Publié le : 30-03-2016 à 13:33:48 Synthèse, compilation et textes réunis (David N'DJA Boka)

MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar


0.1 – « Myanmar Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar : Htin Kyaw, de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) dirigée par Aung San Suu Kyi, a été investi mercredi en tant que nouveau président du Myanmar.  Le premier vice-président Myint Swe, désigné par l'armée, et le second vice-président Henry Van Thio, également de la LND, ont aussi été investis en présence du président du Parlement, Mann Win Khaing Than.  Suite à la cérémonie d'investiture, le Tribunal constitutionnel composé de neuf membres, dirigé par Myo Nyunt, la Commission électorale de l'Union composée de cinq membres, dirigée par Hla Thein, ainsi que les 18 ministres du gouvernement nommés par le président Htin Kyaw, ont également prêté serment.  La présidente de la LND, Aung San Suu Kyi, a été nommée en tant que nouveau ministre des Affaires étrangères du pays en addition des trois portefeuilles qui lui ont déjà été attribués dans le nouveau gouvernement. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


0.2 – « Myanmar/ Contexte économique/ Indicateurs économiques : Le Myanmar a connu un processus de libéralisation économique et politique sans précédent durant les dernières années, qui a abouti à des élections historiques en novembre 2015 et à la victoire décisive du parti d'Aung San Suu Kyi. Auparavant, les élections de 2010 avaient mené à la dissolution de la junte militaire, même si les militaires continuent de détenir un pouvoir substantiel. Le taux de croissance dynamique de 8,5% en 2014 et 2015 devrait se maintenir en 2016. Actuellement, le Myanmar fait partie des pays connaissant la croissance la plus soutenue au monde. Le Myanmar bénéficie du dynamisme des secteurs du gaz, des télécommunications et de la construction mais aussi de l’agriculture et des biens de consommation. Le tourisme s'est également développé rapidement. Le Myanmar reçoit également un afflux notable d'investissements étrangers.
Si la croissance reste forte, le pays souffre toujours d’importantes carences en infrastructures, la productivité est faible, la main d’œuvre peu qualifiée et le secteur bancaire peu développé. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine  

   

1 - Birmanie : le nouveau président, proche d'Aung San Suu Kyi, prête serment

 

Le nouveau président de la Birmanie, Htin Kyaw, un proche d'Aung San Suu Kyi, a prêté serment mercredi devant le Parlement à Naypyidaw. Son accession au pouvoir ouvre une nouvelle ère pour le pays marqué par des décennies de domination militaire. "Je promets d'être fidèle au peuple de la république birmane", a déclaré mercredi 30 mars le nouveau président birman Htin Kyaw devant le Parlement à Naypyidaw, lors de la cérémonie au cours de laquelle il a prêté serment. Pour Cyril Payen, envoyé spécial de France 24 à Rangoun, "c'est officiellement aujourd'hui la fin de la perestroïka birmane".

 

Htin Kyaw, proche et ami d’enfance d'Aung San Suu Kyi âgé de 69 ans, est le premier président civil du pays depuis des décennies, après cinq années de "transition post-junte" et son gouvernement composé d'anciens généraux. Aung San Suu Kyi, qui n'a pas réussi à faire changer la Constitution pour devenir présidente, a choisi de placer à ce poste un homme de sa garde rapprochée. Elle-même sera à la tête d'un "super ministère" nouvellement créé, comprenant notamment les Affaires étrangères. "Elle va être la deus ex machina de la Birmanie comtemporaine démocratique puisque quatre ministères lui ont été alloués dont celui des Affaires présidentielles", ajoute le journaliste de France 24.

 

Afficher l'image d'origine


_ Des espoirs immenses

Après l'étape du Parlement, Htin Kyaw, élu président par le Parlement le 15 mars, devait se rendre au palais présidentiel pour rencontrer Thein Sein, le président sortant. Cette passation de pouvoir est le dernier acte d'une très longue transition politique qui a commencé après les législatives du 8 novembre 2015, le premier scrutin libre depuis un quart de siècle, auquel les Birmans se sont déplacés en masse.

Ce gouvernement civil est investi d'immenses espoirs dans un pays où un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté. La Ligue nationale pour la démocratie (NLD), le parti désormais au pouvoir, a promis de donner la priorité à l'éducation et la santé, domaines dans lesquels la Birmanie est l'un des plus mauvais élèves au niveau mondial en termes de budget. Un autre grand chantier attend l'équipe d'Aung San Suu Kyi : les conflits armés ethniques. Dans plusieurs régions frontalières, des groupes rebelles réclament plus d'autonomie et affrontent les forces gouvernementales. Et dans l'ouest du pays, des milliers de musulmans rohingyas vivent toujours déplacés dans des camps.

