Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

DEVELOPPEMENT LOCAL, SOCIAL ET PROJETS


Publié le 15/04/2015 à 01:29:45
COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL/ POLITIQUE : bonnes perspectives sur fond de préparation des élections de 2015




1 – « Intervenant en premier, le Président ERDOGAN a dit être heureux de la visite officielle de son ‘’cher ami’’ Alassane OUATTARA en Turquie. Pour lui, la journée du jeudi 26 mars 2015 est ‘’historique’’ dans les relations entre les deux pays ; en ce qu’elle vient renforcer davantage les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays. A cet égard, il a révélé qu’au cours de leurs échanges, plusieurs sujets de coopération ont été évoqués, notamment la possibilité pour les deux pays d’exempter les passeports diplomatiques et de service, de visa. Dans le même ordre d’idée, la Côte d’Ivoire et la Turquie, selon le Président Recep ERDOGAN, ont réaffirmé leur ‘’solidarité’’ sur des questions de politique internationale et de sécurité. Concernant les échanges commerciaux, il a relevé le niveau relativement faible des transactions et a évoqué les domaines où des efforts pourraient être faits. »   

 

2 - « A propos de la situation de l'économie ivoirienne, le Chef de mission la décline en termes de croissance soutenue pour l'année 2014. Laquelle, de son point de vue, commence à produire des effets sur la population. Notamment, la forte croissance du secteur agricole, particulièrement le cacao, qui permet au pays de redistribuer des revenus importants aux agriculteurs et un certain nombre d'investissements publics qui commencent à améliorer le quotidien en matière de transport, d'éducation et de santé. «La croissance commence à se voir», a-t-il tranché. Michel Lazare a indiqué au Chef de l'Etat que les performances de l'économie ivoirienne laissent entrevoir de bonnes perspectives pour les années à venir. Il a noté avec satisfaction l'amélioration du climat des affaires et la mise en place d'une structure moderne dans l'administration fiscale. Il n'a, cependant pas occulté que des réformes restent à mettre en œuvre. Il s'agit de l'amélioration de la gestion de la dette et celle des procédures de gestion de la dépense. »

  


----------------------------------------------

 

  

1 - Côte d'Ivoire : Huit accords de coopération signés à Ankara

 

Communiqué - Alassane OUATTARA et la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA, ont été reçus, ce jeudi 26 mars 2015, au Palais de la Présidence de la République de Turquie par le Président Recep Tayyip ERDOGAN et son épouse. Pour cette visite, la première d'un chef d'Etat ivoirien en Turquie, un accueil exceptionnel a été réservé au Président Alassane OUATTARA : escorte par un détachement de la cavalerie de l’Armée turque ; exécution des hymnes nationaux des deux pays ponctuée par vingt et un (21) coups de canon ; passage en revue des troupes. Après le cérémonial d’accueil, les deux Chefs d’Etat ont échangé en tête- à – tête avant d’élargir cet entretien à leurs délégations respectives.


Suite à ces échanges, les représentants des Gouvernement de la Turquie et de la Côte d’Ivoire, ont paraphé, en présence de leurs Excellences Alassane OUATTARA et Recep Tayyip ERDOGAN, huit (8) Accords de coopération. Ces Accords portent sur les secteurs de la Diplomatie ; de l’Education ; de la Culture, du Tourisme ; de la Formation militaire ; de la Formation technique, scientifique, militaire et de la Sécurité. Ces signatures d’Accord ont ensuite fait place à une conférence de presse des deux Chefs d’Etat.



Intervenant en premier, le Président ERDOGAN a dit être heureux de la visite officielle de son ‘’cher ami’’ Alassane OUATTARA en Turquie. Pour lui, la journée du jeudi 26 mars 2015 est ‘’historique’’ dans les relations entre les deux pays ; en ce qu’elle vient renforcer davantage les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays. A cet égard, il a révélé qu’au cours de leurs échanges, plusieurs sujets de coopération ont été évoqués, notamment la possibilité pour les deux pays d’exempter les passeports diplomatiques et de service, de visa.

Dans le même ordre d’idée, la Côte d’Ivoire et la Turquie, selon le Président Recep ERDOGAN, ont réaffirmé leur ‘’solidarité’’ sur des questions de politique internationale et de sécurité. Concernant les échanges commerciaux, il a relevé le niveau relativement faible des transactions et a évoqué les domaines où des efforts pourraient être faits.

Le Président de la Turquie a par ailleurs félicité son homologue ivoirien pour tous les actions qu'il a entreprises depuis son avènement au pouvoir et a dit son espoir de voir la Côte d’Ivoire aller vers un ‘’nouvel horizon’’ sous sa gouvernance.

Après avoir émis le souhait de voir la fréquence des vols de Turksh Air Line se développer davantage et salué la contribution du footballeur international Didier DROGBA à la consolidation des relations ivoiro – turques, le Président ERDOGAN a condamné fermement les actions de la secte terroriste BOKO Haram au Nigéria et le terrorisme d’une manière générale. Pour terminer, il a souhaité plein succès au Président Alassane OUATTARA à l’élection présidentielle d’octobre prochain. Intervenant à son tour, le Président de la République a d’abord exprimé toute sa ‘’gratitude’’ à son homologue Turc pour la qualité de l’accueil et des échanges. Il a ensuite ajouté que la Turquie est un ‘’grand pays’’ et que la Côte d’Ivoire qui est en reconstruction, a besoin de diversifier ses relations dans le monde. Ce qui explique, selon lui, l’établissement des relations avec ce pays. Pour le Chef de l’Etat, le nombre d’Accords signés témoigne de l’accroissement de cette relation.



