Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 17/11/2014 à 23:57:31
AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition




« Le Président en exercice de la CEDEAO, SEM John Dramani Mahama, Président de la République du Ghana se félicite de la signature solennelle le 16 novembre 2014 de la Charte de la Transition et de la désignation le 17 novembre 2014 de S.E.M. Michel Kafando, en qualité de Président civil de la Transition, indique un communiqué de l’institution communautaire. »


Burkina Faso protests 

 

------------------------------------------

 

Michel Kafando lundi 17 novembre 2014 à Ouagadougou.

 

1 - Un diplomate désigné président de transition du Burkina Faso

 

L’épisode intégrera certainement le chapitre des originalités de cette « révolution » burkinabé. C’est au cœur de la nuit, à près de 4 heures du matin, lundi 17 novembre, que Michel Kafando a été nommé président de transition. A cette heure-là, devant si peu de témoins, les discours passionnés sont remis à plus tard et les promesses sont minimales. Dans ses premiers propos, le nouveau chef de l’Etat du Burkina Faso s’est donc limité aux formules obligées (« Plus qu’un honneur, c’est une redoutable responsabilité qui m’échoit, dont j’entrevois déjà les écueils et l’immensité »), avant d’assurer être « prêt à ne ménager aucun effort pour relever le défi » et vouloir tout mettre en œuvre pour « bâtir une nouvelle société, une société réellement démocratique basée sur la justice sociale, la tolérance ». Il faudra donc encore attendre pour en savoir plus sur les intentions de ce diplomate de carrière et sur les raisons qui ont présidé à son choix.

 

Michel Kafando n’est pas l’élu d’un scrutin populaire mais le fruit du consensus d’un collège de désignation composé de vingt-trois membres issus de différentes composantes de la société. Il n’est pas inenvisageable qu’au bout d’une nuit d’auditions et de tractations les « grands électeurs » issus des rangs de l’armée, des partis politiques de l’ancienne opposition, de la société civile et des organisations religieuses aient tranché en faveur d’un homme d’expérience, connaissant les rouages de l’Etat et les arcanes internationaux.

 

 


Pressions internationales

Au terme d'une nuit de tractations, le Burkina Faso s'est choisi un président de transition. Il s'agit du diplomate Michel Kafando, ancien ministre des Affaires étrangères et ambassadeur à l'ONU. Il doit rester en poste jusqu'aux élections prévues en novembre 2015. Sa candidature a été proposée par l'armée qui a pris le pouvoir après le départ de Blaise Compaoré sous la pression de la rue. Deux semaines après le départ du président, les militaires vont s'effacer pour faire la place à un gouvernement civil. L'actuel homme-fort du Burkina Faso, le lieutenant-colonel Isaac Zida aura donc respecté ses engagements auprès de l'Union africaine.

 

Agé de 72 ans, Michel Kafando a dirigé la diplomatie de l’ancienne Haute-Volta entre 1982 et 1983 et a également représenté son pays à deux reprises, entre 1981 et 1982 puis entre 1998 et 2011, comme ambassadeur auprès des Nations unies. Plus tôt, l’Eglise catholique avait fait savoir qu’aucun de ses membres ne briguerait la présidence, alors que l’archevêque de Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, a un temps fait figure de favori, la partie s’est jouée entre trois candidats. Outre M. Kafando, une ancienne ministre, Joséphine Ouédraogo, et un journaliste, Cherif Sy, postulaient à la fonction.

 

Depuis le 31 octobre et le départ en exil du président Blaise Compaoré, le Burkina Faso vit une transition à rythme soutenu. La charte qui détermine l’architecture institutionnelle de cette période devant mener à des élections dans un an a été signée dimanche et le nouveau chef de l’Etat devrait prêter serment vendredi 21 novembre. Les pressions internationales ne sont pas étrangères à cette accélération du calendrier, mais toute la question repose désormais sur l’avenir qui sera réservé au lieutenant-colonel Isaac Zida et plus généralement à l’armée.

