quelques heures avant de s'envoler pour l'île de Madagascar, à l'est du pays, deuxième étape de son voyage.

 

« Aucune famille, aucun groupe de voisins ni aucune ethnie, encore moins aucun pays n'a d'avenir, si le moteur qui unit (...) se compose de vengeance et de haine », a martelé le pape, qui a dénoncé la planification de « représailles sous des formes apparemment légales ». « Vous avez droit à la paix! », a-t-il lancé, en portugais, à tous ceux qui ont vécu « des histoires de violence, de haine ». Le gouvernement et l'ex-rébellion devenue principal parti d'opposition du Mozambique, ont signé le mois dernier un accord censé mettre un point final à un conflit de plus de quarante ans. Peu de temps après son indépendance en 1975, l'ex-colonie portugaise a sombré dans une guerre civile meurtrière, jusqu'à la signature d'un traité de paix en 1992.


Résultat de recherche d'images pour


Le pape argentin, ardent pourfendeur de la corruption, a aussi conseillé aux Mozambicains de se méfier de tous ceux, à l'intérieur ou à l'extérieur, qui veulent profiter pour leur propre intérêt des richesses naturelles d'un pays avec une « partie énorme de sa population en-dessous du niveau de pauvreté ».« C'est triste quand cela se passe entre des frères du même pays », a-t-il commenté dans son homélie.

 

Dans la matinée, il s'était rendu dans un centre de soins pour les malades du sida dans cette même périphérie pauvre de Maputo, rendant un vibrant hommage aux employés d'un centre de soins et saluant des malades. François a loué « la compassion » des agents de santé qui écoutent « ce cri silencieux, presqu'inaudible, d'innombrables femmes, de tant de personnes qui vivaient dans la honte, marginalisées, jugées par tous », mais à qui on a restitué « la dignité ».

 

Sans surprise, il a évité d'aborder de front le sujet de la prévention des maladies sexuellement transmissibles, qui demeure un terrain miné pour l'Église catholique et tout particulièrement pour les papes en visite en Afrique.Pourtant, selon Onusida, 2,2 millions de personnes -dont 60% de femmes - étaient séropositives en 2018 au Mozambique (27 millions d'habitants), dont 150.000 personnes nouvellement infectées.

 

Ouest-France/ Publié le 06/09/2019/

 

https://www.ouest-france.fr/societe/religions/pape-francois/en-visite-au-mozambique-le-pape-appelle-la-paix-dans-un-stade-en-delire-6508018/


Résultat de recherche d'images pour


---------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


3 - Mozambique : le pape préoccupé par les "marginalisés" du sida et l'esprit de vengeance

 

Le pape a terminé vendredi sa visite au Mozambique par un rendez-vous privé avec les "marginalisés" du sida, fléau persistant dans le pays, avant d'être accueilli dans un stade en délire où il a lancé un dernier appel à "la paix" en fustigeant l'esprit de vengeance. Clameur de joie, courses folles et danses rythmées ont marqué l'arrivée de la papamobile, où se dressait la silhouette blanche du pape, dans un stade d'une périphérie déshéritée de Maputo, la capitale, où 60.000 fidèles ont convergé selon les organisateurs.

 

Le Mozambique, majoritairement chrétien (qui compte 28% de catholiques), est l'un des pays le plus pauvres de la planète. Malgré leurs très faibles ressources, des habitants sont venus des confins du pays pour représenter leurs diocèses et transmettre ensuite les paroles du pape. "On ne peut pas penser à l’avenir, construire une nation, une société fondée sur +l’équité+ de la violence", a lancé François aux fidèles lors de cette messe géante, quelques heures avant de s'envoler pour l'île de Madagascar, à l'est du pays, deuxième étape de son voyage.


