Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

MUSIQUE, SPORT ET CULTURE


Publié le 09/07/2014 à 20:25:37
SPORT/ POLITIQUE/ POLITISATION DU SPORT MONDIAL : l’immixtion sournoise de la politique dans le sport





1 – « Malgré les tentatives du CIO pour promouvoir "l'Esprit olympique", un ensemble de normes et de valeurs spécifiques, le sport a perdu depuis bien longtemps son innocence morale. Bien souvent au centre des controverses, les gouvernements ont de plus en plus pris l'initiative de définir quel type de valeurs le sport détient pour la société contemporaine. Les Jeux Olympiques de 1936 à Berlin sont un excellent exemple des débuts de la politisation du sport orchestrée par l'État et de son utilisation flagrante comme outil de propagande. L'agenda politique du sport est devenu aujourd'hui plus complexe et différencié. »


  

 

2 - Le geste de Smith et Carlos leur a valu d'être exclus à vie des Jeux Olympiques.

Octobre 1968 : les JO se déroulent à Mexico. Les athlètes noirs-américains et certains de leurs compatriotes blancs ont décidé de porter un macaron sur leurs tenues : "Olympic project for human rights" (Projet olympique pour les droits de l'Homme). Ils ne souhaitent pas boycotter les Jeux mais montrer aux yeux du monde les injustices dont ils sont victimes en tant que noirs.

Le 16 octobre, Tommie Smith remporte le 200 m des JO ; son compatriote John Carlos termine 3e de la course. Lors de la remise des médailles sur le podium, les deux Américains lèvent un poing ganté de noir et gardent la tête baissée pendant que résonne l'hymne des Etats-Unis.

L'Amérique est alors en pleine bataille des droits civiques. Avec ce geste, ils entendent donc protester contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Bien qu'ils n'aient jamais fait partie des Black Panthers, les deux athlètes sont en phase avec la théorie du Black power (le pouvoir noir aux Etats-Unis).

"Les Américains lèvent un poing ganté de noir et gardent la tête baissée pendant que résonne l'hymne des Etats-Unis"

Le CIO juge ce geste scandaleux et ordonne aux officiels américains de suspendre Smith et Carlos. Ils seront ensuite exclus à vie des JO. »

 

  JO : ces événements qui ont marqué l'histoire    

  

-------------------------------

 

  

  

1 - La vision politique du sport : valeurs, vertus et victimes

 

Malgré les tentatives du CIO pour promouvoir "l'Esprit olympique", un ensemble de normes et de valeurs spécifiques, le sport a perdu depuis bien longtemps son innocence morale. Bien souvent au centre des controverses, les gouvernements ont de plus en plus pris l'initiative de définir quel type de valeurs le sport détient pour la société contemporaine.

 

Les Jeux Olympiques de 1936 à Berlin sont un excellent exemple des débuts de la politisation du sport orchestrée par l'État et de son utilisation flagrante comme outil de propagande. L'agenda politique du sport est devenu aujourd'hui plus complexe et différencié. La plupart des gouvernements ont un vif intérêt pour le sport car il crée des emplois, fournit aux individus un sentiment d'appartenance et contribue de manière importante à l'éducation des jeunes, par exemple en leur enseignant les valeurs du travail d'équipe, le leadership, les règles, la victoire et la défaite, ingrédients clés des systèmes sociaux et économiques modernes. Le sport est aussi censé résoudre les problèmes sociaux et intégrer les diverses populations.

 

La logique politique de la participation et de l'accueil des grands événements sportifs internationaux est moins complexe. Les principales préoccupations sont le prestige d'un pays, la reconnaissance internationale, les opportunités en termes de relations publiques et la génération de revenus. Les recherches au cours des vingt dernières années ont cependant montré à maintes reprises que la plupart de ces retombées envisagées sont exagérées. Certaines ne se sont jamais matérialisées.

