Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

RETROSPECTIVES


Publié le 08/06/2014 à 18:06:17
DEUXIEME GUERRE MONDIALE/ COMMEMORATION DU DEBARQUEMENT/ D-DAY : la guerre et le bellicisme toujours ancrés dans l’esprit des hommes…




1 - «  La France est reconnaissante envers les habitants de la Normandie qui ont donné de leur vie pour aider le débarquement des Alliés en juin 1944 afin de mettre fin au joug nazi.» C’est ainsi que François Hollande a débuté son discours devant près de mille anciens combattants venus des Etats-Unis d’Amérique, du Canada, de Russie, d’Angleterre, de plusieurs pays européens et africains, et de France. «Les Normands ont subi l’épreuve du feu. Ils ont aidé les Alliés et les ont soutenus. De ces soutiens sont nés des liens indéfectibles entre cette région et le reste du monde», a ajouté le président français qui a inauguré, hier, les hommages officiels au débarquement de juin 1944.20 présidents et Premiers ministres, parmi eux, Barack Obama, Vladimir Poutine, David Cameron, Angela Merkel et d’autres, ont pris part aux célébrations qui se sont déroulées dans la ville de Caen, au nord-ouest de la France et dans d’autres régions de la Normandie maritime. »


 

 

2 – « BILAN MORAL : La Seconde Guerre Mondiale a été marquée par l'horreur et la souffrance. La découverte des camps de concentration ont traumatisé la population en lui montrant les véritables victimes de la guerre. Ce sont des civils qui ont pour seul faute d'avoir été différents des autres par leurs couleurs de peau ou de leur religion. Ces quelques 6 millions d'innocents ont été renvoyés de chez eux pour arriver à des endroits inconnus où ils seront brûlés, gazés ou mourrons de faim. Ces camps de mort donneront à l'Allemagne le statut d'auteur de crimes contre l'humanité. Ce fut la première fois qu'une accusation aussi forte sera prononcée. Mais ce traumatisme est aussi marqué par un fort exode des populations européennes (plusieurs millions de familles déplacées). »

 

 

 

----------------------------------


  

 

1 - Pour le D-Day, des commémorations grand format

 

Dix-neuf chefs d'État et 1800 vétérans célèbrent en Normandie le 70e anniversaire du «jour le plus long».

 

La Normandie est à nouveau sur le pied de guerre pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement. Un événement qui se déroulera en très grand format. Le programme et la liste des invités parlent d'eux-mêmes. Dix-neuf chefs d'État seront présents, dont la reine Elizabeth II, Barack Obama, Vladimir Poutine, mais aussi leur homologue ukrainien Petro Porochenko.

 

La souveraine britannique sera accompagnée par d'autres membres de la famille royale, le prince de Galles, Charles, et Camilla, mais aussi le duc et la duchesse de Cambridge, Kate et William. Quelque 1800 vétérans feront le voyage, certains pour la première fois depuis qu'ils foulèrent les plages normandes parmi les 130.000 soldats alliés du «jour le plus long». La plupart sont âgés de plus de 90 ans: avec leur disparition, les prochaines grandes célébrations du D-Day basculeront du souvenir à la mémoire. «Les vétérans sont en train de partir petit à petit. Si l'on veut que le 6 Juin continue à vivre, les jeunes doivent prendre le relais», estime Gérard Legout, le coordinateur des cérémonies à Arromanches.

 

Neuf mille invités ont été conviés, mais le public attendu est évalué à 150.000, dans une région qui se prépare depuis un an et demi à cet anniversaire. Impossible, depuis de longs mois, de trouver une chambre d'hôtel… Environ 12.000 hommes, policiers, militaires et pompiers ont été mobilisés pour assurer la sécurité dans un secteur de 80 km sur 20 km, où la circulation sera restreinte dès vendredi matin à 6 heures.


   


Hommage aux victimes civiles

À 9 heures, les cérémonies officielles démarreront avec l'hommage national présidé par François Hollande au Mémorial de Caen. Pour la première fois, un hommage officiel sera rendu aux 20.000 civils tués durant les 100 jours de la bataille de Normandie. «La prise en compte des victimes civiles est un trait saillant de ces commémorations», estime l'historien Olivier Wieviorka, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale. Durant la seule journée du 6 juin 1944, près de 3000 civils ont péri sous les bombardements, presque autant que les soldats alliés. À la mi-journée, à Caen, un chapelet de bombes visant les ponts de l'Orne rate sa cible et dévaste tout le centre-ville. Bilan: 500 morts.

