Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 01/04/2015 à 18:00:08
AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria




« Au terme d'une élection "historique", l'opposant Muhammadu Buhari est devenu le nouveau président élu du Nigeria, un scrutin exemplaire qui marque la première alternance démocratique et pacifique du turbulent géant d'Afrique de l'Ouest depuis son indépendance. "Notre pays a rejoint la communauté des nations qui remplacent par les urnes un président en place au cours d'un scrutin libre et honnête", "pour moi, c'est vraiment historique", s'est félicité M. Buhari dans sa première allocution depuis son élection. Avec 53,95% des voix, cet ancien général, qui était le candidat de la coalition de l'opposition (APC), a largement battu le chef d'Etat sortant Goodluck Jonathan, candidat du Parti démocratique populaire (PDP), crédité de 44,96%, selon les résultats officiels annoncés par la Commission électorale indépendante. Les résultats des élections parlementaires, qui ont eu lieu au même moment, n'ont pas encore été publiés. Selon le calendrier officiel, le mandat de M. Jonathan prend fin le 30 avril, et M. Buhari doit être investi le 29 mai. »


 

-------------------------------------------------

  

Muhammadu Buhari speaking at a campaign rally

 

1 –  Nigeria : alternance "historique", l'opposant Buhari élu président

 

Au terme d'une élection "historique", l'opposant Muhammadu Buhari est devenu le nouveau président élu du Nigeria, un scrutin exemplaire qui marque la première alternance démocratique et pacifique du turbulent géant d'Afrique de l'Ouest depuis son indépendance. "Notre pays a rejoint la communauté des nations qui remplacent par les urnes un président en place au cours d'un scrutin libre et honnête", "pour moi, c'est vraiment historique", s'est félicité M. Buhari dans sa première allocution depuis son élection. Avec 53,95% des voix, cet ancien général, qui était le candidat de la coalition de l'opposition (APC), a largement battu le chef d'Etat sortant Goodluck Jonathan, candidat du Parti démocratique populaire (PDP), crédité de 44,96%, selon les résultats officiels annoncés par la Commission électorale indépendante.

 

Les résultats des élections parlementaires, qui ont eu lieu au même moment, n'ont pas encore été publiés. Selon le calendrier officiel, le mandat de M. Jonathan prend fin le 30 avril, et M. Buhari doit être investi le 29 mai. Le PDP détenait le pouvoir depuis 1999, date du retour à la démocratie du Nigeria après des années de dictatures militaires. Depuis son indépendance en 1960, le Nigeria a connu six coups.

 

Lui-même ancien putschiste à la tête d'une junte militaire entre 1983 et 1985, l'ancien général Buhari, 72 ans, se présente comme un "converti à la démocratie". C'était la quatrième tentative à la présidentielle de ce musulman du Nord après trois échecs successifs depuis 2003, dont le dernier déjà face à M. Jonathan, un chrétien du Sud, en 2011. "J'ai promis à ce pays des élections libres et justes. J'ai tenu ma parole", a déclaré pour sa part le président sortant dans un communiqué publié dans la nuit. "Aucune ambition personnelle ne vaut le sang d'aucun Nigérian", a-t-il ajouté pour prévenir toute violence, alors que la précédente présidentielle en 2011 s'était soldée par un millier de morts.

 

Le vainqueur a rendu hommage au fair-play du chef de l'Etat qui l'avait appelé dès mardi après-midi pour reconnaître sa défaite. Des milliers de Nigérians étaient descendus dès mardi après-midi dans les rues de Kano, plus grande ville du nord musulman, pour célébrer la victoire de leur champion. "C'est un des plus beaux moments de ma vie", s'est réjoui Khalid Isa Musa, un jeune étudiant, alors que de nombreux partisans brandissaient des balayettes, symboles du parti de M. Buhari qui s'est engagé à lutter contre la mauvaise gouvernance et la corruption.

 


- Fini la corruption? -

A Abuja, la capitale, qui reprenait vie mercredi après quatre jours de paralysie, les partisans du président sortant rencontrés autour des kiosques à journaux étaient déçus pour leur candidat mais heureux pour la démocratie. "J'ai voté pour Jonathan, mais ce n'est pas grave. Je suis heureux. Il n'y a eu ni triche, ni violences, ni affrontements. Et l'élection a été libre et juste", s'est réjoui Simon Idoku, un chauffeur de taxi.

