Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 26/07/2015 à 00:27:12
AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays




0.1 – « Le président en exercice a obtenu 69,41% des suffrages exprimés, sur fond de grave crise politique. Le président burundais Pierre Nkurunziza a été réélu vendredi dès le premier tour, avec plus de 69% des voix, pour un troisième mandat controversé, après trois mois d’une grave crise politique déclenchée par sa candidature. Pierre Nkurunziza, élu en 2005 et déjà réélu en 2010, a obtenu 69,41% des suffrages exprimés lors du scrutin qui s’est déroulé mardi au Burundi, selon les résultats proclamés par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) Pierre-Claver Ndayicariye. La participation s’est élevée à 73,44%, selon la Céni, alors qu’observateurs et journalistes avaient constaté une affluence relativement moyenne dans les bureaux de vote. »

 

 


0.2 – Burundi/économie et perspectives économiques : Estimée à 4.7 % en 2014, la croissance du PIB devrait s’améliorer pour atteindre 5 % en 2016, grâce à la mise en oeuvre de grands projets structurants dans les secteurs de l’énergie et des mines ; La faiblesse des capacités institutionnelles de l’administration fiscale continue à peser fortement sur la mobilisation des ressources intérieures, en dépit des réformes structurelles importantes engagées par le gouvernement ; Des progrès substantiels ont été réalisés pour lutter contre les disparités régionales, mais l’inclusion spatiale reste un enjeu majeur pour le pays, en raison des problèmes fonciers et des conflits qui en résultent. »




0.3 – « Burundi/ Appréciation du risque/ Une croissance dépendante du café et contrainte par le manque d’infrastructures : Après une légère accélération en 2014, la croissance devrait rester soutenue en 2015. L’activité dépend principalement de la production du café dans ce pays dont l’économie reste tirée par le secteur agricole, qui contribue à plus d’un tiers du PIB et emploie près de 80% de la population. En 2015, la production du café devrait connaitre un rebond tandis que celle du thé bénéficiera des investissements passés. La croissance de la production agricole souffrira néanmoins des carences en termes de productivité et d’accès au financement. Malgré l’adoption d’un nouveau code minier fin 2013, le secteur minier sera limité à l’extraction artisanale, le développement des mines industrielles de nickel restant bloqué par des problèmes d’approvisionnement en énergie et le manque d’infrastructures. »



-----------------------------------------------

 

  

1 - Burundi : Pierre Nkurunziza est réélu pour un troisième mandat

 

Le président en exercice a obtenu 69,41% des suffrages exprimés, sur fond de grave crise politique. Le président burundais Pierre Nkurunziza a été réélu vendredi dès le premier tour, avec plus de 69% des voix, pour un troisième mandat controversé, après trois mois d’une grave crise politique déclenchée par sa candidature. Pierre Nkurunziza, élu en 2005 et déjà réélu en 2010, a obtenu 69,41% des suffrages exprimés lors du scrutin qui s’est déroulé mardi au Burundi, selon les résultats proclamés par le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) Pierre-Claver Ndayicariye. La participation s’est élevée à 73,44%, selon la Céni, alors qu’observateurs et journalistes avaient constaté une affluence relativement moyenne dans les bureaux de vote.

 

