Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 24/10/2017 à 17:02:56
CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)



 

« Chine/ Xi Jinping, premier dirigeant en exercice à entrer dans la charte du Parti communiste chinois depuis Mao : Le nom de Xi Jinping a été inscrit mardi dans la charte du Parti communiste chinois (PCC). Avant lui, seul Mao Zedong avait bénéficié de cette consécration pendant l'exercice de son mandat. Xi Jinping s'est définitivement affirmé mardi 24 octobre comme le plus puissant dirigeant chinois au pouvoir depuis quarante ans en voyant inscrire son nom dans la charte du Parti communiste chinois (PCC) alors même qu'il est encore en exercice, à l'égal du fondateur du régime, Mao Zedong. Réunis depuis la semaine dernière en congrès à Pékin, plus de 2 300 délégués venus de tout le pays ont approuvé l'inclusion dans cette charte de "la Pensée Xi Jinping du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère". Un concept qui constitue désormais un "guide d'action" pour le plus grand parti du monde qui compte 89 millions de membres. »

 

Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

1 - Xi Jinping obtient un nouveau mandat à la tête du Parti communiste chinois

 

Le président chinois, qui devrait être formellement réélu en mars prochain, est entouré de six sexagénaires à la tête du parti. Aucun ne semble à même de le remplacer plus tard. Une formalité pour celui qui est désormais en piste pour se maintenir indéfiniment au pouvoir : Xi Jinping a obtenu ce mercredi un nouveau mandat à la tête du Parti communiste chinois (PCC), entouré d’une équipe dirigeante sans dauphin présumé pour lui faire de l’ombre. Conformément à la tradition, Xi Jinping, costume sombre et cravate rouge, est apparu souriant devant la presse, entouré de ses six nouveaux collègues du conclave qui dirige la Chine, au lendemain de la clôture du congrès quinquennal du PCC.

 

«Je prends (ma réélection) non seulement comme une approbation envers mon travail, mais aussi comme un encouragement qui me poussera à aller de l’avant», a-t-il lancé, lors d’une allocution retransmise en direct à la télévision. Le comité central, sorte de parlement du PCC, l’a élu secrétaire-général, aux côtés des six autres membres permanents du bureau politique, l’instance qui détient la réalité du pouvoir en Chine. Agé de 64 ans, Xi Jinping a consolidé son pouvoir à la faveur du XIXe congrès du PCC qui s’est achevé mardi, obtenant l’honneur suprême de figurer dans la charte du Parti, une distinction que seul le fondateur du régime, Mao Tsé-toung, avait eue avant lui de son vivant.


Image associée


Chef du Parti, chef de l’Etat, chef des armées : depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, Xi Jinping a accumulé les pouvoirs au sommet de la deuxième puissance économique mondiale et présidé à un renforcement de l’autorité du régime. Le nouveau comité permanent est exclusivement composé de sexagénaires. Il ne s’est pas ouvert à la génération des quinquagénaires, qui auraient pu faire figure de dauphins potentiels de Xi Jinping. Xi Jinping devrait être formellement réélu à la tête de l’Etat en mars prochain lors de la session annuelle du parlement, de même que Li Keqiang, qui devrait rester chef du gouvernement.

 

Par LIBERATION, avec AFP / 25 octobre 2017/ Mis à jour le 25 octobre 2017

 

http://www.liberation.fr/planete/2017/10/25/xi-jinping-obtient-un-nouveau-mandat-a-la-tete-du-parti-communiste-chinois_1605484


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

   

2 - En Chine la consécration de Xi Jinping et de sa pensée axée sur « la renaissance chinoise »

 

Editorial du « Monde »/ Le 19e congrès du Parti communiste chinois marque une date : le président Xi Jinping érige le pays en géant économique, stratégique et idéologique. L’apparat et la pompe kitschissimes du 19e congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui s’est achevé cette semaine à ­Pékin, ont un sens. La consécration du président Xi Jinping, dont le mandat à la tête du parti est renouvelé – son mandat présidentiel le sera en mars 2018 –, a aussi un sens. L’intégration de la « pensée Xi Jinping » dans la charte du parti également. Il faut dépasser ce qu’un regard européen, occidental, peut y voir de folklorique. Dans sa pompe figée et un tantinet désuète, ce congrès marque une date : la Chine s’assume en grande puissance de l’époque – à l’égale de l’Occident. Elle s’installe en géant économique, mais aussi stratégique et peut-être idéologique. Elle veut sa place dans le concert des Grands, le tout premier rang. Voilà ce qu’il faut retenir de cette semaine d’interminables discours et de conciliabules dans les salons du Palais du peuple, place Tiananmen, à Pékin.

 

Au terme de son premier mandat, Xi Jinping, 64 ans, entend incarner ce phénomène-clé du XXIe siècle : le renouveau chinois. Il affiche la force de son pays. Il sera l’homme de ce qu’il appelle « la renaissance chinoise », le retour de la Chine à la place qui était naturellement la sienne, l’empire du Milieu, et qu’un siècle d’humiliation – depuis la première guerre de l’opium jusqu’à la fondation de la République populaire de Chine en 1949 – due à ses propres erreurs, au colonialisme européen et aux agressions du Japon lui avait fait perdre.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ La Chine n’est plus l’atelier du monde

Fini les manières de timidité, cette façon prudente d’aborder la scène mondiale qui fut celle de Pékin depuis les grandes réformes économiques des années 1970. La Chine de Xi Jinping déborde de confiance en elle. Il faut prendre la mesure de sa puissance économique et technologique. Il faut comprendre qu’elle n’est plus l’atelier du monde – usine textile, fabricant de jouets et chaîne de montage électronique –, mais qu’elle figure à la pointe de la nouvelle économie. Elle s’est fixé d’être, d’ici vingt-cinq ans, la rivale des Occidentaux dans cinq ou six des domaines-clés de l’économie du futur : intelligence artificielle, robotique, énergies renouvelables, biotechnologies, etc. Elle est en passe de devenir une grande puissance scientifique. Elle « diplôme » chaque année, par centaines de milliers, des ingénieurs, des informaticiens, des gestionnaires, des chercheurs, des architectes, des médecins – toute la gamme des métiers qui, il n’y a pas si longtemps encore, étaient le quasi-monopople des Américains, des Européens et des Japonais. Ce monopole n’est plus, on ne le dit pas assez.

 

Sa puissance économique et financière, la Chine la met au service d’un expansionnisme stratégique, dont son projet des « nouvelles routes de la soie » n’est que l’un des aspects. Au travers d’un maillage d’investissements en infrastructures continentales en Eurasie, et maritimes, notamment dans l’Océan indien, Pékin étend son influence. Son budget militaire est en progression constante. Ce n’est pas seulement une puissance asiatique qui s’exprime, c’est une puissance mondiale.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Pernicieuses « influences occidentales »

Xi Jinping jure que l’instrument du redressement a été le PCC (quid du talent, du courage et de l’intelligence des Chinois ?). La transformation de l’économie se fera sous l’impulsion du PCC, qui assurera plus que jamais un contrôle social serré sur la population, interdira toute forme de dissidence intellectuelle, politique et artistique. La dictature est-elle compatible avec le type d’économie que veut devenir la Chine ?

