Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

LEADERSHIP ET BUSINESS


Publié le 24/05/2017 à 02:15:02
ASIE/ INDONESIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : les ressorts de l’expansion d’une puissance mondiale émergente




« L’Indonésie veut devenir une puissance mondiale : D’ICI 2045, à l’occasion du centenaire de son indépendance, l’Indonésie aspire à devenir la quatrième puissance économique mondiale. Cet objectif, présenté avec optimisme par le président Joko Widodo, cherche à conforter l’intérêt croissant suscité par le potentiel de ce pays.

 

. INDONESIE : POINTS FORTS . Diversité des ressources naturelles (agricoles, énergétiques, minières) ; Compétitivité élevée grâce à un faible coût du travail ; Tourisme dynamique ; Marché intérieur dynamique ; Renforcement du secteur bancaire.

. INDONESIE : POINTS FAIBLES . Taux d’investissement faible ; Exportations de matières premières de plus en plus tributaires de la demande de la Chine ; Carences en infrastructures ; Corruption et manque de transparence persistants ; Niveaux de chômage et de pauvreté élevés, accentuant les tensions inter-ethniques. »


Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour

------------------------------------

Résultat de recherche d'images pour


1 - Economie mondiale en 2050 : 6 des sept premières puissances mondiales seront des économies émergentes

Selon la dernière étude des économistes du cabinet de conseil et d’audit PwC, intitulée « The World in 2050 – The long view: how will the global economic order change by 2050? », le centre de gravité de l’économie mondiale devrait continuer de s'éloigner des pays matures au cours des 33 prochaines années. Dans le même temps, les pays émergents continueront d’accroître leur part du PIB mondial à long terme, ce qui pose des défis aux décideurs politiques pour assurer une croissance durable et représente des opportunités pour les entreprises qui sauront s’adapter au nouvel environnement de marché.

Résultat de recherche d'images pour

_ Les grands enseignements de l’étude sont les suivants : 

. L'économie mondiale devrait doubler de taille d'ici 2042.

. La Chine a déjà détrôné les États-Unis au rang de 1ère puissance économique mondiale en termes de PIB en PPA ; l’Inde pourrait disputer la 2ème place aux États-Unis d’ici 2050 et l’Indonésie se hisser à la 4e place, devançant ainsi des économies développées comme le Japon et l’Allemagne.

. D’ici 2050, six des sept plus grandes économies au monde pourraient être des pays émergents.

. La part de l’Europe des 27 dans le PIB mondial pourrait tomber en deçà de 10% à l’horizon 2050.

. Le Nigeria a le potentiel de s'élever dans les classements mondiaux par PIB, à condition toutefois de diversifier son économie et d’améliorer ses standards de gouvernance ainsi que ses infrastructures.

Communiqué de presse/ Neuilly-sur-Seine, le 9 février 2017/ 

https://www.pwc.fr/fr/espace-presse/communiques-de-presse/2017/fevrier/economie-mondiale-en-2050.html/


 Pluit-City-Master-Plan8


------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour "indonesian industries, new plants, indonesia, 2016, 2017" Résultat de recherche d'images pour "indonesian agriculture, industries, new plants, indonesia, 2016, 2017"
 

 2 - Indonésie : Economie, perspectives économiques et sociopolitiques 


_ Population : 255,462 millions ;

_ PIB par habitant : 3362 $US.

 

Résultat de recherche d'images pour "Indonesian new malls, jakarta city, 2016, 2017, Indonesia"


_ Principaux Indicateurs économiques : 2014 2015  2016 (p) 2017 (p)

. Croissance PIB (%) 5,0 4,8 5,0 5,0 . 

. Inflation (moyenne annuelle) 6,4 6,4 3,7 4,2.

. Solde budgétaire / PIB (%) 1 -2,1 -2,6 -2,5 -2,6 .

. Solde courant / PIB (%) -3,1 -2,1 -2,4 -2,5 .

. Dette publique / PIB (%) 24,7 27,3 27,5 28,2.

