Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

MUSIQUE, SPORT ET CULTURE


Publié le 12/06/2014 à 20:21:30
AFRIQUE/ CULTURE ET SOCIETE : la légalisation de la polygamie dans les pays africains



1 – « C'EST L'AFRIQUE : Quand vous épousez une femme africaine, elle doit savoir que la deuxième va suivre, puis la troisième (...). C'est l'Afrique », a expliqué devant la chambre l'un de ces élus, Junet Mohammed, cité par Capital FM. « A chaque fois qu'un homme rentre à la maison avec une femme, elle est considérée comme la deuxième ou la troisième femme, a renchéri Samuel Chepkong'a, président de la commission des affaires juridiques et légales du Parlement, cité par le quotidien Nation. Selon la loi coutumière, vous n'avez pas besoin de dire à votre épouse quand vous rentrez à la maison avec une deuxième ou une troisième femme. Toute femme que vous ramenez à la maison est votre femme. »

 

   


2 – « Aussi, c’est sans aucun doute que nous affirmons que si un homme épouse une seule femme, il n’en mourra pas. Cependant, s’il en épouse plusieurs, il est sûr d’être à l’origine d’un chapelet de problèmes. A cette liste, on pourrait déjà enregistrer les problèmes personnels qui touchent la santé de ce truand sexuel (hypertension en général et toutes autres maladies dues au stress permanent), puis il y a les problèmes d’ordre généraux que sont le manque de temps nécessaire pour éduquer la ribambelle d’enfants accumulés, comme ils aiment à le faire, la carence ou l’insuffisance de moyens financiers pour assurer une vie décente à ces progénitures qui n’ont rien demandé, l’incapacité d’inculquer un certain nombre de mécanismes visant à bâtir ou à conserver l’unité, l’entente et la cohésion du fait des tensions permanentes et récurrentes dans les foyers, l’augmentation de la pauvreté et des enfants de la rue quand les géniteurs ne trouvent plus leurs repères de pères, et les éternels problèmes de maladies sexuellement transmissibles diverses et variées, etc.
Autant de difficultés qui sont causées par la polygamie dans notre pays. »

 

   


----------------------------

 

 

  

1 - Le Kenya légalise la polygamie, imposée ou non

 

La décision a provoqué la fureur d'élues qui ont claqué la porte du Parlement de Nairobi. Les députés kényans ont voté une loi permettant aux hommes d'épouser autant de femmes qu'ils le souhaitent, sans en toucher mot à leur première épouse. La proposition de loi, adoptée tard jeudi 20 mars, formalise en droit kényan des lois coutumières. A l'origine, le texte donnait la possibilité aux épouses de s'opposer à une décision de leur mari d'épouser plusieurs femmes. Mais unissant leurs forces au-delà des appartenances politiques, les élus hommes sont finalement allés plus loin, abandonnant cette clause donnant voix au chapitre aux femmes.

 

 


« C'EST L'AFRIQUE »

« Quand vous épousez une femme africaine, elle doit savoir que la deuxième va suivre, puis la troisième (...). C'est l'Afrique », a expliqué devant la chambre l'un de ces élus, Junet Mohammed, cité par Capital FM.

« A chaque fois qu'un homme rentre à la maison avec une femme, elle est considérée comme la deuxième ou la troisième femme, a renchéri Samuel Chepkong'a, président de la commission des affaires juridiques et légales du Parlement, cité par le quotidien Nation. Selon la loi coutumière, vous n'avez pas besoin de dire à votre épouse quand vous rentrez à la maison avec une deuxième ou une troisième femme. Toute femme que vous ramenez à la maison est votre femme. »

 

 


UNE PRATIQUE COMMUNE

Comme dans beaucoup de pays africains, la polygamie est une pratique commune au Kénya. Jeudi, c'est surtout l'abandon de la clause imposant le consentement de la première épouse qui a déclenché la colère des élues. « Si c'est bien vous l'homme dans la maison, et que vous choisissez de ramener quelqu'un d'autre – ou deux ou trois autres personnes – je pense que vous devez avoir le cran d'admettre que votre femme et votre famille ont le droit de savoir », a estimé devant la chambre l'une d'entre elles, Soipan Tuya, également citée par Capital FM. Le texte doit encore être promulgué par le président kényan pour entrer en vigueur.