 

L'Union européenne, la France et le Royaume-Uni (ancienne puissance coloniale) ont félicité le vainqueur, Londres soulignant l'importance d'une "transition pacifique". La présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a déclaré de son coté que "le résultat des élections démontre clairement la maturité de la démocratie, non seulement au Nigeria, mais sur le continent dans son ensemble". Cette présidentielle réussie, dans le pays le plus peuplé d'Afrique avec 173 millions d'habitants, est un symbole fort sur le continent, où la question de l'alternance pacifique et démocratique se pose de façon récurrente, avec des dirigeants en poste ou une même famille au pouvoir parfois depuis plusieurs dizaines années. Malgré les couacs techniques, dus à l'utilisation de lecteurs de cartes électorales biométriques pour la première fois, les Nigérians ont voté massivement pour faire entendre leur mécontentement, notamment sur les questions de sécurité et la corruption.

 

Les récentes avancées de l'armée contre le groupe islamiste Boko Haram, dans le nord-est, grâce à l'intervention militaire des pays voisins, le Tchad en tête, ont finalement peu profité à M. Jonathan, les électeurs considérant probablement que cette opération arrivait trop tard, ou trop opportunément. L'insurrection islamiste a fait plus de 15.000 morts en six ans, selon un nouveau bilan donné par l'ONU mercredi. "Nous allons construire un nouveau Nigeria (...)", mais "ca va être dur, les attentes sont immenses", a reconnu Aisha Buhari, l'épouse du nouvel élu. La corruption en particulier, l'un des plus grands fléaux du Nigeria, "n'aura plus sa place" dans le pays, a assuré M. Buhari. "Les corrompus ne seront pas nommés dans ma nouvelle administration", a-t-il promis.

 

Par Ola AWONIYI, Ben SIMON/ AFP/ 01/04/2015.

 

https://fr.news.yahoo.com/nigeria-buhari-f%C3%A9licite-dune-%C3%A9lection-historique-083357293.html


Buhari 2015 BN 6 The Associated Press


----------------------------------------------------

 

 

2 - Muhammadu Buhari, la victoire du « converti »

 

Ses adversaires auraient dû se méfier. En se préparant pour la campagne en vue de l’élection présidentielle de 2015, le général (à la retraite) Muhammadu Buhari ne s’était pas contenté de changer de lunettes. Préparant sa troisième tentative pour prendre le pouvoir par les urnes, l’ex-dictateur militaire (1983-1985) avait aussi changé de style. Et peut-être, aussi, d’idées. Mais pour en avoir le cœur net, il faudra malheureusement attendre qu’il exerce le pouvoir, après la passation de pouvoir le 29 mai de Goodluck Jonathan, président sortant vaincu dans les urnes, une espèce jusqu’ici inconnue au Nigeria.

 

Dans la longue série des dictateurs militaires que le pays a endurée jusqu’aux années 1990, Muhammadu Buhari ne fait pourtant pas partie de ceux qui ont laissé un souvenir attendri. Sous son règne bref, moins de deux ans, son ambition était de transformer le Nigeria en camp disciplinaire. Son mot favori était d’ailleurs « discipline », pour justifier notamment les châtiments corporels (« chicotage » à coup de fouet, obligation de faire des pompes…) imposés par les soldats au moindre soupçon de manquement à un ordre que nul n’avait pris soin de définir avec précision. Mais sous Muhammadu Buhari, le Nigeria a aussi fait la preuve de son indépendance sourcilleuse – une vertu adorée dans le pays –, rompant ainsi avec le Fonds monétaire international (FMI), dont les fonctionnaires étaient en train d’imposer à une grande partie de l’Afrique des recettes d’ajustement structurel qui allaient détruire l’équilibre social de nombreux pays. Avant d’imposer, ceci étant, des mesures d’austérité comparables.

 

Muhammadu Buhari sera vite renversé par un de ses pairs, Ibrahim Babangida, lui aussi général, lui aussi « old boy » (ancien élève) du même Barewa College. Et puis, qui se souvient de ses errements d’alors ? La moitié des 174 millions d’habitants du pays ont moins de 19 ans, des envies de conquérir le monde et, pour commencer, de trouver un emploi. Les souvenirs de ces années ont tendance à s’estomper. Trente ans plus tard, du reste, est-ce le même homme qui prend cette fois le pouvoir par les urnes, et de surcroît par la grâce d’une élection haletante, une merveilleuse démonstration de démocratie, la plus belle depuis la fin des dictatures au Nigeria ?