(e) Estimations    (p) Prévisions

Résultat de recherche d'images pour "Indonesian new starups, 2016, 2017, Indonesia" Image associée


_ POINTS FORTS :

. Diversité des ressources naturelles (agricoles, énergétiques, minières),

. Compétitivité élevée grâce à un faible coût du travail, 

. Tourisme dynamique,

. Marché intérieur dynamique.

. Renforcement du secteur bancaire.


Résultat de recherche d'images pour "Indonesian new starups, 2016, 2017, Indonesia"


_ POINTS FAIBLES . Taux d’investissement faible,

. Exportations de matières premières de plus en plus tributaires de la demande de la Chine,

. Carences en infrastructures,

. Corruption et manque de transparence persistants,

. Niveaux de chômage et de pauvreté élevés, accentuant les tensions inter-ethniques.

 

Résultat de recherche d'images pour "Indonesian aerospace company, 2016, 2017" Résultat de recherche d'images pour "indonesian military industries, new plants"


_ Appréciation du risque

 

_ La croissance devrait se stabiliser en 2017
En 2016, pour la première fois depuis 4 années, l’activité a accéléré. En 2017, la croissance devrait rester dynamique. La consommation des ménages devrait continuer à progresser, soutenue par l’émergence d’une classe moyenne au niveau de dette peu élevée alors que la banque centrale devrait poursuivre son cycle d’assouplissement de la politique monétaire initié en 2016 (-275 points de base en 2016). 


Par ailleurs, malgré une légère hausse en raison de l’augmentation modérée des cours des matières premières, l’inflation devrait rester contenue ce qui permettrait de soutenir la demande privée. L’investissement privé devrait continuer à profiter des réformes structurelles entreprises par l’administration Widodo. Les dépenses publiques resteront robustes grâce au développement des infrastructures et à la construction de logements destinés aux ménages les plus modestes. De plus, le secteur de la construction devrait bénéficier de l’abaissement des taxes sur la propriété. Néanmoins, la confiance des investisseurs devrait rester contrainte par les incertitudes concernant l’évolution de la politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine et de nouveaux épisodes de pressions baissières sur la roupie. 


Par ailleurs, le pays, abondamment doté en ressources naturelles (pétrole, charbon, gaz naturel, huile de palme, caoutchouc, minerais) devrait continuer à souffrir de l’atonie du prix des matières premières. L’affaiblissement de la demande en provenance de Chine, second récipiendaire des exportations indonésiennes, continuera de peser sur le commerce extérieur du pays. Enfin, l’activité devrait rester contrainte par les fragilités structurelles de l’économie, les goulots d’étranglement et la corruption.



Résultat de recherche d'images pour "Indonesia Central Bank" Résultat de recherche d'images pour "Indonesia Central Bank"


_ La situation des finances publiques et des comptes extérieurs resteraient maîtrisée : 
En 2017, malgré une très légère hausse, la dette publique resterait modérée. La suppression des subventions énergétiques en 2015 et 2016, qui pesaient lourdement sur le budget de l’Etat, a permis une réallocation des dépenses au profit de l’investissement public en infrastructures. En dépit de la réduction du taux d’imposition sur les sociétés et de la baisse des revenus liés aux hydrocarbures, le déficit public devrait rester contenu grâce à l’élargissement de la base fiscale et une amnistie fiscale partielle pour les contribuables rapatriant leurs fonds de l’étranger.


Le déficit courant resterait stable en 2017 : la balance commerciale devrait continuer à souffrir de l’atonie du prix des matières premières et de la demande chinoise tandis que les importations devraient rester soutenues. Enfin, la balance des services resterait déficitaire mais elle devrait bénéficier de la progression des revenus touristiques. La devise indonésienne reste tributaire des flux de capitaux de court terme et pourrait se déprécier en cas de montée de l’aversion globale pour le risque ce qui permettrait d’améliorer la compétitivité des exportations indonésiennes mais pourrait générer de l’inflation supplémentaire.

 
Néanmoins, la situation s’est assainie depuis 2015, les autorités ont mis en place une politique monétaire plus prudente, le solde courant s’est redressé et les réserves de change ont progressé (8 mois d’importations en 2017). Mais des réformes supplémentaires sont encore nécessaires pour limiter la vulnérabilité du taux de change (libéralisation des investissements, notamment assouplissement des règles pour les investisseurs étrangers et levée de l’interdiction sur les exportations de minerais bruts).