La large victoire au premier tour de Pierre Nkurunziza était largement attendue, l’opposition ayant appelé au boycott du scrutin. Le chef de l’Etat l’emporte dans 16 des 18 provinces du pays, notamment à Bujumbura, qui lui est traditionnellement hostile, mais où votaient de nombreux militaires et policiers déployés dans la capitale le jour du vote. Principal opposant, Agathon Rwasa, qui représentait la coalition d’opposition des Indépendants de l’Espoir, arrive en deuxième position avec 18,99% des suffrages. Il l’emporte d’une courte tête dans les provinces du Bujumbura rural, son fief traditionnel, et de Rumonge (sud-est). Sans retirer formellement sa candidature, Agathon Rwasa avait indiqué ne pas reconnaître la légitimité du scrutin. Derrière arrivent Gérard Nduwayo, candidat de l’Uprona, le principal parti tutsi (2,14%), Jean Minani (Frodebu-Nyakuri, opposition, 1,36%), Jacques Bigiramana (FNL, 1,01%), l’ex-président Domitien Ndayizeye (0,71%), Jean de Dieu Mutabazi (mouvance présidentielle, 0,16%) et l’ancien chef de l’Etat Sylvestre Ntibantunganya (0,14%). L’Uprona et les FNL, partis d’opposition dont les chefs historiques ont été évincés récemment, sont désormais considérés comme des alliés du CNDD-FDD. Messieurs Minani, Ndayizeye et Ntibantunganya avaient annoncé leur retrait de la course, mais la Céni avait affirmé qu’ils n’avaient pas respecté les procédures prévues.


La communauté internationale estimait que le climat d’intimidation et de violences politiques, ainsi que l’absence de médias privés au Burundi, ne permettait pas des élections crédibles. Les principaux partenaires du pays ont gelé une partie de leur programmes et menacé de couper toute aide au Burundi, l’une des dix nations les moins développées au monde, extrêmement tributaire de l’aide internationale. Jugée anticonstitutionnelle par ses opposants, la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat a plongé le Burundi dans une grave crise politique émaillée de violences ayant fait plus de 80 morts depuis fin avril. Plus de 160 000 Burundais ont fui dans les pays voisins un climat préélectoral délétère.

 

AFP / 24 juillet 2015/ Mis à jour : 24 juillet 2015

 

http://www.liberation.fr/monde/2015/07/24/burundi-pierre-nkurunziza-est-reelu-pour-un-troisieme-mandat_1353311


 


-----------------------------------------------

 

  

2 - Pierre Nkurunziza est élu président du Burundi pour la troisième fois

 

Réélu avec 69 % des voix, Pierre Nkurunziza fait grincer des dents. Cette large victoire est contestée par l'opposition, qui juge anti-constitutionnel un troisième mandat du président sortant. Les mouvements de contestation provoqués par l'annonce de sa candidature s'étaient soldés par plus de 80 morts, et une partie de l'armée avait tenté de le déloger à la mi-mai au moyen d'un coup d'Etat, en vain. L'issue du scrutin ne faisait aucun doute. Le président sortant du Burundi Pierre Nkurunziza a été proclamé vainqueur de l'élection présidentielle aujourd'hui par la commission électorale nationale indépendante (Céni). En recueillant 69,41 % des voix, Pierre Nkurunziza est réélu pour un troisième mandat consécutif très controvorsé, et jugé contraire à la Constitution par ses adversaires. L'opposition n'avait pas pu faire campagne et plusieurs candidats s'étaient désistés. Le scrutin, qui s'est tenu lundi, a d'ailleurs été boycotté par l'opposition et de nombreuses violences ont eu lieu la veille et le jour de l'élection.

 

La participation s'est élevée à 73,44%, selon la Céni, alors qu'observateurs et journalistes avaient constaté une affluence relativement moyenne dans les bureaux de vote. Le chef de l'Etat l'emporte dans 16 des 18 provinces du pays, notamment à Bujumbura, qui lui est traditionnellement hostile mais où votaient de nombreux militaires et policiers déployés dans la capitale le jour du vote. Principal opposant, Agathon Rwasa, qui représentait la coalition d'opposition, arrive en deuxième position avec 18,99% des suffrages. Les six autres candidats ont recueilli de très faibles scores. En avril, l'annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat a plongé le pays dans la plus grave crise politique qu'il ait connu depuis dix ans.