 

Le Monde | 21.03.2014 à 15h19 • Mis à jour le 21.03.2014 à 15h38

 

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/03/21/le-kenya-legalise-la-polygamie-imposee-ou-non_4387456_3212.html

 

 


 

----------------------------

 

 

 

 

2 - Le Kenya légalise la polygamie

 

Au Kenya, les députés femmes ont claqué la porte lors d’une session parlementaire à cause d’une loi sur la polygamie. Les élus hommes ont voté pour que la nouvelle législation sur le mariage autorise les hommes à épouser autant de femmes qu’ils le souhaitent sans consulter leur première femme. Ce projet de loi formalise en droit kényan des lois coutumières notamment la polygamie. Traditionnellement, les premières épouses sont supposées donner leur consentement préalable. Mais les élus hommes ont décidé de se passer de cette clause au grand dam de leurs collègues femmes. Celles-ci, surpassées en nombre n’ont pu stopper la loi qui doit maintenant être signée par le président pour entrer en vigueur.

 

 


"C'est l'Afrique"

Le député Samuel Chepkong'a, qui a proposé l’amendement, dit que lorsque qu’une femme se marie sous la loi coutumière, elle sait que l’union est ouverte à la polygamie. D’après lui, la consultation est donc inutile, dans des propos rapportés par le Quotidien kényan la Nation. Son opinion est partagée par le député Mohammed Junet qui explique «Quand vous épousez une femme africaine, elle doit savoir que la deuxième va suivre, puis la troisième…c'est l'Afrique" a-t-il ainsi déclaré au site web Capital News.

 

Des déclarations qui ne sont pas du goût des élus qui estiment qu’une telle décision affecte toute la famille y compris la situation financière des autres épouses. "En tant qu’homme il vous incombe d’avoir le cran d’admettre que votre femme et votre famille ont le droit de savoir”, a jugé l’élue Soipan Tuya, la représentante des femmes pour le département de Narok. Cela faisait des années que la nouvelle loi sur le mariage était en discussion et certaines des propositions initiales ont été abandonnées.

Des propositions pour assurer l’égalité des droits de propriété et d’héritage ont été altérées. Une femme aura droit à 30% des biens matrimoniaux après le décès ou le divorce. Selon les lois actuelles au Kenya, une femme doit prouver sa contribution à la richesse du couple.

 

http://www.bbc.co.uk/afrique/region/2014/03/140321_kenya_polygamie.shtml

 

 


-------------------------

 

   

 

3 - Gabon : La polygamie, un délit légalisé à combattre

 

Nombreux sont les bandits de la République assis au sommet de l’Etat qui trouvent tous les moyens ou les arguments ridicules pour justifier la polygamie qui n’est rien d’autres qu’un délit, un vol. En effet, de même que le vol d’un objet appartenant à autrui est condamnable et condamné, la législation gabonaise devrait rapidement évoluer en considérant dorénavant la polygamie comme étant un délit légalisé à éradiquer. 


Aussi, c’est sans aucun doute que nous affirmons que si un homme épouse une seule femme, il n’en mourra pas. Cependant, s’il en épouse plusieurs, il est sûr d’être à l’origine d’un chapelet de problèmes. A cette liste, on pourrait déjà enregistrer les problèmes personnels qui touchent la santé de ce truand sexuel (hypertension en général et toutes autres maladies dues au stress permanent), puis il y a les problèmes d’ordre généraux que sont le manque de temps nécessaire pour éduquer la ribambelle d’enfants accumulés, comme ils aiment à le faire, la carence ou l’insuffisance de moyens financiers pour assurer une vie décente à ces progénitures qui n’ont rien demandé, l’incapacité d’inculquer un certain nombre de mécanismes visant à bâtir ou à conserver l’unité, l’entente et la cohésion du fait des tensions permanentes et récurrentes dans les foyers, l’augmentation de la pauvreté et des enfants de la rue quand les géniteurs ne trouvent plus leurs repères de pères, et les éternels problèmes de maladies sexuellement transmissibles diverses et variées, etc.