 

Il ne fait aucun doute que les identités de nombreuses personnes et leur sentiment d'appartenance sont inextricablement liées à leur représentation, personnelle ou collective, du monde du sport. Les équipes et les clubs sont souvent des points focaux et contribuent considérablement à la construction et à l'expression des identités locales, régionales et nationales. Jeux Olympiques, Coupes du Monde et autres tournois internationaux offrent des occasions de célébrer sa nation, de revivre les rivalités dépassées et, surtout, d'expérimenter émotionnellement la notion abstraite de citoyenneté.

 

Toutefois, le sport est une arme à double tranchant. Il révèle et renforce souvent les divisions et les inégalités fondamentales. En dépit de quelques améliorations spectaculaires au cours des dernières décennies, le genre, la classe, l'ethnie, la couleur de la peau et l'orientation sexuelle sont des causes fréquentes de pratiques discriminatoires. La fin de la guerre froide au début des années 1990 a libéré le monde du sport international d'un lourd fardeau. Toutefois, ceci n'a pas conduit à une dépolitisation générale du sport, mais à un changement qualitatif. La rivalité entre l'hôte catalan et l'Etat espagnol dans le contexte des Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 ou les nombreuses controverses autour des Jeux de Pékin 2008 sont deux exemples qui illustrent ce changement.

 

Bien que Kofi Annan ait souligné à plusieurs reprises le pouvoir des manifestations sportives internationales pour unir les citoyens de différentes nations, cette croyance doit être traitée avec prudence. La même chose s'applique à tous les bénéfices que le monde du sport est censé produire, afin de résoudre les problèmes sociaux et d'améliorer la qualité de vie des citoyens d'un pays.

 

Sport et Citoyenneté | 28.03.2011 / Mis à jour le 28.03.2011/ Par Udo Merkel

 

http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/03/28/la-vision-politique-du-sport-valeurs-vertus-et-victimes_1499795_3242.html/

 

  


----------------------------------

 

 

  

2 - JO de Sotchi : la politisation de la fête du sport

 

Le président du Comité international olympique Thomas Bach a exhorté les politiques à ne pas utiliser l’Olympiade dans leurs intérêts. Il a également critiqué ceux qui ont refusé d’aller aux JO d’hiver de Sotchi, dont le président allemand Joachim Gauck. Les experts regrettent que ces derniers temps les JO soient politisés.

 

A la veille des JO les appels à boycotter l’Olympiade sont nombreux suite à l'adoption de la loi russe sur l'interdiction de la propagande homosexuelle auprès des mineurs. Selon les critiques du Kremlin, c’est une atteinte aux droits des LGBT en Russie. Par ailleurs, ils ne précisent pas la façon dont cela s’exprime. Mais ils continuent d’appeler à ne pas aller aux JO de Sotchi.

 

« Selon moi, les politique qui appellent à boycotter sont des hypocrites. D’une part, ils violent la Charte olympique qui met en avant les valeurs prônées par le mouvement olympique. D’un autre côté, il faut tenir compte du fait que le Comité international olympique a confié l’organisation des JO à la Russie. Alors, c’est l’affaire du Comité international olympique. Ces déclarations offensent le CIO et sont inadmissibles »,a expliqué le politologue Joseph Diskine.

 

Le président allemand Joachim Gauck, le président français François Hollande et d’autres politiques européens ont déjà annoncé qu’ils n’iraient pas aux JO de Sotchi. Quant aux Etats-Unis, la vice-secrétaire à la sécurité intérieure Janet Napolitano sera conduira la délégation américaine à la cérémonie d’inauguration des JO. La visite de Barak Obama pourrait ternir l’image du président, estime la Maison blanche. Une campagne de boycott des Jeux est déployée depuis plusieurs mois aux Etats-Unis. Les LGBT ont la même position.

 

Se proclamant militants des droits des minorités sexuelles, les auteurs de ce genre d’initiatives oublient complètement les droits des autres : sportifs et supporteurs pour qui l’Olympiade est avant tout la fête du sport.