Le Président Alassane OUATTARA a par ailleurs félicité son homologue pour sa ‘’générosité’’ à l’égard des réfugiés syriens et pour la lutte qu'il mène contre le terrorisme. Dans ce cadre, il a réaffirmé sa détermination à lutter contre Boko Haram qui est, selon lui, une ‘’menace’’ pour l’Afrique de l’ouest et même l'Afrique toute entière. Concernant les projets de développement, le Président de la République a invité les hommes d’affaires et les opérateurs économiques turcs à venir en Côte d’Ivoire pour investir dans les domaines de l’agriculture, des minerais, des logements sociaux, des infrastructures, etc.



Après avoir exprimé toute sa satisfaction pour cette visite officielle en Turquie, le Chef de l'Etat a invité son homologue Turc à une visite d’Etat en Côte d’Ivoire. Notons que dans la soirée, le Président ERDOGAN a offert un dîner au couple présidentiel ivoirien et à la délégation qui l’accompagne. Ce vendredi 27 mars 2015, le Président Alassane OUATTARA se rendra à Istanbul où il présidera un forum d'affaires ivoiro-turc.

 

http://koaci.com/cote-divoire-huit-accords-cooperation-signes-ankara-100016.html


 


-----------------------------------------------------

 

 

2 - Ouattara annonce une visite d'Erdogan à Abidjan

 

Le Président ivoirien Alassane Ouattara, rentré mercredi à Abidjan après une visite officielle en Turquie, a annoncé la visite du Président turc Recep Tayyip Erdoğan à Abidjan après la présidentielle d'octobre 2015. "J'ai invité le Président Erdogan à effectuer une visite après la fin des élections présidentielles en octobre 2015, qu'il a bien voulu accepter " a annoncé Alassane Ouattara dans la salle d'honneur de l'aéroport Félix Houphouët Boigny de Port Bouët, à Abidjan, à sa descente d'avion.

 

Ouattara revenait à Abidjan après une visite officielle en Turquie, du 25 au 28 mars, pour aller ensuite à Paris. Il était accompagné d'une forte délégation d'hommes d'affaires ivoiriens qui ont pris part au forum d’affaires mixte organisé par la Commission des relations économiques extérieures turque. Effectuée sur invitation de son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan, cette visite "traduit notre volonté de consolider et de diversifier les relations qui unissent la Côte d'Ivoire et la Turquie pour faire de l'axe Ankara-Abidjan le pilier de la coopération que la Turquie a nouée avec l'Afrique" a indiqué le Chef de l'Etat ivoirien à la presse. "Je voudrais donc exprimer ma gratitude au Président Erdogan pour son invitation et l'excellent séjour que nous avons passé dans ce beau et grand pays" a poursuivi Alassane Ouattara.

"Au cours de notre entretien, le Président Erdogan et moi avons réaffirmé notre volonté de renforcer les relations d'amitié et de coopération entre nos deux pays" a réitéré le président ivoirien.


La visite en terre ivoirienne du Président Erdogan sera donc "le couronnement" de cette volonté commune entre ivoiriens et turcs. "La Côte d'Ivoire est déjà le premier partenaire de la Turquie en Afrique francophone subsaharienne et le troisième sur l'ensemble de l'Afrique subsaharienne mais nous avons pour ambition d'aller plus loin, de tripler le volume de nos échanges pour atteindre le milliard de dollars à l'horizon 2019-2020 " a précisé le président Alassane Ouattara accueilli par le Premier Ministre Daniel Kablan Duncan et les membres du gouvernement.

 

"Huit accords de coopération" ont été signés entre les parties ivoirienne et turque. Ces "accords" portent sur la diplomatie, l'éducation, le tourisme, la culture, la formation militaire, technique et scientifique et la sécurité, a indiqué Ouattara qui a affirmé avoir eu des entretiens avec d'autres autorités turques de haut niveau portant sur "la coopération économique, et notamment des possibilités d'aide" accordée par la Turquie à la Côte d'Ivoire. "L'agence de coopération turque Tika pourrait nous apporter des aides pour la construction d'une école, de huit mosquées et l'augmentation des bourses aux étudiants ivoiriens " a souhaité le président ivoirien.

 

02 Avril 2015/ Dernière mise à jour 02 Avril 2015 / AA/Abidjan/ Issiaka N'guessan

 

http://www.aa.com.tr/fr/economie/487596--le-president-ivoirien-ouattara-annonce-une-visite-derdogan-a-abidjan



-------------------------------------------------------

 

  

 

3 - Côte d’Ivoire : Les échanges agro-alimentaires avec la France estimés à plus de 1 milliard d’Euros

 

Les échanges agro-alimentaires entre la France et la Côte d’Ivoire se sont élevés à plus de 650 milliards de FCFA, soit un milliard d’Euros en 2014, a annoncé, mardi, à Abidjan l’Ambassadeur de la France, Georges Serre. « C’est aussi la satisfaction de voir, la qualité et le renforcement de nos liens tant institutionnels qu’entre les entreprises du secteur privé.

 

Nous travaillons dans un cadre dynamique », a déclaré Georges Serre après une visite des stands de la 3è édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA 2015). « L’année dernière, il y a eu 1 milliard d’Euros d’échanges agroalimentaires entre la France et la Côte d’Ivoire », a-t-il poursuivi en précisant que  » que 60% de ces exportations sont parties de la Côte d’Ivoire vers la France et 40% de la France vers la Côte d’Ivoire ». « Il y a une grande volonté des entreprise françaises à s’implanter dans le pays, parce qu’elles ont compris que la locomotive de l’Afrique de l’Ouest c’est la Côte d’Ivoire et elle constitue un hub extraordinaire pour qui veut faire des affaires », a ajouté M. Serre se félicitant de la « qualité de la production » présente au SARA 2015.

