Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

THEME DE REFLEXION


Publié le 02/08/2015 à 01:45:55



Afrique, entre avenir prometteur et perspectives plombées

Les efforts faits par les pays africains pour garantir le développement et la stabilité politique, sont de plus en plus plombés par des menaces nouvelles : grand banditisme, terrorismes, narco-trafics, déstabilisation de régimes sous prétexte d’avancées démocratiques, crise économique brutale provoquée par des milieux spéculatifs puissants, invasion de pays par des bandes armées ou des rebelles sanguinaires, nouvelles maladies épouvantables à mortalité élevée, etc. 

Ces crises et menaces, nombreuses et précises, qui peuvent saboter les maigres acquis en matière de développement, vont malheureusement se multiplier. Les pays africains doivent s’y préparer, par le renforcement des économies, par des moyens militaires et médicaux conséquents, par la démocratie, le dialogue et le consensus politique et par la sensibilisation, l’éducation et la formation.  



L’Afrique doit savoir également répondre aux bonnes questions qui engagent son avenir en mettant ses intérêts au centre des attentions et en évitant de chercher ici et là des exutoires, pour expliquer ses propres échecs et ses déceptions. Pour beaucoup d'Africains francophones, la France est la clé de l'enlisement du développement et des échecs sociopolitiques, économiques et sécuritaires des pays : absence d’infrastructures sérieuses, échec du développement local, absence de perspective monétaire sous-régionale, désordre sécuritaire, avancée du terrorisme, échec démocratique, échec du développement économique et social, régimes et systèmes répressifs criminels détruisant ses propres populations pour diverses raisons, haines ethniques ou religieuses à connotation politique (Centrafrique), etc.


 


L’Afrique a échoué car elle n’a pas réussi à édifier des pays sérieux et stables, sur la base de gouvernances crédibles susceptibles d’élever le niveau du développement économique, social et sécuritaire. L’Asie, elle, a réussi, en regardant plus ses modèles immédiats que ses colonisateurs : Japon, Chine, Taiwan, Singapour, Hong Kong. Elle a surtout eu des leaders charismatiques, honnêtes et développeurs. Pour l’Afrique, quels modèles immédiats et quelle vision responsable et pertinente : Ile Maurice, Afrique du Sud, Maroc, …Israël, Arabie Saoudite, France, Angleterre ?


 


Que faut-il savoir ? Pour un pays, il est en réalité très difficile de voir émerger véritablement un leader, un guide, une vision sui generis éclairée. Les prétendants au trône sont tristement nombreux ici et là, dans ce continent martyrisé, avec ou sans les moyens de l’Etat, arrogants et inefficaces. Mais les choses seront de plus en plus difficiles pour ces hommes de ces Etats ou de ces entités étatiques, qui gouvernent en réalité autrement, en étouffant ou en cachant par tous les moyens les vrais espoirs, les attentes, les misères, les souffrances criminelles...



 (Singapore is developing a new central business district)/


Que faut-il encore rappeler ? Le développement économique et social et la prospérité d’un pays et d’un peuple découlent plus de la qualité de la gouvernance que de la démocratie libérale. Divers pays émergents et avancés ont réussi à édifier des gouvernances de haut niveau, basées sur des institutions et des structures spécifiques crédibles, hautement efficaces en matière de développement. Ces pays demeurent des exemples à suivre par l’Afrique pour rattraper rapidement son retard multiforme par la qualité de la gouvernance. Il faut citer dans ce registre important : la Chine, Singapour, la Malaisie, Taiwan, le Botswana, le Nigeria (première puissance économique du continent), l’Afrique du sud, l’Ile Maurice, etc.    

 

Les succès concernent quelques-uns de ces aspects : la qualité de la gouvernance économique et sociale, la qualité des ressources humaines (formation, éducation), la mise en place d’un système de santé approprié, le développement d’infrastructures diversifiées et complètes, le règlement des problèmes énergétiques, le succès du développement local, le rôle moteur des entités locales en matière de développement, la mise en place d’un système efficace de renouvellement des institutions, la création de conditions de stabilité pour favoriser des politiques de développement de long terme et rassurer ainsi tous les investisseurs, la création des conditions excellentes au profit du secteur privé pour permettre son essor, le financement du développement, la réduction des systèmes de conflits pour stabiliser les institutions, la prise en compte des aspirations des jeunes, des femmes et des minorités, la gestion responsable des problèmes liés au chômage et à la précarité, l’ouverture du pays et le rôle moteur de l’innovation scientifique et technologique, etc.

 

(Nigeria : succès relatif du développement local et rôle moteur des états locaux en matière de développement)/ 


La démocratie n’est plus forcément le sésame miracle pour conduire un peuple au progrès et à la prospérité. Mal maîtrisée, elle peut même être un facteur de crises, de désordres et ouvrir les portes d’un pays à toutes formes d’aventures et de désordres graves et ingérables. Certes, elle reste le chemin le moins mauvais pour édifier un pays et ses institutions, en toute responsabilité. Mais pour être un facteur de paix et de progrès, la démocratie libérale ne doit pas être corrompue par toutes ces formes de pesanteurs.