 

Toutes ces déclarations n’auront aucun impact sur la tenue des JO, estiment les experts. Parmi les hôtes de haut niveau on retrouve président de la République populaire de Chine Xi Jinping, le premier ministre japonais Shinzo Abe, le président de la République tchèque Milos Zeman. Les chefs de gouvernement finlandais, italien, bulgare, estonien et la chancelière allemande assisteront également à l’Olympiade. Les leaders des pays membres de la Communauté des Etats Indépendants, les monarques norvégien et suédois, le prince de Monaco se rendront à Sotchi. Certains chefs de gouvernements ont annoncé ne pas pouvoir assister à la cérémonie d’ouverture, mais ils visiteront Sotchi lors de l’Olympiade.

 

T/ Par La Voix de la Russie

http://french.ruvr.ru/2014_01_29/Sotchi-la-fete-du-sport-ou-la-politique-0950/


 


----------------------------------

 

  

 

3 - Le massacre lors des Jeux de Munich en 1972

 

5 septembre 1972. Les J.O. battent leur plein à Munich en Bavière (Allemagne de l’Ouest). Soudain, le monde apprend avec stupeur que 11 athlètes israéliens ont été pris en otage par un commando palestinien. Le lendemain, 17 personnes, dont des otages et cinq Palestiniens, sont tués lors d’une fusillade sur l’aéroport militaire de Fürstenfeldbruck.

 

Pour les autorités de la République fédérale (l’Allemagne est alors divisée en deux entités : la RFA et la RDA), les Jeux olympiques sont un moyen de faire oublier les sinistres J.O. de Berlin en 1936, dans le cadre de la politique de détente entre le bloc de l’Est et les pays occidentaux. Jeux qui furent une vitrine du régime nazi.

Pour cette raison, l’ambiance dans le village olympique de Munich se veut détendue. Et la sécurité y est relativement lâche. Le commando palestinien, qui appartient à l’organisation Septembre noir, réussit à s’introduire à l’aube dans le bâtiment du village olympique qui abrite la délégation israélienne. Un athlète est tué, un autre grièvement blessé. Le CIO annonce la suspension des Jeux.

Les Israéliens refusent de négocier
En échange de la libération des otages, les membres du commando exigent la libération et le transfert en Egypte de 234 prisonniers palestiniens détenus par l’Etat hébreu. Fidèle à sa politique de refuser tout chantage, la Première ministre israélienne Golda Meïr annonce qu’elle ne négociera pas. Elle propose l’envoi sur place d’une unité de forces spéciales.

Le traitement de la prise d'otages sur ABC News


ABC, 6-9-1972

Le gouvernement fédéral du  chancelier fédéral Willy Brandt décline la proposition. Caractère fédéral de la RFA oblige, c’est la police bavaroise qui est chargée de dénouer l’affaire. Problème : celle-ci n’a pas l’expérience des affaires de terrorisme.




  


Improvisation
Les négociations s’engagent dans une certaine improvisation. Les responsables allemands proposent au commando de mettre à leur disposition un avion qui les emmènera vers le pays arabe de leur choix. La proposition est acceptée. Le soir du 5 juillet, les Palestiniens et leurs otages sont transférés à bord de trois hélicoptères jusqu’à l’aéroport militaire de Fürstenfeldbruck, à 30 km de Munich. Là, un Boeing est prêt à décoller.

Ordre est alors donné aux policiers de lancer l’assaut. Parmi eux, des tireurs d’élite qui ont surtout l'habitude de pratiquer le tir sportif. Se voyant cernés, les militants de Septembre noir lancent une grenade contre l’un des hélicoptères et tirent contre un autre, tuant tous les otages. Cinq Palestiniens sont abattus.



