Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 12/05/2015 à 01:37:39
MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe




0.1 – « David Cameron a qualifié lundi sa large victoire aux élections législatives de jeudi dernier de "mandat fort" pour renégocier les termes des relations entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne, une tâche qu'il admet "difficile" mais en vue de laquelle il s'est entouré de fidèles au sein de son nouveau gouvernement. Le Premier ministre a assisté lundi à une première réunion des nouveaux élus du parti conservateur, qui détient la majorité absolue à la chambre des Communes et a affiché à cette occasion son "unité", selon les participants. Conforté par son triomphe électoral inattendu, David Cameron a félicité ses troupes pour leur victoire mais les a mises en garde contre tout relâchement en prévision des joutes européennes à venir. "Nous avons un mandat, ce sera à l'évidence difficile, mais nous avons un mandat", a-t-il dit à la presse avant d'entrer au Parlement où il a été longuement et bruyamment acclamé par le "1922 Committee", le groupe des élus conservateurs.»

 


0.2 – « Après cinq ans de crise, l'économie britannique a rebondi fortement depuis 2013, affichant une croissance économique de 3,1% en 2014 tirée par la consommation des ménages (plus de 60% du PIB) et la reprise du crédit. Une consolidation de la croissance est attendue en 2015, avec des prévisions de l'ordre de 2,8% du PIB. Pour certains analystes, la reprise économique amorcée en 2013 est à relativiser, car elle constitue davantage un effet de rebond et de rattrapage qu'une amélioration réelle de l'économie. C'est en effet la consommation des ménages qui ont recommencé à s'endetter qui tire la croissance, l'économie britannique restant déséquilibrée. L'endettement des ménages a atteint 125% du PIB. Le risque de bulle immobilière est également à surveiller. »

 


-----------------------------------------------

  

  

1 - Elections britanniques : le triomphe inattendu de David Cameron

 

Le Premier ministre remporte la majorité absolue au Parlement, loin devant les travaillistes qui réalisent leur pire score depuis 1987. David Cameron reste donc au pouvoir pour un second mandat. George Osborne a été reconduit à la tête des Finances. Ed Miliband, battu, démissionne de la tête du Labour, tout comme Nick Clegg chez les libéraux. David Cameron a gagné, triomphé même. Le Premier ministre conservateur a réalisé un score bien meilleur que prévu aux élections législatives britanniques. Alors que presque tous les résultats étaient connus en milieu de journée vendredi, les Tories ont remporté le nombre de sièges nécessaires pour obtenir une majorité absolue à la Chambre des communes.

La droite britannique améliore son score de 24 sièges par rapport aux élections de 2010. David Cameron est donc en mesure de former un gouvernement 100 % conservateur, sans alliance avec l’un ou l’autre des petits partis.

 

Après sa sortie de Buckingham Palace, où la reine l’a officiellement désigné Premier ministre, David Cameron s’est brièvement exprimé devant le 10, Downing Street. « Je vais maintenant former un gouvernement conservateur majoritaire », a-t-il dit, avant de rendre rapidement hommage à son rival défait, le travailliste Ed Miliband. Le chef du gouvernement savoure son succès. C’est la première fois depuis 1992 que les conservateurs ont la majorité absolue à la Chambre des communes. David Cameron a confirmé sa promesse de tenir un référendum pour demander aux Britanniques s’ils souhaitent rester membres de l’Union européenne. Il s’est aussi engagé à donner plus d’autonomie à l’Ecosse.

 

Le Parti travailliste d’Ed Miliband est arrivé loin derrière, perdant 26 députés. Le principal parti de gauche a réalisé son plus mauvais score en nombre de sièges depuis 1987, sous Margaret Thatcher. Le leader du Labour a annoncé en milieu de journée qu’il quitterait son poste dès vendredi après-midi. « J’assume la responsabilité totale et absolue de ce résultat », a-t-il dit, l’air triste, depuis le siège du Parti. Le Labour a recueilli un peu plus de 30 % des voix, selon une estimation de la BBC, contre près de 37 % pour les conservateurs.

Les Libéraux-démocrates (centristes), qui étaient au pouvoir avec les conservateurs depuis 2010 dans le cadre d’une coalition, s’effondrent, avec 8 sièges, presque 50 de moins qu’il y a cinq ans. Leur leader, Nick Clegg, a lui aussi annoncé sa démission après des résultats qu’il a qualifiés de « catastrophiques » pour son parti.

 


Triomphe des indépendantistes en Ecosse

Les nationalistes écossais confirment une percée sans précédent. Ils remportent la quasi-totalité des 59 sièges écossais contre seulement six dans le parlement sortant : 56, selon les résultats définitifs pour la région. Le parti anti-européen Ukip, défavorisé par le mode de scrutin majoritaire à un tour, n’obtient qu’un siège. Son leader, Nigel Farage, est battu par les conservateurs dans la circonscription du Kent où il se présentait. Il va démissionner lui aussi, tout en laissant entendre qu’il pourrait être candidat à sa propre succession à la tête du parti cet automne.

Le résultat de ces élections marque une rupture par rapport aux dernières enquêtes d’opinion, qui donnaient toutes, jusqu’au jour du scrutin, les deux grands partis au coude-à-coude et aucune majorité claire à la Chambre des communes. Les conservateurs ont arraché des sièges aux travaillistes et aux libéraux-démocrates. Quant aux travaillistes, ils ont perdu presque tous leurs députés en Ecosse au profit des nationalistes. David Cameron a été réélu dans un fauteuil dans sa circonscription de la région d’Oxford.

  

Les libéraux-démocrates abattus

Des figures du Labour on été battus. Ed Balls, qui aurait été ministre des Finances si le Labour l’avait emporté, a été défait par les conservateurs dans sa circonscription du Yorkshire. « Le Parti travailliste reviendra », a-t-il lancé, la gorge serrée. Plusieurs personnalités du Parti libéral-démocrate ont perdu leur siège. C’est le cas de Vince Cable, ministre de l’Economie du gouvernement sortant, et de Danny Alexander, qui était le secrétaire d’Etat au Trésor. Le leader des Lib-dems, Nick Clegg, qui était vice-Premier ministre, a sauvé son siège de Sheffield. Il a évoqué « une nuit cruelle » pour les libéraux-démocrates. Dans l’Ouest de Londres, le maire conservateur Boris Johnson a été confortablement élu dans une circonscription où il était certain de l’emporter. Il s’est félicité de « l’incroyable surprise » du scrutin pour le Parti conservateur. Le ministre des Finances conservateur, George Osborne, est lui aussi réélu.

 


Référendum sur l’Europe

La victoire des conservateurs et le résultat beaucoup plus net qu’attendu ont fait réagir les investisseurs. La livre sterling s’est nettement appréciée face au dollar et à l’euro. A l’ouverture de la Bourse de Londres vendredi, l’action du fournisseur d’énergie Centrica a bondi de près de 10 %. Ed Miliband avait promis de geler les factures de gaz et d’électricité s’il était victorieux, ce qui aurait potentiellement pénalisé l’entreprise. Les titres des banques étaient également en hausse. Les travaillistes avaient l’intention de relever le prélèvement sur les institutions financières et de taxer les bonus de la City. Le Labour voulait aussi limiter les parts de marché des grandes banques britanniques.

A plus long terme, l’attention des investisseurs devrait se tourner vers le référendum sur l’Europe promis par David Cameron. Le Premier ministre s’est engagé à consulter les Britanniques d’ici à 2017. Cette perspective pourrait inciter certaines entreprises à retarder leurs investissements d’ici là, estime vendredi Azad Zangana, économiste pour le gestionnaire de fonds Schroders.

 

Vincent Collen / Correspondant à Londres/ Le 07/05 à 12:47, mis à jour le 08/05 à 18:57


http://www.lesechos.fr/monde/europe/02155179987-royaume-uni-les-britanniques-votent-1117705.php



--------------------------------------------------------

 

 

 

2 - David Cameron s'estime doté d'un mandat pour réformer l'UE

 

David Cameron a qualifié lundi sa large victoire aux élections législatives de jeudi dernier de "mandat fort" pour renégocier les termes des relations entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne, une tâche qu'il admet "difficile" mais en vue de laquelle il s'est entouré de fidèles au sein de son nouveau gouvernement. Le Premier ministre a assisté lundi à une première réunion des nouveaux élus du parti conservateur, qui détient la majorité absolue à la chambre des Communes et a affiché à cette occasion son "unité", selon les participants.

 

Conforté par son triomphe électoral inattendu, David Cameron a félicité ses troupes pour leur victoire mais les a mises en garde contre tout relâchement en prévision des joutes européennes à venir. "Nous avons un mandat, ce sera à l'évidence difficile, mais nous avons un mandat", a-t-il dit à la presse avant d'entrer au Parlement où il a été longuement et bruyamment acclamé par le "1922 Committee", le groupe des élus conservateurs. David Cameron a fait de la renégociation des termes de la relation entre Londres et Bruxelles la priorité de son nouveau mandat et a promis de convoquer un référendum d'ici la fin 2017 sur l'appartenance de la Grande-Bretagne au bloc des Vingt-Huit, une décision aux implications majeures pour l'économie du pays et sa place dans le monde. Pour mener à bien cette tâche, le Premier ministre a décidé de s'entourer de fidèles au gouvernement, d'autant qu'il n'a plus à s'embarrasser d'une alliance avec les Libéraux démocrates, comme c'était le cas depuis 2010.

Après avoir confirmé dès vendredi les ministres de l'Intérieur, Theresa May, de la Défense, Michael Fallon, des Finances, George Osborne, et des Affaires étrangères, Philip Hammond- ces deux derniers étant chargés de négocier avec l'UE-, David Cameron a promu lundi deux figures montantes du parti tory.

 

Britain's Prime Minister David Cameron poses for a group photograph with newly-elected Conservative Party MPs, at the Houses of Parliament in London


DES FIDÈLES PROMUS AU GOUVERNEMENT

Amber Rudd au poste de l'Energie, Sajid Javid à celui des Entreprises remplacent deux ministres LibDem et présentent tous deux la particularité d'être issus du secteur bancaire. Amber Rudd, qui était depuis 2014 secrétaire d'Etat chargée des questions liées à l'énergie et au climat, devra notamment trancher le débat sur l'exploitation du gaz de schiste en Grande-Bretagne. Elle s'est déjà engagée à poursuivre la transition vers les énergies renouvelables en disant vouloir favoriser l'innovation et la réduction des coûts.

 

Sajid Javid, ministre de la Culture dans le gouvernement sortant, a pour sa part été lors de ses débuts en politique, en 2010, un proche collaborateur de George Osborne, dont un autre ancien assistant, Greg Hands, a lui aussi été promu au poste de numéro deux du ministère des Finances, où il sera chargé du chantier de la baisse des dépenses publiques et du contrôle du déficit budgétaire. EEF, la principale fédération patronale de l'industrie britannique, a déjà appelé Sajid Javid à oeuvrer à la mise en oeuvre de grands projets d'infrastructure comme l'extension de la capacité aéroportuaire de Londres et l'amélioration des réseaux routiers et ferroviaires.

 

Son directeur général, Terry Scuoler, a également demandé au ministre de se prononcer en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne. "Je suis sûr qu'il comprend que l'immense majorité des entreprises qu'il va désormais représenter au gouvernement souhaitent que la Grande-Bretagne reste au centre d'une Europe réformée", a-t-il dit dans un communiqué. David Cameron se dit lui-même favorable au maintien de son pays dans l'UE, mais à condition d'obtenir de Bruxelles des concessions, ce que l'ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso a d'ailleurs estimé lundi probable, le Premier ministre britannique étant désormais en position de force.

 


LES EUROSCEPTIQUES ENTERRENT LA HACHE DE GUERRE

David Cameron aura néanmoins du mal à obtenir toutes les réformes qu'il souhaite, notamment la remise en cause de la liberté de circulation intracommunautaire, certains pays, comme la France, ayant déjà exclu une révision des Traités européens. Il sait aussi qu'il aura fort à faire pour convaincre, au sein même de son parti, un gros contingent d'eurosceptiques qui ne jurent que par le "Brexit", une sortie de l'UE, et cela peut-être dès que se seront estompées les ovations de la réunion de lundi, décrite par George Osborne comme un grand moment d'unanimité. "Nous avons vécu des moments forts comme celui où Bill Cash (NDLR: figure de proue des eurosceptiques) a promis sa loyauté indéfectible et a assuré que ce parlement ne serait pas comme les précédents", a dit le ministre des Finances.


