Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 18/10/2015 à 02:05:43
MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat




0.1 – « Belarus/Alexandre Loukachenko réélu : Au pouvoir depuis 21 ans, le président biélorusse a été réélu avec 83,49% des voix. Alexandre Loukachenko a souvent été qualifié de "dernier dictateur d'Europe", mais cette élection pourrait ouvrir la voie à une normalisation des relations entre l'Union européenne et la Biélorussie. Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, obtient un cinquième mandat avec le score le plus élevé qu'il ait jamais eu. Il a été réélu avec 83,49% des voix, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi la chef de la commission électorale centrale, Lidia Iermochina, annonçant des résultats préliminaires qui doivent encore être confirmés. » 


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


0.2 – « Conjoncture économique : L'économie biélorusse reste encore aujourd'hui une économie en transition, héritière de l'ex bloc soviétique. Très dépendante de la Russie, de loin le premier partenaire commercial du pays, et dans une moindre mesure de l’Ukraine, elle souffre de la situation économique et politique dans ces pays. La Biélorussie reçoit du gaz et du pétrole russe à prix réduit et sa croissance provient en grande partie de la réexportation du pétrole russe aux prix du marché. La croissance est restée faible en 2014 (1,6% du PIB), tirée par la reprise des exportations de potasse et la demande intérieure. Compte tenu de la récession russe, le FMI prévoit une contraction de l'économie biélorusse de -2,3% du PIB en 2015, entraînée par la chute des exportations. »


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine

 

1 - Biélorussie : Le président Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

 

Au pouvoir depuis 21 ans, le président biélorusse a été réélu avec 83,49% des voix. Alexandre Loukachenko a souvent été qualifié de "dernier dictateur d'Europe", mais cette élection pourrait ouvrir la voie à une normalisation des relations entre l'Union européenne et la Biélorussie. Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, obtient un cinquième mandat avec le score le plus élevé qu'il ait jamais eu. Il a été réélu avec 83,49% des voix, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi la chef de la commission électorale centrale, Lidia Iermochina, annonçant des résultats préliminaires qui doivent encore être confirmés. 

 

Afficher l'image d'origine  


Une élection boycottée par l'opposition

Considéré comme joué d'avance, le scrutin était boycotté par les principales figures de l'opposition qui ont été empêchées de participer à l'élection. "Nous ne considérons pas ce spectacle comme une élection et nous ne le reconnaissons pas", avait déclaré à l'AFP l'écrivain et poète Vladimir Nekliaev, un opposant influent. Parmi les trois adversaires d'Alexandre Loukachenko, seule Tatiana Korotkevitch a mené une véritable campagne. Elle est arrivée deuxième avec 4,42% des scrutins, selon la commission électorale. Juste après avoir déposé son bulletin dans l'urne, le président s'était par ailleurs fendu d'une remarque sexiste à son encontre : Ici, le président a des tonnes de pouvoirs, allant de la sécurité à l'économie. Des pouvoirs qu'une personne portant une jupe ne peut pour le moment obtenir.

 

La commission électorale a indiqué que le taux de participation avait été de 86,75%. Pour s'assurer d'une participation élevée, les autorités biélorusses avaient organisé un vote anticipé à partir de mardi. Ainsi, plus d'un tiers des électeurs de Biélorussie (qui sont au total un peu plus de 7 millions) avait voté avant la journée de dimanche. Alexandre Loukachenko souhaitait un taux de participation élevé afin de voir le scrutin reconnu par les Occidentaux, malgré les appels de l'opposition au maintien des sanctions contre la Biélorussie. 

 

Sanctions européennes depuis la violente répression de manifestations en 2010

Les sanctions contre Alexandre Loukachenko avaient été décidées en 2011, après que des manifestations ayant suivi l'élection présidentielle de décembre 2010 eurent abouties à une violente répression et à l'emprisonnement de la plupart des candidats à la présidentielle. Le chef d'Etat avait remporté la présidentielle de 2010 avec 79,6% des voix, un résultat contesté qui avait déclenché de vives protestations. Mais les accusations à l'encontre d'Alexandre Loukachenkone ne se limitent pas à la répression de la mobilisation de 2010. Depuis des années, il est régulièrement accusé de graves atteintes aux droits de l'Homme, de réprimer l'opposition et de museler la presse. 