«Barbarie inqualifiable»
Dans le monde entier, la condamnation est quasi-générale. La France parle d'un «acte de barbarie inqualifiable». Mais au-delà, le drame, fortement médiatisé, ramène le conflit du Proche-Orient et la situation des Palestiniens au premier rang de l'actualité. En Allemagne, une réforme de la lutte anti-terroriste va donner naissance à une unité spécialisée (le GSG9), qui va inspirer le GIGN en France et des structures similaires dans de nombreux autres pays.

Quant aux Jeux de Munich, ils se terminent «dans une ambiance étrange marquée par les tensions» entre les délégations arabes et le CIO, et par le départ précipité de plusieurs équipes. Comme à Berlin en 1936, la fête olympique aura été gâchée...

 

Par Laurent Ribadeau Dumas | Publié le 02/08/2012/ Mis à jour le 15/11/2012

 

http://geopolis.francetvinfo.fr/le-massacre-lors-des-jeux-de-munich-en-1972-6843

 

 


-----------------------------------

 

  

 

4 - Mexico 1968 : le poing levé

 

Le geste de Smith et Carlos leur a valu d'être exclus à vie des Jeux Olympiques.

Octobre 1968 : les JO se déroulent à Mexico. Les athlètes noirs-américains et certains de leurs compatriotes blancs ont décidé de porter un macaron sur leurs tenues : "Olympic project for human rights" (Projet olympique pour les droits de l'Homme). Ils ne souhaitent pas boycotter les Jeux mais montrer aux yeux du monde les injustices dont ils sont victimes en tant que noirs.

 

Le 16 octobre, Tommie Smith remporte le 200 m des JO ; son compatriote John Carlos termine 3e de la course. Lors de la remise des médailles sur le podium, les deux Américains lèvent un poing ganté de noir et gardent la tête baissée pendant que résonne l'hymne des Etats-Unis.

 

L'Amérique est alors en pleine bataille des droits civiques. Avec ce geste, ils entendent donc protester contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Bien qu'ils n'aient jamais fait partie des Black Panthers, les deux athlètes sont en phase avec la théorie du Black power (le pouvoir noir aux Etats-Unis).

 

"Les Américains lèvent un poing ganté de noir et gardent la tête baissée pendant que résonne l'hymne des Etats-Unis"

 

Le CIO juge ce geste scandaleux et ordonne aux officiels américains de suspendre Smith et Carlos. Ils seront ensuite exclus à vie des JO.

 

En 2004, la commune de Saint-Ouen, en Seine Saint-Denis, choisit de baptiser sa salle des sports du nom de Tommie Smith. La Courneuve lui emboîte le pas en 2007. En 2005, une statue montrant Carlos et Smith sur le podium est érigée sur le campus de l'université de San Jose, aux Etats-Unis, où les deux athlètes étaient étudiants.

 

http://www.linternaute.com/sport/magazine/dossier/la-politique-s-invite-dans-le-sport/1.shtml/


 


---------------------------------------

 

 

  

5 - Sport et Politique en Afrique : Les liaisons dangereuses

 

Aucun jour ne passe désormais en Afrique sans que l’on rappelle à travers tous les medias que le continent, berceau de l’humanité, va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire la Coupe du Monde de Football 2010; et ce sera en Afrique du sud du 11 juin au 11 juillet 2010. Il s’agira de la 19ème édition du Mondial de football.

Mais qu’en est il alors de cette Afrique meurtrie et aux prises avec ses vieux démons de coup d’états, famine, troubles politiques et autres problèmes de ce genre ? Saura t elle faire face à une organisation sans trouble de ce grand événement ? Quelle est l’influence de la politique dans le domaine du sport en Afrique ? Peut-on réellement parler de liaisons dangereuses ?

 

C’est à toutes ces questions que les Orateurs du jour ont répondu devant un bel échantillon représentatif de la Presse française et panafricaine tout en signalant la présence d’un diplomate sud africain venu pour l’occasion assister aux échanges : M. Gontso Gontso.

