Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 23/11/2015 à 16:15:14
MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle




0.1 – Argentine/ le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle : L'Argentine a tourné la page Kirchner ce dimanche en élisant à la tête du pays le libéral Mauricio Macri. Un réformateur qui a du pain sur la planche pour redresser l'économie locale. Le règne des Kirchner, Nestor puis Cristina, vient de prendre fin. Ce dimanche, le libéral Mauricio Macri a remporté l'élection présidentielle en Argentine et prendra ses fonctions le 10 décembre prochain. Une élection qui met fin à 12 ans de gouvernement Kirchner et marque un virage à droite pour le pays, la 3e économie d'Amérique latine. »

 

Afficher l'image d'origine Carte d'Argentine


0.2 - « Argentine/ Conjoncture économique : Après la grave crise qui a conduit l'Argentine à la faillite en 2001-2002, l'économie a bénéficié d'une croissance rapide, de 8% en moyenne, puis a connu des épisodes de ralentissement suivis de rebond. L'économie du pays est entrée en récession au début de 2014 (-1,7% selon le FMI, chiffres contestés par le gouvernement), affectée par la baisse du pouvoir d'achat des ménages et des exportations industrielles, en particulier vers le Brésil, principal marché d'exportation.

L'activité devrait se contracter à nouveau en 2015 (-1,4% selon le FMI). Le gouvernement a répondu à cette situation par un regain de protectionnisme (contrôle des prix et du commerce), en proposant une réduction de 45% des importations d'ici 2020. Il entend ainsi favoriser les industries locales et garantir un excédent commercial, seul moyen pour l'Argentine d'obtenir des devises, le pays étant encore débiteur du Club de Paris (8 milliards de dollars). Le non-remboursement de cette dette lui interdit l'accès aux crédits internationaux. L'État a également nationalisé la compagnie pétrolière YPF, ex filiale de Repsol, ce qui a suscité le mécontentement du patronat et détérioré les relations avec les pays du Mercosur. Le gouvernement a signé un accord de swap de devises avec la Chine, lequel a stabilisé l'érosion des réserves. Cependant, le système financier demeure fragile et le pays fait face à une crise énergétique due au manque d'investissements dans ce secteur. D'autres problèmes structurels demeurent, tels que la corruption, le délabrement des transports publics et des services de santé et d'éducation. »


Afficher l'image d'origine   


---------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine

   

1 - Argentine : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

 

L'Argentine a tourné la page Kirchner ce dimanche en élisant à la tête du pays le libéral Mauricio Macri. Un réformateur qui a du pain sur la planche pour redresser l'économie locale. Le règne des Kirchner, Nestor puis Cristina, vient de prendre fin. Ce dimanche, le libéral Mauricio Macri a remporté l'élection présidentielle en Argentine et prendra ses fonctions le 10 décembre prochain. Une élection qui met fin à 12 ans de gouvernement Kirchner et marque un virage à droite pour le pays, la 3e économie d'Amérique latine.  

La présidente de gauche Cristina Kirchner, à la tête du pays depuis 2007 après avoir succédé à son mari, ne pouvait pas se présenter pour un troisième mandat consécutif, selon la constitution."Nous sommes submergés d'émotions. Merci. Merci d'avoir cru que nous pouvions construire l'Argentine dont nous rêvons. Je suis là car vous l'avez décidé", a lancé le président-élu aux milliers de militants. 

  

Afficher l'image d'origine


_ Mauricio l'outsider

Mauricio Macri a bâti une coalition victorieuse autour du parti de droite qu'il a fondé, le PRO, en associant notamment les radicaux de l'UCR (centre-gauche), un parti historique diminué qui a offert à Cambiemos son réseau national. L'homme, plébiscité dans le milieu des affaires, est également l'ancien président du club de football de Boca Juniors, le plus prestigieux d'Argentine. 