 

Avec AFP/ Première publication : 30/03/2016/ Texte par FRANCE 24 / Dernière modification : 30/03/2016

 

http://www.france24.com/fr/20160330-birmanie-nouveau-president-proche-aung-san-suu-kyi-prete-serment


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


--------------------------------------------


Le nouveau président birman Htin Kyaw prête serment devant le Parlement, mercredi 30 mars 2016.

 

2 - Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

 

Htin Kyaw, de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) dirigée par Aung San Suu Kyi, a été investi mercredi en tant que nouveau président du Myanmar. Le premier vice-président Myint Swe, désigné par l'armée, et le second vice-président Henry Van Thio, également de la LND, ont aussi été investis en présence du président du Parlement, Mann Win Khaing Than.

Suite à la cérémonie d'investiture, le Tribunal constitutionnel composé de neuf membres, dirigé par Myo Nyunt, la Commission électorale de l'Union composée de cinq membres, dirigée par Hla Thein, ainsi que les 18 ministres du gouvernement nommés par le président Htin Kyaw, ont également prêté serment. La présidente de la LND, Aung San Suu Kyi, a été nommée en tant que nouveau ministre des Affaires étrangères du pays en addition des trois portefeuilles qui lui ont déjà été attribués dans le nouveau gouvernement.

 

2016-03-30/  xinhua

 

http://french.cri.cn/621/2016/03/30/301s473990.htm


Min Aung Hlaing s'est exprimé à l'occasion de la Journée des forces armées. Birmanie: le nouveau président Htin Kyaw, proche de Suu Kyi, a prêté serment 


--------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine


3 - Birmanie : à défaut d'être présidente, Aung San Suu Kyi sera ministre des Affaires étrangères

 

Le président élu de Birmanie a proposé Aung San Suu Kyi de devenir la cheffe de la diplomatie. Le prix Nobel de la paix a mené son parti à la victoire, mais ne peut devenir présidente en raison d'une clause de la Constitution. La prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi devrait devenir ministre des Affaires étrangères de la Birmanie, selon une annonce officielle mardi. La "Dame de Rangoun" a amené son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) à la victoire aux législatives en novembre dernier, mais ne peut devenir présidente elle-même. La Constitution du pays, rédigée par l'ancienne junte, l'en empêche car ses deux fils sont de nationalité britannique, comme son défunt mari. La liste des futurs ministres établie par le nouveau président élu, Htin Kyaw, a été soumise au Parlement, sans précision de leur poste dans un premier temps.

 

La Dame de Rangoun y est la seule femme. "Elle sera ministre des Affaires étrangères", a précisé dans la soirée Zaw Myint Maung, porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), suggérant qu'elle aurait un rôle actif dans d'autres ministères et serait de facto aux manettes de tout l'exécutif. Cette annonce confirme enfin une rumeur qui circulait depuis des jours, donnant l'ancienne dissidente, aujourd'hui âgée de 70 ans dont 15 en résidence surveillée, cheffe de la diplomatie.


Afficher l'image d'origine

 

_ "Au-dessus du président"

Avec son parti désormais majoritaire au Parlement, elle va enfin prendre les rênes du pays, succédant à un gouvernement d'anciens militaires ayant assuré la transition post-junte depuis 2011. Avec l'annonce de ce poste, se précise enfin un peu la façon dont Aung San Suu Kyi envisage de gouverner "au-dessus du président", comme elle l'avait mystérieusement annoncé juste avant la victoire de son parti aux législatives historiques de novembre 2015.

Le choix de la Dame de Rangoun de mener les réformes en tant que ministre, plutôt qu'en restant à la tête de son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, est une façon d'asseoir sa légitimité de maître d'œuvre de la politique du gouvernement. Le tout au sein d'un système dépourvu de Premier ministre, et avec un président qui est un fidèle d'entre les fidèles d'Aung San Suu Kyi.