Autant de difficultés qui sont causées par la polygamie dans notre pays. 



Avec le phénomène du VIH/SIDA et le fléau du fétichisme/ vampirisme qui sévissent au Gabon, il serait plus que temps que l’Etat prenne ses responsabilités en arrêtant rapidement la complaisance qu’il offre sans modération à l’épidémie de la polygamie qui fait autant de victimes que le paludisme si pas plus. Au-delà des aspects sanitaires et sociaux engendrés par la polygamie, il y a la dimension psychologique problématique suscitée par cette vieille habitude assassine. Les conséquences de ce vol organisé sont : de nombreuses familles divisées, des milliers d’enfants dont les vies sont brisées, un nombre conséquent de femmes déshumanisées et brutalement abusées, des irresponsabilités qui ne se comptent plus et des hommes qui circulent en toute impunité après avoir savourer indécemment leur simple volonté de faire du mal à autrui à travers une soif sexuelle hélas de courte durée. Cela ne peut plus continuer. 


 



A l’heure où le monde entier est sensé célébrer la journée de la veuve après celle de l’enfant africain, il serait temps que les pratiques d’un autre âge, qui ne se justifient que par la gourmandise sexuelle de certains, divorcent rapidement avec le mode de vie moderne qui exige l’utilisation de nouveaux codes afin de construire une société gabonaise forte. Comment peut-on espérer réussir à mettre un terme à la problématique de la veuve et de l’orphelin si on ne tue pas à la racine l’une des causes majeures à l’origine de ce phénomène ?

Comment peut-on vouloir freiner l’évolution des cas de transmission du VIH/SIDA si on tolère ou on encourage de manière légale la corruption sexuelle ?

Comment peut on espérer avoir un tissu social fort lorsqu’on accepte de valider un mode de pensées et d’actions basés sur les ragots, les critiques inutiles et futiles, la vulgarisation des plans sataniques et diaboliques (ngangaïsme/ charlatanisme), le raffinement des divisions et tensions diverses, le perfectionnement de la mesquinerie… ?

Comment veut-on, dans notre pays, mettre un terme aux grossiers détournements de fonds publics qui creusent sauvagement l’écart entre les extra riches et les super pauvres quand l’Etat permet à un seul homme de dévorer la vie de plus d’une femme ?

Comment peut on chercher ou solliciter la loyauté envers quiconque, y compris l’Etat, quand on accepte de développer des mécanismes qui ne conduisent qu’à l’infidélité, à la tromperie et à la fourberie ?


Comment peut-on vouloir faire du Gabon un pays émergent quand on favorise sans état d’âme le vol, d’argent, de mari ou d’épouse ?

La polygamie est une réalité qui ne peut conduire le Gabon à rien de bon sinon à l’entraîner dans un tourbillon de vices. Autrement dit, voler l’homme ou la femme d’autrui, encourager le vagabondage sexuel, parfois sur mineur, est non seulement permis par la loi de notre pays mais surtout mis en application par certaines autorités sensées montrer l’exemple. Ce qui nous amène à nous interroger sur le sens de responsabilité détenu par nos dirigeants. De cette conception des choses, le retard du Gabon trouve une légère explication.

La loi « Nzouba » qui est un véritable fiasco ou un réel mal pour notre pays, du fait de sa légalisation du vol des corps et des cœurs, nous permet de mieux comprendre pourquoi la disparition non mystérieuse des 7 milliards 920 millions de francs CFA à l’assemblée nationale semble ne plus choquer plus d’un. Voici où entraînent des habitudes comme la polygamie : la banalisation du vol qui reste pourtant un délit.  
Disons non à la polygamie car cette dernière continue de rester le seul refuge des égoïstes et des briseurs de vie dans notre pays.


