Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

DEVELOPPEMENT LOCAL, SOCIAL ET PROJETS


Publié le 24/09/2015 à 01:23:53
COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ VISITE D’ETAT : le Président Ouattara évalue les actions de développement concernant diverses régions du pays (Aboisso, Abengourou, Divo, Gagnoa, Daloa)




0.1 - « La nouvelle autoroute qui relie la capitale économique ivoirienne Abidjan à la ville historique de Grand-Bassam, première capitale ivoirienne a été ouverte, lundi, à la circulation par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara qui a entamé le même jour une visite d'Etat dans la région du Sud-Comoé (Sud-Est) du pays. « J'ai le plaisir de vous annoncer l'ouverture à la circulation de l'autoroute Abidjan-Grand Bassam dès aujourd'hui lundi 14 septembre 2015 (…), je reviendrais en novembre pour l'inauguration formelle », a annoncé le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara au cours d'un meeting à Grand-Bassam, le deuxième dans la région du Sud-Comoé. « Ce joyau architectural qui a coûté 62 milliards de FCFA » permettra de booster le tourisme dans cette région qui mérite une plus grande attention, selon Alassane Ouattara qui a par ailleurs, réitéré sa volonté de consolider la paix dans son pays. « Je veux la paix dans toutes les régions de la Côte d'Ivoire. Je condamne à nouveau la violence. Nos jeunes ne doivent pas être manipulés par les hommes politiques », a insisté M. Ouattara. Grand-Bassam, première capitale politique de la Côte d'Ivoire, est classée dans le patrimoine culturel de l'Organisation des nations unis pour la science, l'éducation et la culture (UNESCO ) depuis 2012. »

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA a animé le meeting de clôture de sa visite d’Etat dans la Région de l’Indénié-Djuablin, ce samedi 19 Septembre 2015, au stade Henri Konan Bédié d’Abengourou. A cette occasion, il a exprimé sa gratitude aux populations de la région, pour leur mobilisation exceptionnelle, la qualité de leur accueil et leur soutien constant à son égard. Il a également salué la mémoire d’illustres personnalités de la région et rendu un vibrant hommage à tous les rois et chefs traditionnels pour leur contribution primordiale et déterminante en faveur du retour à la paix dans notre pays. De même qu’à plusieurs cadres de la région pour leur contribution au développement de notre pays.

  

 


0.2 – « Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA a animé le meeting de clôture de sa visite d’Etat dans la Région de l’Indénié-Djuablin, ce samedi 19 Septembre 2015, au stade Henri Konan Bédié d’Abengourou. A cette occasion, il a exprimé sa gratitude aux populations de la région, pour leur mobilisation exceptionnelle, la qualité de leur accueil et leur soutien constant à son égard. Il a également salué la mémoire d’illustres personnalités de la région et rendu un vibrant hommage à tous les rois et chefs traditionnels pour leur contribution primordiale et déterminante en faveur du retour à la paix dans notre pays. De même qu’à plusieurs cadres de la région pour leur contribution au développement de notre pays. Le Chef de l’Etat a ensuite délivré un message de paix, de rassemblement, de cohésion sociale, de développement et surtout d’espoir.  Evoquant le vaste programme de reconstruction et de réhabilitation d’infrastructures sur toute l’étendue du territoire national, il a indiqué que la région de l’Indénié- Djuablin a bénéficié d’un investissement de 150 milliards de F CFA.»

  


--------------------------------------------

 

  

 

1 - Alassane Ouattara annonce l’ouverture de l’autoroute Abidjan-Bassam à la circulation

 

Grand Bassam (Côte d'Ivoire) - La nouvelle autoroute qui relie la capitale économique ivoirienne Abidjan à la ville historique de Grand-Bassam, première capitale ivoirienne a été ouverte, lundi, à la circulation par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara qui a entamé le même jour une visite d'Etat dans la région du Sud-Comoé (Sud-Est) du pays.

« J'ai le plaisir de vous annoncer l'ouverture à la circulation de l'autoroute Abidjan-Grand Bassam dès aujourd'hui lundi 14 septembre 2015 (…), je reviendrais en novembre pour l'inauguration formelle », a annoncé le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara au cours d'un meeting à Grand-Bassam, le deuxième dans la région du Sud-Comoé.


« Ce joyau architectural qui a coûté 62 milliards de FCFA » permettra de booster le tourisme dans cette région qui mérite une plus grande attention, selon Alassane Ouattara qui a par ailleurs, réitéré sa volonté de consolider la paix dans son pays.
« Je veux la paix dans toutes les régions de la Côte d'Ivoire. Je condamne à nouveau la violence. Nos jeunes ne doivent pas être manipulés par les hommes politiques », a insisté M. Ouattara.

Grand-Bassam, première capitale politique de la Côte d'Ivoire, est classée dans le patrimoine culturel de l'Organisation des nations unis pour la science, l'éducation et la culture (UNESCO ) depuis 2012.

SY/ls/APA/ Publié le lundi 14 septembre 2015/ APA

 

http://news.abidjan.net/h/563720.html



-------------------------------------------

 

  

 

2 - Visite d’Etat : Adiaké compte œuvrer à la réélection du Président Ouattara

 

Abidjan - Les populations d’Adiaké par la voix de leur maire, Hien Sié et de leur porte parole, Nzahi Aka, ont rassuré lundi, le Président Alassane Ouattara qu’elles comptent œuvrer à sa réélection en octobre prochain. "Comptez sur Adiaké, les populations sont à pied d’œuvre pour vous porter à la magistrature suprême", a affirmé M. Hien en remerciant M. Ouattara d’avoir remis la Côte d’Ivoire au travail et d’avoir redonné la fierté et l’espoir aux ivoiriens.
M. Hien a en outre témoigné sa gr atitude au chef de l’Etat pour a voir accepté d’être le candidat unique du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Il a été soutenu dans son assertion par le porte parole des populations, N’Zahi Aka, conseiller régional. "Adiaké debout comme un seul homme dit oui à l’appel de Daoukro et compte œuvrer à votre réélection", a-t-il ajouté pour sa part lors de son allocution. M. Aka a rappelé qu’en quelques années la présence du chef de l’Etat Ouattara a permis à la Côte d’Ivoire d’avoir entre autres, une croissance de plus de 9%, de ramener le siège de la Banque africaine de développement (BAD) à Abidjan, de permettre au pays de retrouver sa place dans le concert des nations.

(AIP)/ amak/kam/ Publié le lundi 14 septembre 2015/ AIP

 

http://news.abidjan.net/h/563707.html



--------------------------------------------------

  


 

3 - Côte d’Ivoire/Politique : "Avec Ado la Côte d’Ivoire sera grande", promet Alassane Ouattara depuis Adiaké

 

Abidjan - Animant un meeting, lundi dans la matinée à Adiaké dans le cadre d’une visite d’Etat de 48 heures qu’il effectue dans la région du Sud-Comoé, le président de la République, Alassane Ouattara a appelé ses compatriotes, notamment ceux de la localité à consentir à lui accorder un second mandat, assurant qu’il hissera le pays au rang des grandes nations. 


"Avec ADO la Côte d’Ivoire sera un grand pays", a-t-il lancé notamment aux populations Agni et Ehotilé d’Adaké sorties nombreuses pour l’écouter.
"Soyez avec ADO et vous ne serez pas déçus", a-t-il poursuivi avant d’appeler à l’union de tous les fils et filles de la Côte d’Ivoire, estimant que c’est dans "le rassemblement" que pourront se réaliser les grandes ambitions qu’il nourrit pour le pays. "C’est rassemblé qu’on fera de la Côte d’Ivoire un pays émergent, un pays moderne et respecté dans le monde", a fait remarquer le président de la République. Celui-ci a, pour ce faire, invité ses compatriotes à tourner le dos à la violence et à aimer leur pays. "Je voudrais que chaque Ivoirien dise j’aime mon pays, je veux la construire", a-t-il souhaité.

Adiaké constitue la première étape d’une visite d’Etat de deux jours que le président de la République effectue dans la ré gion du Sud-Comoé. Il anime un autre meeting à Grand-Bassam dans l’après-midi. Il sera mardi dans les départements de Tiapoum et d’Aboisso.

(AIP)/ kg/akn/ask/ Publié le lundi 14 septembre 2015 / AIP

 

http://news.abidjan.net/h/563715.html


 


-------------------------------------------------

 


 

 4 - Hommage à Alassane Ouattara dans le sud Comoé : les cadres de la région font le point des préparatifs de la fête.