Un mandat jugé anti-constitutionnel

Depuis l'annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza, manifestations et violences ont fait plus de 80 morts. En mai, un coup d'Etat raté a tenté de déloger Pierre Nkurunziza de son fauteuil présidentiel. Les Etats d'Afrique de l'Est, sous l'égide du président ougandais Yoweri Museveni, ont amorçé des négociations en juillet et tenté de repousser les élections maintes fois pour enrayer cette crise politique et mettre fin aux violences quotidiennes, en vain. Pierre Nkurunziza a montré sa volonté de s'accrocher au pouvoir. Les autorités burundaises ont maté toute contestation de la société civile avec violence, au point de faire taire les voix dissonantes depuis juin, jusqu'à la veille du scrutin. Près de 160 000 Burundais ont fui dans les pays voisins. La communauté internationale estimait que le climat d'intimidation et de violences politiques, ainsi que l'absence de médias privés au Burundi, ne permettait pas des élections crédibles.

 

Déjà élu en 2005 et réélu en 2010, Pierre Nkurunziza débute ici son troisième mandat. L'oppositon politique et la société civile jugent ce dernier anti-constitutionnel. En effet, l'article 96 de la Constitution burundaise limite l'exercice du pouvoir exécutif à dix ans: «Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois.» Pierre Nkurunziza ne fait pas figure d'exception dans le paysage politique africain. Déjà, plusieurs dirigeants ont manifesté leur volonté de conserver le pouvoir malgré les dispositions légales censées les en empêcher.

 

Par Mathilde Belin , AFP, AP, Reuters Agences / Publié le 24/07/2015  

 

http://www.lefigaro.fr/international/2015/07/24/01003-20150724ARTFIG00320-pierre-nkurunziza-est-elu-president-du-burundi-pour-la-troisieme-fois.php


 


-----------------------------------------------

 

 

   

3 - Les clés pour comprendre les enjeux de la crise politique au Burundi

 

FOCUS - En briguant un troisième mandat, le président burundais discrédite l'accord de paix qui a mis fin à plus de dix ans de guerre civile et assure un partage du pouvoir entre hutus et tutsis. La situation était confuse ce mercredi au Burundi, trois semaines après le début de protestations qui ont fait plus d'une dizaine de morts. La société civile, l'opposition et l'Eglise catholique mènent la fronde contre le président Pierre Nkurunziza. Celui-ci a annoncé son intention de briguer un troisième mandat, ce que ses opposants jugent inconstitutionnel. Voici pourquoi les tensions actuelles ravivent le spectre des tensions ethniques entre hutus et tutsis qui se sont affrontés dans une guerre civile entre 1993 et 2006.



_ Graves menaces sur l'accord de paix

Les contestataires jugent qu'un troisième mandat serait contraire aux accords d'Arusha, signés en 2000 en Tanzanie sous l'égide de Nelson Mandela. Ils ont permis de ramener la paix au Burundi, après 13 ans de guerre civile. Entre 1993 et 2006, l'armée majoritairement tutsie s'est battue contre des groupes rebelles hutus. En passant outre la limitation à deux mandats imposée par cet accord, le président Nkurunziza et son camp ont fait savoir qu'ils le considéraient caduc. Et donné du grain à moudre à ceux qui affirment que leur objectif est de réviser la Constitution, pour la débarrasser de l'héritage d'Arusha.

 

_ Un équilibre basé sur un partage ethnique du pouvoir

L'accord d'Arusha et la Constitution «pérennisent des quotas ethniques» dans les institutions afin de «désamorcer la question» hutu/tutsi, rappelle Christian Thibon, enseignant à l'Université française de Pau et spécialiste du pays. L'équilibre repose donc sur un partage ethnique du pouvoir. «L'enjeu de la crise actuelle est de maintenir ou non cet arrangement institutionnel», explique Thierry Vircoulon, de l'International Crisis Group (ICG). La frange dure du parti présidentiel, le Cndd-FDD, issu de l'ancienne rébellion hutue, le remet en cause aujourd'hui. Ces tensions ravivent les souvenirs de la guerre civile, déclenchée par un putch de l'armée alors aux mains de la minorité tutsie au pouvoir depuis l'avènement de la République en 1966. Elle cherchait à renverser le premier président élu du Burundi, Melchior Nadadaye, un hutu.