Résultat de recherche d'images pour "Indonesian new malls, jakarta city, 2016, 2017, Indonesia" 


_ La position de Joko Widodo ne cesse de se renforcer : 
Les élections présidentielles de juillet 2014 ont conduit à la victoire de Joko Widodo (Parti Démocratique Indonésien de Lutte), ancien gouverneur de Jakarta et premier président qui ne soit pas issu de l’armée. Bien que l’opposition contrôle 60 % du parlement (elle est dirigée par Prabawo Subianto, candidat malheureux aux élections présidentielles), le président a réussi à renforcer son pouvoir dès l’été 2015 grâce à de nouvelles alliances et un important remaniement ministériel. Un sondage réalisé en septembre 2016 souligne la popularité du Président qui réunit 66,5 % d’opinions favorables. 


Résultat de recherche d'images pour "indonesian aircraft product, Joko Widodo"


Ainsi, après avoir été ralentie dans sa volonté de réformer par l’opposition et des dissensions au sein de son parti, l’administration Widodo a réussi à initier des programmes ambitieux afin, notamment, de réduire les lourdeurs bureaucratiques. En un an, l’Indonésie a progressé de 15 places dans le classement Banque Mondiale « Ease of doing business ». Cependant, le pays continue de souffrir de sérieuses lacunes en matière de gouvernance.

Dernière mise à jour : Janvier 2017


http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Indonesie/


Résultat de recherche d'images pour "Indonesian aerospace company, 2016, 2017" Résultat de recherche d'images pour "Indonesian aerospace company, 2016, 2017"


--------------------------------

 





3 - Risque pays de l'Indonésie : Economie

_ La conjoncture économique
L'économie indonésienne a connu un léger ralentissement depuis 2012, principalement en raison de la baisse de la demande mondiale (en particulier de la Chine). Les principaux moteurs de l'économie sont la consommation des ménages - stimulée par un marché intérieur de 257 millions de personnes avec une classe moyenne croissante de près de 70 millions de personnes (55% du PIB). Les exportations (22% du PIB) et les investissements (32% du PIB) contribuent également à la croissance, qui devrait atteindre 5,1% en 2017 selon le ministère indonésien des Finances.
Malgré les résultats positifs en termes d'indicateurs économiques principaux, le gouvernement indonésien a besoin d'une réforme structurelle. Le gouvernement dirigé par le président Joko Widodo (appelé "Jokowi"), au pouvoir depuis 2014, a entrepris une révision approfondie du programme des subventions énergétiques, qui financera la rénovation de l'infrastructure et fournira une aide au secteur agricole. Selon le FMI, les autorités ont connu un succès précoce dans la réduction des subventions aux carburants et dans l'expansion des transferts monétaires conditionnels et de l'investissement public en 2015. 
Les estimations du déficit budgétaire pour 2016 oscillent autour de 2,46% du PIB, contre 2,58% en 2015. Trois programmes sociaux ont été lancés pour assurer l'accès des plus démunis aux soins de santé et à l'éducation. Le gouvernement devrait également s'attaquer au problème des lacunes en matière d'infrastructures publiques, le taux élevé de travail non-déclaré, le chômage chez les jeunes et le faible niveau de scolarité. La lutte contre la corruption et l'amélioration de la gouvernance font également partie des priorités du gouvernement. Jokowi espère profiter de l'emplacement stratégique du pays entre l'Asie et le Pacifique dans l'actuel contexte international défavorable (baisse de la demande chinoise et faiblesse des prix des produits de base). La protection de l'environnement constitue également un défi majeur.
Le taux de chômage, bien qu’en baisse depuis 2008, reste élevé (5,8%) et de nombreux employés sont dans une situation précaire. Une grande partie de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté et le pays enregistre une des plus fortes croissances en matière des inégalités dans la région de l'Asie de l'Est selon la Banque mondiale. Par ailleurs, les problèmes de sécurité ont augmenté suite aux attaques dans le quartier des affaires de Jakarta en janvier 2016.