 

En prélude de   la cérémonie d’hommage  dans le sud Comoé du samedi 11 juillet  2015 à Aboisso à la place Elleigand Etché dédié au président Ivoirien Alassane Ouattara.  Hier dimanche 05 juillet 2015 à la résidence de  Daniel Kablan Dunkan, premier ministre Ivoirien, les cadres et élus des quartes départements du sud Comoé ont passé au peigne fin les avancées des préparatifs de l’hommage à Alassane Ouattara. Prenant la parole le chef du gouvernement a situé le contexte  de la fête Là, il a rappelé les faits  qui justifient  que le sud Comoé rende hommage au numéro un Ivoirien.


«  Sous la conduite du président Alassane Ouattara, nous avons, en trois réalisé un taux de croissance d’environs 9% en moyenne, l’un des  plus élevés dans le monde. L’indice de sécurité est passé de 4 à 2. La Côte d’Ivoire est classée parmi les dix pays au monde ayant accompli le plus de réformes dans l’amélioration du milieu des affaires  par la banque mondiale en 2014-2015. »


Profitant de cette occasion il a appelé à l’union sacrée des filles et fils du sud Comoé autour de ce grand bâtisseur  qui n’est autre que le président Alassane Ouattara. Pour lui la région à le devoir de reconnaitre le mérite , les qualités et les réalisations du chef de l’Etat à savoir l’élargissement de la voie Aboisso Noé , l’alimentation de la ville d’Abidjan en eau potable à partir de Bonoua et l’éxcution de l’autoroute Abidjan-Bassam.

 

Selon lui le président Ivoirien a placé sa confiance en de nombreux fils du sud Comoé  et de nombreux projets ont été réalisés et  d’autres  en cours de réalisations. Pour lDaniel Kablan Dunkan, tout ceux-ci explique  la cérémonie d’hommage  du samedi 11 juillet 2015  est mérite pour ce grand d’état.

 

Quant au coordonnateur, Dr Aka Aouélé, président du conseil régional, il a estime avec cette mobilisation d’hier dimanche 05 juillet 2015 chez le premier ministre  est un signe que la région est acquise à la cause du candidat du RHDP. Notons qu’à  l’invitation du président du conseil régional, les présidents des onze commissions mises en place pour la cérémonie d’hommage au président de la république ont fait le point de leurs activités. Selon eux les choses avances bien.

 

Symphonie Mombohi/ 6 juillet 2015

 

http://bassamfm.com/hommage-a-alassane-ouattara-dans-le-sud-comoe-les-cadres-de-la-region-font-le-point-des-preparatifs-de-la-fete/



--------------------------------------------------

 

 

5 - Le Chef de l’Etat a animé le meeting de clôture de sa visite d’Etat dans la Région du Sud Comoé, à Aboisso

 

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a animé le meeting de clôture de sa visite d’Etat dans la Région du Sud-Comoé, à Aboisso, ce mardi 15 Septembre 2015. A cette occasion, le Chef de l’Etat a exprimé sa gratitude aux populations du Sud Comoé, ‘’une Région formidable’’, pour leur mobilisation exceptionnelle, la qualité de leur accueil et leur soutien constant à son égard.

 

Le Président de la République a également salué la mémoire d’illustres personnalités de la Région, avant de rendre un hommage appuyé à plusieurs Cadres du Sud Comoé et du Département d’Aboisso, notamment son Directeur de Cabinet, le Ministre Marcel AMON TANOH, pour leur contribution au développement de notre pays. Le Chef de l’Etat a ensuite dressé le bilan du plan de réhabilitation et de reconstruction que son aîné, le Président Henri KONAN BEDIE, et lui ont conçu, ensemble, pour la Région du Sud-Comoé.

 

Ce plan a permis, selon lui, d’effectuer un investissement de 200 milliards de F CFA dans la Région, notamment dans les domaines de l’électricité, de l’eau potable, des infrastructures routières, de l’éducation. Ainsi, 605 classes primaires, 12 collèges ont été construits, 450 manuels scolaires ont été distribués et 7850 tables-bancs ont été mis à la disposition des établissements scolaires.

 

En outre, l’Autoroute Abidjan - Grand-Bassam d’un coût de 62 milliards de F CFA a été ouverte à la circulation de même que d’autres chantiers importants sont en cours de réalisation. Le Président de la République a également annoncé le lancement d’un nouveau programme d’investissements de 100 milliards de F CFA dans le Sud Comoé. Ce programme permettra au Département d’Aboisso et aux autres départements de la Région d’avoir des infrastructures de qualité.

 

Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, réitéré sa volonté de trouver des emplois pour les Jeunes et les Femmes à travers le projet « Agir pour les jeunes » et le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI). En retour, les Jeunes devront se détourner, selon lui, de la violence et éviter de se faire manipuler par certains politiciens.

Pour le Président de la République, notre pays doit ses performances remarquables au climat de paix et de sécurité, mais également à l’union des ‘’enfants’’ du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, matérialisée par l’alliance RHDP. Cette alliance, a-t-il indiqué, est un gage de stabilité pour notre pays et nous devons la renforcer. C’est pourquoi, Il a tenu à renouveler ses remerciements à ‘’son aîné’’, le Président Henri Konan BEDIE pour l’appel de Daoukro.

 

Pour terminer, le Chef de l’Etat en a appelé au sens de responsabilité des Hommes politiques pour des élections apaisées dans notre pays, afin que nous puissions bâtir une Nation respectée et prospère.

Notons qu’avant le meeting, le Président de la République a procédé à la mise sous tension du réseau électrique du quartier Sokoura d’Aboisso qui compte 9000 habitants. Ce projet, d’un coût, de 200 millions de F CFA a nécessité l’implantation de 170 poteaux et d’un transformateur de 160 KVHA.

 

Selon le Ministre du Pétrole et de l’Energie, M. Adama TOUNGARA, qui a fait une présentation du projet, au plus tard en décembre 2015, toutes les agglomérations du Sud-Comoé qui ont plus de 500 habitants seront électrifiées; faisant passer le taux de couverture d’Aboisso à 98% et celui de toute la Région à 82%.

Notons par ailleurs que le Chef de l’Etat a échangé, au terme de sa visite d’Etat, avec les Cadres, les Rois et les Chefs traditionnels et religieux de la Région du Sud-Comoé.

 

15-09-2015 / Source : Service Presse

 

http://www.presidence.ci/actualite/89/



----------------------------------------------------

 

 

  

6 - Société/ Aboisso : la Première Dame inaugure le lycée moderne régional «Dominique Ouattara» d’Assouba


En marge de la visite d’Etat dans le Sud-Comoé, la Première Dame a inauguré, le mardi 15 septembre 2015, le lycée moderne régional « Dominique Ouattara » d’Assouba, localité située à 5 km d’Aboisso. Construite par le Conseil régional du Sud-Comoé, cet établissement permettra aux enfants du département de bénéficier d’une formation de qualité. La Première Dame, Dominique Ouattara en pointe dans la lutte pour l’amélioration de l’éducation à travers sa fondation Children of Africa a tenu à apporter son soutien à cette œuvre. Elle l’a d’ailleurs précisé en prenant la parole.

 

Pour cette dernière, l’inauguration de ce lycée est importante car elle s’inscrit dans la politique pour l’amélioration de l’enseignement en Côte d’Ivoire. Aussi, l’épouse du chef de l’Etat a profité de cette occasion pour faire des dons en nature et en espèce d’une valeur de 10 millions F CFA au lycée moderne et aux populations d’Assouba. Ce sont des vivres, des produits d’entretien et des équipements pédagogiques d’une valeur de 8 millions F CFA qui ont été offerts par la marraine du lycée moderne régional d’Assouba. En outre, l’épouse du chef de l’Etat a offert la somme de 2 millions F CFA aux élèves, au corps enseignant et aux populations présentes.

Le Ministre Aka Aouélé, Président du Conseil Régional du Sud-Comoé a remercié la Première Dame, Dominique Ouattara d’avoir accepté de donner son prestigieux nom à cet établissement. Il a révélé que cet établissement est l’un des 6 réalisés en 4 ans de gestion de la région par son équipe.
Dea Assé Audrey, élève en classe de 6ème du lycée a, quant à elle, remercié Madame Dominique Ouattara d’avoir accepté d’être la marraine du lycée moderne d’Assouba.