 

_ Regain récent de tensions inter-ethniques

A coups d'allusions et périphrases comprises de tous les Burundais, la propagande du camp présidentiel rappelle depuis quelques mois la domination tutsie passée ou accuse les FNL, l'autre grand parti hutu, de «pactiser avec les ennemis» quand il tente un rapprochement avec l'Uprona. Elle rappelle aussi la présence importante de tutsis au sein de la société civile ou les médias indépendants, très critiques à l'encontre du Cndd-FDD. Les autorités ont aussi fait allusion au fait que l'actuelle contestation agite surtout les quartiers tustis de la capitale. Par ailleurs, la tension reste de mise entre les chefs des partis d'opposition à Nkurunziza, tous d'anciens acteurs de la guerre civile. «La question ethnique continue d'être l'arrière-plan des politiciens burundais car le passé de la guerre civile n'a pas été mis sur la place publique et les responsabilités pas établies alors que tout le monde sait qui a fait quoi au Burundi», souligne Thierry Vircoulon. Enfin, un programme controversé de restitution de terres aux réfugiés de la guerre civile a exacerbé les tensions hutus/tutsis, dans un petit pays pauvre, essentiellement rural et l'un des plus densément peuplé du continent.


Résultat de recherche d'images pour "burundi confrontation, hutus et tutsis" Résultat de recherche d'images pour "burundi confrontation, hutus et tutsis"


_ Le spectre d'une confrontation entre hutus et tutsis

Pour l'instant, la contestation n'est pas ethnique. Les protestataires sont aussi bien hutus que tutsis et forment une coalition hétéroclite qui rassemble la société civile, des membres de l'opposition et des religieux. La fronde a même touché une frange du Cndd-FDD avant d'être étouffée. Néanmoins, «la crise actuelle, ainsi que la propagande qui l'a précédée, reflète fortement ces antagonismes» hutu/tutsi, souligne Thierry Vircoulon. Déjà, dès 2014, une tentative ratée de réforme de la Constitution avait mis fin à l'accord de gouvernement entre le Cndd-FDD et l'Uprona, principal parti tutsi. Parmi les pires scénarios dans la crise actuelle: une fracturation de l'armée, où l'accord d'Arusha garantit une représentation paritaire des hutus et des tutsis, le long de lignes ethniques ou des anciennes affiliations de la guerre civile.

 

Par Edouard de Mareschal , AFP, AP, Reuters Agences / Publié le 13/05/2015  

 

http://www.lefigaro.fr/international/2015/05/13/01003-20150513ARTFIG00286-les-cles-pour-comprendre-les-enjeux-de-la-crise-politique-au-burundi.php



----------------------------------------------------

 

 

4 - L'Union Africaine déploie des militaires au Burundi

 

Crise politique. Alors que l'annonce des résultats de la présidentielle controversée est prévue vendredi, l'Union Africaine va déployer des soldats au Burundi. L'Union Africaine (UA) a annoncé mercredi 22 juillet le déploiement de militaires et d'observateurs des droits de l'Homme au Burundi. Ce déploiement «vise à prévenir une escalade de la violence au Burundi, ainsi qu'à faciliter l'aboutissement des efforts de règlement de la grave crise que connait le pays», précise un communiqué de l'Union Africaine. Les experts militaires seront chargés de vérifier «le processus de désarmement des milices et autres groupes armés», ajoute le texte.



Un climat de terreur

Les Imbonerakure, membres de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir qui ont entretenu un climat de terreur avant les élections sont notamment considérés comme une «milice» par les Nations Unies. Aucun détail n'a été donné quant au nombre ou l'origine des observateurs qui seront déployés. L'UA n'avait envoyé personne pour superviser l'élection et avait appelé au report de celle-ci. La candidature de M. Nkurunziza à un troisième mandat, dénoncée par l'opposition, a plongé depuis fin avril le Burundi dans une profonde crise politique, émaillée de violences qui ont fait plus de 80 morts et poussé quelque 160'000 Burundais à fuir leur pays.