Par Télesphore OBAME NGOMO

 

http://www.gabonlibre.com/Gabon-La-polygamie-un-delit-legalise-a-combattre_a11181.html

 

 


--------------------------------

 

  


4 - POLYGAMIE D’ICI ET D’AILLEURS

 

La polygamie peut se définir comme le lien de mariage entre un homme et plus d’une femme. Elle est souvent associée aux clichés, d’où à priori, l’indignation et le débat dans les sociétés occidentales. Le terme est formé à partir de deux mots grecs, polus qui signifie « plusieurs » et gamos, signifiant « mariage ». La polygamie est à distinguer des mariages de groupes, forme de polyamour impliquant plusieurs partenaires de chaque sexe.

 

La polygamie est à distinguer de la bigamie, situation dans laquelle une personne contracte plusieurs mariages séparément, sans avoir juridiquement obtenu la dissolution du précédent ou sans que les deux conjoints soient au courant de cette situation. La polygamie est encore très répandue en Afrique occidentale, particulièrement dans les pays francophones tel que la cote d’ivoire, le Sénégal, le mali, etc. par rapport aux anciennes colonies. Lorsque l’on parle de la polygamie, c’est d’abord à l’Islam et la tradition africaine que pensent beaucoup d’occidentaux. Aujourd’hui, faire une distinction entre l’Africain islamisé et polygame et le chrétien monogame nous paraît comme un point de vue de l’esprit. Il y a aussi la tentation de confondre la cause de la pauvreté et la polygamie. La réalité est plus complexe que cela.

  

 


CULTURE AFRICAINE : La polygamie

 

La polygamie se veut une manifestation de puissance, et d'abord de puissance sexuelle de la part du mâle qui la contrôle. Mais elle a été aussi, au long de sa très ancienne histoire bien avant l’Islam un outil politique. Aujourd'hui nous associons prioritairement cette pratique à l'Islam; pourtant la polygamie est loin d'être propre à cette religion, les Ecritures et autres livres saints abondent de preuves qu'elle était reconnue comme pratique courante chez les Hindous, chez les Zoroastriens et les Juifs.

 

 


Survol historique de la polygamie.

 Elle remonte jusqu'aux premiers témoignages écrits concernant la vie amoureuse entre hommes et femmes depuis l'antiquité.Sans aller jusqu'à la conseiller, l'Ancien Testament ne s'y était guère opposé. Il la tolérait sans aucune restriction, contrairement à l'Islam qui la soumet à des conditions draconiennes. La Genèse nous décrit une société patriarcale polygame. Le harem de David est célèbre et celui de son fils Salomon l'est encore plus. Bien avant eux Abraham et Moïse étaient polygames. Les sociétés égyptiennes sauf pour le pharaon, grecques et romaines étaient résolument monogames, et la monogamie signifie que l’individu cohabite avec une seule femme. Elle ne veut pas dire en effet que le mari n’a pas de concubines ou n’use pas de ses servantes, elle signifie simplement qu’une seule femme lui donnera des enfants légitimes.


 

 

Vue traditionnelle de la polygamie en Afrique

La polygamie, pratique ancestrale africaine, qui consiste pour un homme à avoir plusieurs femmes, a pour objectif la création d’une famille nombreuse. Pourquoi une famille nombreuse? Le fait d’avoir plusieurs femmes témoigne de la virilité de l’homme. Les différentes femmes représentent de nombreux bras pour l’autosubsistance de la famille: culture de champs, fourniture d’eau et cuisine sont leur domaine.