Résultat de recherche d'images pour  Résultat de recherche d'images pour


Conversion à la démocratie

L’élection ne fait pas un président. Et qui peut prétendre connaître absolument ce que sera le nouveau chef de l’Etat ? Muhammadu Buhari a dit à plusieurs reprises qu’il avait « changé », qu’il s’était « converti à la démocratie ». Et, même, qu’il avait abandonné son envie pressante d’étendre à l’ensemble des 36 Etats (plus la capitale fédérale) du Nigeria la charia déjà appliquée aux 12 Etats du Nord depuis le début des années 2000. On le jugera sur pièce. Le Nigeria, c’est aussi la démonstration de l’élection, peut sanctionner un responsable. Au pays du clientélisme roi, c’est un coup de tonnerre.

 

Pour en arriver là, il a fallu que la campagne électorale fasse son œuvre sur le général à la retraite, malgré sa raideur. La vieille baderne, tout à coup, ne semblait plus si vieille (72 ans). Surtout, elle promettait de changer la vie du Nigeria, devenue première économie d’Afrique en 2014, en mettant fin au gâchis des ressources naturelles. C’est peut-être de cela dont rêve, à nouveau, le Nigeria : mettre fin à la gabegie. Alors, pourquoi pas avec un père fouettard, adouci peut-être par l’âge ?

 

En février, devant une salle pleine à craquer du centre de réflexion Chatham House (Institut royal d’affaires internationales), à Londres, le candidat avait dénoncé le fait que le Nigeria était désormais coupé en deux, avec « une économie réservée à une petite élite ayant tout, isolée sur son île de prospérité, et une autre, pour le plus grand nombre, dénuée de tout dans un vaste océan de misère ». Il avait aussi promis de mettre fin aux « fuites » dans le secteur des hydrocarbures, concernant la production pétrolière, dont 10 % environ des quelque 2 millions de barils produits chaque jour est détournée. Pendant la campagne, un dessin animé montrait Muhammadu Buhari et son colistier, transformés en superhéros. Sur la musique originale de James Bond, ils faisaient disparaître à coups de balai (l’emblème de la coalition de l’opposition formée en 2013), tous les maux du Nigeria, à commencer par la corruption.

 

Mais le Nigeria n’est pas un dessin animé. Pour remporter l’élection, il a aussi fallu une machine à gagner. En 2013, trois partis d’opposition au PDP (People’s Democratic Party, au pouvoir depuis le retour à la démocratie) avaient fait alliance. Des poids lourds du PDP avaient fait défection pour rejoindre l’APC (All Progessives Congress), qui devenait soudain un adversaire redoutable. On attendait que leurs divers responsables s’écharpent au moment du choix du candidat pour la présidentielle. Mais des primaires organisées avec soin et clarté avaient imposé Muhammadu Buhari. En sous-main, des grands noms du milieu des affaires au Nigeria avaient aidé à financer ces vieux routiers de la politique sans le sou. L’APC allait affronter un PDP aux caisses pourtant remplies aux sources même de l’Etat, et finalement l’emporter.

 


La mafia de Kaduna

Ainsi, Muhammadu Buhari est devenu président. Une autre vie, sans nul doute, pour cet homme né en 1942 dans ce qui est aujourd’hui l’état de Katsina, dans le nord du Nigeria, dans une petite ville, Daura, proche de la frontière avec le Niger. Quittant une famille de 23 enfants, Muhammadu Buhari s’est forgé au sein d’une autre famille : l’armée nigériane. Une carrière impeccable, commencée au célèbre Barewa College de Zaria (voisine de Kaduna) d’où est sortie une grande partie de l’élite du pays (cinq dirigeants, six si on le compte désormais à deux reprises), puis à la grande académie militaire de Kaduna.

