Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 15/04/2017 à 19:53:54
MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne



 

« Allemagne/ Frank-Walter Steinmeier, nouveau président allemand : Après les États-Unis et avant la France, l'Allemagne change elle aussi de président. Ce dimanche 12 février, une assemblée de grands électeurs a élu le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier, 61 ans, en remplacement de l'indépendant Joachim Gauck - ovationné par le Parlement - à ce poste essentiellement honorifique outre-Rhin. Personnalité politique la plus populaire d'Allemagne devant Angela Merkel (qui ne voulait initialement pas de lui comme président), Frank-Walter Steinmeier était encore il y a quelques semaines ministre des Affaires étrangères dans "la grande coalition" qu'elle dirige. Connu pour son franc parler, il a aussi souvent été un rival pour la chancelière. »

 

Résultat de recherche d'images pour


------------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

 

1 - Allemagne : Frank-Walter Steinmeier élu président

 

L’ancien ministre social-démocrate des affaires étrangères a été élu dès le premier tour. Il succédera officiellement à Joachim Gauck le 18 mars. Certaines élections présidentielles se déroulent sans la moindre surprise. Tel a été le cas en Allemagne, dimanche 12 février, où Frank-Walter Steinmeier, a été élu, dès le 1er tour de scrutin, par 931 voix sur 1 260 grands électeurs (les députés du Bundestag et des délégués des Länder), douzième président de la République fédérale. L’ex-ministre social-démocrate des affaires étrangères succédera officiellement le 18 mars à Joachim Gauck. Elu en 2012, cet ancien pasteur luthérien connu pour avoir été l’une des figures de l’opposition démocratique dans l’ex-Allemagne de l’Est puis pour avoir dirigé la commission sur les archives de la Stasi après la réunification de 1990, avait annoncé, en juin 2016, qu’il ne souhaitait pas se représenter en raison de son âge (il vient de fêter ses 77 ans).

 

Si un tel résultat était attendu, c’est parce que M. Steinmeier était non seulement le candidat de son parti, le SPD, mais aussi celui des conservateurs de la CDU/CSU. Après avoir cherché pendant des mois à présenter un candidat issu de sa famille politique mais susceptible de rallier une large majorité de suffrages au-delà de son propre camp, la chancelière, Angela Merkel, s’était en effet résolue, le 14 novembre 2016, à se ranger derrière la candidature de son ministre des affaires étrangères.

Soutenu en outre par les Verts et les libéraux-démocrates du FDP, M. Steinmeier était de facto le grand favori de l’élection. Seuls deux grands des principaux partis politiques du pays avaient décidé de l’affronter : Die Linke (gauche radicale), représenté par l’ancien professeur de science politique Christoph Butterwegge et Alternative pour l’Allemagne (extrême droite), qui avait pour candidat le juriste Albrecht Glaser, un ancien membre de la CDU connu pour ses propos ouvertement islamophobes.

 


Résultat de recherche d'images pour


_ Un dirigeant apprécié

Avec M. Steinmeier, c’est un visage connu et consensuel qui s’apprête à occuper, pour les cinq années à venir, le château Bellevue, le siège de la présidence de la République, situé dans le parc de Tiergarten, au cœur de Berlin. Apprécié des Allemands, qui l’ont souvent hissé en tête des baromètres de popularité au cours des dernières années, cet homme posé et souriant n’en est cependant venu que tardivement à jouer les premiers rôles. D’origine modeste, ce fils de charpentier, né en 1956 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a d’abord gagné ses galons comme homme de confiance de l’ancien chancelier Gerhard Schröder. Docteur en droit, auteur d’une thèse consacrée aux politiques publiques en faveur des sans-abri, il sert d’abord celui-ci à Hanovre, à l’époque où Schröder était ministre-président de Basse-Saxe, avant de le suivre à Berlin, en 1998, quand l’ancien président du SPD succède à Helmut Kohl à la tête du gouvernement fédéral.