 

L’officier a jusque-là parfaitement joué sa partition. Comme il l’avait promis, il a rendu le pouvoir aux civils dans les délais les plus brefs et s’est même offert le plaisir de célébrer dimanche son 49anniversaire aux commandes de l’Etat. Plusieurs sources à Ouagadougou lui prêtent l’intention de briguer le poste de premier ministre et lui-même a annoncé que son « retour dans les casernes » ne se ferait qu’à l’issue de la transition. Son discours, dimanche, lui a valu les acclamations du public de la Maison du peuple. Citant La Rochefoucauld pour saluer l’insurrection populaire du 30 octobre, « dans toutes les existences, on note une date où bifurque la destinée, soit vers une catastrophe, soit vers le succès », dénonçant « l’insistance insensée et la myopie politique » de Blaise Compaoré dans sa « forfaiture » pour se maintenir au pouvoir, il a peut-être donné des pistes pour le futur en reprenant quelques mots de Gandhi : « Notre pouvoir ne réside pas dans notre capacité à refaire le monde, mais dans notre habileté à nous recréer nous-même. »

 

LE MONDE/ 17.11.2014/ Mis à jour le 17.11.2014 / Par Cyril Bensimon

 

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2014/11/17/int-un-diplomate-designe-president-de-transition-du-burkina-faso_4524590_3212.html


Une charte de transition a été signée au Burkina le 16 novembre 2014


-----------------------------------------

 

 

  

2 - Michel Kafando, Président de la transition au Burkina Faso : la CEDEAO se félicite de la signature de la Charte

  

Le Président en exercice de la CEDEAO, SEM John Dramani Mahama, Président de la République du Ghana se félicite de la signature solennelle le 16 novembre 2014 de la Charte de la Transition et de la désignation le 17 novembre 2014 de S.E.M. Michel Kafando, en qualité de Président civil de la Transition, indique un communiqué de l’institution communautaire. « Ces actes démontrent une fois encore, la volonté du Peuple burkinabé, de ses Forces vives et de ses Forces de défense et de sécurité de privilégier l’intérêt supérieur de la nation. A cet égard, la CEDEAO encourage toutes les parties prenantes à respecter l’esprit et la lettre de la Charte de la Transition au cours de sa mise en œuvre, » lit-on sur la note. 


La CEDEAO considère aussi que la signature et l’entrée en vigueur de la Charte de la Transition, ainsi que la désignation du Président de la Transition consécutives à la levée de la suspension de la Constitution « sont des avancées positives qui ouvrent la voie à la mise en place d’une transition civile devant permettre le retour à une vie constitutionnelle normale à l’issue d’élections libres, démocratiques et inclusives, en conformité avec le Protocole de la CEDEAO sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance ». Au cours de cette période de transition, la CEDEAO exhorte les autorités à garantir la sécurité de tous les burkinabé sans exception, ainsi que la protection des personnes et des biens.

 

http://www.dakaractu.com/Michel-Kafando-President-de-la-transition-au-Burkina-Faso-la-CEDEAO-se-felicite-de-la-signature-de-la-Charte_a78701.html


Burkina : concessions des militaires  

 

--------------------------------------------

 

   

  

3 - Charte de la Transition au Burkina Faso

 

La Charte de la Transition énumère les grands contours de la vie politique au Burkina Faso, sur les douze mois à venir.

  

CHARTE DE LA TRANSITION

 

 "PREAMBULE

 

 Nous, représentants des partis politiques, des organisations de la société civile,des forces de défense et de sécurité, des autorités religieuses et coutumières du Burkina Faso, signataires de la présente  Charte,

 Nous fondant sur la Constitution du 2 juin 1991,

 Considérant le caractère populaire de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 ayant conduit à la démission du Président Blaise COMPAORE,

 Considérant le lourd tribut  payé par les filles et les fils du Burkina Faso,

 Considérant le combat pour la reprise du pouvoir par le Peuple,

 Considérant la contribution et le comportement patriotiques et républicains des forces de défense et de sécurité qui ont assuré la continuité du pouvoir d’Etat,

 Considérant la nécessité d’une transition politique, démocratique, civile, apaisée et inclusive,