 

Coupe du Monde 2010, miroir des relations entre la FIFA et l’Afrique.

Une affirmation est lancée dès le départ « la politisation des sports est aussi un trait structurel de la politique africaine ; le sport est un outil politique multidimensionnel : il sert non seulement d’élément d’affirmation nationale et de vecteur diplomatique dans l’arène des relations internationales mais il joue aussi souvent un rôle majeur dans la politique intérieure des Etats africains».

 

Mais l’Afrique serait, d’après Paul Dietschy, maître de conférences à l’université de Franche-Comté et chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po, davantage dans le clientélisme. Il ajoute que les relations entre la FIFA (Fédération internationale de football africain) et l’Afrique seraient à placer dans une catégorie de néocolonialisme relayant aussi l’avis de certains historiens sportifs.

 

Nous savons par ailleurs que l’Afrique du Sud est moins gravement touchée que bien d’autres pays. En effet, tandis que d’autres traversent ou prévoient une récession, l’économie de l’Afrique du Sud et du reste du continent croît toujours, bien qu’à un rythme ralenti disait le Président intérimaire sud africain son Excellence Monsieur Kgalema Motlanthe, au parlement du Cap, le 6 février 2009. Et de rappeler aussi dans ce même discours la leçon d’espoir, de résistance, de changement et de continuité de l’ancien président, Nelson Mandela, dans sa biographie « un Long Chemin vers la Liberté ». Mais cela n’empêche pas que les même délits de corruption, pots de vin et autres faits de népotisme soient révélés dans la construction des stades et cession des marchés aux entreprises pour l’organisation de cette coupe du monde 2010.

 

Une autre facette du sport en Afrique : les luttes de politique intérieure.

Thierry Vircoulon, chercheur associé au programme Afrique de l’IFRI, a quant à lui relevé le problème du sport à travers le prisme de la politique intérieure africaine qui l’utilise comme un marqueur politique notamment à travers les noms donnés aux stades, les tensions autour de certains match, comme un identifiant national relevant l’exemple de l’emprisonnement des joueurs congolais en 1970 après leur défaite et ivoiriens en 1980, comme outil de mobilisation des masses en frôlant parfois l’outrance et l’exagération mais aussi comme reflet des évolutions sociopolitiques du continent à travers la résurgence des sports traditionnels africains comme la lutte traditionnelle.

 

Le sport comme facteur d’influence politique en Afrique se démontre aussi à travers les hommes politiques qui se font promoteurs de clubs sportifs (exemple du Gouverneur du Katanga en RDC, le richissime Moise Katumbi, promoteur du Club de football TP Mazembe récemment champion de la RDC et champion d’Afrique de la CAF en 2009).

 

La diplomatie chinoise aussi utilise le sport pour construire son capital politique en Afrique en lui construisant des grands stades beaucoup plus que des écoles ou des hôpitaux.

 

Le sport en Afrique s’érige aussi comme lieu de violence politique et de combat politique.

 




Le rugby sud-africain : enjeu sportif ou politique ?

Bernard Cros, maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre où il enseigne la civilisation de la Grande-Bretagne et du Commonwealth, a particularisé son exposé sur le Rugby sud africain comme enjeu politique ayant survécu à plusieurs scandales politiques et racistes.

 

En effet dans un domaine où les émotions sont facilement engagées dans les actions autant par le public que les sportifs eux-mêmes ou leurs dirigeants, le danger évoqué est certes bien évident car tout peut vite dégénérer. Il incombe à tous d’être conscients d’actes posés.

 

« Le sport » n’est pas qu’un jeu, c’est surtout une fierté nationale pour les pays africains concernés. Jouer sa carte politique est une bonne chose pour les dirigeants mais penser aux retombées positives pour les populations et les sportifs eux même c’est mieux.

 

Il reste encore beaucoup à faire pour bâtir des organisations sportives dignes de ce nom en Afrique. Bonne chance à L’Afrique tout de même pour cette coupe du monde historique !!!