 

Comme numéro deux de la chancellerie, il est le véritable concepteur de l’Agenda 2010, ce vaste programme de réformes mis en œuvre entre 2003 et 2005 dont les partisans rappellent qu’elles ont permis à l’Allemagne, considérée alors comme« l’homme malade de l’Europe », de devenir la première puissance économique du continent, et dont les contempteurs soulignent qu’elles ont accru la précarité et creusé les inégalités. Paradoxalement, c’est la défaite de son mentor face à Angela Merkel qui permettra à Frank Walter-Steinmeier d’accéder à la lumière. En 2005, il devient ministre des affaires étrangères dans le premier gouvernement de « grande coalition » (CDU-CSU/SPD) dirigé par la chancelière conservatrice. L’expérience durera quatre ans. Aux élections législatives de 2009, le SPD n’obtient que 23 % des voix – son pire score jamais obtenu depuis la création de la République fédérale, soixante ans plus tôt – et retourne dans l’opposition.

  

Résultat de recherche d'images pour


_ Sens du dialogue

Candidat à la chancellerie contre Mme Merkel, M. Steinmeier aurait pu être marginalisé après ce lourd revers électoral. Il n’en sera rien. En tant que président du groupe SPD au Bundestag, il reste une figure centrale de la vie politique. Auprès de l’opinion, il acquiert en outre un fort capital de sympathie, en mettant sa carrière entre parenthèses pendant quelques semaines, en 2010, pour donner un rein à sa femme. Au lendemain des législatives de 2013, après quatre années passées dans l’opposition, les sociaux-démocrates font leur retour dans le gouvernement de MmeMerkel, et M. Steinmeier, qui en rêvait, redevient ministre des affaires étrangères. Lors de ce second passage à la tête de la diplomatie allemande, il s’illustrera par son opiniâtreté et son sens du dialogue, que ce soit lors de la crise ukrainienne, dans le conflit syrien ou à propos du nucléaire iranien. Un sens du dialogue qui le conduira parfois à se voir reprocher une trop grande indulgence à l’égard de laRussie, au risque de se trouver accusé de sacrifier la défense des droits de l’homme sur l’autel de la Realpolitik.

 

Homme au verbe maîtrisé, au point de désespérer les journalistes en quête d’une phrase un peu forte lorsqu’ils venaient l’interviewer, M. Steinmeier était cependant sorti de sa réserve habituelle en qualifiant Donald Trump, en août 2016, de« prêcheur de haine ». A l’époque, cette sortie fut d’autant plus remarquée qu’elle contrastait avec le silence prudent de Mme Merkel, qui s’était donné pour ligne de ne pas commenter publiquement la campagne présidentielle américaine. Quel type de président sera M. Steinmeier ?

 

Difficile à dire : élus au suffrage indirect pour exercer une fonction essentiellement honorifique, les candidats à la magistrature suprême, en Allemagne, ne font pas campagne sur un programme. Cela ne leur interdit pas, en amont du scrutin, de délivrer quelques messages très politiques qui donnent une idée du rôle qu’ils entendent jouer à la tête de l’Etat. Ces dernières semaines, M. Steinmeier ne s’en est pas privé. Ce fut le cas jeudi 26 janvier, vingt-quatre heures avant qu’il ne cède le portefeuille des affaires étrangères à son « camarade » du SPD Sigmar Gabriel, jusqu’alors chargé de l’économie dans le gouvernement de Mme Merkel. Ce jour-là, c’est à Paris que le futur chef de l’Etat allemand a fait son dernier déplacement en tant que ministre. Décoré de la Légion d’honneur par son homologue Jean-Marc Ayrault, il a mis en garde son auditoire : « S’il vous plaît, ne cédez pas aux sirènes du populisme. »

Quelques jours plus tard, devant les élus de Bavière, il se fit encore plus clair : « Je voudrais être, en tant que président, comme un contrepoids aux simplificateurs sans limites. »

 

Thomas Wieder (Berlin, correspondant)/ LE MONDE/ 12.02.2017 / Mis à jour le 13.02.2017/ Par Thomas Wieder