 

Xi Jinping mène une guerre idéologique constante contre les pernicieuses « influences occidentales ». Plus encore, il se départ du refus de tout prosélytisme politique, qui fut longtemps la marque de Pékin ces quarante dernières années. Il pose le modèle chinois en exemple pour d’autres pays qui, en Afrique ou en Asie, souhaiteraient ­ « accélérer leur modernisation ». Avec ce 19e congrès, Pékin se veut le rival idéologique de l’Occident. Bien sûr, le tableau doit être pondéré par nombre de points noirs, parfois très noirs, qui sont autant de failles et de faiblesses de la Chine d’aujourd’hui. Rien n’est jamais garanti. Mais ce qu’a révélé ce congrès, c’est autre chose : le poids de la Chine dans notre monde.

 

Lire aussi :   « La Chine redevient une superpuissance globale »

 

LE MONDE/ 25.10.2017/ Mis à jour le 25.10.2017/

 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/25/la-force-tranquille-de-l-oncle-xi_5205696_3232.html


Résultat de recherche d'images pour


--------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour

   

3 - Xi Jinping, premier dirigeant en exercice à entrer dans la charte du Parti communiste chinois depuis Mao

 

Le nom de Xi Jinping a été inscrit mardi dans la charte du Parti communiste chinois (PCC). Avant lui, seul Mao Zedong avait bénéficié de cette consécration pendant l'exercice de son mandat. Xi Jinping s'est définitivement affirmé mardi 24 octobre comme le plus puissant dirigeant chinois au pouvoir depuis quarante ans en voyant inscrire son nom dans la charte du Parti communiste chinois (PCC) alors même qu'il est encore en exercice, à l'égal du fondateur du régime, Mao Zedong. Réunis depuis la semaine dernière en congrès à Pékin, plus de 2 300 délégués venus de tout le pays ont approuvé l'inclusion dans cette charte de "la Pensée Xi Jinping du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère". Un concept qui constitue désormais un "guide d'action" pour le plus grand parti du monde qui compte 89 millions de membres.

"Cela signifie que cette pensée servira de modèle pour les générations à venir", explique le correspondant de France 24 en Chine, Pierre-Philippe Berson. "Cela confèrera à Xi une autorité extraordinaire (…). Il aura un statut similaire à celui de Grand timonier qu'avait Mao", précise Willy Lam, politologue à l'université chinoise de Hong Kong. "Il pourrait être comme lui : dirigeant à vie, aussi longtemps qu'il est en bonne santé", selon l'expert.


Résultat de recherche d'images pour


Aucun dirigeant, depuis Mao (1893-1976), n'avait vu son apport théorique à l'idéologie ainsi célébré alors qu'il était encore en fonction. Le nom de Deng Xiaoping, artisan à la fin des années 1970 des réformes qui ont fait de la Chine la deuxième puissance économique mondiale, est entré dans la charte après sa mort, en 1997. Les deux prédécesseurs de Xi Jinping, Jiang Zemin et Hu Jintao, avaient vu leur contribution inscrite après leur départ à la retraite. Et sans que leur nom y figure en toutes lettres. Et l'emprise de Xi Jinping sur le pouvoir chinois – il est également président de la République populaire – pourrait encore se confirmer mercredi. Le leader de 64 ans, à la tête du Parti depuis fin 2012, héritera par ailleurs sans aucun doute d'un nouveau mandat de cinq ans comme secrétaire général, le titre suprême dans le pays.

 

Avec AFP/ Première publication : 24/10/2017/ Vidéo par Pierre-Philippe BERSON/ Texte par FRANCE 24 / Dernière modification : 24/10/2017

 

http://www.france24.com/fr/20171024-chine-parti-communiste-chinois-pcc-xi-jinping-mao-zedong-charte-pekin-congres


Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour  


----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

   

4 - 19e Congrès du PCC: la «pensée» du numéro un chinois Xi inscrite à la charte

 

Clôture officielle, ce mardi 24 octobre 2017 au matin, du 19e Congrès du Parti communiste chinois. L'évènement se déroulait dans le palais du Peuple, sur la place Tiananmen. Dans une ambiance solennelle, les quelque 2 300 délégués ont élu les 205 membres du Comité central. Ils ont sans tarder entériné un important amendement à la charte pour y inscrire « la pensée de Xi ». « Mei you », « pas d’objection », pouvait-on entendre dans l'immense amphithéâtre du palais du Peuple. A main levée et comme un seul homme, les 2 300 délégués du Parti communiste chinois ont donné leur feu vert : sera donc inscrite dans la charte du PCC « la pensée de Xisur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère ».

Avoir son nom mentionné noir sur blanc donnera encore plus de pouvoir à l’homme fort de Pékin. Xi fait désormais pâlir ses prédécesseurs ; ni Jiang Zemin ni Hu Jintao n’ont vu leur « pensée » inscrite dans le marbre de la charte. Même Deng Xiaoping, le père du miracle économique, a dû se contenter de sa « théorie ». Il faut remonter à Mao Zedong, fondateur du régime, pour retrouver tel honneur.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Une pensée pour « les manuels scolaires, les classes et les cerveaux des élèves »

Cela peut paraître symbolique, mais dans le monde secret et très codifié du Parti, l’inscription du nom du secrétaire général en dit long sur l’autorité absolue qu’il exerce sur les 89 millions de membres et sur le pays. Qui osera encore défier l’homme qui se trouve dorénavant au même rang que Mao, qu’on appelle toujours ici le « Grand Timonier » ?

 

L’heure n’est plus au débat mais à l’obéissance. Plusieurs hauts cadres ont déjà appelé les membres du Parti à étudier minutieusement le « socialisme de la nouvelle ère » et à l’appliquer fidèlement. Le ministre de l’Education a montré l’exemple: Chen Baosheng a promis que la nouvelle idéologie fera, sans attendre, son entrée « dans les manuels scolaires, les classes et les cerveaux des élèves ».

 

Résultat de recherche d'images pour


******


Résultat de recherche d'images pour

 

Quelle pensée « dans la tête de Xi Jinping » ?

 

Rien ne semble arrêter l’ascension de l'actuel numéro un de l'Etat et du Parti communiste chinois. Mais justement, que pense Xi, dont chaque Chinois doit désormais étudier la pensée, ce qui n’est pas sans rappeler l’engouement pour le Petit Livre rouge du temps de Mao ? En quoi consiste cette nouvelle idéologie célébrée par la presse officielle ?