_ Indicateurs de croissance : 20132014201520162017 (e);. PIB (milliards USD)914,55890,60858,95940,95e1.014,87;. PIB (croissance annuelle en %, prix constant)5,65,04,84,9e5,3;. PIB par habitant (USD)3.6763.5323.3623.636e3.871;. Solde des finances publiques (en % du PIB)-2,3-2,1-2,5-2,5e-2,6;. Endettement de l'Etat (en % du PIB)24,824,727,327,5e28,2;. Taux d'inflation (%)6,46,46,43,7e4,2;. Taux de chômage (% de la population active)6,35,96,25,65,7;. Balance des transactions courantes (milliards USD)-29,1127,51-17,65-21,28e-23,69;. Balance des transactions courantes (en % du PIB)-3,2-3,1-2,1-2,3e-2,3.

Source : FMI - World Economic Outlook Database - 2016.Note : (e) Donnée estimée
Risque pays : Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.

_ Indicateurs monétaires 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, Roupie indonésienne (IDR) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR12.208,4412.059,9413.893,5715.762,9314.855,55
Source : Banque Mondiale - 2016. 
https://import-export.societegenerale.fr/fr/trouvez-votre-marche/fiche-pays/indonesie/le-risque-pays-economie


------------------------------------




4 - Economie : L'Indonésie, dixième puissance économique mondiale

Un rapport du Programme de comparaison internationale, lié à la Banque Mondiale, place l’Indonésie au dixième rang des puissances économiques mondiales. Mais les nouveaux défis qui traversent la société indonésienne sont de taille. Un rapport du Programme de comparaison internationale [le PCI, lié à la Banque Mondiale] propulse l’Indonésie au dixième rang des puissances économiques mondiales, juste après la France et la Grande-Bretagne et avant l’Italie et le Mexique.
En six ans, l’Indonésie a ainsi gagné cinq places. Considérant l’évolution économique planétaire, ce n’est sans doute qu’une question de quelques années pour que le cinquième pays le plus peuplé du monde, avec une croissance de son PIB estimée à plus de 6%, entre dans le club des cinq premières puissances. Le quotidien Kompas se réjouit de cette performance mais s’empresse d’ajouter que “cette dixième place n’a aucun sens si nous ne parvenons pas à répondre aux défis inhérents à cette grandeur économique. Et plus l’échelle économique est grande, plus les défis le sont aussi.” Et de rappeler que si, comme le note le rapport du PCI basé sur des données de parité de pouvoir d’achat en 2011, l’Indonésie enregistre un PIB de 2.058 milliards de dollars (contre 707,9 milliards en 2005), son PIB par habitant demeure au 107ème rang mondial.


_ Il est nécessaire de partager les richesses : 
La corruption et l’échec de la répartition équitable des bénéfices du développement font que depuis plus de trois décennies l’Indonésie ne parvient pas à sortir du piège des revenus inférieurs. Près de la moitié de la population vit encore à cheval sur la ligne de pauvreté. La forte croissance économique est possible parce qu’elle est basée sur une forte consommation intérieure et sur l’exportation massive des ressources naturelles qui soutiennent le développement des pays émergents concurrents, sans valeur ajoutée adéquate et sans accumulation de capital financier. Sans parler du capital humain, particulièrement négligé.
Toujours selon Kompas, il faut avant tout produire de la valeur ajoutée et des emplois en donnant la priorité aux secteurs agricole et manufacturier. La croissance durable, le plein emploi, l’éradication de la pauvreté et la protection de l’environnement ne doivent pas juste rester des slogans. Sinon l’Indonésie ne fait que creuser sa propre tombe. 
Publié le 07/05/2014/ 
http://www.courrierinternational.com/article/2014/05/07/l-indonesie-dixieme-puissance-economique-mondiale