 

Ces derniers mois, il a toutefois multiplié mois les signes d'ouverture, libérant notamment pendant l'été les derniers prisonniers politiques biélorusses, dont l'opposant numéro un Mikola Statkevitch. Il a également su habilement utiliser la crise ukrainienne à son avantage, s'imposant comme médiateur entre la Russie et l'Union européenne, et a accueilli à Minsk, la capitale biélorusse, des pourparlers de paix entre Kiev et les séparatistes prorusses.

 

Afficher l'image d'origine


Levée provisoire des sanctions

Avant l'élection, les dirigeants de l'Union européenne envisageaient de lever les sanctions, mais souhaitaient tout d'abord s'assurer que l'élection présidentielle de 2015 se déroulerait dans le calme et sans violence. Lundi, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Harlem Désir a indiqué que l'UE avait donné son feu vert politique à une suspension de l'application des sanctions européennes contre le Bélarus, après la réélection "dans un climat apaisé" du président Alexandre Loukachenko : Pour les quatre prochains mois, il y a la décision de suspendre les sanctions mais (elles) peuvent être remises en oeuvre immédiatement si cela était justifié. Le nouveau prix Nobel de littérature, l'écrivaine bélarusse Svetlana Alexievitch, avait appelé l'UE à éviter tout rapprochement avec celui qui se fait appeler "batka", le "petit père" de la Biélorussie. "Tous les quatre ans, de nouveaux responsables européens viennent au pouvoir et pensent pouvoir régler le problème Loukachenko sans savoir qu'il est un homme indigne de confiance", a-t-elle déclaré, qualifiant son régime de "dictature douce". 

Âgé de 61 ans, Alexandre Loukachenko a tout d'abord été élu député en 1990 avant d'accéder à la fonction de président en 1994, au cours des premières élections présidentielles libres de Biélorussie. Il l'emporta au second tour avec 80% des scrutins. Par la suite, il a toujours été élu dès le premier tour.

 

Monde/ Publié le 12 octobre 2015/ Mis à jour le 12 octobre 2015

 

http://www.itele.fr/monde/video/bielorussie-le-president-loukachenko-reelu-pour-un-cinquieme-mandat-139906


Afficher l'image d'origine


------------------------------------------------


Afficher l'image d'origine  

  

2 - Bélarus : Loukachenko réélu avec 83,49% des voix

 

Accusé de graves atteintes aux droits de l'Homme, il a multiplié ces derniers mois les gestes de bonne volonté. Le président sortant Alexandre Loukachenko a été réélu lors de l'élection présidentielle au Bélarus avec 83,49% des voix, a annoncé lundi le chef de la commission électorale centrale, Lidia Iermochina. Mme Iermochina a annoncé au cours d'une conférence de presse télévisée les résultats du scrutin, qui ont aussi été publiés sur le site internet de la commission. Il s'agit formellement de résultats préliminaires qui doivent encore être confirmés. Régulièrement accusé depuis des années de graves atteintes aux droits de l'Homme, de réprimer l'opposition et de museler la presse, M. Loukachenko, qui dirige le Bélarus depuis 21 ans, a multiplié ces derniers mois les gestes de bonne volonté, libérant notamment cet été les derniers prisonniers politiques bélarusses. L'Union européenne envisage en conséquence de lever les sanctions qui frappent depuis 2011 M. Loukachenko et son entourage.

 

Afficher l'image d'origine


Agé de 61 ans, M. Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, obtient un cinquième mandat avec le score le plus élevé qu'il ait jamais eu.
Les autorités bélarusses avaient fait un important effort pour garantir un taux de participation élevé, en organisant un vote anticipé qui avait commencé mardi. Plus d'un tiers du corps électoral du Bélarus, qui compte un peu plus de 7 millions d'électeurs, a voté avant dimanche.

La commission électorale a indiqué que le taux de participation était de 86,75%. M. Loukachenko avait remporté la présidentielle de 2010 avec 79,6% des voix, un résultat contesté qui avait déclenché des manifestations massives de protestation. En 2006, il avait obtenu 83% des suffrages. Cette année il était en concurrence avec trois candidats peu connus. Le candidat arrivé en deuxième position est Tatiana Korotkevitch, qui a obtenu 4,42% des voix, a indiqué la commission électorale. Les principaux dirigeants de l'opposition ont été empêchés de participer à l'élection et ont appelé les électeurs à boycotter le scrutin.

