Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET DEVELOPPEMENT


Publié le 26/05/2017 à 10:58:09
ONU/ Organisation mondiale de la Santé (OMS) : M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, élu nouveau directeur général de l'OMS



 

« Santé Publique/ OMS : Tedros Adhanom Ghebreyesus élu directeur général de l’OMS : L’Organisation mondiale de la Santé a un nouveau Directeur général. Ce 23 mai, l’Assemblée mondiale de l’OMS a en effet élu le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus à ce poste. Il succède ainsi au Dr Margaret Chan, qui occupait cette fonction depuis le 1er janvier 2007. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, nouveau Directeur général de l’OMS élu, a été proposé par le gouvernement de l’Éthiopie. Il commencera son mandat de cinq ans le 1er juillet 2017. Il a été ministre de la santé en Ethiopie entre 2005 et 2012, puis ministre des affaires étrangères entre 2012 et 2016. Il a également été Président du Conseil du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme et du Partenariat Faire reculer le paludisme. Il était enfin coprésident du Conseil du Partenariat pour la Santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant. »

 

Résultat de recherche d'images pour

 

----------------------------------------

   

Résultat de recherche d'images pour

 

1 - Santé/ OMS : Qui est Tedros Adhanom Ghebreyesus, élu nouveau directeur général de l'OMS ?

 

Il s'appelle Tedros Adhanom Ghebreyesus et vient d'être élu, mardi, à la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Agé de 52 ans, l'ancien ministre éthiopien de la Santé devient ainsi le premier Africain à diriger l'une des plus influentes agences de l'ONU. C'est la première fois qu'un Africain va diriger l'OMS, une des agences de l'ONU les plus puissantes. L'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a été élu mardi 23 mai nouveau directeur général de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), l'emportant au 3ème tour devant le Britannique David Nabarro. "C'est un jour historique pour l'Ethiopie et pour l'Afrique", s'est exclamé à l'issue du vote l'ambassadeur éthiopien auprès de l'ONU à Genève, M. Negash Kibret.

 

Le nouveau chef de l'OMS, une des plus influentes agences des Nations unies dont le siège est à Genève, prendra le 1er juillet la succession de la Dr Margaret Chan (Chine) qui a dirigé l'institution pendant 10 ans. L'ex-ministre éthiopien de la Santéet chercheur renommé sur le paludisme, âgé de 52 ans, était arrivé déjà en tête du premier tour et du 2ème tour, mais n'avait pas obtenu la majorité des deux-tiers des voix requises. Son challenger, le Dr David Nabarro, 67 ans, a été envoyé spécial de l'ONU pour la lutte contre Ebola. Au 1er tour, trois candidats se sont affrontés, mais celui qui a obtenu le moins de voix a été éliminé. Il s'agissait de la cardiologue et ancienne ministre de la Santé pakistanaise, le Dr Sania Nishtar.

 

C'est la première fois que trois candidats se sont affrontés pour devenir directeur général de l'OMS, une institution critiquée pour son manque de transparence. Auparavant, seul un unique candidat, proposé par le Conseil exécutif de l'OMS, était soumis au vote de l'Assemblée mondiale de la Santé, qui procédait à la nomination finale.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Une élection sur fond de crise

Le Dr Tedros prendra la tête d'une agence qui a été notamment critiquée pour son manque de discernement sur la gravité de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, qui a fait plus de 11.300 morts. La Chinoise Margaret Chan a reconnu lundi, dans un discours prononcé devant l'Assemblée mondiale de la santé, qui réunit une fois par an les pays-membres de l'OMS, que l'épidémie avait "pris tout le monde, y compris l'OMS, par surprise".

Dans son intervention pour présenter sa candidature et son programme, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, 52 ans, a raconté avoir perdu, alors qu'il était enfant, un frère qui n'avait pas reçu les médicaments nécessaires. Il avait alors indiqué "refuser d'accepter que les gens meurent parce qu'ils sont pauvres". "Je fais les promesses suivantes: travailler sans relâche pour concrétiser la promesse de garantir la couverture sanitaire universelle, veiller à ce qu'il y ait des ripostes solides dans les situations d'urgence", a-t-il déclaré dans son plaidoyer.