 

http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/02/12/allemagne-frank-walter-steinmeier-ancien-ministre-des-affaires-etrangeres-elu-president-de-la-republique_5078502_3214.html


Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour  

 

2 - Frank-Walter Steinmeier, le nouveau président allemand 

 

INTERNATIONAL - Après les États-Unis et avant la France, l'Allemagne change elle aussi de président. Ce dimanche 12 février, une assemblée de grands électeurs a élu le social-démocrate Frank-Walter Steinmeier, 61 ans, en remplacement de l'indépendant Joachim Gauck - ovationné par le Parlement - à ce poste essentiellement honorifique outre-Rhin. Personnalité politique la plus populaire d'Allemagne devant Angela Merkel (qui ne voulait initialement pas de lui comme président), Frank-Walter Steinmeier était encore il y a quelques semaines ministre des Affaires étrangères dans "la grande coalition" qu'elle dirige. Connu pour son franc parler, il a aussi souvent été un rival pour la chancelière.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ De Schröder aux espoirs déçus

Docteur en droit, Frank-Walter Steinmeier est peu connu du grand public avant d'être nommé ministre des Affaires étrangères une première fois, fin 2005, à la suite d'élections fédérales anticipées. Il devient alors chef de la diplomatie dans le premier gouvernement de coalition (conservateurs et sociaux-démocrates) d'Angela Merkel. Auparavant, Frank-Walter Steinmeier a gravi les échelons politiques dans l'ombre de son mentor Gerhard Schröder, dont il fut le chef de cabinet à la Chancellerie de 1999 à 2005. À ce titre, il a participé de près à l'élaboration de ses réformes économiques, dénoncées par la gauche radicale comme génératrices de pauvreté mais considérées par d'autres comme le cœur de la bonne santé de l'économie allemande.

Après son premier passage au ministère des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier échoue à incarner une alternative, essuyant une cuisante défaite aux élections fédérales de 2009. En tant que tête de liste du SPD, il rêvait de devenir chancelier à la place d'Angela Merkel et avait fait campagne avec le slogan "Notre pays peut faire plus".

 

 

_ Opposition, retrait puis retour au premier plan

Avec l'effondrement subi par les sociaux-démocrates du SPD, Angela Merkel n'a plus besoin d'eux pour gouverner et forme donc une coalition avec les libéraux du FDP. Résultat, Frank-Walter Steinmeier se retrouve dans l'opposition à la chancelière, dont il devient l'une des principales figures en tant que patron des députés SPD. Mais en août 2010, il annonce son retrait temporaire de la vie politique. Il ne s'agit pas de prendre des vacances, mais d'aider sa femme, Elke Büdenbender. Cette juriste, qui a alors 48 ans, est gravement malade et a besoin d'un nouveau rein. Pour lui éviter d'attendre, Frank-Walter Steinmeier décide d'être lui-même le donneur. Comme tout se passe bien, il revient aux affaires dès le mois d'octobre. Les élections fédérales de 2013, qui voient les libéraux éjectés du Bundestag, donnent l'occasion aux sociaux-démocrates de revenir au gouvernement dans le cadre d'une nouvelle "grande coalition" dominée par la CDU. Frank-Walter Steinmeier, qui n'a pas souhaité être à nouveau le chef de file du SPD, récupère alors le poste de ministre des Affaires étrangères.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Faire de l'ombre à Merkel

Comme le souligne Libération, Frank-Walter Steinmeier est "susceptible de faire de l'ombre" à Angela Merkel. La raison? Sa popularité bien sûr, mais aussi son expérience à la tête de la diplomatie allemande, où il s'est "présenté en avocat d'un engagement plus actif de l'Allemagne pour résoudre les conflits internationaux". Frank-Walter Steinmeier n'a pas non plus hésité à exprimer très clairement tout le mal qu'il pensait du président américain Donald Trump durant sa campagne, qualifiant le milliardaire de "prédicateur de haine", mais surtout après son élection, disant s'attendre à des temps "plus difficiles" sur le plan international et refusant ostensiblement de féliciter le président républicain pour sa victoire. Avec Frank-Walter Steinmeier, l'Allemagne se dote par ailleurs d'un président qui a longtemps eu la réputation d'être un russophile. Ce fin négociateur, qui a œuvré pour calmer le jeu lors de la crise ukrainienne, est en tout cas plus souple qu'Angela Merkel à l'égard de Moscou. Il n'a pas non plus hésité à critiquer la politique jugée trop belliciste de l'Otan envers la Russie.