 

(AFP)/ i24news/ Publié 12 Octobre 2015
   

http://www.i24news.tv/fr/actu/international/europe/88690-151012-belarus-loukachenko-reelu-avec-83-49-des-voix


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


--------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine  

  

3 - Bélarus : Loukachenko réélu, vers la suspension des sanctions de l'UE

 

L'OSCE a dressé lundi un tableau contrasté de l'élection présidentielle au Bélarus lors de laquelle Alexandre Loukachenko a obtenu un cinquième mandat, mais ces réserves ne devraient pas empêcher la suspension des sanctions de l'Union européenne. L'Allemagne, premier pays européen à réagir, a d'ailleurs montré la voie en relevant par la voix de son ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier que M. Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, avait été réélu "sans surprise", mais surtout "sans répression". "De ce que nous avons pu observer depuis Berlin, il n'y a rien qui ressemble à une répression autour des élections, comme cela a été le cas avant", a déclaré M. Steinmeier en arrivant à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Luxembourg.

 

Or c'est précisément ce que scrutaient les dirigeants de l'UE avant d'ouvrir la voie à une levée des sanctions imposées en 2011: des mouvements de contestation réprimés par le pouvoir bélarusse. Mais il n'y en a pas eu. Au lendemain de l'élection remportée par le président sortant avec 83,49% des voix, la mission d'observation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a relevé des progrès par rapport à de précédents scrutins mais aussi des "problèmes importants". "Il est clair que le Bélarus a encore un long chemin à parcourir pour remplir ses engagements démocratiques", a estimé Ken Harstedt, chef de la mission d'observation de l'OSCE. Il a notamment évoqué des irrégularités dans "le dépouillement et le comptage" des bulletins de vote.

 

Âgé de 61 ans, Alexandre Loukachenko obtient un cinquième mandat avec le score le plus élevé qu'il ait jamais eu. L'élection était boycottée par les principales figures de l'opposition et M. Loukachenko avait face à lui trois candidats quasi-inconnus dont une seule, Tatiana Korotkevitch, a mené une véritable campagne. Celle-ci est arrivée en deuxième position avec 4,42% des suffrages, selon la commission électorale.

 

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine


- "Un climat apaisé" -

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Harlem Désir, a relevé à Luxembourg que la réélection de M. Loukachenko s'était déroulée "dans un climat apaisé", tout en soulignant que les sanctions, une fois suspendues, pourraient être rétablies si c'était nécessaire. "Pour les quatre prochains mois, il y a la décision de suspendre les sanctions, mais (elles) peuvent être remises en oeuvre immédiatement si cela était justifié", a déclaré M. Désir.

 

La décision de suspension, déjà entérinée au niveau des ambassadeurs, doit encore être formellement adoptée par l'UE, a expliqué une source européenne, précisant que la question n'avait pas figuré à l'agenda de la réunion ministérielle à Luxembourg. Les sanctions de l'UE visent 175 personnes et 14 entités dont les avoirs ont été gelés dans l'UE et qui sont privées de visas.

 

Régulièrement accusé depuis des années de graves atteintes aux droits de l'Homme, de réprimer l'opposition et de museler la presse, M. Loukachenko a multiplié ces derniers mois les signes d'ouverture, libérant notamment cet été les derniers prisonniers politiques bélarusses. Il a su habilement utiliser la crise ukrainienne à son avantage, s'imposant comme médiateur entre la Russie et l'Union européenne ou accueillant à Minsk des pourparlers de paix entre Kiev et séparatistes prorusses.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

- 'Progrès minimal mais suffisant' -

Des gestes de bonne volonté bien perçus par l'UE, qui attendait de voir "comment se déroule" le scrutin présidentiel. Les responsables européens voulaient notamment s'assurer "qu'il n'y a pas de nouvelles arrestations d'opposants, pas de violence, pas de persécution", avait expliqué un diplomate européen à l'AFP la semaine dernière. "Il n'y a pas eu de manifestations massives ou d'arrestations cette année. C'est un progrès minimal mais suffisant pour une normalisation des liens avec les Etats-Unis ou l'UE", a déclaré à l'AFP l'analyste Alexandre Klaskovsky, du groupe de réflexion Belapan.