 Considérant le nécessaire accompagnement de la Communauté internationale pour relever les défis majeurs auxquels le Burkina Faso sera confronté tout au long de la période de  la transition,

 Considérant notre attachement aux valeurs et principes démocratiques tels qu’inscrits dans la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance du 30 janvier 2007 de l’Union Africaine et dans le Protocole A/SP1/12/01 du 21 décembre 2001 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance,

 Tirant leçon de notre expérience politique et engagés à construire un véritable Etat de droit démocratique,

 Conscients de l’urgence de doter le Burkina Faso d’organes de transition afin de combler le vide institutionnel dans la conduite des affaires publiques, 

 Approuvons et adoptons la présente Charte de la transition qui complète la Constitution du 2 juin 1991 et dont le présent préambule est partie intégrante.

 

 

 TITRE I : DES VALEURS DE RÉFÉRENCE

 Article 1

Outre les valeurs affirmées par la Constitution en son préambule, la présente Charte consacre les valeurs suivantes pour guider la transition, ses organes et l’ensemble des personnalités appelées à la conduire :

le pardon et la réconciliation ;

l’inclusion ;

le sens de la responsabilité ;

la tolérance et le dialogue ;

la discipline et le civisme ;

la solidarité ;

la fraternité ;

l’esprit de consensus et de discernement.


 

TITRE II : DES ORGANES DE LA TRANSITION

 

Chapitre 1 : Du Président de la transition

 Article 2 

Le Président de la transition occupe les fonctions de Président du Faso et de Chef de l’Etat. Il veille au respect de la Constitution et  de la Charte de la transition.

 Ses pouvoirs et prérogatives sont ceux définis par la présente Charte et au Titre III de la Constitution du 2 juin 1991 à l’exception de ceux incompatibles avec la conduite de la transition.

 Son mandat prend fin au terme de la transition après l’investiture du Président issu de l’élection présidentielle.

Le Conseil constitutionnel statue en cas de litige.

 

 Article 3

Tout candidat aux fonctions de Président de la transition doit remplir les conditions suivantes :

_ être une personnalité civile ;

_ être burkinabè de naissance ;

_ être âgé de 35 ans au moins et de 75 ans au plus ;

_ être compétent ;

_ être intègre et de bonne moralité ;

_ être impartial ;

_ être une personnalité de notoriété publique ;

_ n’avoir jamais fait l’objet d’une condamnation ou d’une poursuite judiciaire pour crime ;

_ être reconnu pour son engagement dans la défense des intérêts nationaux ;

_ avoir une connaissance du fonctionnement des institutions et une expérience de leur gestion ;

_ n’avoir pas soutenu le projet de révision de l’article 37 de la Constitution ;

_ n’être affilié à aucun parti politique.

 

Il  ne saurait être une personne des forces de défense et de sécurité en activité, en disponibilité ou à la retraite.

 

Article 4

Le Président de la transition n’est pas éligible aux élections présidentielle et législatives qui seront organiséespour mettre finà la transition.

 La présente disposition n’est pas susceptible de révision.

 Article 5

Le Président de la transition est choisi par un Collège de désignation sur une liste de personnalités proposées par les partis politiques, les organisations de la société civile et les forces de défense et de sécurité à raison de trois (3) personnalités au plus par composante.

Article 6

La liste des personnalités de chacune des parties mentionnées à l’article 5 ci-dessus est déposée au siège du Collège de désignation sous pli fermé en trois (3) exemplaires dont l’original.

Article 7

 La désignation du Président de la transition se fait sur  la base des critères ci-après :

le caractère consensuel de la personnalité au niveau national ;

la capacité à conduire une nation et à gérer des situations de crise ;

la capacité à conduire avec neutralité et objectivité les élections présidentielle et législatives.

 

Article 8

Le Collège de désignation, qui prend en compte les jeunes et les femmes, se compose comme suit :

cinq (05) membres représentant les partis politiques ;

cinq (5) membres représentant les organisations de la société civile ;

cinq (5) membres représentant les forces de défense et de sécurité ;

huit(8) membres représentant les autorités religieuses  et coutumières.

 Excepté les représentants des partis politiques, les autres membres du Collège de désignation ne doivent pas être membres de l’organe dirigeant d’un parti politique.