 

Ces pesanteurs et systèmes de corruption qui vicient et rendent inefficace la démocratie sont : l’exacerbation du pouvoir de l’argent dans le système électoral, la manipulation des institutions, la manipulation des populations, l’instrumentalisation des jeunes, le tribalisme, le refus de toutes formes d’alternance démocratique, la corruption du système exécutif et administratif, l’étouffement des voies discordantes et réformatrices, le problème des élections non inclusives, la dictature de la minorité, l'attaque sans fondement des formations politiques majoritaires, l’utilisation politique des forces de défense et de sécurité, l’utilisation des médias d’Etat à des fins de propagande politique, le mensonge comme système de gouvernement, l’étouffement des médias rivaux, la corruption du système électoral et la production de résultats biaisés et non conformes aux aspirations du peuple, la manipulation de la constitution pour garantir la survie d’un régime décrié et impopulaire, etc.    

 




En définitive, au lieu d’être porteur du renouveau, le jeu électoral favorise la survie d’un régime et d’un système corrompu et inefficace en matière de développement économique et social. Les élections constituent de simples formalités constitutionnelles, pour favoriser des changements mineurs au niveau des animateurs du pouvoir et contenter la communauté internationale. En fin de compte, le pays n’avance pas ou progresse difficilement. La pauvreté est partout et se combat difficilement. Les problèmes de fond liés au développement économique et social sont mal perçus ou non identifiés.  L’endettement du pays devient insupportable. L’Etat-providence, son système administratif et militaire, le régime, sont autant de freins au développement.

Cette Afrique, notre Afrique, entre avenir prometteur et perspectives plombées…

 

Source : www.paixetdeveloppement.com/ et www.paixetdeveloppement.net/


Document actualisé le 22/09/2015./ Fait à Abidjan/.

  











Avis des internautes

Articles recommandés

Afrique/ Développement économique et social : Les Africains grandement responsables de leur sous-développement :


« En 1972, l’historien Walter Ro...


AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : causes possibles de la crise postélectorale gabonaise

0.1 – « Causes possibles...


AFRIQUE/ PERSPECTIVES POLITIQUE ET ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE/ REFORMES : le monde avance, l’Afrique avance aussi 


AFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVE...


AFRIQUE : Mauvaise gouvernance, impatience, exacerbation des crises, détournement des fonds publics..., sur le dos du brave peuple africain  

...


Sur la lutte active contre la corruption en Afrique…

La corruption, qui épuise les maigres ressources destinées au développement, mérite d’être...


Ces actes de destruction de monuments de civilisations historiques, mûris et mis en œuvre froidement, perpétrés ici et là, hier comme aujourd’hui...

Les efforts faits par les pays africains pour garantir le développement et la stabilité politique, sont de plus en plus plombés par des menaces nou...


Les efforts faits par les pays africains pour garantir le développement et la stabilité politique, sont de plus en plus plombés par des menaces n...


BOKO HARAM : Ces hommes des ténèbres, (spécialistes du dénigrement de l’islam, religion syncrétique d'origine arabo-africaine), sont incapables d...


1 - Quel pouvoir africain pour faire face aux défis de la gouvernance et des menaces nouvelles ? 
2 - L'Etat fédéral, en renforçant les pouvoirs loc...

1 - Quel pouvoir africain pour faire face aux défis de la gouvernance et des menaces nouvelles ? 
2 - L'Etat fédéral, en renforçant les pouvoirs loc...


La mort prématurée de Lucky Dube doit pouvoir servir au triomphe du bon combat qu’il a cru devoir mener, à savoir : consolider le reggae en tant ...


La mort prématurée de Lucky Dube doit pouvoir servir au triomphe du bon combat qu’il a cru devoir mener, à savoir : consolider le reggae en tant ...

Les tueries et atrocités gratuites orchestrées au nord du Nigeria par la secte intégriste terroriste Boko Haram ne découlent ni de Dieu, ni de l'is...

Les tueries et atrocités gratuites orchestrées au nord du Nigeria par la secte intégriste terroriste Boko Haram ne découlent ni de Dieu, ni de l'is...

Quelle Afrique idéale en 2050 ? 

« Banditisme et conflits ethno-religieux en Centrafrique, guerre civile au Soudan du Sud, attaques meurtrières en Côte d’Ivoire, Ebola en Afrique d...

QUESTION DU MOIS: LES POLITIQUES SOCIO-ECONOMIQUES MISES EN OEUVRE PEUVENT-ELLES SORTIR L'AFRIQUE DE LA MISERE?

Question du mois : La contribution des jeunes au développement des pays francophones africains est-elle satisfaisante ?


Haut de page