 

Comme l'UE, les Etats-Unis ont relevé des progrès mais aussi la persistance de problèmes. "Les Etats-Unis saluent le déroulement pacifique de l'élection présidentielle du 11 octobre au Bélarus. Cependant, nous sommes déçus que le Bélarus ait manqué à ses engagements internationaux en matière de liberté et d'équité pour ces élections", a déclaré le département d'Etat américain.

Les sanctions contre Alexandre Loukachenko avaient été décidées en 2011, après que des manifestations ayant suivi l'élection présidentielle de décembre 2010 eurent abouti à une violente répression et à l'emprisonnement de la plupart des candidats à la présidentielle. Le président russe Vladimir Poutine a félicité son homologue bélarusse pour sa "victoire convaincante", disant espérer un renforcement du "partenariat stratégique" entre les deux pays. Les principaux dirigeants de l'opposition bélarusse, Mikola Statkevich et Anatoli Lebedko, ont affirmé qu'ils ne reconnaîtraient pas le résultat de l'élection.

 

Par Anna MALPAS et Tatiana KALINOVSKAÏA/ 2015 AFP/ Mise à jour 13.10.2015/

 

http://information.tv5monde.com/en-continu/belarus-loukachenko-reelu-vers-la-suspension-des-sanctions-de-l-ue-59700


Afficher l'image d'origine


--------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

4 - Biélorussie : économie, indicateurs économiques, gouvernance

 

Population 9,417 millions

PIB 77,171 milliards $US

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


4.1 - Principaux Indicateurs économiques

 

2012

2013

2014

 2015(p)

Croissance PIB (%)

1,7

0,9

1,5

2,5

Inflation (moyenne annuelle)

59,2

18,3

18,6

16,9

Solde budgétaire / PIB (%)

1,7

-,09

-3,3

 -3,6

Solde courant / PIB (%)

 -2,9

-10,1

-6,7

 -5,5

Dette publique / PIB (%)

38,5

37,0

65,7

35,1

 

(p) Prévisions

 

Afficher l'image d'origine Ostrovets 460 (Belarus AEC)

 

POINTS FORTS

_ Position stratégique entre l’Europe et la Russie

_ Main d’œuvre qualifiée

_ Secteur industriel relativement diversifié (agroalimentaire, machines, pétrochimie

 

Afficher l'image d'origine


POINTS FAIBLES

_ Économie contrôlée par l’État et faible avancée des réformes

_ Risque de crise de liquidité

_ Dépendance économique et financière à l’égard de la Russie

_ Environnement des affaires difficile (corruption élevée, système juridique peu protecteur)

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine   


4.2 - Appréciation du risque

 

Croissance bridée par la mollesse de l’activité en Russie

L’activité biélorusse, très dépendante de la Russie et, dans une moindre mesure de l’Ukraine, souffrira en 2015 de la situation économique et politique dans ces pays. L’insuffisance d’investissement et le ralentissement de la demande sur ses principaux marchés d’exportation pèsent sur le secteur industriel (près d’1/4 du PIB), dominée par la production agro-alimentaire (viande, lait), la pétrochimie et les machines. Les exportations pourraient toutefois bénéficier des sanctions imposées à la Russie qui recourt davantage à ses fournisseurs biélorusses. La progression de la demande intérieure, soutenue par la progression des salaires et des crédits, risque d’être ralentie par la hausse des prix. L’inflation, qui devrait ralentir légèrement grâce à la modération des prix des biens alimentaires, restera en effet élevée en 2015, alimentée par la dépréciation du rouble et une politique monétaire accommodante.

Le secteur bancaire est fragilisé par la hausse des prêts non performants. La pratique des prêts dirigés accroit le risque de détérioration de la qualité des portefeuilles et de la solvabilité de banques souvent peu capitalisées. Par ailleurs, la part des crédits libellés en dollar (50% du total) expose le secteur au risque de change.

 

 Afficher l'image d'origine


Situation financière précaire liée aux déficits jumeaux et à de fortes tensions sur le change

Le déficit budgétaire ne s’améliorera pas en 2015. L’Etat disposera de recettes supplémentaires grâce à l’autorisation de conserver 40% des taxes sur les exportation de produits raffinés, précédemment intégralement reversées à Moscou. Mais les dépenses, notamment sociales, continueront à augmenter dans la perspective des élections présidentielles de novembre 2015. Les opérations quasi-budgétaires (prêts garantis par l’Etat évalués à plus de 5% du PIB) pèsent sur les finances publiques. Les projets de privatisation ne progressent pas, malgré la pression du Moscou qui souhaite accroître sa participation dans les entreprises biélorusses (Gazprom détient déjà 50% de Beltransgaz), retardant les perspectives de revenus liés à la vente d’actifs publics. La dette publique se stabilise mais le poids de l’endettement en devises (1/3 du total) augmente le risque lié à la dépréciation du rouble.

 

Le déficit courant pourrait se réduire légèrement en 2015. La dépréciation du rouble biélorusse favorisera la compétitivité des produits biélorusses sur les marchés de la CEI. Les sanctions contre la Russie et l’embargo sur certains biens occidentaux décidé par V. Poutine devraient contribuer à soutenir les exportations vers Moscou. Privée d’une partie de ses fournisseurs européens et américains, la Russie se tourne en effet davantage vers la Biélorussie en particulier pour les produits agricoles. Les importations resteront élevées mais le maintien des tarifs subventionnés sur le gaz russe en limiteront le coût. La pression à la baisse du rouble, qui a perdu plus de 10% de sa valeur entre janvier et fin octobre 2014, devrait être renforcée par le raffermissement du cours du dollar, alors que les capacités d’intervention de la banque centrale sont limitées par la faiblesse de ses réserves de devises (un mois d’importation).

 

Le pays ne bénéficie plus de prêt FMI et le sixième tirage sur le crédit de 3 milliards d’USD consenti par la Communauté Economique d’Eurasie (EurAsEc), prévu fin 2014, a été reporté. Membre de l’Union Economique Eurasienne, la Biélorussie peut néanmoins compter sur le soutien de la Russie qui lui a accordé un prêt de 2 milliards (VTB) puis un second de 1,5 milliards d’USD en 2014, limitant le risque d’une trop forte dégradation de sa situation financière. Elle demeure cependant fragile.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


Situation politique tendue et faible gouvernance

Malgré son opposition à l’annexion de la Crimée, le président biélorusse A. Loukachenko conserve de bonnes relations avec la Russie compte tenu des liens économique (échanges, approvisionnement en hydrocarbures, investissements), financiers et stratégiques entre les deux pays.

Sur le plan intérieur, le climat politique reste tendu mais le contrôle exercé par l’appareil sécuritaire sur la société civile ainsi que la désunion de l’opposition éloignent le risque de mouvements contestation de grande ampleur. En outre, le régime pratique une politique interventionniste (hausses de salaires) dans le but d’apaiser les tensions sociales. Le risque d’une dégradation de la situation à l’approche des élections présidentielles de fin 2015 ne peut cependant pas être écarté. Le classement de la Biélorussie selon les indicateurs de la Banque Mondiale reflète ses faiblesses en matière de gouvernance, en particulier en termes de liberté politique (200ème sur 2015) et de qualité de la réglementation (180ème).

 

http://www.coface.fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Bielorussie


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

5 – Biélorussie : Données générales, économie, gouvernance

 

5.1 - Présentation

 

Conjoncture économique

L'économie biélorusse reste encore aujourd'hui une économie en transition, héritière de l'ex bloc soviétique. Très dépendante de la Russie, de loin le premier partenaire commercial du pays, et dans une moindre mesure de l’Ukraine, elle souffre de la situation économique et politique dans ces pays. La Biélorussie reçoit du gaz et du pétrole russe à prix réduit et sa croissance provient en grande partie de la réexportation du pétrole russe aux prix du marché. La croissance est restée faible en 2014 (1,6% du PIB), tirée par la reprise des exportations de potasse et la demande intérieure. Compte tenu de la récession russe, le FMI prévoit une contraction de l'économie biélorusse de -2,3% du PIB en 2015, entraînée par la chute des exportations.

Afficher l'image d'origine 

 
Depuis la crise de 2011, l'économie biélorusse présente des déséquilibres externes

persistants et se maintient grâce aux crédits russes. Très sensible aux chocs externes, elle a subit les conséquences de la chute de la monnaie russe et a dû instaurer à partir de décembre 2014 une dévaluation progressive du rouble biélorusse de 30% contre le dollar. L'inflation est très importante (18%), le déficit budgétaire s'est creusé et si la dette publique se stabilise, le poids de l’endettement en devises (un tiers du total) augmente le risque lié à la dépréciation du rouble. Les opérations quasi-budgétaires (prêts garantis par l’Etat évalués à plus de 5% du PIB) pèsent sur les finances publiques. Enfin, le secteur bancaire est fragilisé par la hausse des prêts non performants.

 

A la recherche de financements extérieurs pour lui venir en aide, la Biélorussie a fait appel au FMI et sollicité la mise en place d’un nouveau programme "Stand By". Mais, selon le FMI, l’absence de mise en œuvre des réformes et recommandations nécessaires - comme la libéralisation des prix, des privatisations, un flottement de la devise et un gel des salaires - ne devrait pas permettre de débloquer la situation à court-terme. Le pays peut néanmoins compter sur le soutien financier de la Russie. Dans la perspective des élections présidentielles de novembre 2015, les dépenses (notamment sociales) continueront à augmenter, reflétant la politique interventionniste (hausses de salaires) visant à apaiser les tensions sociales.

Le niveau de pauvreté et d'inégalités est relativement bas en Biélorussie. Sur le plan des libertés politiques, les performances du pays sont néanmoins mauvaises. L'appareil sécuritaire exerce un contrôle strict sur la société civile.


Afficher l'image d'origine

Principaux secteurs d'activité

L'agriculture contribue à 9,1% du PIB du pays et emploie 10,5% de la population active. Le pays est le troisième producteur de lait d'Europe. L’industrie compte pour 42,2% du PIB et emploie plus de 33,7% de la population active. Les principales industries de Biélorussie sont les machines-outils, les équipements agricoles, les engrais, les produits chimiques, les matériaux de construction préfabriqués, les véhicules à moteur, les motos, les textiles et quelques produits de consommation (tels que des réfrigérateurs, des montres, des télévisions et des radios). Le secteur tertiaire contribue à 48,6% du PIB et emploie près de la moitié des travailleurs biélorusses.

 

Afficher l'image d'origine


Commerce extérieur

Entrée le 1er janvier 2012 dans un espace économique commun avec la Russie et le Kazakhstan, l’économie biélorusse est à la fois largement administrée (plus de 70% du PIB est généré par des entreprises publiques ou para publiques) et très ouverte commercialement. Le commerce représente près de 148% du PIB (moyenne 2011-2013). Héritage de la période soviétique au cours de laquelle la Biélorussie était l’atelier d’assemblage de l’URSS, les structures de production entre la Russie et la Biélorussie sont encore largement complémentaires. En conséquence, l’économie biélorusse reste fortement orientée vers un marché russe qui est à la fois un débouché naturel et le principal fournisseur (plus de 50% du total des échanges du pays).

La croissance économique soutenue s’est accompagnée de déséquilibres externes importants, notamment d’un déficit de la balance commerciale. Depuis le printemps 2011, le pays connaît une grave crise de change, que les dévaluations du rouble biélorusse n'ont pas suffi à régler à court terme et qui continue d'affecter considérablement les échanges économiques du pays avec ses partenaires. En 2014, le déficit commercial s'est élevé à 2,6 milliards USD, en nette baisse par rapport à 2013 (4,6 milliards USD) du fait d'une chute des importations. Le rétablissement des contrôles douaniers entre la Russie et la Biélorussie dans le cadre de l'embargo russe sur les produits alimentaires occidentaux en représailles aux sanctions internationales a affecté les échanges.

La Russie reste le principal partenaire commercial de la Biélorussie, qui apparaît de plus en plus comme isolée et dépendante de son voisin. Les principaux clients de la Biélorussie sont la Russie, l'Ukraine, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Les principaux fournisseurs sont la Russie, l'Allemagne, la Chine et l'Ukraine. La Biélorussie est un pays de transit important des hydrocarbures provenant de Russie, ce qui lui a garanti la fourniture de gaz et de pétrole à des taux inférieurs au marché pendant de nombreuses années.

 

Plus d'informations sur la page "How to Export to Belarus" de Globaltrade.net, the Directory for International Trade Service Providers.


Afficher l'image d'origine


5.2 - Le contexte politique

Le pouvoir exécutif

Le président est le chef de l'Etat, il est élu au suffrage universel pour cinq ans. C'est lui qui détient le pouvoir exécutif. Le Premier Ministre, le Vice-Premier Ministre et le Conseil des Ministres sont nommés par le président.