 

À 10h40, François Hollande rejoindra Barack Obama au cimetière américain de Colleville-sur-Mer, qui surplombe Omaha Beach, la plage la plus sanglante du Débarquement (1000 tués, 2000 blessés et disparus). Quelque 10.000 personnes se recueilleront autour du champ de croix blanches - les sépultures de 9388 soldats américains tombés en Normandie. Deux fils du président Theodore Roosevelt (au pouvoir de 1901 à 1909) y sont également enterrés, dont Quentin Roosevelt, tué dans l'Aisne, le 14 juillet 1918. C'est le seul combattant de la Première Guerre mondiale inhumé à Colleville. Barack Obama pensera sûrement quant à lui à son grand-père maternel, Stanley Dunham - Gramps, comme il l'appelait -, qui débarqua en Normandie en juillet 1944. Même si «Gramps rentra de la guerre sans avoir vu de véritables combats», écrit le président américain dans son récit familial, Les Rêves de mon père.

 

À la mi-journée, les chefs d'État et de gouvernement ainsi que des vétérans se retrouveront au château de Bénouville, près du célèbre Pegasus Bridge, pour un déjeuner officiel concocté par cinq chefs étoilés normands. Le point d'orgue de la journée sera la cérémonie internationale qui débutera à 14h30 sur la plage Riva Bella de Ouistreham, celle de Sword, où François Hollande accueillera ses homologues. Dans les gradins de 7000 places, 3000 ont été réservées aux vétérans et à leurs accompagnateurs et 2000 aux Normands, ce qui n'a pas manqué de nourrir quelque frustration parmi les habitants de la région. Le clou de cette séquence internationale devrait être un spectacle en quatre actes autour du jour J: l'oppression, le Débarquement, la Libération, la paix et la construction européenne. Une vaste chorégraphie entrera en résonance avec les images projetées sur trois écrans géants, au son de Purcell, Mozart et Philip Glass.

 

 

Par Alain Barluet/ Mis à jour

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/05/01016-20140605ARTFIG00434-pour-le-d-day-des-commemorations-grand-format.php


  


------------------------------

  

 

 

2 - 70e anniversaire du D-Day : les Normands se sentent exclus de la fête

 

REPORTAGE - Le préfet de Basse-Normandie a clairement déconseillé aux habitants de venir assister aux cérémonies officielles du 70e anniversaire du débarquement.

«C'est marrant, j'ai l'impression de vivre en zone occupée, alors qu'ils étaient nos libérateurs. Partout dans les rues il y a des soldats. Devant l'école de ma fille, il y a même un campement d'Anglais», sourit Cécile, jeune trentenaire normande. Impossible en effet de se promener dans les rues de Caen ce jeudi sans croiser un escadron militaire, une jeep, ou qu'un soldat américain ou britannique vous salue d'un «hello» retentissant.

 Une atmosphère curieuse qui amuserait les habitants si elle n'était pas accompagnée d'une foule de désagréments. Pour les habitants de Caen, Ouistreham et alentours,les commémorations du 70e anniversaire du débarquement sont plutôt synonymes de galère. Avant l'arrivée des convois officiels, les routes sont déjà surchargées dans les zones où la circulation est autorisée. Vendredi, les embouteillages promettent d'être mémorables: le convoi de Barack Obama et de ses collaborateurs occupe à lui seul trois kilomètres de route.



«Comme si on faisait une grande fête chez vous sans vous inviter»/ Un habitant de Ouistreham

Mais il y a plus que la galère, que les Normands réputés flegmatiques et taiseux comme leurs voisins d'en face Britanniques prennent avec philosophie. Il y a le sentiment d'être exclus. «C'est comme si on faisait une grand fête chez vous sans vous inviter», résume Jérôme, sous le soleil, devant l'église de Ouistreham. Très peu sont en effet conviés aux cérémonies officielles, et le préfet de Basse-Normandie leur a carrément déconseillé d'y venir.

 

Pour ceux qui tenteraient quand même d'y assister, la préfecture a distribué des dépliants informatifs. Il y est notamment indiqué de «prendre un bon petit déjeuner, car manger un sandwich dans un cimetière ne sera pas apprécié», raconte Yvette, bientôt 70 ans et autant de temps passé en Normandie. «Ils nous prennent pour des rustres? Qui va s'imaginer ramener son sandwich au camembert pendant une commémoration?» Patrick se souvient que les cérémonies du 40e anniversaire du débarquement étaient elles nettement plus populaires. «La foule défilait dans les rues de Caen, même la reine était venue à la rencontre de la population.» S'ils ne sont pas conviés à la fête, il convient de rappeler que les habitants ne sont pas complètement oubliés.