 

Le diplomate français s’exprimait lors d’une conférence de presse co-animée avec le ministre de l’agriculture Mamadou Sangafowa Coulibaly et son homologue des ressources animales et halieutiques Kobenan Kouassi Adjoumani ainsi que le Président de l’Association pour le développement des échanges internationaux de produits et techniques agroalimentaires (ADEPTA), François Burgaud.


 

 

« La Côte d’Ivoire est un paradis », a renchéri le Président de l’ADEPTA, François Burgaud, invitant les autorités ivoiriennes à travailler pour faire du SARA  » un vrai Salon sous-régional ». « Dans deux ans, nous serons plus nombreux au SARA avec vous », a-t-il promis.

La 5è journée du SARA 2015, mardi, a été dédiée à la France qui participe à ce Salon avec 37 entreprises. Placée sous le thème, « Promotion de l’investissement agricole durable », avec pour slogan, « le SARA 2015, le Rendez-vous de l’Agro-business », cette 3è édition vise à mettre en valeur les richesses de la Côte d’Ivoire et promouvoir l’investissement agricole.

 

Premier producteur mondial de cacao et de noix de cola, premier producteur africain de latex, de bananes et premier exportateur mondial de noix de cajou, la Côte d’Ivoire regorge d’énormes potentialités à « vendre » . Le SARA 2015 prévu du 3 au 12 avril, attend 600 à 800 exposants ainsi que 500 000 visiteurs constitués des acteurs des pays africains, européens, asiatiques et américains. Il s’articule autour d’activités d’ordre promotionnel, scientifique, commercial et médiatique, utilisant à la fois les formats « grand public » et « professionnel ». Le SARA 2015 est co-organisé par le ministère de l’agriculture, celui des ressources animales et halieutiques ainsi que le ministère des eaux et forêts. La première et la seconde édition du SARA se sont déroulées respectivement en 1997 et 1999 avant d’être interrompu par les nombreuses crises politiques qui ont secoué le pays.

 

Apa / Mis en ligne par La Rédaction/ vendredi 10 avr 2015

 

http://www.connectionivoirienne.net/109190/cote-divoire-les-echanges-agro-alimentaires-avec-la-france-estimes-a-plus-de-1-milliard-deuros



------------------------------------------------------

 

 

4 - "Plus personne n'ira à la CPI" après l'ex-président Gbagbo

 

Le président ivoirien Alassane Ouattara a assuré samedi à Abidjan que «personne d’autre n’ira à la Cour Penale Internationale» après les transfèrements à La Haye de l'ex-président Laurent Gbagbo et de son proche, Charles Blé Goudé accusés de crimes contre l'humanité. Evoquant les responsables des crimes commis lors de la crise postélectorale de 2010-2011 qui a fait plus de 3000 morts selon l'ONU, Ouattara a indiqué que «ces derniers continueront d'être juger en Côte d’Ivoire et que personne d’autre n’ira à la Cour Penale», lors d'une rencontre avec des parents des victimes de la crise dans la commune d’Abobo (nord d’Abidjan).



«Justice sera rendue à tous en Côte d’Ivoire,  sur le territoire ivoirien comme le demande notre constitution,  oui tous seront jugés, tous ceux qui ont commis des crimes pendant cette douloureuse période sur l’ensemble du territoire national seront jugés en Côte d’Ivoire», a promis le Chef de l'Etat ivoirien qui estime que la justice ivoirienne a aujourd’hui les capacités de juger les coupables et «continuera d’être équitable». L’ex- président Gbagbo et l'ex-leader des «jeunes patriotes» pro-Gbagbo, Blé Goudé ont été déportés à la Haye (Pays-Bas) pour crimes contre l’humanité tandis que des centaines de partisans sont jugés en Côte d’Ivoire. Toutefois, pour le président Ouattara, ces derniers cités pourraient bénéficier d’amnistie s’ils demandaient «pardon» à la nation. «S’ils veulent la clémence du peuple par l’intermédiaire du président, ils doivent demander pardon aux ivoiriens, sinon il n y aura pas d’amnistie», a-t-il ainsi martelé.


La crise politique ivoirienne de 2010-2011 a débuté après le second tour de l'élection présidentielle ivoirienne de 2010, le premier scrutin depuis 10 ans, dont le résultat a provoqué un différend électoral, à la suite de fraudes présumées. Les deux candidats, Gbagbo, président sortant et reconnu par le Conseil constitutionnel, et Ouattara, reconnu par la Commission électorale indépendante et la communauté internationale, revendiquaient chacun la victoire. Gbagbo a été finalement arrêté le 11 avril 2011 tandis que le dernier bastion pro-Gbagbo est tombé le 4 mai suivant, alors que le même jour, Alassane Ouattara a été proclamé chef de l'État par le Conseil constitutionnel.

Outre les 3000 morts, près de 72.500 personnes ont été identifiées comme victimes des crises ivoiriennes.  Elles seront indemnisées par le gouvernement ivoirien qui a officiellement décidé de mettre à leu disposition un fonds d'un apport initial de 10 milliards de FCFA (20 millions USD).

