Logo

MODELE DE PAIX ET MODELE DE DEVELOPPEMENT QUELQUES REFERENCES AFRICAINES OU MONDIALES

VISION ET GOUVERNANCE


Publié le 25/01/2016 à 19:09:59
MONDE/ Portugal/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa élu président du Portugal dès le premier tour



 

0.1 – « Portugal/ nouveau président : Le conservateur Rebelo de Sousa, élu dimanche, va cohabiter avec un gouvernement de gauche plurielle. Au moment où la «troïka» exige de nouveaux efforts au pays. A priori, l’élection haut la main, dimanche, à la présidence de la République, du conservateur Marcelo Rebelo de Sousa (avec 52% des voix au premier tour) suppose un tracas supplémentaire pour le Premier ministre, Antonio Costa : voici que ce socialiste, au pouvoir depuis novembre, va devoir subir une cohabitation avec le «professeur Marcelo», une figure très respectée au Portugal, militant de longue date du Parti social démocrate (PSD), la formation de centre droit qui a gagné les législatives en octobre mais qui, faute de majorité, a dû céder les manettes du pouvoir à un front de gauche inespéré dont Costa est le pivot et le capitaine. D’autant que le régime politique portugais est semi-présidentialiste, puisque cette figure suprême dispose d’amples pouvoirs : la possibilité de dissoudre l’Assemblée, bien sûr, mais aussi la prérogative de soumettre des lois de sa propre initiative, ou bien de refuser d’en signer certaines autres. »

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


0.2 – « Portugal/ économie et perspectives/ Après quatre ans de rigueur, l'économie portugaise retrouve des couleurs : Après quatre ans de rigueur budgétaire, le Portugal, qui élit dimanche un nouveau Parlement, a vu plusieurs de ses indicateurs économiques repasser au vert. Mais la reprise reste fragile et plombée par une lourde dette. Le Produit intérieur brut (PIB), qui a connu en 2014 une hausse annuelle (+0,9%) pour la première fois après trois ans de récession, reste toujours en dessous de son niveau d'avant crise, à 173 milliards d'euros, près de 7 milliards de moins qu'en 2010.

"Nous sommes sortis du gouffre", a assuré le Premier ministre sortant de centre droit, Pedro Passos Coelho, lors de la campagne électorale, appelant les Portugais à ne pas juger son bilan "uniquement sur l'austérité". Le chômage a baissé jusqu'à 11,9% au deuxième trimestre de cette année, après un record historique de 17,5% en 2013, mais ce chiffre reflète aussi une émigration record (485.000 départs, définitifs ou temporaires, en 4 ans). Et si le gouvernement espère ramener son déficit dans les clous de Bruxelles dès 2015, sous la barre des 3% du PIB, la dette publique reste l'une des plus élevées d'Europe et frôle les 130% de la richesse produite en un an.»

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


0.3 – « Portugal/ situation générale/ POINTS FORTS : Infrastructures de qualité, Attractivité touristique, Début de diversification sectorielle et géographique, capacités de recherche et d’innovation, Baisse des coûts unitaires du travail et effort de réforme.

POINTS FAIBLES : Taille limitée de l’industrie manufacturière, spécialisation dans des secteurs à faible valeur ajoutée (textile-habillement, produits minéraux et minerais, métaux, produits agroalimentaires), Niveau élevé de l’endettement de l’Etat et des entreprises, Rigidité du marché du travail et manque de concurrence intérieure, insuffisance de l’investissement, Dégradation de la qualité du portefeuille et de la rentabilité des banques. »


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine

   

1 - Présidentielle au Portugal : le "professeur Marcelo" vainqueur dès le premier tour

 

Grand favori de l'élection présidentielle au Portugal, le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa a été élu dimanche dès le premier tour, porté par sa popularité comme commentateur à la télévision, face à une gauche divisée. Ce professeur de droit haut en couleur, âgé de 67 ans, recueille 52% des voix, devançant nettement son principal rival, l'indépendant de gauche Antonio Sampaio da Novoa, qui obtient 22,89% des suffrages, selon des résultats quasi complets. Enjeu clef du scrutin, le chef de l'Etat dispose du droit de dissoudre le Parlement, une arme décisive alors que le gouvernement socialiste en place depuis novembre dépend d'une alliance fragile avec la gauche radicale.

 

Un an et demi après la sortie du Portugal de son plan de sauvetage international de 78 milliards d'euros, l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement minoritaire soutenu par le Parti communiste et le Bloc de gauche avait divisé le pays et suscité des inquiétudes en Europe. "Je veux rétablir l'unité nationale", alors que "notre pays sort d'une crise économique et sociale profonde", a déclaré dimanche soir Marcelo Rebelo de Sousa, s'engageant à "être un président libre et indépendant".

 

Parmi les premiers à féliciter le futur chef de l'Etat, l'ancien Premier ministre de droite Pedro Passos Coelho a estimé que "cette victoire dès le premier tour lui confère une autorité politique incontestable". Populaire au-delà de son camp politique comme commentateur vedette à la télévision, Marcelo Rebelo de Sousa a mené une campagne très personnalisée, sans affiches ni tracts, privilégiant le contact direct avec les électeurs. "Il a mené une campagne consensuelle, à l'écart de son camp politique, visant à capter des voix à gauche et à droite", a expliqué à l'AFP le politologue José Antonio Passos Palmeira.