Résultat de recherche d'images pour


"Aucune famille, aucun groupe de voisins ni aucune ethnie, encore moins aucun pays n’a d'avenir, si le moteur qui unit (...) se compose de vengeance et de haine", a martelé le pape, qui a dénoncé la planification de "représailles sous des formes apparemment légales". "Vous avez droit à la paix!", a-t-il lancé, en portugais, à tous ceux qui ont vécu "des histoires de violence, de haine". Le gouvernement et l'ex-rébellion devenue principal parti d'opposition du Mozambique, ont signé le mois dernier un accord censé mettre un point final à un conflit de plus de quarante ans. Peu de temps après son indépendance en 1975, l'ex-colonie portugaise a sombré dans une guerre civile meurtrière, jusqu'à la signature d'un traité de paix en 1992.

 

Le pape argentin, ardent pourfendeur de la corruption, a aussi conseillé aux Mozambicains de se méfier de tous ceux, à l'intérieur ou à l'extérieur, qui veulent profiter pour leur propre intérêt des richesses naturelles d'un pays avec une "partie énorme de sa population en-dessous du niveau de pauvreté". "C'est triste quand cela se passe entre des frères du même pays", a-t-il commenté dans son homélie.

  

Résultat de recherche d'images pour


·        2,2 millions de séropositifs

Dans la matinée, il s'était rendu dans un centre de soins pour les malades du sida dans cette même périphérie pauvre de Maputo, rendant un vibrant hommage aux employés d'un centre de soins et saluant des malades. François a loué "la compassion" des agents de santé qui écoutent "ce cri silencieux, presqu'inaudible, d’innombrables femmes, de tant de personnes qui vivaient dans la honte, marginalisées, jugées par tous", mais à qui on a restitué "la dignité".

 

Sans surprise, il a évité d'aborder de front le sujet de la prévention des maladies sexuellement transmissibles, qui demeure un terrain miné pour l’Église catholique et tout particulièrement pour les papes en visite en Afrique. Pourtant, selon Onusida, 2,2 millions de personnes -dont 60% de femmes - étaient séropositives en 2018 au Mozambique (27 millions d'habitants), dont 150.000 personnes nouvellement infectées. L'an dernier 54.000 Mozambicains sont décédés des suites de la maladie. Onusida relève en outre que seulement 30% des 15-24 ans infectés connaissent les façons de prévenir la transmission du virus VIH. A Maputo, la prévalence du virus concerne 23% de la population adulte.


Résultat de recherche d'images pour


L’Eglise catholique reste opposée à toute forme de contraception, tandis que le pape argentin juge que "les rapports sexuels doivent être ouverts à la vie". Fin novembre 2016, le pape François avait appelé à un "comportement responsable" pour lutter contre la propagation du sida, sans toutefois préciser si cela englobait l'usage de préservatifs. Un an plus tôt, dans l'avion qui le ramenait à Rome d'une première tournée en Afrique subsaharienne, le pape François avait reconnu "une perplexité" de l'Eglise sur la question de l'utilisation du préservatif pour lutter contre le sida. Estimant que c'était "une des méthodes" mais que l'Afrique avait "des blessures plus grandes" comme le manque d'eau et de nourriture.

 

Benoît XVI avait pour sa part soulevé une tempête mondiale par ses propos contre l'usage du préservatif, lors de son premier séjour en Afrique en 2009. "On ne peut pas régler le problème du sida avec la distribution de préservatifs. Au contraire (leur) utilisation aggrave le problème". Mais en 2010, le pape allemand avait admis l'utilisation du préservatif "dans certains cas", pour réduire le risque de contamination, en citant seulement le cas de figure d'un prostitué. Des propos rectificatifs qui avaient été salués par le secrétaire général de l'ONU.