  

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Remiser les rancoeurs

Après le dépouillement de 91% des bulletins de vote, qui le donnait gagnant avec 52,11% des voix, il a appelé à remiser les rancoeurs après douze ans de Kirchnérisme. "C'est un jour historique, c'est un changement d'époque qui va être merveilleux", "sans revanche ni règlements de comptes", a assuré Mauricio Macri. Le nouveau président aura pour principale mission de redresser l'économie, au bord de la récession, après 10 ans de forte croissance. Sans majorité à la chambre des députés, ni au Sénat, Mauricio Macri devra tisser des alliances pour gouverner l'Argentine, avec une opposition péroniste détenant la majorité absolue au Sénat et une majorité relative de députés. 

 

Par LEXPRESS.fr avec AFP/ Publié le 23/11/2015/ Mis à jour à 10:52

 

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-sud/argentine-le-liberal-mauricio-macri-remporte-l-election-presidentielle_1738441.html


Afficher l'image d'origine


--------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine  

 

2 – Argentine : le libéral Mauricio Macri, vainqueur de la présidentielle

 

Le candidat de l'opposition libérale Mauricio Macri a remporté le second tour de l'élection présidentielle en Argentine, dimanche, face à Daniel Scioli, selon des résultats quasi définitifs. Une victoire qui met fin à douze ans de gouvernement Kirchner. Daniel Scioli a très vite reconnu la victoire de Mauricio Macri à l'élection présidentielle argentine, dimanche soir. Après le dépouillement de 91 % des bulletins de vote, le maire de Buenos Aires Mauricio Macri, 56 ans, totalise plus de 52 % des voix, contre près de 48 % à son adversaire Daniel Scioli, candidat de la coalition de gauche au pouvoir. Le 10 décembre, il succèdera donc à la présidente de gauche Cristina Kirchner pour un mandat de quatre ans reconductible. Au pouvoir depuis 2007, après le mandat de son mari Nestor Kirchner, la Constitution argentine lui interdisait de se représenter pour un troisième mandat.

 

Afficher l'image d'origine


_ Le choix du changement

Daniel Scioli, le candidat péroniste promettait la continuité, Mauricio Macri le changement, avec la coalition Cambiemos, qui regroupe son parti PRO (Proposition républicaine) et le parti radical UCR. Les Argentins ont donc fait leur choix. « Par la volonté populaire, un nouveau président a été élu : Mauricio Macri », a reconnu le perdant Daniel Scioli, dimanche soir. Le candidat péroniste a énuméré ce qu’il considère comme les acquis des gouvernements de Nestor et Cristina Kirchner, avant de souhaiter que « Dieu illumine le nouveau président ».

Moins d'une demi-heure plus tard, le président élu s'adressait aux Argentin, promettant « un changement d'époque sans revanche » en Argentine. Mauricio Macri a affirmé vouloir conduire le changement avec tous et a appelé ceux qui n’avaient pas voté pour lui à le rejoindre, sans plus de précisions sur ce qu’il fera au pouvoir.

 

Afficher l'image d'origine 

 

_ Virage à droite

En attendant, pour l'Argentine, c'est un grand changement. Après douze années de péronisme de gauche, le pays a viré au centre, sinon à droite. Pendant la campagne, Mauricio Macri avait promis une rupture avec la politique économique protectionniste menée par les gouvernements précédents. Fils d’un riche entrepreneur, proche du milieu d’affaires et des grandes entreprises, Mauricio Macri, 56 ans, a gravi les échelons de la politique en devenant le président du fameux club de football Boca Junior entre 1995 et 2003. Un tremplin qui lui a permis de gagner un large soutien lorsqu’il s’est lancé en politique en 2003, et en particulier en 2007 lorsqu’il est élu maire de Buenos Aires, avec sa formation PRO.