Cette ville, qui était la capitale du Nord Nigeria pendant la colonisation, allait devenir le centre du pouvoir de l’Etat indépendant pendant des décennies. Les généraux, les grands barons de l’économie ou de la politique, se sont cooptés au sein de cette « mafia de Kaduna » qui a gardé le pouvoir près de trente ans en dépit de ses inévitables divisions et rivalités. Aujourd’hui, c’est un peu leur revanche, la résurgence d’une Nigeria qu’on pensait disparu.

 

En 1975, lorsque le très populaire général Murtala Mohammed réussit un coup d’Etat, il nomme Buhari à la tête de la province du Nord. C’est la promesse d’une influence qui ne se démentira pas. L’année suivante, Murtala Mohammed assassiné, c’est un autre général, Olusegun Obasanjo, qui lui succède.

Muhammadu Buhari va se voir confier par ce dernier la gestion des hydrocarbures. Le Nigeria vient de rejoindre l’OPEP, et se rêve en puissance pétrolière. La NNPC, une société nationale aux multiples fonctions, est créée. Elle sera bientôt un monstre irréformable, un puits sans fond source de toutes les corruptions. Mais à ce stade, l’avenir nigérian semble aussi pétrolier que prometteur. La NNPC crée des oléoducs, fait monter du brut depuis le delta du Niger, région de production, jusqu’à Kaduna, où une raffinerie est construite.

 

C’est un choix politique typique de la « mafia de Kaduna », qui soigne sa « capitale bis ». Le week-end, impossible de trouver un responsable du pouvoir à Lagos ou à Abuja. « Ils sont à Kaduna » s’entend-on immanquablement répéter jusqu’aux années 2000. À Kaduna, dans l’une de leurs grandes maisons aux allures de palais. Muhammadu Buhari, bien entendu, a la sienne. Son voisin, Shehu Yar’Adua, était le frère d’armes et de coups d’Etat d’Olusegun Obasanjo (chef de la junte de 1976 à 1979 puis président élu de 1999 à 2007). Et le frère du défunt président Umaru Yar’Adua. Il a été assassiné en prison par une autre personnalité, féroce, de ce groupe : Sani Abacha. A la grande époque, tout ce monde rival et complice menait grand train à Kaduna, loin du regard des simples mortels, n’apparaissant que pour des cérémonies ou au club de polo de la ville, qui s’honore d’être le « premier du Nigeria ».

 

Dans le club des officiers d’élite, chacun ou presque connaîtra son heure au pouvoir. En 1983, vint le tour de Muhammadu Buhari. La « discipline » et la chicotte ne suffisent pas à réformer l’économie. Moins de deux ans après, il est renversé par le général Ibrahim Babangida. On l’accuse d’avoir détourné de l’argent : rien ne sera jamais prouvé. Le général Buhari, au contraire, semble être l’un des seuls dirigeants à ne s’être attribué aucun bloc pétrolier. Peut-être est-ce, au fond, ce qui fonde la confiance que les Nigérians ont placée en lui.

 

Par Jean-Philippe Rémy / (Kaduna (Nigeria) envoyé spécial) / LE MONDE/ Le 01.04.2015/ Mis à jour le 01.04.2015 

 

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/04/01/muhammadu-buhari-la-victoire-du-converti_4607121_3212.html



-----------------------------------------------------

 

 

3 - Nigeria : cinq choses à savoir sur le nouveau président Muhammadu Buhari

 

La commission électorale nigériane a annoncé mardi que le successeur du président sortant Goodluck Jonathan serait le principal candidat de l'opposition, Muhammadu Buhari. Retour en cinq points sur le parcours de celui qui aura désormais entre les mains les rênes du plus peuplé des pays d'Afrique durant quatre ans.

 

Supporters of the presidential candidate Muhammadu Buhari and his All Progressive Congress (APC) party celebrate in Kano March 31, 2015.


_ Un musulman originaire du Nord

Muhammadu Buhari est né le 17 décembre 1942 à Daura, dans l’État de Katsina situé au nord du Nigeria à la frontière avec le Tchad. Issu d’une famille nombreuse (il est le dernier d’une fratrie de 23 enfants), le candidat du All Nigeria Peoples Party (APC) s’est marié deux fois et a eu dix enfants. En 2011, Muhammadu Buhari s’est exprimé publiquement lors d’un séminaire en faveur d’une application totale de la loi islamique dans tout le pays. "Si Dieu le veut, nous n'arrêterons pas l'agitation pour la mise en œuvre totale de la charia dans le pays", avait-il déclaré. Mais en janvier 2015, en pleine campagne électorale, il avait rectifié le tir en défendant la liberté de culte, rappelant au passage n’avoir jamais imposé la charia lorsqu’il était au pouvoir entre 1983 et 1985.

 


_ Militaire et chef de junte pendant vingt mois

À l’âge de 19 ans, Muhammadu Buhari rejoint l’armée. Suivent plusieurs années de perfectionnement en Grande Bretagne, puis il gravit les échelons pour devenir en 1980 officier général des forces armées nigérianes. Une carrière qui a notamment été accélérée par sa participation en 1966 au coup d’État mené par le lieutenant-colonel Murtala Muhammed pour renverser le régime d’Aguiyi Ironsi. Quelques années plus tard, en décembre 1983, le général Buhari prendra les rênes du pouvoir après avoir renversé le président Shehu Shagari élu en 1979. Ce passage à la tête de l’État durera jusqu’en août 1985, date à laquelle il est renversé par le général Ibrahim Babangida. Ses vingt mois de gestion du pays ont conduit de nombreuses personnes en prison, dont Fela Kuti, inventeur légendaire de la musique nigériane "afrobeat" et éminent activiste des droits de l'homme.

 

L’affaire Umaru Dikko est l’un des épisodes les plus célèbres de la présidence Buhara. Dikko, ministre dans le gouvernement renversé, avait alors été kidnappé à Londres par les agents secrets nigérians. Un agent des douanes de l’aéroport de Stansted découvre alors dans une "valise diplomatique" à destination de Lagos, l’ex-ministre inconscient. L'incident avait provoqué une crise diplomatique majeure avec la Grande-Bretagne et quatre hommes avaient été emprisonnés pour enlèvement.

 

La "méthode Buhari" était donc rude, dans de nombreux domaines. Le quotidien britannique The Telegraph indique par exemple que la tricherie lors d'examens universitaires pouvait conduire à une peine d’emprisonnement de vingt ans et que les fonctionnaires étaient soumis à des punitions physiques en cas de retard au travail. En 1984 et en 1985 alors que l'Afrique de l'ouest traversait une grave crise alimentaire, Buhari avait fait expulser plusieurs centaines de milliers de Nigériens vivant alors au Nigeria. Aujourd'hui encore l'épisode de cette famine est surnommée "El-Buhari" à l’est du Niger.

 

 

_ Trois fois candidat malheureux à la présidentielle

Muhammadu Buhari a été désigné candidat en décembre 2014 par le principal parti d’opposition, le Congrès progressiste (APC), avec 3 430 voix, loin devant l'ancien vice-président Atiku Abubakar qui n'a obtenu que 954 voix. Il avait effectué son retour en politique en 2003 lors de l’élection présidentielle perdue contre l’ancien général Olusegun Obasanjo, qui l'a aujourd'hui rallié. En 2007 et en 2011, il n'avait pas connu un sort plus heureux face à Umaru Yar’Adua puis Goodluck Jonathan. Sa défaite en 2011 a entraîné des violences au cours desquelles un millier de Nigérians au moins ont trouvé la mort.

 

Résultat de recherche d'images pour  


_ Un ticket avec le sudiste Yemi Osinbajo

Pour équilibrer la candidature de son parti face au président sortant, Muhammadu Buhari a désigné le 17 décembre 2014 pour la vice-présidence Yemi Osinbajo, issu de l’ethnie yoruba du sud du pays. Ce dernier, responsable du département de droit public de l’Université de Lagos, a une riche carrière professionnelle. Il fut notamment conseiller spécial du procureur général du Nigeria, membre de la mission des Nations unies en Somalie… Chrétien évangéliste, Yemi Osinbajo a fait partie du comité chargé de rédiger le manifeste du All Progressives Congress (APC) en 2013.

 


_ Une alliance avec l’ancien président Olusegun Obasanjo

Si Muhammadu Buhari a été battu à la présidentielle de 2003 par Olusegun Obasanjo, tous les deux sont d'anciens généraux de l’armée nigériane et leurs rapports sont très bons, au moins depuis que l’ancien président a publiquement déchiré sa carte de membre du Parti démocratique populaire (PDP, au pouvoir), en février dernier. Obasanjo avait nommé en 1976 Buhari au poste très stratégique de ministre du Pétrole et des Ressources naturelles. Les relations exécrables entre Goodluck Jonathan et Olusegun Obasanjo ont fortement profité à Buhari dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle.

 

31/03/2015/ Par Edmond d'Almeida

 

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150331181204/



----------------------------------------------------

 

 

4 – NIGERIA/ Indicateurs économiques et sociaux

 

La République fédérale du Nigéria, divisée en 36 Etats, est, avec ses plus de 162 millions d’habitants, le pays le plus peuplé d’Afrique. Situé au bord du golfe de Guinée, à l’Ouest du continent, sa capitale est Abuja. Le Nigéria, souvent qualifié de géant africain, a de solides ressources agricoles et minérales, les premières réserves de gaz et de pétrole du continent, une capitale économique - Lagos – en passe de devenir la place financière de la région et un PIB représentant les deux tiers de celui de toute l’Afrique de l’Ouest. Ses faiblesses sont une dépendance excessive aux hydrocarbures, un taux de  chômage et de pauvreté élevés et une forte corruption.




Tous les indicateurs

Economie

PIB

594 G$

2014

FMI

Croissance du PIB

6,1 %

2014

FMI

PIB par habitant

3 416 $

2014

FMI

Part de l'industrie dans le PIB

22,0 %PIB

2013

Banque mondiale

Part des services dans le PIB

57,0 %PIB

2013

Banque mondiale

Part de l'agriculture dans le PIB

21,0 %PIB

2013

Banque mondiale

Solde commercial

44 000 M$

2013

OMC

Exportations

100 000 M$

2013

OMC

Importations

56 000 M$

2013

OMC

Balance des paiements courants

22 G$

2014

FMI

Dépenses en recherche et développement (R&D)

0,20 %PIB

2007

Banque mondiale

Flux des Investissements directs étrangers entrants

5 609 M$

2013

Cnuced

Flux des Investissements directs étrangers sortants

1 237 M$

2013

Cnuced

Aide publique au développement nette reçue

1 916 M$

2012

Banque mondiale



Emploi et chômage

Taux de chômage

23,9 %

2011

FMI





Finances publiques

Déficit/surplus public

-1,7 %PIB

2014

FMI

Dette publique

10,6 %PIB

2014

FMI

Recettes fiscales

1,6 %PIB

2012

Banque mondiale

Dépenses militaires

1 995,0 M$

2013

Sipri




Matières premières

Production de pétrole

1 753,7 kbaril/jour

2013

OPEP

Réserves mondiales de pétrole brut

37,1 Gbaril

2013

OPEP

Exportations de pétrole

2 193 kbaril/jour

2013

OPEP

Production de gaz naturel

32,5 Mtep

2013

BP

Réserves de gaz naturel

5,080 Tm3

2013

BP

Exportations de gaz naturel

24,543 Gm3

2013

OPEP

Production d'acier

100 ktonne

2013

IISI

Consommation de carburants fossiles

17,4 %

2011

Banque mondiale

Utilisation de l'énergie alternative et nucléaire

0,4 %

2011

Banque mondiale





Population et société

Population

173,938 M

2014

FMI

Population urbaine

47,0 %

2014

Banque mondiale

Taux d'alphabétisation

61 %

2010

Banque mondiale

Indice de développement humain (IDH)

0,504

2013

Pnud

Taux de fertilité

6,0 naissance/femme

2012

Banque mondiale

Espérance de vie à la naissance

52 année

2012

Banque mondiale

Taux de mortalité infantile de moins d'un an

74 ‰

2013

Banque mondiale

Durée moyenne de scolaristation

5 année

2013

Pnud

Emission de CO2

0,5 tonne/hab

2010

Banque mondiale



Prix et consommation

Prix à la consommation

8,3 %

2014

FMI

Abonnées à Internet haut débit fixe

0 abonnés/100pers

2013

Banque mondiale

Abonnés à la téléphonie mobile

73 abonnés/100pers

2013

Banque mondiale

Nombre d'utilisateurs d'internet

38 %

2013

Banque mondiale

Dépenses de santé

6,1 %PIB

2012

Banque mondiale


  

http://data.lesechos.fr/pays/nigeria.html

 

----------------------------------------------

 

  






Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page