 

AFP - TIZIANA FABI/ Par AFP le 06.09.2019/

 

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/le-pape-aupres-des-marginalises-du-sida-au-mozambique_137012/

 

Résultat de recherche d'images pour


---------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour


4 - En voyage au Mozambique, le pape salue le récent accord de paix

 

Le pape François a salué jeudi l'accord de paix signé récemment au Mozambique, première étape de sa tournée africaine, et dit "partager la souffrance" des centaines de milliers de personnes sinistrées par les deux cyclones qui ont dévasté cette année ce pays très pauvre. "Vous avez signé, il y a environ un mois, (...) l'accord du cessez-le-feu définitif entre frères mozambicains. C'est un jalon que nous saluons et espérons décisif", a déclaré le souverain pontife lors de son premier discours depuis son arrivée, mercredi soir, au Mozambique.


Résultat de recherche d'images pour


Un traité de paix historique a été signé le 6 août entre le gouvernement de Maputo et la Renamo, l'ancienne rébellion devenue principal parti d'opposition. Une guerre civile avait pris fin voici vingt-sept ans, mais la Renamo n'avait jamais désarmé. Le pape François, qui s'exprimait jeudi notamment devant le président mozambicain Filipe Nyusi et le chef de la Renamo, Ossufo Momade, a loué "les efforts qui, depuis des décennies, sont accomplis afin que la paix redevienne la norme". "Non à la violence qui détruit, oui à la paix et à la réconciliation!", a encore lancé le chef des 1,3 milliard de catholiques de la planète, figure morale internationale. "La paix est le meilleur chemin pour affronter (...) les défis que vous avez en tant que nation", a-t-il ajouté devant les autorités mozambicaines et des membres de la société civile réunis à Maputo.

 

Le Mozambique, l'un des pays les pauvres de la planète, tente de se reconstruire après le passage dévastateur de deux cyclones, Idai et Kenneth, en mars et avril, qui ont fait plus de 700 morts. "Mes premières paroles de (...) solidarité" vont aux sinistrés, a déclaré le pape François. "Les conséquences dévastatrices" d'Idai et Kenneth "continuent de peser sur de nombreuses familles, surtout dans des endroits où la reconstruction n'a pas encore été possible". "Je veux que vous sachiez que je partage votre angoisse, votre souffrance", a glissé le pape, qui a plus généralement appelé la population à "la protection de la Terre".

 

Résultat de recherche d'images pour


- Appel à l'équité sociale -

Selon la Banque mondiale, le Mozambique, avec ses plus de 2.000 km de côtes le long de l'océan Indien, figure dans la liste des dix pays de la planète les plus menacés par les conséquences du changement climatique. Le pape a également plaidé pour l'équité sociale au Mozambique. "Sans égalité de chances, les différentes formes d’agression et de guerre trouveront un terrain fertile qui tôt ou tard provoquera l'explosion", a prévenu le pape argentin.

 

"Ne relâchez pas l’effort, tant qu’il y aura des enfants et des adolescents sans éducation, des familles sans toit, des travailleurs en chômage, des paysans sans terre", a plaidé François, en louant les progrès enregistrés dans les domaines de l'éducation et de la santé. Le "pape des pauvres", qui effectue du 4 au 10 septembre son deuxième voyage pontifical en Afrique subsaharienne, se rendra aussi à Madagascar où la déforestation est préoccupante et terminera sa visite par la petite île touristique plus opulente de Maurice.


Résultat de recherche d'images pour


En se rendant dans l'une des régions les plus déshéritées de la planète, Jorge Bergoglio, qui a côtoyé les bidonvilles d'Argentine, entend afficher sa proximité, tout particulièrement avec les jeunes, de toutes confessions, qu'il devait rencontrer en fin de matinée jeudi. Le pape avait commencé sa journée par une rencontre privée avec le président Filipe Nyusi. Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés voici un an au Vatican.


"Le message d'encouragement que nous avions reçu de votre part lors de notre visite officielle au Vatican afin que nous considérions tous les Mozambicains comme des frères (...) a été un guide dans le dialogue" avec la Renamo, a souligné jeudi le chef de l'Etat mozambicain. "Cependant, la paix durable (...) est menacée dans la province (mozambicaine) de Cabo Delgado (nord)", en proie à une insurrection islamiste depuis deux ans, a-t-il relevé. Ces violences ont fait plus de 300 morts.