Nkurunziza assuré d'être élu au premier tour

Dans le communiqué, la présidente de la commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma appelle «tous les acteurs burundais» à apporter «leur entière coopération à l'équipe des observateurs» et précise que seul «le dialogue et le consensus», permettront de résoudre la crise.  Le résultat du scrutin, boycotté par l'opposition et condamné par la communauté internationale, devrait être annoncé vendredi après-midi, selon la commission électorale nationale indépendante burundaise.

 

La participation devrait s'établir "à entre 70 et 80%, dans les mêmes proportions que les scrutins précédents", les législatives et communales couplées du 29 juin où elle avait atteint 74,32%, a indiqué M. Ntahorwamiye. "Il s'agit d'une estimation basée sur les informations" reçues des provinces, a-t-il précisé. Selon des projections effectuées par la radio-télévision nationale du Burundi (RTNB), le président Pierre Nkurunziza, qui briguait un troisième mandat controversé, est assuré d'être élu au premier tour. La victoire de M. Nkurunziza, élu en 2005 et réélu en 2010 - était annoncée, l'opposition ayant boycotté le scrutin, comme elle avait déjà refusé de prendre part aux législatives et communales, dénonçant une "mascarade" et un "forcing électoral" du camp présidentiel.

 

(/afp/Newsnet)/ (Créé: 22.07.2015, 17h06)

 

http://www.24heures.ch/monde/afrique/union-africaine-deploie-militaires-burundi/story/21888242


L'ensemble du continent africain, avec 53 États membres et une population de plus d'un milliard de personnes, n'a pas de représentation permanente au conseil de sécurité de l'ONU


----------------------------------------------------

 

  

5 –Burundi : économie et perspectives économiques

 

_ Estimée à 4.7 % en 2014, la croissance du PIB devrait s’améliorer pour atteindre 5 % en 2016, grâce à la mise en oeuvre de grands projets structurants dans les secteurs de l’énergie et des mines.

_ La faiblesse des capacités institutionnelles de l’administration fiscale continue à peser fortement sur la mobilisation des ressources intérieures, en dépit des réformes structurelles importantes engagées par le gouvernement.

_ Des progrès substantiels ont été réalisés pour lutter contre les disparités régionales, mais l’inclusion spatiale reste un enjeu majeur pour le pays, en raison des problèmes fonciers et des conflits qui en résultent.

  

Depuis 2010, le Burundi enregistre une croissance moyenne de 4 %, malgré une conjoncture internationale difficile. Une conjoncture marquée par la hausse des prix mondiaux du carburant et des produits alimentaires, source de pressions inflationnistes importantes. En 2014, la croissance du PIB réel est estimée à 4.7 % contre 4.5 % en 2013, soutenue principalement par l’agriculture grâce au rebond de la production de café et par le dynamisme du secteur bâtiments et travaux publics (BTP), avec l’exécution de grands projets d’infrastructures (fibre optique, routes, etc.). Grâce au resserrement de la politique monétaire et à la baisse des prix internationaux des produits pétroliers au second semestre, l’inflation en glissement annuel a chuté de 9.0 % en 2013 à 6.7 % en 2014.



(Cinq pays d'Afrique de l'Est se lancent vers une union monétaire)


La bonne conduite de la politique monétaire a permis de stabiliser le franc burundais (BIF) par rapport au dollar américain (USD) durant toute l’année 2014. Sur le plan budgétaire, le Burundi souffre d’une faible mobilisation des ressources intérieures (12.4 % du PIB en 2014 contre 13.1 % en 2013 et 14.2 % en 2011) et de la baisse de l’aide extérieure, passée de 5 % du PIB en 2010 à 2 % du PIB fin 2013. Le solde budgétaire est passé de 0.4 % du PIB en 2013 à -1.2 % du PIB en 2014. Au plan extérieur, le déficit du compte courant, transferts compris, s’est détérioré, passant de 8.3 % du PIB en 2013 à 9.5 % du PIB en 2014. 
La mise en oeuvre de la seconde génération du Cadre stratégique de croissance et de lutte contre la pauvreté (CLSP II), adopté en février 2012, a permis des progrès appréciables sur le plan du développement humain. Côté investissements, de grands chantiers dans le domaine de l’énergie et des transports et des télécommunications ont été initiés et de nouveaux programmes ont été soumis aux partenaires techniques et financiers pour la période 2015-16. Toutefois, l’inclusion spatiale est une préoccupation majeure, en raison des questions foncières associées.