------------------------------------





5 - La France, 9e puissance économique mondiale, selon le FMI

Calculé en «parité de pouvoir d'achat», le PIB de la Chine arrive en tête suivi des États-Unis, de l'Inde et du Japon. Avec cette méthode de calcul chère au Fonds monétaire international, la France arrive en neuvième position parmi les grands pays. Contrairement à ce que l'on pourrait croire le Fonds monétaire international (FMI) répugne à établir le classement des économies. Autant le FMI ne cesse de calculer et de prévoir les taux de croissance annuelle de chacun de ses 188 pays membres, autant l'idée de les ranger entre eux en termes de poids relatif, du premier au 188e, le fait hésiter: ce serait bien peu diplomatique! Ce classement n'apparaît donc jamais sur le devant de la scène, même s'il existe bien évidemment. 
Ce n'est que de façon incidente que les experts de Washington l'écrivent donc noir sur blanc dans leur nouveau rapport sur l'économie mondiale, le World economic outlook, d'avril 2016: «La Chine maintenant la plus importante économie du monde sur la base des parités de pouvoir d'achat est en train de vivre une transition essentielle mais complexe vers une croissance plus soutenable fondée sur la consommation et les services», peut-on lire.


_ L'euro place Tiananmen et avenue Montaigne : 
La Chine a donc bien le Produit intérieur brut (PIB) le plus «important», en «parité de pouvoir d'achat», précise le FMI, qui considère par ailleurs que ce concept est tout à fait significatif et particulièrement utile. Il part de l'observation qu'avec un euro ou un dollar, on achète plus de choses à Pékin qu'à Paris, essentiellement pour la raison que la main d'œuvre y est moins chère. Il est ainsi moins coûteux de se faire coiffer près de la place Tiananmen qu'avenue Montaigne. La «parité de pouvoir d'achat» des monnaies n'est donc pas exactement celle que font apparaître les cours des devises sur les marchés de change.

 

C'est sur cette base que le FMI recalcule les PIB nationaux en «PIB corrigés des parités de pouvoir d'achat (PPA)». Il ne s'agit pas de raffinements d'experts mais d'un exercice très concret. Cela permet en effet de donner une image plus réaliste de l'économie mondiale: en PPA le PIB mondial atteint 155.752 milliards de dollars, au lieu de 96.387 milliards de dollars quand on se contente de convertir les PIB nationaux aux taux de change des marchés. Le PIB en PPA donne une vue plus réaliste des conditions de vie et de richesse de l'ensemble des citoyens du monde. 
Le FMI accorde tellement de signification au PIB en PPA qu'il établit sa prévision de croissance mondiale, prévue à 3,2% en 2016, sur cette base. C'est le chiffre «officiel» auquel il accorde le plus d'importance, et le seul qui est discuté dans les réunions internationales et dont on parle dans la presse. Si la pondération des PIB nationaux se faisait sur la base des taux de change des marchés, la croissance mondiale ne serait que de 2,5%. Et pour une raison toute simple: les pays émergents pèseraient moins lourd, or ils continuent d'avoir des taux de croissance relativement plus élevés malgré leurs difficultés récentes.

_ La France derrière le Brésil et la Russie : 
Le classement de PIB en «parité de pouvoir d'achat» donne également un classement sensiblement différent. La Chine arrive donc en tête, pesant pour 17,1% du PIB mondial, suivie des États-Unis (15,8%), puis de l'Inde, troisième, avec 7% (du PIB mondial), le Japon est quatrième (4,3%), l'Allemagne cinquième (3,4%), juste devant la Russie, sixième avec 3,3%, puis le Brésil, qui malgré tous ses malheurs actuels est septième (2,8%), le Royaume-Uni venant en huitième rang (2,4%), la France neuvième (2,3%), le Mexique clôturant le top ten, pesant 2% du PIB mondial. Et encore ces chiffres sont-ils extraits d'un tableau du rapport du FMI publié mardi ne regroupant que les principaux pays de chaque continent. L'Indonésie n'y figure pas , or son PIB en parité de pouvoir d'achat dépasse celui de la France, ce qui relègue cette dernière en réalité à la dixième position.
Rappelons que dans le classement des PIB calculés avec les taux de change des marchés des monnaies, la France vient au sixième rang derrière les États-Unis et la Chine, pratiquement ex æquo, suivis du Japon, de l'Allemagne et du Royaume-Uni, qui nous a ravi la cinquième place depuis 2014. Et l'Inde talonne désormais l'Hexagone.
Par Jean-Pierre Robin , Service infographie du Figaro / Mis à jour le 13/04/2016 / Publié le 12/04/2016 
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/04/12/20002-20160412ARTFIG00196-la-france-9e-puissance-economique-mondiale-selon-le-fmi.php


------------------------------------




6 - L'Indonésie, géant invisible et future puissance mondiale?