 

Pour marquer la venue exceptionnelle au Mozambique du pape, qui restera dans la capitale, le gouvernement a consacré environ 300.000 euros aux préparatifs. Le stade Zimpeto, où François doit célébrer une grande messe vendredi, est fin prêt. "C'est un moment très spécial pour nous", a expliqué Catarina Simbine, Mozambicaine de 29 ans. "J'espère que cette visite nous apportera une vraie paix", a confié un étudiant de 25 ans, Arnaldo Menezes.

 

Par Michelle GUMEDE, Catherine MARCIANO/ AFP/ © 2019 AFP/ Mise à jour 05.09.2019/

 

https://information.tv5monde.com/info/en-voyage-au-mozambique-le-pape-salue-le-recent-accord-de-paix-319723/

 

Résultat de recherche d'images pour

 

------------------------------


Résultat de recherche d'images pour

 

5 - MADAGASCAR/ Religion catholique : A Madagascar, le pape François s’alarme de la pauvreté et de la déforestation

 

Poursuivant son déplacement africain après le Mozambique, le chef de l’Eglise catholique a dénoncé les « formes endémiques de corruption et de spéculation », à la racine de nombreux maux. Le pape François a renoué, dans l’océan Indien, avec ses critiques les plus véhémentes contre « la mondialisation économique dont les limites sont toujours plus évidentes ». Ces limites ont pour nom accaparement des ressources aux mains de quelques-uns, marginalisation croissante des plus pauvres, privés de travail, corruption des élites, dévastation de la planète, destruction des forêts, appauvrissement culturel des peuples, aliénation des pays les plus défavorisés.


Résultat de recherche d'images pour


A l’heure où la menace de la déforestation inquiète et où des forêts flambent, le chef de l’Eglise catholique a dénoncé la situation et ainsi introduit, à Madagascar, le prochain synode des évêques sur l’Amazonie, qui aura lieu à Rome en octobre et qui traitera de problématiques à dimension très politique. Le pontife jésuite est arrivé dans la soirée de vendredi 6 septembre à Madagascar, deuxième étape de son voyage en Afrique, après le Mozambique. A Maputo, il avait consacré l’essentiel de ses efforts à encourager les forces politiques à persévérer dans la paix civile.

 

Mais juste avant de quitter le pays, en pleine messe devant près de 60 000 personnes dans le stade de Zimpeto, il a mis en garde les autorités mozambicaines contre les risques de corruption qui menacent les élites d’un pays qui se révèle détenir d’immenses réserves de gaz. « Le Mozambique possède un territoire doté de richesses naturelles et culturelles, mais paradoxalement avec une partie énorme de sa population en dessous du seuil de pauvreté, a-t-il relevé dans son homélie. Et parfois il semble que ceux qui s’approchent en prétendant aider ont d’autres intérêts. Et c’est triste quand cela se passe entre des frères du même pays, qui se laissent corrompre ; il est très dangereux d’accepter que ce soit le prix à payer pour l’aide extérieure. »


Résultat de recherche d'images pour


_ Pour une « meilleure répartition des revenus »

A Antananarivo, samedi, les exhortations à un développement à la fois juste pour tous et écologiquement responsable ont dominé son discours. Le président malgache, Andry Rajoelina, a accueilli le pape avec beaucoup de lyrisme dans le palais présidentiel. Devant une assistance nombreuse composée de dirigeants politiques et de la société civile, il a filé la métaphore biblique, mêlant les traditions de Moïse et de Josué, pour un usage à l’évidence très politique. Précédé par l’air du Va pensiero, du Nabucco de Verdi (qui évoque l’exil à Babylone), il a comparé l’histoire des Malgaches depuis l’indépendance à « la longue traversée vers la Terre promise qu’a vécue le peuple de Dieu » après sa sortie d’Egypte, telle que la raconte la Bible, faite de « nombreuses tempêtes, de terrifiants orages ». « Aujourd’hui, Madagascar est à l’orée d’une nouvelle ère, d’une nouvelle vie », a poursuivi le président de la République.