 

Afficher l'image d'origine


_ La fête à Buenos Aires

Dimanche soir, au QG de Mauricio Macri, l’ambiance était à la fête, comme le rapporte notre correspondante à Buenos Aires, Marine de La Moissonnière. Mauricio Macri a eu bien du mal à remercier ses partisans. Son discours est sans cesse interrompu par des cris de joie et des applaudissements. Laura, fonctionnaire de 42 ans, fêtait la victoire de Mauricio Macri, mais aussi le départ de Cristina Kirchner : « Je suis surtout contente parce que l’Argentine a fait le choix de l’alternance. C’est formidable. C’est la fin d’un cycle qui a été marqué par une forte corruption, du clientélisme et un manque de transparence. On en avait assez de l’autoritarisme des Kirchner. Tout, ça, c’est fini. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

_ « L'espoir renaît enfin »
Diego, lui, était très ému, serrant sa femme dans ses bras à de nombreuses reprises, avant finalement d’aller danser lui aussi : « L’espoir renaît enfin. Ce gouvernement nous laisse un pays en ruines. Il a vidé les caisses de la Banque centrale. Mauricio Macri va devoir aller chercher des investisseurs à l’étranger et relancer les exportations. Ça va être dur, mais il va y arriver.» D’autant plus difficile que Mauricio Macri n’a la majorité ni à la Chambre des députés, ni au Sénat. Il devra donc nouer des alliances, élargir son électorat comme il l’a fait pour remporter la présidentielle et continuer à tenir un discours rassembleur.

 

Par RFI/ Publié le 23-11-2015 / Modifié le 23-11-2015 à 06:56

 

http://www.rfi.fr/ameriques/20151123-election-presidentielle-argentine-liberal-mauricio-macri-vainqueur-scioli


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


---------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

3 - Argentine : Mauricio Macri devient président avec 52 % des votes

 

Le libéral Mauricio Macri a remporté dimanche le second tour de l’élection présidentielle en Argentine avec 52,11 % des voix, selon les dernières estimations. Il prendra ses fonctions le 10 décembre, mettant fin à 12 ans de gouvernement Kirchner. C’est désormais une quasi-certitude. Dimanche, l’Argentine et passée à droite et a élu le libéral Mauricio Macri à la présidence. Après le dépouillement de 91% des bulletins de vote, le maire de Buenos Aires âgé de 56 ans, totalise 52,11% des voix, contre 47,89% pour son adversaire Daniel Scioli, candidat de la coalition de gauche au pouvoir. La présidente de gauche Cristina Kirchner, à la tête du pays depuis 2007 après avoir succédé à son mari, ne pouvait pas se présenter pour un 3e mandat consécutif, selon la constitution. Aussitôt après l’annonce des premiers résultats, les partisans du maire de Buenos Aires, réunis au quartier général de la coalition Cambiemos (Changeons, ndlr) de Mauricio Macri ont exulté et commencé à célébrer la victoire.

 

Afficher l'image d'origine


_ Le premier discours du nouveau président de l'Argentine

«  On n’oubliera jamais cette soirée », a déclaré Maria Eugenia Vidal, élue à la surprise générale le 25 octobre gouverneur de la province de Buenos Aires, la plus peuplée du pays, rassemblant 16 des 41 millions d’Argentins. « L’émotion que nous ressentons est inexplicable. C’est le début d’une nouvelle étape », a déclaré Gabriela Michetti, élue vice-présidente dimanche.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Pas de majorité à la Chambre des députés et au Sénat

Le nouveau président, élu pour un mandat de quatre ans reconductible, aura pour principale mission de redresser l’économie, au bord de la récession, après 10 ans de forte croissance. Cet ancien président du club de football de Boca Juniors, le plus prestigieux d’Argentine, promet une rupture avec la politique économique protectionniste menée par les gouvernements de Nestor (2003-2007) et Cristina Kirchner.

Mais sans majorité à la chambre des députés, ni au Sénat, Mauricio Macri devra tisser des alliances pour gouverner l’Argentine, avec une opposition péroniste détenant la majorité absolue au Sénat et une majorité relative de députés. Les économistes de Cambiemos préconisent un assouplissement ou une suppression du contrôle de l’accès aux devises étrangères, de la limitation des importations ou des barrières douanières, comptent rompre avec la surévaluation du peso argentin et régler le conflit sur la dette avec des « fonds vautours ».