 

François Hollande doit prononcer vendredi matin à Caen un discours pour rendre hommage aux 20.000 victimes civiles normandes, mortes lors des batailles qui ont suivi le débarquement. C'est la première fois qu'un hommage aussi explicite leur est rendu lors d'une commémoration.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/06/05/01016-20140605ARTFIG00101-70e-anniversaire-du-d-day-les-normands-se-sentent-exclus-de-la-fete.php


   


------------------------------

  

 

 

3 - Elisabeth II, figure incontournable des célébrations du "D-Day"

 

Depuis son accession au trône en 1953, la reine d'Angleterre a été de toutes (ou presque) les commémorations liées à la Seconde Guerre mondiale. De Londres au Canada en passant par les côtes normandes, retour en images sur 60 ans de célébrations.

 

Oublié l’épisode de 2009 où Elisabeth II n’avait pas été conviée aux cérémonies françaises marquant le 65e anniversaire du Débarquement. Arrivée ce jeudi 5 juin à Paris à bord d’un train Eurostar, la reine d’Angleterre assistera, aux côtés de toute sa famille, au 70e anniversaire du "D-Day" en qualité d'invitée d'honneur. Parmi les nombreux dirigeants attendus en Normandie pour les célébrations, elle sera d’ailleurs la seule chef d’État en exercice à avoir connu la Seconde Guerre mondiale. Depuis son accession au trône en 1953, Elisabeth II a eu maintes fois l’occasion de commémorer la victoire des troupes alliées sur l’Allemagne nazie. Retour en images.

 

Dernière modification : 05/06/2014

 

http://www.france24.com/fr/20140604-reine-angleterre-elisabeth-france-paris-eurostar-commemoration-debarquement-dday/

 

  


--------------------------------

  

 

 

4 - Les puissances occidentales célèbrent le D-Day

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

C’est une commémoration dans l’entre-soi qui réunira pendant cinq jours, à partir de vendredi, l’Occident autour de l’anniversaire du débarquement allié en 1944.D’ici le mois d’août, pensera-t-on au reste du monde ? Et notamment aux fils de l’Algérie qui ont donné leur sang pour la libération de la France ?

 

A quoi sert tant de déploiement chaque année pour célébrer le débarquement de Normandie ? Le D-Day, comme disent les Américains, ou le jour J, selon les Français. Certes il s’agit de rendre hommage à cet instant de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale qui peut être considéré comme le début de la libération de l’Europe de l’invasion allemande, effective presque un an plus tard, le 8 mai 1945. Mais encore ? Depuis 70 ans, de dix ans en dix ans, on a tout dit ou presque de cet événement, sans s’appesantir sur les milliers de civils (morts) sous les bombardements alliés activés pour couper les routes et «neutraliser» l’armée allemande.

 

Cette année, pour le 70e anniversaire, quelques journaux, et même des documentaires à la télévision, en parlent, pour trouver un nouvel angle de traitement de cette commémoration qui en devient usante au fil du temps. C’est aussi un vœu officiel, puisque le président François Hollande se rendra au Mémorial de Caen pour rendre hommage aux 20 000 victimes civiles de la Bataille de Normandie.


Sinon, bien évidemment, ce sera un tapis de personnalités qui fouleront les lieux.

Là aussi, cela sera peut-être explosif, comme la rencontre entre les présidents russe Vladimir Poutine, et américain Barak Obama, auxquels le président François Hollande a ajouté la présence détonante du président ukrainien Petro Porochenko, histoire de ramener l’actualité géostratégique au cœur du dîner qui les réunira. Peut-être bombera-t-on un peu les muscles dans cet entre-soi. Bien sûr, la reine d’Angleterre, Elisabeth II, sera aussi là, plus tard, en habituée, ainsi que le prince Charles, en digne héritier de la couronne. Bref, un parterre de célébrités pour une commémoration qui s’échelonnera jusqu’à dimanche. Alors qu’en cette année 2014 est lancé le centenaire de la commémoration de la Première Guerre mondiale (1914-18), ce 6 juin marquera une nouvelle phase du souvenir de la Seconde Guerre mondiale (1939-45).