 

Maxime Bourdier/ Maxime Bourdier est journaliste au HuffPost/ AFP/ 12/02/2017

 

http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/12/frank-walter-steinmeier-le-nouveau-president-allemand-qui-pourr/

 

Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------------

 


Image associée

 

3 - ECONOMIE ALLEMANDE EN 2017 : ENTRE STABILITÉ ET INCERTITUDE

 

_ LES INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN ALLEMAGNE SONT PROMETTEURS.

Coface prévoit une croissance solide : le produit intérieur brut devrait augmenter de 1,8% cette année. La croissance attendue en 2017 ne sera que très légèrement inférieure, à 1,7%. Son principal moteur en 2017 sera la consommation privée, principalement stimulée par un taux d’emploi record. Des aléas baissiers pour l’économie allemande sont présents du côté des exportations. Dans un contexte de croissance mondiale atone, certains risques surgissent dans les pays constituant les principaux débouchés des exportations allemandes, notamment la perspective duBrexitet le ralentissement des économies chinoise et américaine. De plus, l’impact économique de l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche reste imprévisible à ce stade. La croissance des exportations atteindrait seulement 2,3% en 2016 et 3,4% l’an prochain.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ MOINS DE DÉFAILLANCES D’ENTREPRISES, MAIS DES PERTES PLUS IMPORTANTES

 

Dans ce contexte, Coface s’attend à ce que le nombre des défaillances d’entreprise reste orienté à la baisse, avec des plus bas records pour la cinquième année de suite en 2017 (le volume devrait chuter aux alentours de 21 000). Cette tendance baissière devrait néanmoins se poursuivre à un rythme légèrement plus lent. Après une diminution de 5% cette année, Coface prévoit une nouvelle baisse de 4,2% des défaillances en 2017. Malgré ces perspectives favorables, le montant des créances impayées dans le cadre de procédures de faillites pourrait encore augmenter, dans la mesure où plusieurs secteurs, caractérisés notamment par la présence de grandes entreprises, subissent une pression croissante de la concurrence et des coûts. Fin août 2016, les créances potentiellement concernées par les procédures de faillites engagées étaient supérieures à celles constatées sur les huit premiers mois de 2015.

 

A près de 20 milliards d’euros, leur volume dépasse de plus de 70% le niveau de l’an dernier. Ce phénomène s’explique par un plus grand nombre de défaillances de grandes entreprises, comme Steilmann et Unister, malgré la diminution du nombre en termes absolus. Ces créances ont augmenté parmi les travailleurs indépendants et les services scientifiques et techniques (près de 8 milliards d’euros), dans le secteur industriel hors construction (près de 4 milliards d’euros) et dans le commerce (plus de 2 milliards d’euros). Les créances ont augmenté également dans l’agroalimentaire, bien que leurs encours soient restés relativement faible (environ 0,5 milliard d’euros).

 

«La stabilité des perspectives économiques de l’Allemagne ne veut pas dire que les entreprises allemandes devront baisser leur garde l’an prochain. Un certain nombre de risques extérieurs pourraient particulièrement affecter cette économie tournée vers l’export. En outre, après la lassitude face à la succession de réformes menées par le gouvernement, il ne faut pas envisager de nouvelles mesures de grande ampleur en termes de politique économique de la part du prochain gouvernement. Ces incertitudes dissuaderont les entreprises d’accroître leurs investissements au-delà de limites raisonnables l’an prochain», commente Mario Jung, économiste régional pour l’Europe du Nord à Coface.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ NET REPLI DE LA CROISSANCE DES EXPORTATIONS ALLEMANDES DEPUIS LE SECOND SEMESTRE 2015