 

Le discours-fleuve de 32 000 mots, imprimés sur 69 pages, donne quelques grandes lignes : « Faire triompher le socialisme à la Chinoise de la nouvelle ère » est écrit sur la page-titre. La référence au « rêve chinois de la grande renaissance de la nation » revient une trentaine de fois dans ce « rapport de travail ».

La Chine de Xi se veut prospère et puissante. Pour y arriver, celui qui se voit comme seul maître à bord veut constituer une armée moderne capable de défendre les intérêts de la Chine dans le monde. Une Chine respectée et politiquement stable, cela se traduit à l’intérieur par la mainmise du Parti sur ses citoyens.

Ou, comme l’a dit Xi Jinping, « tout doit être placé sous la direction du Parti, que ce soit les organisations du Parti, le gouvernement, l’armée, la société civile et quel que soit l’endroit où l’on se trouve ». Dans la « pensée de Xi », il n’est nullement question d’une libéralisation politique.

 

Par RFI/ Publié le 24-10-2017 / Modifié le 24-10-2017/ Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

 

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20171024-19e-congres-pcc-chine-pensee-xi-jinping-inscrite-charte


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

 

5 – Chine : Alibaba va consacrer 15 milliards de dollars à la recherche-développement

 

Alibaba Group Holdings va investir 15 milliards de dollars (12,7 milliards d'euros) dans la création de centres dédiés à la recherche-développement (R&D) à travers le monde, avec l'ambition de concurrencer les leaders mondiaux du commerce en ligne, de la logistique et de l'informatique dématérialisée. Holdings va investir 15 milliards de dollars (12,7 milliards d'euros) dans la création de centres dédiés à la recherche-développement (R&D) à travers le monde, avec l'ambition de concurrencer les leaders mondiaux du commerce en ligne, de la logistique et de l'informatique dématérialisée.

 

L'académie "Damo" d'Alibaba ouvrira huit centres de recherche en Chine, en Israël, aux Etats-Unis, en Russie et à Singapour et embauchera une centaine de chercheurs pour travailler sur l'intelligence artificielle (IA), l'informatique quantique et la technologie financière (fintech), a déclaré le numéro un chinois du commerce électronique dans un communiqué publié mercredi. "L'Académie Damo sera à l'avant-garde du développement des technologies de nouvelle génération, ce qui stimulera la croissance d'Alibaba et de nos partenaires", a expliqué Jeff Zhang, responsable du département Technologie. Le groupe chinois a connu une rapide expansion l'année dernière, ce qui l'a placé en concurrence directe avec Amazon.com et d'autres entreprises spécialisées dans la logistique, le cloud et les paiements.


Résultat de recherche d'images pour


Depuis l'année dernière, Alibaba a investi quelque deux milliards de dollars pour prendre une participation majoritaire dans le distributeur en ligne singapourien Lazada.com, créant un réseau de plates-formes d'e-commerce à travers l'Asie du Sud-Est en partenariat avec sa filiale de paiement en ligne Ant Financial. Il a également soumis une offre sur MoneyGram International, spécialiste des paiements électroniques, qui doit obtenir l'aval du Comité américain des investissements étrangers (CFIUS). Ce dernier se prononce sur les opérations transfrontalières susceptibles de poser un risque pour la sécurité nationale.

 

Depuis 2016, Alibaba a également ouvert des nouveaux centres de données en Europe, aux Etats-Unis, au Moyen-Orient, en Australie, au Japon, en Inde et en Indonésie afin de se développer dans le cloud. Cette décision intervient alors que Pékin investit dans le développement de l'informatique quantique, de l'IA et des bases de données. Il encourage les gouvernements provinciaux, les universités et les entreprises privées et militaires à jouer un plus grand rôle dans ces domaines. Alibaba revendique actuellement 25.000 ingénieurs et estime que ces nouvelles infrastructures lui permettront de compter deux milliards de clients dans les 20 ans à venir.

 

(Cate Cadell; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

 

PUBLIÉ LE 11/10/2017 / PEKIN (Reuters)/

 

https://www.usinenouvelle.com/article/alibaba-va-consacrer-15-milliards-de-dollars-a-la-recherche-developpement.N598883


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

  

6 - Industrie : l'Europe s'inquiète des ambitions de la Chine

 

Un rapport européen dénonce l'impact du plan Made in China 2025. ¤ Pékin renforcerait les restrictions d'accès aux entreprises étrangères. Les entreprises étrangères vont-elles faire les frais des ambitions industrielles de la Chine ? C'est la crainte de la Chambre de commerce européenne de Pékin qui a passé à la loupe le plan Made in China 2025, véritable feuille de route de l'Etat chinois pour faire passer le pays du « statut d'usine du monde " à celui de « grande puissance industrielle ». Dans l'absolu, ce plan présenté il y a deux ans est tout ce qu'il y a de plus honorable : la montée en gamme de l'industrie chinoise est à la fois nécessaire pour absorber la hausse des coûts de production de la deuxième économie mondiale et rendre les usines moins polluantes. Après tout, l'Allemagne a bien son plan « Industrie 4.0 » et la France son plan « Usine du futur ». Qui plus est, un tel plan crée des opportunités pour les groupes internationaux aux savoir-faire reconnus. Sauf qu'à y regarder de plus près, la volonté de Pékin de créer des champions nationaux dans dix secteurs prioritaires pourrait bien menacer les intérêts des entreprises étrangères. « Le vaste ensemble d'outils politiques employés pour faciliter la mise en oeuvre [du plan] est très problématique », estime Jörg Wuttke, le président de la Chambre de commerce européenne.

 

Subventions, incitations fiscales, soutien continu à des entreprises publiques inefficaces, restrictions d'accès de certains marchés aux acteurs étrangers ou soutien aux rachats d'entreprises technologiques européennes sont autant d'instruments entre les mains des autorités chinoises pour asseoir les nouvelles ambitions industrielles, constate le rapport. Et ce dernier de prendre l'exemple des « nouveaux véhicules énergétiques » (NEV) où les constructeurs étrangers sont incités à transférer en Chine leurs technologies en échange d'un accès au marché. De la même façon, c'est aux seules marques nationales de voitures électriques que l'Etat a réservé ses subventions.