 

Elle continuera jusqu’au 15 août, date du débarquement de Provence, qui vit l’armée française, reconstituée en Algérie, fouler enfin le sol français, avec dans ses rangs de milliers de soldats d’Afrique du Nord, essentiellement algériens, dont beaucoup perdirent la vie. La non-reconnaissance de ce sacrifice suprême conduisit aux manifestations du 8 Mai 1945.

 

Walid Mebarek/ Lyon (France)/ De notre correspondant/ 05.06.14

 

http://www.elwatan.com/international/les-puissances-occidentales-celebrent-le-d-day-05-06-2014-259984_112.php


 

 

----------------------------------

  


 

5 - La France et ses Alliés fêtent le débarquement de 1944

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

Près de 20 présidents et Premiers ministres occidentaux ont participé à la commémoration du 70e anniversaire du débarquement des soldats alliés sur les plages normandes. Parmi eux, Barack Obama et Vladimir Poutine qui se sont royalement ignorés.

La France est reconnaissante envers les habitants de la Normandie qui ont donné de leur vie pour aider le débarquement des Alliés en juin 1944 afin de mettre fin au joug nazi.» C’est ainsi que François Hollande a débuté son discours devant près de mille anciens combattants venus des Etats-Unis d’Amérique, du Canada, de Russie, d’Angleterre, de plusieurs pays européens et africains, et de France. «Les Normands ont subi l’épreuve du feu. Ils ont aidé les Alliés et les ont soutenus. De ces soutiens sont nés des liens indéfectibles entre cette région et le reste du monde», a ajouté le président français qui a inauguré, hier, les hommages officiels au débarquement de juin 1944.20 présidents et Premiers ministres, parmi eux, Barack Obama, Vladimir Poutine, David Cameron, Angela Merkel et d’autres, ont pris part aux célébrations qui se sont déroulées dans la ville de Caen, au nord-ouest de la France et dans d’autres régions de la Normandie maritime.

  

Deux dîners pour Hollande

Le ballet des hommages a été inauguré par la reine britannique Elisabeth 2 qui est arrivée jeudi à bord d’un train en provenance de Londres. Aussitôt descendue à la gare du Nord, elle s’est rendue à l’Arc de triomphe où elle a déposé une gerbe de fleurs à la mémoire du Soldat inconnu avant de descendre l’avenue des Champs-Elysées à bord d’un cortège royal. La reine, qui a attiré une foule nombreuse, a dîné, hier, avec Hollande au palais de l’Elysée. La célébration des 70 ans du débarquement est intervenue en pleine crise politique ukrainienne. François Hollande a même été obligé de dîner deux fois jeudi soir. Le premier a eu lieu à 19h dans un grand restaurant parisien avec Barack Obama, tandis que le second s’est déroulé à 21h à l’Elysée en compagnie de Vladimir Poutine.

  

«Votre héritage est resté entre de bonnes mains »

En Normandie, le président américain Barack Obama a rendu, lui aussi, hommage aux soldats américains tués lors du débarquement. Dans un discours prononcé au cimetière de Colleville, il a dit : «Quand le monde vous rend cynique, quand vous doutez que la bonté et le courage sont possibles, alors pensez à ses hommes-là (soldats tués, ndlr).» Il a ajouté à l’adresse des anciens combattants : «Je veux que vous sachiez que votre héritage est resté entre de bonnes mains.» A Ouistreham, une ville du littoral normand, une grande cérémonie internationale en hommage aux soldats alliés a été organisée dans l’après-midi d’hier. 19 présidents et Premiers ministres ont pris part à ce moment qualifié d’historique sous un soleil radieux. François Hollande, après avoir reçu en grande pompe Barack Obama, a fait quelques pas avec ce dernier en direction de la mer. Pendant plusieurs minutes, ils ont scruté l’horizon bleu azur d’où sont arrivés des centaines de milliers de soldats du monde entier pour prêter main forte à la résistance française et libérer le pays de l’occupant allemand.

 

Mais force est de constater que l’accent a été beaucoup mis sur les troupes américaines et françaises. Or, tout le monde sait que ce sont les troupes russes qui sont arrivées en premier sur les plages normandes. Ce sont elles qui ont fait face aux feux nourris et mortels des troupes allemandes. Elles ont ouvert la voie au reste du contingent. Mais de cela, ni la communication officielle ni les médias occidentaux n’ont pipé mot. Pis que cela, certains journaux et commentaires parus sur les réseaux sociaux ont critiqué la venue de Poutine en France, accusé, selon eux, d’être le responsable de ce qui se passe en Ukraine. Décidément, certaines idées ont, elles aussi, besoin d’être débarquées.