 

11 Avril 2015 / Dernière mise a jour 11 Avril 2015/ AA/ Abidjan/ Fulbert Yao

 

http://www.aa.com.tr/fr/headlines/492172--quot-plus-personne-nira-a-la-cpi-quot-apres-lex-president-gbagbo



-------------------------------------------

 

 

5 - La Côte d’Ivoire confirme son retour sur les marchés financiers

 

Pour l’équipe d’Alassane Ouattara, à la tête du pays depuis bientôt quatre ans, c’est l’heure du grand « roadshow ». Il s’agit de convaincre les acteurs des places financières de lui prêter des fonds. Son objectif, réussir à lever au moins 1 milliard de dollars (880 millions d’euros) d’ici la fin du mois de février, essentiellement auprès de grands investisseurs nord-américains. Ni les conditions techniques de taux et d’échéances, ni la destination des fonds n’ont été rendues publiques. Le premier emprunt obligataire lancé en juillet 2014 avait été un succès : Le pays souhaitait lever 500 millions de dollars, il en a obtenu 750 millions. Après trois ans d’absence sur les marchés internationaux, réitérer cette réussite signerait sa sortie de crise, son grand retour sur les marchés internationaux, avec les moyens d’accélérer son développement.


De gros besoins de financement

Bakary Traoré, économiste au bureau Afrique de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) souligne que « l’ambition du gouvernement Ouattara est de faire de la Côte d’Ivoire une économie émergeante. Pour cela, il faut remettre à niveau les réseaux électriques, l’adduction d’eau et les routes - 6 000 km bitumés - dont 90 % n’ont pas été convenablement entretenus depuis 15 ans ». Les défis sont énormes. Le pays s’est engagé sur plusieurs chantiers, dont le plan national d’électrification rurale (PNER), qui coûtera 220 milliards de francs CFA (335 millions d’euros), la réfection des routes et des ponts (1 000 milliards de francs CFA) et le prolongement de ses lignes de chemin de fer. Le gouvernement vient juste de mettre en œuvre en janvier 2015 un système de couverture maladie universelle.

Tout cela doit être financé, pour redresser l’économie et consolider la stabilité politique

« L’élection présidentielle d’octobre 2015 aura valeur de test », avertit Bakary Traoré. Car précise-t-il, « la première phase du plan de relance gouvernemental a beaucoup fait pour l’assainissement des finances et le redémarrage de l’activité mais a très peu créé d’emplois. Au niveau de la population, le sentiment d’une reprise n’est pas encore assez net. Pour ce faire, il faudrait réactiver les PME, notamment dans l’artisanat du textile, du mobilier, le secteur de la construction et surtout réussir à diversifier l‘économie ivoirienne au de-là des grandes activités exportatrices ».

 

Résultat de recherche d'images pour  


Confiance des agences de notation

Ce travail de titan passe par un bon accès aux marchés financiers. Dès juin 2012, la Côte d’Ivoire avait recommencé à honorer les coupons de sa dette. En juin 2014, son gouvernement a sollicité Fitch Ratings et Moody’s pour noter sa solvabilité. Les deux agences s’accordent à penser que la politique menée par l’équipe Ouattara va dans la bonne direction. « En juillet 2014 nous avions accordé une note B, avec une perspective positive. Note que nous avons confirmée en janvier 2015 », indique Arnaud Louis, directeur du pôle analyse souveraine Afrique chez Fitch, qui s’en explique : « Le déficit budgétaire reste proche de 3 % du PIB (produit intérieur brut), la dette publique de 15 milliards de dollars représente 43 % du PIB, le pays connaît le plus fort taux de croissance de la région -entre 9 et 10 % par an- et une inflation très faible. La Côte d’Ivoire a maintenant vocation à retrouver son leadership en Afrique de l’Ouest ».


Même son de cloche chez Moody’s : « Nous avons rencontré une équipe gouvernementale en ordre de marche, prête à transformer le pays et très concernée par la notation », confirme Aurélien Mali, analyste senior pour l’Afrique. « Nous avons accordé une note B1 avec une perspective positive car les fondamentaux du pays sont solides. Depuis 2011, les investissements publics sont passés de 2,5 % à presque 8 % du PIB. Enfin l’appartenance de la Côte d’Ivoire à la zone CFA assure la stabilité et la convertibilité de sa monnaie. » Pour l’analyste de Moody’s, le niveau d’endettement de la Côte d’Ivoire ne présente pas de risque à court terme. D’autant que celle-ci a bénéficié d’un allégement de 3,7 milliards d’euros de sa dette par le Club de Paris en 2012.

 

Il ne porte pas le même jugement sur la situation politique : Il s’agit de « la seule vraie inconnue à moyen terme », souligne-t-il. L’élection présidentielle d’octobre prochain interviendra alors que la masse des Ivoiriens ne perçoit pas encore les bienfaits de la relance économique. Le jeu sera serré. « La stabilité politique est indispensable à la confiance. Pour que les gouvernements puissent honorer leurs engagements à l’égard de leurs créanciers » rappelle Arnaud Louis chez Fitch, qui conclut : « Nous espérons un déroulement du suffrage sans heurts. La réélection du président Alassane Ouattara reste, pour nous, le scénario le plus probable ».

 

Gilles Naudy/ Le Monde.fr / Le 05.02.2015/  Mis à jour le 05.02.2015 à 13h54


http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/02/05/la-cote-d-ivoire-confirme-son-retour-sur-les-marches-financiers_4570675_3212.html



--------------------------------------------------

 

 

6 – Programme Economique et Financier : «La croissance est restée forte en 2014»

 

La situation de l'économie ivoirienne reste très bonne. Nous avons vu que la croissance est restée forte en 2014», a indiqué hier, Michel Lazare, Chef de la délégation du Fonds Monétaire International (FMI), au sortir de l'audience que leur a accordée (lui et sa délégation) le Chef de l'Etat, Alassane Ouattara. C'était au Palais Présidentiel au Plateau. L'audience s'est déroulée en présence du Premier ministre, ministre de l'Economie, des Finances et du Budget, Daniel Kablan Duncan ; Kaba Nialé et d'Abdourahmane Cissé, respectivement ministres auprès du Premier ministre chargé de l'Economie et des Finances et du Budget. Michel Lazare a eu des échanges fructueux avec le Président Ouattara. Il a dressé le bilan de la mission du FMI comptant pour la 7è revue du Programme Economique et Financier de la Côte d'Ivoire.