 

Article 9

La procédure de désignation comporte deux (2) phases : une phase de  présélection et une phase de sélection.

La  présélection est opérée par le Collège de désignation en vue de retenir trois personnalités.

 La sélection est précédée d’un entretien avec chacune des trois personnalités présélectionnées sur les motivations de leur candidature.

 La sélection définitive se fait par consensus au sein du Collège de désignation. Le candidat  retenu est investi Président de la transition,  Chef de l’Etat,  par le Conseil constitutionnel.

 

Article 10

Au cours de la cérémonie d’investiture, le Président de la transition prête le serment suivant : « Je jure devant le peuple burkinabè et sur mon honneur de préserver, de respecter, de faire respecter et de défendre la Constitution, la Charte de la transition et les lois, de tout mettre en œuvre pour garantir la justice à tous les habitants du Burkina Faso ».

Le Président du Conseil constitutionnel reçoit la déclaration écrite du patrimoine du Président de la transition. Cette déclaration est publiée au Journal officiel.

Dans un délai maximum d’un mois suivant la fin de la transition, il reçoit une seconde déclaration écrite. Celle-ci est publiée au Journal officiel, accompagnée des justificatifs éventuels en cas d’augmentation du patrimoine.

Le Conseil constitutionnel, en relation avec la Cour des Comptes, veille à l’application des présentes et est investi de tous les pouvoirs pour vérifier le patrimoine des personnalités concernées.

Cette disposition s’applique également à tous les membres des organes de la transition institués par la présente Charte, à l’entrée et à la fin de leurs fonctions.

 

 Article 11

Lorsque le Président de la transition est empêché de façon temporaire de remplir ses fonctions, ses pouvoirs sont provisoirement exercés par le Premier ministre.

En cas de vacance de la Présidence de la transition pour quelque cause que ce soit, ou d’empêchement absolu ou définitif constaté par le Conseil constitutionnel saisi par le Gouvernement, le Premier ministre assure l’intérim en attendant la désignation d’un nouveau Président de la transition conformément aux dispositions de la présente Charte.

 

 


 Chapitre II : Du Conseil National de la Transition

 Article 12

Le Conseil national de la transition est l’organe législatif de la transition.

 Il est composé ainsi qu’il suit :

Trente  (30) représentants des partis politiques affiliés au CFOP ;

Vingt cinq (25) représentants des organisations de la société civile ;

Vingt cinq (25)représentants des forces de défense et de sécurité ;

Dix (10) représentants des autres partis.

 Sa composition prend en compte les jeunes et les femmes.

 Le Conseil national de la transition exerce les prérogatives définies par la présente Charte et au Titre V de la Constitution du 2 juin 1991 à l’exception de celles incompatibles avec la conduite de la transition.

 Le Conseil constitutionnel statue en cas de litige.

 Article 13

Les membres du Conseil national de la transition ne doivent pas être des personnes ayant ouvertement soutenu le projet de révision de l’article 37.

 Ils ne doivent pas avoir fait partie du dernier gouvernement dissout de la IVème République.

 Son Président est une personnalité civile élue par ses pairs.

Le Président du Conseil national de la transition n’est pas éligible aux élections présidentielle et législatives qui seront organiséespour mettre fin à la transition.

 

 

 Chapitre III : Du Gouvernement de la Transition

 Article 14

Le gouvernement de la transition  est dirigé  par un Premier Ministre nommé par le Président de la transition.

 Il exerce les prérogatives définies par la présente Charte et au Titre IV de la Constitution du 2 juin 1991 à l’exception de celles incompatibles avec la conduite de la transition.

 Le Conseil constitutionnel statue en cas de litige.

 Le gouvernement de la transition est constitué de vingt cinq (25) départements ministériels.

 Sa composition prend en compte les jeunes, les femmes et les syndicats.

 Article 15

 Les membres du gouvernement doivent remplir les conditions suivantes :

avoir la majorité civile ;

être de nationalité burkinabè ;

avoir les compétences requises ;

 être de bonne moralité.

Les membres du gouvernement de la transition ne doivent pas être des personnes ayant ouvertement soutenu le projet de révision de l’article 37.

 Ils ne doivent pas avoir fait partie du dernier gouvernement dissout de la IVème République.

 Article 16

Les membres du gouvernement de la transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielle et législatives qui seront organisées pour mettre fin  à la transition.

Article 17

Il est créé auprès du Premier Ministre une Commission de la réconciliation nationale et des réformes, chargée de restaurer et de renforcer la cohésion sociale et l’unité nationale.

Article 18

La Commission de la réconciliation nationale et des réformes est composée de sous-commissions dont notamment :

la sous-commission vérité, justice et réconciliation nationale ;

la sous-commission réformes constitutionnelles,  politiques et institutionnelles ;

la sous-commission réforme électorale ;

la sous-commission finances publiques et respect du bien public ;

la sous-commission gestion des médias et de l’information.

Une loi organique fixe les attributions, la composition, l’organisation et le fonctionnement de la Commission de la réconciliation nationale et des réformes.

 

 

 TITRE III  DE LA RÉVISION DE LA CHARTE DE LA TRANSITION

 Article 19

Par dérogation aux dispositions prévues par le Titre XV de la Constitution, l’initiative de la révision de la présente Charte appartient concurremment au Président de la transition et au tiers  (1/3) des membres du Conseil national de la transition.

 Le projet ou la proposition de révision est adoptée à la majorité des 4/5ème des membres du Conseil national de la transition.

 Le Président de la transition procède à la promulgation de l’acte de révision  conformément à l’article 48 de la Constitution  du 2 juin 1991.

 

 

 TITRE IV  DES DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES

Article 20

La durée de la transition ne peut excéder douze (12) mois à dater de l’investiture du Président de la transition.

Article 21

Les institutions de la période de la transition fonctionnent jusqu’à l’installation effective des nouvelles institutions.

 Article 22

La participation des Burkinabè de l’étranger à l’élection présidentielle qui sera organisée pour mettre fin à la transition, se fera conformément aux dispositions de la Constitution et du Code électoral.

 Article 23

Le mandat des membres du Conseil constitutionnel arrivé à échéance est prorogé, le cas échéant, jusqu’à la mise en place  des institutions de la transition.

 Article 24

La présente Charte entre en vigueur dès sa signature par les représentants des parties ci-dessus mentionnées dans le préambule.

 Sa promulgation intervient dès sa signature.

Article 25

En cas de contrariété entre la Charte de la transition et la Constitution, le Conseil constitutionnel statue.

 Les signataires :

Les partis Politiques :

 Partis affiliés au CFOP  

Autres partis politiques 

Organisations de la société civile

 

Forces de Défense et de Sécurité

 

Autorités religieuses et coutumières".

 

 

Source: Afriquinfos / 17/11/2014

 

http://malijet.com/actualite_internationale/116341-voici-le-contenu-de-la-charte-de-la-transition-au-burkina-faso.html

 


-------------------------------------------------

 

 http://en.academic.ru/pictures/enwiki/77/Memorial_ouaga2000_crop.jpg

 

4 - Perspectives économiques au Burkina Faso

 

_ En 2013, le Burkina Faso a subi les effets du faible niveau des cours de l’or sur le marché international. Malgré une conjoncture économique défavorable, le taux de croissance économique réel est resté fort (6.9 %), mais en baisse par rapport à 2012 où il a atteint 9 %. L’agriculture et les mines demeurent les principaux secteurs moteurs de la croissance économique en 2013.

 

_ La faible capacité d’absorption des dépenses d’investissements publics reste la principale faiblesse du système national de gestion des finances publiques. Cette situation constitue une contrainte à l’accélération du rythme de croissance économique et compromet les chances du pays dans l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en 2015.

 

_ Le Burkina Faso participe faiblement aux chaînes de valeur mondiales. Les principaux obstacles sont notamment l’accès aux infrastructures transnationales, l’accès et la fiabilité de l’énergie ainsi que la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée. Pour améliorer sa participation aux chaînes de valeur mondiales, le pays devra mettre en place de manière cohérente une stratégie qui cible le développement des chaînes de valeur.

  

L’activité économique au Burkina Faso est demeurée dynamique en 2013 malgré une croissance moins forte que l’année précédente. En effet, la croissance économique devrait se situer à 6.9 % en 2013 contre 9 % en 2012. Le repli de la croissance en 2013 s’explique par la baisse de l’activité minière en liaison avec le faible niveau des cours de l’or sur le marché international. En termes de perspectives de croissance économique en 2014, le pays devrait maintenir un rythme de croissance forte, de 7 %.

 

Les principaux secteurs moteurs de la croissance économique sont l’agriculture et les mines. Le secteur agricole pourrait profiter des mesures à gains rapides, concernant notamment l’accès aux intrants et aux matériels agricoles. Le secteur minier devrait connaître un essor en 2014, notamment grâce à l’augmentation de la production d’or. Les pressions inflationnistes devraient se réduire avec la baisse des prix des produits alimentaires grâce aux boutiques témoins mises en place par les pouvoirs publics sur tout le territoire national pour la distribution de produits de grande consommation à des prix accessibles aux populations à faible revenu. Elles devraient ainsi demeurer en dessous de la norme communautaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) de 3 % en2014 et 2015.


 


Le pays met en oeuvre un vaste programme d’infrastructures dans le cadre de sa stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD). Dans le domaine des infrastructures, les réalisations portent sur les travaux de construction (bâtiments, routes) dans le cadre des festivités de l’indépendance du pays et le bitumage des routes (Dédougou-Nouna-Frontière duMali, Ziniaré-Zitenga, Boromo-Sakoinsé). Il y a également le projet de construction de l’aéroport de Donsin qui se poursuit. Les grands travaux pour la réalisation des pistes d’atterrissage devraient commencer en 2014 et le chantier devrait être totalement achevé en 2017. Les pouvoirs publics ont également poursuivi la mise en oeuvre de grands programmes de développement de pôles de croissance dont notamment ceux de Bagré, du Sourou et de Samandéni. La faible capacité d’absorption des investissements publics étant une contrainte importante, le pays devrait réformer tout le travail de préparation et d’exécution des projets d’investissement en vue d’améliorer leurs résultats.

 

Au plan politique, le climat social est resté tendu en 2013 à cause de la volonté politique des autorités en place de réviser la constitution du pays pour permettre au président actuel debriguer un 5e mandat mais également en raison de la cherté de la vie. Les dernières élections couplées (législatives et municipales) de décembre 2012 s’étaient déroulées sans heurts majeurs et l’on s’attendait à une normalisation du climat socio-politique en 2013, après la grave crise sociale de 2011. Cela n’a pas été le cas : l’adoption en mai 2013 d’une loi pour la création d’un Sénat a été suivie de vives tensions marquées par des marches de protestation, organisées par certains partis politiques de l’opposition et des associations et mouvements de la société civile. Pour apaiser le climat social, le gouvernement a ralenti le processus de création du Sénat, et a pris en septembre 2013 des mesures sociales pour faire face à la vie chère.

Toutefois, les pouvoirs publics entendent procéder à la mise en place effective du Sénat et à la révision de l’article 37 de la Constitution sur la limitation du nombre de mandats. La perspective de la prochaine élection présidentielle de 2015 constitue donc une période à risque pour le pays. Le principal défi au plan politique sera donc de réussir une transition politique apaisée en 2015.

 

 


Tableau 1 : Indicateurs Macroéconomiques

 

2012

2013(e)

2014(p)

2015(p)

Croissance du PIB

9

6.9

7

6.3

Taux de croissance du PIB réel par habitant

6.1

4.1

4.2

3.5

Inflation

3.8

2.1

1.7

1.9

Solde budgétaire (% PIB)

-3.1

-3.2

-3.6

-4.7

Compte courant (% PIB)

-0.8

-0.7

-1.5

-1.4

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

 

Auteur: Tankien Dayo

 

http://www.africaneconomicoutlook.org/fr/pays/afrique-de-louest/burkina-faso/

 

 


-------------------------------------------------------------



 

 





 




Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page