 

Si le plan vise ouvertement à conduire la Chine à l'autosuffisance dans de nombreux domaines stratégiques, l'inquiétude des entreprises européennes tient au fait que Pékin se fixe pour cela de très nombreux objectifs chiffrés. Comme réduire la dépendance à l'étranger pour les technologies clefs et les composants fondamentaux de 40 % à l'horizon 2020 et de 70 % en 2025. Plus encore, ce sont des centaines d'objectifs de parts de marché fixés par secteurs ou technologies clefs et répartissant les rôles entre contenus locaux et étrangers que l'on trouve dans les documents du plan chinois. Pékin a décidé que les nouveaux véhicules énergétiques produits localement devront détenir 70 % du marché chinois en 2020. « Cela contredit les promesses répétées du Parti communiste d'accorder une égalité de traitement aux entreprises étrangères et de donner aux forces du marché un rôle plus important dans l'économie ", déplore la Chambre européenne.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Rachat de pépites technologiques

Depuis deux ans, ce plan s'est traduit par le rachat de pépites technologiques, comme le fabricant allemand de robots Kuka, les Chinois étant persuadés qu'ils n'obtiendront pas les technologies voulues via des joint-ventures. Ce qui a fini par créer des tensions avec Berlin. Made in China 2025 est « en fait un plan de substitution à grande échelle aux importations visant à nationaliser des industries clefs, ou du moins à réduire sévèrement la position des entreprises étrangères ", estime la Chambre. Pékin, qui tient la barre, s'apprête à déverser des « centaines de milliards d'euros " pour soutenir ses secteurs phares. Ce qui pourrait créer des surcapacités et pousser la Chine à inonder le reste du monde de produits à bas prix, comme on l'a vu dans le solaire ou l'acier. De quoi susciter des tensions avec Bruxelles alors que le populisme monte en Europe.


Résultat de recherche d'images pour

  

******


Résultat de recherche d'images pour

 

Les objectifs du plan Made in China 2025

 

Lancé par le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information, le plan Made in China 2025 vise à accélérer l'automatisation des usines via une série de prêts ou d'aides fiscales. La Chine veut aussi réduire la dépendance aux technologies étrangères en atteignant un contenu chinois en composants et matériaux de 70 % en 2020.

Pour cela, Pékin entend créer 40 centres d'innovations industrielles d'ici à 2025. Le gouvernement a défini 10 priorités sectorielles (technologies de l'information, robotique, aéronautique, véhicules à nouvelles énergies, équipements médicaux et biotech...). La date de 2025 n'est qu'une étape. Le plan, qui se déroule sur plus de trente ans, veut faire de la Chine un des trois pays leaders dans l'industrie en 2049. Une date qui célébrera les 100 ans de la République populaire de Chine.

 

CORRESPONDANT À PÉKIN FRÉDÉRIC SCHAEFFER - LES ECHOS | LE 08/03/2017

 

https://www.lesechos.fr/08/03/2017/LesEchos/22399-067-ECH_industrie---l-europe-s-inquiete-des-ambitions-de-la-chine.htm


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

   

7 - Les secteurs d'avenir en Chine

 

Certains secteurs économiques ont, en Chine, de très belles perspectives de croissance sur ces dix prochaines années. On pense naturellement au secteur des services qui va continuer de croître considérablement mais il y en a d'autres, tels que l'énergie ou l'agriculture dont certains segments connaissent ou vont connaître de belles croissances. Voyons un peu plus en détail les principaux secteurs porteurs de ces prochaines années en Chine.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Le e-commerce

La part du commerce en ligne ne fait que croître et la saturation n'est pas pour tout de suite. Alors que 8% des achats en Chine se faisaient en ligne en 2013, ce chiffre devrait dépasser les 12% en 2017. La croissance du secteur est dopée par l'explosion du m-commerce (commerce sur mobile) ainsi que par l'adaptation des systèmes de paiement et de la logistique à ce nouveau mode de consommation. Les centres commerciaux chinois sont les grands perdants de cette révolution marketing et commencent déjà à se réorienter vers davantage de services annexes à la vente physique.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ La logistique

La logistique est un levier important d'accroissement de productivité dans de nombreux secteurs en Chine. Avec l'explosion de l'e-commerce les investissements en logistique n'ont jamais été aussi importants; les acteurs s'équipent massivement en plateformes logistiques et en véhicules. Le géant Alibaba compte, à lui seul, investir plusieurs milliards de dollars dans l'optimisation de sa logistique.

Certains marchés, comme la maîtrise de la chaîne du froid (entrepôts et transport frigorifiques, traçabilité) sont en pleine mutation pour permettre de réduire les pertes liées aux périssables et permettre ainsi à la classe moyenne chinoise de bénéficier de produits frais et de qualité. Sur un territoire aussi grand que la Chine, la logistique est grandement tributaire de l'évolution et de la modernisation des divers infrastructures de transport... le secteur logistique peut donc compter sur une évolution rapide de ces infrastructures, rendant le secteur à la fois dynamique (opportunités) et évolutif (risques).

 

Résultat de recherche d'images pour

(Jinan University is the university with the largest number of international students in China)


_ L'éducation

Le marché de l'enseignement privé a explosé en Chine durant ces deux dernières décennies. Pour preuve: deux tiers des crèches chinoises se montent à l'aide d'investissements privés. Certaines structures éducatives privées sont de véritables multinationales cotées en bourse, valorisées à plusieurs milliards de dollars. Les formations diplômantes en ligne, plus récentes, connaissent également une croissance fulgurante. La politique de l'enfant unique et l'absence d'un système de retraite performant ont contribué à mettre l'éducation au coeur des dépenses des foyers. L'éducation est souvent le plus gros poste budgétaire pour les familles chinoises et l'enrichissement des classes moyennes continue de booster ce secteur qui semble sans limite ! 

 

Résultat de recherche d'images pour

Shanghai International Hospital


_ Les soins de santé

Rien qu'en 2013, ce sont plus de 1500 hôpitaux privés qui ont ouvert en Chine. Certains sont détenus à 100% par des investisseurs étrangers. Il faut dire que le système de santé chinois peine à satisfaire les patients : hôpitaux bondés, diagnostiques aléatoires, traitements inadaptés, facturations opaques... ces lacunes dont souffre le système hospitalier public chinois ne vont pas disparaître à court terme. Les patients se tournent davantage vers le secteur privé, certes plus cher, mais où la prise en charge est meilleure. Le boom des hôpitaux privés ouvre également des perspectives intéressantes aux entreprises d'équipements médicaux et à l'industrie pharmaceutique. Les petites structures de soins médicaux ou paramédicaux de qualité (dermatologie, podologie, orthodontie...), moins coûteuses en investissement, offrent également de très belles perspectives.

  

_ Le tourisme

Les constructions d'hôtels ont explosées en Chine depuis le début des années 2000. Les Chinois voyagent de plus en plus et deviennent de plus en plus exigeants dans leurs choix, privilégiant désormais la distraction et le confort aux visites cadencées et au pas de course. Les voyages sur mesure et les nombreux services associés aux touristes ont le vent en poupe. Le digital est particulièrement bien intégré à ce secteur. Selon une étude de 2016, plus de la moitié des touristes chinois voyageant à l'étranger utilisent des applications mobiles pour réserver et organiser leurs voyages (hôtel, billet d'avion, attraction...), rendant ainsi les consommateurs de plus en plus autonomes et les séjours de plus en plus individualisés. Quand on sait que la classe moyenne chinoise prévoit de prendre trois à quatre semaines de vacances par an, on image bien le potentiel de ce secteur aussi bien en Chine qu'à l'étranger.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Le consulting informatique

Les entreprises chinoises ne consacrent que 2% de leur chiffre d'affaires aux Nouvelles Technologies, bien moins que leurs concurrentes internationales où ce chiffre grimpe à plus de 4%. Le virage technologique amorcé depuis quelques années par l'industrie chinoise pousse de nombreuses entreprises à placer les Systèmes d'Information au coeur de leur développement. Ces organisations ont besoin d'être accompagnées dans leur transformation informatique.

Souvent mal considérées dans les entreprises traditionnelles, les directions informatiques ont tardé à attirer des talents, ces derniers privilégiant l'intégration de grandes startups de l'internet. De nombreuses structures doivent et devront faire appel à des spécialistes du secteur pour réussir leur transformation technologique, c'est pourquoi le business du consulting informatique présente d'excellentes perspectives. Certaines spécialités, comme la sécurité des systèmes, profiteront pleinement de cet essor.  


Résultat de recherche d'images pour


_ Les énergies propres

L'Empire du Milieu est le plus gros producteur d'énergie primaire et notamment de charbon (près de 50% de la production mondiale), élément particulièrement polluant. Depuis 2014 la consommation de charbon a amorcé une baisse au profit d'autres sources plus propres. La Chine, plus gros producteur mondial de panneaux solaires et d'éoliennes commence à exploiter ces nouvelles sources d'énergie sur son propre territoire. Il faut dire que le pays et sa population ont pris conscience des graves problèmes de pollution auxquels ils étaient confrontés.

La Chine investit également massivement dans le nucléaire, dans l'exploitation de gaz de schiste et dans l'exploitation d'un charbon plus propre. Le gouvernement chinois s’est fixé pour objectif de porter la part des énergies non-fossiles à au moins 15% de la consommation d’énergie nationale d’ici à 2020 et à 20% à l’horizon 2030... un pari ambitieux mais pleinement soutenue par Pékin.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ L'agriculture

La Chine représente environ 20 % de la population mondiale mais ne possède qu'environ 8 % de la superficie arable de la planète. Par conséquent, à mesure que la demande d'aliments de grande valeur augmentera, les ressources limitées de la Chine subiront une pression grandissante. La productivité agricole est au coeur d'un programme national d'envergure mais une productivité "responsable" aussi bien pour l'environnement que pour le consommateur. 

Les nombreux scandales sanitaires qui ont fait les unes des médias ces dernières années ont mis en lumière un secteur en souffrance, sans contrôle et trop opaque. L'agriculture chinoise n'arrive pas aujourd'hui à répondre à la demande des classes moyennes, en terme de qualité, d'hygiène et de traçabilité. C'est pourquoi le secteur est en train de se repenser et l'on voit apparaître de nouvelles techniques et de nouveaux comportements agricoles en réponse à une attente pressante des consommateurs. Pour de nombreux spécialistes, l'agriculture est en train de devenir en Chine le nouvel Edlorado des investisseurs. Ils n'hésitent plus à comparer ce secteur au nouvel Internet !

 

Publié par Jerome Berny sur 30 Avril 2017/ Catégories : #Travailler en Chine#Economie#Investir en Chine

  

http://www.reussirenchine.com/2017/02/quelles-sont-les-industries-les-plus-prometteuses-en-chine-pour-les-dix-prochaines-annees.html


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------------

   

Résultat de recherche d'images pour

 

8 - Chine : ouvrir l'économie et verrouiller le régime, la "nouvelle ère" de Xi Jinping

 

En ouverture du congrès du Parti communiste chinois, qui doit lui offrir un nouveau mandat, le président Xi Jinping n'a laissé aucun espoir de libéralisation politique du régime. Tout en prônant une certaine ouverture sur le plan économique. Xi Jinping a appelé, mercredi 18 octobre, les communistes chinois à combattre tout ce qui pourrait menacer l'autorité du parti au pouvoir, à l'ouverture d'un congrès qui doit offrir à l'homme fort de Pékin un nouveau sacre à la tête de la Chine, pays le plus peuplé du monde.

 

Promettant "une nouvelle ère" socialiste à son pays, dont il a brossé le tableau jusqu'en 2050, le président chinois n'a laissé aucun espoir de libéralisation du régime, dans un discours dépassant trois heures, devant le symbole géant de la faucille et du marteau sur fond de drapeaux rouges. "Chacun d'entre nous doit en faire davantage pour défendre l'autorité du parti et le système socialiste chinois et s'opposer résolument à toute parole et action de nature à les saper", a martelé le président chinois, devant les quelque 2 300 membres réunis pour la grand-messe quinquennale du parti au pouvoir.

 

Presque tous en costume sombre et cravate rouge, les délégués du "plus grand parti du monde" (89 millions de membres) écoutaient religieusement le discours de leur chef dans le cadre ultra-sécurisé du Palais du peuple à Pékin, après avoir applaudi comme un seul homme lorsqu'il a fait son entrée, souriant, aux côtés de ses deux prédécesseurs, les anciens présidents Jiang Zemin et Hu Jintao.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Défenseur d'une économie mondiale ouverte

Sur le front économique, le président chinois s'est présenté en défenseur d'une économie mondiale ouverte, dans laquelle le développement de la Chine n'est une menace pour personne. La Chine va laisser le marché jouer un rôle décisif dans
l'allocation des ressources économiques, a-t-il dit.

 

 

** CHINE : "UNE CROISSANCE FORTE MAIS UNE DETTE QUI EXPLOSE"

 

Résultat de recherche d'images pour

  

Pékin va maintenir des réformes structurelles axées sur l'offre, continuer de réduire les surcapacités de production et poursuivre ses efforts de désendettement, a-t-il poursuivi. Appelant à ouvrir les portes de l'économie chinoise, le dirigeant a annoncé sa volonté de faciliter les investissements étrangers.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Pékin sous haute surveillance

Matches de foot interdits, boîtes de nuit fermées, police omniprésente : la capitale est sous haute surveillance pour assurer un déroulement sans accroc du grand rendez-vous quinquennal du pouvoir chinois, qui doit durer une semaine. Le 19e congrès devrait donner sans coup férir un nouveau mandat de cinq ans à Xi Jinping en tant que secrétaire général, voire lui permettre d'envisager un règne encore plus long. La limite d'âge de 68 ans imposée aux membres du bureau politique, l'instance de 25 membres qui dirige la Chine, pourrait en effet disparaître à point nommé pour Xi Jinping, qui aura 69 ans lors du prochain congrès en 2022. Xi Jinping "cherche à se poutiniser" en restant au pouvoir indéfiniment, observe le sinologue Jean-Pierre Cabestan, de l'Université baptiste de Hong Kong, en référence au président russe Vladimir Poutine, avec qui le numéro un chinois semble partager une certaine nostalgie de l'ère soviétique et une défiance de l'Occident, servie par l'essor économique phénoménal de son pays.

 

Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, Xi Jinping, considéré comme le plus puissant dirigeant chinois depuis le fondateur du régime Mao Tsé-toung et le réformateur Deng Xiaoping, a placé des fidèles aux postes-clés, aidé par une campagne anti-corruption qui a sanctionné plus de 1,3 million de cadres. S'il n'est pas revenu sur le passage à "l'économie de marché socialiste", son pouvoir s'est accompagné d'un retour de l'idéologie marxiste et d'une répression tous azimuts sur Internet, les avocats des droits de l'Homme, les dissidents ou les croyants. "Cela ne plaît pas à tout le monde en Chine. Il y a des gens qui sont contre l'idée qu'il reste plus de 10 ans", relève Jean-Pierre Cabestan, qui estime que "le retour à la maoïsation suscite la perplexité dans le pays".

 

En luttant contre la corruption, frappant jusqu'au sommet de l'armée et au sein du bureau politique, Xi Jinping "s'en est pris à des intérêts acquis", observe le sinologue. "Tout ça lui attire beaucoup d'inimitiés. Il a pris des risques qu'il a réussi à braver jusqu'à présent". Signe de l'influence de Xi Jinping, son nom pourrait faire son entrée dans la charte du parti, un honneur réservé jusqu'à présent à Mao et à Deng.

 

Avec AFP/ Première publication : 18/10/2017/ Vidéo par Pierre-Philippe BERSON/ Texte par FRANCE 24/ Dernière modification : 18/10/2017

 

http://www.france24.com/fr/20171018-chine-xi-jinping-congres-pcc-president-mao-deng


Résultat de recherche d'images pour


----------------------------------------

  

Résultat de recherche d'images pour "china, new cities, chinese green cities, 2016, 2017"

  

9 - Pour les Européens, la Chine est la puissance économique dominante devant les États-Unis

 

L'opinion publique mondiale considère à une courte majorité que les États-Unis restent le leader économique, mais ce n'est plus le cas en Europe, selon un sondage effectué par le Pew Research Center de Washington. Pour juger de l'importance économique d'un pays sur l'échiquier international, on peut s'en tenir aux chiffres de production, les fameux PIB tels que les établissent le FMI et la Banque mondiale. Et à cet égard les États-Unis arrivent en tête devant la Chine pour le PIB en dollars, et c'est l'inverse quand on calcule les PIB en «parité de pouvoir d'achat», ce que beaucoup d'observateurs considèrent comme plus représentatif des réalités économiques concrètes (on vit plus facilement avec un même dollar dépensé à Pékin qu'à New-York).

 

Mais il est une autre façon de juger des performances nationales et du leadership des Nations: elle consiste à interroger les populations elles-mêmes. «Quelle est selon vous la puissance économique mondiale?». Cette question, le Pew Research Center - centre de recherche américain indépendant de Washington financé par le Pew Charitable Trusts et réputé mondialement pour ses sondages d'opinion - la pose chaque année au printemps. L'enquête est lancée dans les 38 pays les plus importants de la planète (sauf en Chine), déployant des moyens considérables (un millier de sondés dans chaque pays, dont la France).


Résultat de recherche d'images pour "Chine, nouvelle économie, industries chinoises, 2016, 2017"


Cette année encore une majorité des gens interrogés (42%) place les États-Unis en premier devant la Chine (32%). Parmi les pays consultés, l'Amérique Latine, l'Asie et les rares États d'Afrique subsaharienne du panel, cet avis est prédominant. Il l'est encore plus auprès des Américains eux-mêmes dont 51% mettent leur pays en tête plutôt que la Chine (35%).

 

En revanche le Canada, l'Australie, la Russie et sept pays Européens sur dix, considèrent aujourd'hui la Chine comme la puissance économique dominante. C'est notamment l'opinion majoritaire des Anglais, des Allemands, des Français, des Espagnols et des Néerlandais. En France, par exemple, 47% des gens placent la Chine en tête, devant les États-Unis (37%), alors que 7% des sondés attribuent ce rôle dominant au Japon et 7% à l'Union européenne dans son ensemble. De leur côté, les Allemands considèrent pour 41% d'entre eux que la Chine est le leader, 21% accordant cette place aux États-Unis, 5% au Japon et 25% à l'Union européenne. Il faut noter que la somme des pourcentages n'est pas égale à 100, compte tenu des personnes qui ne se prononcent pas.


Résultat de recherche d'images pour "china, usa, president, trump, xi, 2016, 2017"


_ Effet Trump

«Au cours des années passées, la perception d'une prédominance économique des États-Unis a décliné dans de nombreux États partenaires clés et alliés de l'Amérique», soulignent les experts du Pew Research Center. Ils constatent en outre que «cette tendance est perceptible dans plusieurs pays européens, où les opinions sur les équilibres entre pays ont fluctué dans les années récentes. À la suite de l'éclatement de la crise financière il y a presque dix ans, les Européens ont de façon croissante placé la Chine plutôt que les États-Unis, comme la puissance économique dominante. Puis dans les années récentes, alors que l'économie américaine se reprenait lentement, le pendule est revenu en faveur des États-Unis. Cette année toutefois (2017) la tendance s'est inversée à nouveau» (aux dépens des États-Unis), et donc à la suite de l'élection de Donald Trump.


Résultat de recherche d'images pour "image des États-Unis se détériore, chine opinions favorables, « L'image des États-Unis se détériore alors que les opinions publiques, Pew Research Center"

« L'image des États-Unis se détériore alors que les opinions publiques à travers le monde mettent en doute le leadership de Trump »// Pew Research Center

 

Au-delà de la domination économique en tant que telle, l'étude de Pew Research interroge les gens sur l'opinion qu'ils se font des principaux leaders politiques à l'échelle internationale. Pour l'ensemble des personnes interrogées quelle que soit leur nationalité, 53% disent ne pas avoir confiance dans le président chinois Xi Jinping «pour gérer les affaires du monde»; la défiance atteint 59% l'égard de Vladimir Poutine et elle culmine à 74% à l'encontre de Donald Trump.

 

«La chancelière allemande Angela Merkel est le seul leader mondial inclus dans le sondage qui reçoit une appréciation relativement positive, 42% ayant confiance en elle contre 31% étant de l'avis contraire», souligne le Pew Research. Et ce centre d'observation transpartisan et reconnu comme tel outre-Atlantique n'hésite pas à enfoncer le clou: «l'image des États-Unis se détériore alors que les opinions publiques à travers le monde mettent en doute le leadership de Trump».

 

Par Jean-Pierre Robin/ Publié le 18/08/2017/

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/08/18/20002-20170818ARTFIG00192-pour-les-europeens-la-chine-est-la-puissance-economique-dominante-devant-les-etats-unis.php


Résultat de recherche d'images pour "china, new city, 2016, 2017"


----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour "shanghai city, 2016, 2017"

  

10 - CHINE : Economie, développement économique et social, indicateurs économiques

 

_ POPULATION : 1,4 MILLIARD

_ PIB PAR HABITANT : 7572 $US

 

Résultat de recherche d'images pour "china, financial, china, stock exchange, shanghai, hong kong,"


_ PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES

 

 

2014

 2015

2016 (p)

2017 (p)

Croissance PIB* (%)

7,3

6,9

6,7

6,7

Inflation (moyenne annuelle)

2,0

1,4

2,0

2,0

Solde budgétaire** / PIB (%)

-0,9

-2,8

-3,7

-3,7

Solde courant / PIB (%)

2,2

2,7

1,8

1,4

Dette publique** / PIB (%)

39,9

42,6

46,2

49,3

 

(e) Estimations (p) Prévisions

 

 Résultat de recherche d'images pour "china, financial, china, stock exchange, shanghai, hong kong, "

 

_ POINTS FORTS

_ Risque souverain contenu : dette publique largement domestique et libellée en monnaie locale,

_ Risque de surendettement externe limité grâce au niveau élevé des réserves de change et au maintien d’un compte courant excédentaire,

_ Montée en gamme progressive grâce la stratégie Chine 2025 pour renforcer la production à haute valeur ajoutée,

_ Développement des services et des infrastructures.

 

Résultat de recherche d'images pour "china, china vehicles, export, china auto, 2016, 2017"


_ POINTS FAIBLES

_ Les risques de crédit sont une source d’inquiétude. L’endettement important des entreprises aura un impact sur la croissance,

_ Surcapacités dans certains secteurs industriels et endettement élevé des entreprises, 

_ Banques exposées à la hausse de l’endettement des entreprises et à la dégradation de la qualité des actifs,

_ Ambiguïté des autorités sur l’arbitrage entre les réformes et le soutien à la croissance

_ Problèmes environnementaux,

_ Population vieillissante et tarissement progressif du vivier de main d’œuvre bon marché.


Résultat de recherche d'images pour "china, chinese industries, 2016, 2017"

 

_ APPRÉCIATION DES RISQUES

 

_ L’économie chinoise ne devrait pas rebondir en 2017

Après s’être stabilisée dans la seconde moitié de 2016, l’activité chinoise a augmenté à un rythme plus important que prévu aux premier et second trimestres 2017 (6,9 % en glissement annuel). Toutefois, les signes de ralentissement se multiplient, à cause des politiques plus restrictives pour réduire le risque d’éclatement de bulle spéculative. En particulier, la politique monétaire est devenue plus restrictive, la banque centrale ayant augmenté ses taux d’intérêt de 10 points de base au premier trimestre.

 

De plus, les autorités tentent de réduire la spéculation immobilière dans les grandes villes, ce qui se matérialise déjà par un ralentissement dans le secteur immobilier et devrait pénaliser la croissance dans la seconde partie de l’année. La consommation, qui représente deux tiers du PIB, reste atone, mais elle bénéficiera de la faible inflation (1,4 % durant la première moitié de l’année) et de la politique fiscale expansionniste. Celle-ci devrait rester accommodante jusqu’à la fin de l’année. En outre, la pression fiscale sur les entreprises devrait diminuer grâce à des réductions d’impôt. Toutefois, la hausse de l’endettement des entreprises et les surcapacités dans certains secteurs (ciment, aluminium, chimie, construction navale, etc.) pénaliseront les profits ainsi que  l’investissement privé, déjà en baisse.

  

_ Pression à la baisse sur le yuan et volonté d’attirer les investissements étrangers

Le commerce extérieur a été dynamique sur la première moitié de l’année, les exportations en dollar ayant augmenté d’environ 8 %. Les exportations continueront de bénéficier de la demande soutenue des pays développés et d’un taux de change plus faible. En effet, les pressions baissières sur le yuan devraient persister en 2017, ce qui pourrait favoriser la compétitivité des exportations chinoises. Cependant, cet effet ne compensera pas la hausse des importations, et les excédents de la balance commerciale et de celle des services diminueraient. L’excédent de la balance courante devrait toutefois perdurer en 2017 grâce à l’amélioration de la balance des revenus.

 

Au premier trimestre, la balance financière a, pour la première fois en trois ans, connu un excédent, sous l’effet de la reprise des flux nets hors IDE, grâce à la stabilité du yuan face au dollar et à l’application plus stricte des contrôles de capitaux. Bien que ce surplus soit une bonne nouvelle, il ne reflète pas une hausse significative des entrées de capitaux. Tout en limitant les sorties de capitaux, les autorités essayeront d’attirer les investissements étrangers. Par exemple, la liaison entre Hong Kong et les deux centres financiers de Shanghai et Shenzhen via le mécanisme dit "Bond Connect" a été inauguré cette année. De plus, le 21 juin, MSCI a annoncé inclure les actions chinoises de catégorie A dans l’indice MSCI des pays émergents, ce qui pourrait stimuler les entrées de capitaux. Toutefois, l’impact devrait être modéré du fait de l’importance des sorties de capitaux les années précédentes.


Résultat de recherche d'images pour "china central bank, yuan"


_ Hausse de l’endettement

Le niveau d’endettement des collectivités locales est élevé, et l’endettement global reste très important (plus de 260 % du PIB fin 2016, contre 160 % en 2008). La majeure partie de cette dette est détenue par des entreprises, dont la plupart sont des entreprises d’Etat. De plus, l’endettement des entreprises est très difficile à évaluer, à cause de l’expansion dushadow banking, dont les actifs auraient augmenté de 21 % en 2016, atteignant 87 % du PIB selon Moody’s. Le risque de crédit a augmenté significativement, comme le montre la hausse des défauts sur le marché obligataire chinois. Douze entreprises ont déjà fait défaut sur au moins une de leurs obligations depuis le début de l’année 2017. Si ce rythme se poursuit jusqu’à la fin de l’année, le nombre de défauts obligataires atteindrait un nouveau record.

 

Résultat de recherche d'images pour "china communist party congress 2017"


_ Remaniement du Politburo

Pendant le 19ème congrès national du Parti Communiste Chinois (PCC), qui se tiendra en Octobre 2017, tous les membres du Politburo, excepté le président Xi Jinping et le premier ministre Li Keqianq, devraient se retirer. Or, la stabilité est d’une importance primordiale pour les leaders du PCC, à l’heure où le taux de croissance faiblit et où le pays connaît des épisodes de tension sociale et de grèves.

Sur le plan extérieur, les craintes d’une guerre commerciale totale entre les Etats-Unis et la Chine semblent avoir disparu, mais le risque de mesures anti-dumping de la nouvelle administration américaine contre des biens chinois au cas par cas reste présent. Dans les prochains mois, l’évolution des relations entre la Chine et les Etats-Unis autour des tensions dans la péninsule coréenne sera à surveiller. Enfin, les tensions diplomatiques autour de la décision du tribunal de La Haye en faveur des Philippines sur les activités chinoises en mer de Chine se sont atténuées par rapport à l’année passée.

 

Dernière mise à jour : Juin 2017

 

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Chine


Résultat de recherche d'images pour "china, new cities, chinese green cities, 2016, 2017"


----------------------------------------

 

Résultat de recherche d'images pour

   

11 - CHINE/ HONG KONG : Economie, développement économique et social, indicateurs économiques

 

_ POPULATION : 7,311 MILLIONS

_ PIB PAR HABITANT : 42294 $US

 

Résultat de recherche d'images pour


_ PRINCIPAUX INDICATEURS ÉCONOMIQUES

 

 

 2014

2015

2016 (e)

2017 (p)

Croissance PIB (%)

2,8

2,4

1,9

2,4

Inflation (moyenne annuelle)

4,4

3,0

2,5

2,6

Solde budgétaire / PIB (%)

3,6

0,6

1,5

1,5

Solde courant / PIB (%)

1,3

3,1

3,3

2,9

Dette publique / PIB (%)

0,1

0,1

0,1

0,1

 

(e) Estimations (p) Prévisions


Résultat de recherche d'images pour

 

_ POINTS FORTS

. Spécialisation réussie dans les services (92 % du PIB)

. Système bancaire robuste et transparent

. Infrastructures de qualité

. Maintien du principe « un pays, deux systèmes » entre la Chine et Hong Kong

. Environnement des affaires favorable.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ POINTS FAIBLES

. Economie vulnérable à un ralentissement de l’activité chinoise et du commerce mondial

. Industrie totalement délocalisée en Chine continentale

. Concurrence croissante de la Chine continentale dans le secteur des services

. Forte exposition au secteur immobilier

. Montée des inégalités sur le territoire.

Manque de transparence des données financières

 

Résultat de recherche d'images pour


_ APPRÉCIATION DU RISQUE

 

_ L’activité devrait se stabiliser en 2017

Après avoir chuté en 2016, la croissance hongkongaise devrait se stabiliser en 2017. La demande interne resterait soutenue et la consommation des ménages restera le principal moteur de l’activé grâce à la bonne tenue de l’emploi, la maîtrise de l’inflation et la progression des salaires. L’activité devrait aussi bénéficier de l’amélioration de la confiance des consommateurs dans un contexte de stabilisation des prix de l’immobilier.

 

Les prix des actifs immobiliers devraient subir des pressions baissières mais elles devraient se modérer : les autorités ont mis en place, en novembre 2016, de nouvelles mesures (augmentation des droits de timbre sur les opérations immobilières) visant à contenir la bulle immobilière mais leurs effets devraient rester limités. La hausse du taux de la Réserve Fédérale américaine de décembre 2016 devrait être répercutée par l’autorité monétaire de Hong Kong en raison de l’ancrage du dollar hongkongais au dollar américain, ce qui pèserait sur l’activité.

 

En outre, les exportations de biens et services (200 % du PIB) devraient continuer à souffrir du ralentissement de l’économie chinoise. Les secteurs liés au tourisme tels que les ventes au détail continueraient d’être parmi les plus affectés. Les touristes en provenance de Chine continentale, qui représentent 75 % des entrées, ne devraient pas augmenter leurs dépenses. La politique anti-corruption mise en place en Chine continentale pénalise les ventes de biens haut de gamme et les quotas d’entrée initiés par l’île ont conduit certains touristes chinois à privilégier d’autres destinations.

 

Néanmoins, la légère reprise de l’économie américaine devrait permettre de soutenir la demande externe. De plus, le port de Hong Kong servant de hub au commerce de la Chine continentale, son activité devrait continuer à souffrir alors qu’il subit la concurrence croissante des ports de Chine continentale. Enfin, la croissance des services financiers devrait rester dynamique, la bourse de Hong Kong est la seconde place financière en Asie en termes de capitalisation et l’île est un point d’entrée des capitaux en Asie. Néanmoins, elle souffrira de la concurrence accrue des places voisines.

 

Résultat de recherche d'images pour


_ Système financier solide

Les finances publiques resteront solides : en 2017, le pays devrait continuer à afficher un excédent budgétaire significatif et la dette publique restera quasiment nulle. Par ailleurs, l’excédent courant devrait rester important. Néanmoins, il devrait légèrement se réduire : les importations resteraient soutenues et les exportations devraient légèrement diminuer en raison du ralentissement de l’économie chinoise. Dans ce contexte, le niveau des réserves de change restera satisfaisant (près de 8 mois d’importations). Par ailleurs, même en cas d’éclatement de la bulle immobilière, les banques devraient rester solides en raison des limites imposées en termes d’endettement des ménages et des tests de résistance réguliers réalisés par les autorités de supervision.

 

Le marché offshore du yuan pour non-résidents mis en place par les autorités chinoises devrait rester dynamique en 2017. Ce marché s'accompagne d'un marché obligataire offshore en yuans, appelé le Dim Sun Bond market. Il fait de Hong Kong le centre financier mondial des xéno-yuans. De plus, le Hong Kong-Shanghai Stock Connect lancé en novembre 2014 permet une connexion entre les bourses de Hong-Kong et de Shanghai. Sous réserve du respect de certains quotas, les investisseurs de l’île peuvent ainsi échanger des titres côtés à Shanghai et inversement. Un projet similaire avec la bourse de Shenzhen a été lancé en décembre 2016.


Résultat de recherche d'images pour

 

_ Un nouveau chef de l’exécutif sera désigné en 2017 dans un climat de tensions

Le Congrès National du Peuple a proposé, en août 2014, de nouvelles modalités relatives à l’élection du chef de l’exécutif en 2017. Bien que celles-ci prévoient une élection au suffrage universel direct, les militants pro-démocratie ont considéré qu’il s’agissait d’un recul, les candidats autorisés à se présenter devant être préalablement validés par un comité composé de 1200 membres, appartement majoritairement au Parti Communiste Chinois. Ce projet a généré des manifestations importantes entre septembre et décembre 2014 lors du mouvement appelé « La Révolution des parapluies » et le Conseil Législatif a rejeté cette réforme en décembre 2015.

 

La loi électorale devrait ainsi rester la même pour l’élection du chef de l’exécutif en mars 2017. Ces élections devraient se dérouler dans un climat tendu alors que le parti pro-démocratie a conforté sa position au sein du parlement lors des élections de septembre 2016 et que deux de ses membres ont été exclus de l’assemblée pour avoir manqué de respect à la Chine continentale. 
Enfin, malgré un manque de transparence des données financières, Hong Kong bénéficie d’un climat des affaires favorable.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2017

 

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Hong-Kong


Résultat de recherche d'images pour


-----------------------------------------


Résultat de recherche d'images pour

Résultat de recherche d'images pour



 





Avis des internautes

Articles recommandés

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page