 

Nanou Mukolonga

 

http://loeildelexile.wordpress.com/2011/06/01/sport-et-politique-en-afrique-les-liaisons-dangereuses/

 

 

 

-----------------------------------

 

  

 

6 – CAMEROUN : suite politique et administrative de la défaite des Lions indomptables au Mondial 2014

 

 


 

 

 


-----------------------------------

 

  

 

7 - Coupe du monde FIFA 2014 – Lendemain de « honte nationale » au Brésil

 

Quelque 200 millions de Brésiliens se sont réveillés avec la gueule de bois, mercredi, après la cuisante défaite de la Seleçao 7-1 face à l’équipe allemande.

La « honte nationale », comme en parlent les médias et les fans brésiliens, est la pire défaite de l’équipe nationale brésilienne en Coupe du monde. Qui plus est, elle est survenue en territoire brésilien au cours de « leur Mondial ». 

 

Les journaux brésiliens rivalisent d’ingéniosité pour qualifier la déroute de la sélection nationale. « Massacrés », titre le site Internet du quotidien Folha de São Paulo. 

« La plus grande honte de l’histoire », titre quant à lui le journal sportif Lance, qui parle du « chapitre le plus dramatique depuis 50 ans », après l’humiliation au stade Maracana. Le journal sportif avance que la défaite contre l’Allemagne « a été une torture incomparable pour les fans de l’équipe brésilienne ». 

 

Au coeur de l’dentité nationale

Dernier refuge d’une population aigrie par les difficultés économiques, la sélection brésilienne a brisé les illusions d’un peuple qui rêvait d’une rédemption sportive. Un membre de la communauté brésilienne montréalaise, Bruno Hildebrando, épouse la vision des médias nationaux. « [Le soccer] c’est plus important qu’en Amérique du Nord, explique-t-il. On se voit dans un match. La sélection ce sont les meilleures de notre pays. Il y a un aspect émotionnel et psychologique important. »

« Le soccer a un impact sur la situation politique au Brésil en raison de la tension déjà très forte sur les plans politique et social depuis quelques années », poursuit M. Hildebrando en précisant que des élections générales se tiennent chaque année de la Coupe du monde.

 

Sifflée en début de tournoi, la présidente Dilma Roussef avait connu un regain de popularité au fil de la Coupe du monde. L’événement se déroulant sans accroc majeur en dépit des craintes initiales, la présidente a gagné 4 points dans les intentions de vote pour atteindre 38 % au cours du tournoi. Elle tentera d’être réélue lors de la présidentielle du 5 octobre prochain.

 

La défaite pourrait toutefois entraîner un retour de flamme dans la ferveur populaire. La déroute historique de la Seleçao pourrait raviver les critiques sur lesquelles les succès de la Coupe du monde avaient réussi à mettre une sourdine. Les dépenses de 11 milliards de dollars d’argent public, la préparation chaotique de l’événement, les retards dans la construction des stades et des infrastructures de transport de même que les manifestations qui ont marqué les semaines précédant le tournoi pourraient remonter à la surface et laisser un goût amer dans la bouche des Brésiliens.

« La présidente et son parti ont tenté de faire une association politique dans les médias, mais dès le début, ça n’a pas fonctionné, avance M. Hildebrando. La population a fait une démonstration contre la présidente en début de tournoi. Le gouvernement ne doit pas toucher à ça [la Coupe du monde]. »


 


Honte, frustration et grabuge

Si, dans l’ensemble, les Brésiliens sont plutôt restés calmes après la cuisante défaite, il y a quand même eu du grabuge, mardi soir, à Sao Paulo, selon la presse et la police brésiliennes. Une boutique d’électroménagers a été saccagée et plusieurs autobus ont été incendiés.

 

Le quotidien Folha de Sao Paulo mentionne que 20 autobus, qui se trouvaient dans un garage pour véhicules hors service, ont été incendiés dans le sud de Sao Paulo.