 

Publié le jeudi 17 septembre 2015/ L’intelligent d’Abidjan

 

http://news.abidjan.net/h/563900.html


 


-----------------------------------------------

 

1442587142pr_indenie.jpg   

(Merci)


7 - VISITE D’ETAT DANS L’INDENIE-DJUABLIN : LE PRÉSIDENT ALASSANE OUATTARA EST ARRIVE A ABENGOUROU POUR UNE TOURNÉE DE TROIS JOURS


Le Président de la République, SEM Alassane Ouattara est arrivé à Abengourou ce jeudi 17 septembre pour une visite d’Etat de trois jours dans la région de l’Indénié-Djuablin. Arrivée à 10 heures, en compagnie de son épouse Dominique Ouattara, il a reçu les honneurs militaires et bien avant les ovations des populations qui ont pris d’assaut l’artère principale de la « Cité Royale ».

 

Peu après cette étape protocolaire, le Chef de l’Etat s’est rendu à Agnibilékrou où est prévu un meeting à la mi-journée. Au cours de cette visite d’Etat, il présidera un Conseil des ministres dans la matinée du vendredi 18 septembre à Abengourou, puis animera un meeting dans la soirée à Bettié. L’étape ultime de cette tournée dans l’Indénié-Djuablin sera marquée par un meeting le samedi 19 septembre.

 

17-09-2015

 

http://www.gouv.ci/actualite_1.php?recordID=5994


 


-----------------------------------------------

 


8 - VISITE D’ETAT DANS L’INDENIE-DJUABLIN : LE CHEF DE L’ETAT A ANIMÉ UN MEETING À AGNIBILÉKROU, 1ÈRE ÉTAPE DE SA TOURNÉE DANS LA RÉGION

Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, arrivé à Abengourou ce jeudi 17 septembre 2015, dans la matinée, pour une visite d’Etat de quatre (4) jours dans la Région de l’Indénié- Djuablin, a animé, à la mi- journée, son premier meeting à Agnibilékrou. Intervenant à cette occasion, le Président Alassane OUATTARA, a d’abord exprimé sa grande joie pour ce ‘’ bel accueil’’ et cette ‘’ belle mobilisation’’ que les populations de ce Département lui ont réservés, ainsi qu’à la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA. Il a ensuite remercié les populations de cette localité pour leur soutien lors de l’élection présidentielle de 2010, au cours de laquelle elles ont porté ‘’largement’’ leur choix sur sa personne.


Après avoir salué la mémoire de certains fils et filles d’Agnibilékrou, le Chef de l’Etat a rendu un vibrant hommage à Sa Majesté AGNINI Bilé II, Roi du Djuablin, pour son ‘’affection’’ et pour le ‘’soutien’’ qu’il n’a cessé de lui apporter. Dans la même veine, il a salué l’action de plusieurs cadres de cette Région qui contribuent, au quotidien, au développement de la Côte d’Ivoire. Situant l’objet de sa visite, le Président Alassane OUATTARA a dit être venu à Agnibilékrou pour parler de ‘’ paix, de cohésion nationale, de rassemblement et de développement’’. Mais également pour voir et apprécier ce qui a été déjà réalisé et ce qui reste à faire dans ce Département qui, du reste, a un ‘’ grand potentiel’’ économique. 



A cet égard, il a révélé que dans le cadre du PPU (Programme Présidentiel d’Urgence), 21 milliards de F CFA (dont 4 milliards de F CFA pour Agnibilékrou), ont été investis dans la Région de l’Indénié- Djuablin, ces dernières années. Ces investissements, selon le Chef de l’Etat, ont porté, entre autres, sur la santé, l’éducation, l’eau potable, l’électricité, les infrastructures routières et l’Administration territoriale. Au titre des travaux en cours par exemple, dans le domaine des infrastructures routières, le Président de la République a évoqué la réhabilitation de l’axe Abengourou – Agnibilékrou (32 milliards de F CFA) et celle du tronçon Comoé – Abengourou (20 milliards de F CFA). Il a saisi cette occasion pour déplorer la ‘’lenteur’’ dans l’exécution de certains chantiers et a promis d’apporter des mesures ‘’additionnelles’’ et correctives pour faire accélérer les travaux.



Au titre des chantiers à réaliser dans les mois et années à venir, le Président Alassane OUATTARA a annoncé la signature d’un accord de prêt de 15 milliards de F CFA pour le renforcement du système d’alimentation en eau potable à Abengourou et dans les villes environnantes, notamment à Agnibilékrou ; la construction d’un Lycée de jeunes filles et de plusieurs collèges ; la transformation du Collège moderne de Tanguélan en Lycée ;le bitumage de la voirie de la ville d’Agnibilékrou ; le bitumage du tronçon Abengourou – frontière du Ghana (16 milliards de F CFA), etc.



Pour lui, tous ces travaux permettront de donner du travail aux jeunes. Une préoccupation qui lui tient à coeur et pour laquelle il a créé un Ministère spécifique dédié à l’emploi des jeunes. C’est pourquoi, il a demandé à certains politiciens d’éviter de ‘’manipuler’’ la jeunesse. Mais, pour le Chef de l’Etat, tout ceci a été fait et ne peut se faire que dans un climat de paix. Aussi, a-t-il tenu à rendre hommage à son Aîné, le Président Henri KONAN BEDIE, Président du PDCI- RDA, pour son ‘’Appel de Daoukro’’ et pour ses actions en vue de ‘’consolider’’ chaque jour, leur Alliance, le RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et le Paix).



Après avoir réaffirmé sa volonté de ‘’construire la paix’’, le Chef de l’Etat a indiqué que son ambition est de ‘’transformer’’ la Côte d’Ivoire et d’en faire un pays ‘’respecté, qui gagne à tous les niveaux, une nation en paix et en sécurité’’. Pour terminer, il a remercié le peuple du Djuablin pour sa ‘’générosité’’ à son égard et à l’endroit de la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA. Par ailleurs, comme il le fait à chaque étape de ses visites d’Etat, le Chef de l’Etat a fait des dons en numéraires et en véhicules de commandement pour le corps préfectoral, en véhicule d’intervention pour la Police, en équipements de salubrité (tricycles) et en équipement sanitaire (ambulance). Notons que dans l’après- midi et avant de quitter Agnibilékrou, le Président de la République est allé faire ses civilités au Roi du Djuablin, Sa Majesté AGNINI Bilé II. A l’occasion, il a été intronisé Nanan Brindou ASSAMANDJE II, du nom du 1er Roi du Djuablin.

Demain, Vendredi 18 septembre 2015, le Chef de l’Etat présidera un Conseil des Ministres à la Préfecture de Région d’Abengourou et animera son 2ème meeting à Bettié.

 

17-09-2015

 

http://www.gouv.ci/actualite_1.php?recordID=6000



----------------------------------------------------

 

 


9 - VISITE D’ETAT DANS L’INDENIE-DJUABLIN : LE CHEF DE L’ETAT A ACHEVÉ SA VISITE PAR UN MEETING AU STADE D’ABENGOUROU


Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA a animé le meeting de clôture de sa visite d’Etat dans la Région de l’Indénié-Djuablin, ce samedi 19 Septembre 2015, au stade Henri Konan Bédié d’Abengourou. A cette occasion, il a exprimé sa gratitude aux populations de la région, pour leur mobilisation exceptionnelle, la qualité de leur accueil et leur soutien constant à son égard. Il a également salué la mémoire d’illustres personnalités de la région et rendu un vibrant hommage à tous les rois et chefs traditionnels pour leur contribution primordiale et déterminante en faveur du retour à la paix dans notre pays. De même qu’à plusieurs cadres de la région pour leur contribution au développement de notre pays.

 

Le Chef de l’Etat a ensuite délivré un message de paix, de rassemblement, de cohésion sociale, de développement et surtout d’espoir.  Evoquant le vaste programme de reconstruction et de réhabilitation d’infrastructures sur toute l’étendue du territoire national, il a indiqué que la région de l’Indénié- Djuablin a bénéficié d’un investissement de 150 milliards de F CFA.

Ces investissements ont permis, selon lui, de procéder à des travaux d’électrification et d’extension du réseau électrique et d’eau potable, notamment la réparation de 53 pompes hydrauliques et la réalisation de 3 pompes à motricité humaine dans le département d’Abengourou, à la distribution de manuels et de kits scolaires ainsi qu’à la construction et à la réhabilitation de salles de classes et de collèges.

Ces investissements, a-t-il révélé ont aussi permis de procéder à la réhabilitation de centres de santé et du stade d’Abengourou ainsi qu’à la réhabilitation et à la construction d’infrastructures routières, notamment la réhabilitation de la voirie à Abengourou, le lancement des travaux de construction du Pont sur le fleuve Comoé, de même que ceux relatifs à la réhabilitation de la voie Adzopé - Pont Comoé, au renforcement de l’axe Pont Comoé - Abengourou et à la réhabilitation de l’axe Abengourou - Agnibilékrou.