 

Une femme doit obligatoirement faire des enfants. Si elle ne peut pas procréer, elle doit accepter que son mari aille chercher une autre femme plus jeune pour assumer cette fonction. Dans certaines ethnies, la femme va chercher parmi ses sœurs ou ses cousines proches de la coépouse celle qui viendra donner des descendants à son mari. Elle pourra, ainsi, se charger de leur éducation. Ce choix de la femme au sein de sa propre famille a pour but d’empêcher le mari d’aller chercher dans une famille qui lui est extérieure. Elle conserve ainsi l’intégralité de la richesse ou du patrimoine de son mari et évite le morcellement ou le partage, avec une autre famille que la sienne. Le célibat de la femme étant très mal perçu en Afrique noire, la polygamie pourrait signifier, pour celui qui la pratique et certains adeptes, la mise de la femme à l’abri de la débauche. 

 

L’autre objectif de la polygamie c’est la procréation de nombreux enfants. Dans une Afrique où les systèmes modernes de protection sociale n’existaient pas, avoir plusieurs enfants, c’était assurer ses vieux jours, une retraite garantie. Car, si la plupart des enfants réussissent, ils reprennent à charge une partie de leur fratrie, (c’est souvent les plus jeunes). Ils aident leur père à l’entretien du reste de la famille. Les aînés soulagent ainsi leurs pères de la charge des plus jeunes. Il s’agit d’une véritable solidarité familiale.

 

Depuis les indépendances, beaucoup de facteurs viennent remettre en cause ce type de famille. Ils ont pour noms : le système économique instauré après les années 1960, le système de protection sociale en place encore embryonnaire, le travail des femmes dû à une instruction galopante, l’exercice du commerce informel, le changement de mentalité vis-à-vis du célibat des femmes etc. Néanmoins le constat est clair. La polygamie, comme toute institution, suit les mutations. Dans les pays où la loi l’interdit, elle prend la forme de pratique extraconjugale (« les bureaux » ou, dans les pays occidentaux « les maîtresses »).


 


Coépouses, maîtresses, qu’elle différence ? 

Est-ce que la pratique occidentale des maîtresses ne vient pas conforter les adeptes de cette forme de famille? Même si la pratique occidentale, discrète, mais hypocrite, n’en constitue pas moins une relation d’homme avec deux ou trois femmes, cela signifierait-il que de telles pratiques ont de beaux jours devant-elles? La polygamie a beaucoup évolué avec la mutation des sociétés africaines. Un certain nombre de changements se produit au sein des familles : avec l’accentuation des difficultés économiques, l’aspiration à une famille de taille élevée diminue. La solidarité familiale étant la clé de voûte de la société malienne, plus la taille de la famille est grande, plus ceux qui réussissent à s'en sortir ont des contraintes et des obligations envers ses membres.

 

Cependant, abandonner la polygamie suppose un autre fonctionnement de la société et une remise en cause du pouvoir des hommes sur les femmes. Ce système matrimonial, en effet, est source d'inégalité: il donne plus de droit à l'homme qu'à la femme, plus de pouvoir au riche qu'au pauvre qui pourra avoir plus de femmes et tirer profit de leur travail et de celui de leurs enfants, surtout à la polygamie n’est pas une pratique limitée à l’islam; la vérité, c’est qu’elle était déjà pratiquée chez les Gens du Livre, c’est-à-dire les juifs et les chrétiens. Ce n’est que plus tard, dans leur histoire, que leurs hommes religieux se sont mis à la désapprouver et même à l’interdire. Cependant, lorsque l’on étudie l’histoire de leur religion, on découvre que la polygamie était, à l’origine, considérée comme une pratique acceptable, et même encouragée.

 

 


Polygamie et religion

Dans l'islam, la polygamie, contrairement à l'adultère, est licite à certaines conditions et est traditionnellement justifiée par divers passages du Coranavec toutefois un maximum de quatre épouses simultanément. Mahomet, notamment, avait par exemple plusieurs femmes. Néanmoins, les foyers monotypiques ont toujours été majoritaires et cette tendance s'accentue probablement par une lecture plus stricte de la sourate qui parle de la polygamie. Dans la plupart des christianismes, le mariage chrétien est monogamique, à l'exception de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours dans laquelle le mariage plural a été établi puis abrogé en 1889. Au cours de la première période de son histoire, l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (mormons) pratiquait la polygamie, aux États-Unis. Plus tard, pour pouvoir continuer à la pratiquer, des groupes dissidents quittèrent l’Église après que cette dernière l’eût bannie.