Résultat de recherche d'images pour

 

Andry Rajoelina, revenu au pouvoir par les élections à la fin de 2018 mais qui avait présidé une première fois le pays après avoir renversé le président Marc Ravalomanana en 2009, s’est offert pour construire cette nouvelle ère : « Votre sainteté, devant vous et cette assemblée, je confirme ma volonté et mon engagement pour redresser et reconstruire Madagascar. Je veillerai sur les Malagasy. Je serai à l’écoute et aux côtés de mes concitoyens, (…) je cultiverai la justice et l’équité, l’amour et l’espoir. Je ressens et j’ai vu la souffrance de mes concitoyens, je les ai entendus, je les ai écoutés. Cela m’a fendu le cœur. Cela a secoué mon âme. (…) Je montrerai [aux Malgaches] que l’amour est plus fort que tout, qu’avec la foi, la vraie, tout devient possible. » « Telle sera ma tâche, telle sera ma mission.

Et devant vous, Saint-Père, avec humilité et déférence, je renouvelle ce serment », a conclu le chef d’Etat, qui avait peut-être aussi en mémoire les rois David et Salomon.

 

Il est à noter que la version écrite italienne de ce discours, transmise au Vatican et diffusé par le service de presse du Saint-Siège, ne comportait pas les passages les plus directement politiques, bien présents dans la version originale en français diffusée sur place. Le pape François, qui comprend le français, n’en a semble-t-il pas perdu une miette. « Un beau discours de patriote ! », lui a-t-il lancé en prenant à son tour la parole.

 

Le pontife argentin n’en a pas moins vigoureusement exhorté les dirigeants malgaches à mettre un terme à une série de dérives qui déforestent leur pays, entretiennent la corruption et maintiennent un haut niveau de « pauvreté inhumaine ». Plus de deux tiers des Malgaches vivent avec moins de 2 dollars (1,80 euro) par jour. « Les formes endémiques de corruption et de spéculation », leur a-t-il dit, « augmentent la disparité sociale » et « les situations de grande précarité et d’exclusion ». Aussi leur a-t-il demandé d’assurer « une meilleure répartition des revenus ».


Image associée


_ La déforestation « compromet l’avenir du pays »

François a poussé un cri d’alarme particulièrement vigoureux contre la menace de « déforestation excessive au profit de quelques-uns » de la grande île de l’océan Indien, réputée pour sa grande biodiversité. La dégradation de la situation, liée aux « feux de forêt, au braconnage, à la coupe effrénée de bois précieux », « compromet l’avenir du pays et de notre maison commune », a-t-il prévenu.

 

Le pape a mis en cause « la contrebande et des exportations illégales », mais aussi des activités de survie pour les plus pauvres. « Il est donc important de créer des emplois et des activités génératrices de revenus qui respectent l’environnement et aident les personnes à sortir de la pauvreté. En d’autres termes, il ne peut pas y avoir de véritable approche écologique ni un travail concret de sauvegarde de l’environnement sans l’intégration d’une justice sociale, qui accorde le droit à la destination commune des biens de la terre aux générations actuelles, mais également futures. »


Résultat de recherche d'images pour


Le pape François reprend là l’un des thèmes développés depuis son encyclique sur l’écologie, Laudato si’, à savoir qu’« il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale ». L’ambassadeur britannique, Philip Boyle, qui assistait au discours, a déclaré qu’avec 200 000 hectares déboisés chaque année, sans mesures énergiques, la forêt humide de l’île aura disparu « vers 2040 ».