Troisième démocratie mondiale avec ses 257 millions d'habitants, l'Indonésie est en passe de devenir le géant asiatique de demain. A condition que la montée du conservatisme n'assombrisse pas ce succès.  Pour le réalisateur Frédéric Compain, qui signe "Indonésie - la puissance, l'islam et la démocratie" diffusé dimanche soir par la RTS (à revoir ci-dessus), ces 13'000 îles réunies en une seule nation forment "un géant invisible méconnu", une "possible future sixième puissance mondiale". La condamnation le 9 mai dernier du gouverneur chrétien de Jakarta, Nasuki Tjahaja Purnama, à deux ans de prison pour "insultes à l'islam" a toutefois rouvert le débat sur la question des libertés religieuses alors que chacune des six religions est officiellement reconnue à parts égales dans le pays. En septembre, il avait déclaré que l'interprétation par certains oulémas (théologiens musulmans) d'un verset du Coran selon lequel un musulman ne doit élire qu'un musulman était erronée.

_ Entre laïcité et conservatisme : 
Cette montée du conservatisme islamique depuis les années 2000 -qui se traduit par l'application de la charia dans certaines régions et le vote sur le plan national d'une loi contre la pornographie- pourrait néanmoins nuire à ce succès économique. A l'instar d'un pays comme la Turquie, l'Indonésie doit donc faire face à une société divisée entre une frange de la population laïque et multiculturelle, et une conservatrice et religieuse dont la conciliation qui a jusqu'ici plutôt bien fonctionné relève d'un numéro d'équilibriste difficile dans le contexte mondial actuel. Le pays peut toutefois compter sur d'autres atouts, tels que son potentiel économique, notamment grâce à ses matières premières, et sa classe moyenne grandissante, estimait Frédéric Compain dans un entretien à Histoire vivante vendredi.

_ Un géant aux pieds d'argile ?
En 2015, l'Indonésie pointait à la 17e place en termes de production de richesses, devant la Suisse. Rapporté à sa population, toutefois, le produit intérieur brut de l'archipel (3346 dollars par habitant) se situe loin derrière la Suisse (80'999), seconde du classement de la Banque mondiale. Au même titre que la gestion des tensions religieuses, la répartition des richesses représentera sans doute un des défis que l'Indonésie aura à relever à l'avenir. De même, elle ne pourra échapper aux questions environnementales que pose déjà le développement économique sur des îles comme, notamment, Bornéo.
Juliette Galeazzi/ Publié le 15 mai 2017/ Modifié le 15 mai 2017 

Modifié le 15 mai 2017 / 

https://www.rts.ch/info/monde/8616113-l-indonesie-geant-invisible-et-future-puissance-mondiale-.html

------------------------------------

Résultat de recherche d'images pour

7 - L’Indonésie veut devenir une puissance mondiale

D’ici 2045, à l’occasion du centenaire de son indépendance, l’Indonésie aspire à devenir la quatrième puissance économique mondiale • Cet objectif, présenté avec optimisme par le président Joko Widodo, cherche à conforter l’intérêt croissant suscité par le potentiel de ce pays. D’ICI 2045, à l’occasion du centenaire de son indépendance, l’Indonésie aspire à devenir la quatrième puissance économique mondiale. Cet objectif, présenté avec optimisme par le président Joko Widodo, cherche à conforter l’intérêt croissant suscité par le potentiel de ce pays. Après la proclamation de son indépendance des Pays-Bas en 1945, ce pays a entamé une transition qui l’a amené à devenir la principale économie du Sud-Est asiatique et l’une des plus importantes d’Asie, si bien que nombreux sont les spécialistes qui augurent une consolidation de son positionnement dans l’environnement financier mondial. Considérée comme l’une des nations émergentes et en développement, l’Indonésie a construit son avenir sur des bases solides ces dernières années, marquées par une croissance soutenue, des taux d’inflation raisonnables et une dette extérieure réduite.
Cependant, il faut dire que cet objectif ne laisse personne indifférent, et beaucoup se demandent comment cet archipel de plus de 17 000 Îles et regroupant la plus grande population musulmane de la planète entend se tailler une place aussi importante et relever de défis aussi complexes que la réduction de la pauvreté et des inégalités, la lutte contre les effets pervers de la bureaucratie, la corruption, ainsi que la diversification économique. Selon les études réalisées par les ministères de la Coordination des affaires économiques et des finances, et du Comité du Plan de développement national, vers le milieu du siècle l’Indonésie comptera plus de 300 millions d’habitants, la croissance économique sera de 6%, le Produit intérieur brut (PIB) atteindra les 9 000 milliards, et le revenu par habitant sera de 29 000 dollars.