 

De nos jours encore, ces groupes pratiquent la polygamie en Utah, dans d’autres états voisins et dans des colonies éparpillées, et certains individus sans affiliation à une Église organisée la pratiquent également. La polygamie n'est pas islamique, et elle a pratiquement existé chez tous les peuples, usage qui perdure d'ailleurs jusqu'à aujourd'hui dans certaines régions du monde comme en Afrique noire par exemple, indépendamment de toute religion. Cette institution inscrite dans les mœurs est souvent liée à la survie des clans : on épouse au maximum pour procréer au maximum. La polygamie est une coutume, pas un précepte religieux.

 

 


Les raisons de la polygamie

La religion musulmane est l'une des principales causes de la POLYGAMIE. En effet, cette religion autorise la POLYGAMIE dans le cas l'homme a les moyens et d'aimer toutes ses femmes de la même façon, car elle prétend qu'afin d’éviter l'adultère il est nécessaire qu'un homme se marie à plusieurs femmes. La stérilité peut être considérée comme une cause de la POLYGAMIE car certaines personnes ayant la première épouse stérile sont obligés d'en prendre une seconde à fin d'avoir au moins un héritier. Car avoir un héritier reste et demeure le vœu de tout père.

 

Le besoin de main d'œuvre peut être considéré comme une cause. C’est ainsi fait que certaines femmes n'admettent que leurs maris prennent une seconde épouse avec laquelle les besoins seront repartis les tâches ménagères. Pour certains chefs de famille, les femmes et les enfants constituent une main d'œuvre champêtre, et les enfants constituent une sorte de richesse pour certains hommes.

 

 Le mariage forcé qui fait que certains hommes deviennent POLYGAME en se mariant avec plusieurs femmes à cause de l'obligation fait par leurs parents. Notons que dans ce cas précis, si l'homme prend une autre femme c'est parce qu'il est assez riche pour payer la dot réclamée par les parents de la famille en question.

Le veuvage: nous pouvons aussi retenir le veuvage, car certaines traditions exigent car après le décès d'un homme marié sa ou ses femmes soient épousées par son frère direct. Ceci est également un mariage forcé qui est source de nombreuses complications et dont le cas précis on peu rencontrer plusieurs problèmes avec la première femme qui ne s'attendait pas à cela.  Les caprices de l'homme: nous avons aussi les caprices de l'homme comme cause car nous remarquons que beaucoup d'hommes à cause du goût de changement, d’un appétit sexuel se remarient.

 

En ce qui concerne la tendance du mariage polygame par rapport au mariage monogame le Bénin et le Cameroun restent constants. Citons l’exemple du Ghana (pays anglophone) où on constate une forte baisse de la polygamie ; un cas exceptionnel parmi les pays subsahariens. Toutefois il n’est pas démontré qu’il n’y a aucun rapport avec l’histoire coloniale de l’Afrique subsaharienne. Pour l’évolution ou le taux de polygamie, par contre il est certain que là où il y a développement social et économique la polygamie est en baisse. Et par conséquent le nombre d’enfants par famille est moins important en dépit des problèmes économiques, les bouleversements sociaux et culturels liés à la mondialisation l’évolution de la polygamie ne semble pas affectée en Afrique de l’ouest en général.

 

   


Avantages et Conséquences de la polygamie

La POLYGAMIE entraine de nombreuses conséquences aussi bien positives que négatives. Dans les campagnes, les femmes et les enfants constituent une main d'œuvre abondante qui permet l'augmentation des rendements agricoles qui, moissonnés seront destinés à la vente afin d'augmenter le Budget familial. Le polygame, ayant plusieurs femmes et enfants est respecté surtout dans la société musulmane. L'enfant est donc considéré comme un élément de prestige social. Nous pouvons retenir comme principal avantage le fait que les travaux culinaires se font à tour de rôle. Cela permet aux différentes femmes de se reposer.