En termes de perspectives, il est prévu un investissement additionnel de 120 milliards F CFA. Lequel permettra au premier trimestre 2016 le début des travaux d’alimentation en eau potable des départements d’Abengourou, de Niablé, de Bettié et des localités environnantes, pour un montant de 15 Milliards de F CFA, le bitumage des axes Agnibilékrou - Takikro et Agnibilékrou - Kokonou, la réhabilitation et l’extension du réseau électrique de la boucle de l’Est, ainsi que le financement du projet d’appui aux infrastructures agricoles.



Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, réitéré sa volonté de trouver des emplois pour les Jeunes et les Femmes à travers le projet « Agir pour les jeunes » et le Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI).  Pour terminer, le Président Alassane Ouattara s’est réjoui de l’appel de Daoukro et de l’alliance du RHDP, gages de stabilité pour notre pays, avant d’exhorter les Ivoiriens à l’union et au rassemblement pour bâtir une Nation émergente à l’horizon 2020.

Le maire de la Commune d’Abengourou, M. Amoikon Banga et le porte-parole des populations, M. Abinan Kouakou Pascal, président du Conseil régional de l’Indénié-Djuablin ont réaffirmé le soutien des populations au Chef de l’Etat, ‘’un Chef de travaux talentueux, un médecin urgentiste efficace, un pilote du développement, de la diplomatie, de la lutte contre la vie chère et un porte-bonheur.’

Notons qu’avant le meeting, le Chef de l’Etat a procédé à la mise sous tension du réseau électrique du quartier Henri Konan Bédié et à l’inauguration de l’avenue ‘’Alassane Ouattara’’. La mise sous tension du quartier Henri Konan BEDIE a nécessité un investissement de 335 millions de F CFA et l’implantation de 430 poteaux et de 2 transformateurs de 100 KVHA.  Cette action s’inscrit dans le vaste programme d’électrification rurale de la région, qui a fait passer le taux d’électrification de l’Indénié-Djuablin de 51% à 75% et celui d’Abengourou à 94% avec un taux d’éclairage public de 99%.

 

19-09-2015

 

http://www.gouv.ci/actualite_1.php?recordID=6006



---------------------------------------------------

 



10 - CONFÉRENCE DE PRESSE BILAN APRES LA VISITE D’ETAT DANS L’INDENIE-DJUABLIN : L’INTÉGRALITÉ DES ECHANGES DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE AVEC LA PRESSE

Le Chef de l’Etat, SEM Alassane Ouattara a animé une conférence de presse, ce samedi 19 septembre à la résidence présidentielle d’Abengourou, alors qu’il concluait une visite d’Etat de trois jours dans l’Indénié-Djuablin. A cette occasion, le Président de la République est revenu sur les motivations de cette visite qui lui a permis de faire le point des travaux engagés dans cette région. Le Président Alassane Ouattara qui a promis l’insensification des travaux, a répondu aux préoccupations des journalistes portant sur les élections, la situation au Burkina Faso, le dialogue avec l’opposition, etc. Ci-après l’intégralité des échanges du Chef de l’Etat avec les journalistes.

 

Propos liminaires:


« Mesdames, messieurs, nous voici au terme de notre visite d’Etat que je viens d’effectuée dans la région de l’Indenié-Djuablin. Comme vous le savez, j’ai eu l’occasion d’échanger avec les populations à Agnibilékrou, le jeudi. A Bettié, le vendredi et aujourd’hui, ce matin à Abengourou. J’ai aussi eu l’honneur d’être reçu par sa Majesté, le roi du Djuablin, sa majesté Nanan Agnini Bilé 2 dans la cour royale d’Agnibilékrou. Et par sa Majesté Nanan Boa Kouassi 3, roi de l’Indenié à qui nous rendrons visite cet après midi à la cour royale également.

Je voudrais au nom de mon épouse et de la délégation qui m’accompagne remercier leur majesté, la notabilité d’Agnibbilékrou et d’Abengourou, pour toutes les dispositions qui ont été prises par tous les cadres de l’Indenié-Djuablin pour notre séjour qui a été chaleureux. Nous avons été particulièrement très touchés par la chaleur de l’accueil et l’hospitalité des populations et la grande mobilisation qui a marqué tous les rassemblements.

Cette visite était l’occasion pour moi de faire un état des lieux des travaux que nous sommes entrain de réaliser. A cet égard nous avons déjà engagé près de 150 milliards de Fcfa d’investissements dans la région. Dans les secteurs de l’eau, de l’électricité, de la santé ou encore des infrastructures. J’ai indiqué le jeudi à Agnibilékrou que j’étais mecontent de constater que les travaux engagés dans la région notamment le renforcement de l’axe Agnibilékrou-Abengourou n’avançaient pas aussi vite que nous l’aurions souhaité.

J’ai donc instruit le conseil des ministres et le gouvernement de prendre toutes les dispositions et de trouver tous les financements afin de respecter nos engagements dans les meilleurs délais car je tiens au respect de mes engagements à l’endroit de nos concitoyens. Et que cela ne soit pas entraver pas la bureaucratie et la lenteur dans certains ministères.

Nous avons aussi à cette occasion relevé les besoins des populations. Des besoins nouveaux. Cela est essentiel afin de mieux évaluer les nouveaux chantiers à démarrer au cours des prochains mois et prochaines années. Malgré ces importants investissements réalisés, il reste encore beaucoup à faire dans le développement de cette région qui a été longtemps délaissée.

C’est pourquoi nous prévoyons un investissement additionnel de 120 milliards de Fcfa au cours des prochains mois 2015-2016. Pour rappel de ces investissements bien que je les ai indiqué tout à l’heure dans mon allocution, pour les 150 milliards d’investissements, nous avons le bitumage der l’axe Agnibilékrou- Abengourou de 33 milliards de Fcfa, le bitumage de pont Comoé-Abengourou de 20 milliards de Fcfa, le pont de Bettié, le bitumage de 17km de voirie à Abengourou.

Les travaux d’électrification pour 7 milliards de Fcfa. Ce qui ferait passer le taux de couverture de 51% à 75%. Ceci est un taux considérable. Une augmentation quasiment de 50% en 4 ans. Nous avons la construction de 283 salles de classe et 8 collèges. La distribution de nombreux kits et manuels scolaires.

Pour les 120 milliards d’investissements complémentaires, nous avons le bitumage de l’axe Agnibilékrou-Takikro pour 16 milliards de Fcfa et les travaux d’alimentation en eau potable de 16 milliards. Pour la réalisation de la boucle de l’Est avec la construction de l’axe Agboville-Adzopé-Akakro-Agnibilékrou-Tanda-Bondoukou pour 50 milliards de Fcfa. Et bien d’autres investissements.

Alors voyez-vous sur cette période de 5ans de 2011-2016 puisqu’en réalité nous avons pris fonction qu’en juin 2011, ce sont 270 milliards de Fcfa qui seront investis. Nous avons noté les doléances. Ces doléances seront prises en compte dans la mesure du possible dans le programme national de développement.

Ceci concerne le bitumage de l’axe Akpoponou-Propronou, le pont Abla Pokou, le bitumage de l’axe Abengourou-Bettié-Bianou-Aboisso et bien évidemment ma promesse de construire dans le cadre de mon prochain mandat si les Ivoiriens le veulent bien, l’université d’Abengourou. Nous avons tout de même de grands projets pour cette belle région et nous entendons accélérer les choses, nous attendons renforcer le montant des investissements dans tous les secteurs et également en matière d’infrastructures.

Nous avons indiqué aussi que le problème de l’Hévéa est un problème important pour cette région. Egalement dans le sud comoé d’ailleurs. Ce sont des régions qui traditionnellement produisent le Café-Cacao, l’huile de palme. Ces derniers temps ils se sont dirigés vers l’Hévéa. Et avec la chute des prix au plan international de l’Hévéa en raison du ralentissement de la croissance économique mondiale, les prix ont chuté.

Ce qui a fait baisser de manière importante les cours de l’Hévéa et la rémunération reçue par les producteurs d’Hévéa. J’ai demandé au Premier ministre et au gouvernement de regarder de plus près cette question et de développer un système qui nous permettra d’atténuer l’impact de la perspective de l’Hévéa sur les producteurs. Voilà en terminant, je voudrais saluer à nouveau et remercier leur Majesté Nanan Boa Kouassi 3 et Agnini Bilé 2 et toutes les populations, les cadres, les élus.

Vraiment ce séjour a été mémorable pour moi-même, la Première dame et toute la délégation. En leur nom à tous nous vous disons merci, un grand merci également à la presse. Nous avons reçu régulièrement les journaux, nous avons pu regarder la télévision, écouter la radio. Nous savons que les choses ont eu une bonne couverture notamment pour la presse écrite comme la radio et la télévision. Je vous félicite du reportage.