 

Image associée


_ "La transparence au coeur de l'OMS"

En outre, le médecin éthiopien a indiqué qu'il renforcera "la santé et l'autonomie des pays" et "mettra la transparence au coeur de l'OMS". Lors de la sélection sur une liste de 6 candidats des 3 finalistes, en janvier dernier, le Dr Tedros était déjà arrivé en tête des votes, devant le Dr Nishtar et le Dr Nabarro. Le signe, pour certains observateurs, de la volonté d'élire un candidat d'"un pays du sud".

Le Dr Tedros, qui a aussi été chef de la diplomatie de son pays, était soutenu par l'Union Africaine. L'OMS coordonne les réponses aux pandémies, et fixe des normes pour les systèmes de santé de tous les pays. "Le nouveau directeur général doit continuer à oeuvrer pour que l'OMS devienne plus efficace et plus transparente. L'OMS doit être transparente sur la façon dont elle utilise ses ressources et sur ses résultats", a affirmé mardi le ministre américain de la Santé Tom Pricese à Genève.

  

Le 23.05.2017./

 

https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/qui-est-tedros-adhanom-ghebreyesus-elu-nouveau-directeur-general-de-l-oms_475448


 Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

 

2 - Santé Publique/ OMS : Tedros Adhanom Ghebreyesus élu directeur général de l’OMS

 

L’Organisation mondiale de la Santé a un nouveau Directeur général. Ce 23 mai, l’Assemblée mondiale de l’OMS a en effet élu le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus à ce poste. Il succède ainsi au Dr Margaret Chan, qui occupait cette fonction depuis le 1er janvier 2007. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, nouveau Directeur général de l’OMS élu, a été proposé par le gouvernement de l’Éthiopie. Il commencera son mandat de cinq ans le 1er juillet 2017. Il a été ministre de la santé en Ethiopie entre 2005 et 2012, puis ministre des affaires étrangères entre 2012 et 2016. Il a également été Président du Conseil du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme et du Partenariat Faire reculer le paludisme. Il était enfin coprésident du Conseil du Partenariat pour la Santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

 

 

_ Une solide expérience dans la santé

En tant que ministre de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a mis en place une réforme complète du système de santé de l’Ethiopie. Cette dernière a permis la création de 3 500 centres de santé et de 16 000 postes. Il a par ailleurs étendu la couverture de l’Assurance-maladie.

 

DestinationSante/ Publié le 24/05/2017/ Mis à jour le 24/05/2017/

 

http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/24/2581031-tedros-adhanom-ghebreyesus-elu-directeur-general-de-l-oms.html


Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------

 

Image associée

  

3 - Organisation mondiale de la santé (OMS)

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), est une institution spécialisée de l'Organisation des Nations unies (ONU) pour la santé publique créée en 1948. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies et son siège se situe à Genève en Suisse, sur la commune de Pregny-Chambésy1. Selon sa constitution, l'OMS a pour objectif d'amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible, la santé étant définie dans ce même document comme un « état de complet bien-être physique, mental et social et ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». Sa directrice générale actuelle est le docteur Margaret Chan depuis le 4 janvier 2007.

 

 

_ Historique :

. Précédents

La constitution de l'OMS a été votée par la conférence mondiale de la santé le 22 juillet 19462. L'Organisation mondiale de la santé a été fondée le 7 avril 1948. Elle a été précédée par différents organismes et accords internationaux. Vers 1850 d'abord, différentes dispositifs sont pris afin mettre en place des mesures de quarantaines principalement destinées à protéger les États européens contre la peste. À partir de 1851, des conférences sanitaires internationales peinent à aboutir à des accords. Concernant la peste, le choléra et la fièvre jaune toutefois, des Conventions sanitaires internationales sont signées.