 

La POLYGAMIE a également des effets néfastes que nous explicitons dans les lignes suivantes : Sur le plan économique la polygamie entraine des problèmes financiers pour le mari au cas où il n'a pas assez de moyens pour subvenir aux besoins de la famille. En général les hommes ne travaillent pas et c'est aux femmes de se battre pour nourrir les enfants. Dans la plupart des familles polygames, les enfants sont mal éduqués car ils leur manquent  l'affection et l'éducation paternelle, vu que le père n'a pas toujours le temps de s'occuper d’eux. Et ce manque d'éducation entraîne des troubles sociaux. 

 

Il y a aussi le manque de moyens qui entraîne la délinquance juvénile car les enfants sont obligés de se débrouiller eux-mêmes pour gagner leur pain quotidien sont tentés par le vol, la prostitution qui peut entraîner la contagion des maladies sexuellement transmissibles (MST). En effet lorsque l'un des conjoints est porteur d'une MST il va de sois qu'ils le transmettent aux autres, et ceci représente une menace pour la société. Sur le plan familial il y a la jalousie qui entraîne les mésententes entre les femmes et les enfants.

 

En effet chaque femme cherche à avoir le plus d'affection de la part de leur mari. Il en est de même pour les enfants car chacun veut que lui et sa mère soient le préféré de leur père. Il y a aussi le problème d'héritier qui se pose car chaque femme veut que son enfant soit l'héritier du père après sa mort. Par ailleurs, de nombreux pays dans le monde autorisent la polygamie, sans néanmoins l'encourager ouvertement. C'est le cas non seulement de la totalité des pays à forte population musulmane, à l'exception de la Turquie et de la Tunisie, l'ayant interdite en1957, mais également de quelques pays animistes africains. La polygamie est une pratique mal perçue dans la civilisation occidentale, au point que de nombreux Etats la reconnaissent comme un délit. 

 

Aujourd'hui, la polygamie est un sujet "tabou" car notre siècle est celui de la libération de la femme. Dans les sociétés occidentales où le système n'accepte pas les mariages multiples, il serait impensable de légaliser cette pratique. L'image d'un homme ayant plusieurs femmes est perçue comme un esclavage de la femme. La monogamie propose aujourd’hui une alternative en cas d’échec : le divorce. Il donne une chance de recommencer une nouvelle vie, une nouvelle famille. Ce n’est donc qu’une polygamie par étapes qui, toutefois, a le mérite d’offrir un nouveau départ à la femme comme à l’homme.

 

Écrit par  Fidélia K. M. / lundi, 09 septembre 2013

 

http://congo24.net/Acceuil/index.php/cinema/623-polygamie-d-ici-et-d-ailleurs.html

  

 POLYGAMIE D’ICI ET D’AILLEURS 


--------------------------------

 

   

 

 

 






Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ GABON/ FOOTBALL/ CAN 2017 : Coupe d'Afrique des nations de football 2017 au Gabon

» AFRIQUE/ SPORT/ Ballon d'Or africain 2016 : Riyad Mahrez sacré pour sa brillante saison avec Leicester

» MONDE/ SPORT/ JEUX OLYMPIQUES DE RIO DE JANEIRO (RIO 2016) : Fin des jeux olympiques de Rio de Janeiro (vive Tokyo 2020)

» MONDE/ SPORT/ JEUX OLYMPIQUES/ RIO 2016 : Les Jeux olympiques de Rio sont officiellement ouverts

» MONDE/ SPORT/ FOOTBALL/ EURO 2016 : victoire du Portugal 1-0 face à la France

» MONDE/ SPORT/ LEADERSHIP SPORTIF : Equipes championnes (Leicester City FC, football anglais) et Cleveland Cavaliers (National Basketball Association - NBA)

» MONDE/ SPORT/ TENIS/ CHAMPIONS : ces champions et championnes qui confortent leur leadership

