Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 05/02/2014 à 03:18:13
TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne



« Le Fonds Monétaire International a résumé son appréciation de l’état général du pays dans son rapport de l’année 2013, sur «les perspectives de l’économie mondiale» publié au mois d’octobre dernier. Ses experts estiment que l’évolution de la situation politique et sécuritaire en Tunisie continue de peser sur les perspectives économiques et de ralentir le rythme des réformes budgétaires, financières et structurelles. Compte tenu de cette estimation, parler même d’un bilan structuré de l’activité économique de la Tunisie à la fin de l’exercice en cours n’a pas un grand sens au vu d’une visibilité assez floue et d’un contexte caractérisé par une carte très complexe des risques menaçant le pays. »

 

 

-----------------------------


1 - TUNISIE/ REVOLUTION / AN 3 : La Tunisie marque le 3e anniversaire de la chute de Ben Ali


 

A Tunis. Des milliers de Tunisiens, laïques comme islamistes, ont célébré mardi le troisième anniversaire de la chute du président Zine ben Ali, aboutissement de la révolution qui devait ouvrir …plus  la voie au « printemps arabe ».

 

 

TUNIS (Reuters) - Des milliers de Tunisiens, laïques comme islamistes, ont célébré mardi le troisième anniversaire de la chute du président Zine ben Ali, aboutissement de la révolution qui devait ouvrir la voie au "printemps arabe".

 

Dans la capitale, Tunis, la foule s'est rassemblée sur l'avenue Habib Bourguiba en agitant des drapeaux et en scandant des slogans, non loin du ministère de l'Intérieur devant lequel les manifestants criaient lors de la "révolution de jasmin" en 2011 "Dégage !" à l'adresse de Ben Ali.

 

 

Cette révolte contre un régime autocratique avait été le point de départ des soulèvements en Libye, en Egypte, au Yémen et en Syrie. Si dans ces pays les troubles, voire la guerre, n'ont pas cessé depuis lors, la Tunisie, elle, poursuit malgré les difficultés sa transition démocratique.

 

 

Un nouveau Premier ministre, Mehdi Jomaâ, a pris ses fonctions vendredi après la démission du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

 

L'accord conclu entre Ennahda et l'opposition laïque, qui vise à mettre fin à trois années de crise politique, prévoit la tenue dans le courant de l'année d'élections que devra préparer le nouveau gouvernement composé de personnalités indépendantes.


 


 

Mehdi Jomaâ, un ancien ministre de l'Industrie, dirigera cette équipe de techniciens qui devra notamment lancer les réformes économiques réclamées par les bailleurs de fonds internationaux de la Tunisie et faire face à la menace djihadiste.

 

"Personne, aujourd'hui, ne remettra en question ces résultats", déclare dans un groupe de manifestants laïques à Tunis Salem Bouzidi, un routier qui s'est couvert du drapeau national.

 

"C'est comme un nouveau départ pour tout le monde et quel que soit le vainqueur des prochaines élections, il aura vraiment la victoire !", ajoute-t-il.



 

"TOUJOURS COMME AVANT"

 

Plus loin, parmi les manifestants islamistes, Solaf el Hammami, un étudiant, loue l'attitude "responsable" d'Ennahda qui, assure-t-il, remportera les prochaines élections.

 

Mais pour une partie de la population, rien n'a vraiment changé depuis la révolution. "Nous avons nos problèmes, nos problèmes quotidiens et la révolution n'a pas vraiment changé nos vies", dit Azzedine, un commerçant du quartier pauvre d'Ettahdamon à Tunis, où des jeunes ont affronté la police la semaine dernière. "Ici, c'est toujours comme avant la révolution."

 

La composition du gouvernement doit être annoncée dans les prochains jours.

 

Le prédécesseur de Jomaâ, Ari Larayedh, qui a démissionné jeudi, avait été chargé en février dernier de diriger le gouvernement. Sa démission était la conséquence d'un accord conclu entre les islamistes d'Ennahda et l'opposition laïque pour sortir la Tunisie de l'impasse politique.

 

Le meurtre de deux figures de l'opposition, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, en février et juillet 2013, a précipité la crise.

 

Dans le cadre de l'accord conclu en décembre, Ennahda a accepté de céder le pouvoir à un gouvernement intérimaire apolitique après l'adoption d'une nouvelle Constitution ainsi que d'un calendrier électoral, et la formation d'une commission chargée de superviser les scrutins à venir.

 

 

Cette commission, l'Instance supérieure indépendante pour les élections, a été formée la semaine dernière. L'Assemblée constituante progresse, elle, dans la rédaction d'une nouvelle loi fondamentale.

 

Si la crise politique semble s'estomper, les problèmes économiques s'imposeront vite au nouveau gouvernement contraint de réduire les déficits des comptes publics dans un contexte de fort mécontentement social en raison de la hausse du coût de la vie et de la pénurie d'emplois depuis la "révolution de jasmin".

 

Guy Kerivel pour le service français/ Reuters

 

 

http://fr.news.yahoo.com/la-tunisie-marque-le-3e-anniversaire-la-chute-210039832--sector.html

 

-----------------------------


 2 – TUNISIE/REVOLUTION : 3 ans après, des espoirs malgré le désenchantement 

 

 Il y a trois ans, Ben Ali abandonnait le pouvoir. Le pays, éprouvé économiquement, célèbre sa révolution mais attend toujours sa Constitution. 


 

La Tunisie fête mardi le 3e anniversaire de la chute du régime de Ben Ali, détonateur du Printemps arabe, mais l'adoption de la nouvelle Constitution promise pour cette date symbolique n'était plus concevable en raison de disputes politiques. Les dirigeants tunisiens ont participé mardi matin à une brève cérémonie de lever du drapeau, place de la Kasbah à Tunis, où siège le gouvernement. Le président Moncef Marzouki, le Premier ministre islamiste démissionnaire Ali Larayedh et son successeur désigné Mehdi Jomaâ y ont participé, accompagnés de hauts responsables politiques et militaires.

 

En fin de matinée, des manifestations, à l'appel de partis politiques notamment, se déroulaient dans le calme et sous haute présence policière sur l'avenue Habib Bourguiba, haut lieu du soulèvement qui a chassé Zine El Abidine Ben Ali du pouvoir le 14 janvier 2011. Quelques milliers de personnes, partisans des islamistes d'Ennahda majoritaires à la Constituante et de leurs détracteurs, se sont rassemblés en différents endroits de cet axe du centre-ville. Mais l'adoption de la future Constitution, promise par la classe politique pour mardi au plus tard afin de coïncider avec cet anniversaire symbolique, était hautement improbable.


 

"Le temps des coups d'État est passé"

Un tiers des quelque 150 articles doivent encore être examinés après douze jours de débats, et des dispositions clés ont été rejetées dans un climat houleux à la Constituante. L'Assemblée doit se réunir de nouveau dans l'après-midi. Outre des articles définissant les conditions d'éligibilité du chef de l'État et le rôle du chef du gouvernement, la Constituante a rejeté, après un débat marqué par des disputes et invectives d'élus, une disposition cruciale sur le rôle de l'exécutif dans la nomination des juges. Une solution de remplacement doit désormais être négociée.

 

"Il faut préparer pour le pays la Constitution qu'il mérite", a déclaré devant les manifestants de son camp, Ajmi Lourimi, un dirigeant d'Ennahda. "Le temps des coups d'État est passé car il y a un peuple pour défendre sa révolution", a-t-il encore dit, son parti ayant longtemps craint un putsch sur le modèle du renversement du président islamiste égyptien Mohamed Morsi. "Malgré les difficultés, les entraves et la déception du peuple, cette révolution a été faite pour réussir", a pour sa part jugé Issam Chebbi, un dirigeant du Parti républicain, en opposition à Ennahda.


 

Un miracle tunisien

La Tunisie attend aussi la formation d'ici la fin de la semaine prochaine d'un gouvernement d'indépendants, sous la direction de Mehdi Jomaâ, appelé à conduire le pays jusqu'à des élections en 2014. Officiellement désigné vendredi, la nomination de Mehdi Jomaâ concrétise le départ volontaire du gouvernement d'Ennahda, qui avait remporté les élections de la Constituante en octobre 2011, mais dont les deux années passées au pouvoir ont été marquées par une succession de crises politiques et sociales ainsi que par l'essor de groupes djihadistes armés.