 

Avec AFP/ Première publication : 22/03/2016/ Texte par FRANCE 24 / Dernière modification : 22/03/2016

 

http://www.france24.com/fr/20160322-birmanie-aung-san-suu-kyi-pourrait-entrer-gouvernement-diplomatie


MYANMAR-NAY PYI TAW-TAKING OVER OF POWER-CEREMONY media


---------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine

 

4 - Myanmar : Le contexte économique

 

_ Les indicateurs économiques

Le Myanmar a connu un processus de libéralisation économique et politique sans précédent durant les dernières années, qui a abouti à des élections historiques en novembre 2015 et à la victoire décisive du parti d'Aung San Suu Kyi. Auparavant, les élections de 2010 avaient mené à la dissolution de la junte militaire, même si les militaires continuent de détenir un pouvoir substantiel. Le taux de croissance dynamique de 8,5% en 2014 et 2015 devrait se maintenir en 2016. Actuellement, le Myanmar fait partie des pays connaissant la croissance la plus soutenue au monde. Le Myanmar bénéficie du dynamisme des secteurs du gaz, des télécommunications et de la construction mais aussi de l’agriculture et des biens de consommation. Le tourisme s'est également développé rapidement. Le Myanmar reçoit également un afflux notable d'investissements étrangers.

Si la croissance reste forte, le pays souffre toujours d’importantes carences en infrastructures, la productivité est faible, la main d’œuvre peu qualifiée et le secteur bancaire peu développé. Malgré cela, le recourt au crédit a augmenté en 2015, ce qui a permis de soutenir la consommation. Néanmoins, l'inflation est élevée (plus de 10% en 2015) à cause de politiques économiques accommodantes et de la hausse des prix des logements, de l'énergie et des biens alimentaires. En 2015, le déficit budgétaire a fortement augmenté. En effet, les dépenses sociales ont progressé tandis que le prix du gaz naturel diminuait, ce qui a impacté les recettes étatiques. Un salaire minimum a été instauré en septembre 2015.

 

En outre, le Myanmar a bénéficié d'un rééchelonnement et d'une annulation partielle de la dette publique par le Club de Paris. Le pays va donc pouvoir financer de nouvelles infrastructures. Le déficit commercial du pays s'explique par l'importance des importations, qui sont orientées vers les projets d'investissement et la consommation privée. Par ailleurs, une zone économique spéciale a inaugurée en septembre 2015. L'industrie textile nationale progresse rapidement. La proximité d’économies dynamiques (Inde, Chine, Thaïlande) est capitale pour l'avenir économique du pays. Par ailleurs, si des tensions interethniques et religieuses persistent, un cessez-le feu a été signé entre plusieurs groupes armés et le gouvernement fin 2015.

Le Myanmar fait partie des pays les plus pauvres d'Asie et c'est l'un des plus corrompus du monde. La liberté de la presse est toujours menacée. Qui plus est, malgré de récents progrès le pays se caractérise toujours par d'importants problèmes de gouvernance économique.

  

Afficher l'image d'origine

 

_ Indicateurs de croissance

2012

2013

2014

2015

2016 (e)

PIB (milliards USD)

55,61

56,70

63,14

65,78e

71,28

PIB (croissance annuelle en %, prix constant)

7,3

8,4

8,5

8,5

8,4

PIB par habitant (USD)

1.100

1.112

1.228e

1.269

1.364

Endettement de l'Etat (en % du PIB)

43,1

34,8

31,6

33,4e

33,4

Taux d'inflation (%)

2,8

5,7

5,9

12,2

11,8

Balance des transactions courantes (milliards USD)

-2,32

-2,96

-3,85

-5,87e

-5,90

Balance des transactions courantes (en % du PIB)

-4,2

-5,2

-6,1

-8,9

-8,3

Source : FMI - World Economic Outlook Database - 2014.

Note : (e) Donnée estimée


 

Indicateurs monétaires

2010

2011

2012

2013

2014

Kyat birman (MMK) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR

7,47

7,58

823,11

1.239,87

1.307,70

Source : Banque Mondiale - 2014.



Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

_ Les principaux secteurs économiques


Répartition de l'activité économique par secteur

Agriculture

Industrie

Services

Valeur ajoutée (en % du PIB)

48,4

16,2

35,4

Valeur ajoutée (croissance annuelle en %)

11,0

n/a

14,5


Source : Banque Mondiale - 2014.

 

Indicateurs socio-économiques

2014

2015

2016 (e)

Taux de chômage (%)

4,0

4,0

4,0


Source : FMI - World Economic Outlook Database - 2014

  

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about Myanmar" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.

 

http://www.expert-comptable-international.info/fr/pays/myanmar/economie-3


Afficher l'image d'origine


--------------------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine