Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 28/10/2014 à 00:33:43
MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort




1 – « La présidente de gauche, candidate du Parti des travailleurs (PT) l’a emporté avec 51,45% des voix contre 48,55% au candidat du Parti social-démocrate brésilien (PSDB), selon des résultats quasi définitifs portant sur un décompte de 98% des bulletins de vote. «Merci beaucoup!», a immédiatement réagi sur son compte Twitter la candidate. La différence s’est jouée sur à peine trois millions de vote, alors que 142,8 millions d’électeurs étaient convoqués aux urnes. C’est l’élection la plus disputée de l’histoire récente du pays. »


 


2 – « L’entreprise de consulting Céleres a publié début avril un rapport qui donne un aperçu global de l’utilisation des biotechnologies au Brésil. Les biotechnologies sont des innovations qui permettent de rendre des cultures plus résistantes à certaines agressions. Ainsi, des variétés de coton, de soja ou de maïs sont modifiées de manière à les rendre tolérants aux herbicides ou résistantes aux insectes ravageurs ou les deux à la fois. Au vu des avantages notables qu’apportent ces technologies, il n’est pas surprenant que plus de 90% de la production brésilienne de soja, et 80% de la production de maïs, soient désormais basées sur leur utilisation.

Désormais, l’agriculture biotechnologique a surpassé l’agriculture conventionnelle dans ce pays. Les biotechnologies apportent, en effet, de nombreux avantages : elles permettent à la fois de préserver les cultures, et de les gérer beaucoup plus facilement, car la menace des insectes est moindre. De même, la tolérance aux herbicides permet aux agriculteurs de mettre en œuvre un désherbage plus efficace, souple et localisé, leur libérant du temps. Ces deux types de biotechnologies ont donc facilité, de manière durable et évidente, le travail et la production par les agriculteurs brésiliens. »

 

 


-----------------------------------------------------

 

 


1 - Dilma Rousseff réélue de justesse présidente du Brésil

 

La présidente de gauche, candidate du Parti des travailleurs (PT) l’a emporté avec 51,45% des voix contre 48,55% au candidat du Parti social-démocrate brésilien (PSDB), selon des résultats quasi définitifs portant sur un décompte de 98% des bulletins de vote. «Merci beaucoup!», a immédiatement réagi sur son compte Twitter la candidate. La différence s’est jouée sur à peine trois millions de vote, alors que 142,8 millions d’électeurs étaient convoqués aux urnes. C’est l’élection la plus disputée de l’histoire récente du pays. Malgré les nuages économiques et les affaires de corruption, les Brésiliens ont opté à une courte majorité pour la poursuite de ce cycle initié par l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2012), resté extrêmement populaire au Brésil. Comme prévu, la présidente l’a largement emportée dans les régions pauvres du Nord-Est. Mais si elle a largement perdu dans l’Etat de Sao Paulo, fief du PSDB, elle a remporté une large victoire dans les deux grands Etats de Rio et de Minas Gerais, – le bastion de M. Neves – dans le sud sud-est industrialisé. 


 


Le candidat de centre-droit promettait, sans toucher aux programmes sociaux populaires de la gauche, un choc de gestion libéral pour relancer l’économie brésilienne en panne et lutter contre l’inflation et la corruption qui fragilisent le PT. Après la campagne électorale la plus virulente de l’histoire récente du Brésil, qui a creusé le clivage droite-gauche, le vote s’est déroulé calmement. A l’exception de l’assassinat d’un jeune électeur dans le nord du pays, abattu par balles par un inconnu apparemment dans un règlement de compte, selon la police. Cette campagne électorale, émaillée d’attaques personnelles, a scindé le pays en deux blocs, selon les appartenances sociales: les plus pauvres en faveur de la présidente Dilma Rousseff, les plus aisés pour le candidat «du changement». Dilma Rousseff a finalement remporté la bataille au centre, au sein des classes moyennes intermédiaires du sud-est industrialisé du pays. 


Elue en 2010 dans l’euphorie finissante de l’âge d’or de la présidence de son mentor Lula, l’ex-guérillera avait hérité d’une croissance économique annuelle de 7,5%. Elle a amplifié les programmes sociaux qui bénéficient à un quart des 202 millions de Brésiliens, lui valant un large soutien dans les couches populaires et les régions pauvres du Nord-Est. Mais elle a été confrontée à des vents hostiles: quatre années de croissance au ralenti jusqu’à l’entrée en récession au premier semestre, revendications d’une classe moyenne dont l’ascenseur social est tombé en panne, scandales de corruption qui ont terni l’image du PT. 

 

Dans la campagne acharnée de l’entre-deux tours, la présidente avait mis en garde contre le retour aux potions d’austérité douloureuses administrées par l’ancien président social-démocrate Fernando Henrique Cardoso (1995-2002). Et comme la crise n’a pas affecté le plein-emploi (5% de chômage) et le salaire minimum continue d’augmenter, elle a fait pencher la balance en sa faveur. Rousseff n’aura pas la tâche facile pour son second mandat de quatre ans. Elle devra redresser l’économie et mieux répondre aux attentes nouvelles de la classe moyenne, face à un parlement morcelé et plus conservateur qu’en 2010 et des milieux d’affaires qui l’ont prise en grippe en raison de son interventionnisme.

 

AFP / 26 octobre 2014 

 

http://www.liberation.fr/monde/2014/10/26/dilma-rousseff-reelue-presidente-du-bresil-avec-5145-des-voix_1130252



-----------------------------------------------------

 

 

 

2 - Brésil : les trois chantiers de Dilma Rousseff

 

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a été réélue de justesse dimanche 26 octobre au second tour. Avec 51,6 % des suffrages contre 48,4 % pour son adversaire, Aecio Neves, elle obtient le plus faible écart de voix depuis la fin du régime militaire (1964-1985) et l’instauration du scrutin présidentiel au suffrage universel en 1989. A peine réélue, Dilma Rousseff a esquissé, dimanche soir à Brasilia, ses trois priorités : la réforme des institutions, la lutte contre la corruption et la relance d’une économie à la peine.

 

La réforme de la Constitution

L’idée n’est pas inédite. Depuis des années, la réforme du système politique, indispensable dans un système à bout de souffle avec 28 partis représentés au Congrès de Brasilia, revient périodiquement sur le devant de la scène. Mais aucun gouvernement n’a encore osé mettre en œuvre ce vaste chantier. Quelques semaines après le début de la fronde sociale de juin 2013, Dilma Rousseff avait proposé un changement des règles en créant une assemblée constituante chargée de préparer une profonde « réforme politique ». La proposition avait été retirée au bout de 48 heures devant le rejet d’une majorité de députés, soutenus même par une partie des élus du Parti des travailleurs.

Dimanche soir, Dilma Rousseff a fait de cette réforme la priorité de son second mandat. Sans dévoiler le contenu de son projet (financement des partis, représentativité électorale, modede scrutin, etc.), la présidente a promis de promouvoir cette réforme en dialoguant avec le Parlement et en consultant les Brésiliens par référendum. L’éventualité d’une réforme constitutionnelle menée par une assemblée constituante viserait à passer outre le barrage des parlementaires, peu motivés par l’idée d’une perte de certains privilèges.



La lutte contre la corruption

La corruption s’est imposée comme un thème central de la campagne présidentielle. Face aux affaires, l’intolérance des Brésiliens vis-à-vis de ce fléau n’a cessé de croître. Avec un montant difficile à mesurer en termes financiers, le préjudice pour le pays s’élève, au bas mot, à 0,5 % du PIB, selon le site Internet Congresso em FocoDe nouvelles bases légales ont été établies lors du premier mandat de Dilma Rousseff. Le Sénat a approuvé un projet de loi criminalisant la corruption et la loi dite « Ficha limpa » (fiche propre) est entrée en application. La présidente, elle-même, a démissionné sept ministres en 2011 pour soupçons de corruption. Il n’empêche. Même si le PT a réussi à fairepasser l’idée que la corruption n’était pas sa marque exclusive, les scandales, comme celui impliquant le producteur de pétrole Petrobras, ont durablement terni son image.

Au cours de la campagne, Dilma Rousseff a promis de durcir les lois contre la corruption, dont celles qui punissent les fonctionnaires convaincus d’enrichissement illégal. Dès dimanche soir, elle a insisté sur le fait qu’elle allait chercher à appliquer davantage les lois déjà votées, et sévir contre l’« impunité qui protège les corrompus ».

 

La relance de l’économie

Elue en 2010 dans l’euphorie finissante de l’âge d’or de la présidence Lula, Dilma Rousseff a hérité d’une croissance économique annuelle de 7,5 %. Cette année, Brasilia ne table plus que sur 0,7 % de hausse de PIB – voire 0,3 % selon l’OCDE. En 2015, le pays ne devrait pas connaître une croissance supérieure à 1,7 % selon les prévisions les plus optimistes, une estimation en dessous de la moyenne mondiale et très loin des autres grands émergents du club des Brics.

 

Attaquée sur son maigre bilan marqué par une croissance ralentie et une inflation qui frôle le plafond officiel (6,5 %), la présidente a évoqué ces derniers mois un contexte internationaldégradé, assurant qu’elle a créé les bases d’un nouveau cycle de croissance. Le chômage est certes à un plus bas historique (4,9 % en septembre) mais de nombreux autres indicateurs ont basculé dans le rouge. Les exportations ont diminué et devraient être pénalisées par la baisse des cours des matières premières. L’industrie, elle, peine à retrouver un nouveau souffle et le coût de la vie est devenu de plus en plus élevé.

 

Dilma Rousseff a promis de mener une réforme fiscale et de continuer à augmenter le salaire minimum. Elle a également réaffirmé son engagement en faveur de la discipline budgétaire et à contenir l’inflation. Dès lundi, Mme Rousseff devait se mettre au travail pour trouver un successeur à Guido Mantega, l’ex-ministre des finances lâché par la présidente afin dedonner des gages aux marchés et aux investisseurs tentés par le candidat Neves. Selon les spécialistes, une des difficultés du futur ministre sera de rétablir les canaux de communication avec les différents secteurs économiques avides de réformes structurelles. La Bourse de Sao Paulo, la principale place financière du Brésil, a chuté de 6 % lundi peu après l’ouverture de la séance, au lendemain de la réélection de Dilma Rousseff.

 

La tâche de Dilma Rousseff et de son futur gouvernement sera d’autant plus difficile que la coalition gouvernementale a été affaiblie au Congrès. Lors des législatives du 5 octobre, son Parti des travailleurs (PT) est passé de 88 à 70 élus. Il garde certes avec son allié de la coalition gouvernementale, le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), la majorité au Congrès, mais la majorité devra désormais composer avec un nombre inédit d’élus conservateurs.

 

LE MONDE | 27.10.2014/ Mis à jour le 27.10.2014 / Par Nicolas Bourcier (Rio de Janeiro, correspondant)

 

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/10/27/bresil-les-trois-chantiers-de-dilma-rousseff_4513288_3222.html


La présidente Dilma Rousseff lors d'un débat télévisé le 17 octobre 2014 à Sao Paulo, Miguel Schincariol AFP 


----------------------------------------------------------

 

 

3 - Brésil : Contexte politico-économique

 

Le contexte économique du Brésil : La conjoncture économique

Le Brésil est la sixième économie mondiale. Des politiques fiscales et monétaires prudentes couplées à des réformes microéconomiques ont permis à l'économie brésilienne de résister à la crise mondiale. Après une très forte croissance, l'économie a montré des signes d'essoufflement, à cause de la stagnation des prix des matières premières d'exportation, du tassement de la consommation intérieure lié à l'endettement des ménages et de la baisse des investissements. La croissance a été faible en 2012. Elle est repartie à la hausse en 2013 (2,5%) et l'inflation a été de 6%. La croissance économique devrait garder le même rythme en 2014.

La présidente Dilma Rousseff s'est engagée à poursuivre la politique de Lula, son prédécesseur. Mais son interventionnisme freine les investisseurs. Priorité a été donnée à la relance de l'économie et à la stimulation des investissements étrangers. Plusieurs difficultés freinent le potentiel brésilien : la forte appréciation de la monnaie, le délabrement des infrastructures et les inégalités sociales et géographiques. Le Plan d'accélération de la croissance prévoit entre autres un vaste programme de soutien au crédit et au financement des investissements (enveloppe de 660 milliards d'euros), et des mesures budgétaires de long terme.

 

Le gouvernement veut également contenir l'inflation et réduire la dette publique, qui s'élève à plus de 60% du PIB. Mais les mesures de soutien à la croissance prennent du retard, le gouvernement les appliquant inégalement. En outre, le pays doit entamer des réformes structurelles, dont la modernisation du système fiscal. Les salaires sont taxés à 58% et la part des taxes dans le PIB (36%) est la plus élevée des pays émergents. Il en va de même des taxes à la consommation. Enfin, le système de retraites est hypertrophié. Mi-2013, un vaste mouvement de contestation populaire a éclaté, critiquant la vétusté des infrastructures de transport et des services publics, le mauvais état du système éducatif, le coût de la vie et les dépenses pour la Coupe du Monde de football 2014. Les investissements publics sont insuffisants pour assurer une croissance durable et les investissements privés ont baissé en 2013. Les observateurs soulignent la fragilité du pays en cas de choc externe. Malgré ces problèmes, le Brésil dispose de multinationales efficaces, d'un secteur agroalimentaire performant, de réserves de change importantes (376 milliards de dollars) et d'une Banque publique de développement puissante.

Malgré les bonnes performances économiques, les problèmes sociaux sont importants. Le pays demeure l'un des plus inégalitaires du monde. Il existe de fortes disparités régionales et on assiste à une montée de la délinquance et de la violence criminelle. Le taux de chômage (5,4%) se situe proche de son plus bas niveau historique, mais le travail informel est important. Malgré des résultats inégaux, ces deux dernières années 22 millions de personnes sont sorties de l'extrême pauvreté.

 


Indicateurs de croissance

2010

2011

2012

2013

2014 (e)

PIB (milliards USD)

2.142,91

2.474,64

2.253,09e

2.190,22e

2.169,80

PIB (croissance annuelle en %, prix constant)

7,5

2,7

0,9e

2,5e

2,5

PIB par habitant (USD)

10.992e

12.584e

11.359e

10.958e

10.773

Solde des finances publiques (en % du PIB)

-3,8

-3,0

-2,7e

-3,0e

-3,2

Endettement de l'Etat (en % du PIB)

65,0

64,7

68,0e

68,3e

69,0

Taux d'inflation (%)

5,0

6,6

5,4e

6,3e

5,8

Taux de chômage (% de la population active)

6,7

6,0

5,5

5,8

6,0

Balance des transactions courantes (milliards USD)

-47,27

-52,47

-54,23e

-74,01e

-68,56

Balance des transactions courantes (en % du PIB)

-2,2

-2,1

-2,4e

-3,4e

-3,2

Source : FMI - World Economic Outlook Database - dernières données disponibles.

Note : (e) Donnée estimée

 


Les principaux secteurs économiques

Le Brésil dispose de ressources naturelles abondantes et son économie est relativement diversifiée.

Grande puissance agricole, le Brésil est le premier producteur mondial de café, de canne à sucre et d'oranges, l'un des premiers producteurs de soja et le pays attire de nombreux groupes mondiaux de l'agroalimentaire et des biocarburants. Le Brésil a le plus grand troupeau de bétail commercial du monde. Pour autant, la part de l'agriculture dans le PIB est relativement faible, représentant seulement 5,5%, mais ce secteur assure 40% des exportations. Les forêts couvrent la moitié du territoire national, avec la plus grande forêt ombrophile du monde située dans le bassin d'Amazone. Le Brésil est le quatrième exportateur mondial de bois.


 

 


Le Brésil est également un grand pays industriel. L'exploitation de sa richesse en minerais a fait de lui le deuxième exportateur mondial de fer et l'un des principaux producteurs d'aluminium et de houille. Producteur de pétrole, le Brésil envisage l'autosuffisance à court terme (ses réserves pourraient en faire l'un des cinq principaux producteurs de pétrole). Le pays s'impose de plus en plus dans les secteurs du textile, de l'aéronautique, de la pharmacie, de l'automobile, de la sidérurgie et de l'industrie chimique. La plupart des grands fabricants d'automobile ont établi leurs unités de production dans le pays. Le secteur industriel contribue à plus du quart du PIB mais connaît un fort ralentissement auquel le plan "Brazil Maior" tente de remédier.

Le secteur tertiaire représente les deux tiers du PIB et emploie 60% de la population active. Le pays s'est lancé ces dernières années dans la production de services à haute valeur ajoutée, notamment dans les domaines de l'aéronautique et des télécommunications.

  

Répartition de l'activité économique par secteur

Agriculture

Industrie

Services

Emploi par secteur (en % de l'emploi total)

15,3

21,9

62,7

Valeur ajoutée (en % du PIB)

5,7

25,0

69,3

Valeur ajoutée (croissance annuelle en %)

7,3

2,2

2,0

Source : Banque Mondiale - dernières données disponibles.

 

http://www.planet-expert.com/fr/pays/bresil/contexte-economique

 

 


-----------------------------------------------------------

 

 

 

4 - Le Brésil : un géant émergent et 7e économie mondiale

 

Géant émergent d'Amérique latine et septième économie mondiale, le Brésil qui élit dimanche son nouveau président, est un pays continent de 202 millions d'habitants en pleine mutation sociale, grand exportateur de matières premières.

 

-SITUATION GEOGRAPHIQUE: Le Brésil s'étend sur 7.400 km de côtes, le long de l'océan Atlantique à l'est. Frontières avec Guyana, Surinam, Guyane française, Venezuela, Uruguay, Argentine, Paraguay, Bolivie, Pérou, Colombie. Il abrite la majeure partie de la forêt amazonienne.

-SUPERFICIE: 8.514.215 km2 (la moitié de l'Amérique du Sud).

-POPULATION : 202 millions d'habitants, dont 84,3 vivent en zones urbaines. 47,7% sont des Blancs, plus de 50% des Noirs (7,61%) ou métis (43,13%).

 

-CAPITALE: Brasilia (2,7 millions d'habitants). Autres villes principales: Sao Paulo (capitale économique, 11,8 millions d'habitants) et Rio de Janeiro (6,4 millions).

-LANGUE OFFICIELLE: portugais.

-RELIGION: Plus grand pays catholique du monde, avec 123 millions de fidèles (environ 65% de la population), d'après l'Institut brésilien de géographie et de statistiques (IBGE, 2010). Avec plus de 40 millions de fidèles, les évangéliques, en particulier les pentecôtistes, sont en forte progression (22,2,% de la population).

 

-HISTOIRE: Sous domination portugaise depuis 1500, le Brésil devient une monarchie indépendante en 1822 et une République en 1889. L'esclavage est aboli en 1888. Le pays vit sous une dictature militaire de 1964 à 1985.

La première élection présidentielle au suffrage universel direct se déroule en 1989. Fernando Collor de Mello est élu président, mais démissionne en 1992 à la suite d'accusations de corruption.

De 1995 à 2002, le social-démocrate Fernando Henrique Cardoso est à la tête du pays et entreprend un vaste programme de privatisations.

En 2003, Luiz Inacio "Lula" da Silva du Parti des travailleurs (PT) lui succède et devient le premier président de gauche du Brésil, réélu en 2006.

La présidente actuelle, Dilma Rousseff (PT), l'héritière de Lula, est élue en octobre 2010. En 12 ans de gouvernements PT, 40 millions de Brésiliens pauvres rejoignent la classe moyenne.

 

-INSTITUTIONS POLITIQUES: République fédérale (26 Etats, plus le district fédéral de Brasilia). Démocratie présidentielle avec un président et un vice-président élus au suffrage universel pour 4 ans.

 



-ECONOMIE

Après une hausse du PIB de 7,5% en 2010, l'économie brésilienne ralentit (2,7% en 2011, 1% en 2012, 2,5% en 2013). Le pays est entré en récession au premier semestre mais devrait croître en 2014 entre 0,3% (analystes) et 0,9%, (gouvernement). Le Brésil est le premier producteur et exportateur mondial de café, sucre, jus d'orange et éthanol à base de canne à sucre. Il est également l'un des leaders mondiaux du soja, coton, maïs, tabac et fer.

Autosuffisant en pétrole depuis 2006, il prévoit de doubler sa production pétrolière d'ici à 2020, à plus de 4 millions de barils/jour, grâce aux énormes réserves présalifères en eaux profondes. Le pays dispose de 15,6 milliards de barils de brut de réserves prouvées et des réserves totales estimées à 30,2 milliards de barils de brut, selon l'Agence nationale du pétrole, du gaz naturel et des biocombustibles (ANP). L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit que le pays deviendra le 6e producteur mondial de pétrole en 2035.

Autres secteurs importants : construction automobile, aviation civile, électroménager et textile, mines.

CHIFFRES 2013 (Banque Mondiale)

-PIB: 2.190 milliards de dollars (FMI)

-PIB/habitant: 11.208 dollars

-Inflation: 6,2%

-Chômage: 5,4% (FMI, 2013)

-Monnaie: le réal

-FORCES ARMEES : 327.710 personnes (Institut international d'études stratégiques, IISS, 2013), 190.000 dans l'Armée de Terre, 59.000 dans la Marine et 69.500 dans l'Armée de l'Air).

 

26 octobre 2014

 

doc/bc-pal/jr

http://www.afp.com/fr/info/le-bresil-un-geant-emergent-et-7e-economie-mondiale

 


----------------------------------------------------------

 

 

 

5 - Le carnet de commandes d'Embraer atteint un niveau record à 22 milliards de dollars

 

Le carnet de commandes fermes du constructeur aéronautique brésilien Embraer a atteint le plus gros montant de son histoire à la fin du troisième trimestre 2014, à 22 milliards de dollars, a indiqué mercredi 15 octobre l'entreprise dans un communiqué. Une performance qui s'explique notamment par la signature du contrat du nouvel avion de transport militaire KC-390 et de nombreuses commandes dans le civil. Embraer, porté par la croissance du marché aéronautique. Le carnet de commandes fermes de l'avionneur brésilien a atteint le plus gros montant de son histoire à la fin du troisième trimestre de cette année: 22 milliards de dollars, a indiqué mercredi 15 octobre l'entreprise dans un communiqué.

 


Afflux de commandes dans le civil et le militaire

Le constructeur Embraer, troisième fabricant mondial d'avions commerciaux derrière Boeing et Airbus, explique que les commandes ont été tirées à la hausse par la signature du contrat du nouvel avion de transport militaire KC-390 et une commande ferme de 50 avions par Republic Airways, qui seront utilisés par United Airlines. Au troisième trimestre, Embraer a également enregistré une commande ferme de 15 E-jets des modèles E170 et E190 par Japan Airlines.

En juin, le montant du carnet de commandes d'Embraer s'élevait à 18,1 milliards de dollars. En 2013, l'avionneur brésilien, dont le siège est à Sao José dos Campos, à 80 km de Sao Paulo, a enregistré des bénéfices net de 342 millions de dollars, en baisse de 1,7% par rapport à 2012. Au deuxième semestre 2014, Embraer a annoncé des bénéfices de 143,4 millions de dollars.

 

Par Julien Bonnet - Publié le 16 octobre 2014

 

http://www.usinenouvelle.com/article/le-carnet-de-commandes-d-embraer-atteint-un-niveau-record-a-22-milliards-de-dollars.N291564

 


--------------------------------------------------------------

  

 

6 - Finance, technologies : le Brésil devant la Chine

  

Si la Chine reste la première destination mondiale des investissements étrangers, le Brésil est plus attractif dès qu'il s'agit de haute technologie et de services financiers, révèle une étude de PwC. Selon une étude du cabinet d'audit PwC (PricewaterhouseCoopers) réalisée auprès de 227 chefs d'entreprises, publiée lundi, 56% des dirigeants interrogés disent préférer la Chine à d'autres économies pour investir, devant le Brésil (52%), l'Inde (37%) les États-Unis (34%) et le Mexique (26%). Mais ils s'y intéressent prioritairement pour des opérations industrielles et commerciales de base. Ils sont en revanche 80% à lui préférer le Brésil s'il s'agit de technologie de pointe et des métiers de l'information. Brésil qu'ils placent en tête également, pour 55 % d'entre eux, pour le secteur des services financiers.