 

Afficher l'image d'origine


Le pouvoir législatif

Le pouvoir législatif en Biélorussie est bicaméral. Le parlement, aussi appelé Assemblée Nationale, est constitué de deux chambres : le Conseil de la République (chambre haute), qui compte 64 sièges dont 56 sont élus par les Conseils régionaux et 8 sont nommés par le président, pour un mandat de quatre ans ; et la Chambre des Représentants (chambre basse), qui compte 110 sièges et dont tous les membres sont élus au suffrage universel pour quatre ans. Les citoyens Biélorusses ont des droits politiques très limités.


 

Les principaux partis politiques

Les partis soutenant le Président ont de grandes chances d'obtenir des sièges lors des élections parlementaires. Les parti d'opposition peuvent, quand à eux, contester les résultats, mais n'ont généralement que peu de chances d'accéder au pouvoir. Les principales forces politiques sont :
- Le Parti Communiste de Biélorussie (PCB) : gauche, en lien avec de nombreux autres partis communistes
- Le Parti de l'Unité Civique (PUC) : centre-droit, opposition
- Le Front Populaire Biélorusse "Résurrection" (FPB) : centre-droit, Chrétien Démocrate, opposition
- Le Parti Social Démocrate Biélorusse "Hramada" (PSDB) : centre-gauche, en faveur de la démocratie sociale
- Pour la Liberté : soutient la coalition d'opposition, mouvement emmené par Alaksandar Milinkievič
- Le Parti Chrétien Conservateur (PCC) : centre-droit, nationaliste, anciennement rattaché au FPB

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


Les leaders politiques au pouvoir

Président : Aleksandr LUKASHENKO (depuis juillet 1994, réélu en septembre 2001, en mars 2006 et en décembre 2010) – soutenu par un groupe de 5 partis et un grand nombre d'indépendants au sein de l'Assemblée Nationale.
Premier Ministre : Sergei SIDORSKIY (depuis décembre 2003) – nommé par le président.

Les prochaines élections

Présidentielles : 2015
Assemblée Nationale : septembre 2016

 

Afficher l'image d'origine  


5.3 - Les conditions de vie

 

Santé et sécurité/ Les précautions sanitaires

Les soins médicaux sont très limités en Biélorussie. Il y a une carence en équipements médicaux: vaccins, anesthésiques et antibiotiques notamment. Les voyageurs âgés ou ayant un problème de santé prennent un risque en voyageant dans le pays. Il est fortement conseillé d'emmener avec soi les médicaments habituellement prescrits et des antibiotiques de base en quantité supérieur. La tuberculose est un problème de plus en plus important en Biélorussie.


Il est fortement déconseillé de boire de l'eau du robinet (sauf bouillie, filtrée ou désinfectée). Ne jamais boire de bouteilles ouvertes ou des boissons avec glaçons. Il est également déconseillé de manger des fruits et légumes sauf s'ils sont pelés et/ou cuits.

Pour plus d'information sur les conditions sanitaires

 

http://www.lemoci.com/fiche-pays/belarus/


Minsk Minsk


--------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine  

  

6 - Biélorussie : Contexte politico-économique


Le niveau de pauvreté et d'inégalités est relativement bas en Biélorussie. Sur le plan des libertés politiques, les performances du pays sont néanmoins mauvaises. L'appareil sécuritaire exerce un contrôle strict sur la société civile.

  

Indicateurs de croissance

2011

2012

2013

2014

2015 (e)

PIB (milliards USD)

59,74

63,62

71,71

77,17e

81,63

PIB (croissance annuelle en %, prix constant)

5,5

1,7

0,9

0,9

1,5

PIB par habitant (USD)

6.300

6.721

7

8.195e

8.712

Endettement de l'Etat (en % du PIB)

45,9

38,5

37,0

35,7e

35,1

Taux d'inflation (%)

53,2

59,2

18,3

18,6

16,9

Taux de chômage (% de la population active)

0,7

0,6

0,5

0,5

0,5

Balance des transactions courantes (milliards USD)

-5,05

-1,84

-7,28

-6,57

-6,06

Balance des transactions courantes (en % du PIB)

-8,5

-2,9

-10,1

-8,5

-7,4

Source : FMI - World Economic Outlook Database - 2014.

Note : (e) Donnée estimée

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


Les principaux secteurs économiques

L'agriculture contribue à 9,1% du PIB du pays et emploie 10,5% de la population active. Le pays est le troisième producteur de lait d'Europe.

L’industrie compte pour 42,2% du PIB et emploie plus de 33,7% de la population active. Les principales industries de Biélorussie sont les machines-outils, les équipements agricoles, les engrais, les produits chimiques, les matériaux de construction préfabriqués, les véhicules à moteur, les motos, les textiles et quelques produits de consommation (tels que des réfrigérateurs, des montres, des télévisions et des radios).

Le secteur tertiaire contribue à 48,6% du PIB et emploie près de la moitié des travailleurs biélorusses.

 

Répartition de l'activité économique par secteur

Agriculture

Industrie

Services

Emploi par secteur (en % de l'emploi total)

10,5

33,7

49,9

Valeur ajoutée (en % du PIB)

8,9

42,4

48,7

Valeur ajoutée (croissance annuelle en %)

3,9

0,5

3,4

Source : Banque Mondiale - 2014.

  

Afficher l'image d'origine   


Indicateurs monétaires

2010

2011

2012

2013

2014

Rouble biélorusse (BYR) - Taux de change annuel moyen pour 1 EUR

3.943,05

6.917,91

10.717,92

-

-

Source : Banque Mondiale - 2014.

 

http://www.planet-expert.com/fr/pays/belarus/contexte-economique


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


---------------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine  

 

7 - Le Bélarus confirme qu’il n’applique aucune restriction à l’entrée, au séjour et à la résidence des personnes vivant avec le VIH

 

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) se félicite de la confirmation par le Gouvernement du Bélarus qu’il n’applique aucune restriction à l’entrée, au séjour et à la résidence des personnes vivant avec le VIH. En outre, le Bélarus offre aux étrangers le même accès aux services de soins de santé, notamment le traitement antirétroviral pour les personnes vivant avec le VIH.

 

L’annonce signale que le pays aligne ses lois et politiques concernant les restrictions liées au VIH à l’entrée, au séjour et à la résidence sur les normes en matière de santé publique internationale et de droits humains. Il s’agit notamment de la Déclaration politique de l’Assemblée générale des Nations Unies sur le VIH et le sida de 2011, qui encourage spécifiquement les États Membres à supprimer toutes les restrictions au voyage liées au VIH.

 

« Au Bélarus et ailleurs, la liberté de mouvement est un droit dont chacun doit pouvoir jouir, quel que soit son statut VIH, » a déclaré le Directeur exécutif de l’ONUSIDA Michel Sidibé. « J’appelle instamment les 37 pays, territoires et zones restants qui imposent toujours de telles restrictions à prendre des dispositions immédiates pour en finir avec les lois et pratiques répressives, en tant que mesures essentielles pour mettre fin à l’épidémie de sida. »

 

Avec ce développement positif au Bélarus, seuls trois pays d’Europe orientale et d’Asie centrale appliquent toujours des restrictions au voyage liées au VIH.

Rien ne prouve que les restrictions au voyage liées au VIH protègent la santé publique ou empêchent la transmission du VIH. Les preuves scientifiques les plus récentes indiquent que les personnes vivant avec le VIH qui ont accès au traitement contre le VIH peuvent atteindre une charge virale indétectable, ce qui réduit considérablement le risque de transmission du VIH. Ces restrictions ne présentent en outre aucune justification sur le plan économique, car les personnes vivant avec le VIH peuvent avoir une vie professionnelle longue et productive.

 

 

ONUSIDA

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) guide et mobilise la communauté internationale en vue de concrétiser sa vision commune : « Zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination. Zéro décès lié au sida. » L’ONUSIDA conjugue les efforts de 11 institutions des Nations Unies – le HCR, l’UNICEF, le PAM, le PNUD, l’UNFPA, l’UNODC, ONU Femmes, l’OIT, l’UNESCO, l’OMS et la Banque mondiale. Il collabore étroitement avec des partenaires mondiaux et nationaux pour mettre un terme à l’épidémie de sida à l’horizon 2030.

 

GENÈVE, 9 avril 2015/  Pour en savoir plus, consultez le site unaids.org, et suivez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

 

http://www.unaids.org/fr/resources/presscentre/pressreleaseandstatementarchive/2015/april/20150409_PS_Belarus


Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine




 




Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page