 


Au-delà de la rareté, du morcellement excessif et de la dégradation des terres, le Burundi fait face à de nombreux problèmes de gouvernance foncière. Les pressions sur les terres sont également accentuées par le retour au pays de centaines de milliers de réfugiés dont les terres ont été occupées. Dans un tel contexte, la multiplication des conflits fonciers, qui représentent à eux seuls 80 % des litiges portés devant les tribunaux, constitue une source potentielle d’instabilité socio-économique. À l’approche des élections de 2015, les tensions politiques constituent à court terme le principal risque pouvant conduire aux violences et entraver les objectifs de croissance fixés par les autorités. En outre, les retards de progrès dans les réformes en matière de gestion des finances publiques, de même que le rétrécissement de l’espace politique pourraient compromettre le soutien des donneurs.


 

 

Tableau 1 : Indicateurs macroéconomiques

 

2013

2014(e)

2015(p)

2016(p)

Croissance du PIB

4.5

4.7

4.7

5

Taux de croissance du PIB réel par habitant

1.3

1.6

1.6

1.9

Inflation

9

6.7

4.9

5.7

Solde budgétaire (% PIB)

0.4

-1.2

-0.4

-0.4

Compte courant (% PIB)

-8.3

-9.5

-4.5

-6.1

Source : Données des administrations nationales ; calculs des auteurs pour les estimations (e) et les prévisions (p).

 

Auteurs: Sibaye Joël Tokindang, Daniel Gbetnkom

 

http://www.africaneconomicoutlook.org/fr/notes-pays/afrique-de-lest/burundi/

 

 


-----------------------------------------------------

 

 

6 - Burundi  : Economie et perspectives socio-économiques

 

Population 8,985 millions

PIB 2,676 milliard $US


 


Principaux Indicateurs économiques

 

2012

2013

 2014(e)

 2015 (p)

Croissance PIB (%)

4,0

4,5

4,7

 4,8

Inflation (moyenne annuelle)

11,8

9,0

7,0

 5,4

Solde budgétaire / PIB (%)

 -20,6

 -18,1

 -16,4

 -16,2

Solde courant / PIB (%)

 -32,8

 -28,4

 -24,7

 -23,7

Dette publique / PIB (%)

 35,4

 31,8

30,0

 28,6

 

(e) Estimation (p) Prévision

 


POINTS FORTS

. Richesses naturelles (café, thé, minerais)

. Soutien des bailleurs de fonds

. Annulation de 75% de la dette publique extérieure en 2009

. Intégration à la Communauté de l’Afrique de l’Est

 

   

POINTS FAIBLES

. Economie peu diversifiée vulnérable aux chocs externes

. Enclavement géographique

. Activité bridée par le manque d’infrastructures et d’accès à l’électricité

. Dépendance à l’égard de l’aide internationale

. Forte instabilité politique

 


Appréciation du risque

Une croissance dépendante du café et contrainte par le manque d’infrastructures

Après une légère accélération en 2014, la croissance devrait rester soutenue en 2015. L’activité dépend principalement de la production du café dans ce pays dont l’économie reste tirée par le secteur agricole, qui contribue à plus d’un tiers du PIB et emploie près de 80% de la population. En 2015, la production du café devrait connaitre un rebond tandis que celle du thé bénéficiera des investissements passés. La croissance de la production agricole souffrira néanmoins des carences en termes de productivité et d’accès au financement.