_ COMMENT PLANIFIER LE PROGRÈS : 
Sa capacité de résistance aux retombées de la crise financière mondiale, qui par contre a durement frappé ses voisins du Sud-Est asiatique est, de l’avis des spécialistes, l’un des principaux mérites de l’Indonésie. Sa dépendance relativement faible aux exportations, ainsi que l’impulsion donnée à la consommation interne et aux investissements sont apparues comme des formules efficaces que ce pays souhaite préserver. Trois phases de développement, chacune échelonnée sur une durée de 10 ans, ont été conçues par l’actuel gouvernement pour matérialiser sa vision de progrès à l’horizon 2045. L’accroissement des possibilités d’investissements, notamment dans les infrastructures, est considéré comme un élément important du processus d’expansion enregistré par l’Indonésie. La prise de fonctions de Joko Widodo à la fin de 2014 à la tête du gouvernement a été accompagnée de l’entrée en vigueur d’un ambitieux programme d’infrastructures, dans le but de faire face au déficit actuel, comme l’une de ses priorités.
L’Indonésie est le quatrième pays le plus peuplé au monde avec 260 millions d’habitants, et il n’est donc pas étonnant que sa population soit appelée à s’affirmer comme l’un de ses moteurs économiques. Selon les prévisions, entre 2030 et 2035, la population active sera estimée à 52%, ce qui est connu comme « phase de population dorée ». Dans cette conjoncture, les Indonésiens espèrent développement les industries manufacturières et de fabrication de biens, tant pour la consommation nationale que pour l’exportation. Dans la troisième phase, les projets seront axés sur le développement du secteur des services, notamment du tourisme, une composante importante et peut-être la plus connue de l’économie de ce pays. L’Indonésie possède bien d’autres atouts à faire valoir pour garantir son progrès, notamment d’importantes réserves de pétrole et de gaz, ainsi que des gisements de charbon, de cuivre, de zinc et de bauxite, des secteurs essentiels pour atteindre ses objectifs.

Auteur: Iramsy Peraza Forte/ internet@granma.cu/ 21 avril 2017/

http://fr.granma.cu/mundo/2017-04-21/lindonesie-veut-devenir-une-puissance-mondiale

Résultat de recherche d'images pour  

------------------------------------


 Image associée





Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE : Réforme institutionnelle, sécurité, zone de libre échange…, ces principaux enjeux du 29e sommet de l'Union africaine

» RUSSIE/ POLITIQUE NATIONALE ET INTERNATIONALE/ LIGNE DIRECTE : Ce qu’il faut retenir de la ligne directe 2017 du Président Vladimir Poutine

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT/ SOCIO-ECONOMIE/ MONNAIE : ces pays africains vraiment émergents (RSA, Nigeria, Egypte, Maroc, Algérie, Botswana, Ile Maurice, Ethiopie…)

» MONDE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : les nouvelles réalités d’un monde qui change…

» AFRIQUE / MALI/ SOMMET FRANCE-AFRIQUE : attentes, mesures et perspectives

» AFRIQUE/ CROISSANCE/ DEMOGRAPHIE/ MARCHE INTERIEUR : la croissance démographique peut accélérer le développement économique et social