 

Le pape a salué l’aide apportée par les organisations internationales, mais, dans le même temps, a déploré qu’elles soient le vecteur d’« une prétendue “culture universelle” qui méprise, enterre et supprime le patrimoine culturel de chaque peuple ». Selon lui, la mondialisation économique « ne devrait pas engendrer une homogénéisation culturelle ». Le Vatican accuse souvent les organisations internationales d’être le vecteur de « colonisations idéologiques » dans les pays du Sud en conditionnant leur aide, notamment en termes de contraception ou de lutte contre les discriminations d’orientations sexuelles.

 

Cécile Chambraud (Antananarivo, envoyée spéciale)/ Par Cécile Chambraud / Publié le 07 septembre 2019/ Mis à jour le 08 septembre 2019

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/09/07/a-madagascar-le-pape-francois-s-alarme-de-la-pauvrete-et-de-la-deforestation_5507679_3212.html/

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour


6 - Le Pape demande de faire de Madagascar «un lieu où l’Évangile se fait vie»

 

Devant un million de fidèles rassemblés sur le champ diocésain de Soamandrakizay, le Pape François a présidé la messe ce dimanche matin, au deuxième et dernier jour de son voyage apostolique à Madagascar. Dans son homélie, le Saint-Père a rappelé les exigences de l’engagement à la suite de Jésus, fondées sur le détachement personnel et l’ouverture au don de Dieu.

 

Ce matin, l’ampleur de l’assemblée était impressionnante sur le champ diocésain de Soamandrakizay, là même où s’est déroulée hier la veillée de prière avec les jeunes. Face au million de fidèles (d’après les organisateurs), les reliques d’un saint étaient exposées sur l’autel: celles du bienheureux Raphaël Louis Rafiringa (1856-1919), lasallien malgache, éducateur, catéchiste et médiateur de paix, qui a donné toutes ses forces pour l’Église de la Grande île, à l’époque mouvementée de la fin du 19e siècle.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La prière du Pape François pour les jeunes malgaches

Dans son homélie, le Pape a commenté l’Évangile du jour, extrait de saint Luc (Lc 14, 25-33), qui invite à renoncer à tout pour suivre Jésus. Trois exigences sont demandées par le Seigneur.

 

·        Repousser la culture du privilège

La première concerne les relations familiales. Ce détachement signifie que l’accès dans le Royaume des Cieux ne peut «seulement se limiter ou se réduire aux liens du sang, à l’appartenance à un groupe déterminé, à un clan ou à une culture particulière». Autrement finit par prévaloir «la culture du privilège et de l’exclusion (favoritismes, clientélismes et, par conséquent corruption)», a mis en garde le Saint-Père. Jésus appelle donc ses disciples à «voir l’autre comme un frère», «au-delà de son origine familiale, culturelle, sociale».

 

·        Ne pas instrumentaliser le nom de Dieu

La seconde est relative au sens donné au Royaume des Cieux. Il ne faut pas l’identifier «avec ses propres intérêts personnels ou avec la fascination d’une idéologie quelconque», au risque d’«instrumentaliser le nom de Dieu ou la religion pour justifier des actes de violence, la ségrégation et même l’homicide, l’exil, le terrorisme et la marginalisation». Jésus invite à «ne pas manipuler l’Évangile par de sombres réductionnismes», a expliqué François, mais à toujours garder un esprit de fraternité, de solidarité, de «respect gratuit de la terre et de ses dons contre toute forme d’exploitation».

 

·        Compter sur les dons du Seigneur

Enfin, la troisième exigence invite au détachement vis-à-vis de ses propres forces et de ses biens. La «course à l’accumulation» pousse en effet à «l’égoïsme et l’utilisation de moyens immoraux», a prévenu le Pape. Le Seigneur exhorte au contraire «à retrouver la mémoire reconnaissante et à prendre conscience que, bien plus qu’une victoire personnelle, notre vie et nos capacités sont le fruit d’un don». Un don qui vient de Dieu et de la communion des saints.