Un autre élu conservateur, Alistair Burt, a lui aussi assuré que les Tories avaient compris qu'ils ne devaient plus se déchirer sur la question européenne. "Nous savons les dégâts que cela a provoqué", a-t-il déclaré à Reuters. "Cela n'a rien réglé sur le plan des relations entre notre pays et l'Europe, cela n'a fait que nous détruire. Et le sentiment général est qu'il ne faut pas que cela recommence." Le dernier Premier ministre conservateur à avoir gouverné avec une courte majorité était John Major, qui disposait d'ailleurs d'un nombre de sièges un peu plus élevé que le sien et dont le mandat fut torpillé par les eurosceptiques il y a une vingtaine d'années. Si l'heure n'est plus aux déchirements, l'élu eurosceptique John Redwood a prévenu dans les colonnes de l'Observer que David Cameron serait surveillé de près. "Le Parti conservateur, qui meurt d'envie de restreindre le pouvoir d'ingérence de l'UE, va réclamer au Premier ministre le rétablissement d'une pleine autonomie", écrit-il. "Il n'y pas de désaccord sur l'objectif, mais le Premier ministre devra éviter de décevoir sur ce qu'il accomplira pour le promouvoir."

 

(Avec William James et Mark Trevelyan; Jean-Stéphane Brosse et Tangi Salaün pour le service français)

 

Source : Reuters 11/05/15/ Mis à jour le 11/05/15 à 16:50// © 2015 Reuters - Tous droits de reproduction réservés par Reuters.

 

http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/david-cameron-s-estime-dote-d-un-mandat-pour-reformer-l-ue-1037757


 


-------------------------------------------------------

  


3 - Royaume-Uni  : politique, économie et perspectives

 

Population 64,511 millions

PIB 2 847,604 milliards $US

  

Principaux Indicateurs économiques

 

2012

2013

2014(e)

 2015(p)

Croissance PIB (%)

0,7

1,7

2,6

2,5

Inflation (moyenne annuelle)

2,8

2,6

1,5

 1,4

Solde budgétaire / PIB (%)

-8,0

-5,8

-5,3

-4,9

Solde courant / PIB (%)

 -3,6

-4,4

-4,7

-4,9

Dette publique / PIB (%)

 89,1

90,6

92,0

93,1

 

(e) Estimation  (p) Prévision

 

 

POINTS FORTS

Production d’hydrocarbures couvrant les trois-quarts des besoins énergétiques

Secteurs de pointes

Faible impôt sur les sociétés

 

 


POINTS FAIBLES

Dépendance de l’économie aux services financiers et à l’immobilier

Désaccord au sein de la coalition gouvernementale au sujet de la question européenne

Dette et déficits publics élevés

Endettement privé élevé

Fragilité du système bancaire

 


Lights shine within the Total Lindsey refinery, near Grimsby, northern England February 5, 2009.  REUTERS/Nigel Roddis


Appréciation du risque

 

Un ralentissement très contenu

La croissance britannique a été plus soutenue que dans les autres grandes économies avancées en 2014. En 2015, un changement de cap monétaire était anticipé et devait contraindre la croissance en raison de la hausse des taux d’intérêt. Toutefois, l’inflation, s’inscrivant à la baisse, devrait retarder le resserrement monétaire de la part de la Banque d’Angleterre (BoE). En effet, sur le plan extérieur, la baisse du coût des matières premières ainsi que la baisse de l’inflation en zone euro ont contraint la hausse des prix britanniques en 2014. En outre, sur le plan domestique, les salaires n’augmentent toujours pas et n’exercent donc pas de pression sur les prix. Ce report permettra à la croissance de se maintenir à un niveau nettement supérieur à 2% (moyenne de la période 1998-2012).

 

En effet, bien qu’en léger ralentissement, la consommation privée sera bien orientée en 2015, en raison de la baisse continue du niveau de chômage (inférieur à 6% fin 2014). De plus, ces bons chiffres sont principalement dus à la progression de l’emploi à temps plein. Cependant, la croissance de la consommation, qui représente 65% du PIB, se modèrera légèrement car les salaires n’augmentent pas. L’endettement des ménages britanniques est élevé (125% du PIB) et les conduit à puiser dans leur épargne pour consommer (6% du revenu disponible). Dans ce contexte, la consommation dépend de la confiance des ménages qui demeurait élevée fin 2014. Toutefois, le  risque de bulle immobilière est à surveiller. Elle pourrait conduire à un arrêt brutal de l’économie (notamment de la consommation) si elle venait à éclater. Malgré la volonté de la BoE de freiner la hausse des prix immobiliers en 2014, ces derniers ont crû de 12% sur un an (à fin septembre 2014) contre 5,5 en décembre 2013.