Trois autres autobus auraient brûlé dans d’autres quartiers de la ville.

La police ne confirme toutefois pas que ces actes de violence sont liés à la défaite Brésil contre l’Allemagne. Elle n’a pas non plus précisé combien de véhicules étaient partis en fumée.

 

La population démunie du Brésil a couramment recours à l’incendie d’autobus en guise de protestation.

De nombreux fans ont toutefois choisi de passer leur frustration dans la twittosphère, qui a connu un record d’affluence avec 35 millions de tweets au cours du match, dépassant le Super Bowl du 2 février dernier, qui avait généré 25 millions de messages.

« Quelqu’un peut m’expliquer comment un coup de genoux à Neymar fait 11 paraplégiques? », s’est notamment moqué @MonteiroLovato sur Twitter, évoquant la blessure qui a privé la Seleçao de son joueur vedette.

 

Une défaite historique

Ajoutant l’injure à l’insulte, le joueur allemand Miroslav Klose a profité de ce match pour marquer le but qui lui permettait de détrôner l’icône brésilienne Ronaldo – présent au match dans les hauteurs du stade – au sommet des buteurs de l’histoire de la Coupe du monde avec 16 buts.

 

La défaite contre l’Allemagne constitue la pire défaite de l’histoire de la sélection brésilienne depuis une dégelée de 6-0 aux mains des Urugayens en 1920. Le choc de la défaite de Macarana, à la Coupe du monde de 1950, était toutefois sur toutes les lèvres brésiliennes à la suite de la dégelée contre l’Allemagne. Le titre de la Coupe du monde avait échappé au Brésil dans une défaite surprise, de nouveau contre l’Uruguay, alors que la Seleçao n’avait besoin que d’un match nul pour s’assurer du titre.

Le Brésil ne pourra pas tourner la page avant quelques jours, puisque le tournoi n’est pas terminé. La seconde demi-finale opposant les Pays-Bas à l’Argentine doit être disputée cet après-midi. L’équipe brésilienne devra quant à elle se remettre de son traumatisme pour disputer la « petite finale », samedi. Elle devra alors affronter le perdant de l’autre demi-finale dans le match pour la troisième place.

 

« [Le match de la troisième place] C’est toujours comme un prix de consolation, explique M. Hildebrando. Un commentateur brésilien a dit que la dispute pour la troisième place, on devrait arrêter ça. C’est dommage de faire un match après une défaite. On devrait remplacer ça par un comptage de points. »

http://actualites.sympatico.ca/grands-titres/coupe-du-monde-fifa-2014-lendemain-de-%C2%AB%C2%A0honte-nationale%C2%A0%C2%BB-au-bresil/


 


-----------------------------------


 

 

 

  






Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ GABON/ FOOTBALL/ CAN 2017 : Coupe d'Afrique des nations de football 2017 au Gabon

» AFRIQUE/ SPORT/ Ballon d'Or africain 2016 : Riyad Mahrez sacré pour sa brillante saison avec Leicester

» MONDE/ SPORT/ JEUX OLYMPIQUES DE RIO DE JANEIRO (RIO 2016) : Fin des jeux olympiques de Rio de Janeiro (vive Tokyo 2020)

» MONDE/ SPORT/ JEUX OLYMPIQUES/ RIO 2016 : Les Jeux olympiques de Rio sont officiellement ouverts

» MONDE/ SPORT/ FOOTBALL/ EURO 2016 : victoire du Portugal 1-0 face à la France

» MONDE/ SPORT/ LEADERSHIP SPORTIF : Equipes championnes (Leicester City FC, football anglais) et Cleveland Cavaliers (National Basketball Association - NBA)

» MONDE/ SPORT/ TENIS/ CHAMPIONS : ces champions et championnes qui confortent leur leadership