  

Résultat de recherche d'images pour


_ Une libération, en faveur de Dieu et du prochain

Mais quel est le but de ces renoncements? De libérer le chrétien de l’un «des pires esclavages: le vivre pour soi-même», a souligné François, de «créer des espaces pour que Dieu soit le centre et l’axe de notre vie». Le Pape a déploré l’individualisme orgueilleux, le repli confortable et sécurisant sur soi où «les pauvres n’entrent plus, on n’écoute plus la voix de Dieu, on ne jouit plus de la douce joie de son amour, on n’a plus d’enthousiasme à faire le bien…». Il a invité l’assemblée à «laisser triompher l’esprit de fraternité – qui naît du côté ouvert de Jésus-Christ», et à se donner pour valoriser la dignité humaine.

  

Résultat de recherche d'images pour


_ La joie de l’Évangile 

Cette «sagesse du détachement personnel» peut sembler rude, mais il faut l’envisager à «la lumière de la joie et de la fête de la rencontre avec Jésus-Christ», a enfin indiqué le Saint-Père. Une joie que l’on goûte déjà ici-bas, en sachant «qu’Il est le premier à sortir pour nous chercher à la croisée des chemins», avec miséricorde. Une joie jaillie de l’humilité et du réalisme, qui poussent à «assumer les grands défis», a conclu François, encourageant les fidèles à «faire de [leur] beau pays un lieu où l’Évangile se fait vie, et où la vie soit pour la plus grande gloire de Dieu».

À la fin de la célébration, le Pape a récité la prière de l'Angélus avec l'assemblée, après avoir remercié les autorités et la population malgaches pour leur accueil et mentionné la mémoire de la Nativité de la Vierge Marie, qui a lieu ce 8 septembre.

 

Adélaïde Patrignani – Cité du Vatican/ 07/09/2019

 

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2019-09/pape-francois-homelie-messe-madagascar-voyage-apostolique.html/


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------


Résultat de recherche d'images pour


7 - ILE MAURICE/ Eglise catholique : Le pape François loue « la diversité réconciliée » de l’île Maurice

 

A Port Louis, le pontife a appelé les autorités à promouvoir une politique économique « axée sur les personnes » sans « succomber à la tentation de la spéculation ». Après s’être penché sur les déchirures mozambicaines et le poignant dénuement malgache, le pape François a rendu une visite expresse et souriante à Maurice, lundi 9 septembre, au cinquième et dernier jour de son voyage dans ces trois pays d’Afrique et de l’océan Indien.

 

Le chef de l’Eglise catholique voit dans cette île peuplée de 1,3 million d’habitants un alliage réussi de populations de diverses provenances (Afrique, Asie) et de traditions culturelles et religieuses variées. Toutes « ont appris, peu à peu, à s’enrichir de la différence des autres et à trouver les moyens de vivre ensemble, en cherchant à construire une fraternité soucieuse du bien commun », a relevé le pontife argentin devant les autorités politiques du pays.


Résultat de recherche d'images pour "pope francis, mauritius, youths, mass, 2019"


Pour un pape qui n’a de cesse d’exhorter les nations à faire de la place aux migrants et qui plaide pour l’acception d’une diversité dans les populations, Maurice apparaît comme un modèle convaincant. L’île a fait la preuve « qu’il est possible de parvenir à une paix stable » sur le socle d’« une sorte de pacte culturel qui fait émerger une diversité réconciliée », a affirmé Jorge Bergoglio. Il a du reste encouragé le gouvernement mauricien « à relever le défi de l’accueil et de la protection des migrants qui aujourd’hui viennent ici » pour être fidèle au passé.