 

Malgré l’adoption d’un nouveau code minier fin 2013, le secteur minier sera limité à l’extraction artisanale, le développement des mines industrielles de nickel restant bloqué par des problèmes d’approvisionnement en énergie et le manque d’infrastructures. A cet égard, le secteur de la construction devrait bénéficier des programmes publics et de nombreux projets d’infrastructures, notamment hydroélectriques, soutenus par les aides internationales et la Facilité Elargie de Crédit du FMI. Par ailleurs, une plus grande intégration avec la CAE (Communauté de l’Afrique de l’Est) devrait également favoriser l’investissement dans les secteurs du commerce et du tourisme. Comme en 2014, l’inflation devrait continuer à ralentir en 2015 du fait de la modération des prix des biens importés (produits alimentaires et hydrocarbures notamment). Néanmoins, la dépréciation du franc burundais ou le relâchement de la politique budgétaire avant les élections de 2015 pourraient accentuer les pressions inflationnistes.


 


Des comptes fortement déséquilibrés mais soutenus par l’aide internationale

La politique budgétaire continuera d’être expansionniste en 2015. Les dépenses publiques en biens et services, majoritairement importés, vont augmenter tandis que les dépenses militaires et les salaires des fonctionnaires resteront élevés. Alors que les recettes tendent à se réduire, notamment à cause de l’alignement de l’impôt sur les sociétés sur celui de la CAE, la hausse du déficit public ne sera pas contrebalancée par l’afflux de dons. Ces derniers, s’ils sont stagnants, devraient néanmoins permettre de limiter le déficit public.

 

Les importations pèsent d’autant plus sur la balance commerciale du Burundi que la base d’exportations, dominée par le thé et le café, reste très limitée. La demande d’importation provient du manque de capital du secteur de la construction et dans une moindre mesure du besoin de produits alimentaires et d’hydrocarbures. Le déficit de la balance des services devrait de plus se creuser sous l’effet de la hausse de la facture du fret engendrée par l’augmentation des volumes d’échange. La persistance d’importants déficits public et courant, conjugués à une forte dépendance à l’égard de l’aide internationale, font peser un risque de surendettement dans les années à venir. Ces déficits mettent aussi sous pression le franc burundais, qui devrait continuer à se déprécier lentement malgré les interventions de la Banque Centrale. Les réserves en devises sont peu élevées, représentant entre 3 et 4 mois d’importations.



Une instabilité accrue à l’approche des élections de 2015

 Le Burundi vit une période de tensions sociales et politiques exacerbées par les échéances électorales de 2015.  La possible candidature du président actuel, Pierre Nkurunziza, élu déjà deux fois président, est au cœur des débats dans la mesure où la Constitution du pays limite à deux mandats consécutifs l’exercice de la fonction présidentielle. Malgré une tentative infructueuse de changement de Constitution en mars 2014, P. Nkurunziza semble désireux de briguer un troisième mandat, ce qui ravive les tensions entre son parti, le CNDD-FDD, et l’opposition, les médias ou la société civile.

 

La réduction des libertés politiques et les bruits courants sur les exactions des Imbonerakure, l’aile jeune du CNDD-FDD, ajoutent à l’instabilité sociale et inquiètent une partie des pays donateurs. Malgré sa popularité dans les milieux ruraux, l’actuel président fait de plus l’objet d’accusations de corruption de la part de l’Olucome (Observatoire de lutte contre la corruption et les malversations économiques) dans le cadre de l’attribution d’une licence d’exploitation du nickel. Le CNDD-FDD devrait cependant rester au pouvoir en 2015, l’opposition demeurant divisée et moins bien organisée.

Déjà touché par l’extrême pauvreté, le Burundi a vu ces deux dernières années le retour ou l’arrivée de nombreux réfugiés venus de Tanzanie ou de RDC, ce qui ne manque pas d’accroitre les tensions. Le pays contribuant à la mission de l’Union Africaine en Somalie, il est aussi sous la menace d’une attaque terroriste des Shebab. L’environnement des affaires, malgré des progrès notables, reste par ailleurs difficile.

 

Dernière mise à jour : Janvier 2015

 

http://www.coface.fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Burundi


 


------------------------------------------------------

 

 








Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page