 

En 1907, est créé à Paris « l'Office international d'Hygiène publique » (OIHP), doté d'un secrétariat permanent et d'un « comité permanent ». Ce comité organise plusieurs conférences, dont celle de 1926 qui adopte une Convention sanitaire internationale contenant pour la première fois des dispositions relatives à la variole et au typhus.

 

À la fin de la Première Guerre mondiale, les États-Unis s'opposent à ce que l'OIHP passe sous le contrôle de la toute nouvelle Société des Nations (SDN). Jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, deux organismes sanitaires internationaux coexisteront donc en Europe, l'OIHP et l'Organisation d'Hygiène de la Société des Nations tandis que de l'autre côté de l'Atlantique, l'Organisation sanitaire panaméricaine constituera un troisième organisme international de santé3.

 

La grippe espagnole de 1918-1919, qui fit, selon les sources, entre 30 et 100 millions de morts (davantage de morts que la Première Guerre mondiale), poussa la Société des Nations (SDN) à créer le « comité d'hygiène » de la SDN, considéré comme l'ancêtre de l'OMS. Dominée par la France et le Royaume-Uni, la surveillance sanitaire du Comité couvre, à la fin des années 1920, 70 % du globe4.

 

 

. 1948 : création de l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé a été fondée le 7 avril 1948.

Septembre 1978 : Déclaration d'Alma-Ata

L’OMS a déclaré en 1980 que la variole avait été éradiquée le 26 octobre 1977 (date du dernier cas connu en Somalie, un cuisinier hospitalier5). Selon l'OMS, elle a été totalement éradiquée grâce à plus de 2 décennies d'actions de l'OMS combinant des campagnes de vaccination massive et une « stratégie de surveillance et d'endiguement ».

 

 

. Années 1980 : traversée du désert

Dans les années 1980, l'OMS connut une certaine « traversée du désert » en raison de choix contestables (quasi-démantèlement du Bureau sur la tuberculose) et de l'hostilité de certains pays (États-UnisRoyaume-Uni) opposés à ce qu'ils considéraient comme une politique coûteuse4. Des fondations privées, ainsi que la Banque mondiale, s'étaient alors chargées des enjeux sanitaires mondiaux4.

Novembre 1986 : Charte d'Ottawa pour la promotion de la santé

 

 

. Années 1990 : seconde naissance

Lion Murard parle d'une « une sorte de seconde naissance » de l'OMS6. En effet, l'OMS a alors créé la Division des maladies transmissibles (1996), le Global Outbreak Alert and Response Network (2001) chargé de signaler à Genève « tous les événements susceptibles de donner lieu à des urgences sanitaires de portée internationale » et non plus seulement les occurrences des trois pathologies quarantenaires traditionnelles : pestefièvre jaune et choléra, et promulgué un nouveau Règlement sanitaire international (adopté en 2005) qui dépossède les gouvernements de leur droit de veto sur le renseignement épidémiologique4.

Selon l'historien Patrick Zylberman, ce retour de l'OMS s'explique largement par des ré-émergences épidémiques4 telles que celle du sida, de la tuberculose (en 1985-91 à New York), de la peste (en Inde en 1994), de l'Ébola (au Zaïre en 1995), etc.

 

L'OMS lance une alerte globale le 12 mars 2003 concernant les déplacements à destination de l'Asie et du Canada, sans y avoir été préalablement autorisé par les États, en raison de l'épidémie de SRAS, et s'oppose à la Chine concernant les statistiques et le développement de l'épidémie4. En raison du décès soudain de son directeur général, Lee Jong-wook, le 22 mai 2006, l'intérim de la direction est assuré par Anders Nordström, jusqu'à l'élection de son successeur, le Dr Margaret Chan, le 8 novembre 2006.

 

 

_ Composition :

L'Organisation mondiale de la santé s'articule en deux séries de structures :

 

. Siège à Genève :

L'OMS est dirigée par 197 États membres7, réunis à l'Assemblée mondiale de la santé. Cette assemblée, composée des délégués représentant les États membres, a pour fonctions principales d'approuver le budget programme de l'OMS pour l'exercice biennal suivant et de statuer sur les grandes orientations politiques de l'Organisation. Cette assemblée vote à la majorité des deux tiers des conventions internationales sur la santé.