 

A propos de la situation de l'économie ivoirienne, le Chef de mission la décline en termes de croissance soutenue pour l'année 2014. Laquelle, de son point de vue, commence à produire des effets sur la population. Notamment, la forte croissance du secteur agricole, particulièrement le cacao, qui permet au pays de redistribuer des revenus importants aux agriculteurs et un certain nombre d'investissements publics qui commencent à améliorer le quotidien en matière de transport, d'éducation et de santé. «La croissance commence à se voir», a-t-il tranché.

 

Michel Lazare a indiqué au Chef de l'Etat que les performances de l'économie ivoirienne laissent entrevoir de bonnes perspectives pour les années à venir. Il a noté avec satisfaction l'amélioration du climat des affaires et la mise en place d'une structure moderne dans l'administration fiscale. Il n'a, cependant pas occulté que des réformes restent à mettre en œuvre. Il s'agit de l'amélioration de la gestion de la dette et celle des procédures de gestion de la dépense.

 

07 avril 2015/ Source : Fraternité Matin n° 15097 du vendredi 3 avril 2015, p.7

 

http://www.ccifci.org/single-news/n/salon-de-lagriculture-et-des-ressources-animales-dabidjan-le-gouvernement-veut-stimuler-linvest/



---------------------------------------------------

 

 

7 - L'Economie Ivoirienne en bref et les principaux secteurs d'activités

 

En bref,

_ 22.4 millions d’habitants,

_ 322.460 km² de superficie avec un littoral de 520 km

_ un taux de croissance en 2012 de 9.6% et 8.5% en 2013.

_ un PIB par habitant de 1300 euros

_ 51% de la population totale se trouve en zone urbaine 

_ une croissance démographique 3.3%

_ 5 pays frontaliers : le Libéria, la Guinée à l’ouest, le Mali et le Burkina au nord, et le Ghana à l’est.

_ 3 principaux fournisseurs : Chine, France, Nigéria

_ 3 principaux clients : États-Unis, Allemagne, Pays Bas

 

Depuis 2011, le Président OUATTARA dirige le pays. La Côte d’Ivoire se remet progressivement de la période passée, aidée par la levée de sanctions économiques et l’aide financière du FMI et du Club de Paris (réduction de 78% du service de la dette).
La reprise est notable, elle se focalise sur les centres urbains avec des investissements réalisés dans les infrastructures, notamment en matière de transport, dans le secteur de l’énergie (eau et électricité)  ainsi que dans le secteur des télécommunications… Aujourd’hui la situation politique est stabilisée, elle permet, notamment, le retour de la BAD après 10 années de délocalisation à TUNIS.

 

 


LES PRINCIPAUX SECTEURS D’ACTIVITÉ

Le développement de l’économie ivoirienne est principalement basé sur l’agriculture.

Le secteur primaire contribue à un quart du PIB et emploie les deux tiers de la population active.

Le pays a atteint en matière de développement agricole des résultats importants, notamment à l’exportation, qui place la Côte d’Ivoire dans les premiers rangs mondiaux et africains.
Le Cacao et le café occupent à eux seuls les 2/3 des terres cultivées avec une prédominance du cacao. Le coton, le palmier à huile, l’anacarde et l’hévéa occupant le reste des superficies.

La Côte d’Ivoire est l’un des plus grands producteurs de cacao et l’un des plus grands exportateurs du monde de fèves de cacao (1 millions 400 mille tonnes), de café (130.000 tonnes), d’huile de palme (390.000 tonnes) et de noix de cajou (450.000 tonnes).
La part de l’agriculture dans les exportations ivoiriennes est de 40%.
La production ivoirienne de caoutchouc a augmenté de manière régulière ces dernières années (255.000 tonnes). C’est aussi un pays producteur et exportateur de pétrole brut, et producteur de gaz.
Certaines activités d’extraction ont lieu dans le pays, notamment les minerais précieux, l’or, les diamants, mais aussi le nickel, le manganèse, le fer…

Au niveau des entreprises, les majors internationales sont présentes ; américaines, hollandaises, françaises, suisses, chinoises, turcs, indonésiennes, indiennes, australiennes, sud africaines dont certaines d’entre elles opèrent déjà depuis de nombreuses années.
 

Le secteur secondaire représente à lui seul 63% de l’industrie de l’Afrique de l’Ouest francophone.