 

Les investissements en capital fixe devraient continuer à dynamiser la croissance en 2015. En effet, le taux d’utilisation des capacités de production est élevé (82%). Les conditions d’emprunts, particulièrement favorables, devraient inciter les entreprises à se moderniser. En outre, elles affichent des bons résultats et Coface enregistre un niveau d’impayés historiquement bas sur le Royaume-Uni. En 2015, l’impôt sur les sociétés diminuera d’1 p% et sera alors de 20%.

 

Toutefois, l’encours de prêts bancaires aux PME a diminué en 2014. Malgré le Lending for Lending Sheme, les banques demeurent frileuses dans leur politique de prêt. Les banques britanniques ayant dû assainir leur bilan, les petites entreprises se tournent donc vers des modes financement alternatifs. Le système bancaire britannique est en effet surdimensionné (en valeur absolue (11 000 Mds £ et 900% du PIB). Du côté de la construction, la confiance semble s’éroder légèrement en lien avec les contraintes imposées par les autorités qui ont pour objectif de freiner la hausse des prix immobiliers. Toutefois, ce secteur demeurera bien orienté en 2015. Le déficit public devrait diminuer en 2015 afin de représenter environ 5% du PIB. Il demeure toutefois élevé dans un contexte de croissance forte. La dette publique continue donc de progresser.

 


Les exportations souffriront de l’appréciation de la devise

Bien que l’accélération de la croissance en zone euro (47% des exportations) participe à accroître les exportations de produits britanniques, l’appréciation de la livre vient renchérir les prix des produits britanniques. Ainsi, les exportations devraient pâtir de cette situation en 2015. En effet, les produits européens deviennent plus attractifs, et les importations devraient donc croître plus amplement.

Bien que disposant de quelques secteurs industriels de pointes compétitifs (pharmacie, automobile, aéronautique), la balance courante britannique reste très dépendante des exportations de services financiers et de services aux entreprises. En effet, si le solde commercial est déficitaire à 7 points de PIB environ, le solde des services est lui excédentaire à 5 points. Londres demeure la première place financière du monde. L’accélération de la croissance des pays avancés profitera aux exportations de services aux entreprises. Dans ce contexte, le déficit courant augmentera légèrement en 2015.

 


Les élections seront observées par l’Europe

Des élections législatives se tiendront en mai 2015. Les travaillistes sont toujours en tête des sondages actuellement, mais l’écart avec les conservateurs se resserre depuis 2013. Une coalition avec un parti de centre droit (the Lib Dems) sera probablement nécessaire afin d’avoir la majorité majoritaire. Le parti, assimilé à l’extrême droite, UK Independance Party (UKIP), favorable à une sortie de l’UE, pourrait disposer de nombreux sièges parlementaires et ainsi faire pression sur la politique du futur gouvernement. Si le parti conservateur du Premier ministre, David Cameron, venait à remporter les élections, un referendum sur la place de la Grande Bretagne dans l’Union européenne aurait alors lieu en 2017.

Le risque d’une sortie du pays est réel d’après les derniers sondages. Sur le plan économique, une sortie serait dommageable pour le Royaume Uni puisque l’ensemble des accords (bilatéraux et multilatéraux) seraient à renégocier.

 

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Royaume-Uni



-------------------------------------------

 

Queen Elizabeth

 

4 - Royaume Uni : gouvernance, économie et perspectives socio-politiques

 

Présentation

Conjoncture économique

Après cinq ans de crise, l'économie britannique a rebondi fortement depuis 2013, affichant une croissance économique de 3,1% en 2014 tirée par la consommation des ménages (plus de 60% du PIB) et la reprise du crédit. Une consolidation de la croissance est attendue en 2015, avec des prévisions de l'ordre de 2,8% du PIB. Pour certains analystes, la reprise économique amorcée en 2013 est à relativiser, car elle constitue davantage un effet de rebond et de rattrapage qu'une amélioration réelle de l'économie. C'est en effet la consommation des ménages qui ont recommencé à s'endetter qui tire la croissance, l'économie britannique restant déséquilibrée. L'endettement des ménages a atteint 125% du PIB.