 

 

****************


 

CONFÉRENCE DE PRESSE/ Questions des journalistes

 


1-Félix Bony (L’Inter) : Nous sommes à 36 jours du 25 octobre. Certains de vos adversaires à l’élection présidentielle réclament un dialogue direct avec vous afin d’aplanir quelques divergences selon ce qu’ils disent. Etes-vous favorable à ce dialogue ? Si oui, quand pourrait-il éventuellement avoir lieu ?
Le dialogue avec l’opposition continue. J’ai indiqué que nous allions reprendre ce dialogue et nous l’avons repris avec le ministre d’Etat chargé du dialogue politique, le Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio. Les choses se déroulent bien. Je tiens mes promesses. Bien évidemment, j’aurais moi-même souhaité à un moment recevoir les partis politiques dans le cadre du groupe de concertation.

Mais, vous avez tous été témoins de mon programme. J’ai du me déplacer à plusieurs reprises ces temps-ci pour des obligations internationales. Et, le Premier ministre Jeannot Ahoussou fait du très bon travail. Il continuera de recevoir les partis politiques si besoin en était. Cela n’exclut pas que je puisse le faire si mon calendrier le permet. Dans le cadre de ce dialogue politique, plusieurs points ont été évoqués depuis bientôt 2 ans même plus.

Des progrès considérables ont été faits en matière de libération des prisonniers. Il ne faut pas confondre les personnes responsables de tentative de déstabilisation et ce que vous appelez les prisonniers politiques. Les responsables politiques qui étaient détenus en raison de la crise post-électorale ont maintenant tous été jugés. Certains sont en liberté. Certains ont été condamnés. Ceux qui restent en prison sont pour la plupart, des personnes qui ont attaqué des commissariats, ils ont attaqué des camps militaires ainsi de suite pendant la période 2011-2012.

Ils ont essayé de s’en prendre aux forces de l’ordre. Bien évidemment, ces personnes font l’objet de jugement comme il se doit pour toute personne qui tente de déstabiliser les forces de l’ordre. Je ne me mêle pas des questions de Justice. Mais, je suis heureux de constater que toutes les personnes qui sont responsables des partis politiques et qui ont été incarcérées ou détenues à l’occasion de la crise post-électorale sont en liberté. Sauf s’il y a eu des récidives et que certaines personnes ont été inculpées par rapport à de nouveaux délits. Pour le dégel des comptes politiques, il y a également eu un progrès considérable. Un très grand nombre de comptes ont été dégelés.

Pour des comptes qui demeurent gelés, ça attrait aux enquêtes qui sont en cours. Vous savez, on veut construire un état de droit. Il faut faire les choses selon le droit. Si une personne a été jugée et n’est pas reconnue comme coupable, il est clair que son compte doit être dégelé aussitôt et, c’est ce que nous faisons. Je ne sais pas s’il reste beaucoup de comptes à dégeler. Mais, en tout cas, si c’est le cas, cela veut dire que c’est dans le cadre des enquêtes en cours et du traitement des dossiers au niveau de la Justice.

Sur cela, notez également que de nombreux cadres qui étaient détenus après la crise post-électorale, qui ont été libérés ou provisoirement ou définitivement ont retrouvé leurs postes au niveau de l’administration. Ce sont des choses à noter également.

Vous savez, dans beaucoup de pays, des gens comme çà ne sont même pas autorisés à reprendre le travail. Mais, nous les avons autorisés à reprendre leurs fonctions. Je prends comme exemple l’ancien recteur de l’université, l’ancien Premier ministre Aké N’Gbo et d’autres personnes.

2- (Felix Bony ) Monsieur le président, quelle lecture vous faites de la situation qui prévaut au Burkina Faso ?
Nous suivons attentivement la situation au Burkina Faso. Comme vous le savez, deux chefs d’Etat de la CEDEAO sont à Ouagadougou depuis hier. Ils continuent les discussions avec les nouvelles autorités mais aussi, avec les représentants de la CEDEAO, de l’Union Africaine, des Nations Unies. Et, je pense que dans la journée ou demain, nous aurons des éléments précis sur les propositions de sortie de crise.

Nous tenons beaucoup à la paix au Burkina Faso. Nous voulons des élections apaisées, des élections transparentes, des élections démocratiques. Nous l’avons dit à plusieurs occasions. A l’occasion de la visite du président Kafando le 31 juillet. A l’occasion du sommet des chefs d’Etat de la CEDEAO qui a eu lieu le samedi 12 à Dakar.

Nous avons toujours eu la même position que tout doit être fait pour que ces élections soient apaisées et notre position n’a pas changé. Nous souhaitons des élections apaisées, transparentes et démocratiques.



3- Robert Krasault (Notre Voie) Le premier ministre Jeannot Ahoussou avait déclaré qu’avant le scrutin présidentiel d’octobre prochain, la Côte d’Ivoire n’aurait plus de prisonniers et que les comptes qui ont été bloqués seraient dégelés. A moins d’un mois des élections rien n’a été fait. Pour la paix et la réconciliation, allez-vous faire quelque chose dans ce sens ?

Pour ce qui est des prisonniers politiques et le dégel des comptes, effectivement dans le cadre du dialogue politique, plusieurs points ont été évoqués depuis bientôt deux ans. Des progrès considérables ont été faits en matière de libération des prisonniers. Je pense qu’il ne faut pas confondre les personnes responsables de tentative de déstabilisation et ce que vous appelez prisonniers politiques. En tout cas, les responsables politiques des partis politiques qui étaient détenus en raison de la crise postélectorale, ont été tous jugés.


Certains sont en liberté et d’autres condamnés. Voilà la situation. Ceux qui restent en prison sont en réalité des personnes qui ont attaqué des commissariats, des camps militaires et qui ont été arrêtés pendant la période 2011-2012. Bien évidemment ces personnes font l’objet de jugement comme il se doit pour toute personne qui tente de déstabiliser les Forces de l’ordre. Moi je ne me mêle pas aux décisions de justice, mais je suis heureux de constater que toutes les personnes qui sont responsables de partis politiques ou qui ont été arrêtées ou détenues à l’occasion de la crise postélectorale sont en liberté.


Sauf si maintenant, il y a eu des récidives ou si certaines personnes ont été inculpées par rapport à de nouveaux délits. Pour le dégel des comptes politiques, il y a eu également des progrès considérables. Un grand nombre de comptes ont été dégelés. Pour les comptes qui demeurent dégelés, ceci a trait aux enquêtes qui sont en cours. Vous savez, pour construire un Etat de droit, il faut faire les choses selon le droit. Si une personne a été jugée et n’est pas reconnue comme coupable, il est clair que son compte doit être dégelé au plutôt. C’est ce que nous faisons. Je ne sais pas s’il reste beaucoup de comptes à dégeler.


Si c’est le cas, cela veut dire que c’est dans le cadre des enquêtes en cours et du traitement de dossiers au niveau de la justice. Notez également que de nombreux cadres qui étaient détenus après la crise postélectorale, qui ont été libérés provisoirement ou définitivement ont retrouvé leur fonction au niveau de l’administration. Ce sont des choses à noter également. Vous savez dans beaucoup de pays, les gens comme cela ne sont pas autorisés à reprendre le travail. Mais nous leur avons autorisé cela. Je peux citer en exemple l’ancien recteur de l’université, l’ancien premier ministre Aké N’Gbo et d’autres personnes.


4-Traoré Mamadou (AIP)
Monsieur le président, la question de l’orpaillage clandestin continue de causer des problèmes aux populations et à l’environnement. N’y a-t-il pas lieu de revoir la stratégie de lutte contre ce fléau qui continue de faire des dégâts ?

En ce qui concerne la question de l’orpaillage clandestin, c’est un véritable fléau dans cette région, au centre, au nord, un peu partout dans le pays parce qu’il se révèle que notre pays est un riche en minerai notamment en ce qui concerne l’or. J’ai dessus une fiche ici et on me dit qu’après la zone du nord et du centre ou nous avons demandé à la gendarmerie de prendre des mesures de déguerpissement des sites d’orpaillage clandestin, on dit qu’en ce qui concerne la zone est, cela va démarrer.



Et il est prévu pour le déguerpissement de 106 sites au cours des prochains mois. Nous estimons que cela est indispensable. Ce qui est nécessaire, c’est que des sociétés qui peuvent s’insérer dans ce secteur de manière normale et officielle le fassent. Ils trouvent que cet orpaillage clandestin par les nombreuses populations aussi ivoiriennes que non ivoiriennes. Et par conséquent, nous sommes très très vigilants sur cette question et nous continuerons de faire en sorte que ce problème soit traité.