 

Dans un discours à la télévision lundi soir, le président Marzouki, un allié séculier d'Ennahda, a admis que les dirigeants étaient "très loin d'avoir réalisé les objectifs de la révolution", tout en jugeant le pays "sur la bonne voie, (même si) le chemin est encore dangereux et difficile". Il a aussi évoqué un "miracle tunisien (...) car nous avons préservé la liberté, un modèle moderniste et la sécurité", bien que le pays ait connu en 2013 une multitude d'attaques orchestrées, selon les autorités, par la mouvance djihadiste, et des conflits sociaux souvent violents.


 

Optimisme malgré tout

 

La semaine dernière a d'ailleurs été marquée une nouvelle fois par une succession de manifestations dégénérant en violences, nourries notamment par la pauvreté et le chômage, facteurs à l'origine de la révolte.

 

Les journaux étaient pour leur part partagés entre désenchantement et optimisme prudent mardi. "La Constitution tant rêvée est toujours inscrite aux calendes grecques. Les familles des martyrs (les victimes de la révolution, NDLR) attendent encore de connaître les (noms des) assassins de leurs fils et les islamistes ont été obligés de reconnaître leur échec", relève La Presse en une. Le Temps souligne que la révolution, portée par la jeunesse, "a été confisquée par les politiques, les tribuns récupérateurs". Néanmoins, ce quotidien francophone se dit sûr que la Tunisie "a évité le pire". "Sous peu, nous aurons un gouvernement apolitique qui nous mènera à bon port, à des élections. Nous aurons une Constitution qui s'annonce moderniste", prédit-il.


Le Point.fr - Publié le 14/01/2014 à 13:30

 

http://www.lepoint.fr/monde/tunisie-3-ans-apres-des-espoirs-malgre-le-desenchantement-14-01-2014-1780091_24.php



 

 


--------------------------------


 

 


3 – Tunisie/ 2013, Bilan et dépôt de bilan

 

Faire le bilan économique de la Tunisie durant l’année 2013 est un exercice fort délicat. Il s’agit, en effet, d’une année tumultueuse au niveau politique et marquée par une montée du terrorisme qui a impacté lourdement le rythme de vie des Tunisiens, l’activité économique et financière et les relations extérieures du pays.

 

On va essayer de suivre une démarche basée sur une vision globale des principaux indicateurs de l’économie nationale en mettant en relief leur évolution liée surtout aux données conjoncturelles relatives aux grands équilibres des finances publiques, à la croissance et à la situation sur le marché financier, mais aussi à des données qui synthétisent le niveau de vie des ménages et enfin aux données économiques d’ensemble.

 

Le Fonds Monétaire International a résumé son appréciation de l’état général du pays dans son rapport de l’année 2013, sur «les perspectives de l’économie mondiale» publié au mois d’octobre dernier. Ses experts estiment que l’évolution de la situation politique et sécuritaire en Tunisie continue de peser sur les perspectives économiques et de ralentir le rythme des réformes budgétaires, financières et structurelles. Compte tenu de cette estimation, parler même d’un bilan structuré de l’activité économique de la Tunisie à la fin de l’exercice en cours n’a pas un grand sens au vu d’une visibilité assez floue et d’un contexte caractérisé par une carte très complexe des risques menaçant le pays.

 

Dans ce cadre et parallèlement à la présentation du budget de l’Etat au titre de l’année 2014, le projet d’une loi de finances complémentaire sera soumis avant la fin de l’année à l’Assemblée nationale constituante ce qui dénote l’impossibilité pour le gouvernement du bouclage budgétaire de l’année 2013 conformément, du moins, aux lignes et «objectifs» annoncés. La loi de finances complémentaire vient dans une situation de baisse attendue des rentrées fiscales vu le ralentissement de l’activité des principaux secteurs productifs contre un accroissement soutenu des dépenses de gestion de l’administration qui ont augmenté jusqu’à la fin du mois de septembre 2013 de 19% par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2012 et ce, outre les besoins supplémentaires pour l’injection de ressources financières additionnelles nettes de l’ordre de 400 MD.



 

Ainsi, l’année 2013 peut être considérée comme l’année de tous les records : des emprunts publics qui atteindront environ 6110 millions de dinars, un déficit budgétaire de l’ordre de 6,8% du PIB, une balance commerciale extérieure d’un solde négatif de 9893 millions de dinars rien qu’à la fin du mois d’octobre 2013, un taux d’inflation galopante qui a frôlé les 6,5%, une insuffisance de liquidité bancaire de 4392 millions de dinars au terme du même mois et un taux d’intérêt directeur en accroissement continu atteignant 4,75% actuellement sans évoquer la situation du cours du dinar qui laisse à désirer par rapport aux principales devises étrangères et les pertes engendrées par la vague terroriste estimées à 4 milliards de dinars en raison du repli des investissements directs étrangers, de la baisse conséquente des recettes touristiques et de la dégradation des mouvements du commerce extérieur.

 

Bien évidemment, ce sont les contribuables toutes catégories confondues, qui ont payé et paieront l’addition très salée de tous les déficits ce qui se traduit par un constat clair : la dégradation de plus en plus soutenue de leur pouvoir d’achat qui a régressé de 10,6% ans tout au long des deux dernières années, une pression fiscale qui pénalise toute initiative et pèse lourd sur leurs activités (21%), la situation exceptionnellement lamentable de l’environnement dans lequel vivent aujourd’hui les Tunisiens (plus de 800 mille tonnes d’ordures non traitées). Partant de l’ensemble de ces constats, le bilan des «réalisations» passe outre toute interprétation et c’est pour cela qu’on peut évoquer, carrément, un dépôt de bilan.



Plusieurs questions se posent quant à l’avenir : notre pays est-il capable de s’en sortir ?

Comment l’économie tunisienne pourra-t-elle résister au cas où les crises multidimensionnelles que nous vivons, actuellement, continueraient à sévir et prendre de l’ampleur? Et enfin, que doit-on faire pour sauver l’économie nationale du moins à court terme des risques qui planent sur elle ? Sûrement aux grands maux, les grands remèdes, et c’est à cet effet que la Tunisie a encore de la chance pour éviter le point de non retour en dépit des multiples signaux qui indiquent l’imminence de son apparition.


Le premier pas serait un bon diagnostic du risque économique considéré aujourd’hui comme risque central qu’il faut accepter, quantifier et essayer de le couvrir, mais ceci passe par des efforts importants à déployer notamment au niveau de la politique monétaire et de la régulation du système financier sur lequel apparaissent des signes de tensions éventuellement problématiques.


La deuxième étape est de rétablir, à travers un réajustement efficient du mode de gouvernance des finances publiques, l’équilibre au niveau des piliers et fondamentaux de l’économie nationale. Ceci se fait au moyen de la création d’un climat d’affaires sain, l’administration rigoureuse des dépenses de fonctionnement en mettant de l’ordre au niveau de l’organisation des différents départements de l’Etat et du traitement adéquat des dossiers brûlants à l’instar de la gestion des biens et sociétés confisqués qui souffrent actuellement du délabrement et qui présentent des opportunités fort importantes pour réanimer l’économie nationale.


La troisième étape est nécessairement une meilleure prise en charge de notre jeunesse désespérée, démotivée et dégoûtée pour ré-ancrer en elle les valeurs du travail, de l’initiative et de l’ouverture. A ce niveau, ce sont de gros projets à lancer pour réanimer les secteurs les plus recruteurs et une refonte de la micro-finance qui peuvent insérer ce capital humain gaspillé et qui risque de basculer, à tout jamais, dans l’obscurantisme, le fatalisme et l’absurde.


 

 

Certes, les dégâts sont énormes et les risques qui planent sur la Tunisie, notamment sur le plan institutionnel et économique, sont de taille, mais c’est de la conviction des acteurs éclairés et progressistes de la scène politique et économique que le salut de la Tunisie dépend de la redynamisation des relations économiques bilatérales entre le pays et ses partenaires stratégiques en réinstallant la confiance des investisseurs étrangers pour rester en Tunisie et investir davantage dans les créneaux rapporteurs et à haute valeur ajoutée et de la lutte contre le sous-emploi, la précarité et l’appauvrissement de la société.

 


Le bilan économique de 2013 est loin d’être rassurant et tous les secteurs d’activité mettront du temps à retrouver leur rythme normal, mais la Tunisie a tous les atouts pour surpasser les dangers et les risques qui la guettent. La volonté des Tunisiens et des Tunisiennes aura encore le dernier mot.

 

14/11/2013 /


Par Mourad El Hattab/ Spécialiste en gestion des risques financiers

http://www.businessnews.com.tn/tunisie-2013-bilan-et-depot-de-bilan,523,42197,4




---------------------------------

 


4 – TUNISIE/ ECONOMIE : appréciation d’ensemble

 

Vue d'ensemble

 

Le climat politique en Tunisie est marqué par l’incertitude, notamment depuis l’assassinat en juillet 2013 du dirigeant de l’opposition Mohammed Brahmi, qui a été suivi par une série d’attaques perpétrées à travers le pays et par le lancement d’une opération de sécurisation sans précédent dirigée contre les groupes terroristes opérant sur le territoire tunisien. Les principales formations de l’opposition ont appelé à la démission du gouvernement et à la dissolution de l’Assemblée nationale constituante (ANC), qui devait procéder au vote de la Constitution, arrêter la composition de l’instance chargée de l’organisation des élections et adopter une loi électorale.

 

Alors que les sondages d’opinion montrent que les enjeux socio-économiques demeurent au cœur des préoccupations des Tunisiens, des pressions de plus en plus fortes s’exercent sur le pouvoir pour qu’il limite ses travaux à l’adoption de la nouvelle Constitution et de la loi électorale. La politisation du processus constitutionnel, de même que l’élargissement des fonctions législatives de l’ANC, ont retardé l’écriture de la Constitution. Cette situation a conduit la troïka (la coalition gouvernementale formée par Ennahda, Ettakatol et le Congrès pour la République) à abandonner son engagement initial à finaliser la rédaction de la Constitution dans un délai d’un an (soit en octobre 2012). Les partis de l’opposition ont alors entamé une série de manifestations dans le but d’exiger l’achèvement du processus et la tenue d’élections avant la fin du mois de décembre 2013.

 

 


Sur le plan économique, la reprise de la croissance tunisienne a ralenti en 2013, sous l’effet des problèmes de sécurité et des faibles performances économiques enregistrées dans les pays de l’Union européenne et en Libye. La croissance du PIB est ressortie à seulement 2,7 % et 3,2 % au premier et deuxième trimestre de 2013, respectivement. Le taux de croissance devrait se situer en moyenne autour de 3,2 % en 2013, contre 3,6 % en 2012. Le taux d’inflation, qui avait régulièrement augmenté depuis 2012 en raison de la hausse des prix alimentaires et culminé à 6,5 % en mars 2013, s’est stabilisé à 6 % au cours des derniers mois à la suite du resserrement de la politique monétaire par la banque centrale.

 

Le gouvernement, qui a suivi une politique budgétaire expansionniste depuis la révolution, n’a plus guère de marges de manœuvre disponibles. Afin de limiter l’impact croissant des prix pétroliers internationaux sur les subventions et sur le budget, le gouvernement a relevé les prix des combustibles en septembre 2012 et en mars 2013.

 

Si des augmentations supplémentaires sont peu probables dans le contexte politique actuel, des mesures à court terme seront nécessaires pour contenir le déficit budgétaire, sachant que celui-ci devrait se situer à 7,2 % du PIB en 2013 (contre 5,1 % l’année dernière). La hausse des dépenses publiques, conjuguée au niveau élevé des prix des produits de base et à la faible progression des exportations de produits manufacturés, ont continué d’exercer une pression sur les comptes extérieurs. 

 

Le déficit du compte courant restera élevé à près de 8,1 % du PIB (comme en 2012). Les investissements directs étrangers et autres apports financiers extérieurs ne suffiront pas à empêcher une réduction des réserves de change, dont le montant devrait représenter l’équivalent de trois mois d’importations d’ici à la fin de l’année. Compte tenu des tensions de plus en plus fortes qui pèsent sur le solde budgétaire et le solde extérieur, des ajustements seront nécessaires en 2014.

 

Septembre 2013

 

http://www.banquemondiale.org/fr/country/tunisia/overview



 

----------------------------------



----------------------------------

 

 

Bienvenue sur cette nouvelle plate-forme économique, politique, scientifique et technologique panafricaine d’éveil et de sensibilisation dénommée Paix et Développement.com (www.paixetdeveloppement.com). Son slogan est : « Améliorer la gouvernance en Afrique pour consolider la paix et le développement ». Bonne et heureuse année 2014 à toutes et à tous. N’DJA Boka/ Abidjan/ Côte d’Ivoire.






Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com


Haut de page