 

Les règlements sont votés par l'Assemblée mondiale de la santé à la majorité simple et ils entreront en vigueur pour tous les états membres sauf si ceux-ci refusent ou émettent des réserves dans les délais prescrits pour la notification.

 

Le Conseil exécutif est l'organe chargé d'administrer l'OMS. Ses 34 membres sont élus intuitu personae pour trois ans par l'Assemblée. Le Conseil se réunit au moins deux fois par an. Ses principales fonctions sont d'appliquer les décisions et les directives de l'Assemblée mondiale de la santé et de lui indiquer des orientations.

Le Secrétariat est dirigé par le directeur général, nommé par les États membres pour une période de cinq ans, sur proposition du Conseil exécutif. Le personnel du Secrétariat de l'OMS se compose de professionnels de la santé, d'autres spécialistes ou experts et d'un personnel administratif travaillant au Siège à Genève, dans les six bureaux régionaux et dans les pays.

 

En 2005, le total de ses effectifs étaient 3 996 agents dont 1 549 administrateurs. Le budget biennal de l’OMS était de 3,3 milliards de dollars pour les années 2006-20078. Les états membres sont répartis dans six groupes géographiques qui ont pour but de tenir compte des problèmes sanitaires propres à chaque région de la planète.

 

 

. Bureaux régionaux :

Les états membres sont répartis dans six groupes géographiques qui ont pour but de tenir compte des problèmes sanitaires propres à chaque région de la planète.


 

Région Siège Pays et régions concernés Sigle
Asie du Sud-Est New Delhi Inde Bangladesh, Bhoutan, Birmanie, Corée du Nord, Inde, Indonésie, Maldives, Népal, Sri Lanka, Thaïlande, Timor oriental SEARO (South East Asia Region Office)
Méditerranée orientale Le Caire depuis 2000 Égypte Afghanistan, Arabie saoudite, Bahreïn, Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Irak, Iran, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Maroc, Oman, Pakistan, Qatar, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Syrie, Tunisie, Yémen EMRO (Eastern Mediterranean Regional office)
Alexandrie avant 2000
Pacifique occidental Manille Philippines Australie, Brunei, Cambodge, Chine, Îles Cook, Corée du Sud, Fidji, Guam, Hong Kong, Japon, Kiribati, Laos, Macao, Malaisie, Îles Mariannes du Nord, Îles Marshall, Micronésie, Mongolie, Nauru, Niue, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande, Palaos, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Îles Pitcairn, Philippines, Polynésie française, Salomon, Samoa, Samoa américaines, Singapour, Tokelau, Tonga, Tuvalu, Vanuatu, Viêt Nam, Wallis-et-Futuna WPRO (Western Pacific Region office)
Amériques Washington États-Unis Antilles néerlandaises, Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Argentine, Aruba, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes, Bolivie, Brésil, Îles Caïmans, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique, République dominicaine, Équateur, États-Unis, Grenade, Guadeloupe, Guyana, Guyane, Haïti, Honduras, Jamaïque, Martinique, Mexique, Montserrat, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Porto Rico, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Salvador, Suriname, Trinité-et-Tobago, Îles Turques-et-Caïques, Uruguay, Îles Vierges AMRO ou PAHO (Pan American Health Organization), en français OPS (Organisation panaméricaine de la santé)
Afrique Brazzaville République du Congo Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, République centrafricaine, Comores, République du Congo, République démocratique du Congo, Côte d'Ivoire, Érythrée, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Maroc, Mauritanie, Île Maurice, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Swaziland, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie, Zimbabwe AFRO
Europe Copenhague Danemark Albanie, Allemagne, Andorre, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Géorgie, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Israël, Italie, Kazakhstan, Kirghizistan, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Macédoine, Malte, Moldavie, Monaco, Monténégro, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Russie, Saint-Marin, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Tadjikistan, République tchèque, Turkménistan, Turquie, Ukraine, Royaume-Uni, Ouzbékistan EURO