 

Les Echos/ Le 23/11/2015, Mis à jour à 11:10

 

http://www.lesechos.fr/monde/ameriques/021501022064-argentine-mauricio-macri-obtient-52-des-votes-1177646.php


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


---------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

3 - Dévaluation, rigueur : les défis qui attendent le futur président argentin

 

Le second tour de la présidentielle argentine a lieu ce dimanche. Le maire conservateur de Buenos Aires, Mauricio Macri, devrait s’imposer face à Daniel Scioli, soutenu par la chef de l’Etat, Cristina Kirchner. L’Etat ou les marchés. Tel est, selon Daniel Scioli, candidat de gauche, le choix que devront faire les Argentins, dimanche, quand ils déposeront leur bulletin dans l’urne. L’héritier de la présidente sortante se présente comme le garant de la continuité, celui qui protégera les progrès sociaux enregistrés sous l’ère Kirchner, défendra les retraites – qu’il a promis d’augmenter – et les salaires, réactivera l’économie… Face à lui, Mauricio Macri, le maire de Buenos Aires, incarnerait la promesse d’un retour au libéralisme sauvage des années 1990 qui a conduit l’Argentine à la crise de 2001, la pire de son histoire.

 

Comment Daniel Scioli va-t-il faire concrètement ? Ni la campagne ni le débat de dimanche dernier n’ont apporté de réponses à cette question d’autant plus cruciale que l’économie du pays est à bout de souffle. Au ralenti depuis cinq ans, la croissance devrait être de 0,4 % cette année, selon le FMI. Les caisses de la banque centrale sont presque vides. Les réserves se montent à 26,2 milliards de dollars contre 27,6 milliards avant le premier tour, il y a un mois, et 52 milliards en 2011. L’inflation dépasse les 25 % par an.

 

Afficher l'image d'origine


_ Guère de choix en matière économique

Mauricio Macri n’a pas été beaucoup plus précis que son adversaire. L’homme d’affaires a tenté de rassurer en promettant qu’il ne toucherait pas aux allocations sociales et qu’il relancerait, lui aussi, l’économie. S’il est élu, comme le prédisent les sondages, il devrait supprimer les mesures protectionnistes pesant sur les importations, négocier avec les fonds spéculatifs qui réclament le remboursement intégral des titres de dette qu’ils ont rachetés, et emprunter de l’argent auprès d’organismes internationaux. Si les deux candidats ont tenté de se démarquer l’un de l’autre, le nouveau président n’aura toutefois guère de choix en matière économique.

«  La réalité va les forcer à emprunter le même chemin, à utiliser les mêmes outils  », explique Martín Rapetti, professeur d’économie à l’université de Buenos Aires. Selon lui, le nouveau chef de l’Etat sera obligé de procéder à des coupes. «  Les tarifs des services publics – transports en commun, gaz, élec­tricité – sont trop bas. L’Etat, avec un déficit budgétaire qui s’élève à 5 % du PIB, ne peut pas continuer à les subventionner. Il va falloir ­supprimer les aides pour les classes moyennes et hautes. »

 

Afficher l'image d'origine  


_ Vers une levée du contrôle des changes

Autre mesure que le prochain président devra adopter : la levée du contrôle des changes . Les Argentins ne peuvent pas acheter de ­dollars à leur guise et jonglent avec plusieurs taux : l’officiel (9,6 pesos pour 1 dollar), l’illégal ou « blue » (15 pesos), le « soja » pour les exportateurs, le dollar « épargne »… Mauricio Macri s’est engagé à mettre un terme à cette situation rapidement. Daniel Scioli, lui, privilégie une approche graduelle et accuse son adversaire de vouloir procéder à une « mégadévaluation », synonyme de spirale inflationniste. Dévaluation, inflation… deux mots presque aussi tabous en ­Argentine que FMI. Pourtant, affirme Martín Rapetti, «  la ­question n’est plus de savoir s’il y aura une dévaluation, mais de ­combien elle sera ».