Le risque de bulle immobilière est également à surveiller. Le chancelier de l'Echiquier George Osborne a poursuivi la politique d'austérité menée depuis la crise et a adopté des mesures visant à stimuler le secteur manufacturier, pour sortir de la dépendance par rapport à la consommation et au crédit. Le déficit public, en baisse sensible, s'élève néanmoins à 5,4% du PIB. Il doit être ramené à 3% en 2016-17 et retourner à l'équilibre en 2018-19. En cette année électorale, les débats reflètent des considérations de court terme. Parmi les priorités annoncées figurent la réduction des déficits, la baisse du coût de la vie, les investissements en matière d'infrastructure et de formation, la poursuite de l'austérité, les mesures visant à freiner l'immigration. Reste à relever le défi énergétique consistant à concilier l'impératif de baisse des émissions de gaz à effet de serre, le remplacement des vieilles centrales électriques et la maitrise du prix facturé, facteur de tensions politiques. Le risque de sortie de l'UE est également une préoccupation.


Le taux de chômage, auparavant l'un des plus faibles d'Europe, est en hausse depuis la crise, et estimé autour de 6%. Un jeune de moins de 24 ans sur cinq est au chômage. Le chômage a été en partie contenu en contrepartie d'un gel des salaires, du développement du travail à temps partiel et plus globalement de la paupérisation des travailleurs.


 



Principaux secteurs d'activité

Le secteur agricole représente moins d'1% du PIB, mais il est très productif. Les principales productions sont les pommes de terre, la betterave, le blé et l'orge. L’élevage (surtout les ovins et les bovins) continue d'être une activité majeure. Le secteur de la pêche est aussi très développé mais souffre actuellement de la diminution du volume de poisson dans les lieux de pêches traditionnels. Le Royaume-Uni a des ressources minérales considérables. Autrefois dixième plus grand producteur de pétrole, avec d'énormes réserves de gaz naturel, sa production est en train de baisser rapidement. Toutefois, les groupes comme BP et Shell continuent de faire partie des leaders mondiaux de l'industrie pétrolière. Le secteur secondaire n'est pas très compétitif. Les activités principales sont les machines-outils, le matériel de transport et les produits chimiques. Les secteurs ayant un bon potentiel sont les technologies de l'information et de la communication, la biotechnologie, l'aéronautique, la défense et les énergies renouvelables.

Le secteur des services, qui emploie près de 80% de la population active et contribue à plus des trois quarts du PIB, est la force motrice de l'économie. Londres demeure la plus grande place de marché financière européenne, à égalité avec New York.

 

Plus d'informations sur la page "Market Analyses about the United Kingdom" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.





Commerce extérieur

Le Royaume-Uni est l'un des acteurs les plus importants du commerce international. Le commerce représente plus de 60% du PIB du pays. C'est le deuxième plus grand exportateur et le cinquième plus grand importateur au monde de services commerciaux, et le huitième plus grand exportateur et le sixième plus grand importateur de marchandises. Les principaux partenaires commerciaux du Royaume-Uni sont l'Union Européenne, les Etats-Unis et la Chine.

La balance commerciale du Royaume-Uni est structurellement déficitaire. Du fait du ralentissement économique global et des difficultés rencontrées par la zone euro, la situation a eu tendance à se détériorer. En 2014, le déficit commercial s'est élevé à 34,8 milliards GBP, le plus important depuis 2010, se creusant sous l'effet d'une baisse des exportations plus rapide que celle des importations. L'appréciation de la livre devrait pénaliser les exportations du Royaume-Uni en 2015.

 

Plus d'informations sur la page "How to Export to the United Kingdom" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.





Le contexte politique

Le pouvoir exécutif

La Reine est le chef de l'Etat. Mais elle joue avant tout un rôle symbolique et de représentation. Elle continue à exercer trois droits essentiels : le droit d'être consultée, le droit de conseiller et celui de mettre en garde. A la suite des élections législatives de la chambre basse du parlement, le leader du partie ou de la coalition majoritaire est en général nommé Premier Ministre par la Reine, pour servir un mandat de 5 ans. Le Premier Ministre est le chef du gouvernement et il bénéficie de tous les pouvoirs exécutifs, ce qui comprend l'exécution de la loi et la direction des affaires courantes du pays. Le conseil des ministres est nommé par le Premier Ministre.

 

 

Le pouvoir législatif

La législature est bicamérale en Grande - Bretagne. Le parlement est constitué de : la Chambre des Lords (la chambre haute), qui comptent 625 membres à vie, 92 pairs héréditaires et 26 membres du clergé. La Chambre des Communes (chambre basse) compte 646 sièges, et ses membres sont élus au suffrage universel, pour un mandat de 5 ans. Le gouvernement est directement responsable devant et dépend du parlement.