Malgré un volume record d'exportations allemandes l’an dernier, leur taux de croissance se réduit depuis le second semestre 2015. Au premier trimestre 2016, la croissance des exportations allemandes a connu un coup d’arrêt en raison de la diminution du volume des échanges internationaux pour la première fois depuis l’automne 2010. Le redressement qui s'en est suivi n’a pas été spectaculaire. Au premier semestre 2016, le commerce mondial, tout comme les exportations allemandes, ont été pour le moins moroses. Les exportateurs ont enregistré une timide amélioration au deuxième trimestre, à la faveur d’une faible croissance des échanges. Dans le passé, la réaction des exportations aux fluctuations du commerce mondial avait été plus vive, notamment dans les cas de reprise ou de recul prononcé.

 

En 2017, les perspectives pour les exportations allemandes s’annoncent prudemment optimistes. Le risque de ralentissement domine dans les pays de destination des exportations allemandes. Le top 10 de ces pays concentre 60% de toutes les exportations et les prévisions 2017 font apparaitre une détérioration par rapport à 2016.  Au Royaume-Uni, troisième marché à l’export de l’Allemagne, Coface anticipe une baisse importante de la croissance, de 1,9% à 0,9%, principalement en raison duBrexit. En Chine, le ralentissement progressif de l’activité devrait se poursuivre, tout comme la morosité économique aux Etats-Unis, désormais premier partenaire commercial de l’Allemagne avec une part de 9% du total. La France, deuxième destinataire des exportations allemandes, devrait aussi enregistrer un léger fléchissement de sa croissance économique en 2017. Ces incidences seront en partie compensées par le léger redressement des perspectives économiques des autres pays du groupe de dix, en lien avec la nette accélération de l’activité parmi les pays émergents qui représentent environ 30% des exportations allemandes.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ LA CONSOMMATION PRIVÉE RESTE LE PRINCIPAL MOTEUR DE L’ACTIVITÉ

«Les solides perspectives de croissance de l’économie allemande reposent principalement sur le dynamisme de la consommation privée,précise Mario Jung.La croissance de la consommation des ménages devrait encore augmenter en 2017 pour atteindre un plus haut de 2%, contre 1,9% en 2015 et 1,6% en 2016. Pour remettre ces chiffres dans leur contexte, la croissance moyenne de la consommation privée entre 2006 et 2014 s’est établie à seulement 0,8% et la croissance de l’économie allemande s’est appuyée principalement sur les exportations nettes». En 2017, la contribution des exportations nettes à la croissance devrait être faible et pourrait même diminuer légèrement. Coface prévoit cependant que la solide dynamique de la consommation privée permettrait une croissance de 1,7% du PIB en y contribuant aux deux tiers (soit 1,1 point de pourcentage). Elections de 2017 : vers la fin de la « grande coalition » ?

 

Les partis membres de la coalition au pouvoir ont peu de chance de sortir indemnes des élections fédérales l’an prochain. Selon les derniers sondages, l’union CDU/CSU, tout comme le SPD, recueille des scores inférieurs aux résultats qu’ils ont obtenus lors des dernières élections législatives (de septembre 2013). Ils se situent également à des niveaux inférieurs à ceux indiqués par les sondages réalisés fin 2015/début 2016.

 

Pour autant, les perspectives du gouvernement fédéral reposent sur la stabilité et tout résultat autre que le renouvellement de la « grande coalition » serait une surprise. Toutes les enquêtes disponibles continuent d’indiquer que la « grande coalition » dispose d’une marge de sécurité pour obtenir une majorité absolue, alors qu’aucune majorité n’existe pour une autre coalition de deux partis quelle qu’elle soit. Une alliance tripartite entre le SPD, la Gauche et Les Verts, que plusieurs groupes cherchent à réaliser, aurait elle-même peu de chance d’obtenir une majorité absolue. Une « grande coalition » de moindre portée, de même que la perspective de voir l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) devenir une force politique supplémentaire au Bundestag, fera obstacle au consensus politique. Pour la première fois depuis 1953, six groupes parlementaires couvrant un vaste éventail de courants politiques seront représentés au Bundestag. De plus, sachant que les principaux leaders (Merkel pour l’union CDU/CSU et Gabriel pour le SPD) sont loin de faire l’unanimité, la réalisation de grands projets de réforme sous la prochaine grande coalition, y compris en matière de politique économique et sociale, deviendra de plus en plus problématique.