» MONDE/ SPORT/ BASKET-BALL/ NBA : Stephen Curry désigné meilleur joueur de la saison régulière pour la deuxième année consécutive (Curry est le premier joueur de l'histoire de la NBA élu MVP à l'unanimité)

» MONDE/ CULTURE/ MUSIQUE : Prince, artiste-musicien de génie, l’un des dieux contemporains de la musique moderne (poursuite des décès bizarres et suspects des grands artistes américains)

» MONDE/ CULTURE/ CINEMA/ OSCARS 2016 : Leonardo DiCaprio décroche l’Oscar du meilleur acteur

» MONDE/ FOOTBALL/ FIFA/ REFORMES : Gianni Infantino devient le neuvième président de la FIFA

» MUSIQUE/ REGGAE/ ROCK : nouveaux espoirs, nouvelles sonorités, nouveaux combats

» MONDE/ BASKETBALL/ KOBE BRYANT : Kobe, joueur et basketteur brillant de légende

» MONDE/ FOOTBALL/ FIFA/ BALLON D’OR 2015 : Lionel Messi remporte un cinquième Ballon d'Or

» AFRIQUE/ FOOTBALL/ GLO CAF AWARDS 2015/ NOMINES : Les lauréats du Glo CAF Awards 2015 (Pierre-Emerick Aubameyang, meilleur joueur africain de 2015)

» MONDE/ SPORT/ COUPE DU MONDE DU RUGBY : La Nouvelle-Zélande remporte la Coupe du monde de rugby

» MUSIQUE/ REGGAE/ PETER TOSH : “Roots, Rock, Reggae” with “ Word, Sound and Power ” (Peter Tosh, copié et inégalé, toujours la meilleure section rythmique du Reggae)

» AFRIQUE/ATHLETISME/ 11es JEUX AFRICAINS : ouverture des 11es Jeux africains à Brazzaville

» MONDE/ RUSSIE/ MONDIAUX DE NATATION : L’heure du bilan pour les Mondiaux de natation

» MONDIAUX D’ATHLETISME/ PEKIN 2015 : les meilleurs athlètes et le bilan sommaire

» MONDE/ AZERBAIDJAN/ JEUX EUROPEENS/ BAKU 2015 : les premiers jeux européens sont ouverts

» COTE D’IVOIRE/ ART ET CULTURE : Mlle N’guessan Kakou Andréa, miss Côte d’Ivoire 2015

» MONDE/ FEDERATION INTERNATIONALE DE FOOTBALL ASSOCIATION (FIFA)/ ELECTION : : M. Joseph Sepp Blatter démissionne de la présidence de la FIFA

» MONDE/ JAPON/ CULTURE : Ariana Miyamoto a été élue Miss Japon 2015

» SPORT/ COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS 2015 : victoire de la Côte d’Ivoire sur le Ghana

» SPORT/ HANDBALL/ MONDIAL 2015 : La France sacrée championne du monde après sa victoire sur le Qatar (22-25)

» AFRIQUE/ SPORT/ FOOTBALL : Yaya Touré, élu meilleur joueur africain 2014, entre dans l’histoire

» MONDE/ FRANCOPHONIE/ OIF/ GOUVERNANCE : Nouveau secrétaire général et nouvelle gouvernance ( ?)

» PETER TOSH : redécouvrir le bon reggae avec Peter Tosh, mort le 11 septembre 1987

» SPORT/ POLITIQUE/ POLITISATION DU SPORT MONDIAL : l’immixtion sournoise de la politique dans le sport

» MONDE/ CULTURE ET ECONOMIE/ CINEMA : les grands moments du cinéma…

» MUSIQUE/ REFERENCES MONDIALES : meilleurs guitaristes et meilleures chansons

» SPORT/ JO SOTCHI 2014 : des olympiades ouvertes à tous et l’Afrique y sera

» MUSIQUE/ REGGAE : Grammy Award du meilleur album de reggae

» FOOTBALL/ AFRIQUE : Yaya Touré sacré meilleur joueur africain 2013


Haut de page