 

Marine de La Moissonnière / Journaliste | Le 20/11/2015 à 02:00, mis à jour à 18:05

 

http://www.lesechos.fr/monde/ameriques/021493212533-devaluation-rigueur-les-defis-qui-attendent-le-futur-president-argentin-1176851.php

 

Afficher l'image d'origine


------------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine

 

4 - Argentine : Gouvernance, indicateurs socioéconomiques et perspectives

 

_ Principaux Indicateurs économiques

 

2012

2013

 2014

2015 (p)

Croissance PIB (%)

1,9

4,3

-1,5

1,0

Inflation (moyenne annuelle)

23

26

23,9

30

Solde budgétaire / PIB (%)

-2,4

-2,0

-2,7

-4,1

Solde courant / PIB (%)

-0,2

-0,8

-0,9

-1,7

Dette publique / PIB (%)

37,3

40,2

48,6

49,5

 

(e) Estimé  (p) Prévisions

 

Afficher l'image d'origine  


_ POINTS FORTS

_ Ressources naturelles agricoles, énergétiques et minérales

_ Niveau d’éducation supérieur à la moyenne régionale

_ Main d’œuvre qualifiée

_ Système politique démocratique

 

Afficher l'image d'origine


POINTS FAIBLES

_ Dépendance aux cours de matières premières agricoles

_ Politique budgétaire peu rigoureuse

_ Environnement des affaires médiocre

_ Insuffisance des investissements dans l’énergie et les transports

_ L’Etat n’a pas accès aux marchés financiers internationaux depuis 2001
 

Appréciation du risque

 

Obra de la Central Nuclear Atucha II.JPG


_ Vers une récession en 2015

Selon les données officielles, le pays a enregistré une croissance de 0,5% en 2014. En 2015, l‘activité devrait se contracter sous l’effet la baisse du pouvoir d’achat des ménages, affecté par la baisse du salaire réel en raison de l’accélération de l’inflation, et de la baisse des exportations vers le Brésil (principal partenaire commercial). Les biens d’exportations industriels devraient en effet pâtir de la contraction de l’économie brésilienne, notamment de la baisse des ventes du secteur automobile. Les exportations agricoles devraient en revanche progresser, du moins en volume, en raison de la hausse des récoltes de soja et de maïs prévue cette année, mais devraient encore être pénalisées par les prix relativement bas des matières premières et d’éventuelles restrictions à l’exportation afin de privilégier le marché local. L’investissement reste handicapé par le contrôle des importations et par la difficulté à se procurer des devises. Enfin, l’inflation devrait rester à un niveau élevé.

 

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine


_ Hausse du déficit des comptes publics

Bien que les recettes budgétaires soient parmi les plus importantes de la région, le déficit public devrait encore se creuser en raison de l’accroissement des dépenses gouvernementales. Le budget de l’Etat comprend notamment une hausse des subventions à l’industrie de l’énergie, des transports publics, mais aussi une augmentation de l’investissement dans les centrales nucléaires, les satellites (Arsat) et les télécommunications. De plus, la pression exercée par de puissants syndicats a contraint le gouvernement à concéder des hausses salariales de près de 27% aux travailleurs du secteur de la métallurgie et de la construction.

 

A l’approche des élections présidentielles d’octobre 2015, l’Etat craint en effet une recrudescence des mouvements sociaux induite par la perte du pouvoir d’achat de la population en raison de la progression réelle de l’inflation. Afin de combler le déficit public, le gouvernement est obligé de se financer sur le marché domestique et d’emprunteur de l’argent auprès de la caisse de retraite de la sécurité sociale et de la banque centrale. Le pays ne peut en effet toujours pas recourir aux financements externes malgré ses efforts pour rétablir l'accès aux marchés financiers internationaux (accord conclu avec les créanciers publics du Club de Paris, dédommagement de la société pétrolière espagnole Repsol suite à sa nationalisation).