 

Ces risques potentiels concernant les développements politiques en Allemagne pourraient alimenter l’incertitude politique au sein de la communauté européenne, créant un frein supplémentaire à la recherche d’un consensus au niveau de l’Union européenne.

 

30/11/2016/

 

http://www.coface.fr/Actualites-Publications/Actualites/Economie-allemande-en-2017-entre-stabilite-et-incertitude


Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------------

   

Résultat de recherche d'images pour

 

4 - Allemagne : économie, perspectives sociopolitiques

 

POPULATION : 82,1 MILLIONS

PIB PAR HABITANT : 40952 $US

 

_ PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES

 

 

2014

2015

 2016(p)

2017 (p)

Croissance PIB (%)

1,6

1,7

1,8

1,6

Inflation (moyenne annuelle)

0,8

0,1

0,4

1,4

Solde budgétaire / PIB (%)

0,3

0,7

0,6

0,4

Solde courant / PIB (%)

7,5

8,5

9,0

8,6

Dette publique / PIB (%)

74,9

71,2

68,0

66,0

(p) Prévisions

 

Résultat de recherche d'images pour


_ POINTS FORTS

. Solide base industrielle (1/4 du PIB)

. Faible chômage structurel et apprentissage développé

. Diversification géographique des exportations

. Bonne compétitivité

. Importance des PME exportatrices familiales (Mittelstand)

. Intégration de l’Europe centrale et orientale dans le processus productif

. Importance des ports de Hambourg, Bremerhaven et Kiel

. Système institutionnel favorisant la représentativité et le consensus

 

Résultat de recherche d'images pour "german cooperation, africa, 2016, 2017"


POINTS FAIBLES

_ Vieillissement des infrastructures

. Déclin démographique partiellement compensé par immigration

. Manque d’ingénieurs et de capital-risque

. Forte dépendance aux marchés mondiaux, notamment européens

. Poids majeur des industries automobile et mécanique

. Retard persistant, mais se comblant, des Länder orientaux

. Faible productivité des services

 

Résultat de recherche d'images pour "germany, new malls"


_ APPRÉCIATION DU RISQUE

 

_ Une croissance modérée portée par la consommation

La croissance, modérée, devrait être légèrement inférieure en 2017. La consommation des ménages confirmera son rôle de première contributrice. Elle sera soutenue par l’augmentation continue de l’emploi qui pourrait atteindre 400 000 postes, notamment dans les services sociaux et de santé. Une large part sera pourvue par des personnes originaires de l’Union européenne et, dans une faible mesure, des pays en crise, ainsi que par la participation accrue des femmes et des séniors, compensant le déficit démographique naturel.

 

Malgré un probable retour d’une inflation modeste, les revenus réels disponibles croîtront avec la hausse des salaires induite par le faible volant de main d’œuvre qualifiée disponible, celle du salaire minimum, et le relèvement des abattements fiscaux de base et pour enfant. La consommation publique décélérerait avec la diminution du nombre de réfugiés accueillis, mais l’investissement public resterait soutenu par le logement social et les infrastructures.

 

 Le logement privé conserverait sa forte progression. Par contre, l’investissement des entreprises en équipements et en bâtiments reprendrait très graduellement, malgré le taux élevé d’utilisation des capacités de production, sur fond d’incertitude liée au Brexit et de faible dynamisme des exportations (automobile, chimie, pharmacie, optique, mécanique, électronique, matériel électrique, engins agricoles). Celles-ci sont, en effet, confrontées à des marchés émergents convalescents (23 % des débouchés, hors Chine), à la langueur de l’investissement chinois (6 %) et de la demande européenne (60 %) et à l’incertitude nord-américaine (10 %). Compte tenu d’un développement plus important des importations lié à la vigueur de la demande intérieure et de la stabilisation des termes de l’échange, la contribution des échanges à la croissance serait, au mieux, nulle.