» AFRIQUE/ INFRASTRUCTURES/ GRANDS TRAVAUX/ AFFAIRES : quelques nouvelles avancées importantes

» AFRIQUE/ CRISES/ ECONOMIE/ DEVELOPPEMENT/ PAUVRETE : calculs stratégiques, crises multiformes, incertitudes et nouveaux défis à l’assaut d’un continent meurtri

» MONDE/ RUSSIE/ DEFENSE ET SECURITE : commémoration de la victoire de l’Armée Rouge sur les troupes nazies et rappel de la défaite militaire de Hitler par des armes conventionnelles

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : annonces et conclusions de la « ligne directe » du Président Vladimir Poutine

» MONDE/ LEADERSHIP ET COMPETITION/ TECHNOLOGIES AVANCEES/ COMMUNAUTE INTERNATIONALE : ces technologies avancées décisives qui irritent les adversaires…

» MONDE/ COREE DU NORD/ TECHNOLOGIES AVANCEES/ NUCLEAIRE MILITAIRE/ BOMBE H : Pyongyang annonce le succès de son premier test de bombe à hydrogène

» MONDE/ CROISSANCE ECONOMIQUE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT/ TERRORISME : entre les acteurs de la prospérité et de la paix et les forces de destruction

» MONDE/ TERRORISME/ 11 SEPTEMBRE 2001/ VIOLENCES ET IMPUNITE : le terrorisme plus fort, avec Etat, moyens financiers conséquents (pétrole, drogue), migrants et totale impunité (interdiction d’attaque au sol des terroristes)

» MONDE/ RELATIONS USA-AFRIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ SECURITE : le Président des USA en Afrique (Kenya, Ethiopie)

» MONDE/ IRAN/ NUCLEAIRE CIVIL/ ENERGIE ET RECHERCHES AVANCEES : le nucléaire civil au profit de tous, l’atome au profit de tous

» MONDE/ ASIE/ ECONOMIE ET COOPERATION/ LEADERSHIP : développement agricole, financier, industriel et technologique sans précédent

» AFRIQUE/ INSTITUTIONS DE DEVELOPPEMENT/ BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BAD) : M. Akinwumi Adesina, candidat du Nigeria, élu à la présidence de la BAD

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine éclaire sur la politique nationale et internationale de la Russie

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE : Mort du roi Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud d’Arabie saoudite

» MONDE/ NUMERIQUE ET AFFAIRES/ ENTREPRISES EMERGENTES : le numérique et ses nouveaux acteurs émergents

» RUSSIE/ TURQUIE/ LEADERSHIP : Echanges et relations commerciales en hausse et grands projets économiques en perspective

» MONDE/ CANADA/ RELATIONS STRATEGIQUES FRANCO-CANADIENNES/ ECONOMIE : redécouvrir l'Etat fédéral du Canada, grande puissance francophone, avec le Président Hollande

» AFRIQUE/ EMERGENCE ET DEVELOPPEMENT/ JEUNESSE : forces et entraves au développement

» AFRIQUE/ CROISSANCE ECONOMIQUE ET RESILIENCE/ EMERGENCE : les atouts de l’Afrique à consolider

» USA- AFRIQUE/ PARTENARIAT STRATEGIQUE : Washington veut combler son retard commercial

» FRANCE - AFRIQUE/ GOUVERNANCE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : le Président François Hollande recadre et consolide la coopération française en Afrique

» AFRIQUE : Panorama des fonds souverains sur le continent

» UNION EUROPEENNE/ PERSPECTIVE : L'Europe entre associations, alliances et partenariats...

» AFRIQUE/ NIGERIA : Economie, paix et sécurité

» FRANCE/ CHINE/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : emplois, transfert de technologie, nouveaux horizons d’échanges et de coopération…

» AFRIQUE/ COOPERATION ET INVESTISSEMENTS : le Maroc met son savoir-faire et son expérience au service de l’Afrique

» AFRIQUE : Les leaders africains honorés par “African Business” à New York .

» AFRIQUE : le grand retour de l’Afrique centrale dans l’économie pétrolière

» AFRIQUE : Les défis de l’économie privée en Afrique subsaharienne


Haut de page