5-Ouattata Ouakaltio (fratmat.info) Monsieur le Président vous avez montré pour la première fois votre colère face à la lenteur des travaux dans la Région de l’Indénié-Djuablin. Est-ce que les résolutions prises concernent uniquement cette région ? Parce que dans d’autres régions, notamment au Nord-est, les populations se plaignent souvent de la lenteur des travaux de développement engagé par l’Etat.


En ce qui concerne la lenteur des travaux, vous savez, nous avons conçu le PPU (Programme Présidentiel d ’Urgence), quand nous étions à l’hôtel du Golf. Bien qu’étant pris en otage, nous avons dit que nous ne pouvons pas tout le temps rester laisser les bras croisés, et qu’il faut développer quelque chose pour aider les populations et que dès notre sortie cela puisse être mise en œuvre. Et c’est ce que nous avons commencé dès que nous sortie du Golf. Sur Abidjan, c’était facile, parce qu’il y a des entreprises sur place.


Et dans les autres régions, il nous a été recommandé que nous puissions faire recours à des entreprises qui sont basées dans ces régions. Mais ce qui se passe c’est que beaucoup d’entreprises régionales n’avaient pas d’activités, parce que rien n’a été fait depuis des années. Alors quand ces entreprises ont eu les marchés, le plus important, c’était d’abord de commander tous les outils nécessaires pour les travaux et cela a créé le retard dans les travaux pas seulement ici, mais ailleurs. Ce que j’ai dénoncé dans cette région, c’est que nous avons eu quand même plusieurs mois avant de venir ici. Il y a des régions par contre où les choses se sont passés relativement bien. Il y a une autre région par exemple où je n’étais pas content.


C’est dans la Bas-Sassandra à San Pedro, où les choses n’allaient pas vite. Mais nous allons renforcer les moyens. Nous avons amélioré la sélection des entreprises. Avec ça, les choses devaient aller vite. Vous savez, nous sommes très attachés à la promotion des entreprises nationales. Nous avons même créé un Ministère chargé de l’Entreprenariat National. Donc je lance aussi un appel aux entrepreneurs nationaux de faire preuve d’efficacité et d’essayer d’utiliser les moyens qui sont mis à leur disposition pour accélérer les travaux dans ces régions.


Nous avons mis en œuvre un programme pour les aider, on aurait pu faire des appels d’offre limités à des entreprises existantes. Mais vu que la plus part ne sont pas dirigées par des Ivoiriens, nous avons voulu donner la possibilité aux entreprises ivoiriennes d’avoir des marchés et se développer, mais malheureusement cela nous cause des retards. Mais maintenant nous avons identifié les entreprises.


J’ai demandé que dorénavant on puisse avoir un dialogue avec elles et qu’il ait des mises en garde. Et voir peut-être comment ces entreprises peuvent se mettre ensemble, si elles sont petites de taille, pour que les choses puissent aller vite. Donc ce n’était pas une colère, mais juste un constat. Je n’étais pas heureux avec ce que j’ai vu ici. Nous sommes en septembre, et je me dis qu’on a eu plusieurs mois pour traiter le problème de l’Indénié-Djuablin. C’est le choix des entreprises qui a d’abord crée problème.


On choisit les entreprises, on leur donne les moyens, elles commencent, et puis après, pendant trois à six mois, on n’a plus de leurs nouvelles. Le PPU n’est pas géré par un Ministère, c’est seulement trois ou quatre cadres qui sen occupent. Pour moi ce n’est pas un programme permanent. Nous avons dit que c’est un programme présidentiel d’urgence. Mais ce programme a beaucoup de succès. Je m’en réjouis. Nous devons peut-être trouver les voies et moyens pour améliorer le fonctionnement de ce programme, y compris dans le choix des entreprises.



6- Souleymane Koné (koaci.com) Monsieur le président, à peine vous avez annoncé l’ouverture de l’autoroute Abidjan-Bassam, des voix s’élèvent pour dire que le passage sera payant après l’inauguration.
Qu’en est-il réellement ?

L’autoroute Abidjan-Grand-Bassam payant ou pas les travaux continuent en réalité pour améliorer un certain nombre de choses notamment l’électrification, l’embellissement, la sécurité tout cela va prendre 5 milliards. Donc ça veut dire que nous sommes prêts à investir davantage que se soit une belle autoroute. Mais ceci étant pour le moment en tout cas je vous donne l’assurance que ce ne sera pas payant.


Mais cela dépendra bien sur de ce que les experts me diront. Ca ne sera pas payant au moment de l’inauguration en novembre. Cela ne voudrait pas dire que ça ne sera jamais payant. Si nous voulons des routes, des autoroutes, parce que cette autoroutes doit continuer jusqu’à Aboisso ainsi de suite. Alors si nous voulons faire cela rapidement, peut être qu’à un moment donné, il faudrait l’envisager. Mais pour le moment ça ne sera pas le cas.


7- Anderson Diédri(Le Nouveau Courrier)
Vos adversaires vous accusent de faire campagne avec les moyens de l’Etat. N’ont-ils pas raisons, d’autant plus qu’à l’occasion de chaque visite, vous appelez directement les populations à voter pour vous, alors que la période de la campagne n’est pas encore officiellement ouverte ?

Je ne suis pas en campagne. Je vous rappelle que ce que je fais maintenant, je l’ai fait en 2009 et en 2010 avec les moyens du Rassemblement des républicains (RDR). Maintenant, je suis président de la République, ce n’est pas une campagne, parce que les dates de la campagne sont précisés par les textes et la Commission électorale indépendante vient de dire la campagne court du 9 au 23 octobre.


Je ne ferai pas campagne avec les moyens de l’Etat pendant cette période. Là, je suis en visite d’Etat. Souvenez-vous, pour ceux qui étaient là en 2009-2010, quand je faisais ma campagne, j’ai indiqué qu’une fois élu, je visiterai toutes les régions de Côte d’Ivoire. J’étais le seul candidat à l’avoir fait en 2009-2010 et c’est ce que je suis en train de faire. J’ai terminé la région de l’Est et il me reste celle du Centre-ouest (Daloa, Divo, Lakota, Gagnoa) que je ferai avant la fin du mois de septembre et nous avons la région du Moronou, que j’espère visiter en octobre si possible. Autrement, je le ferai après la période électorale. Il reste également Katiola, Dabakala et Dimbokro. Je devais d’ailleurs commencer par Dimbokro, c’est mon lieu de naissance. Pour nous, ce n’est pas l’utilisation des moyens de l’Etat. Les chefs d’Etat qui m’ont précédé l’ont fait.


Maintenant si vous voulez que cela change – et j’espère que nous aurons une nouvelle Constitution et un nouveau Code électorale après les élections – après une discussion générale, peut-être que la campagne devrait s’étaler sur six semaines. En ce moment-là, effectivement, je serais dans la période de campagne et je n’aurais pas le droit d’utiliser les moyens de l’Etat.


Mais pour le moment, je ne suis pas dans la période de la campagne. J’exerce mes responsabilités de chef de l’Etat et je tiens les promesses que j’ai eu à faire quand j’étais candidat. Je demande d’ailleurs aux autres candidats de commencer la pré-campagne. Et pendant la campagne, nous aurons à parler, en tant qu’adversaires et candidats.


8- Anderson Diédri (Le Nouveau Courrier)
Tout à l’heure à votre meeting de clôture, vous avez dit : ‘’la noblesse vient vraiment de l’Indénié’’. Et à cet effet, vous avez cité de cadres, notamment le ministre Assoa Adou, cadre du Front populaire ivoirien et parti du président Laurent Gbagbo. Alors, je veux savoir, est-ce que pour donner un signal fort à ces populations avant de quitter ici, vous allez par exemple prendre des décisions allant dans le sens de sa libération, d’autant plus qu’il est en prison depuis plusieurs mois, et aussi par exemple Simone Gbagbo et autres, surtout qu’on va à des élections et pour permettre certainement à tous les Ivoiriens de contribuer à la reconstruction et au développement de la Côte d’Ivoire ?


Sur le deuxième point, ce que j’ai dit concerne tous nos concitoyens. J’en appelle à la paix, j’en appelle au pardon mais nous avons également la justice qui doit faire son travail. Dans le cas de Assoa Adou, je ne sais pas, il est toujours au Ghana je crois ou bien il est là ? Vous savez, c’est la preuve que je ne m’intéresse pas au cas particulier. Je pensais d’ailleurs qu’il était au Ghana, bon on me dit qu’il est ici. Il est en liberté ou il est en prison ? [Il se tourne vers Hamed Bakayoko qui lui dit que Assoa Adou est à la Maca]. Ah bon, il est à la Maca. Voyez ! Je ne suis pas, ne pensez pas que le président est là en train de traquer, telle personne je vais la mettre en prison. Non, ce n’est pas mon tempérament.