 

© AFP 2016/ International/ 25.01.2016/ Mis à jour 25.01.2016

 

http://fr.sputniknews.com/international/20160125/1021191644/portugal-presidentielle-elections.html


Afficher l'image d'origine


-------------------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine

 

 2 - Au Portugal, un nouveau président pour de grands écarts

 

Le conservateur Rebelo de Sousa, élu dimanche, va cohabiter avec un gouvernement de gauche plurielle. Au moment où la «troïka» exige de nouveaux efforts au pays. A priori, l’élection haut la main, dimanche, à la présidence de la République, du conservateur Marcelo Rebelo de Sousa (avec 52% des voix au premier tour) suppose un tracas supplémentaire pour le Premier ministre, Antonio Costa : voici que ce socialiste, au pouvoir depuis novembre, va devoir subir une cohabitation avec le «professeur Marcelo», une figure très respectée au Portugal, militant de longue date du Parti social démocrate (PSD), la formation de centre droit qui a gagné les législatives en octobre mais qui, faute de majorité, a dû céder les manettes du pouvoir à un front de gauche inespéré dont Costa est le pivot et le capitaine. D’autant que le régime politique portugais est semi-présidentialiste, puisque cette figure suprême dispose d’amples pouvoirs : la possibilité de dissoudre l’Assemblée, bien sûr, mais aussi la prérogative de soumettre des lois de sa propre initiative, ou bien de refuser d’en signer certaines autres.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Chantre de la concorde

Pour autant, la personnalité du nouveau président joue en faveur du gouvernement socialiste et de ses alliés d’une gauche plus radicale — et donc de la stabilité du pays. Cet homme modéré, cordial, connu de l’opinion pour ses analyses avisées, chaque dimanche sur la chaîne TVI, est avant tout un chantre de la concorde : «Je veux mettre en œuvre la pacification sociale, économique et politique de mon pays, a-t-il affirmé dimanche soir, peu après sa victoire. Il est l’heure de tourner la page, de promouvoir l’unité nationale, de cicatriser les blessures et de bâtir des ponts.»

 

Une référence à son prédécesseur, le conservateur Anibal Cavaco Silva, plus partisan et controversé, et surtout aux cinq dernières années qui, pour la majorité des Portugais, ont signifié un pénible et humiliant repêchage européen (en juin 2011), des scandales politiques (notamment la mise en examen de l’ancien chef de l’exécutif socialiste José Socrates), et des remèdes de cheval en faveur de l’austérité ayant supposé de durs sacrifices et la paupérisation du pays.

 

L’avènement de Rebelo de Sousa a beau être un facteur de stabilité, le panorama national n’est pas placide pour autant. Deux mois après son arrivée au pouvoir, Antonio Costa est pris entre deux feux. Le marteau, c’est Bruxelles et ses exigences financières ; l’enclume, ce sont ses alliés de gouvernement. Pour l’heure, il a satisfait ces derniers (la troïka composée des communistes, des écologistes et du Bloco de Esquerda, une formation radicale «indignée», alignée sur le Podemos espagnol) en appliquant une bonne partie de ses promesses électorales et en détricotant les coupes claires de la droite : réhabilitation de quatre jours fériés annulés, hausse du salaire minimum, actualisation des retraites en fonction de l’inflation, complément pour les salariés émargeant à moins de 422 euros, mise en place des 35 heures pour les fonctionnaires et, ballon d’oxygène pour le tourisme, baisse de la TVA pour l’hôtellerie de 23 à 13%.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ Réduire le déficit

Sauf qu’Antonio Costa doit réaliser le grand écart avec ses engagements pris avec une autre troïka, tout aussi intransigeante (BCE, FMI et Commission européenne) qui, ce mercredi, viendra une énième fois mettre le nez dans les comptes du pays. Et exiger d’ici la fin de l’année l’abaissement du déficit budgétaire de 3% à 2,6%. «Toute la question est de savoir si les socialistes seront capables de contenter les deux parties, éditorialise l’hebdo Expresso. S’ils n’y parviennent pas, le Portugal sera de nouveau plongé dans une crise politico-financière.»

 

Par François Musseau/ MADRID, de notre correspondant/ 25 janvier 2016  

 

http://www.liberation.fr/planete/2016/01/25/au-portugal-un-nouveau-president-pour-de-grands-ecarts_1428802


Afficher l'image d'origine


----------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine  

  

3 - Portugal : économie et perspectives sociopolitiques

 

_ Population 10,492 millions

_ PIB 228,168 milliards $US

 

 

_ Principaux Indicateurs économiques

 

 

2012

2013

2014

2015 (p)

Croissance PIB (%)

-3,2

-1,4

0,5

1,5

Inflation (moyenne annuelle)

2,8

0,4

-0,2

0,6

Solde budgétaire / PIB (%)

-5,6

-4,8

-4,5

-3,2

Solde courant / PIB (%)

-2,1

1,4

0,6

1,4

Dette publique / PIB (%)