Le secteur secondaire  contribue au développement à hauteur de 1/3 du PIB, la part des produits locaux transformés est de 30% en moyenne.
A ce jour ;
10% du café est transformé,
3% des noix de cajou,
2% du caoutchouc naturel et 2% de coton 


 


Les principaux secteurs industriels actifs sont :

_ la préparation des aliments (Sucre, lait, yaourt, thon, pâtes, biscuits, bonbons, bière, limonade, eaux, huiles, farine, fabrication d’aliments pour la nutrition animale…) 

_ les matériaux de construction (ciment, fer à béton, brique, agglo, tôles, …), 

_ le textile (pagne, chaussettes, serviettes, sous vêtements ...),

_ les produits chimiques (peintures, solvants, produits d’entretien, plastiques, engrais…),
_ les produits pharmaceutiques (génériques et solutés…), soins de la personne (shampoing, papier de toilettes, mouchoirs en papier, parfums, cosmétiques…), 

_ l’énergie (barrages hydroélectriques et des centrales thermiques à gaz)
_ Raffinerie

_ Cartonneries…

Au niveau présence des entreprises, la concurrence est forte :
Ivoiriennes, libanaises, françaises, allemandes, anglaises, italiennes, suisses, indonésiennes, espagnoles, sud africaines, marocaines, turcs, tunisiennes, chinoises…

 

Le secteur tertiaire se développe au même rythme que dans les pays développés

Le secteur tertiaire  contribue à 50% du PIB et emploie 22% de la population active.
Le secteur des télécommunications est une activité en expansion avec 6 opérateurs de téléphonie mobile de même que la grande distribution.
La Côte d’Ivoire possède le plus large réseau de grande distribution de la région, avec la Sté Ivoirienne de Promotion des Supermarchés et la Compagnie de distribution de Côte d’Ivoire,  CARREFOUR avec CFAO, les centres commerciaux ORCA, Monsieur BRICOLAGE, et … les différentes franchises, PAUL, HIPPOPOTAMUS, MANGO… sont aussi présentes.

Les secteurs de la communication et de l’imprimerie sont très actifs, plus de 60 journaux paraissent quotidiennement,
Le tourisme dispose d’un grand potentiel de développement.
Le secteur financier, avec 26 banques. Les assurances dont les polices assurance vie, se portent bien. Le transport offre aussi de belles perspectives avec les Cie aériennes Air France, Corsair, Tunisair, Air Algérie, Royal Air Maroc…, le chemin de fer allant jusqu’au Burkina Faso, le port d’Abidjan et de San Pedro, la réhabilitation des routes…

 

Les entreprises présentes dans ce secteur sont ivoiriennes, libanaises, françaises, nigérianes, marocaines, tunisiennes, sud africaines, anglaises, américaines, coréennes, canadiennes, allemandes, belges, luxembourgeoises…


 


Les Investissements récemment réalisés et qui se font le plus remarquer :

Mines, énergie, pétrole

L’agro industrie

La grande distribution

La téléphonie

L’industrie de transformation

Les infrastructures et le BTP

Le transport…

Pour les marchés porteurs où il conviendrait d’être présents et comment assurer sa  présence sur le marché ivoirien  merci de bien vouloir vous renseigner auprès des services de la CCIF CI.

 

Votre site de référence www.ccifci.org

 

http://www.ccifci.org/approcher-la-cote-divoire/leconomie-ivoirienne-en-bref-et-les-principaux-secteurs-dactivites/


 


---------------------------------------------------

 

 

8 - Côte d’Ivoire présidentielle de 2015 : « AFFI N’guessan annonce sa candidature »

 

Pascal Affi N’guessan, le président contesté du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ancien chef de l’Etat Laurent Gbagbo, a assuré samedi que sa formation politique, après le boycott des élections législative, municipales et régionales, participerait à la présidentielle prévue en octobre. “2015 est une année cruciale pour le pays. Il faut que toute la Côte d’Ivoire soit au rendez-vous du droit contre la violence. Le Front Populaire Ivoirien sera présent à ce rendez-vous’’, a annoncé Pascal Affi N’guessan, au siège du parti à Abidjan, lors d’une cérémonie commémorative du 11 avril 2011, marquant la chute et l’arrestation de Laurent Gbagbo, au terme de la crise armée post-électorale survenue en Côte d’Ivoire.

 

Le FPI, principal parti de l’opposition, qui avait boycotté les législatives de décembre 2011, les municipales et les régionales d’avril 2013, traverse une crise de laquelle sont nées deux camp en son sein. Les deux camps sont en désaccord sur l’orientation de la lutte pour la reconquête du pouvoir.

 

Le premier subordonne la participation du parti au scrutin à la libération de son fondateur Laurent Gbagbo, incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) depuis novembre 2011. Le second camp aspire à s’investir davantage dans le jeu politique et à participer à la présidentielle de 2015 derrière, Pascal Affi N’Guessan. Au cours de la cérémonie, M. Affi N’guessan a procédé à la mise en place, au sein de son parti, d’un Comité chargé de coordonner les actions pour la libération de Laurent Gbagbo, et en a confié la direction à Marcel Gossio, un autre cadre du FPI, ancien directeur général du Port d’Abidjan. La présidentielle à laquelle le chef de l’Etat sortant Alassane Ouattara, a déjà annoncé sa candidature, est prévue pour se tenir en octobre.

 

SKO/ Mis en ligne par La Rédaction/ samedi 11 avr 2015


 http://www.connectionivoirienne.net/109238/cote-divoire-presidentielle-de-2015-affi-nguessan-annonce-sa-candidature


 


----------------------------------------------------

 

 

9 - Côte d'Ivoire‎- Ouattara annonce un programme commun RHDP pour remporter la présidentielle 2015

 

Un nouveau programme commun de gouvernement du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) sera élaboré. Ainsi en a décidé le chef de l’Etat ivoirien en ces termes lors du Conseil des ministres tenu ce Mercredi : « Le programme RHDP que nous avons arrêté ensemble, à l’occasion du deuxième tour des présidentielles de novembre 2010 est en train de porter ses fruits.