Moi j’aimerais que tout le monde soit en liberté. Mais il y a des institutions, il y a les ministères, chacun fait son travail. Si ces personnes en rentrant commettent un certain nombre de délits, bien sûr, ils doivent passer devant le juge, les tribunaux.

Maintenant pour Simone Gbagbo, vous connaissez le cas. Nous résistons autant que nous pouvons malgré les appels de la CPI. Bon, à l’impossible nul n’est tenu. J’espère que nous pourrons continuer de résister parce que la CPI continue de la réclamer quasiment tous les trois mois. Tout le monde sait qu’elle a joué un rôle néfaste dans cette crise. La CPI a des éléments, nous aussi nous en avons.

Nous préférons la juger ici en Côte d’Ivoire comme tous les autres cas à venir. Parce qu’en réalité nos tribunaux sont maintenant capables, nos juges. Nous avons tous les instruments nécessaires. La loi a été modifiée. Nous pouvons maintenant juger les crimes contre l’humanité ; ce que nous ne pouvions pas faire en 2011, tout cela pour se faire ici aujourd’hui et il n’y a pas de raison pour nous d’envoyer madame Simone Gbagbo à la CPI.

Nous continuerons d’être conforme à nos engagements au niveau de la CPI mais nous leur disons nous somme capable de juger tous les Ivoiriens en Côte d’Ivoire maintenant.


9- Habiba Dembelé (RTI) Monsieur le Président, la région de l’Indénié-Djuablin est une grande zone de production de cacao et de café avec de grands planteurs. Aujourd’hui, elle est également zone d’hévéaculture. Quel message fort en prélude à la grande rencontre prévue à Yamoussoukro avec les planteurs le 1er octobre ?


C’est une réalité, cette région demeure une grande productrice de café et de cacao, bien évidemment de cultures vivrières et maintenant de l’hévéa. J’indiquais tantôt que pour l’hévéa, j’ai demandé que nous fassions une étude qui nous permette de prendre des mesures comparable à celles du cacao et du café, pour que les planteurs d’hévéa n’aient pas à subir les fluctuations du prix de ce produit.


Ce sera fait dans les prochains mois. Je réserve aux planteurs une très bonne nouvelle que j’annoncerai le 1er octobre à Yamoussoukro à la faveur du lancement de la campagne. C’est pour cela que j’ai décidé d’attendre avant que je ne mette sur le marché les 50 tonnes de cacao qui m’ont été offerts. Je les vendrai après le 1er octobre. Cela sous-entend que les prix vont augmenter à nouveau.


10- Noel Konan (L’Eléphant Déchaîné) : Monsieur le Président, il y a un problème aussi qui se pose à Abidjan. Il est relatif à la situation que vivent certains étudiants, notamment ceux de l’UFR de la santé. Depuis l’ouverture des Universités, ces étudiants sont priés de rester à la maison parce que les laboratoires ne sont pas équipés de matériels didactiques. Votre Conseiller, Diawara Adama, j’ai tenté de le joindre personnellement au téléphone. Jusque-là, mes tentatives ont été vaines. Est-ce que vous êtes cette situation pénible que vivent les étudiants qui sont de plus en plus déçus ?

Alassane Ouattara : Merci de m’informer. Ils (les responsables des Universités) auront de mes nouvelles aussi. La situation des Universités pour moi, ces questions sont en voie de règlement. Si vous me dites que ce n’est pas le cas, monsieur le Secrétaire général, je demanderai que le Premier ministre me fasse le point de cette situation dès le mercredi prochain, en Conseil des ministres parce que nous avons dégagé les ressources. Je me souviens des questions d’ordinateurs, les questions relatives à l’extension du réseau internet sur le campus.


Enfin, toute une série de petits problèmes qui avaient été posés. Nous les avons traités, j’ai dégagé les ressources pour que cela soit fait. On m’a dit qu’il y avait des choses à la douane, on a pris des dispositions pour que cela soit livré. Peut-être c’est le temps de mis en œuvre des mesures mais en tout cas, nous avons pris des mesures nécessaires. Nous avons dégagé les moyens nécessaires pour traiter ces problèmes en suspens qui restent au niveau de l’Université.

J’ai indiqué qu’on ne peut pas mettre plus de 150 milliards FCFA à réhabiliter les Universités et ne pas être en mesure de satisfaire les étudiants pour des investissements de 5 ou 10 milliards FCFA. Donc merci de m’informer. Nous allons vérifier et nous prendrons des mesures si cela était bien vérifié.


11- Fabrice TETE (Le Temps)
M. le Président, le FPI, le parti du Président Laurent Gbagbo a décidé de boycotter les élections. Est-ce que si ce mot d’ordre est suivi, ne craignez-vous pas que le candidat qui sera élu ne soit pas légitime aux yeux de la communauté internationale ?

Je crois savoir que le président du FPI c’est bien M Pascal Affi N’Guessan depuis que Laurent Gbagbo était Président de la République puisque ne pouvait pas être président de parti je crois savoir d’ailleurs qu’Affi N’Guessan est candidat aux élections présidentielles. Donc, je ne vois pas de problème (sauf si vous voulez développer votre question) parce que Laurent Gbagbo n’est pas candidat en ma connaissance et il n’est pas président du FPI. Le FPI sera aux élections et le candidat du FPI c’est Pascal Affi N’Guessan.


Et Pascal Affi N’Guessan fait campagne d’ailleurs, une campagne apaisée et civilisée comme il se doit et demande à tous les candidats de faire la même chose, de traiter des questions qui intéressent les Ivoiriens et de laisser de côté les questions de personne. Ce n’est cela que les Ivoiriens veulent. Ils veulent qu’on leur dise voici mon programme, voici mon bilan, voici ce que j’envisage de faire si je suis élu Président de la République.

C’est sur ça que moi je mènerai campagne à partir du 9 octobre. Je confirme que pour le moment nous ne sommes pas en campagne mais je ne peux séparer ma fonction de Président de la République de la nécessité pour moi de tenir mes engagements à l’endroit de mes concitoyens à qui j’ai promis de rendre visite une fois élu. Et c’est ce que je suis en train de faire.


Mot de fin
Je vous remercie tous et toutes et je vous souhaite un bon appétit. Je pense que nous allons nous retrouver tous à Daoukro où nous allons demain matin. Nous avons le premier anniversaire de l’appel de Daoukro que nous allons fêter auprès du président Aimé Henri Konan Bédié. Et cet après-midi, nous serons reçus par Sa Majesté Nanan Boa Kouassi III dans la cour royale. Merci à vous tous et bon séjour. Et bon appétit. »

 

19-09-2015

 

http://www.gouv.ci/actualite_1.php?recordID=6007



---------------------------------------------------

 


11 - Alassane Ouattara à Divo : De grandes choses annoncées, un grand "Oui" de la population !

 

Le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouatttara a animé dans la matinée de ce mardi son deuxième meeting à Divo dans le cadre de la visite d'Etat qu'il a entreprise dans la région du Lôh-Djuboua. Une rencontre fortement marquée par la sensibilisation à voter lors du prochain scrutin. Premier chef d'Etat ivoirien à se rendre dans la localité de Divo, le président Ouattara a fièrement annoncé le bitumage de la voie reliant Divo à Guitry aux populations Dida et Godié. "Je suis heureux d'être à nouveau à Divo d'effectuer cette visite d'Etat en tant que premier chef d'Etat. (...) J'ai le plaisir de vous annoncer dès le début de l'année prochaine, nous allons procéder au bitumage de la route Divo-Guitry au tiers. 90 kilomètres pour un coût de 50 milliards de FCFA. C'est un projet qui tient à cœur à toutes les populations ici et nous avons décidé de commencer cela dès le début de l'année" a-t-il déclaré.



Il a également invité la jeunesse à voter massivement le 25 octobre prochain et à se détourner de la violence. "Chers jeunes renoncez à la violence et je vous demande de ne pas vous laisser manipuler et notre devoir est de vous trouver du travail. Vous pouvez compter sur nous pour le faire. Chers jeunes je compte sur vous pour votre engagements à voter massivement et à faire en sorte que ces élections du 25 octobre soient des élections totalement apaisees,". Est-ce que je peux compter sur vous pour des élections apaisées? A poursuivi le président. Une question qui a vu une réponse favorable: un grand "Oui" de toute l'assemblée qui l'écoutait attentivement.