125,8

129,7

130,2

126,3

 

(e) Estimations (p) Prévisions

 

Afficher l'image d'origine  


_ POINTS FORTS

. Infrastructures de qualité

. Attractivité touristique

. Début de diversification sectorielle et géographique, capacités de recherche et d’innovation

. Baisse des coûts unitaires du travail et effort de réforme

 

 

_ POINTS FAIBLES

. Taille limitée de l’industrie manufacturière, spécialisation dans des secteurs à faible valeur ajoutée (textile-habillement, produits minéraux et minerais, métaux, produits agroalimentaires)

. Niveau élevé de l’endettement de l’Etat et des entreprises

. Rigidité du marché du travail et manque de concurrence intérieure, insuffisance de l’investissement

. Dégradation de la qualité du portefeuille et de la rentabilité des banques

  

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


Appréciation du risque

 

_ Le pays renoue avec la croissance

Après trois années de récession, le Portugal a retrouvé le chemin de la croissance en 2014. La reprise a été tirée par la demande intérieure. La consommation privée s’est redressée, l’investissement dans la construction a continué à fléchir mais les investissements réalisés en matière d’équipement, qui ont amorcé une reprise dès 2013, ont accéléré leur progression.

 

En revanche, la hausse des importations de biens et services ayant été plus rapide que celle des exportations, la contribution du commerce extérieur à la croissance a été négative. La reprise s’est poursuivie au premier trimestre 2015 sous l’effet d’une décélération des importations, attribuable à la baisse des prix de l’énergie, et d’une accélération des exportations. La contribution de la demande intérieure est restée positive mais a légèrement diminué. En dépit d’une politique budgétaire toujours restrictive, du recul actuel du crédit et de l’incertitude politique liée à la tenue des élections législatives cette année, la croissance devrait atteindre environ 1,5% en 2015 et conserver à peu près ce rythme l’année suivante.

 

Après une légère remontée fin 2014-début 2015, le taux de chômage (à 13,7% au premier trimestre 2015) devrait à nouveau se contracter dans les trimestres à venir, ce qui, conjugué à une légère augmentation du revenu disponible des ménages (faiblesse du coût de l’énergie, déductions fiscales sur l’impôt sur le revenu), devrait continuer à soutenir la consommation. La hausse du taux d’utilisation des capacités de production, une politique monétaire accommodante et la baisse du taux de l’impôt sur les sociétés devraient stimuler l’investissement des entreprises (l’indicateur de confiance des industriels a d’ailleurs atteint en avril 2015 son plus haut niveau depuis février 2008).

 

Les exportations devraient accélérer en 2015 et 2016, bénéficiant d’une demande soutenue en provenance d’importants partenaires commerciaux comme l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni, et d’un gain de compétitivité lié à la dépréciation de l’euro. Néanmoins, compte tenu de la progression attendue des importations, la contribution du commerce extérieur à la croissance devrait être faible.

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


_ L’endettement des entreprises reste élevé et la hausse des créances douteuses impacte la rentabilité des banques

Les marges des entreprises ont commencé à se redresser à partir de l’été 2009 en raison de la modération salariale et des restructurations de l’emploi. En outre, les faillites, qui ont affecté en priorité les PME, essentiellement tournées vers le marché intérieur, se sont repliées en 2014, après avoir presque quadruplé entre 2007 et 2013. Par ailleurs, les impayés enregistrés par Coface, qui avaient atteint un point culminant début 2012, ont très nettement régressé.

 

Cependant, bien qu’en légère décrue, l’endettement des entreprises demeure trop élevé (128% du PIB à fin 2014) et pèse sur l’investissement. Le secteur bancaire a renforcé sa solvabilité et bénéficie de meilleures conditions de financement mais la hausse des prêts non-performants impacte sa rentabilité et restreint sa capacité à prêter aux entreprises viables. Le second semestre 2014 a été marqué par le sauvetage de Banco Espirito Santo et l’échec aux tests de résistance de la BCE de Banco Comercial Português.

 

 

_ Une sortie du plan de sauvetage réussie mais de nombreux défis encore à relever

Le bilan du plan de sauvetage international (UE et FMI) de 78 Mds €, mis sur pied en mai 2011, est positif. Le pays a retrouvé le plein accès aux marchés obligataires dès avant l’expiration (juin 2014) de ce plan et n’a donc pas eu à recourir à une ligne de crédit de précaution. L’activité économique s’est redressée, les comptes publics se sont améliorés et le déséquilibre des comptes extérieurs s’est résorbé.


Le choc de croissance et un regain de compétitivité ont permis de corriger les déséquilibres extérieurs du pays au prix, cependant, d’un fort accroissement du chômage et du sous-emploi. La reprise de la croissance, sans que ne se détériore à nouveau, à terme, le solde courant demeure un important défi. La persistance de handicaps non négligeables (faiblesse de l’investissement, niveau d’endettement élevé et goulots d’étranglements structurels) rend nécessaire la poursuite de l’effort de réforme. Ainsi, bien que des progrès aient été accomplis dans ce domaine, le Portugal demeure en retard par rapport à ses pairs sur le plan de la flexibilité du travail et de la concurrence intérieure.