» MONDE/ SPORT/ BASKET-BALL/ NBA : Stephen Curry désigné meilleur joueur de la saison régulière pour la deuxième année consécutive (Curry est le premier joueur de l'histoire de la NBA élu MVP à l'unanimité)

» MONDE/ CULTURE/ MUSIQUE : Prince, artiste-musicien de génie, l’un des dieux contemporains de la musique moderne (poursuite des décès bizarres et suspects des grands artistes américains)

» MONDE/ CULTURE/ CINEMA/ OSCARS 2016 : Leonardo DiCaprio décroche l’Oscar du meilleur acteur

» MONDE/ FOOTBALL/ FIFA/ REFORMES : Gianni Infantino devient le neuvième président de la FIFA

» MUSIQUE/ REGGAE/ ROCK : nouveaux espoirs, nouvelles sonorités, nouveaux combats

» MONDE/ BASKETBALL/ KOBE BRYANT : Kobe, joueur et basketteur brillant de légende

» MONDE/ FOOTBALL/ FIFA/ BALLON D’OR 2015 : Lionel Messi remporte un cinquième Ballon d'Or

» AFRIQUE/ FOOTBALL/ GLO CAF AWARDS 2015/ NOMINES : Les lauréats du Glo CAF Awards 2015 (Pierre-Emerick Aubameyang, meilleur joueur africain de 2015)

» MONDE/ SPORT/ COUPE DU MONDE DU RUGBY : La Nouvelle-Zélande remporte la Coupe du monde de rugby

» MUSIQUE/ REGGAE/ PETER TOSH : “Roots, Rock, Reggae” with “ Word, Sound and Power ” (Peter Tosh, copié et inégalé, toujours la meilleure section rythmique du Reggae)

» AFRIQUE/ATHLETISME/ 11es JEUX AFRICAINS : ouverture des 11es Jeux africains à Brazzaville

» MONDE/ RUSSIE/ MONDIAUX DE NATATION : L’heure du bilan pour les Mondiaux de natation

» MONDIAUX D’ATHLETISME/ PEKIN 2015 : les meilleurs athlètes et le bilan sommaire

» MONDE/ AZERBAIDJAN/ JEUX EUROPEENS/ BAKU 2015 : les premiers jeux européens sont ouverts

» COTE D’IVOIRE/ ART ET CULTURE : Mlle N’guessan Kakou Andréa, miss Côte d’Ivoire 2015

» MONDE/ FEDERATION INTERNATIONALE DE FOOTBALL ASSOCIATION (FIFA)/ ELECTION : : M. Joseph Sepp Blatter démissionne de la présidence de la FIFA

» MONDE/ JAPON/ CULTURE : Ariana Miyamoto a été élue Miss Japon 2015

» SPORT/ COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS 2015 : victoire de la Côte d’Ivoire sur le Ghana

» SPORT/ HANDBALL/ MONDIAL 2015 : La France sacrée championne du monde après sa victoire sur le Qatar (22-25)

» AFRIQUE/ SPORT/ FOOTBALL : Yaya Touré, élu meilleur joueur africain 2014, entre dans l’histoire

» MONDE/ FRANCOPHONIE/ OIF/ GOUVERNANCE : Nouveau secrétaire général et nouvelle gouvernance ( ?)

» PETER TOSH : redécouvrir le bon reggae avec Peter Tosh, mort le 11 septembre 1987

» AFRIQUE/ CULTURE ET SOCIETE : la légalisation de la polygamie dans les pays africains

» MONDE/ CULTURE ET ECONOMIE/ CINEMA : les grands moments du cinéma…

» MUSIQUE/ REFERENCES MONDIALES : meilleurs guitaristes et meilleures chansons

» SPORT/ JO SOTCHI 2014 : des olympiades ouvertes à tous et l’Afrique y sera

» MUSIQUE/ REGGAE : Grammy Award du meilleur album de reggae

» FOOTBALL/ AFRIQUE : Yaya Touré sacré meilleur joueur africain 2013


Haut de page