Le chef de l'Etat a terminé en indiquant que plusieurs projets sont à réaliser avec le lancement d'un nouveau programme dans la région du Loh-Djiboua. Notamment, la mise au norme du CHR de Divo; Des projets qui seront très bientôt réalisés.

Thaëïl'D. / Imatin.net/ Publié le Mardi 29 Septembre 2015/ 18:29:44  

 

http://www.imatin.net/article/actualites/divo_30614_1443551062.html


 


----------------------------------------------------

 

  

12 - Politique/ Visite d’Etat : le Président Ouattara annonce la fin des problèmes d’eau potable à Gagnoa en 2016

 

Abidjan -Le président de la République, Alassane Ouattara, a annoncé lundi, la fin des problèmes d’eau potable dans le département de Gagnoa au plus tard la fin de l’année 2016, lors de son meeting, au stade Victor Biaka Boda, à l’occasion de la sa visite d’Etat dans la région du Gôh. Le Chef de l’Etat a révélé un projet structurant d’alimentation en eau potable de 44 milliards de francs CFA en cours dans des villes de l’intérieur dont Gagnoa et Sinfra et co-financé par le Trésor français et l’Etat de Côte d’Ivoire dans le cadre du Contrat de désendettement et de d éveloppement (C2D). Il a indiqué que c’est l’un des plus importants projets de ce secteur dont le délai d’exécution est fixé en 2017 et qui permettra au gouvernement de résorber la pénurie d’eau potable dans les localités bénéficiaires.

La visite d’Etat du président de la République, Alassane Ouattara dans les régions du Haut Sassandra, du Gôh et du Lôh-Djiboua, s’achèvera mercredi par un meeting géant au stade régional de Daloa.

(AIP)/ fmo/kam/ Publié le lundi 28 septembre 2015/ AIP

 

http://news.abidjan.net/h/564654.html


Rencontre entre le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, et les Chefs traditionnels du Département de Gagnoa, ce lundi 28 septembre 2015, à la Préfecture de Gagnoa.


-----------------------------------------------

 

 

  

13-  Politique/ Visite d’Etat / Depuis Daloa, le Président Ouattara lance de nouveau un appel à la paix

 

Abidjan - Le président Alassane Ouattara a depuis Daloa, mercredi, lancé de nouveau un appel à la paix et à la réconciliation, invitant les Ivoiriens à tourner le dos aux incompréhensions du passé. "Je suis venu à Daloa pour lancer un message de paix et de réconciliation, un message de tolérance, d’union, de rassemblement entre les filles et les fils de notre chère Côte d’Ivoire. Nous devons tourner définitivement le dos aux incompréhensions du passé, nous devons faire en sorte que la Côte d’Ivoire ne vive plus jamais de drame", a indiqué M. Ouattara lors du meeting clôturant la visite d’Etat qu’il a entreprise depuis dimanche dans les régions du Gôh, Lôh Djiboua et Haut Sassandra.



Selon le chef de l’Etat, sa détermination à œuvrer pour que l’ensemble des Ivoiriens soit gagné par la paix et la réconciliation, demeure une priorité à laquelle il continuera de s'atteler. ""En ma qualité de président de tous les Ivoiriens, je ne ménagerai aucun effort pour que tous les Ivoiriens réapprennent à vivre ensemble et dans la paix. Je veux que tous nos concitoyens vivent dans la paix mais également dans la tolérance comme nous l’a enseigné le président Félix Houphouët Boigny. Je voudrais vous assurer une fois de plus de ma volonté de travailler à la réconciliation et à la consolidation de l’Etat de droit", a déclaré Alassane Ouattara. Le président Ouattara a entrepris lundi, une visite d’Etat dans les régions du Haut Sassandra, du Goh et du Loh Djiboua.

(AIP)/ gak/akn/ask// Publié le mercredi 30 septembre 2015/ AIP

 

http://news.abidjan.net/h/564818.html

 

----------------------------------------------

 

  

 

14 - Politique/ La population de Daloa salue les actions du président Alassane Ouattara

 

Daloa - La population du Haut Sassandra salue les actions posées par le président Alassane Ouattara à l’endroit de la région du Haut Sassandra. Un planteur, Wahou Mathurin, s’est réjoui de toutes les actions de développements initiées par le président au bénéfice du Haut Sassandra et surtout la volonté du président Alassane d’accorder une priorité à la jeunesse en octroyant des fonds pour ceux d’entre eux porteurs de projets. Le président de la fédération nationale des jeunesses et leaders de Côte d’Ivoire, Tea Souleymane, a exprimé pour sa part sa joie au nom de Ses camarades qui ont participé à la visite d’Etat du président de la République. Il a par ailleurs lancé un message à tous ses camarades jeunes, affirmant "l’heure n’est plus à la réflexion mais plutôt à accompagner et à soutenir les actions du président Alassane Ouattara". "On est sorti nombreux pour lui exprimer notre joie et lui dire qu’il peut compter sur nous pour lui accorder un taux de suffrage élevé, pour une victoire écrasante au soir du 25octobre", a-t-il dit.



Cependant, une ménagère Oussou Lucie a quant à elle dit avoir été déçue, estimant également que l’arrivée du Président a été faite dans la précipitation de sorte que "les travaux de reprofilage de voies n’ont pas été achev&eacu te;s ainsi que la résidence du président de la République et d’autre réalisation". "Cela fait bientôt cinq ans qu’il est au pouvoir et c’est maintenant qu’on le voit. Il pouvait faire au moins trois jours avec nous surtout que Daloa est une grande ville", a-t-elle souhaité. Oussou Lucie souhaite que les dons soient remis effectivement aux bénéficiaires.

(AIP)/ mf/apk/ask/ Publié le vendredi 2 octobre 2015/ AIP

 

http://news.abidjan.net/h/564976.html



-----------------------------------------------


 

 







Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ JEUNES/ SOCIAL/ REINSERTION : petits bandits deviendront gangsters et tueurs (un système éducatif qui condamne ses enfants au chômage et au banditisme…)

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ ETAT DE RIVERS : l’état de Rivers au Nigeria, l’un des pôles économiques significatifs de la fédération nigériane

» CANADA/ QUEBEC/ DEVELOPPEMENT LOCAL : redécouvrir le Québec, une puissance économique et technologique au sein de la fédération du Canada

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GRANDS PROJETS DE DEVELOPPEMENT : L’Égypte inaugure son nouveau canal de Suez

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ REGION DES GRANDS-PONTS/ VISITE D’ETAT : le Président Ouattara en visite d’Etat dans la région des Grands-Ponts

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ VISITE D’ETAT : le Président Ouattara en visite d'Etat dans le district du Woroba

» AFRIQUE/ MAROC/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT/ PROJETS : Processus d’intégration de l’Afrique dans le développement du continent

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ DISTRICT DU DENGUELE : le district forge ses armes pour booster son développement avec le Président Ouattara

» COTE D’IVOIRE/ DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN/ DEVELOPPEMENT LOCAL : le président Ouattara examine les préoccupations spécifiques des populations autochtones d’Abidjan

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Conférence de presse du Premier ministre ivoirien

» COTE D’IVOIRE / ECONOMIE/ CACAO/ CHOCOLAT ET SANTE : le cacao ivoirien au mieux de sa forme

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT DE LA REGION DE L’IFFOU : réalisations, grands projets et perspectives

» AFRIQUE/ RELATIONS MAROC-COTE D’IVOIRE/ COOPERATION ET ECHANGES : consolidation des échanges ivoiro-marocains

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE ET EMERGENCE : Actions et mesures fortes en faveur de l’émergence de la Côte d’Ivoire

» SPORT/ COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS 2015 : victoire de la Côte d’Ivoire sur le Ghana

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ PAIX/ DEVELOPPEMENT/ FORMATION ET EMPLOIS : ces actions multiformes qui peuvent consolider le développement et la paix

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL/ DEVELOPPEMENT LOCAL : pluralité d’initiatives, grandes mesures et grands projets pour relancer le développement du sud-ouest ivoirien

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ JACQUEVILLE : Désenclavement d’une grande région économique en Côte d’Ivoire

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL/ POLITIQUE : bonnes perspectives sur fond de préparation des élections de 2015

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : processus de consolidation et d’éveil après des années de crises

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2015/ RHDP : M. Alassane Ouattara est investi candidat du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix)

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ REGIONS DE L'AGNEBY-TIASSA ET DE LA ME : Projets, options et stratégies pour l'émergence


Haut de page