 

Nous devons ensemble développer un nouveau programme RHDP pour les prochaines élections car il s’agit d’un gouvernement RHDP qui devra aller aux élections pour les gagner, et les gagner de manière importante pour bien marquer que la collaboration, l’union des fils d’Houphouët Boigny peut remettre la Côte d’Ivoire sur les rails, et faire en sorte que ce pays redevienne ce que nous avions connu, nous qui avons travaillé avec le Président Houphouët Boigny  il y a une vingtaine d’années. Donc, je sais que je peux compter sur chacune et chacun de vous autour de cette table ». ‎

 

T.A.B// Mercredi 07 janvier 2015/ Ecrit par  AFRIKIPRESSE/ Publié dans Politique

 

http://www.afrikipresse.fr/politique/cote-d-ivoire-ouattara-annonce-un-programme-commun-rhdp-pour-remporter-la-presidentielle-2015



----------------------------------------------------

 

 


10 - Côte d'Ivoire : ce qui devrait changer dans le code électoral

 

Le Conseil des ministres a adopté mercredi un projet de loi portant modification de seize articles de la loi du 1er août 2000 portant code électoral. Si le texte doit encore être approuvé par le Parlement ivoirien et pourrait être amendé, voici ce qui devrait néanmoins changer. Si le texte adopté mercredi 11 mars en conseil des ministres n'a rien d'une refonte totale de la loi du 1er août 2000 portant code électoral, il pourrait toutefois aboutir à des changements notables. Le projet de loi prévoit en effet la modification de seize articles (numéros 7, 9, 11, 15, 21, 35, 52, 56, 59, 60, 68, 80, 86, 101, 116 et 144). Une partie des changements sont tirés des ordonnances de sortie de crise prises en 2008.

Le nouveau dispositif devrait permettre de "prévenir les difficultés liées à la technique et à la logistique des scrutins et de créer les conditions d’un déroulement serein et apaisé des élections futures", a expliqué le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné. Il est issu des remarques de la Commission électorale indépendante exprimées à l'issue d'un séminaire analysant les élections organisées entre 2010 et 2013, et adoptées par la Commission centrale de l'institution, le 29 janvier dernier. 

Voici ce qui devrait changer, même si le projet de loi, dont Jeune Afrique a obtenu copie, doit encore être approuvé par le Parlement.


L'identification des électeurs
En plus des habituelles informations exigées des votants, telles que le sexe, la profession, l'adresse ou encore les dates et lieux de naissance, la liste électorale pourrait désormais comporter les photos et les empreintes digitales des inscrits. En outre, ceux-ci pourraient être identifiés par un numéro d'ordre et un numéro d'enregistrement unique.


Les listes électorales, cartes d'électeur et candidatures
Le gouvernement souhaite également modifier les délais de publication des listes électorales. Une version provisoire de celles-ci devra, si le texte est adopté, être publiée au moins trois mois avant le scrutin. Les listes définitives seraient quant à elles définitivement arrêtées quinze jours avant la date fatidique.

Les candidatures à l'élection présidentielle devraient être déposées à la commission ad-hoc au moins soixante jours avant le scrutin, contre trente aujourd'hui. Ladite commission devrait les transmettre au Conseil constitutionnel au plus tard 72 heures après la date de clôture, contre 48 heures actuellement. Le Conseil constitutionnel devrait alors publier la liste définitive des candidats 45 jours avant l'élection.

Pour les élections législatives, les candidatures devraient être déposées 45 jours avant le scrutin à la commission en charge (comme pour les scrutins municipaux). Celle-ci disposerait de dix jours à compter de la date de clôture pour publier la liste définitive. 


Le vote

Tout Ivoirien pourrait s'inscrire dans la circonscription de son choix, et non plus obligatoirement dans celle où il a été enregistré à l'origine, pour y remplir son devoir d'électeur. Cette disposition vise à favoriser le vote de populations sujettes aux migrations internes et à multiplier les bureaux.

Les bureaux de vote pourraient être installés dans des lieux privés réquisitionnés et aménagés pour l'occasion, à l'exclusion des domiciles. À l'heure actuelle, seuls les lieux publics peuvent en théorie les accueillir. Néanmoins, dans la pratique, de nombreux lieux privés ont déjà été réquisitionnés lors des précédents scrutins.

Chaque bureau de vote pourrait comprendre, outre un président et deux secrétaires désignés par la commission électorale, deux représentants, un titulaire et un suppléant, pour chaque candidat. Cette disposition deviendrait facultative si le nouveau texte était adopté.


Les résultats et réclamations

Les résultats provisoires devraient être proclamés dans un délai de cinq jours au niveau national. Lors de la proclamation, les représentants des candidats seraient tenus d'être présents. À l'heure actuelle, aucun délai n'est imposé à la commission électorale, ce qui avait entraîné une polémique en 2010. Tout candidat pourrait porter réclamation auprès du Conseil constitutionnel dans un délai de cinq jours après la proclamation des résultats provisoires. Soit 48 heures de plus que celui accordé aujourd'hui.

 

Jeune Afrique/ 16-03-2015

 

http://www.ivorian.net/actualite/p/186.html



----------------------------------------------------

 

  

 

11 - Présidentielle 2015 : l’Assemblée nationale ivoirienne a voté à l’unanimité un nouveau code électoral

 

Le gouvernement  ivoirien,  dans  le souci d’organiser  une élection libre, transparente et apaisée en 2015, a  soumis  un projet de loi portant modification du code électoral et abrogation de  dispositions relatives aux élections  de sortie de crise. Ce projet  a été voté jeudi dernier à l’unanimité des députés à  l’Assemblée nationale, a appris l’Agence Afreepress.