 

Yacine Farah/ 07.06.14

 

http://www.elwatan.com/international/la-france-et-ses-allies-fetent-le-debarquement-de-1944-07-06-2014-260209_112.php


   


--------------------------------


 

    

 

6 – Deuxième Guerre mondiale : les conséquences

  

PERTES HUMAINES

 

URSS : 21.1 millions de soldats et de civils tués soit 12% de sa population d'avant guerre

 

POLOGNE : 5.4 millions de morts ( 5.3 millions de civils) soit 14% de sa population d'avant guerre

 

ALLEMAGNE : 7 millions de morts soit 7% de sa population d'avant guerre

 

JAPON : 2 millions de morts soit 3% de sa population d'avant guerre

 

FRANCE : 610000 morts soit 1.5% de sa population d'avant guerre

 

ITALIE : 0.4 millions de morts soit 1% de sa population d'avant guerre

 

ROYAUME UNI : 0.38 millions de morts soit 1% de sa population d'avant guerre

 

ETATS UNIS : 0.3 millions de morts soit 0.2% de sa population d'avant guerre


       


De plus, ces chiffres ne prennent pas en compte les disparus, les blessés et les juifs exterminés dans les camps de concentration. En tout, dans le monde, plus de 55 millions d'hommes et de femmes sont décédés. Sur le plan humain, la Seconde Guerre Mondiale est la guerre la plus meurtrière de tous les temps. Mais le plus frappant dans cela est le pourcentage de civils tués aussi sinon plus important que celui des soldats tués. Mais ces nombreux morts entraînent une forte baisse de la population active, une baisse du taux de natalité, un fort vieillissement de la population et un (déséquilibre) entre les sexes (en Russie les femmes sont plus nombreuses que les hommes).


 

BILAN ECONOMIQUE

En Europe, les destructions dues aux bombardements massifs sont énormes. Près de 60% des villes sont détruites, les maisons sont pillés et rasées. Ces dégâts s'élèvent à environ 15 000 milliards de francs soit 2286 milliards €. Cette perte d'argent entraîne de nombreuses crises économiques en Europe.Ces crises économiques sont marquées par la hausse des impôts et de fortes inflations. Les Etats Unis et la Russie sortent de la guerre comme les vrais vainqueurs puisqu'ils deviennent les créanciers des pays européens. Les Etats Unis créent l'Organisation des Nations Unies qui siègent à New York. Elle a pour but de rapprocher les pays européens des Etats Unis et de préserver la paix dans le monde .La France, la Grande-Bretagne, les Etats Unis, la Chine et l' URSS siègent au Conseil de sécurité et disposent du droit de véto. De son coté, l'URSS crée le pacte de Varsovie dans le but de rassembler les pays de l'Est. Il y a donc un conflit qui se crée entre les Etats Unis et l'URSS : la guerre froide

 

 


BILAN MORAL

La Seconde Guerre Mondiale a été marquée par l'horreur et la souffrance. La découverte des camps de concentrations ont traumatisé la population en lui montrant les véritables victimes de la guerre. Ce sont des civils qui ont pour seul faute d'avoir été différents des autres par leurs couleurs de peau ou de leur religion. Ces quelques 6 000 000 d'innocents ont été renvoyés de chez eux pour arriver à des endroits inconnus où ils seront brûlés, gazés ou mourrons de faim. Ces camps de mort donneront à l'Allemagne le statut d'auteur de crimes contre l'humanité. Ce fut la première fois qu'une accusation aussi forte sera prononcée. Mais ce traumatisme est aussi marqué par un fort exode des populations européennes (plusieurs millions de familles déplacées). La création de la bombe atomique par les Etats Unis est une arme de dissuasion contre toute menace ou ultimatum susceptible d'être lancée.

 

 

REORGANISATION DE L EUROPE

Après 1947, l'Allemagne est partagée entre les vainqueurs de la guerre : Américains, Soviétiques, Anglais, Français.

 

http://seconde.guerre.mondiale.pagesperso-orange.fr/consequences.htm

 

 


----------------------------------

  

 

 

 

 






Avis des internautes

Haut de page