Bien que le gouvernement chinois veuille «élargir l'expertise des entreprises chinoises en amont de la chaîne de valeur», note l'étude, «moins de 30% de répondants estiment que ce courant vers une économie plus centrée sur l'innovation aura un impact sur leurs activités». Et c'est encore le coût du travail qui reste l'une des principales raisons des investissements étrangers en Chine, même si celle-ci est désormais classée derrière l'Inde dans ce domaine.


 


Corruption, poids de l'État

L'an dernier, la Chine a attiré pour 111,7 milliards de dollars d'investissements directs étrangers, soit 3,7% de moins qu'en 2011. Mais depuis le début 2013 ils sont repartis à la hausse: 29,9 milliards de dollars au premier trimestre, en progression de 1,4% sur un an. Bien que 70% des dirigeants travaillant avec la Chine «prévoient d'y développer leurs investissements au cours des cinq années à venir», ils formulent trois grandes critiques envers le pays. 73% des chefs d'entreprise souhaitent un renforcement de la lutte contre la corruption. 53% veulent une réduction de l'intervention de l'État dans le domaine économique et une «plus grande transparence». Et 30% réclament une «accélération de la réforme des marchés de capitaux».

Si ces dirigeants privilégient en Chine les fusions acquisitions (43%) et les créations d'entreprise (44%), ils auraient intérêt, poursuit PwC, à «déplacer leurs industries très demandeuses en personnel dans la Chine de l'Ouest et du Centre, car ces régions rassemblent la moitié de la population et du PIB». Mais le cabinet reconnaît que c'est encore un «challenge», et que le pays devra multiplier les mesures incitatives, comme les primes et les exonérations de taxes, pour les attirer.

Autre défi à relever pour les Chinois: former des vrais talents. «Seul un dirigeant sur quatre (27%) cite la présence d'un vivier de talents qualifiés comme un facteur ayant influencé sa décision d'investir en Chine. Selon eux, l'Inde possède un réservoir de talents qualifiés plus important, qui peut faire la différence pour attirer les investissements pour les secteurs à forte valeur ajoutée», souligne le cabinet d'audit.

 

Par Arnaud Rodier/ Publié le 22/04/2013 

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/04/22/20002-20130422ARTFIG00451-finance-technologies-le-bresil-devant-la-chine.php

 

 


-------------------------------------------------------------

 


7 - Brésil : quand l’agriculture biotechnologique dépasse l’agriculture conventionnelle

 

L’entreprise de consulting Céleres a publié début avril un rapport qui donne un aperçu global de l’utilisation des biotechnologies au Brésil. Les biotechnologies sont des innovations qui permettent de rendre des cultures plus résistantes à certaines agressions. Ainsi, des variétés de coton, de soja ou de maïs sont modifiées de manière à les rendre tolérants aux herbicides ou résistantes aux insectes ravageurs ou les deux à la fois.

Au vu des avantages notables qu’apportent ces technologies, il n’est pas surprenant que plus de 90% de la production brésilienne de soja, et 80% de la production de maïs, soient désormais basées sur leur utilisation. Les agriculteurs brésiliens ont semé plus de 40 millions d’hectares (sur 46, 2 millions) presque 88% des surfaces avec des graines génétiquement modifiées pour la campagne 2013/2014. La proportion de culture biotechnologique est de 91,8% en soja, 81,6% en maïs, et 65% en coton.




Désormais, l’agriculture biotechnologique a surpassé l’agriculture conventionnelle dans ce pays. Les biotechnologies apportent, en effet, de nombreux avantages : elles permettent à la fois de préserver les cultures, et de les gérer beaucoup plus facilement, car la menace des insectes est moindre. De même, la tolérance aux herbicides permet aux agriculteurs de mettre en œuvre un désherbage plus efficace, souple et localisé, leur libérant du temps.

Ces deux types de biotechnologies ont donc facilité, de manière durable et évidente, le travail et la production par les agriculteurs brésiliens.

 

Références : Céleres, Biotech Newsletter, April 2014

 

http://www.monsanto.com/global/fr/actualites/pages/biotechnologique-depasse-l-agriculture-conventionnelle.aspx

 

 


-------------------------------------------------------

 

 







Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page