 

Afficher l'image d'origine  


_ Des comptes extérieurs fragilisés

Le déficit courant continue de se dégrader en raison de l’alourdissement de la facture énergétique et de l’affaiblissement de l’excédent commercial. L’Argentine dispose en effet d’un potentiel important dans le domaine pétrolier et le gaz de schiste avec notamment le gisement de Vaca Muerta au sud-ouest du pays, mais ne parvient pas à être autosuffisant du fait de la faiblesse de l’investissement dans les énergies. Les exportations agricoles restent pénalisées par la baisse des cours des matières premières, alors que les ventes de biens manufacturés (secteur automobile principalement) sont ralenties par la baisse de la demande brésilienne. Malgré un contrôle strict des importations afin de freiner les sorties de capitaux, l’excédent commercial ne cesse de diminuer (-17% en 2014) et ne permet plus de compenser le déficit des services. Le risque de crise de change induit par la dépréciation de la monnaie semble limité à court terme et les attentes de dévaluation de la monnaie se sont réduites, l’accord de swap de devises avec la Chine ayant permis de stabiliser l’érosion des réserves ainsi que le contrôle strict sur les sorties des capitaux (importations, rapatriement des profits des sociétés étrangères).

 

Résultat de recherche d'images pour Afficher l'image d'origine


_ Fonds vautours : aucun accord n’est à prévoir avant les élections d’octobre 2015

Face à l’échec des négociations avec les fonds « vautours », l’Argentine est depuis le 30 juillet 2014 en situation de défaut de paiement sélectif (uniquement sur sa dette émise en devise étrangère). Le projet de loi permettant d’échanger une partie de la dette émise en devises étrangères contre de nouvelles obligations en monnaie locale a été voué à l’échec en raison des contraintes et des juridiques qui engendre une telle opération. L’accord attendu entre le gouvernement et les fonds vautours début 2015 lors de l’expiration de la clause RUFO n’a pas eu lieu et les perspectives d’un nouvel accord avant les élections présidentielles d’octobre 2015 semblent s’éloigner. Le pays reste ainsi privé d’accès aux financements externes ce qui accroit les tensions sur ses réserves.

 

Afficher l'image d'origine  


_ Des élections incertaines dans un contexte de tensions sociales

Bien que le parti au pouvoir ait obtenu des victoires aux récentes élections provinciales, l’issue des élections présidentielles, qui devraient être tenues en octobre 2015, demeure incertaine. Les scandales de corruption ont durement affecté l’image du gouvernement tandis que l’affaire Nisman, liée à la mort suspecte d’un procureur enquêtant sur la présidence, continue de secouer le pays. Les difficultés économiques, et en particulier la baisse du pouvoir d’achat, alimentent le mécontentement populaire et profitent à l’opposition péroniste.  Face à l’inflation galopante, les principaux syndicats du pays ont augmenté leurs revendications salariales et ont annoncé, malgré quelques avancées dans les négociations, de nouvelles grèves en juin. Enfin, le centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements a statué, en avril, que l’Argentine devra reverser 405 millions de dollars à Suez suite à la rupture unilatérale des contrats de l’entreprise dans le pays en 2006.

 

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Argentine


Afficher l'image d'origine


------------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine  

 

5 - Argentine : Données Générales (politique, économie, social)

 

_ Présentation

 

. Conjoncture économique

Après la grave crise qui a conduit l'Argentine à la faillite en 2001-2002, l'économie a bénéficié d'une croissance rapide, de 8% en moyenne, puis a connu des épisodes de ralentissement suivis de rebond. L'économie du pays est entrée en récession au début de 2014 (-1,7% selon le FMI, chiffres contestés par le gouvernement), affectée par la baisse du pouvoir d'achat des ménages et des exportations industrielles, en particulier vers le Brésil, principal marché d'exportation. L'activité devrait se contracter à nouveau en 2015 (-1,4% selon le FMI).

La présidente Kirchner, qui assure en 2015 la dernière année de son mandat, poursuit une politique économique expansionniste, qui a conduit à une croissance rapide du PIB mais aussi à des déséquilibres croissants, des pressions inflationnistes et une détérioration des finances publiques. Le peso a été dévalué de 15% en janvier 2014, le déficit budgétaire s'élève à 5% du PIB, l'inflation est estimée par certains analystes à plus de 40%, la dette publique dépassera 50% du PIB en 2016 et les réserves du pays ont fondu. Depuis juillet 2014, face à l'échec des négociations avec des fonds spéculatifs, l'Argentine est dans une situation de défaut partiel de paiement.