 

L’efficacité de l’administration et la discipline du secteur public en matière de paiement sont à améliorer, de même que le fonctionnement du régime de l’insolvabilité et des procédures de restructuration de la dette des entreprises. Enfin, si l’Etat a été en mesure, en mars 2015, de racheter par anticipation une partie des emprunts contractés auprès du FMI, le fardeau de la dette publique (130% du PIB) et l’important besoin de financement du gouvernement continuent de faire peser des risques significatifs sur la viabilité de cette dette, dont la dynamique demeure très sensible aux chocs macro-économiques.

 

http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Portugal


Afficher l'image d'origine


------------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine  

   

4 - Après quatre ans de rigueur, l'économie portugaise retrouve des couleurs

 

Après quatre ans de rigueur budgétaire, le Portugal, qui élit dimanche un nouveau Parlement, a vu plusieurs de ses indicateurs économiques repasser au vert. Mais la reprise reste fragile et plombée par une lourde dette. Le Produit intérieur brut (PIB), qui a connu en 2014 une hausse annuelle (+0,9%) pour la première fois après trois ans de récession, reste toujours en dessous de son niveau d'avant crise, à 173 milliards d'euros, près de 7 milliards de moins qu'en 2010.

 

"Nous sommes sortis du gouffre", a assuré le Premier ministre sortant de centre droit, Pedro Passos Coelho, lors de la campagne électorale, appelant les Portugais à ne pas juger son bilan "uniquement sur l'austérité". Le chômage a baissé jusqu'à 11,9% au deuxième trimestre de cette année, après un record historique de 17,5% en 2013, mais ce chiffre reflète aussi une émigration record (485.000 départs, définitifs ou temporaires, en 4 ans). Et si le gouvernement espère ramener son déficit dans les clous de Bruxelles dès 2015, sous la barre des 3% du PIB, la dette publique reste l'une des plus élevées d'Europe et frôle les 130% de la richesse produite en un an.

 

Afficher l'image d'origine  


_ Plan de rigueur draconien

"En raison des mesures d'austérité, l'économie s'est contractée depuis le début du plan d'aide. Elle a touché le fond avant de rebondir légèrement", explique Pedro Lains, professeur d'histoire de l'économie de l'Université de Lisbonne.En 2011, la troïka (UE-BCE-FMI) des créanciers du Portugal avait exigé un plan de rigueur draconien en échange d'une aide de 78 milliards d'euros.Réduction du nombre de fonctionnaires, coupes dans les salaires du public et les pensions de retraite, hausses d'impôts...

 

Malgré une majorité absolue au Parlement, le gouvernement a vu certaines de ses mesures retoquées par la Cour constitutionnelle.Un vaste plan de privatisations a rapporté plus de 9 milliards d'euros, voyant passer dans la sphère privée une partie des groupes électriciens EDP et REN, le groupe postal CTT, le gestionnaire des aéroports ANA ou encore la compagnie aérienne nationale TAP Portugal.L'économie portugaise a aussi été marquée par l'effondrement de Banco Espirito Santo, qui a fait trembler les milieux financiers à l'été 2014. Son sauvetage a nécessité l'injection de 4,9 milliards d'euros et aggravé le déficit 2014 à 7,2% du PIB.

 

November_2011_Austerity_Protest_in_Lisbon,_Portugal  


_ Taux négatifs

Le Portugal s'est affranchi de la tutelle de ses créanciers en mai 2014 et a fait son retour sur les marchés, empruntant parfois à taux négatifs sur les échéances les plus courtes. Lisbonne a même commencé à rembourser avant terme sa dette de 29,6 milliards d'euros au FMI."L'économie est repartie grâce à l'augmentation des exportations et l'on voit depuis fin 2014 une hausse des investissements", explique Joao Duque, professeur à l'Institut supérieur d'économie et de gestion à Lisbonne."La reprise est fragile, prévient-il, en raison de la dette, privée comme publique, et de la dépendance de l'économie de la situation internationale.

 

"L'économiste appelle à "maintenir la rigueur existante, pour ne pas laisser les finances publiques déraper, même si de nouvelles mesures d'austérité ne sont pas nécessaires". Mi-septembre, l'agence de notation Standard and Poor's a relevé la note de la dette portugaise, à un cran des investissements de qualité, invoquant "un fort consensus politique et l'absence de nouveaux partis populistes".De fait, aucun des deux principaux candidats aux élections législatives n'envisage de remettre en cause les engagements du pays vis-à-vis de ses créanciers.Mais le Premier ministre Pedro Passos Coelho a promis d'alléger graduellement le fardeau fiscal, tandis que son adversaire socialiste Antonio Costa a annoncé vouloir tourner la page de l'austérité.

 

Le Parisien/ 02 Oct. 2015  

 

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/apres-quatre-ans-de-rigueur-l-economie-portugaise-retrouve-des-couleurs-02-10-2015-5147921.php


Afficher l'image d'origine


------------------------------------------------

 

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

 

 5 - Le FMI pousse le Portugal à accélérer ses réformes

 

Le Fonds monétaire international (FMI) a décidé de se rappeler aux bons souvenirs des Portugais à quelques mois des élections législatives qui auront lieu le 4 octobre. Dans un rapport publié le 6 août, il se félicite de l’amélioration des indicateurs économiques du pays mais émet des réserves quant au fort endettement du Portugal et appelle à de nouvelles réformes, laissant entendre que l’actuelle reprise reste fragile. « Les efforts pour réformer le marché du travail et améliorer l’efficacité du secteur public semblent être au point mort, » regrette le FMI, qui défend « un plus ample ajustement budgétaire », en particulier dans les domaines de la santé publique et des retraites, pourtant déjà largement mises à contribution par les précédentes politiques d’austérité.

Faisant référence au prochain scrutin, le Fonds prévient qu’« il sera essentiel de redonner de l’élan aux réformes lorsqu’un gouvernement nouvellement élu sera formé. » Objectif : conserver la confiance des marchés. « Il est essentiel de maintenir la crédibilité pour assurer des conditions de financement favorables », ajoute l’ancien bailleur de fonds du Portugal.

 

Cela fait plus d’un an qu’a pris fin le plan de sauvetage du pays. Entre 2010 et 2014, il avait été placé sous assistance par la « troïka » – FMI, Banque centrale européenne (BCE) et Commission de Bruxelles –, qui lui avait injecté 78 milliards d’euros de fonds en échange d’un sévère plan de rigueur. Considéré depuis comme le bon élève de l’Europe, Lisbonne était posé en exemple par l’Allemagne, la Commission européenne ou le FMI face à une Grèce refusant de mettre en œuvre des mesures d’austérité.

 

Afficher l'image d'origine  


_ La dette publique s’envole

Non seulement le Portugal a renoué avec la croissance – son produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,9 % en 2014 –, mais le taux de chômage s’est réduit à grande vitesse, passant de 17,5 % des actifs début 2013, à 11,9 % au deuxième trimestre 2015. Le déficit budgétaire a été diminué de plus de la moitié, chutant de 11,2 % du PIB en 2010 à 4,5 % en 2014. Les exportations ont bondi, le tourisme tire l’économie et les investissements repartent. Mais malgré ces bons résultats, le pays reste fragile, comme le laissait entendre l’ancien ministre grec de l’économie Yanis Varoufakis, lorsqu’il prédisait une contagion au Portugal en cas de sortie de la Grèce de la zone euro.

 

Ces dernières années, la dette publique a explosé, passant de 83,6 % du PIB en 2010 à 130,2 % en 2014. Si l’on y ajoute la dette des entreprises publiques et privées et celle des familles, le montant total de l’endettement de l’économie portugaise s’élève à 402 % du PIB. Or, avec une croissance de 1,6 % prévue en 2015 et d’à peine plus en 2016 et 2017, il sera difficile de résorber ce passif qui laisse planer une menace sur l’économie. La chute de la Banque Espirito Santo en 2014, après des soupçons de fraude, a déjà fait craindre une rechute, Lisbonne ayant dû injecter 4,9 milliards d’euros dans cette institution qui fut la première banque du pays.

 

Afficher l'image d'origine


_ Déjà quatre ans de sacrifice

D’autre part, les mesures d’austérité du gouvernement de centre droit de Pedro Passos Coelho ont asphyxié la classe moyenne, dont le pouvoir d’achat a été réduit. La pression fiscale est passée en quatre ans de 33,4 % à 37,1 % du revenu brut, la TVA a augmenté à 23 %. Les primes ou bonus des fonctionnaires et des retraités ont été supprimés. Plus généralement, les salaires ont fortement baissé. Et l’emploi créé est souvent précaire. L’opposition socialiste a d’ailleurs accusé l’exécutif de « donner l’illusion » de créer des emplois, notamment en finançant des stages de courte durée.


Après quatre ans d’austérité et de sacrifices, le résultat peut apparaître décevant alors que derrière la vigueur de la reprise interviennent un certain nombre de facteurs conjoncturels – comme la faiblesse de l’euro ou du prix du pétrole – et extérieurs – l’intervention en 2012 de la BCE sur le marché de la dette, permettant une baisse des taux et un regain de confiance des investisseurs. Le 4 octobre, il n’est pas dit que les Portugais plébiscitent la mise en œuvre de nouvelles réformes, comme celles préconisées par le FMI. Les sondages placent pour le moment le Parti socialiste en tête, mais sans majorité absolue.

 

LE MONDE ECONOMIE/ 10.08.2015/ Mis à jour le 10.08.2015 / Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/08/10/le-fmi-pousse-le-portugal-a-accelerer-ses-reformes_4719180_3234.html


Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine


--------------------------------------------------

  

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine  

 






Avis des internautes

Articles recommandés

» CHINE/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : rôle économique, commercial et politique mondial (une nouvelle superpuissance)

» DEMOCRATIE/ GOUVERNANCE : Elections et gouvernance électorale, cohésion d’Etat ou cohésion de peuples, autodétermination (Japon, Venezuela, Espagne, Italie, Kenya, Chine, Autriche…)

» MONDE/ POLITIQUE : élections et processus électoral (Allemagne, Angola, Kurdistan (Irak), France…)

» MONDE/ GOUVERNANCE/ ELECTION : Processus électoral, élections, controverses électorales

» IRAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Hassan Rohani, réélu président (IRAN, nation de plus de 80 millions d’habitants et grande puissance du Tiers Monde)

» MONDE/ COREE DU SUD/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Moon Jae-In, nouveau président élu, pour renouer le dialogue avec la Corée du Nord

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Emmanuel Macron, nouveau président élu, dévoile son leadership et ses grandes réformes

» MONDE/ SERBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Aleksandar Vucic, le nouveau président serbe élu au premier tour

» MONDE/ ALLEMAGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Frank-Walter Steinmeier, nouveau président élu d’Allemagne

» « AFRIQUE/ Etats africains et sous-développement : consolider les mêmes recettes qui ont échoué ?

» AFRIQUE/ SOMALIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Mohamed Abdullahi Farmajo élu président

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 28e SOMMET : nouveau leadership, nouvelles autorités

» AFRIQUE/ GHANA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : l’élection présidentielle remportée avec plus de 53 % des voix par Nana Akufo-Addo

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jovenel Moïse nouveau président élu d’Haïti

» AFRIQUE/ GAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président gambien élu Adama Barrow a appelé Yahya Jammeh à accepter sa défaite, l'armée déployée

» MONDE/ MOLDAVIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : En Moldavie, le candidat prorusse remporte l’élection présidentielle

» MONDE/ BULGARIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Roumen Radev nouveau président élu de la Bulgarie

» MONDE/ USA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Donald Trump, 45e président des USA, oriente son pays vers un leadership vertueux, solide et constructif

» MONDE/ NICARAGUA/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Daniel Ortega est élu président du Nicaragua

» MONDE/ LIBAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Aoun élu président après plus de deux ans de vide politique

» AFRIQUE/ CAP-VERT/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le président Fonseca réélu dès le premier tour

» AFRIQUE/ GABON/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE ET CRISE POST-ELECTORALE : la Cour constitutionnelle valide la victoire du Président Ali Bongo

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le président Edgar Lungu réélu au premier tour

» MONDE/ PEROU/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pedro Pablo Kuczynski nouveau président du Pérou

» MONDE/ FRANCE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays piégé dans des conflits et des grèves multiples et violentes (l'image de la France désormais écornée)

» AUTRICHE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Van der Bellen élu président de l'Autriche, l'extrême droite s'incline

» COTE D’IVOIRE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE/ MARCHE FINANCIER LOCAL : bonne perspective économique sur fond de morosité de l’économie mondiale

» MONDE/ PHILIPPINES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Rodrigo Duterte, nouveau Président élu des Philippines

» MONDE/ COREE DU NORD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : nouvelles orientations politiques, économiques et stratégiques dans la stabilité (M. Kim Jong-Un, Président du Parti des travailleurs de Corée/ PTC)

» AFRIQUE / GUINEE EQUATORIALE / POLITIQUE / ECONOMIE : M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo réélu président de la Guinée Equatoriale, pour affronter les nouveaux défis socio-économiques

» MONDE/ BRESIL/ CRISE POLITIQUE / GOUVERNANCE : instabilité politique et économique (M. Michel Temer, Président intérimaire du Brésil, suite au départ forcé de Mme Dilma Roussef)

» AFRIQUE/ TCHAD/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. IDRISS DEBY ITNO réélu Président du Tchad pour un 5e mandat, avec 61,56% de voix (Céni)

» MONDE/ CUBA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Raul Castro réélu pour cinq ans à la tête du PC cubain

» AFRIQUE/ UNION DES COMORES/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Azali Assoumani, élu Président de l'Union des Comores selon les résultats de la CNI

» AFRIQUE/ DJIBOUTI/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Ismaïl Omar Guelleh largement réélu Président pour un quatrième mandat

» MONDE/ BIRMANIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE : M. Htin Kyaw investi en tant que nouveau président du Myanmar

» AFRIQUE/ CONGO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour avec 60,39% des voix

» AFRIQUE/ NIGER/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Le président sortant Issoufou Mahamadou réélu avec 92,49% des voix (CENI / résultats officiels de l’élection présidentielle/ scrutin contesté par l’opposition)

» AFRIQUE/ BENIN/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Patrice Talon est élu Président du Bénin avec 65,39% des voix (Commission électorale)

» AFRIQUE/ CENTRAFRIQUE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : M. Faustin-Archange Touadéra élu président de la Centrafrique (Autorité nationale électorale-ANE)

» AFRIQUE/ OUGANDA/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ TECHNOLOGIES : Yoweri Museveni réélu président pour un cinquième mandat

» UNION EUROPEENNE/ GRANDE-BRETAGNE/ REFORMES : un accord qui donne un « statut spécial » au Royaume-Uni dans l’UE (UE : pas de réformes en profondeur)

» MONDE/ HAITI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : M. Jocelerme Privert, investi président intérimaire, prêche le consensus politique

» UNION AFRICAINE/ 26e SOMMET : M. Idriss Deby Itno, président tchadien et nouveau président de l'UA pour 2016

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : La Croatie a enfin un nouveau gouvernement, dirigé par M. Tihomir Oreskovic

» MONDE/ VIETNAM/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Réélection de Nguyen Phu Trong à la tête du Parti communiste vietnamien (PCV)

» MONDE/ TAIWAN/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dr Tsai Ing-wen élue première femme présidente de Taïwan

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ ASSEMBLEE FEDERALE/ MESSAGE ANNUEL : le Président Vladimir Poutine devant le Parlement (politique nationale et étrangère, Syrie, terrorisme, sécurité globale, gouvernance et leadership, etc.)

» MONDE/ MYANMAR (BIRMANIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire électorale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) aux élections législatives en Birmanie et nouvelles perspectives sociopolitiques

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Roch Marc Kaboré, nouveau président élu dès le premier tour

» MONDE/ ARGENTINE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le libéral Mauricio Macri remporte l'élection présidentielle

» AFRIQUE/ TANZANIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : John Magufuli élu président de la Tanzanie (le nouveau président appelle à l’unité nationale)

» MONDE/ NEPAL/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Mme Bidhya Devi Bhandari élue présidente du Népal

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : victoire écrasante des conservateurs eurosceptiques à l’issue des législatives en Pologne

» MONDE/ GUATEMALA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Un acteur-président pour relever les défis du Guatemala

» AFRIQUE/ GUINEE / POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : la Céni confirme la victoire d'Alpha Condé

» MONDE/ CANADA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Législatives au Canada/ victoire nette des libéraux après une décennie conservatrice

» MONDE/ BELARUS (BIOLORUSSIE)/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Le président Alexandre Loukachenko réélu pour un cinquième mandat

» MONDE/ RUSSIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : le Président Vladimir Poutine explique les options et les interventions de la Russie

» AFRIQUE/ CONGO-BRAZZAVILLE/ REFORMES CONSTITUTIONNELLES/ GOUVERNANCE : un nouveau départ (Référendum constitutionnel au Congo Brazzaville : victoire du « oui » à plus de 92 %)

» MONDE/ GRECE (UE) / ELECTIONS/ CRISE ET GOUVERNANCE : Alexis Tsipras et Syriza vainqueurs des élections en Grèce pour sortir le pays de la crise économique

» MONDE/ CHINE/ DEFENSE ET SECURITE/ DEVELOPPEMENT : un monde de paix et de développement

» AFRIQUE/ BURUNDI/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Pierre Nkurunziza élu président pour un dernier mandat, doit œuvrer sincèrement à la réconciliation et garantir l’unité, la paix et le développement véritable du pays

» AFRIQUE/ CONGO/ PAIX ET STABILITE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Améliorer la gouvernance pour consolider la paix et le développement

» FRANCE/ COOPERATION ET BONNE GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ET DEMOCRATIE/ SECURITE : le Président Hollande en Afrique pour rappeler les attentes de la France

» AFRIQUE/ REPUBLIQUE FEDERALE D’ETHIOPIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : un pays stable à la pointe de l’émergence économique et sociale en Afrique

» AFRIQUE/ UNION AFRICAINE/ 25e SOMMET/ GOUVERNANCE/ POLITIQUE : quel agenda pour stabiliser et développer le continent ?

» MONDE/ POLOGNE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le conservateur Andrzej Duda remporte l’élection présidentielle polonaise de mai 2015

» MONDE/ GUYANA/ POLITIQUE/ GOUVERVANCE/ ECONOMIE : M. David Granger (à la tête d'une coalition de partis politiques) est élu président du Guyana

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ POLITIQUE/ ECONOMIE : le triomphe électoral des conservateurs britanniques peut ouvrir de nouvelles perspectives politiques en Europe

» MONDE/ COSTA RICA/ POLITIQUE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : le Costa Rica, un pays d’avenir

» AFRIQUE/ TOGO/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Faure Gnassingbé officiellement réélu président de la république du Togo

» AFRIQUE/ POLITIQUE/ ELECTIONS PRESIDENTIELLES 2015 : M. Omar el-Béchir réélu Président avec 94,5 % des voix

» MONDE/ KAZAKHSTAN/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : M. Noursoultan Nazarbaïev remporte la présidentielle anticipée au Kazakhstan

» AFRIQUE/ PRESIDENCE DE L’UNION AFRICAINE/ NOUVEAU LEADERSHIP : l’Afrique, un continent exploité en mal de considération

» AFRIQUE/ NIGERIA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL : Muhammadu Buhari élu Président de la république fédérale du Nigeria

» AFRIQUE/ LESOTHO/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Le nouveau Premier ministre du Lesotho, Pakallitha Mosisili, a été investi

» MONDE/ ISRAEL/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le Likoud et Netanyahu remportent les élections législatives

» AFRIQUE/ EGYPTE/ GOUVERNANCE/ TERRORISME : le leader du monde arabe s’engage pour le renouveau et la modernisation

» MONDE/ BRICS/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : le renouveau en marche pour un monde d’espoir

» AFRIQUE/ BONNE GOUVERNANCE/ PRIX MO IBRAHIM 2015 : Le président namibien, Hifikepunye Pohamba, reçoit le prix Mo Ibrahim 2015 pour le leadership d’excellence en Afrique

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE : Tabaré Vazquez, élu président, a prêté serment à la tête de l'Uruguay

» MONDE/ URUGUAY/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Président Jose Mujica d’Uruguay, leçons de vie, de présidence et de sacerdoce

» AFRIQUE/ ZAMBIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE/ GOUVERVANCE : Edgar Lungu, Président élu de la Zambie, a prêté serment

» MONDE/ UNION EUROPEENNE/ BCE/ GRECE : M. Alexis Tsipras, nouveau Premier ministre, engage la Grèce dans une nouvelle politique économique

» MONDE/ ARABIE SAOUDITE/ POLITIQUE/ ECONOMIE ET GOUVERNANCE : Les défis du nouveau roi d'Arabie saoudite, Salmane Ben Abdel Aziz

» MONDE/ CROATIE/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mme Kolinda Grabar Kitarovic, première Présidente élue de la Croatie

» MONDE/ SRI LANKA/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Maithripala Sirisena, nouveau Président élu du Sri Lanka

» AFRIQUE/ DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE/ GOUVERNANCE : réflexions prospectives pour 2015

» AFRIQUE/ TUNISIE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : M. Béji Caïd Essebsi, Chef du parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est élu Président de Tunisie

» MONDE/ FEDERATION DE RUSSIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : conférence de presse annuelle du Président Poutine sur la situation politique et économique nationale et internationale

» MONDE/ ROUMANIE/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Klaus Iohannis, héraut de l'anti-corruption, élu président de Roumanie

» AFRIQUE/ BURKINA FASO/ POLITIQUE/ ECONOMIE : Michel Kafando, Président de la transition

» AFRIQUE/ MOZAMBIQUE/ POLITIQUE ET GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Filipe Nyusi, Président élu du Mozambique

» MONDE/ RUSSIE/ PAIX ET DEVELOPPEMENT : Le Président Poutine se prononce en faveur d’un monde pacifique et respectueux du droit international

» MONDE/ BRESIL/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Dilma Rousseff réélue, de nouveaux engagements pour un Brésil fort

» AFRIQUE/ BOTSWANA/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : le président en exercice Ian Khama officiellement réélu

» MONDE/ ROYAUME-UNI/ AUTO-DETERMINATION DE L’ECOSSE : victoire du « non » et rejet de la souveraineté par l’Ecosse

» MONDE/ TERRORISME ET TUERIES DE CIVILS NON ARMES/ PLUS JAMAIS CA : le sous-développement, l’extrême pauvreté et les maladies sont des exutoires intéressants qui doivent pouvoir mobiliser nos terroristes et rebelles

» BRESIL/ PRESIDENTIELLES 2014 / ECONOMIE ET GOUVERNANCE : l'économie domine le deuxième débat présidentiel

» TURQUIE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Recep Tayyip Erdogan premier président élu au suffrage universel direct de la Turquie

» COTE D’IVOIRE/ BURKINA FASO/ COOPERATION ET DEVELOPPEMENT : Communiqué conjoint du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire, le 31 juillet 2014

» IRAK/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Fouad Massoum nouveau président irakien

» INDONESIE/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : Joko Widodo élu président

» UNION EUROPEENNE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE/ RELATIONS INTERNATIONALES : Jean-Claude Juncker élu président de la Commission européenne par le Parlement

» ESPAGNE/ABDICATION DU ROI/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE : l’Espagne a un nouveau Chef de l’Etat

» AFRIQUE/ MALAWI/ POLITIQUE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE : Mutharika a prêté serment comme président au Malawi

» EGYPTE/ GOUVERNANCE/ ECONOMIE ET PERSPECTIVES : Abdel Fattah al-Sissi élu Président promet la sécurité et la stabilité du pays

» AFRIQUE DU SUD/ GOUVERNANCE ET ECONOMIE/ 2e mandat de Jacob Zuma : quel renouveau socio-économique et quel leadership continental ?

» GUINEE BISSAU/ ECONOMIE/ GOUVERNANCE : José Mario Vaz élu président de Guinée-Bissau avec 61,90% des voix

» FRANCE/ ELECTIONS LOCALES/ GOUVERNANCE/ EMPLOIS : Nouveau gouvernement sur fond de rejet de la politique de François Hollande

» CHILI/ POLITIQUE ET ECONOMIE : Michelle Bachelet Présidente, face à la nouvelle génération, pour vaincre les inégalités

» AFRIQUE/ ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT : D’ici à 2040, l’Afrique aura plus de pays à revenu intermédiaire

» AFRIQUE/ VISION ET GOUVERNANCE : La renaissance africaine selon Thabo Mbeki

» YEMEN/ ECONOMIE ET DEVELOPPPEMENT LOCAL/ LIBERTE ET JUSTICE : le Yémen renonce à l’Etat unitaire et s’engage pour l’Etat fédéral

» FRANCE - UNION EUROPEENNE : Espoirs et scepticisme face aux nouveaux engagements du Président Hollande pour une France forte.

» ECONOMIE ET DEVELOPPEMENT/ AFRIQUE : nouvelles approches, nouveaux espoirs, nouvelles incertitudes.

» COTE D’IVOIRE : La croissance retrouvée.

» site internet Paix et développement.com

» TUNISIE : économie fragilisée et perspectives économiques défavorables après 3 ans de révolution tunisienne


Haut de page