Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 19/12/2014 à 09:06:59
MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale





1 – « La Chine estime que la Russie est en mesure de surmonter la crise économique qu'elle traverse actuellement, a déclaré jeudi à Pékin le chef de la diplomatie chinoise Qin Gang. "La Chine suit les récentes fluctuations violentes du rouble. Nous voyons aussi que le gouvernement russe prend des mesures pour stabiliser la situation. La Russie est un des pays du G20 dont la dette publique représente une petite partie du PIB. La Russie dispose également de réserves naturelles importantes, d'une industrie développée et nous croyons que la Russie est capable de surmonter ces difficultés temporaires", a indiqué le ministre chinois. »

 


2 – « La Russie n’attaquent pas l’Occident comme on le fait croire à Washington et Bruxelles et les accusations d’attiser la tension militaire lancées à Moscou, sont dénuée de fondement. C’est que la Russie ne possède que deux bases militaires dans « l’étranger proche » alors que les bases militaires américaines y compris celles dotées d’armes nucléaires, sont disséminées aux 4 coins du monde. Néanmoins, la Russie a commencé à défendre plus fermement ses intérêts. C’est cela précisément et non pas le rattachement de la Crimée qui est à l’origine de la crise actuelle dans les relations avec l’Occident, a fait valoir Vladimir Poutine : « Nous avons plus d’une fois entendu dire par la bouche des personnages officiels qu’il est injuste que la Sibérie avec ses fabuleuses richesses appartienne à la Russie. Comment cela, injuste ? Et subtiliser le Texas au Mexique, c’est juste ? Que nous soyons maîtres sur nos propres terres, c’est donc injuste ! La Crimée n’a rien à voir là-dedans parce que nous défendons tout simplement notre indépendance, notre souveraineté et notre droit à l’existence. C’est précisément ce que nous devons tous comprendre. Et si on parlait de menace, elle vient des États-Unis qui déploient leur bouclier antimissile en Europe de l’Est : en Roumanie et en Pologne, à proximité immédiate de nos frontières », a déclaré le président. »

 

 


-----------------------------------------------

 

 

 

1 - Conférence de presse de Poutine : 53 questions en 3 heures

 

Le président russe Vladimir Poutine a répondu jeudi à 53 questions lors de sa grande conférence de presse annuelle, soit une question de plus qu'en 2013. La 10e grande conférence de presse de M. Poutine au poste de président a duré 3 heures et 10 minutes, contre 4 heures et 5 minutes l'an dernier. Les questions ont été posées par 38 journalistes dont 30 russes et 8 étrangers.

M. Poutine donne des conférences de presse annuelles depuis juillet 2001. En 2008, sa 7e conférence de presse a battu les records de durée (4 heures 40 minutes), de nombre de journalistes accrédités pour couvrir cette manifestation (1.364) et de réponses (106) données par le président.

 

MOSCOU, 18 décembre 2014/ RIA Novosti/ La Voix de la Russie


http://french.ruvr.ru/2014_12_18/Conference-de-presse-de-Poutine-53-questions-en-3-heures-3927/

 



--------------------------------------------


  

1 - Les trois citations à retenir de l'intervention de Vladimir Poutine

 

Alors que la Russie traverse l'une des plus graves crises économiques de son histoire post-soviétique, Vladimir Poutine a tenté, jeudi 18 décembre, de rassurer les marchés et la population, lors de sa conférence de presse annuelle, à Moscou. Il est également revenu sur la crise ukrainienne et a accusé les Occidentaux de créer un nouveau "mur" en Europe. Francetv info a retenu trois citations marquantes.

 

1 - Sur l'Ukraine : "L'Occident se comporte comme un empire qui veut faire marcher au pas ses vassaux"

Le locataire du Kremlin n'a pas changé de ton sur l'Ukraine. Il a taxé les autorités de Kiev de mener une "opération punitive" contre les rebelles de l'Est. Il a également accusé les Occidentaux de créer un nouveau "mur" en Europe. "Il s'agit d'un mur virtuel, mais il commence déjà à être construit", a déclaré le chef de l'Etat russe, interrogé sur le climat de confrontation entre Russes et Occidentaux. "Le bouclier antimissile près de nos frontières, ce n'est pas un mur ? Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils étaient désormais un empire, et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas."


 

2- Sur le rouble : "Les choses auraient pu être faites plus efficacement"

Reconnaissant que la chute du rouble constitue une préoccupation nationale, Vladimir Poutine a admis que "les choses auraient pu être faites plus efficacement pour soutenir la stabilité du marché" et que des décisions auraient pu être prises "plus rapidement". Le président russe a jugé toutefois que le gouvernement et la Banque centrale avaient pris les mesures appropriées, les problèmes rencontrés par l'économie russe étant liés à des "facteurs extérieurs", et notamment aux sanctions des pays occidentaux liées à la crise en Ukraine, selon le leader russe.

 

 

3- Sur l'économie : "La situation peut durer deux ans mais elle peut se corriger avant"

Vladimir Poutine a promis aux Russes une sortie dans les deux ans de la sévère crise économique dans laquelle est plongé le pays, accentuée par l'effondrement du rouble. Le président russe a avoué la difficulté à établir une quelconque prévision face à "de nombreux facteurs d'incertitude". Signe que le marché n'est pas complètement rassuré, la monnaie russe, en hausse en début de journée, a baissé après les premiers propos du président.

 

Par Simon Gourmellet/ Mis à jour le 18/12/2014/ Publié le 18/12/2014

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/russie/pour-vladimir-poutine-l-occident-se-comporte-comme-un-empire-qui-veut-faire-marcher-au-pas-ses-vassaux_775847.html

 



-----------------------------------------------

 

 

3 – RUSSIE : le Président Poutine reconnaît sa responsabilité

 

Le chef de l'Etat russe assume l'entière responsabilité de tout ce qui se passe dans le pays, y compris la chute du rouble, a indiqué le président Vladimir Poutine lors de sa grande conférence de presse annuelle.

"La responsabilité de tout ce qui se passe dans le pays incombe toujours au chef de l'Etat et à ceux qui le suivent dans la hiérarchie", a déclaré Vladimir Poutine. "Je ne me suis jamais soustrait à cette responsabilité, et je n'ai pas l'intention de le faire", a ajouté le président russe.

 

http://fr.ria.ru/politique/20141218/203256275.html

 

 


-------------------------------------------------

 

 

4 – La Russie surmontera la crise économique (Pékin)

 

La Chine estime que la Russie est en mesure de surmonter la crise économique qu'elle traverse actuellement, a déclaré jeudi à Pékin le chef de la diplomatie chinoise Qin Gang. "La Chine suit les récentes fluctuations violentes du rouble. Nous voyons aussi que le gouvernement russe prend des mesures pour stabiliser la situation. La Russie est un des pays du G20 dont la dette publique représente une petite partie du PIB. La Russie dispose également de réserves naturelles importantes, d'une industrie développée et nous croyons que la Russie est capable de surmonter ces difficultés temporaires", a indiqué le ministre chinois.

Le gouvernement et la Banque centrale de Russie ont tenu mardi et mercredi des réunions conjointes consacrées à la stabilisation de la situation sur le marché des changes et dans le secteur financier. Ils ont déjà pris des mesures permettant au rouble de se reprendre après avoir connu le 15 décembre son plus fort décrochage depuis le défaut de paiement de 1998.

 

http://fr.ria.ru/world/20141218/203256134.html

 

 


----------------------------------------------------

 

  

5 - Vladimir Poutine parle des intérêts nationaux, des murailles contre le Kremlin et contre le peuple russe

 

Les « murs » entre la Russie et l’Occident, le règlement de la crise en Ukraine et le développement des relations avec l’Iran sont quelques-uns seulement des sujets évoqués lors de la grande conférence de pressé accordée par le président Poutine qui avait mis plus de 3 heures à répondre aux questions des journalistes.

La Russie n’attaquent pas l’Occident comme on le fait croire à Washington et Bruxelles et les accusations d’attiser a la tension militaire lancées à Moscou, sont dénuée de fondement. C’est que la Russie ne possède que deux bases militaires dans « l’étranger proche » alors que les bases militaires américaines y compris celles dotées d’armes nucléaires, sont disséminées aux 4 coins du monde. Néanmoins, la Russie a commencé à défendre plus fermement ses intérêts.


 


C’est cela précisément et non pas le rattachement de la Crimée qui est à l’origine de la crise actuelle dans les relations avec l’Occident, a fait valoir Vladimir Poutine : « Nous avons plus d’une fois entendu dire par la bouche des personnages officiels qu’il est injuste que la Sibérie avec ses fabuleuses richesses appartienne à la Russie. Comment cela, injuste ? Et subtiliser le Texas au Mexique, c’est juste ? Que nous soyons maîtres sur nos propres terres, c’est donc injuste ! La Crimée n’a rien à voir là-dedans parce que nous défendons tout simplement notre indépendance, notre souveraineté et notre droit à l’existence. C’est précisément ce que nous devons tous comprendre. Et si on parlait de menace, elle vient des États-Unis qui déploient leur bouclier antimissile en Europe de l’Est : en Roumanie et en Pologne, à proximité immédiate de nos frontières », a déclaré le président.

 

En ce qui concerne la crise en Ukraine, elle a été générée par le coup d’État perpétré dans ce pays, a fait valoir le leader russe. C’est que, après le coup d’État et c’était précisément un coup d’État et un coup d’État armé n’en déplaise à quelques-uns, une partie du pays a rejeté cet état de fait. Or, Kiev n’a pas voulu entamer un dialogue avec ceux qui pensaient autrement, a déclaré Vladimir Poutine : « Donc, au lieu de commencer un dialogue politique, Kiev a fait donner la police puis l’armée et a finalement décrété en désespoir de cause un blocus économique. J’espère que nous réussirons à instaurer un dialogue politique direct par la médiation pour régler finalement la situation et rétablir l’espace politique unique. » Les tentatives de Kiev d’imposer sa volonté par la force, n’ont pas de sens, a souligné le chef de l’État russe.

 

On a demandé à Vladimir Poutine s’il craignait les coups de palais. Le président a répondu que c’était impossible faute de palais. « Nous avons la résidence officielle, c’est le Kremlin. Il est bien protégé et c’est aussi un facteur de stabilité de notre État », a dit Poutine et d’ajouter que la stabilité reposait surtout sur le soutien du peuple rus

Par La Voix de la Russie/ Igor Siletski / 18/12/2014

 

http://french.ruvr.ru/2014_12_18/Vladimir-Poutine-parle-des-interets-nationaux-des-murailles-du-Kremlin-et-du-peuple-russe-6076/


Le rouble a perdu 45% de sa valeur face au dollar, et 40% face à l'euro depuis le début de l'année.


---------------------------------------------------

 

 

6 – Russie : 2,6 mds euros affectés aux agriculteurs en 2015 (Poutine)

 

En 2015, la Russie débloquera 200 milliards de roubles (2,6 mds EUR) pour soutenir ses agriculteurs, a annoncé jeudi le président russe Vladimir Poutine.

"L'assistance apportée au secteur agricole s'élèvera à 200 milliards de roubles au total (…). J'espère que les agriculteurs le sentiront", a indiqué le numéro un russe lors de sa grande conférence de presse annuelle.

 

http://fr.ria.ru/politique/20141218/203255492.html

 


-------------------------------------------------

 

  

 

7 - Poutine : Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient un empire et les autres, leurs (vassaux)

 

Les partenaires occidentaux ont décidé qu'ils étaient un empire et les autres, leurs féaux qu'il fallait tenir en bride, a déclaré le président russe Vladimir Poutine au cours de sa conférence de presse annuelle.

"Le bouclier antimissile près de nos frontières, n'est-ce pas un mur ? Personne ne s'est arrêté. C'est là le problème majeur des relations internationales d'aujourd'hui: nos partenaires ne se sont pas arrêtés, ils ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils formaient désormais un empire et tous les autres, leurs féaux qu'il fallait tenir en bride", a dit Vladimir Poutine. "C'est là le problème. Ils n'arrêtent pas de construire des murs en dépit de toutes nos tentatives et de nos gestes en vue de travailler de concert sans aucunes lignes de séparation en Europe et dans le reste du monde", a ajouté le président.

 

MOSCOU, 18 décembre 2014/ RIA Novosti/ La Voix de la Russie/ 18/12/2014

 

http://fr.ria.ru/world/20141218/203254903.html


 

-----------------------------------------------------------

 

  

 8 - Donbass : respecter les intérêts des habitants pour rétablir la paix (Poutine)

 

Si les autorités ukrainiennes veulent rétablir la paix, elles doivent respecter les intérêts des habitants du Donbass, a déclaré jeudi le président russe Vladimir Poutine lors de sa grande conférence de presse annuelle.

"Il faut comprendre que si l'Ukraine veut rétablir la paix, le calme et son intégrité territoriale, il faut respecter les gens vivant sur certains territoires du pays, tout en menant avec eux un dialogue politique honnête et ouvert, et cesser d'exercer des pressions. J'espère que tout ira finalement sur cette voie", a dit le chef de l'Etat.

Et d'ajouter qu'il fallait aussi que Kiev respecte les engagements assumés, notamment concernant la loi d'amnistie et le statut spécial du Donbass.

  

http://fr.ria.ru/world/20141218/203254619.html

 

 Soldiers


------------------------------------------

 


9 - L’économie de Russie surmontera la crise dans deux ans

 

Le président de Russie Vladimir Poutine a donné une dixième grande conférence de presse à Moscou avec, comme on s’y attendait, l’économie pour l’un des sujets essentiels. Le grand oral du chef de l’Etat a commencé par la constatation d’un fait évident : l’économie nationale connaissait des temps difficiles. Le président explique la situation difficile, avant tout par des facteurs extérieurs et voit la principale parmi les causes internes une diversification insuffisante de l’économie :

« Nous n’avons pas fait beaucoup de ce que nous avions planifié durant les 20 ans précédents en matière de diversification de notre économie. C’était assez difficile, si en général possible, compte tenu d’une conjoncture économique extérieure en ce cas favorable, quand le business cherchait à investir principalement là où il pouvait tirer rapidement un maximum de profit. Il était assez difficile de faire fonctionner autrement ce mécanisme, mais à présent la situation a changé de façon cardinale ». Attribuer l’état de choses actuel dans l’économie de Russie aux seules menées des Occidentaux malveillants ne serait pas toutefois correct. 


De l’avis du chef de l’Etat, la Crimée n’y est pour rien :

« C’est ce que défendons notre indépendance, notre souveraineté et notre droit d’exister – voilà ce que nous avons tous à comprendre. /…/ A titre conventionnel, quelque 25-30 pour cent sur l’ensemble des difficultés peuvent être expliqués par l’impact des sanctions. Mais nous devons le comprendre. Nous voulons résister et survivre, changer, d’ailleurs, vers le mieux, en profitant aujourd’hui de ces conditions, la structure de notre économie, être plus indépendants, surmonter tout cela. Ou bien voudrions-nous que notre peau de l’ours soit accrochée là, au mur ? C’est le choix que nous avons à faire, et la Crimée n’y est pour rien ».

Autrement dit, les difficultés économiques rencontrées maintenant par la Russie constituent à bien des égards un défi interne, dont l’acuité a été renforcée par d’autres facteurs négatifs qui s’y sont ajoutés. La baisse des prix du pétrole est l’un d’eux. Le président n’a pas exclu dans ce contexte une coïncidence des intérêts des Etats-Unis et des principaux pays producteurs. Vladimir Poutine admet que cette tendance à la baisse puisse persister, mais est convaincu que l’économie russe parviendra à s’adapter à une telle situation, sans pouvoir dire quand cela interviendra.

 

Beaucoup dépend sur ce plan des activités des autorités russes. La lutte contre l’inflation incombe à la Banque de Russie. Mais il y a des choses, comme par exemple les prix de l’essence, les prix des denrées alimentaires, dont il faut assurer personnellement le suivi, est persuadé Vladimir Poutine. En somme le président estime que la Banque de Russie et le gouvernement prennent des mesures adéquates, même si ce n’est pas toujours au bon moment. A son avis, il convient de saisir l’occasion afin de réunir des conditions propices au développement de l’entreprise et à la diversification de l’économie.

 

Vladimir Poutine a noté que la responsabilité pour tout ce qui se passait dans le pays incombait au chef de l’Etat et qu’il n’avait pas l’intension de l’esquiver. Une politique macroéconomique nationale correcte et des fonds de réserve pour honorer les engagements sociaux le rendent confiant dans l’avenir. Au regard du chef de l’Etat, c’est une « police d’assurance » pour la Russie.

Sergei Duz / 18/12/2014 RIA Novosti/Michael Klimentyev/ Par La Voix de la Russie

 

http://french.ruvr.ru/2014_12_18/L-economie-de-Russie-surmontera-la-crise-dans-deux-ans-5621/


Shopping center


-------------------------------------------

 

 

  

10 - Poutine promet une sortie de crise dans 2 ans, inflexible sur l'Ukraine

 

Vladimir Poutine a promis jeudi de régler dans les deux ans la grave crise monétaire que traverse la Russie, sans toutefois se montrer précis sur les moyens d'y parvenir, et s'est montré inflexible dans le dossier ukrainien estimant que les Occidentaux se comportaient en impérialistes. Au moment où le président russe prenait la parole devant un millier de journalistes russes et étrangers réunis pour sa conférence de presse rituelle de fin d'année, l'Union européenne annonçait une nouvelle série de sanctions, interdisant tous les investissements européens dans la péninsule ukrainienne de Crimée annexée en mars par la Russie. La diplomatie russe a réagi en rappelant que la Crimée était une partie "inaliénable" de la Russie.

 

Silencieux depuis le début du tourbillon monétaire qui touche de plein fouet son pays et menace les piliers de l'économie russe, Vladimir Poutine et ses solutions étaient très attendus. Mais en l'espèce, le chef de l'Etat n'a quasiment rien annoncé, s'en remettant à un rebond des prix du pétrole pour espérer une amélioration de la situation. "Dans le scénario le plus défavorable pour la conjoncture internationale, la situation peut durer deux ans mais elle peut se corriger avant", a-t-il déclaré, avouant la difficulté à établir une quelconque prévision face à "de nombreux facteurs d'incertitude".

 

"Nous allons utiliser les mesures que nous avons employées avec succès en 2008" lors de la crise financière, a ajouté le président. Il a simplement assuré qu'il ne prendrait aucune mesure dirigiste pour encadrer le marché et a qualifié les décisions prises par le gouvernement et la banque centrale d'"adéquates" malgré quelques critiques. S'il a mis en cause les "facteurs extérieurs" et en premier lieu la chute des prix du pétrole, il a reconnu que la Russie avait sa part de responsabilité, n'ayant pas profité suffisamment des années passées pour diversifier son économie, très dépendante des cours des hydrocarbures.

 

Signe que le marché n'est pas complètement rassuré, le rouble, en hausse en début de journée, reculait après son intervention, malgré un net rebond des cours du pétrole. Vers 13H10 GMT, il était en légère baisse à 61,14 roubles pour un dollar et 75,30 roubles pour un euro. Les deux indices de la Bourse de Moscou gagnaient, eux, plus de 5%.

Même s'il a retrouvé des couleurs par rapport aux heures les plus noires de sa chute mardi, le rouble reste en baisse de 40% par rapport à son niveau au début de l'année et l'onde de choc monétaire du début de semaine promet de difficiles mois à venir pour l'économie russe. La presse russe rapporte que certains fournisseurs et importateurs ont suspendu leurs livraisons en attendant de voir l'évolution de la monnaie ou ont déjà augmenté leurs prix.

 

 


- La Russie a raison -

Cette crise monétaire clôt une année tumultueuse pour la Russie engagée dans un bras de fer sans précédent depuis la chute de l'URSS avec les Occidentaux. Les événements en Ukraine ont creusé un fossé immense entre Moscou et Kiev, mais également entre Moscou et Bruxelles et Washington. Et alors que ces derniers jours, des dirigeants occidentaux lançaient des appels au président russe pour qu'il montre des signes de désengagement du dossier ukrainien, la réponse du président a été cinglante: la Russie a raison, les Occidentaux ont tort et la stratégie en Ukraine est la bonne. Il a ainsi accusé les autorités ukrainiennes de mener une "opération punitive" contre les rebelles de l'Est. "J'estime que nous avons raison en ce qui concerne la crise en Ukraine. Et comme je l'ai déjà dit, nos partenaires occidentaux ont tort", a par ailleurs dit le président dans une formule lapidaire.

 

Interrogé sur l'édification, 25 ans après la chute du mur de Berlin, d'un nouveau mur entre la Russie et l'Europe, il a accusé les Occidentaux d'en être responsables. "Il s'agit d'un mur virtuel, mais il commence déjà à être construit", a déclaré le chef de l'Etat, rappelant le précédent de l'élargissement de l'Otan jusqu'aux portes de la Russie (pays Baltes) et du bouclier antimissile en Europe orientale. "Nos partenaires ont décidé qu'ils étaient les vainqueurs, qu'ils étaient désormais un empire et que les autres étaient des vassaux qu'il faut faire marcher au pas", a-t-il fustigé.

 

"Le problème, ce n'est pas la Crimée, c'est que nous défendons notre indépendance, notre souveraineté et notre droit à l'existence", a-t-il martelé. Dans un domaine plus privé, les 189 minutes de conférence de presse du président on permis d'apprendre deux choses sur l'homme: il est amoureux et ne sait pas combien il gagne. Séparé de la mère de ses deux filles depuis 2013, il n'a pas précisé qui partageait désormais sa vie, se contenant d'un: "Tout va bien, ne vous inquiétez pas".

 

Par Olga ROTENBERG et Karim TALBI | AFP / 18-12-2014

 

https://fr.news.yahoo.com/rouble-hausse-avant-lintervention-poutine-080037182--finance.html


 


------------------------------------------------

  

 

11 - Russie : conférence de presse annuelle de Poutine dans un climat tendu

 

Cette année 2014 aura été marquée pour la Russie par une nouvelle politique extérieure anti-occidentale et agressive vis-à-vis de son étranger proche, avec l’annexion de la Crimée, et le soutien actif aux indépendantistes du Donbass dans l’est de l’Ukraine. Elle se termine également avec des indicateurs économiques dans le rouge, avec notamment une chute du rouble. C'est dans ce contexte que le chef du Kremlin organise sa conférence de presse annuelle, ce jeudi 18 décembre.

 

C’est la fin de la période qui a suivi la chute du communisme. Pour Dmitri Trenin, directeur du centre Carnegie de Moscou, cette année 2014 constitue un tournant dans l’histoire récente de la Russie, en politique étrangère comme en politique intérieure. « C’est une rupture, pas seulement avec l’Occident, mais avec l’idée que la Russie peut devenir une partie de l’Occident, et y jouer un rôle important. Cette période est finie. Elle a été remplacée par une vision plus traditionnelle de la Russie en tant que pouvoir souverain qui veut être sur un pied d’égalité avec les plus puissants de ce monde, que ce soient les Etats-Unis, la Chine ou l’Union européenne. »

 

Le directeur du centre Carnegie estime que ce n’est pas une politique réfléchie de longue date, mais la conséquence logique de l’échec de l’intégration avec l’Occident. C’est une position par défaut. Même chose en politique intérieure, où le régime a pris un tournant autoritaire.  « En politique intérieure aussi le changement est le résultat logique de l’échec à construire un Etat et une politique basés sur une Constitution. Le tournant a été pris vers le nationalisme. Conservatisme et nationalisme. » Mais, à son avis, la Russie ne reconstruira pas un empire : « La Russie est post impériale, elle ne peut plus être un empire. L’Ukraine l’a démontré à tous en Russie et hors de la Russie. La Russie ne veut pas et ne peut pas créer un empire. »



Le début d’une crise économique profonde

Sur le plan économique, 2014 est l’année de la chute de la croissance avec un taux  de 0,6 %, une récession en vue pour l'année prochaine, et une inflation proche de 10 %. Le rouble a perdu près de 60 % de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année. La banque centrale, malgré une augmentation importante de son taux directeur à 17 %, ne semble pas en mesure d’enrayer le phénomène.

Les causes de ce marasme se trouvent dans la baisse des cours du pétrole, dont l’économie russe est très dépendante. La moitié de son budget en dépend. Les sanctions imposées en raison de la crise ukrainienne entravent également le développement de l’économie russe car les grosses entreprises ne peuvent plus coopérer avec leurs homologues occidentaux, et surtout, l’accès au financement sur le marché international est désormais quasi impossible. La Russie tente de se tourner vers l’Asie, mais les résultats ne sont pas probants. Les difficultés économiques sont également dues au manque de diversification de l’économie, surtout basée sur la vente des matières premières, du gaz et du pétrole, mais aussi à un climat des affaires peu attractif.

 

Le gouvernement a imposé un embargo sur les produits alimentaires occidentaux, en espérant nuire à l’économie des pays concernés, et en espérant développer sa production nationale. Mais de nombreux analystes, comme Sergeï Ulatov de la Banque mondiale, sont sceptiques, notamment parce que certains secteurs travaillent déjà au maximum de leur capacité. Il sera très difficile d’augmenter les capacités de production rapidement, notamment en raison des difficultés de financement.

 

Pour Sergeï Ulatov, cette absence d’augmentation des capacités de production peut provoquer un phénomène inflationniste. « Normalement, le consommateur doit acheter localement pour remplacer les importations. Mais quand le producteur n’a pas assez de capacité de production, il augmente les prix au lieu de produire plus. C’est pour cela que l’on constate la pression constante de l’inflation, notamment sur les produits alimentaires. Cette inflation va à son tour limiter la capacité d'achat du consommateur. Ainsi le potentiel de croissance de la consommation sera réduit à néant. C'est un cercle vicieux. »

Dans une perspective à long terme, pour augmenter les capacités de production, il faut investir. Mais les ressources, en raison des sanctions, sont très limitées et très chères. Donc les investissements ne sont pas nombreux à s’aventurer dans les secteurs censés remplacer les importations.



Une popularité encore intacte

Pour autant, Vladimir Poutine reste très populaire. Il enregistre un taux d'opinions favorables qui flirte avec les 80 %. Pour Lev Goudkov, de l’institut d’enquête et de sondage Levada, cela s’explique notamment par la propagande, liée aux restrictions importantes de l’espace d’information, et à l’interdiction des médias alternatifs et indépendants. A cela s’ajoute l’augmentation de la pression sur la société civile, la neutralisation de l’opposition politique. Un système que Lev Goudkov qualifie de totalitaire, même s’il ajoute qu’il n’est pas comparable au système stalinien, dans lequel le système judiciaire est dépendant du Kremlin, dans lequel l’Etat renforce son contrôle sur l'économie, sur le système éducatif et sur la culture. Face à cette situation, l’opinion réagit de deux façons différentes.

 

« Depuis huit à neuf mois, il existe un soutien symbolique à la politique de la Russie en Crimée, à la politique de protection des Russes, au scénario de la renaissance de la Russie en tant que grand empire, qui, non seulement protège les siens, mais fait revenir les territoires qui lui appartenaient historiquement. C’est un élément très important qui garantit un haut niveau de popularité. Mais depuis le mois d’août, on constate une réaction négative suite aux sanctions et de la montée des prix, à la baisse de la consommation, à l’affaiblissement du rouble, bref à une détérioration significative de la situation économique des gens ordinaires. Mais pour l’instant, les gens ne font pas le lien entre les deux phénomènes. »

 

Pour Lev Goudkov, il ne peut y avoir une certaine baisse de popularité du pouvoir que s'il existe une alternative politique. Or, ce n’est pas le cas pour l’instant. « Notre opposition est démoralisée, neutralisée par l’assignation à résidence ou l’expulsion à l’étranger de ses dirigeants, et grâce au monopole de la télévision officielle, une télévision de la propagande. La population a un sentiment d’absence d’alternative à Vladimir Poutine. » De plus, si les populations citadines aisées, instruites, informées, et intégrées dans l’économie de marché, sont sensibles à ces évolutions, ce n’est pas le cas des populations des régions pauvres, des petites et moyennes villes, de la campagne, qui vivent au jour le jour, sans aucune garantie de sécurité et sans l’épargne.

« Ces populations-là, explique Lev Goudkov, perçoivent les changements de façon beaucoup plus lente, et ne les vivent pas aussi directement. Or, cette opinion est majoritaire en Russie et constitue le socle électoral du pouvoir actuel. Donc, sans doute, la popularité de Vladimir Poutine va baisser, mais à un rythme différent et à une intensité différente selon les milieux sociaux.» Pour Lev Goudkov, à moins d’une catastrophe, comme un effondrement du système bancaire, ce processus peut durer encore deux ou trois ans. 

 

Par Muriel Pomponne/ RussieFinances / Publié le 18-12-2014/ Modifié le 18-12-2014

 

http://www.rfi.fr/europe/20141218-traditionnelle-conference-presse-annuelle-poutine-russie-climat-morose-tendu-chute-r/



--------------------------------------------------

 

 







Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page