 

 

Source et informations : https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_mondiale_de_la_sant%C3%A9


Résultat de recherche d'images pour


-------------------------------------


 Résultat de recherche d'images pour

 

 


Avis des internautes

Articles recommandés

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : essor technologique et développement des nouvelles technologies

» AFRIQUE/ ENERGIE SOLAIRE : forces, faiblesses et perspectives

» AFRIQUE/TECHNOLOGIES/ INFORMATIQUE/ ELECTRONIQUE : nouvelles évolutions, nouveau développement

» MONDE/ DEVELOPPEMENT ET POLLUTION : une civilisation productrice des sillons de sa destruction (mode de production, déchets, pollution, énergie…)

» AFRIQUE/ ECONOMIE/ ENERGIE/ SCIENCE ET TECHNOLOGIES : construire le futur, construire l’avenir

» MONDE/ SCIENCE ET TECHNOLOGIES/ DIFFICULTES : avancées technologiques saisissantes et persistance des défaillances et lacunes

» MONDE/ ECONOMIE/ SANTE/ VEILLE TECHNOLOGIQUE : économie verte, avancées technologiques et perspectives extraordinaires

» MONDE/ CATASTROPHES NATURELLES/ NEPAL : une planète périlleuse encore globalement inconnue…

» MONDE/ IRAN/ NUCLEAIRE : accord sur le nucléaire iranien

» COTE D’IVOIRE/ DEVELOPPEMENT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES : La Côte d’Ivoire veut réduire son retard numérique

» MONDE/ SCIENCE/ DEVELOPPEMENT SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE/ ECONOMIE : le monde avance, l’Afrique aussi

» SCIENCE MEDICALE/ LUTTE CONTRE LA MALADIE A VIRUS EBOLA : Résultats positifs et bonnes perspectives d’éradication de la maladie

» SCIENCE MEDICALE/ RECHERCHE/ TRAITEMENT/ PERSPECTIVES : Faire face avec efficacité aux maladies et mieux répondre aux problèmes liés à la santé publique

» AFRIQUE/ SANTE PUBLIQUE : Epidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Afrique de l’ouest

» SCIENCE/ TECHNOLOGIES/ ENERGIE : des perspectives saisissantes

» AFRIQUE/ SANTE PUBLIQUE/ EBOLA : Communiqué conjoint des chefs d’Etat et de gouvernement de l’union du fleuve Mano pour la lutte contre l’épidémie de fièvre à virus Ebola en Afrique de l’Ouest

» AFRIQUE : ECONOMIE NUMERIQUE/ NOUVELLES TECHNOLOGIES : évolutions favorables

» SANTE PUBLIQUE/ SIDA, HEPATITES, EBOLA : prévention, bilan, traitements et perspectives

» MONDE/ NOUVELLES TECHNOLOGIES/ E-HEALTH : les nouvelles technologies investissent la santé publique…

» SCIENCE MEDICALE/ RECHERCHES/ PREVENTION ET TRAITEMENT : les progrès médicaux insuffisamment mis à profit par les populations

» RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE/ INNOVATION : l’ouverture des données publiques est en marche

» SCIENCE MEDICALE/ Cellules-souches : une révolution médicale qui va changer le destin de l’Humanité

» SANTE/ OMS/ JOURNEES MONDIALES : prévention de la tuberculose et des maladies à transmission vectorielle

» MENACES GLOBALES/ CYBERCRIMINALITE : quelles réponses et quelles solutions ?

» ALLEMAGNE/ ENERGIE ET ELECTRICITE : La transition énergétique en Allemagne

» SCIENCE/ ALIMENTATION : ces produits alimentaires manufacturés qui deviennent de vrais poisons pour notre santé

» RWANDA/ DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE : SMART Rwanda : Transformer un pays tout entier via l’usage généralisé des TIC

» AFRIQUE : une révolution technologique et scientifique africaine est possible

» La Russie veut s’implanter en Afrique du Sud


Haut de page