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine 



Le gouvernement a répondu à cette situation par un regain de protectionnisme (contrôle des prix et du commerce), en proposant une réduction de 45% des importations d'ici 2020. Il entend ainsi favoriser les industries locales et garantir un excédent commercial, seul moyen pour l'Argentine d'obtenir des devises, le pays étant encore débiteur du Club de Paris (8 milliards de dollars). Le non-remboursement de cette dette lui interdit l'accès aux crédits internationaux. L'État a également nationalisé la compagnie pétrolière YPF, ex filiale de Repsol, ce qui a suscité le mécontentement du patronat et détérioré les relations avec les pays du Mercosur. Le gouvernement a signé un accord de swap de devises avec la Chine, lequel a stabilisé l'érosion des réserves. Cependant, le système financier demeure fragile et le pays fait face à une crise énergétique due au manque d'investissements dans ce secteur. D'autres problèmes structurels demeurent, tels que la corruption, le délabrement des transports publics et des services de santé et d'éducation.


Le budget 2015, jugé irréaliste, table sur une croissance de 2,8% et une inflation maîtrisée de 14,5%. Dans l'objectif de stimuler la demande intérieure, il accorde la priorité aux mesures sociales, prévoyant une augmentation des retraites et d'autres prestations sociales, et l'octroi de crédits préférentiels. 
La situation sociale du pays est délicate : le chômage persiste (environ 7%), la malnutrition subsiste et 25% de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. Les grèves et manifestations se sont multipliées en 2014, dénonçant la baisse du pouvoir d'achat et les scandales liés à la corruption. Selon l'OIT, plus de 45% de la population active est concernée par le travail informel. Il y aurait deux millions de pauvres selon les chiffres officiels, cinq fois plus selon les instituts privés.


Afficher l'image d'origine

. Principaux secteurs d'activité

Si elle a perdu la place de grande puissance qu'elle occupait au début du XXème siècle, l'Argentine reste une économie importante, notamment pour sa production agricole. En effet, le secteur agricole, qui repose sur l'élevage bovin, la production céréalière (blé, maïs et surtout soja) et les agrumes, représente environ 10% du PIB argentin. Au niveau mondial, l'Argentine est le premier exportateur de produits dérivés du soja et le troisième producteur. La culture du soja et de la canne à sucre sert à l'élaboration du biocarburant, une spécialité du pays qui est le plus grand exportateur de biodiesel et le quatrième producteur au monde. Riche en ressources énergétiques, l'Argentine est le quatrième producteur de pétrole et le premier producteur de gaz d'Amérique Latine.

Le secteur industriel s'est considérablement développé ces dernières années. Il contribue à environ 30% du PIB et emploie près du quart de la population. Le conditionnement des aliments (en particulier l'emballage de la viande, la mouture de farine et la mise en conserve) et la minoterie constituent les principales industries du pays. L'industrie s'appuie aussi sur les filiales automobiles des marques européennes et repose également sur les activités chimiques, pétrochimiques et métallurgiques.

Le secteur tertiaire a suivi la même tendance que l'industrie. Il contribue aujourd'hui à près de 60% du PIB et emploie les trois quarts de la population active. L’Argentine s'est spécialisée dans des services de secteurs de pointe et est particulièrement compétitive dans le développement de logiciels, les call centers, le nucléaire et le tourisme. Le secteur de la téléphonie et des TIC se développe également.

 

Afficher l'image d'origine  


. Commerce extérieur

L'Argentine est une nation très ouverte aux échanges internationaux, le commerce extérieur représentant plus de 30% du PIB (moyenne 2011-2013). Ses principaux partenaires commerciaux sont les pays du Mercosur (Brésil, Paraguay, Venezuela et Uruguay), la Chine, l'Union Européenne et les États-Unis. Le Brésil est le premier partenaire commercial de l'Argentine, que ce soit pour les exportations ou pour les importations. L'Argentine exporte plus qu'elle n'importe, sa balance commerciale est donc structurellement excédentaire. En 2014, l'excédent commercial (6,7 milliards USD) a baissé de 17% par rapport à 2013, les revenus tirés des exportations baissant plus rapidement (-12%) que de ceux des importations (-11%).