 

Il s’est aussi rendu au sanctuaire du père Jacques-Désiré Laval, un missionnaire français du XIXe siècle qui s’était consacré à l’évangélisation des esclaves noirs récemment affranchis et qui est aussi considéré comme une figure commune à tous les Mauriciens. « Maurice est devenue non seulement un lieu de rencontre de civilisations, mais aussi de spiritualité, où l’église chrétienne côtoie harmonieusement le temple hindou et où la mosquée (…) avoisine paisiblement la pagode bouddhiste », a fait valoir pour sa part le président par intérim, Barlen Vyapoory.


Résultat de recherche d'images pour


_ « Sacrifier des vies humaines »

Le ton était donc loin des exhortations à la paix, comme au Mozambique, et des vives critiques contre la corruption formulées à Madagascar. Etait-ce cependant une allusion à l’orientation financière prise par l’économie mauricienne, au point que le pays a été inscrit sur la « liste grise » des paradis fiscaux établie par l’Union européenne ?

 

S’il a donné acte au gouvernement de sa « volonté de combattre toutes les formes de corruption », le pape François a semblé apporter un discret bémol à son satisfecit. Dans ce pays au chômage inférieur à celui de la France et au PIB par habitant équivalent à celui de la Bulgarie, il a relevé que « la croissance économique ne profite pas toujours à tout le monde », en particulier pas aux jeunes. Il a demandé à ses hôtes de promouvoir une politique économique « axée sur les personnes », qui favorise « une meilleure répartition des revenus » et ne « succombe pas à la tentation d’un modèle économique idolâtre qui ressent le besoin de sacrifier des vies humaines sur l’autel de la spéculation et de la simple rentabilité ».

 

Résultat de recherche d'images pour "pope francis, mauritius, youths, mass, 2019"


Profitant du jour férié décrété pour cette visite pontificale, quelque 100 000 Mauriciens (l’île compte 30 % de chrétiens et la moitié d’hindous), selon les autorités, ont participé à une messe, en français et en créole, célébrée dans la capitale, Port Louis. Le pape s’est inquiété de voir les jeunes se détourner parfois de l’Eglise catholique et il a appelé les fidèles à leur faire toute leur place. « Ne nous laissons pas voler le visage jeune de l’Eglise et de la société », a-t-il lancé.

 

Cécile Chambraud (Port Louis, envoyée spéciale)/ Par Cécile Chambraud / Publié le 09 septembre 2019 /

 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/09/09/le-pape-francois-loue-la-diversite-reconciliee-de-l-ile-maurice_5508312_3212.html/

 

Image associée


------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour


8 - À Maurice, le pape François s’adresse directement aux jeunes

 

Suite et fin de la tournée africaine du pape François en Afrique : le représentant de l'Église catholique est à l'île Maurice ce lundi. Il a célébré une messe publique à Port-Louis, la capitale. Devant près de 100 000 fidèles, le pape François s'est adressé à la jeunesse. Devant une foule historique venue des quatre coins du pays, de la diaspora mauricienne et des îles avoisinantes, le pape François a dédié de longs passages de son homélie aux jeunes Mauriciens. Ceux qui malgré la croissance économique de l’île souffrent, sont au chômage, qui ont un avenir incertain et qui sont sans repères face aux nouvelles formes d’esclavage du XXIe siècle.

  

Résultat de recherche d'images pour


_ Pas un mot sur la cohésion

Le chef du Vatican s’est informé du principal mal qui ronge la société mauricienne : l’addiction aux drogues qui affecte de plus en plus les jeunes à Maurice. Il a ainsi appelé « la société à connaître le langage de ces jeunes et à les protéger des marchands de la mort ». Étonnamment, durant cette messe, le chef du Vatican n’a pas parlé du tissu social mauricien et du modèle de cohésion qui existe sur l’île entre les différentes communautés.

Le pape François est retourné ce lundi soir à Madagascar et quittera la Grande Ile mardi pour rentrer à Rome.

 

Par RFI / Publié le 09-09-2019 / Modifié le 09-09-2019/

 

http://www.rfi.fr/afrique/20190909-maurice-pape-francois-s-adresse-directement-jeunes/


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour