Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 03/03/2015 à 18:10:11
AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique




1 – « Afrique/Bonne gouvernance : Hifikepunye Pohamba, lauréat du prix Mo Ibrahim 2015. Après 4 ans sans lauréat, le Prix Mo Ibrahim a fini par trouver preneur le 2 mars 2015 auprès du président sortant namibien. Succédant au Cap-Verdien Pedro Pires, il a été récompensé pour sa gestion. Le prix qui couronne les efforts de dirigeants africains en matière de gouvernance a été officiellement remis, le 2 mars courant, au président sortant de la Namibie et membre-fondateur de l’Organisation du peuple du sud-ouest africain, (Swapo), un ex-mouvement armé qui a mené une campagne de plusieurs décennies contre la domination sud-africaine et qui est le principal parti politique namibien depuis l’indépendance de 1990. Pour le jury présidé par l’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), Salim Ahmed Salim, le choix porté sur Hifikepunye Pohamba, se justifie par la qualité de sa gouvernance et les résultats obtenus à la tête de la Namibie. «Le comité a été marqué par la détermination du président Pohamba à conforter en priorité la cohésion et la réconciliation nationales, au moment où la Namibie abordait une phase décisive pour la consolidation de la démocratie et le développement social et économique», a-t-il déclaré, relayé par l’AFP. »


 

2 – « La Fondation Mo Ibrahim, qui a passé au crible 52 pays africains, peint un tableau contrasté qui invite à la vigilance. Oui, le continent fait des progrès indéniables. Mais, même chez les meilleurs élèves, les acquis restent fragiles. Mo Ibrahim, le milliardaire anglo-soudanais, ne doit pas être très content, lui qui proclame à qui veut l'entendre qu'"il n'y a rien, absolument rien, de plus important pour le développement de l'Afrique que la bonne gouvernance", c'est-à-dire "la mise à disposition des biens politiques, sociaux et économiques qu'un citoyen est en droit d'attendre de son État". Or l'indice 2014 que sa fondation a publié, le 29 septembre, n'est pas tout à fait à la hauteur de ses espérances. Au point que sa directrice exécutive, Nathalie Delapalme, conseille de rester "afroréaliste et afrovigilant" face aux résultats mi-figue mi-raisin des 95 indicateurs qui mesurent la qualité de cette gouvernance. »

 

 

----------------------------------------------------------

 

 



1 - Prix Mo Ibrahim : Le président namibien lauréat

 

Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, vient de recevoir le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique. «Le comité a été marqué par [sa] détermination à conforter en priorité la cohésion et la réconciliation nationales, au moment où la Namibie abordait une phase décisive pour la consolidation de la démocratie et du développement social et économique», a déclaré le président du comité d’attribution du prix. Pohamba, élu en 2004 et réélu en 2009, est encore en poste pour quelques semaines.

 

Le prix Mo Ibrahim, du nom d’un milliardaire anglo-soudanais qui a fait fortune dans les télécoms, récompense un chef d’Etat ou de gouvernement africain ayant amélioré la sécurité, la santé, l’éducation, le développement économique et les droits politiques dans son pays, puis transféré démocratiquement le pouvoir à son successeur. Faute de candidat crédible, il n’avait récompensé personne depuis 2011 et le deuxième lauréat de sa courte histoire, le Cap-Verdien Pedro Pires. Le prix Mo Ibrahim est l’un des mieux dotés au monde : en plus d’un paiement initial de 5 millions de dollars, le lauréat touche à vie 200 000 dollars par an.

 

2 mars 2015

 

http://www.liberation.fr/monde/2015/03/02/prix-mo-ibrahim-le-president-namibien-laureat_1212790


 


-------------------------------------------------------


First elected in 2004, President Pohamba served for two terms and is due to be succeeded by President-elect, Hage Geingob on March 21, 2015/AFP

  

2 - Bonne gouvernance : Hifikepunye Pohamba, lauréat du prix Mo Ibrahim 2015

 

Après 4 ans sans lauréat, le Prix Mo Ibrahim a fini par trouver preneur le 2 mars 2015 auprès du président sortant namibien. Succédant au Cap-Verdien Pedro Pires, il a été récompensé pour sa gestion.

Le prix qui couronne les efforts de dirigeants africains en matière de gouvernance a été officiellement remis, le 2 mars courant, au président sortant de la Namibie et membre-fondateur de l’Organisation du peuple du sud-ouest africain, (Swapo), un ex-mouvement armé qui a mené une campagne de plusieurs décennies contre la domination sud-africaine et qui est le principal parti politique namibien depuis l’indépendance de 1990.

 

Pour le jury présidé par l’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA), Salim Ahmed Salim, le choix porté sur Hifikepunye Pohamba, se justifie par la qualité de sa gouvernance et les résultats obtenus à la tête de la Namibie. «Le comité a été marqué par la détermination du président Pohamba à conforter en priorité la cohésion et la réconciliation nationales, au moment où la Namibie abordait une phase décisive pour la consolidation de la démocratie et le développement social et économique», a-t-il déclaré, relayé par l’AFP.

 

Ancien rebelle ayant combattu pour l’indépendance de son pays, élu une première fois en 2004, et de nouveau en 2009, Hifikepunye Pohamba, du haut de ses 79 ans, intègre le cercle très restreint des lauréats du prix pour la gouvernance en Afrique. Il s’ajoute désormais au cap-verdien Pedro Pires (2011), au botswanais Festus Mogae (2008), au mozambicain Joachim Chissano et au sud-africain Nelson Mandela (2007).

Les lauréats du prix Mo Ibrahim, l’un des plus dotés du monde, reçoivent 5 millions de dollars, versés sur 10 ans, en sus d’une allocation à vie annuelle de 200.000 dollars. Ce prix est attribué aux anciens chefs d’État ou de gouvernement des pays d’Afrique subsaharienne, qui ont quitté leurs fonctions au cours des trois dernières années. Il récompense leur travail dans l’intérêt du public ou leur action caritative

 

Publié par Loic Ntoutoume dans AFRIQUE/ Mardi 03 mars 2015

 

http://gabonreview.com/blog/bonne-gouvernance-hifikepunye-pohamba-laureat-du-prix-mo-ibrahim-2015/


 


----------------------------------------------------------

 

  

3 - Pohamba accepte ''avec humilité'' le prix Mo Ibrahim 2014

 

Le président Hifikepunye Pohamba a salué le choix porté sur lui pour le Prix Mo Ibrahim 2014, soulignant qu’il acceptait ‘’avec humilité’’ ce qu’il considère comme un honneur fait à la Namibie…

‘’Le président accepte avec humilité ce prix prestigieux qui vient de lui être décerné. Il a accepté le prix au nom du peuple namibien, de son engagement pour la paix et la stabilité », a dit à son nom le secrétaire permanent à la présidence, Samuel Goagoseb, qui a transmis le message à la presse lundi. Il a ajouté que Pohamba ‘’estime que ce prix lui permettra de poursuivre les objectifs de sa fondation créée l’année dernière pour soutenir les étudiants en agriculture, issus de familles démunies ». ‘’Je tiens à féliciter le Président Pohamba pour avoir gagné le prix Mo Ibrahim 2014 » d’une valeur de 58, 000,000 dollars namibiens, soit 5, 000,000 de dollars américains, a affirmé le porte-parole du gouvernement, par ailleurs ministre de l’Information et des Technologies de la communication, Joel Kaapanda qui s’exprimait devant la presse.

 

Ce montant est réparti sur 10 ans avec 2,3 millions de dollars namibiens, soit environ 196 000 de dollars américains par an, en plus d’une exemption d’impôt de 2,1 millions de dollars namibiens, soit environ 179 000 de dollars américains sur son salaire annuel, qui fait partie de ses avantages retraite à compter du 21 mars 2015. ‘’Le président Pohamba à mérité cette distinction », a ajouté Kaapanda, expliquant qu »’il a bien géré les affaires du pays, maintenu la stabilité politique, conduit une politique d’ouverture et des relations cordiales avec tous les partis politiques du pays ».

 

By -NAMIBIE -GOUVERNANCE -POLITIQUEe/ Afrique/ mar 3, 2015

 

http://www.habarizacomores.net/?p=648043#



----------------------------------------------------------

 

(Ile Maurice/ Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, au centre)/ Maurice : l'un des meilleurs systèmes de gestion des pouvoirs d'Etat en Afrique.


4 - Gouvernance : le classement des pays africains en 2014 par la Fondation Mo Ibrahim

 

L’indice annuel 2014 sur la gouvernance en Afrique publié le 29 septembre par la Fondation Mo Ibrahim montre que le continent progresse globalement, grâce notamment aux bonnes performances dans les domaines de développement humain et de la participation des populations à la vie politique. Au niveau des pays, les résultats de l’indice 2014 témoignent de la forte capacité de progression de plusieurs pays jusqu’ici sous-performants. Mais ils mettent aussi en évidence certaines fragilités parmi les pays du peloton de tête. Ainsi, les pays ayant enregistré la plus forte progression de ces cinq dernières années figurent dans la deuxième moitié du classement.

 

La Côte d’Ivoire, la Guinée et le Niger, notamment, ont depuis 2009 inversé une trajectoire initialement négative, pour se hisser en tête des pays ayant le plus progressé au cours des cinq dernières années. Cette évolution remarquable a été principalement tirée vers le haut par la catégorie « participation et droits de l’Homme ». Dans le même temps, les champions historiques  comme Maurice, le Cap-Vert, le Botswana, l’Afrique du Sud et les Seychelles, tout en conservant leur place dans le peloton de tête, enregistrent une dégradation de leurs résultats dans au moins une des quatre catégories, bien que leur parcours demeure globalement positif. «Au cours des cinq dernières années, les cinq pays en tête du classement ont vu leur note se détériorer dans au moins une catégorie, ce qui démontre que même les plus performants doivent rester vigilants», a noté Mo Ibrahim, président de la Fondation. 

L'Ile Maurice reste en tête du classement avec le score global le plus élevé (81,7/100), suivi du Cap-Vert (76,6), du Botswana (76,2), de l'Afrique du Sud (73,3) et des Seychelles (73,2). La Somalie arrive dernière (52e) devant la Centrafrique (51e), l’Érythrée (50e), et le Tchad (49e). Devenu la première puissance économique en avril dernier suite à un changement du mode de calcul de son PIB,  le Nigeria arrive à la 37è position avec une note de 45,82 sur 100.


 


L'Egypte et la Libye ont enregistré une chute importante dans le classement 2014 des 52 pays africains en matière de gouvernance. L'Egypte affiche une note globale amputée de huit points pour s'établir à 51,1/100. Le pays perd ainsi 14 places dans l'indice en se classant à la 26e place. La Libye voisine a perdu 7,4 points et 16 places, affichant une note de 42,1/100 et pointant en 43e position.

 

La plus forte progression a été réalisée par la Côte d'Ivoire avec une note en hausse de 7,8 points à 44,3/100 et un gain de six places l'amenant en 40e position. «La solidité et le caractère durable de la prospérité future de l’Afrique dépendront de la capacité du continent à s’engager dans toutes les dimensions de la gouvernance, y compris sécurité et état de droit», a fait valoir Salim Ahmed Salim, président du comité d’attribution du prix.

L'indice Ibrahim est basé sur 95 indicateurs classés en quatre sous-catégories: sécurité et primauté de la loi, participation et droits de l'Homme, économie durable et développement humain. Homme d'affaires soudanais naturalisé britannique,  Mo Ibrahim avait créé en 2006 sa fondation, basée à Londres en vue de promouvoir la bonne gouvernance.

 

Voir le classement complet : www.moibrahimfoundation.org/fr/interactives/

 

(Agence Ecofin)/ mardi, 30 septembre 2014

 

http://www.agenceecofin.com/gestion-publique/3009-23131-gouvernance-le-classement-des-pays-africains-en-2014-par-la-fondation-mo-ibrahim


(Ebene, Port Louis Cybercity/ Maurice)


---------------------------------------------------------------

 

 

  

5 - AFRIQUE : Cinquante nuances de gouvernance, selon l'indice Mo Ibrahim

 

La Fondation Mo Ibrahim, qui a passé au crible 52 pays africains, peint un tableau contrasté qui invite à la vigilance. Oui, le continent fait des progrès indéniables. Mais, même chez les meilleurs élèves, les acquis restent fragiles.

Mo Ibrahim, le milliardaire anglo-soudanais, ne doit pas être très content, lui qui proclame à qui veut l'entendre qu'"il n'y a rien, absolument rien, de plus important pour le développement de l'Afrique que la bonne gouvernance", c'est-à-dire "la mise à disposition des biens politiques, sociaux et économiques qu'un citoyen est en droit d'attendre de son État". Or l'indice 2014 que sa fondation a publié, le 29 septembre, n'est pas tout à fait à la hauteur de ses espérances. Au point que sa directrice exécutive, Nathalie Delapalme, conseille de rester "afroréaliste et afrovigilant" face aux résultats mi-figue mi-raisin des 95 indicateurs qui mesurent la qualité de cette gouvernance.

 

Quelle est l'étendue géographique et technique de l'indice Ibrahim 2014 ? Il couvre toute l'Afrique à l'exception du Soudan et du Soudan du Sud, dont les statistiques ne sont pas encore fiables trois ans après la séparation du pays en deux. Avec l'aide des données de 28 institutions indépendantes (ONU, Banque mondiale, Banque africaine de développement...), il s'appuie sur quatre catégories de critères : sécurité et État de droit (la protection du citoyen), participation et droits de l'homme (les droits politiques et sociaux), développement économique durable (les conditions de la croissance) et développement humain (la protection sociale, l'éducation et la santé).

Les statistiques variant peu d'une année à l'autre, la Fondation Mo Ibrahim a décidé de comparer la période 2009-2013 à la période 2005-2009 afin de dégager les constantes ou les inversions de tendance. Cela fait apparaître deux Afrique, l'une qui rit et l'autre qui pleure. Un tableau contrasté et parfois surprenant qui met à mal l'image d'eldorado que certains analystes donnent du continent.




L'Afrique qui rit

On ne s'étonnera pas que le classement général de l'indice 2014 distingue une fois de plus les mêmes cinq premiers de la classe : Maurice, Cap-Vert, Botswana, Afrique du Sud et Seychelles. Ni que l'Afrique australe caracole en tête. Si l'on entre dans le détail des cinq dernières années, on constate que 39 pays sur 52 ont progressé (dans une fourchette comprise entre 0,1 et 7,8 points) et que treize se sont améliorés dans les quatre catégories : Côte d'Ivoire, Guinée, Zimbabwe, Rwanda, São Tomé et Príncipe, Kenya, Sierra Leone, Lesotho, Liberia, Zambie, Congo, Tchad et Gabon. Les avancées les plus spectaculaires ont été réalisées par la Côte d'Ivoire, qui a gagné six places en cinq ans. Sur l'ensemble du continent, ce sont la participation à la vie politique et les droits de l'homme qui s'améliorent le plus. Incontestablement, la démocratie progresse. La santé, les traitements contre le sida, la réduction des tensions aux frontières et la lutte contre les violences faites aux femmes font partie des bons points relevés par l'indice.


Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour


L'Afrique qui pleure

Les progrès globaux ont été moins importants entre 2009 et 2013 qu'entre 2005 et 2009. Certes, la crise mondiale est passée par là, mais la tendance est inquiétante, car elle contredit en partie les statistiques qui créditent depuis dix ans l'Afrique d'une croissance forte et soutenue. L'emploi n'est pas au rendez-vous pour autant... Par ailleurs, tout en affichant de belles performances globales, les cinq champions cités plus haut enregistrent une dégradation de leurs résultats dans au moins une des quatre catégories.

 

Par exemple, Maurice fait moins bien en matière de sécurité et de règles de droit, et le Botswana trébuche en termes de développement économique durable. Ces faux pas rappellent opportunément que rien n'est acquis. Sans surprise, les cinq cancres de l'Afrique sont des pays où géographie, climat, dictatures et conflits armés réduisent à peu de chose le développement et la démocratie : Guinée-Bissau, Tchad, Érythrée, Centrafrique et Somalie - mais est-ce encore un État ? Le Printemps arabe (l'Afrique du Nord est en régression), les guerres plus ou moins civiles et divers troubles ont fait dégringoler cinq pays dans le classement général. L'Égypte perd 8 points, la Libye 7,4, la Guinée-Bissau 6,8, la Centrafrique 6,2 et le Mali 5,7.

Jusqu'en 2009, c'était la catégorie "développement économique durable" qui tirait vers le haut la gouvernance des pays africains. Ce moteur est en train de freiner sous l'effet du ralentissement de la demande adressée à l'Afrique par l'Europe et l'Amérique, que n'a pu compenser la vigueur des échanges et des partenariats avec la Chine et avec l'Inde. La catégorie "sécurité individuelle et État de droit" montre quant à elle une tendance préoccupante à la dégradation, sous l'effet d'une poussée des agressions diverses aux personnes et aux biens. D'autres mauvais points sont attribués concernant la lutte contre la corruption, la solidité des banques et l'égalité professionnelle entre les sexes.


Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour


À quand un leader modèle ?

On attend maintenant avec intérêt de savoir si la Fondation Mo Ibrahim décernera en décembre ou en janvier prochain son "prix du leadership d'excellence", réservé à un ancien chef d'État ou de gouvernement africain. Les critères de choix sont exigeants. Pour en être digne, il faut avoir été élu démocratiquement, avoir quitté ses fonctions au cours des trois dernières années, avoir respecté la durée de mandat prévue par la Constitution et avoir amélioré la gouvernance de son pays selon l'indice Ibrahim. Depuis 2011, le prix n'a jamais été décerné. Si la fondation persistait dans cette abstention, cela confirmerait que la gouvernance africaine a encore de grands progrès à réaliser pour contribuer pleinement à la croissance et au recul de la pauvreté.

 

08/10/2014 / Par Alain Faujas


http://www.jeuneafrique.com/Article/JA2804p012.xml0/



------------------------------------------------------------

 

  

  

6 - Afrique : Développement économique et social et amélioration de la gouvernance

 

Le chemin à parcourir par l’Afrique pour atteindre les objectifs de développement économique et social fixés par l’ONU est encore long. Mais il faut constater dans les pays africains, aujourd’hui, une lente et inexorable amélioration des gouvernances. Ces efforts de renforcement et d’amélioration des gouvernances, plus perceptibles grâce à la mondialisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, ressortent les avancées indéniables en matière de gestion des affaires publiques.   


Résultat de recherche d'images pour Résultat de recherche d'images pour


Les points de perspectives favorables portent sur ces aspects : stabilisation des institutions à travers des avancées démocratiques lentes mais indéniables, renforcement des forces de défense et de sécurité et bonne perception des enjeux sécuritaires, amélioration inexorable des gouvernances au niveau des Etats, rôle politique et économique important des institutions multilatérales et panafricaines, assainissement de la gestion des finances publiques, lutte contre la corruption, coopération importante avec les puissances émergentes malgré les difficultés et les blocages, développement important de la coopération technologique, rôle important accordé au développement local à travers des institutions quasi-étatiques crédibles, engagement dans la politique des grands travaux, développement des unions économiques ou douanières, création de zones de libres échange, etc.

Ces avancées politiques, économiques et sociales, espoirs incontestables de l'Afrique de demain, méritent d’être soutenues et consolidées…

 

http://www.paixetdeveloppement.net/afrique-developpement-socio-economique-gouvernance-reflexions-prospectives-pour-2015/


 

-------------------------------------------------------------

 

 

7 - Les leaders des entreprises

 

18* La question des leaders va au-delà des simples dirigeants politiques. Le défi du développement économique et social s’adresse autant aux leaders du secteur public qu’à ceux de l’administration du secteur privé des entreprises. Les vrais acteurs du développement économique sont les responsables des entreprises. Ces derniers peuvent être classés en plusieurs catégories :

_ les vieilles compagnies de traite, d’origine coloniale, dont beaucoup continuent de contrôler les grands travaux d’infrastructures et d’équipements, sans bien sûr oublier les exploitations agricoles d’exportation et minières ;

_ les étrangers à l’Afrique, notamment les Libanais, les Indo-Pakistanais et tout récemment les Chinois ;

_ les Africains.

 

 

19* L’origine des vieilles compagnies de traite remonte au xvie siècle, plus précisément à la relation avec les Portugais entre 1571 et 1580, qui déboucha sur l’apparition des premiers comptoirs européens le long de la côte ouest-africaine et le début de la traite négrière.

  

20* Entre 1580 et 1713, le commerce avec les Portugais fut relayé par les Hollandais qui avaient au début du xviie siècle l’une des flottes les plus puissantes de monde. Pour l’exploitation de la côte africaine, ils se constituèrent en compagnies à charte, exclusivement actives dans le commerce de la malaguette et de l’ivoire et pratiquant subsidiairement la traite des esclaves.

  

21* Ces Hollandais furent ensuite supplantés par les Anglais et les Français à partir du xviiie siècle. Les Anglais s’installèrent le long de la côte ouest-africaine, où ils ont réussi à mettre en place de puissantes compagnies comme Unilever, mieux connue par sa filiale United African Company (UAC), constituée à partir des sociétés originaires de Bristol, Liverpool et Londres.

  

22* Grâce à ces maisons aussi appelées factories, les Anglais acquirent très tôt une supériorité commerciale sur les autres Etats européens, ce qui leur permit de se tailler les meilleures colonies dans la sous-région.

  

23* La présence française sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest date de 1787, mais ne s’est enracinée qu’au xixe siècle avec plusieurs missions d’exploration commerciale organisées par le Ministère de la marine à partir de 1838. Ainsi les Français, à partir des sociétés originaires de Bordeaux et de Marseille, installèrent plusieurs maisons commerciales le long de la côte. Ces sociétés se sont transformées par la suite pour donner naissance à de nouvelles entreprises commerciales, dont les plus importantes sont la Société Commerciale de l’Ouest Africain (SCOA) et la Compagnie Française d’Afrique Occidentale (CFAO), ainsi qu’à toute une panoplie de sociétés qui en découlent, comme par exemple Total, ou qui sont nées par le biais de nouvelles opportunités coloniales. C’est le cas des sociétés de construction d’infrastructures de base comme Colas, Dumez, Satom ou Fougerolles (du côté français) et Julius Berger (du côté allemand) ou d’exploitation portuaire comme les groupes Bolloré (français) ou Maersk Line (danois). A cela s’ajoute un éventail d’entreprises chargées de l’exploitation minière et pétrolière telles qu’Elf, Totalfina, Shell ou British Petroleum, pour ne citer que les plus importantes (Assidon 1989).

  

24* Les Libanais ont toujours servi d’intermédiaires aux compagnies de traite d’origine ancienne. La plupart d’entre eux ont d’ailleurs racheté les affaires jugées non rentables par ces compagnies, comme le secteur de la distribution. Ce faisant, ils sont devenus depuis quelques années les principaux piliers de l’économie africaine (Charbonneau et Charbonneau 1961 ; Desbordes 1938 ; Hanna 1958).

  

25* Les Indo-Pakistanais ont joué un rôle capital surtout dans les pays anglophones comme le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et le Ghana. Ils continuent de détenir des secteurs économiques importants de ces pays, notamment dans les domaines des textiles, du sucre, du thé et de la distribution.

  

26* Depuis peu, les Chinois ont investi l’Afrique et se sont imposés comme les principaux investisseurs dans plusieurs secteurs économiques tels que le commerce de détail, l’exploitation minière et les travaux publics (Elenga-Ngaporo 2004 ; Questions internationales 2005). L’intervention des Chinois s’inscrit dans le phénomène de la mondialisation, qui a favorisé l’ouverture de la Chine et de l’Inde au marché international. L’Afrique est ainsi devenue un enjeu majeur pour ces deux pays, et les responsables politiques de ces derniers énoncent clairement les raisons de l’offensive chinoise et indienne sur le continent.

  

27* Pour la Chine, l’Afrique n’est pas uniquement importante à cause de ses gisements de pétrole, de métaux précieux ou de bois. Elle l’est surtout en raison des compétitions diplomatiques dans le nouvel ordre mondial dominé par les Etats-Unis. Toutes les initiatives de nature à faire contrepoids à Washington, le tenant actuel du monde unipolaire, sont les bienvenues. Conformément à cette position, les interventions de la Chine en Afrique servent à évincer Taiwan, à promouvoir la paix dans le monde et à établir un partenariat stratégique autour d’intérêts bien compris. A cette fin, la Chine entend jouer sur trois principes : la sécurité diplomatique, la sécurité économique et une autre manière de faire des affaires.

  

28* L’Inde cherche quant à elle à jouer sur ses anciennes relations avec l’Afrique, marquées par des immigrations et des relations importantes dans l’océan Indien. Plusieurs comptoirs dans les principales îles de l’océan Indien et le long de la côte orientale de l’Afrique sont nés de cette histoire. Des millions de personnes provenant à l’origine du sous-continent indien sont aujourd’hui établies dans ces régions, comme par exemple à l’île Maurice dont 70% des habitants sont d’origine indienne. La Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda et le Ghana comptent entre 5% et 10% d’Indiens au sein de leurs populations. Du fait de cette forte implantation indienne, aider l’Afrique devient une priorité. Cette aide vise à renforcer l’éducation grâce aux acquis intellectuels de l’Inde, à participer à l’amélioration de la santé par le biais des produits pharmaceutiques et à appuyer l’Afrique dans la maîtrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication. L’instrument privilégié de cette coopération entre l’Inde et l’Afrique est l’initiative Team 9 (Techno-Economic Approach for Africa-India Movement), qui regroupe aujourd’hui plusieurs pays africains.

  

29* A partir de ces deux types de coopération « plus équitable », l’Afrique cherche à se défaire de la tutelle occidentale en diversifiant son marché et ses ressources en investissements directs étrangers. Les résultats sont pour le moment probants, en dépit des inquiétudes que cette coopération soulève eu égard à l’immigration chinoise et indienne et à une concurrence déloyale sur les marchés africains.

  

30* La dernière catégorie d’acteurs économiques est constituée par les Africains, dont le poids reste dominant dans les secteurs des banques, de l’assurance et du négoce. Ces entrepreneurs africains sont de plusieurs catégories. A la base se trouve le groupe des commerçants, dont la plupart remontent à la période de la traite des esclaves, lorsqu’ils étaient négriers. C’est le cas de plusieurs dignitaires des chefferies africaines du golfe de Guinée, notamment dans l’Ashanti, le Danxomè et le Yorubaland. De cette activité de traite, relayée par la suite par le commerce de l’huile de palme (au Danxomè), sont nées les premières catégories de commerçants africains, au rang desquels figurent à la fois des Afro-Brésiliens et des autochtones. C’est le cas notamment dans l’ancien Danxomè des familles afro-brésiliennes Domingo-Martinez et Do Santos et des familles autochtones Quenum, Adjovi, Gnahoui et Codjia. Ainsi en 1882, on comptait 25 négociants installés entre Porto-Novo et Grand-Popo et 154 commerçants régulièrement inscrits à la Chambre de commerce (Codo et Anignikin 1982).

  

31* Ces commerçants, qui ont constitué par la suite la « bourgeoise urbaine », ont été secondés par les planteurs de cacao en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Nigeria. Ceux-ci ont formé la « bourgeoise des planteurs », provenant à la fois des chefs traditionnels et des roturiers. L’originalité de ces planteurs est d’avoir évolué comme de véritables syndicats de producteurs agricoles, comme c’est le cas, par exemple, en Côte d’Ivoire du « Syndicat agricole »ou au Nigeria de Agbè Koya. Ce dernier syndicat est resté très actif jusqu’à la guerre de sécession du Biafra entre 1960 et 1970. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, ce sont ces planteurs qui ont été à l’origine de la création du Parti démocratique de la Côte d’Ivoire (PDCI), avec Houphouët-Boigny comme premier président.

  

32* Le dernier groupe d’entrepreneurs africains est celui des femmes, particulièrement dynamiques au Ghana, au Togo, au Bénin, au Nigeria et au Mali. Ces dernières interviennent surtout dans les secteurs des textiles et de la distribution. Leur rôle dans l’accumulation financière est tel qu’on les a surnommées les « nanas Benz » au Togo en raison de leurs grosses voitures Mercedes, signe extérieur de richesse. Cet entrepreneuriat féminin s’est actuellement élargi jusqu’aux femmes sahéliennes et singulièrement maliennes, actives dans la teinture du basin riche, dont les plus célèbres sont Awa Cissé, Kady Sylla, Kébé Tantou Sambaké, Adam Bah Konaré et Awa Ly. Kébé Tantou Sambaké et Adam Bah Konaré figurent dans le Dictionnaire des femmes célèbres du Mali. Elles font régulièrement la une des journaux de la sous-région comme Jama, Amina et Divas. Madame Kébé Tantou Sambaké est considérée comme une femme à part : c’est l’une des rares intellectuelles du groupe qui, munie d’un brevet de technique en comptabilité, a délaissé la fonction publique pour se lancer dans la teinture. Petit à petit, elle a forgé sa réputation à Bamako puis dans toute l’Afrique de l’Ouest où elle recrute ses apprenties. Elle a créé un centre de formation en teinture artisanale en 1998 qui accueille actuellement une vingtaine de stagiaires venant de tout le Mali et des pays voisins, attestant ainsi le niveau de popularité auquel est parvenu cet art malien de la teinture.

  

33* Les enfants de ces différentes catégories d’entrepreneurs africains ont été formés dans les meilleures universités et les prestigieuses écoles commerciales des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France, et sont revenus en Afrique depuis peu pour contrôler les secteurs des banques, de l’assurance, de la microfinance et du négoce.


34* Il est important d’évoquer toutes ces catégories d’acteurs dans le débat sur l’émergence de nouveaux leaders en raison, premièrement, des relations de clientélisme qui les lient aux dirigeants politiques et, deuxièmement, à cause de leurs moyens financiers, grâce auxquels beaucoup d’entre eux sont devenus des faiseurs de rois.

  

35*  Le processus démocratique en cours en Afrique est très onéreux en termes d’organisation des différentes élections. Or, les leaders d’entreprise apportent la plupart des moyens financiers nécessaires à l’organisation d’élections. Par exemple en 2006 au Bénin, un opérateur privé actif dans le secteur cotonnier, a été le principal financeur de la campagne du président actuel. Selon des rumeurs, le groupe Bolloré, qui a récemment décroché le contrat d’exploitation du Port autonome de Cotonou, avait aussi fait un geste pour soutenir cette campagne. Du temps du président Mathieu Kérékou, le rôle de Séfou Fagbohoun fut déterminant dans le financement des campagnes électorales de ce président. Comme récompense, il reçut de l’Etat la gestion de la Société Nationale de Commercialisation des Produits Pétroliers (Sonacop). A part le Bénin, la société Elf, devenue par la suite Totalfina, exerce une mainmise occulte sur la destinée politique de l’Afrique par le contrôle de dirigeants politiques au Gabon, au Congo, en Angola et au Nigeria 4.


 


-----------

 

** 4 Sur l’implication de ces entrepreneurs dans la vie des nations africaines et singulièrement dans l (...)

 

Source :

http://poldev.revues.org/120


 

Zuma urges South African businessmen to invest in Bayelsa/ Nigeria


------------------------------------------------------------

 

 

 






Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page