 

Afficher l'image d'origine


_ Le contexte politique

.. Le pouvoir exécutif

Le pouvoir exécutif est détenu par le Président de la nation argentine. Il a pour charge de répondre aux intérêts nationaux.
Le Président est le chef suprême du pays, chef du gouvernement, responsable politique de l'administration générale du pays et commandant en chef des forces armées. Le président est élu au suffrage universel pour quatre ans et peut être réélu pour deux mandats consécutifs. Le vice-président est élu avec lui. C'est le président qui nomme le Conseil des Ministres.
L'Argentine compte 23 provinces et 1 district fédéral autonome, qui ont conservé certains pouvoirs n'appartenant pas au gouvernement fédéral. Ils élisent leurs propres législateurs et gouverneurs provinciaux.

 

.. Le pouvoir législatif

Le pouvoir législatif est composé d'un parlement bicaméral : une chambre basse, la Chambre des Députés élue pour 4 ans au suffrage universel direct, et une chambre haute, le Sénat élu pour 6 ans aussi au suffrage universel direct.
Le parlement est appelé Congreso Nacional (Congrès National).

 

.. Les principaux partis politiques

La classe politique est traditionnellement dominée par les mouvements Péronistes. La présidence détient cependant plus de pouvoir que le corps législatif. Au nombre des principales forces politiques, on compte :

- . Le Front pour la Victoire (FPV): centre-gauche, se revendique du Kirchnerisme (terme désignant la philosophie politique et les partisans de l'ancien président Néstor Kirchner),
ainsi que les principaux partis d'opposition, dont :
- . L'Union Civique Radicale (UCR) : centre/centre-gauche, plus vieux parti en activité, partisan de la social-démocratie et ardent défenseur des droits de l'Homme
- Le Large Front Progressiste (FAP) : coalition de centre-gauche, constituée de mouvements politiques progressistes et sociaux-démocrates tels que le Partido Socialista (PS), les Péronistes, Propuesta Republicana (Pro), ou encore Coalición Cívica (CC); aspire à un état providence élargi et transparent
- Le Parti Socialiste (PS) : centre-gauche, socialiste.

 

.. Les leaders politiques au pouvoir

Président : Cristina FERNANDEZ de KIRCHNER (depuis 2007)
Vice Président : Amado BOUDOU (depuis le 10 décembre 2011)

 

.. Les prochaines élections

Présidentielles : le 22 novembre 2015 (deuxième tour)
Chambre des députés et Sénat : à déterminer.


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Les conditions de vie

. Santé et sécurité

 

Les précautions sanitaires

Aucune exigence en matière de vaccination pour les voyages internationaux. Le risque de paludisme exclusivement sous la forme bénigne à P.vivax est faible et est limité aux zones rurales le long des frontières avec la Bolivie (plaines des provinces de Salta et de Jujuy) et avec le Paraguay (plaines des provinces de Corrientes et Misiones). Prophylaxie recommandée dans les zones à risque : CHL.


Se prémunir contre la diarrhée du voyageur (Turista). Les aliments les plus à risque sont les plats préparés et consommés froids dans un deuxième temps ; les fruits de mer, viandes, poissons peu ou mal cuits et les crudités ainsi que les fruits non épluchés soi-même sont également à risque. L'eau de boisson doit être bouillie, filtrée ou consommée dans des bouteilles encapsulées. En cas d'accident survenu sur la voie publique, le blessé est automatiquement conduit dans un service d'urgences d'un hôpital public, où les premiers soins sont sommaires. Il lui appartient ensuite, en accord avec sa compagnie d'assurance, de se faire transférer dans une clinique privée.

 

http://www.lemoci.com/fiche-pays/argentine/


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine  

Afficher l'image d'origine








Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page