 

Présidée par  la première vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mme Fadiga Sarra Sacko, la séance avait deux (2) points inscrits à l’ordre du jour, à savoir,  l’examen et adoption du projet de loi portant modification des articles 7, 9, 11, 15, 21, 35, 52, 56, 59, 60, 68, 80, 86, 101, 116, et 144  de la loi n°2000-514 du 1er  août 2000 du code électoral et  la clôture de la deuxième session ordinaire de l’année 2015.

Ce  nouveau code électoral permettra à la Côte d’Ivoire d’avoir une base juridique pour  aller  à des élections calmes et apaisées. Pour  rappel, les Ivoiriens iront choisir  en octobre  prochain, celui qui devrait présider aux destinées de la Côte  d’Ivoire.

 

Mathurin A./ Afreepress (Lomé  le 3 avril  2015) / Écrit par  © Afreepress Publié dans Côted'ivoire vendredi, 03 avril 2015 13:42

 

http://www.afreepress.info/index.php/cote-d-ivoire/item/1766-pr%C3%A9sidentielle-2015-l%E2%80%99assembl%C3%A9e-nationale-ivoirienne-a-vote-%C3%A0-l%E2%80%99unanimit%C3%A9-un-nouveau-code-%C3%A9lectoral


 


-------------------------------------------------

  

SARA

 

12 - Cérémonie de clôture du SARA 2015 en présence du premier ministre, Daniel Kablan Duncan

 

Le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan a présidé la cérémonie de clôture de la 3ème édition du Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA 2015). Daniel Kablan Duncan à exprimé la satisfaction du gouvernement quant a la réalisation de cette édition après une interruption de 16 ans . ``Le SARA 2015 a tenu toutes ses promesses de mobilisation. C'est un véritable succès`` a déclaré le premier ministre.



Plus de 700 exposants et 161 mille visiteurs ont pris d’assaut les stands d’expositions durant ses 10 jours. Le premier ministre, Daniel Kablan Duncan a également exprime sa gratitude au royaume du Maroc pour avoir accepte d’être l’invité d’honneur de cette 3ème édition et pour la présence de son premier ministre a la cérémonie d’ouverture. `` J'exprime notre reconnaissance au Maroc, notamment au Chef du Gouvernement du Maroc pour sa présence à l'ouverture``. a-t-il précisé. Officiellement ouverte le 03 avril par le Président de la République, Alassane Ouattara, la 3ème édition du SARA prendra fin dimanche. Les deux précédentes se sont déroulées successivement en 1997 et 1999.


Didier ASSOUMOU / Publié le samedi 11 avril 2015/ Abidjan.net

 

http://news.abidjan.net/h/547848.html



---------------------------------------------------

   

 






Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ JEUNES/ SOCIAL/ REINSERTION : petits bandits deviendront gangsters et tueurs (un système éducatif qui condamne ses enfants au chômage et au banditisme…)

» AFRIQUE/ NIGERIA/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ ETAT DE RIVERS : l’état de Rivers au Nigeria, l’un des pôles économiques significatifs de la fédération nigériane

» CANADA/ QUEBEC/ DEVELOPPEMENT LOCAL : redécouvrir le Québec, une puissance économique et technologique au sein de la fédération du Canada

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ VISITE D’ETAT : le Président Ouattara évalue les actions de développement concernant diverses régions du pays (Aboisso, Abengourou, Divo, Gagnoa, Daloa)

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GRANDS PROJETS DE DEVELOPPEMENT : L’Égypte inaugure son nouveau canal de Suez

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ REGION DES GRANDS-PONTS/ VISITE D’ETAT : le Président Ouattara en visite d’Etat dans la région des Grands-Ponts

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ VISITE D’ETAT : le Président Ouattara en visite d'Etat dans le district du Woroba

» AFRIQUE/ MAROC/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT/ PROJETS : Processus d’intégration de l’Afrique dans le développement du continent

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ DISTRICT DU DENGUELE : le district forge ses armes pour booster son développement avec le Président Ouattara

» COTE D’IVOIRE/ DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN/ DEVELOPPEMENT LOCAL : le président Ouattara examine les préoccupations spécifiques des populations autochtones d’Abidjan

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Conférence de presse du Premier ministre ivoirien

» COTE D’IVOIRE / ECONOMIE/ CACAO/ CHOCOLAT ET SANTE : le cacao ivoirien au mieux de sa forme

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT DE LA REGION DE L’IFFOU : réalisations, grands projets et perspectives

» AFRIQUE/ RELATIONS MAROC-COTE D’IVOIRE/ COOPERATION ET ECHANGES : consolidation des échanges ivoiro-marocains

» COTE D’IVOIRE/ POLITIQUE ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE ET EMERGENCE : Actions et mesures fortes en faveur de l’émergence de la Côte d’Ivoire

» SPORT/ COUPE D’AFRIQUE DES NATIONS 2015 : victoire de la Côte d’Ivoire sur le Ghana

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ PAIX/ DEVELOPPEMENT/ FORMATION ET EMPLOIS : ces actions multiformes qui peuvent consolider le développement et la paix

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL/ DEVELOPPEMENT LOCAL : pluralité d’initiatives, grandes mesures et grands projets pour relancer le développement du sud-ouest ivoirien

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ JACQUEVILLE : Désenclavement d’une grande région économique en Côte d’Ivoire

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : processus de consolidation et d’éveil après des années de crises

» AFRIQUE/ COTE D’IVOIRE/ ELECTION PRESIDENTIELLE DE 2015/ RHDP : M. Alassane Ouattara est investi candidat du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix)

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT LOCAL/ REGIONS DE L'AGNEBY-TIASSA ET DE LA ME : Projets, options et stratégies pour l'émergence


Haut de page