  

Les principaux partis politiques

On trouve trois partis dominants au Royaume-Uni
- Le Parti travailliste, né du mouvement syndicaliste de la fin du XIXe siècle, social-démocrate de gauche ;
- Le Parti conservateur, parti de centre-droit, prônant une économie de marché, une défense forte, et des valeurs culturelles traditionnelles ;
- Les Libéraux-Démocrates, parti centriste, troisième force politique au Royaume-Uni, opposée à la guerre en Irak et défenseur des droits civils.
- Pour le reste, le Parti national écossais (SNP) et le Parti pour l'Indépendance du Royaume-Uni (UKIP, parti euro-sceptique populiste de droite, gagne de l'ampleur). On leur prédit une percée relativement forte lors des prochaines élections de 2015.




Les leaders politiques au pouvoir

Reine : ELIZABETH II (depuis février 1952).
Premier Ministre : David Cameron (depuis mai 2010), Parti Conservateur.


Les prochaines élections

Chambre des Communes : mai 2015

 


Les conditions de vie

Santé et sécurité

Les précautions sanitaires

Aucune exigence en matière de santé ou de vaccination. Cependant, les officiers de l'immigration peuvent envoyer des individus vers un médecin pour un examen médical, dans le cas d'une personne qui est visiblement en mauvaise santé, d'une personne qui a l'intention de rester plus de 6 mois ou d'une personne venant d'un pays qui a un taux élevé de tuberculose.

 

Les hôpitaux internationaux

Pour plus d'informations sur le système médical de la Grande - Bretagne pour les étrangers, et pour avoir une liste des hôpitaux, consultez Expat-medical-insurance (en anglais).

 

http://www.lemoci.com/pays/royaume-uni/




------------------------------------------------

 

 

 

5 - CITY DE LONDRES : Hong Kong en passe de devenir le premier centre financier mondial

 

Il est prévu que Hong Kong en 2015 passe devant Londres et dépasse New York en 2016 pour devenir le plus grand centre financier au monde, reflétant ainsi le très important changement dans l’équilibre du pouvoir du monde financier et un remarquable redressement économique depuis la crise financière.

En 2015, le nombre d’emplois lié aux services financiers, qui ne correspondait qu´à moins de la moitié de celui de Londres en 2005, dépassera celui de Londres pour atteindre 248 000, d’après le dernier rapport publié par le « Centre for Economics and Business Research » (CEBR) basé à Londres. En comparaison en 2015, Londres devrait quant à elle compter 237 000 emplois dans le secteur de la finance d’après ce même rapport. De plus, Hong Kong va aussi venir concurrencer New York, le centre financier américain qui a détrôné depuis cette année Londres en tant que plus important centre financier au monde. Ainsi, en 2016, Hong Kong comptera 262 043 experts financiers, contre 252 543 pour New York.



Entre 2008 (année où a débuté la crise financière mondiale) et 2012, le nombre d’emplois dans la finance s´est accru de 12 % à Hong Kong, alors que sur la même période à Londres il chutait de 23 % et de 10 % à New York. Depuis plusieurs années, il résulte que les villes occidentales perdent de leur avance notamment à cause d’une croissance plus dynamique des économies asiatiques, créant logiquement un véritable « boom » pour la demande de services financiers. Hong Kong n´échappe donc pas à ce changement profitant notamment de l’internationalisation du yuan.

 

Au même moment, la ville de Londres a perdu sa couronne de leader parmi les places financières du monde, autant de par son absence de vision à long terme de la régulation, de la taxation et des déroutes bancaires que de « l’inévitable » déplacement de la croissance économique vers l’est. New York, quant à elle, a été touché moins fortement que Londres grâce une économie américaine plus performante que celle del’ Europe. D’ailleurs, la chute des emplois dans le secteur de la finance à Londres a été accompagnée par une réduction drastique du montant des bonus accordés d’après le CEBR. Durant la dernière période hivernale, l´ensemble des personnes travaillant dans ce secteur à Londres n’a pu se partager que 1.6 milliard de livres, soit une réduction de 11.6 milliards de livres par rapport à 2008. Cela signifie donc que chacune d’entre elles n’aura pu recevoir « seulement » en moyenne 6400 livres sur cette période, là où en 2008 cette moyenne s’élevait 33 000 livres.

 

Posted on 27, mai 2013 / in Category Finance Hong Kong


http://www.creer-societe-hongkong.com/hong-kong-premier-centre-financier-mondial/


 


-------------------------------------------------

 






Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page