 

Dans ce contexte, les comportements de paiement des entreprises allemandes demeureraient, généralement, bons. Le nombre de défaillances baisserait de 5,6 % (après -5,4 % en 2016), mais les entreprises concernées (et leurs passifs) seraient plus importants. Certains secteurs resteraient plus risqués que la moyenne : agriculture, abattoirs, fourniture d’électricité, métallurgie, édition, construction, commerce alimentaire et d’appareils ménagers, vente à distance.


 Résultat de recherche d'images pour "germany, central bank, frankfurt city, 2017"

 

_ Des comptes publics et extérieurs excédentaires

Malgré un léger relâchement budgétaire, sur fond de hausse des abattements fiscaux pour les ménages, d’alourdissement de la charge des retraites, de dépenses accrues dans le transport, l’énergie et la petite enfance, non compensés par l’allègement du service de la dette (taux nul pour le Bund à 10 ans, négatif en deçà) et du chômage (4,3 % à fin 2016), le solde public resterait légèrement excédentaire. Le maintien d’un significatif excédent primaire (c.-à-d. hors intérêts de la dette) et d’un différentiel positif entre la croissance et le taux d’intérêt moyen conduirait à un nouvel allègement du poids de la dette.

 

Bien qu’en légère baisse, le compte courant resterait largement excédentaire grâce au massif excédent commercial (plus de 8 % du PIB). La balance des services affiche un léger déficit (1% en 2015), le déficit touristique excédant le solde positif des services financiers et informatiques, des redevances et des services aux entreprises. La balance des revenus devrait rester excédentaire (0,8 % du PIB), les revenus tirés des investissements à l’étranger, toujours plus importants grâce aux excédents courants récurrents, dépassant les transferts des immigrés et des investisseurs étrangers vers leurs pays d’origine.

 

Résultat de recherche d'images pour "merkel, central bank,"


_ Une chancelière populaire malgré les critiques contre sa politique migratoire

La chancelière Angela Merkel (chrétienne-démocrate-CDU), au pouvoir depuis 2005 et à la tête d’un gouvernement de Grande coalition depuis septembre 2013, avec Sigmar Gabriel (social-démocrate-SPD) comme vice-chancelier et ministre de l’économie, remettra son mandat en jeu lors des élections législatives à l’automne 2017. Critiquée pour son ouverture des frontières aux réfugiés (environ 900 000 comptabilisés en 2015) par son aile droite représentée par la CSU bavaroise et une fraction de la CDU, ainsi qu’une partie importante de la population, et devant le refus des autres pays européens de répartir la charge, la chancelière a infléchi sa position et conclu en novembre 2015, au nom des européens, un accord avec la Turquie pour ralentir le flux des migrants.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ La bonne situation macroéconomique n’exclut pas les problèmes

Le vieillissement de la population, malgré l’immigration, pèse sur la population active, alors que la participation des femmes pêche par défaut de structures de garde pour la petite enfance. L’intégration des réfugiés sur le marché du travail est donc capitale. Le manque d’ingénieurs et de chercheurs obère l’innovation, conséquence du manque d’étudiants dans l’enseignement supérieur, davantage séduits par l’apprentissage. Le financement du passage de 25 à 80 % d’énergie renouvelable d’ici 2050, la sortie du nucléaire en 2022 et la modernisation des centrales à charbon, sont controversés. Le réseau de transport d’électricité ne permet pas des échanges optimaux entre le nord où est situé le potentiel éolien et le sud où est produit l’énergie solaire avec pour conséquence des pertes de capacité. L’insuffisance de l’investissement, tant public que privé, explique ces difficultés.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

 

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Allemagne


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour



 




Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page